AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Balance-moi un savon [Alexis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Mar 14 Juin - 3:17


Balance-moi un savon



- Des jolies filles , tu vas en voir des tonnes, suffit d'ouvrir la télé, mais des filles comme moi ... Elle avait raison. Des filles comme elle, il n'y en avait pas des tonnes... ET TANT MIEUX POUR MA SURVIE! Non mais imaginez... Mme Lambert qui donne naissance à 2 filles, 2 jumelles avec le caractère de Marya! Si c'était le cas, j'étais bon pour me faire enfermer. Pas question de rencontrer la deuxième, j'avais déjà assez donné avec la première. C'était peut-être assez con comme raisonnement, mais je ne pouvais pas dire mieux pour l'instant. Elle était immonde, effrayante et complètement à côté de la plaque. Pas question pour moi de lui donner ce qu'elle voulait et ce, à n'importe quel prix. Elle allait attendre longtemps, je me le promettais. - T'as raison, tu es loin d'être un top modèle. - Mes mots étaient peut-être une sorte de petite vengeance, quelque chose d'effroyable et de tout à fait moi en ce moment, mais peu importe. Je voulais que Marya puisse comprendre qu'elle ne pouvait pas m'atteindre. C'était fini, terminé. Je ne savais pas à quel jeu cette blondinette s'amusait, mais pour l'instant, ce serait sans moi. Peut-être que demain les choses pourraient devenir autre par contre. - Même très, très, très loin de ça. - Peut-être pas si loin selon moi, mais je préférais le lui dire ainsi, au lieu de lui faire croire qu'elle était jolie. Même si c'était le cas. Pour moi, Marya était jolie mais indomptable. Surtout lorsqu'elle lançait ce foulard, l'attrapant par la suite, le faisant virevolter dans les airs. Un petit sourire se dessine sur mon visage, quelque chose de bref. De très bref. Surtout après lui avoir parlé de payettes. Pas question de devenir ce genre de mec avec plumes dans le derrière qui ressemblent à n'importe quoi! - Ah non ? Pas de payettes ? - Non, vraiment pas. - Jamais je n'aurais dut le lui dire. J'aurais simplement dut continuer à la contempler avec mon petit sourire et non en faire toute une histoire. - Ouuiiiii , là on y est. Manque plus que les bas dans les sandales et je craque N'importe quoi! À la voir agir, soit de me tourner autour et de m'ajouter un chapeau, je vois bien que ce n'est pas la première fois qu'elle agit ainsi avec une personne. Pauvre Olivier, c'était atroce juste d'y penser.

- Non ? Et si je te disais ..... Ce que je te ferais Thorens si j'étais dans ton fantasme ? J'ai toujours détesté mon nom de famille mais là, sorti de la bouche de cette fille, c'était encore pire. Un peu plus et je me mettais à grincer des dents. J'en aurais fait pour beaucoup moins aussi. Combien de fois allais-je devoir dire aux autres de ne pas m'appeler Thorens? Trop encore, c'était évident. Et tandis que je lance le chapeau que j'avais sur la tête il y a quelques instants auparavant, la voix de Marya se refit entendre. Bref comme une manière de vouloir me faire perdre la tête. Mais bon... On s'entend. Il allait m'en falloir beaucoup plus que ça. Et surtout une autre tête que celle de Marya. - Je dis ça comme ça, je ne crois pas que tu puisse avoir ce genre de fantasme non. - Tu es même très loin du compte, très chère. Je peux te dire que tu es très très loin de ce que j'ai en tête présentement aussi. - Je laissais libre à son imagination, tandis que je me tournais vers la porte, espérant voir cette dernière s'ouvrir par elle-même. Pas question d'en dire plus, je n'avais pas l'intention de m'investir dans ce sujet. Ceci ne la regardait pas. Ou peut-être un tout petit peu puisque maintenant, j'avais très envie de passer quelques minutes tout près d'elle.

Comment lui faire comprendre que je n'y étais pour rien dans cette histoire de porte barrée et de problèmes à la con? Je ne voulais pas devenir son problème aussi, tellement qu'elle était le mien depuis des semaines. Et peut-être plus aussi. Imaginant ce que les gens pouvaient bien dire de l'autre côté de la porte, ceci me déprimais beaucoup. Je ne voulais pas devenir l'espèce de fou furieux qui saute sur n'importe qui. Ha non ça, c'était déjà le cas. Je voulais juste ne pas devenir le jouet de Marya. Voilà. Là, c'était beaucoup mieux. Lorsque Marya m'expliqua qu'elle avait bien compris et que je n'avais rien fait, j'ai fini par soupirer, heureux de la tournure de la situation. Pas question qu'elle puisse me mettre quelque chose d'affreux sur le dos. J'avais justement une envie folle de dire à tout le monde qu'elle m'avait enfermé dans la même pièce qu'elle et qu'elle avait eut les mains longues, si c'était moi le coupable dans la moitié des circonstances, personne n'allait me croire. Jamais. Mais bon... Puisque Marya venait de dire que tout était bon et qu'elle me croyait, c'était déjà ça de gagner. Maintenant, il ne restait qu'à dire à tout le monde que tout était de sa faute. Méchante fifille.


- J'y peu rien si c'est la vérité! - Et Stacey souriait déjà. Elle voyait bien que Lou n'était pas bien et que j'en étais la cause, mais peu importait. C'était trop marrant pour elle. Si j'ai vraiment tué quelqu'un? Pourquoi gâcher la surprise et tout dévoiler? - Marya, elle dit n'importe quoi! Au fond, je suis certaine qu'elle en pince pour Alexis. Et puis oui, je le connais très bien. Même très, très bien. Peut-être même mieux que ses parents! - Mes parents, si on peut les appeler ainsi, n'ont jamais rien su de moi. Et c'est bien mieux ainsi. Même si Lou avait parlé à voix basse, Stacey s'était approchée assez pour tout entendre. Elle ne voulait pas être la dernière dans les confidences. Et maintenant, tout le monde partait à la recherche des fameux vêtements pour trouver la foutue clé. Pas question de perdre une minute. Mais dès que Stacey compris que les clés n'étaient pas là, elle se remis à sourire, heureuse de la situation. Elle était heureuse, elle était sur son petit nuage. Enfin les gens allaient l'écouter et lui donner quelques minutes de leur temps. C'était trop beau pour être vrai. - Alorsssssss. Comme je disais, Alexis a déjà tué un homme. DE SANG FROID! Il était là, tout innocent et Alexis l'a tué! - Bon d'accord, ce n'était pas exactement ce qui était arrivé, mais c'était un bon début.


- Évidemment que je suis une victime. Être enfermé avec toi tu appelle ça comment ? Et voilà, c'était à ça qu'elle voulait jouer? J'avais donné au monde entier pour subir tout ça, moi? Pourquoi? - Tu es vraiment insupportable. Plus je te connais, plus je te déteste. Je pensais être arrivé au bout mais non. C'est sans arrêt à recommencer. - Et à recommencer sans arrêt. Plus que j'apprenais à connaitre Marya, plus je me demandais comment elle avait fait pour rester en vie aussi longtemps. Comment se fait-il que personne n'a eut envie de la tuer bien avant moi? Peut-être que bien des gens avaient envie de le faire aussi, c'était bien possible. Et encore plus lorsqu'elle passa sa main dans mes cheveux. Un court frisson me parcourra tout le corps pendant quelques secondes avant de s'arrêter aussi vite qu'il n'était arrivé. L'espèce de petite garce. Préférant ne rien dire pour ne pas l'aider dans ses conneries, j'avais préféré me croiser les bras, dans l'attente qu'elle puisse arrêter ses conneries. Mais bon, c'était bien impossible, il s'agissait de Marya, après tout. - Bah tu sais, j'aurais eut aucun problème à rester avec Andrew dans la même pièce. Et avec Lou aussi, un coup parti. Avec toi en revanche... c'est pas facile, je peux te le dire. J'ai juste une envie présentement, c'est de te sauter dessus et de t'étouffer. Elle ne serait pas belle la vie? - Et tandis que Marya continuait de s'habiller, j'avais le regard dirigé vers le mur du fond. Pas question de poser mes yeux sur elle. - Ça m'étonnerait beaucoup. Je n'ai pas d'amis assez cinglé pour me jouer un coup pareil. - Je n'avais pas vraiment d'amis tout court mais ça, inutile de le préciser. Marya me dépassa, souriant à pleines dents. Comment pouvait-elle agir ainsi, tout en sachant qu'elle avait l'air d'une timbrée? - Un jeu de rôle? Oui, peut-être. Si tu veux jouer à la ferme, je suis partant. Je suis le fermier et toi, la vache, ça te convient? Et pense pas que ça, ça fait parti de mes fantasmes. - Je tenais à préciser la chose, ne serait-ce qu'au cas où. Avec Marya, tout était possible. - Plus sérieusement, si tu crois qu'une histoire de fouet, de menottes ou je ne sais quoi m'attire, tu es très loin du compte. Et je ne tiens surtout pas à savoir ce que toi, tu penses de tout ça. Selon moi, un calendrier de pompier ne pourrait même pas assez t'allumer. -



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Jeu 16 Juin - 1:47


Balance-moi un savon




J'étais maintenant devant le garde-robe sortant quelques trucs à l'occasion. Ce pauvre Andrew allait devoir faire un bon ménage dans la chambre de ses parents parce que moi , je foutais littéralement le bordel. Je sortais les vêtements de la penderie pour les jeter sois par terre, sois sur le lit , sois je les accrochais sur Alexis. Là tout de suite , j'ai sortis une cravate. Curieuse, je vais me placer devant le miroir et après l'avoir enroulé autours de mon cou , j'essaie de me faire un noeud. « T'as raison, tu es loin d'être un top modèle. » Je n'ai pas l'air choquée le moindre du monde. En fait , c'était à se demander si je l'écoutais ou si j'étais trop concentrée à me faire un noeud de cravate. C'était décidément plus difficile que je le croyais.  Je fronce les sourcils agacée tout en défaisant un semblant de tissu tortillé. Je répond embêtée par l'équation.

- Logique puisque j'étudie en danse , pas en mannequinat

Cette réponse , c'est comme si le sous-entendu sur mon physique ne s'est jamais rendu. Je devenais habituée aux remarques d'Alexis et à force , je ne m'énervais plus pour quelques commentaires. Sauf quand il parle de ma famille bien entendu. Embêtée , je laisse tomber et je retire la cravate de mon cou. Je m'avance vers mon grincheux favori et je l'enroule autours de son cou à lui. Comme quoi , je ne laissais jamais tomber ce que j'entamais. Je ne demandais pas son avis. D'ailleurs je ne le regardais même pas. Mes yeux étaient braqués sur ce bout de tissus et je faisais mon noeud , tout aussi embêtée que tout à l'heure. « Même très, très, très loin de ça. » ce pauvre Thorens ne m'atteignais plus. J'étais loin dans le paradis des noeuds cravates. Les sourcils froncés, je glissais mes doigts contre son cou enroulant un bout , le passant par-dessus l'autre lentement comme si je m'adonnais à un casse-tête en 3D.

- Shhhhttt , aide-moi un peu. Non , laisse-moi faire, je veux trouver moi-même.

Dis-je à voix basse. À cet instant précis , peu m'importais que cette porte sois verrouillée. Peu m'importais de manquer cette fête. Peu m'importais le reste. Là tout de suite , j'étais sur un cas et je voulais le résoudre. De toute façon , je ne voulais pas l'avouer mais je ne savais pas vraiment ce que je pourrais foutre à cette fête. Boire et fêter ? Non , non non , je ne faisais plus ça depuis un moment. Les fêtes des écoles, c'était devenu mon lieu de travail. Il fallait que je vende alors pas question de le faire dans un état second. J'attendais juste que la fête sois un peu plus entamée avant de commencer à refiler mes bonbons magiques. À ce stade de la soirée , je jugeais que c'était le bon moment pour me mettre au travail. Le hasard a par contre voulu que je me retrouve ici avec Alexis Thorens. Privée de cette fête et de mon emploi pour les minutes à venir, autant mieux s'accrocher à certaines distractions.
« Non, vraiment pas » et mon sourire est resté. Il m'amusait à s'entêter de la sorte. Ce pauvre garçon se faisait un point d'honneur de rendre notre châtiment désagréable. Dommage pour lui , je m'amusais quand même. Lui , il m'amusais. Je passe devant la commode de la mère d'Andrew et je trouve un emballage de chocolat, je l'ouvre , non pas pour son contenu mais uniquement pour le ruban noir qu'il contenait. Tout en m'observant dans la glace , j'attache mes cheveux blond en une queue de cheval classique , resserrant le tout sous une boucle de satin foncé. Tout ce remue-ménage commençait à me donner chaud, autant mieux se donner un peu de confort en me soulageant de mon épaisse tignasse dorée.

Après lui avoir fait mon grand numéro du fantasme , j'étais dans le garde-robe à penser à une façon de porter des pantalons. Comme si le fait d'avoir essayer de tenter mon compagnon quelques secondes plus tôt était tout à fait banal. À moins que j'enroule la ceinture autours de ma taille pour faire de cette chemise une espèce de robe .... Je me tourne vers le lit et j'empoigne la ceinture que j'y avais jeté et je la met autours de ma taille, baissant la tête pour imaginer l'effet que ca ferait. « Tu es même très loin du compte, très chère. Je peux te dire que tu es très très loin de ce que j'ai en tête présentement aussi. » Aussitôt , je lève le menton vers lui nullement impressionnée.

- Alors va-y , dis-moi ce que tu as en tête présentement dans ce cas

Je vous avoue qu'à ce stade , je ne m'attendais à rien venant de lui. J'aurais voulu qu'il m'impressionne, qu'il me montre qu'il est pire que moi. Pourtant , je commençais à bien connaitre le grincheux et j'ai finis par comprendre que jamais il n'allait montrer une quelconque complicité envers moi. Pour lui , j'étais le diable en personne. Il n'avait pas peur de moi mais je sentais qu'à quelque part , il essayait de tenir ses distances. Brave homme. En voilà un petit malin. Dommage pour lui car j'étais sur son cas dernièrement. Et je ne comptais pas lâcher prise. Non pas pour le faire céder à mes tentations , ce n'était pas le but recherché. Non , ce que je voulais : Le briser jusqu'à la moelle épinière. Alexis Thorens avait piqué ma curiosité , il me fallait donc l'assouvir en le mettant en pièce. Et malgré ce qu'il devait penser , je n'avais pas l'intention de capituler avec lui.

La situation de nos amis n'était guère mieux que la notre , bien qu'ils n'aient pas envie de s'entre-tuer de leur coté. Stacey mettait plusieurs couches sur la réputation de ce cher Alexis Thorens. J'ai bien hâte de voir les commérages à son sujet à la fin de cette charmante nuit. Si je ne meurs pas de sang froid d'ici la fin de cette fête bien entendu. Décidément , cette Stacey semblait prendre plaisir à inquiéter mon amie. Déjà qu'elle ne portait pas tellement le châtain dans son coeur, là , elle va carrément lui arracher la tête. Andrew fais des petits ''shhhhhtt'' à Stacey comme pour lui dire qu'il la croyait. Il espérait surtout qu'elle soit satisfaite et qu'elle n'insiste plus mais non , elle continuait malgré tout. Mon ami en arriva même à se demander si Stacey ne s'amusait pas plutôt à détruire la réputation d'Alexis Thorens. Peut-être qu'elle a le béguin pour lui et qu'elle veut se venger d'un refus de sa part. Il n'en savait trop rien mais il trouvait seulement cette révélation des plus étranges. C'était tout le contraire pour Lou qui elle, était friande de commérages et de rumeurs de toute sorte. Elle croyait tout. « Marya, elle dit n'importe quoi! Au fond, je suis certaine qu'elle en pince pour Alexis. [...] » Lou retint un rire qui s'échappa tout de même. Elle était au courant de mes intention quant au châtain. Elle m'avait demandé un beau matin pourquoi j'observais Alexis Thorens par une fenêtre. Je lui ai répondu que c'est parce qu'il agit étrangement justement et que je soupçonnais qu'il ait une copine. Je me souviens de Lou qui s'était exclamée : '' Comme si ce type méritait une copine '' j'ai tourné la tête vers elle avec un étrange sourire aux lèvres. '' Justement '' lui ai-je dis. Elle savait donc ce que j'avais en tête et bien que ce ne soit pas une âme sadique , elle approuvait cette méchanceté gratuite. Elle jugeait qu'il méritait bien une leçon et que s'il y avait quelqu'un qui pouvait lui en donner une, c'était bien moi. Peut-être que ma charmante Lou me croyait plus forte que je ne l'étais réellement. Le temps me prouvera que la curiosité est un vilain défaut et qu'à force de trop jouer , on se laisse prendre à son propre jeu. Si dans l'heure, je ne semblais pas reconnaître l’intérêt que je portais pour mon compagnon de chambre, Stacey elle, avait mis le doigt dessus. Malheureusement pour elle, personne ne la croirait. Ni Lori , ni Andrew. Lori croyait fermement que j'allais détruire Alexis Thorens, Andrew lui , était d'avis que j'étais incapable d'aimer qui que ce soit. Mes deux amis échange un regard puis rit en choeur. Lou offre des signes négatifs à Stacey , sourire aux lèvres. « Oh sweetheart, si tu savais ! C'est tout le contraire.  » Ma pauvre Lou ne faisait décidément pas le lien du pourquoi du comment. Et même si elle avait remarqué cette tendance que j'avais à surveiller Alexis , elle ne voulait pas admettre que je puisse porter un intéret à qui que ce soit. Andrew regarde le sol «  Marya Lambert en pincerais même pas pour des bébés chats.. » Lou lui offre une tape sur le bras comme pour le corriger. « Exagère pas , elle n'est pas horrible non plus.  » Et malgré ses propres dires, Lou n'osait pas avouer que par moment , elle se demandait si je l'aimais ou si je faisais semblant de l'aimer comme tout les autres. Ma froideur lui plaisait mais moins elle en savait , mieux elle se portait. Et puis Stacey a continué : « [...] Et puis oui, je le connais très bien. Même très, très bien. Peut-être même mieux que ses parents! » Subitement , Lori tourne la tête vers la petite blonde et s'exclame naturellement : « Il t'as passé dessus toi aussi ? » Cette réplique n'avait rien de méchant, il s'agissait juste d'une évidence pour Lori. Andrew lui par contre venait peut-être de trouver un indice au mystère ''commérage de Stacey''. Les bras croisés, il regarde la petite innocente de haut. « Alors pourquoi tu raconte cette partie de sa vie à nous ? Surtout à Lori » Andrew voulait surtout parler de Lori qui allait assurément courir pour me le dire. Le dire à moi , Marya Lambert , l'ennemie potentielle d'Alexis Thorens. Andrew pour sa part était d'une bonne oreille et qui plus est , il n'avait rien contre le châtain. À voir tout le monde s'acharner sur lui , il ressentait même une envie de l'aider puisque apparemment , toute les filles de notre classe sont devenues timbrées.  Alors que Lori et Andrew cherchaient une solution pour me sortir de ma tour , Stacey revient à la charge. « Alorsssssss. Comme je disais, Alexis a déjà tué un homme. DE SANG FROID! Il était là, tout innocent et Alexis l'a tué! » Lori pose une main sur sa bouche et toise la petite blonde avec de grands yeux apeurée. D'un geste, elle abaisse sa main et se penche vers Stacey « Et toi tu est amie avec lui ? Honey tu n'est pas obligée de trainer avec ce genre de personne. Je suis certaine que tu peux te faire d'autres amis »

Dans la chambre des parents d'Andrew je me laisse maintenant tomber sur le lit et je regarde le plafond. J'en avais marre de chercher des vêtements. J'en avais marre aussi de m'amuser toute seule. Thorens ne voulait pas jouer apparemment. « Tu es vraiment insupportable. Plus je te connais, plus je te déteste. Je pensais être arrivé au bout mais non. C'est sans arrêt à recommencer. » aussitôt je lui coupe la parole en chantant fortement par-dessus l'introduction du célèbre air '' New York , New York ''

- PAM PAM PALALAM PAM PAM PALALAM ! Start spreading the news, I'm leaving today. I want to be a part of it, New York, New York.

Les PAMs , je les chantais à tue-tête par-dessus la voix d'Alexis, le couplet lui , je le chantais à moi-même à voix régulière tout en continuant de regarder le plafond. Je finis par tourner la tête vers lui pour voir ce qu'il faisait. Je ne voulais pas lui dire que justement, il ne me connaissait pas et que c'était tant mieux. J'ignorais à quel point on se ressemblais dans notre situation. Nous n'avions pas vraiment d'amis tout les deux. Les gens nous jugent insupportable sans connaitre notre véritable nature. Nous étions deux monstres de foire qui évitait les foules. Moi je me camouflais parmi les gens et même si j'avais des tonnes d'amis avec mon image de fille parfaite, il n'empêchait que j'étais seule à ma façon. Ne pas dire ce que je veux dire , ne pas faire ce que je veux faire. Là tout de suite, j'étais tranquille dans cette chambre, à faire toutes les conneries que je veux. Je n'avais pas peur d'être moi-même en présence d'Alexis Thorens. Il aura beau crier sur tout les toits qu'il a rencontré le monstre derrière la gentille fille, personne ne le croira alors ça m'est égal. Et même si là tout de suite , on se lançait des vacheries , j'étais bien. J'étais bien quand il était là. Ça m'amusait de le torturer un peu.

Il me parle alors de rester dans la même pièce qu'Andrew et Lou. Ça n'a pas l'air de le déranger on dirais. Oui bon, Lou , c'est un amour, il n'y a rien à dire sur elle. Au contraire, l'avoir à ses côtés , c'est un divertissement garanti. On ne s'ennuie pas avec ma chère Lou. Andrew par contre ... Il était très tranquille mais il avait un oeil sur Alexis. À moins que ça ne dérange pas Alexis , c'est peut-être son genre de truc. C'est pas moi que ça regarde. Et finalement , son opinion s'arrête sur moi. « Avec toi en revanche... » Je laisse tomber le vêtement que j'ai entre les mains pour lui faire face. Je le fixe droit dans les yeux attendant son verdict. J'avais un petit sourire, curieuse de la connerie qu'il allait sortir. « C'est pas facile, je peux te le dire. J'ai juste une envie présentement, c'est de te sauter dessus et de t'étouffer.» Mon sourire prend de l'ampleur. Ok , il m'amuse. Je me croise les bras et je m'avance vers lui en lui offrant mon verdict à moi

- Et moi je t'étoufferais avec un oreiller. Je te balancerais par la fenêtre , te marquerais au rouge avec un fer à repasser , te raserais les sourcils , foutrais le feu à tes vêtements, te ferais bouffer tes bas

Et tandis que j'avançais en balançant tout mes moyens de torture imaginés à la seconde , je finis par m'arrêter devant lui

- Au sens propre

J'avais dit mes dernières paroles lentement, presque comme une menace. Le ton faible que j'avais pris donnait l'impression que je venais de dire quelque chose d'inhumain. C'était presque comme si je venais de lui dire que j'avais l'intention de noyer sa grand-mère.

Nous étions maintenant près de la porte. J'essayais toujours d'entendre ce que les gens disaient derrière. « Oui, peut-être. Si tu veux jouer à la ferme, je suis partant. Je suis le fermier et toi, la vache, ça te convient? » je fronce les sourcils et je regarde par-dessus mon épaule, Alexis derrière moi

- Et qu'est-ce qu'un fermier fais avec ... Oh seigneur ... Mais qu'est-ce qui se passe dans ta tête toi des fois ? Nom d'un chien , tourne ta langue deux fois avant de sortir des trucs pareil

L'image m'a tout de suite dégoutée. Je roule des yeux , un peu traumatisée puis je colle mon oreille contre la porte de nouveau. « Plus sérieusement, si tu crois qu'une histoire de fouet, de menottes ou je ne sais quoi m'attire, tu es très loin du compte. Et je ne tiens surtout pas à savoir ce que toi, tu penses de tout ça. Selon moi, un calendrier de pompier ne pourrait même pas assez t'allumer » Je me décolle de la porte et je me tourne complètement vers lui avec un sourire amusée. J'essayais de voir ce qu'il pensait mais apparemment sa phrase s'arrêtait là. Je regarde le plancher , haussant un sourcil comme si je faisais une analyse

- Je ne connais pas assez Marya Lambert pour te dire ce qui l'allumerais mais selon les  rumeurs , les bas dans les sandales .....  

Et j'échappe un rire devant mes propres conneries. Je me ressaisis , conservant tout de même un petit sourire au coin de mes lèvres. Je lève les yeux vers lui.

- Toi , qu'est-ce que tu crois qui l'allumerais selon toi ? Si tu devine , je te donne la solution pour sortir d'ici




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Mar 21 Juin - 15:25


Balance-moi un savon



- Une chance pour les yeux des autres. - J'avais lancé mes mots comme ça, dans le vague, regardant un peu partout dans la chambre des parents d'Andrew. Marya allait devoir faire un bon ménage dans cette pièce lorsque nous pourrons en sortir. Il y avait des vêtements un peu partout. Pauvres parents... Être pris avec Marya pendant quelques heures, même après la fête, uniquement pour que cette dernière puisse ramasser son bordel qui prenait de plus en plus d'ampleur et qui allait bientôt nous enterrer. Il fallait croire que la même d'Andrew avait beaucoup de vêtements dans sa penderie. Marya s'approcha de moi, ce qui me fit reculer de quelques millimètres. Je ne voulais pas lui montrer qu'elle me faisait peur. Peur? Non... c'était autre chose. Elle m'intimidait, d'une manière ou d'une autre. Mais jamais je n'allais le lui dire, pas question. J'avais trop d'estime de moi pour ça. Ou peut-être pas assez aussi, tout dépendant de la manière de la personne qui voit les choses. Marya m'enroulait de la cravate chipée dans l'armoire du père d'Andrew. Moi, je ne bougeais pas du tout, préférant la regarder dans les yeux lorsque j'en avait l'occasion, espérant déchiffrer un peu de désir dans son regard. Si jamais je le trouvais, quelque chose me disait que nous ne sortirions pas d'ici dans l'immédiat. Elle termina son petit manège, me laissant seul quelques secondes pour recommencer ses recherches. Mon regard était toujours dirigé vers elle, mais ce dernier avait quitté ses yeux, la détaillant entièrement. J'avais tort, vraiment. Marya n'était peut-être pas un mannequin, mais elle me plaisait quand même. Elle était une très jolie créature. Cette créature, justement, décida de s'attaquer à une boite de chocolat, s'attachant les cheveux avec le ruban s'y trouvant. - Ça te fais mieux ainsi et en plus, ça sera plus rapide pour te tirer vers l'arrière, si jamais tu n'écoutes pas. - Je faisais semblant de ne pas m'intéresser à ce qu'elle faisait mais bon, je pouvais toujours rêver. Depuis que nous étions enfermés ici tout les deux, je passais tout mon temps à la contempler, comme si je n'avais jamais vu une fille de ma vie.

Pas question, non plus, de lui dire ce que j'avais en tête. Marya ne pourrait pas comprendre la raison du pourquoi. Même moi, je ne connaissais aucunement la raison alors, pour elle, c'était certainement bien pire. Pour simple réponse, j'avais préféré mimer une fermeture sur ma bouche, espérant qu'elle puisse comprendre que je n'avais pas l'intention de lui parler d'avantage. Ce qui comptait pour l'instant, c'était de l'éloigner de moi. Pas question de lui révéler ce que j'avais en tête lorsque je la voyais. Elle en serait traumatisée pour le restant de sa vie alors, je n'imaginais même pas si jamais je mettais mon plan à exécution. - Pas question que je t'en parle, je te déteste trop pour ça. - Méchante répartie, c'était effrayant.

Plus qu'Andrew lui montrait de l'importance, plus Stacey en mettait. Si elle le pouvait, elle allait inventer des choses, uniquement pour embellir la situation. Enfin, l'embellir... elle allait en ajouter une couche par dessus des choses véridiques, voulant montrer qu'elle connaissait quelqu'un mieux que les autres. Ce n'était pas à tout les jours qu'elle pouvait parler à des gens et surtout, à des gens qui l'écoutait. Elle avait envie de se faire de nouveaux amis, elle était courageuse tout de même de vouloir Lou près d'elle. Loin de moi l'idée de dire que Lou était une méchante fille, mais cette dernière était amie avec Marya donc, elle devait avoir un bon problème entre les deux oreilles. - Oh non, je ne crois pas que c'est le contraire. Enfin, pas du côté d'Alexis. Il m'a parlé de Marya tout à l'heure, lorsqu'on était chez lui. Je crois qu'il l'aime bien. - Si j'avais parlé de Marya? Euhhhhhhhh non, pas de mémoire. Peut-être un peu? Mais alors là, juste un peu? Si le mot beaucoup veut dire un peu, alors oui, j'avais beaucoup parlé de Marya. - Elle n'aime pas les bébés chats? - Il ne fallait pas mêler deux sujets de conversation avec Stacey sinon, c'était un massacre dans sa tête, c'était assuré. C'était ce qui m'avait fait craquer pour elle. Je me souvenais très bien de notre première rencontre, il y avait de cela bien des années. - Passer dessus? Non, pas du tout. Ce n'est pas sur moi qu'il a passé, mais sur cet homme avec la voiture. C'est comme ça qu'il l'a tué! - Ne jamais mélanger les mots avec Stacey, ne jamais confondre deux significations avec elle aussi. Comme pour l'histoire des bébés chats, elle cherchait toujours la raison de ce morceau de conversation. - Peut-être parce que je trouvais ça important que vous le sachiez, c'est tout. Et puis, ça commence à être assez mort comme fête alors, je veux mettre de l'ambiance! - Finalement, une chance que nous n'avions pas fait de fête chez Stacey sinon, rien n'aurait été simple. Son petit frère, Jason, nous aurait collé jusqu'à la mort! Un vrai pot de colle. Je me souvenait très bien de ses premiers pas ou encore de la première fois qu'il avait dit Alexis. Ce prénom, il l'avait massacré pendant des jours avant d'arriver à le dire naturellement. Et ensuite, il m'avait appelé caca, uniquement pour m'embêter. Même âgé de 10 ans, il lui arrivait encore de m'appeler comme ça, uniquement pour me faire enrager. Stacey continua donc sur sa lancée, espérant pouvoir faire sensation. Dès qu'elle commençait à expliquer quelque chose à quelqu'un, ce n'était pas terminer. Elle pouvait y passer des heures, uniquement dans l'espérance de pouvoir scandaliser quelqu'un de proche. - Ha oui, nous sommes de bons amis. Je peux même dire que c'est le meilleur cousin que j'ai! -

Marya me coupa la parole, espérant certainement me faire sortir de mes gonds, ce qui n'arrivera jamais. Je n'ai pas peur de dire ce qui me passe par la tête, mais crier sur une personne mentalement atteinte, n'a jamais été ce que je préfère. J'ai donc préféré la laisser là à chantonner toute seule, voulant qu'elle puisse arrêter prochainement. Pas qu'elle chantait faux, mais c'était tout comme. Et je commençais à avoir un mal de tête horrible. Les paroles que Marya chantait, même si c'était tout bas pour le couplet, me faisait grincer des dents. Mais pas question de le lui dire sinon, elle allait recommencer à n'en plus finir. Même si elle pourrait dire le contraire, je connaissais un peu Marya. Elle avait son sens à elle, ses habitudes et ses folies. Chose que moi aussi, j'avais. Et même si je ne voulais pas l'admettre et que jamais je n'allais le faire, nous nous ressemblions un peu. C'était peut-être pour cette raison qu'avec elle, je me sentais si bien. Même si je lui disais le contraire présentement, espérant pouvoir lui faire comprendre, encore une fois, que ce n'était pas moi qui avait décidé de l'enfermer ici. Sinon, je l'aurais fait... mais avec une pizza au moins! - Au sens propre? - J'ai attendu une demi-seconde, voulant lui faire comprendre que le reste de ses paroles m'avaient passé au-dessus de la tête, comme si rien n'avait attiré mon attention. - J'espère qu'ils seront propres les bas, si tu veux me les faire manger! - J'avais l'impression de me perdre dans mes commentaires mais peu importe. Ce que je voulais présentement? Qu'elle comprenne qu'elle n'était pas seule dans ce petit jeu. Si elle voulait foutre le trouble dans notre ''relation'', et bien elle n'était pas la seule qui avait de la répartie. Et pas n'importe laquelle! La mienne serait des conneries, bien entendu. Et une chance pour moi que je n'avais plus de grand-mère!

L'histoire de la ferme n'avait certainement pas été l'une de mes meilleures et c'était pour cette raison que j'avais préféré ne rien ajouter, regardant la porte à mon tour, espérant faire oublier cette histoire à Marya. J'avais l'impression de trop parler et lorsque je compris que Marya était toujours entrain de jouer à son petit jeu, un sourire se dessina sur mes lèvres. Jouer aux devinettes n'avait jamais été mon fort à l'école mais celle que Marya me posa était beaucoup trop facile à mon goût. - C'est simple, certainement une nouvelle ampoule vu que la sienne doit être brûlée depuis un bon moment pour dire des conneries pareilles. Plus sérieusement, c'est trop facile. - Lentement, je m'étais approché d'elle, lui faisant face. Je ne la touchais pas, je la regardais uniquement dans les yeux. - N'importe quoi, tant que ce ne soit pas avec moi. C'est exact? -



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Dim 26 Juin - 15:30


Balance-moi un savon




Debout devant lui , j'enroule un tissu par-dessus l'autre délicatement. Je tire le bout de la cravate vers le bas afin d'examiner le résultat. Je suis la trajectoire de ma main jusqu'à sa poitrine puis , je remonte mes doigts le long de la cravate jusqu'au noeud. Je fis une pause à ce moment là réalisant une chose étrange : Alexis Thorens n'avait pas bougé. Je lève mes yeux vers lui quelques instants. Il était là , debout sagement devant moi à me regarder sans un mot. J'étais certaine qu'il ferait une crise à me voir lui enfiler cette cravate comme s'il n'était qu'un mannequin de bois. Mais non, c'était bien lui , juste là. Le voir de cette façon , ça m'a fais sourire sans que je m'en rende compte. Je n'ai rien dit mais mes yeux eux , lui parlait. Ils lui disait un simple : « Tu vois ? Tu vois que je ne te veux pas de mal en réalité. Mais ça .... Tu le sais n'est-ce pas ? Tu le sais autant que moi j'en suis certaine. » Et j'étais immobile dans cette posture à le regarder. Il y avais quelque chose dans son regard. Quelque chose de magnifique, d'indescriptible. Je ne voulais pas bouger , je ne voulais pas recommencer nos conneries. Pas tout de suite. Je voulais juste profiter un peu du silence. Ce silence où moi et Alexis avions décidés de jeter les armes. Je m'approche encore un peu pour enrouler mes bras autours de son corps. Je plonge mon visage contre son épaule. Va savoir ce qui se passait mais j'étais en paix. Comme si la Terre venait d'arrêter de tourner. J'expire contre son épaule y déposant un souffle chaud contre son cou. Ce ne serais peut-être que pour une seconde mais ça m'est égal. Le connaissant, il allait me demander ce que je fais et ce qui me prend. Je lui dirai de se taire voilà tout. Moi , j'étais bien. Je me balance tout doucement à gauche et à droite lentement comme pour danser un peu avec lui. Mon visage caché contre son épaule, un petit sourire apparait au coin de mes lèvres. Et j'étais là , à me balancer de gauche à droite lentement comme s'il y avait une ballade qui jouais mais c'était la musique assourdissante et énergique d'une fête qui se donnait juste l'autre coté de la porte. La musique était telle que l'on pouvait presque sentir le plancher trembler sous les vrombissements de la batterie.
Debout devant la commode , j'attache mes cheveux. Je termine ma coiffure par une petite boucle noire. Les mains dans les airs, devant le miroir, j'entends la voix de mon grincheux retentir : « Ça te fais mieux ainsi » Mes yeux l'observe subitement à travers le miroir. Est-ce qu'Alexis me faisais un compliment ? « et en plus, ça sera plus rapide pour te tirer vers l'arrière, si jamais tu n'écoutes pas. » Moui , j'ai mal entendu sans doute. Un sourire amusée apparait sur mes lèvres. Je termine ma coiffure et je me retourne vers lui avec cet air joueur qui ne disparait jamais quand il est là. Vous savez, jouer avec les gens, je connais. Je pourrais jouer avec n'importe qui. N'importe qui pourrait embarquer dans mes conneries et même m'encourager. N'importe qui me trouverais drôle dans mes bêtises. Mais moi, c'est avec Alexis Thorens que j'entame les meilleures parties. Parce que je sais que je l'amuse même s'il ne veut pas le montrer. Parce que je sais qu'il garde quelque chose caché. Une partie de lui qu'il ne veut montrer à personne. Une partie de lui qui me ressemble peut-être. Et à chaque partie , à chaque joute, je suis sous l'excitation de voir sa personnalité qu'il garde secrète. Alexis Thorens a des secrets et si tout le monde passe à coté sans le voir, moi je ne l'ai pas loupé. Je te vois Alex et je finirai bien par trouver.

- Si je n'écoute pas ? Et depuis quand je devrais t'écouter ?

Je penche la tête amusée par lui. Je prend un chocolat dans la boite et je l'engloutis. Je prend la boite entre mes mains et je m'approche de mon amant imaginaire.

- Moi , si tu m'écoute, tu auras un chocolat

Je m'arrête à quelques pas de lui. Debout dans ma chemise blanche , tenant une boite de chocolat dans une main. Je prend un second morceau et je le mange sans le lâcher des yeux. Je jouais toujours. « Pas question que je t'en parle, je te déteste trop pour ça. » J'hausse les sourcils faussement surprise. Mon sourire s'agrandit tandis que je termine de mâcher ma bouchée. Un petit mouvement des épaules , puis je regarde ma boite

- Oh ..... Hé bien dommage que je te déteste aussi autrement je t'aurais dit ce que moi j'ai en tête présentement. Et sur mes derniers mots, je le regarde du coin de l'oeil.

Lou et Andrew avaient fini par m'oublier. Ils étaient tout les deux beaucoup trop intrigués par la petite tête blonde devant eux. « Oh non, je ne crois pas que c'est le contraire.  » Lou s'arrêta de rire surprise. Pour elle , Stacey n'y connaissait rien. Comment pouvait-elle prétendre connaitre sa Marya plus qu'elle ? « Enfin, pas du côté d'Alexis. Il m'a parlé de Marya tout à l'heure, lorsqu'on était chez lui. Je crois qu'il l'aime bien. » Mes deux amis échange un regard. Ils ont l'air un peu embêtés cherchant un moyen de dire gentiment à cette chère Stacey qu'elle était aveugle. Prétendre une idylle entre Marya Lambert et Alexis Thorens c'est parler du père Noël qui boit de la vodka avec le croque-mitaine. Rien dans notre comportement laisse présager une telle chose. On s'embête tout le temps. D'ailleurs, le clou de cette soirée réside dans le fait que tout le monde croit que moi et Alex on s'est enfermé dans cette chambre pour s'envoyer en l'air. Lou attrape le verre d'un type qui passais à coté d'elle et s'en prend une grande gorgée sans se soucier de ce qu'il contenait. Après avoir avalé sa gorgée, elle s'adresse à Stacey, nullement impressionnée. « Dis plutôt qu'il veut juste la sauter » Lou avait un langage cru. C'est une grande dévergondée au coeur tendre. Andrew pour sa part lâche un rire. Il savait que Lou était plutôt protectrice envers moi et que cette idée la rongeait mais lui savait bien comment j'étais. Il savait qu'avec mes multiples provocations, l'idée doit en avoir traversé certains et on ne peut pas leur en vouloir pour ça. « Il aime quoi au juste ? Quand elle lui crie dessus ? Ils passe leur temps à se faire des sales coups » et tandis qu'Andrew parlait, Lou regardait le sol un instant. Va savoir si c'était la gorgée d'alcool qui était trop forte, mais elle commença à avoir une réflexion sur le sujet. Une petite idée s'inséra dans son esprit mais c'était quelque chose de beaucoup trop complexe pour pouvoir mettre un nom dessus. Elle trancha le sujet, coupant presque la parole à Andrew pour déclarer « De toute façon, ils formeraient le pire couple de l'histoire » Mes deux amis ne connaissait pas assez Stacey pour savoir qu'elle était simple .... Ou plutôt qu'elle avait un esprit simple : « Elle n'aime pas les bébés chats? » Lou faisais goûter son verre à Andrew lui demandant ce que ça pouvait être comme boisson. Il en prend une gorgée mais avant même qu'il ne puisse savourer pour deviner, il observa Stacey , le verre porté à la bouche. Après avoir pris sa gorgée, il lui fais signe que non « Non Stacey, c'est une expression. Elle aime personne. Et tandis que l'on croyait qu'ils étaient passé à autre chose et qu'ils pouvaient commencer à s'amuser. Stacey revint à l'attaque pour affoler mon amie « Passer dessus? Non, pas du tout. Ce n'est pas sur moi qu'il a passé, mais sur cet homme avec la voiture. C'est comme ça qu'il l'a tué! » Lou tourne subitement la tête vers Stacey. Elle essayait de digérer l'information comme quoi , Alexis Thorens avait renversé quelqu'un , en plus de le tuer au final. Ce qui était une chose tout à fait probable. Et puis soudainement, le petit éclair s'est formé dans sa tête. Lori se souviens de son amie enfermée avec le sujet de l'heure : Alexis Thorens. J'aurais cru venant d'elle qu'elle aurait accouru vers moi ou même qu'elle aurait escaladé la maison pour venir me kidnapper mais non. Un élan de compassion la traversa. Elle posa une main sur sa poitrine peinée et se penche vers Stacey. « C'est horrible. Est-ce qu'il a fait de la prison pour ça ?» Elle et Andrew échange un regard. Mes compagnons étaient d'avis qu'un accident ça arrive et même si là tout de suite , Lou était pleine de compassion pour Alexis, jamais elle ne me laissera monter dans une voiture avec lui. « Peut-être parce que je trouvais ça important que vous le sachiez, c'est tout. Et puis, ça commence à être assez mort comme fête alors, je veux mettre de l'ambiance! » Lori tend aussitôt son verre vers Stacey de façon autoritaire. Ne jamais dire à Lori Scott que l'on s'ennui ou qu'on manque de divertissement. Elle sait en mettre plein la vue. Si personne n'interviens, cette petite Stacey pourrais bien se retrouver dans toute sorte de situation qu'elle n'aurais jamais cru vivre un jour. Si Alexis tenais à conserver cette petite blonde dans toute son innocence, alors jamais il ne l'aurait laissée avec Lou. « Tiens, commence par me finir ce verre. » Andrew penche la tête pas trop sûr « T'est pas obligée de la saouler Lori » « Finis ce verre Stacey c'est un ordre et tu le bois cul sec » Elle attrape le verre de quelqu'un d'autre et elle lui tend tout de suite après « Et tu me finira celui-là quand t'auras fini. Tu vas voir après ma petite biche » Andrew attrape le verre de Lou et le balance plus loin. Va savoir pourquoi, il avait du respect pour Alexis Thorens et il savait que celui-ci n'apprécierais pas qu'ils aient complètement saoulée son amie. Il espérait d'ailleurs que celui-ci ne ressorte bientôt pour ne plus être pris seul avec les filles quoi que , si Alexis sors, je sortirai aussi et là , bonjour le bordel. Non , Andrew préférais qu'Alexis surveille le monstre en fin de compte. « Ha oui, nous sommes de bons amis. Je peux même dire que c'est le meilleur cousin que j'ai! » Lou qui fumais déjà une matière illicite , s'étouffa dans sa bouffée. Elle balaie la fumée devant son visage tout en regardant Stacey puis elle s'exclame scandalisée « Quoi ?! T'as couché avec ton cousin ?! » Décidément, rien n'allait avec mes amis. Ils allaient finir par se perdre avec tout ça. Je commençais à me demander dans quel état on allait finir par les trouver une fois que nous serons sortit.

J'étais désormais devant Alexis Thorens après lui avoir balancé tout mes moyens de torture simultanément. Je le regardais avec le regard en feu. C'étais comme si je m'étais imposée pour lui faire comprendre que j'étais aussi exécrable que lui et que s'il voulais me balancer des conneries, que je saurai en faire autant. Et pourtant .... Dans ce moment si vif , Alexis me déstabilisa. « Au sens propre? » Je ne bouge pas , les dents serrés. Je continue de le regarder. « J'espère qu'ils seront propres les bas, si tu veux me les faire manger! » Et là il s'est passé quelque chose d'incroyable. Un petit sourire se faufile sur mon visage sérieux. Il prend de l'ampleur et bien que j'essaie de le retenir , je finis par craquer. J'explose de rire. Et je ris et je ris. Au point où je me bascule un peu vers l'avant. Je me rattrape en m'agrippant sur lui. Je ris un peu, penchée puis peu à peu, je me redresse et je le regarde.

- Ce que t'est con Dis-je sous quelques rires

Et ces paroles n'avaient rien de méchant. En fait il était con car jamais je n'aurais cru que dans un moment pareil , il ne sois parvenu à me faire rire. L'équation ne fonctionnais tout simplement pas. On se lance des vacheries et on rit ensuite. Non ça ne fonctionne pas. Je penche la tête , atténuant quelques rires à peine perceptible. On s'amusais finalement à cette petite fête improvisée. Si en bas Stacey trouvais que l'ambiance tombais morte, dans cette chambre, on commençais à bien se marrer.
Et puis nous nous sommes défiés. Nous jouons aux devinettes près de la porte. Je ne m'attendais pas à ce qu'il ne joue un peu avec moi mais j'ai vu un sourire sur ses lèvres et ce fut avec surprise que je l'ai vu embarquer dans mon petit jeu. Accotée contre la porte , je le scrute avec assurance. « C'est simple, certainement une nouvelle ampoule vu que la sienne doit être brûlée [...] »

- AH AH AH tu fais fort

Dis-je sarcastiquement mais tout de même amusée par lui. Le jeu de mot était fort malgré tout. Moi qui était sur le point d'abandonner le jeu en voyant que je jouais seule, je constatais là tout de suite que nous étions en train de jouer et même que nous nous amusions. Comme si nous avions remonter une pente tout les deux. Alex devenais marrant , marrant comme il a toujours été. Il y avait seulement des moments où on aurait dit qu'il s'empêchais ou même se retenais de s'amuser avec moi. Pour lui , j'étais une méchante personne et ce n'était pas de bonne augure de jouer avec le diable j'imagine. C'est ce qu'on dit en tout cas mais mon cher grincheux allait bientôt découvrir une vérité à mon sujet. Quelque chose qu'il avait mis du temps à trouver et qui j'espère passera inaperçu.  Il s'est approché de moi avec une certaine assurance. Sans m'en rendre compte, j'ai reculée mais j'ai vite compris que j'étais déjà contre la porte. À me regarder ainsi, il m'intimidait à son tour. Moi, Marya Lambert, la provocatrice , la joueuse. Celle qui menait le bal depuis tout à l'heure. Me voilà maintenant toute petite devant lui. « N'importe quoi, tant que ce ne soit pas avec moi. C'est exact? » Je déglutis. Je met un certain temps à répondre, un peu perdue dans quelques pensées que je ne comprend pas tout à fait. Je lâche ses yeux pour observer ses lèvres un moment. Je me ressaisis puis je me racle la gorge. Je lève enfin les yeux vers lui pour scruter le fond de son regard marron. Près de lui , contre cette porte , j'ose ancrer mon regard dans le sien.

- Faux

Dis-je sérieusement. Je penche un peu la tête. J'essayais de reprendre le flambeau. J'essayais de l'intimider, de le faire reculer du moins , l'éloigner un peu de moi. Et j'avais cru comprendre qu'avec lui , un bon moyen de l'éloigner, c'est de le rapprocher. Je teste donc ma théorie. Une main agrippe son chandail et le tire un peu vers moi.

- Tu y est peut-être et ce n'est pas n'importe quoi

J'avais cru remarquer que lorsque je jouais les agaces , cela avait pour effet de faire reculer Alexis Thorens. Et malgré toute mon assurance du moment, mon coeur battait follement et cette main sur son chandail tremblais faiblement. J'aimais le provoquer et je le provoquais justement parce que je savais qu'il reculerais.





Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Jeu 30 Juin - 14:07


Balance-moi un savon



Pas question pour moi de bouger de là. Si jamais je bougeais, la chatte en chaleur allait certainement penser que j'étais attiré par elle ou quelque chose comme ça. Jamais je n'allais bouger le petit doigt dans sa direction. Pas question de lui donner de l'importance et me montrer intéressé. Ce que j'étais un peu et pas uniquement parce qu'elle avait quelque chose à me montrer. D'une certaine façon, Marya commençait à m'intéresser, mais peut-être pas de la bonne manière. J'avais peur de me tromper sur beaucoup de choses avec elle, surtout lorsqu'elle agissait ainsi. Me regarder dans les bras, passer ses mains sur moi et ensuite, éclater de rire. C'était à ne rien comprendre... J'avais l'impression d'être pris dans la même pièce qu'une folle furieuse mais, en même temps, ce n'était pas ça qui commençait à me faire peur. C'était bien pire. Et ce petit quelque chose de pire s'appelait de l'affection. Je n'avais jamais ressentit quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un, pas même pour ma soeur. C'était à ne plus rien y comprendre. Et ceci me faisait peur. Peur de ce que je pouvais faire dans ce genre de cas. Peur que quelque chose puisse se voir dans mes yeux. Sans arrêter de penser, j'essayais de poser mon regard ailleurs que sur Marya, comme pour lui montrer qu'elle me désespérait dans son agissement. Ce qui n'était pas le cas. J'avais toujours joué au dur mais, de temps à autre, un peu d'attention douce n'était jamais de refus.

Lorsqu'elle décida enfin d'arrêter de me regarder et de changer de position, allant jusqu'à me laisser de côté et aller tranquillement vers une commode, ma respiration était mieux. Je me sentais mieux aussi. Je ne voulais pas laisser apparaitre tout ce qu'elle produisait devant moi, pas question de lui faire cette petite faveur. Marya serait trop contente de voir l'effet qu'elle pouvait faire sur moi. J'étais faible face à elle et contrairement à bien ce que les gens pouvaient penser de cette situation, si jamais elle décidait de poser la main sur moi, je ne donnais pas cher de ma peau. Et pas uniquement parce qu'elle était là, dans la même pièce, et que je n'avais aucun accès à quelqu'un d'autre. Ce n'était pas ça le problème. Loin de là même. Et ça aussi, ça commençait à me faire peur. Qu'avais-je fait pour mériter quelque chose d'aussi étrange dans ma vie presque parfaite? Tout allait bien depuis quelques jours, alors pourquoi devenir quelqu'un d'autre en ce moment même? Trop compliqué, la vie. - Si je n'écoute pas ? Et depuis quand je devrais t'écouter ? - Ma réplique était à double sens, idiote. - Marya l'avait certainement compris, pas la peine de lui faire un dessin. Enfin, j'imaginais. Et si jamais je devais lui expliquer le fond de mes pensées, j'allais simplement sauter par la fenêtre, moins compliqué que toutes ces conneries. Et surtout, moins compliqué de devoir lui expliquer ce qui se passait dans ma tête en ce moment même. Depuis le temps que j'essayais de comprendre ce qui se passait dans la mienne, j'ignorais s'il était bien possible pour quelqu'un de comprendre autre chose que mes idées déplacées. Mais comment faisait-elle pour m'offrir du chocolat dans de telles circonstances? Pas question pour moi d'en prendre un et surtout, de faire semblant, comme si tout allait bien entre nous deux. Elle était trop difficile d'approche, trop difficile à comprendre et surtout, surtout, elle-même, Marya Lambert. En d'autres mots, c'est ceci qui faisait peur. Lorsqu'elle était elle-même, elle provoquait quelque chose en moi, quelque chose d'incompréhensible. Je n'avais qu'une seule envie présentement, soit de prendre l'un de ces stupides chocolats et de lui en coller un directement sur le front.

- Je ne crois pas qu'il souhaite seulement jouer à la corde à danser avec elle. Je connais assez Alexis pour pouvoir dire le contraire. - Stacey, elle disait n'importe quoi. Comme si le fait de me connaitre un peu, pouvait faire d'elle une experte de Thorens! Elle était à côté de beaucoup trop de choses en ce moment, et pas question pour moi de prétendre le contraire. Peut-être pouvait-elle penser quelque chose, ça m'étonnerait beaucoup qu'elle puisse penser par elle-même, mais une chose était certaine, c'était que ça ne fonctionnait pas. Comme si je pouvais ressentir quelque chose pour quelqu'un. C'était absurde. - Je ne peux pas dire ce qui lui plait vraiment chez Marya, mais il doit y avoir quelque chose pour qu'il agisse comme ça avec elle. Il est plus... tendre avec elle qu'avec les autres, vous trouvez pas? - Non, pas du tout. Moi, tendre avec Marya? Ha ha ha. La prochaine fois que je faisais face à Stacey, j'allais lui faire comprendre que sa grande bouche, elle devait se la fermer. - C'est certain qu'avec Marya comme petite amie, Alexis pourrait en voir de toutes les couleurs. - Stacey se foutait complètement de la tournure des évènements. Elle, elle était venue ici uniquement pour s'amuser, ce qui n'arrivait malheureusement pas pour elle. Elle voulait rire des autres, trouver une jolie manière de pouvoir parler d'elle et surtout, se faire de nouveaux amis. Mais pour l'instant, c'était mal parti. Elle était prise avec Andrew et Lou, tout pour ne pas l'aider. Et avoir un esprit simple, des fois, c'était bien mieux que de ne pas en avoir du tout... compris? - Techniquement, un bébé chat, c'est pas une personne. - Stacey, lorsqu'elle décidait de réfléchir, ça ne valait pas grand chose. Dans ma tête, elle était un peu le sosie de Marya... mais en plus intelligente, quand même. - Alexis a jamais fait de prison. Pourquoi il en aurait fait? - Stacey, la pauvre, ne comprenait plus rien. Une seconde, on parlait de chats et de Marya et ensuite, on parlait de prison. Elle était un peu mêlée en ce moment. Et de l'alcool, elle n'avait pas envie d'en boire. Elle avait simplement pris les verres, question de bien paraitre, mais pas plus. Pas question de boire et d'ensuite, raconter n'importe quoi. Elle voulait rester là pleinement et non à demi. Comme si c'était possible dans son cas... Mais les derniers mots de Lou avait finit par atteindre Stacey en pleins fouet. Plus rien n'allait. - Ben quoi? Nous nous connaissons depuis que nous avons 5 ans! C'est évident que nous avons déjà couchés ensemble, tu pensais à quoi? Lorsque nous étions jeunes, ma mère nous fabriquait une petite tente avec des couvertures et on passait nos après-midi là! Il m'est souvent arrivée de m'endormir là et je crois bien qu'Alexis aussi. C'est si horrible que ça? Et puis, je comprend pas le rapport avec dormir, la prison et les chats. Y'a un chat qui dort en prison? -

Le seul point positif dans toute cette histoire, était le rire de Marya. Avec très peu, j'arrivais à la faire rire, ce que j'appréciais beaucoup. Elle mettait un peu du sien aussi, uniquement pour détendre l'atmosphère, ce qui était vraiment étrange venant d'elle. J'avais toujours pensé qu'elle était un démon déguisé en fille laide pour faire peur aux autres. Et bien maintenant, je savais qu'elle était uniquement laide pour faire peur aux autres. Démon en moins, un autre point positif dans tout ça. Depuis le début de cette soirée épouvantable, je n'avais qu'une envie, celle de me tirer d'ici. Mais plus maintenant. C'était encore pire. J'avais uniquement envie de rester là à écouter Marya parler et surtout, me dire que j'étais con. C'était doux à mes oreilles, me faisant décrocher un petit sourire de temps à autre. Elle paraissait tellement différente depuis les dernières secondes que ça me faisait largement peur de devoir argumenter surtout, de devoir lui répondre. Et y aller avec une petite plaisanterie me semblait le meilleur jeu dans mon cas. Je savais bien ce qu'elle avait envie d'entendre, soit que je la laissais tranquille. Chose que je n'avais pas totalement l'intention de faire. Pourquoi ne pas en profiter, puisque nous étions seuls tout les deux pendant quelques minutes, voir quelques heures? Lou avait l'air ailleurs, nous ayant certainement oublié dans cette pièce. Je ne m'en souciais même pas, tellement que ceci était rien, figuré au reste. Et tandis que je m'avançais vers Marya, cette dernière n'avait pas l'air bien. Comme si en entrant dans sa bulle, je venais de la provoquer, lui faisant baisser sa garde. Et sa toute petite réponse, après un moment d'attente, me fit comprendre que j'avais mal joué au jeu. Qu'une fois encore, Marya avait un avantage sur moi. - Faux. Un petit pas vers moi, le regard bien encré dans le mien, une main agrippant mon chandail, me faisant perdre mes moyens pendant une demi-seconde. Mais à quoi jouait-elle au juste? À celui qui allait flancher en premier? Si c'était le cas, je devais me souhaiter bonne chance. - Tu y est peut-être et ce n'est pas n'importe quoi - Alors, explique-moi. Qu'attends-tu de moi exactement? - Pas question de reculer, pas question de prendre la fuite. Mon regard bien encré dans le sien, j'attendais, espérant qu'elle puisse reculer, se mettre à rire et ensuite, passer à autre chose. Mais bon, depuis le début, Marya agissait étrangement. Alors, à quoi bon espérer quelque chose d'elle?



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Sam 2 Juil - 20:07


Balance-moi un savon




Les secondes s'écoulaient et j'y étais encore. Dans mon esprit, je comptais : 9 ...... 10 .... J'attendais de voir combien de temps il me faudrait pour qu'Alexis me pète un câble. Après un moment, je me décolle un peu, non pas pour le laisser en paix mais pour faire pire. Je retire mes bras enroulés autours de son corps et je les remonte pour maintenant entourer son cou. Je me recule pour le regarder avec un petit sourire espiègle. 20 ........ 21 ........ Il ne me regardait pas , il regardait ailleurs, découragé par mon attitude. Son exaspération élargit mon sourire. Voyons , mon grincheux, ce n'est pas toi de te laisser faire comme ça. 36 ....... 37 ....... À croire que  je pouvais faire les conneries que je voulais. Est-ce qu'il profitais lui aussi de ce petit silence pour respirer un peu ? Reprendre son souffle de nos conneries ? 45 ........ 46 ....... Mon sourire disparais peu à peu. Quelque chose clochais. Qu'est-ce que tu fais Marya ? Tu aime vraiment ça être là dans ses bras ? Ressaisis-toi bon sang ! D'accord. Je vais remettre les choses en ordre. Pas de ça entre nous. Nous sommes supposés nous détester. Mon sourire qui avait fondu , repris de plus belle. Je bouge mon bras droit pour aller poser ma main contre son cou et j'approche mes lèvres du coté gauche pour donner l'impression que je vais l'embrasser dans le cou. De quoi lui foutre la peur de sa vie. Mais non. À la place, je lui fais un beau et désagréable suçon. Le pauvre restera marqué pour le reste de la soirée. Je me décolle d'un coup sous un rire espiègle et je me recule de deux pas devant lui.

- Fais gaffe quand tu baisse ta garde Thorens

Je me mords la lèvre inférieur. Chat 1 - Chien 0. La petite ballerine juchée sur mon épaule me tapote la joue. " Tu fais ta maline mais bravo ensuite pour lui donner une leçon. Comment tu vas briser son couple s'il ne te laisse plus l'approcher ? " Ça m'est égal. Je trouverai bien un moyen. Pour l'heure , cette manoeuvre avait été nécéssaire. J'étais un peu trop confortable dans les bras de Thorens. Quelque chose de bien étrange si vous voulez mon avis. Valait mieux remettre un peu de distance. Pour le bien de notre santé mentale à tout les deux. Lui , se laissais faire et moi , j'allais y passer la soirée là. Une faiblesse commune qui allait nous mener dans les abysses.

J'étais désormais debout devant lui à manger du chocolat. Il n'avait pas l'air d'en vouloir. Tant pis pour lui. J'en prends un second. Vous vous rendez compte ? Cette boite, c'est peut-être le père d'Andrew qui l'a offerte à sa mère pour lui faire plaisir ou pour leur anniversaire de mariage. Peut-être que c'est ces chocolat préférés ? J'en prends un second et je l'engloutis sans scrupule. J'observe la boite. Chaque morceau avait une saveur différente. Je lisais donc les instructions pour connaitre les saveurs. Je ne suis pas une adepte de sucreries. Je cours tellement à gauche et à droite que je ne prend pas le temps de m'empiffrer. Je n'avait donc aucune notion quant aux saveur mentionnées. À moi les jolies surprises. « Ma réplique était à double sens, idiote. » J'approuve de la tête tout en continuant de lire.

- Mouais je sais Dis-je tout bonnement , savourant encore une bouchée.

Quand j'eus finis de l'avaler. Je lève les yeux vers lui et je pose la boite sur le lit , la lançant presque de manière désintéressée. Ce fut une chance que les petites douceurs ne se soient pas éparpillées sur les draps. Elles sont restées dans l'emballage, en désordre certes mais dans l'emballage tout de même.

- Je te donnais une chance de t'en sauver. Tu le sais que je deviens maline quand tu utilise des double sens.

Et j'ai un petit sourire tout en me léchant le bout de l'index d'un coup pour me libérer de quelques traces restantes de chocolat. J'ai horreur du chocolat quand il fond, ça deviens collant et après on se retrouve les mains collantes.

Si Andrew tenait à se sauver d'un odieux ménage, peut-être pire que le désordre que j'ai foutu, il avait intérêt à me sortir de là. D'ailleurs, qu'est-ce qu'ils foutent depuis tout à l'heure ? Je suis convaincue qu'ils sont quelque part, par terre, à baver sous toutes les consommations illicites qu'ils auraient pris. Mais non. Si j'étais un casse-tête pour Alexis, Stacey en était un pour mes deux amis. «  Je ne crois pas qu'il souhaite seulement jouer à la corde à danser avec elle.  » Mes deux amis n'ont pas pu s'empêcher de rire devant l'innocence de leur camarade de classe. Décidément, Stacey avait quelques années de retard sur nous. Ses parents, ils ont fait comment ? Ils l'ont gardée dans une bulle pendant des années et là ils viennent de la relâcher dans la nature ? Andrew et Lou s'échangent un regard complice. « " Sauter à la corde " OOoooonnnnnn ce qu'elle est mignonne » Andrew masque son rire avec sa main tout en regardant le sol. Il faut dire que l'herbe qu'ils avaient fumé n'aidait pas. Un peu d'herbe, Stacey qui prend les expressions de travers, les voilàs partis pour un tour. Lou tend son bâtonnet à la petite blonde comme si c'était normal.  « Tiens , prend-en un coup et tu essaie de garder la fumée à l'intérieur » « Non tu expire » « Tu garde » « Non tu expire » Et Andrew s'interrompt en voyant dans gens ouvrir son garage et sortir tout les jeux gonflables qu'il possède. Il fronce les sourcils en réalisant qu'il y avait bien des gens qu'il ne connaissait pas. Eux, étaient à l'extérieur, ils n'avaient pas encore vu l'intérieur. Heureusement pour Andrew je crois. D'un coup , tout le monde saute à l'eau avec les jeux de quoi inonder la piscine d'animaux d'air. « Il est plus... tendre avec elle qu'avec les autres, vous trouvez pas? » Malgré toutes les saloperies qu'ils prenaient depuis tout à l'heure, cette réplique-là ne les as pas fait rire. On a eu droit à beau trois seconde de sérieux total dans le visage de mes deux amis. Ils fixèrent la blondinette un moment réfléchissant à la question pour finalement répondre avec une intervalle d'une seconde et demie entre les deux : « Noooonn »  « Non. On dirais qu'il se retient de lui faire la peau. » « Je dirais plutôt qu'il s'empêcher de l'étrangler de ses propres mains » « Lui passer dessus avec un autobus » Et ils commencèrent à rire en choeur. Dommage pour Stacey, ce n'est pas aujourd'hui qu'elle allait les convaincre d'une telle chose. Je crois qu'ils allaient devoir le voir pour le croire. Lori hausse les épaules , un verre à la main faisant basculer sa boisson d'un coté de l'autre , la renversant quelques fois par terre. « Il est pas méchant avec moi. » « Moi non plus » Lori se penche un peu vers Stacey , la regardant avec un petit air compréhensif, comme si elle lui faisait une confidence. « Mais on le comprends tu sais, pas qu'on veut faire du mal à Marya mais il y a des jours où elle fait exprès de pousser les gens à bout. Comme avec lui. Parce que quand tu la connais en dehors de l'école, elle est tranquille. Elle aime se faire détester par lui. C'est tout. » Ok Lou , arrête de parler. Tu comprends pourquoi je t'en dis le moins possible ? Si tu en dis plus, je t'en colle une en sortant.  Se relevant , elle termine son verre cul sec. Elle donne son verre à Andrew pour qu'il n'aille lui remplir de nouveau. Il prend le verre de Stacey « Je te ramène du jus Stacey » Du jus alcoolisé bien sûr. Ce n'est pas pour la saouler mais il tenait à ce qu'elle ne s'amuse un peu aussi. « C'est certain qu'avec Marya comme petite amie, Alexis pourrait en voir de toutes les couleurs. » Maintenant seule avec Lori, celle-ci lève les yeux vers le haut, un peu agacée. « Oh c'est sûr qu'il en aurait pour son argent. » Plus le temps avançait et plus Lou commençait à comprendre à qui elle avait à faire. Elle voyait également que les sous-entendus n'atteignait pas Stacey. En quelque sorte, dans sa simplicité naïve, elle était immunisée contre les gens absurdes. « Techniquement, un bébé chat, c'est pas une personne. » Lori s'avança d'un bond vers Stacey et posa le bout de ses doigts sur ses lèvres « Shhhhttttt ok ok ... Arrête ça , tu va me donner mal à la tête ok ? Tient , boit ça à la place » et elle soulève le verre que Stacey tenait comme pour le porter à ses lèvres. Et Tandis que Stacey lui disais qu'Alexis n'était pas allé en prison, Lori ne savait plus où elle en était. Elle avait bien compris mais elle n'avait pas envie d'expliquer à Stacey en quoi ça pouvait être grave. Une chose était certaine , elle allait crier si elle voyait Alexis prendre le volant une fois dans sa vie. Et comment allait-elle bien pouvoir être gentille avec lui en sachant une chose pareille ? Que de cauchemars pour cette nuit. Et là est venue le moment pour Lou , où elle aurait eu envie de venir s'enfermer avec moi et Alexis. Elle m'aurait endurée sans problème faire toute mes bêtises plutôt que de voir cette pauvre Stacey dans sa petite bulle. Celle-ci lui expliquais qu'elle dormais dans une tente plus jeune avec Alexis et donc que c'était évident qu'elle avait déjà couché avec lui. « Oh misère ... » Déclara Lou découragée. Une chance que Stacey ne disais pas ça devant tout le monde. Elle se mordit la lèvre et profita du fait qu'Andrew n'était pas revenu pour lui prendre les mains « Viens Stacey, viens, on va se baigner d'accord ? » Elle l'attira alors vers la piscine et tenta d'attraper une baleine gonflable pour monter dessus. Se pencher devenait un défi de choix alors pour se faciliter la tâche, elle se mit à quatre patte au sol et tendit une main pour essayer d'agripper le jouet gonflable. « Aide-moi Stacey, attrape-le. »

Hé ho , moi aussi j'avais besoin d'aide. Moi et Alex avions franchit les limites de notre petite guerre. C'était le même jeu mais sur des territoire inconnus. Nous n'étions jamais allés jusque-là dans nos provocations. Utiliser la douceur de cette manière c'était vraiment un jeu dangereux et je crois qu'il l'a compris lui aussi. Nous avons beau avoir réalisé que nous étions sur un terrain glissant, nous étions trop entêtés pour reculer. Je voulais qu'il flanche. Je voulais gagner cette partie. Je n'étais par contre pas trop convaincue de la méthode employée. Convaincue de ma tentative , j'étais certaine qu'il allait flancher là tout de suite. Thorens flanchait toujours quand je le provoquais. Vous imaginez mon air quand je l'ai vu continuer le jeu ? Il continuait de me regarder. Bordel ! Il me rendait complètement folle. Il faisait toujours le contraire de ce que je veux ! Même quand je sais qu'il va reculer, il avance. J'étais foutue. « Alors, explique-moi. Qu'attends-tu de moi exactement? » Plus que foutue. Je ne respirais plus. Dans ma tête, il y avait la lumière rouge qui s'allumais et qui criait "danger". Alexis avait traversé les limites du possible. Ok , reprend-toi. Tu est associée à un baron de la drogue nom d'un chien ! Tu va pas te mettre à paniquer pour une petite tentation ! Petite .... Oui bien sûr. Je me ressaisi , et bien que je voulais avoir l'air d'être en total contrôle de moi-même, un élément me trahissait, mes joues qui étaient devenues rouges. Sans oublier ma main sur son chandail qui n'avait pas arrêté de trembler. Je lui fais de petit signe que non de la tête.

- Ça ne s'explique pas

C'est toi qui va flancher le premier Thorens. Pas moi. Je m'avance encore un peu. Ma main tremblante libère son chandail et va se poser sur sa joue. Puisqu'il était tout près, je ne parlais pas fort.

- Tu dois le deviner

Et je fronce légèrement les sourcils

- C'est tellement évident Alex.

À quoi tu joue Marya ? Tu vas quand même pas lui dire ! Et alors que mon visage était presque collé au sien , un coup énorme dans la porte me fit sursauter. Je me retourne vers celle-ci , tournant désormais le dos à Alex, me tenant debout juste devant lui. Un autre coup dans la porte. Je m'avance pour essayer d'entendre ce qui se passe. On dirait qu'il y a une bagarre. Encore un coup, je me recule vivement et j'empoigne le bras d'Alex pour le faire reculer aussi. Dans cette bagarre, un garçon l'autre coté se jeta violemment sur son adversaire accoté contre la porte ce qui eut pour effet de faire céder le loquet. Celle-ci s'ouvrit projetant les deux bagarreurs au sol. J'ai reculé encore plus quand je les ait vu apparaitre , tirant toujours mon grincheux pour ne pas qu'on lui tombe dessus. Deux saoulons étendus au sol , devant nous, se frappais en se lançant des injures. Moi et Alex étions devant eux, confus par tout ça. La foule jette un petit regard dans la chambre et nous aperçoit. Ils nous avaient tous oubliés. Moi je regarde le cadre de porte. Nous étions libre. Moi et Alex n'étions maintenant plus obligés d'être ensemble. Mon réflex a été de tourner la tête vers lui , m'attendant à le voir déguerpir comme un lapin. Je m'attendais à voir la joie dans son regard. Je regarde le cadre de porte de nouveau et pour vous dire franchement je ne sais même pas comment me sentir. Moi qui était tranquille dans cette chambre depuis le début de la soirée. Il allait maintenant falloir que je me remette au boulot. Andrew avait entendu le bruit. Il se précipita vers les escaliers et affolé , il examina la porte pour voir si elle était correcte , puis il tourna la tête vers nous et fut lui aussi surpris de nous voir. Il nous avait oublié. Il s'avance vers Alex « Hé tout va bien ?  » Alors que je croyais qu'il s'adressais à moi , je lui fais signe que oui mais il poursuis en s'adressant à Alex. Bon ... Merci Andrew de te soucier de moi. « Stacey est en bas si tu la cherche. » Et pendant ce temps, je ne savais pas trop où me mettre. Je regardais le sol. Ce fut alors que les filles de ma classe de danse vinrent me chercher. Elles m'entoure et me traine avec elles comme une huée de mouettes sauvages. L'une d'entre elle me glisse un verre dans la main tandis que les autres me parle toutes. « Qu'est-ce qui s'est passé ? » « Qu'est-ce que vous avez fait ? » « Vous avez encore vos vêtements ? » « Non tu vois bien qu'elle a changé les siens » « Elle en avait pas » « Vous avez foutus le bordel à ce que je vois » Les sourcils froncés, je les regarde tour à tour confuse. Je ne les écoute même pas. Tandis qu'elles me traine hors de la chambre , je prend le temps de regarder vers l'arrière. Je regarde Alex un moment et je lui offre un tout petit sourire complice. Je ne sais pas ce qu'il voulait dire , ce sourire mais peu importe ce que c'était , il comprendrait que je m'était bien amusée dans cette chambre.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Dim 3 Juil - 2:02


Balance-moi un savon



Le but était très simple. Ne pas la regarder, essayer d'arrêter de respirer et surtout, jouer à l'indifférent. Pas la peine de lui montrer que ses petits gestes commençaient à me faire flancher. Non, pas la peine. Pas question non plus. J'étais plus fort que ça, beaucoup plus doué qu'elle pour ce petit jeu. Les bras de Marya changeait de position et moi, je jouais à l'indifférent, préférant imaginer autre chose, allant jusqu'à m'inventer une chanson pour avoir la paix dans ma tête. Car comme ça, je n'étais pas en paix. Et jamais je n'allais l'être, temps qu'elle était tout près de moi. Elle était trop près, beaucoup trop entreprenante. Je n'ai jamais eut d'aventure avec ce genre de femme, préférant prendre les plus imbéciles, étant certain d'avoir la paix ensuite. Et surtout, de pouvoir tout diriger. Mais avec Marya, quelque chose me disait que tout serait le contraire. Enfin... je ne souhaitais pas aller jusque là avec elle, je ne voulais rien savoir de tout ça. Je voulais continuer à lui parler, de faire d'elle une sorte d'amie et je savais bien que si jamais je posais la main sur elle, tout serait terminé. Trop souvent j'ai été déçu dans ce genre de cas, je ne voulais pas encore essuyer une déception. - Fais gaffe quand tu baisse ta garde Thorens  Lorsque je baisse ma garde? Mais de quoi parlait-elle? Je n'avais pas l'impression d'avoir baissé ma garde puisque je jouais l'indifférent. Ce qui me coutait énormément gros comme présentement. Ce qu'elle m'avait fait dans le cou, j'allais le garder pendant un moment, j'en avais l'impression. Mais je commençais à comprendre ce que voulait réellement Marya, et ce n'était pas ce que j'avais en tête exactement. Selon moi, elle était plutôt du genre forte tête, ne voulant pas se laisser faire, voulant toujours garder la tête haute, tout ce que je n'avais jamais testé avec une fille. Quoi qu'il en soit, lorsqu'elle décida de me quitter et de se diriger vers le bureau de la mère d'Andrew, attaquant les chocolats par la même occasion, j'avais pu enfin me remettre à respirer. J'avais tellement eut de difficulté à garder mon calme, à ne pas la pousser contre le mur pour qu'elle puisse me laisser tranquille ou, encore pire, à ne pas la pousser sur le lit pour que moi, je ne puisse pas la laisser tranquille. Mais maintenant, tout était mieux, j'avais l'esprit bien tranquille. Et plus léger aussi.

- Mouais je sais  Ce que j'aimais bien chez Marya, elle venait encore de me le montrer. Sa manière de rester indifférente à tout ce que je pouvais lui raconter. Je n'avais jamais apprécié certaines personnes qui prennent tout au sérieux, me traitant de tous les noms et décidant même de me bouder, uniquement parce que je ne pensais pas comme eux. Marya, elle était tout le contraire. Et c'était probablement pour cette raison que je souriais comme un con en ce moment même, tandis qu'elle faisait disparaitre la boite de chocolat et ce qui restait de son goûter sur le bout de son doigt. Et même que pendant un instant, j'aurais bien aimé être ce qui était justement sur le bout de ce doigt...

Stacey savait qu'elle était mignonne lorsqu'elle sautait à la corde à danser. Le seul problème dans tout ça, était le fait que Lou et Andrew avait l'air de le savoir. Et ça, elle ne le comprenait vraiment pas. Elle aurait bien aimé le leur demander, mais elle n'osait pas s'aventurer sur ce point, de peur de ce faire poser d'autres questions toutes aussi épouvantables et ensuite, espérer s'en tirer à si bon compte. Chose qui n'allait pas arriver. - Euhhhh non. - Stacey ne voulait rien essayer de nouveau, elle voulait uniquement quitter les lieux immédiatement. Tout avait si bien commencé, elle avait eut de l'attention. Tout était entrain de dégringoler, elle n'était plus maitre d'elle-même, ayant laissé trop de place entre elle et les amis de Marya. Elle commençait même à avoir peur pour la suite des choses. Au moins, Stacey comprenait pourquoi ces deux là étaient des amis de Marya, elle ne pouvait pas passer à côté de certains points trop flagrants. Stacey repoussa tranquillement la main qui tenait la ''cigarette'', avant de regarder dans d'autres direction, espérant trouver quelqu'un qu'elle connaissait bien et pouvoir continuer de parler dans mon dos, expliquant mon passé à tout pleins de monde. Elle avait le tour dans les histoires lorsque ce n'était pas elle la personne concernée. Elle voulait toujours continuer plus loin, ne s’inquiétant pas de nuire aux autres. - Avec un autobus? - Elle ne comprenait plus rien. Dès qu'elle ouvrait la bouche, la pauvre Stacey était perdue. Elle regardait les autres personnes vers la piscine, se demandant si elle pouvait bien aller faire trempette elle aussi. Et si c'était le cas, avec quel garçon elle allait se trouver dans une chambre. Quoi? Ce n'était pas ça le but? Marya, s'était comme ça qu'elle avait fait, non? Elle s'était jetée à l'eau et ensuite, elle m'avait enlevé pour se rendre dans une chambre à coucher. C'était comme ça qu'elle voyait les choses, ma pauvre cousine. Et moi, je n'allais certainement pas l'empêcher de le penser. Si c'était ce qu'elle allait dire à tout le monde ensuite, soit que Marya m'avait agressé, je n'y voyais aucun problème. - Moi non plus, il a jamais été méchant avec moi. - Stacey voulait faire comme tout le monde et aussi, dire comme tout le monde. Elle ne voulait pas être à part et vivre dans son monde. Ce qu'elle faisait constamment le restant de sa journée. - Et pourquoi elle veut tellement se faire détester par lui? Elle a peur qu'il lui fasse du mal ou bien, c'est parce qu'elle est amoureuse de lui? Alexis m'en a parlé tout à l'heure et j'ai rien compris à ce qu'il disait. - Et si elle continuait, elle pourrait plus jamais parler à qui que ce soit, c'était juré.

- Oui, s'il te plait. Mais avec beaucoup, beaucoup d'eau dans le jus. Je n'ai pas le droit de prendre trop de sucre. - C'était vrai. La pauvre n'avait pas la vie facile. « Oh c'est sûr qu'il en aurait pour son argent. » - Pourquoi? Marya est riche? - Stacey se gratta la tête quelques secondes, espérant que ce geste allait pouvoir l'aider à comprendre mieux ce qui se passait. Elle n'était pas certaine de tout suivre. Et dès que Lou décida de poser ses doigts sur ses lèvres, elle comprenait encore moins. Être mêlée dans sa tête, c'était très loin de ce qu'elle avait présentement. Elle était perdue, un vent glacial pouvait se faire entendre entre ses deux oreilles. Et recommencer à parler de prison et de tente comme lorsque nous étions petits... ça aidait pas du tout. - Qu'est-ce que la misère vient faire dans tout ça? Nous n'avons jamais été dans la misère... - Stacey avait envie d'aller à la salle de bain. C'était primordiale. Et tandis que Lou décidait de l'emmener vers la piscine, elle était de nouveau perdue. Elle ne savait pas nager, la pauvre Stacey. Ha non, elle nageait. Comme une roche, merveilleux. « Aide-moi Stacey, attrape-le. » Lou était rendue à quatre pattes et Stacey, complètement perdue à ses côtés. - Tu veux faire le chat toi aussi? - Elle ne savait pas si elle devait se mettre à quatre pattes à ses côtés et commencer à imiter son animal favori.

- Ça ne s'explique pas Avec elle, rien ne s'expliquait. Et c'était certainement mieux ainsi. Personne n'aurait voulu se trouver à ma place en ce moment parce que oui, ça s'expliquait très bien. - Si tu as de la difficulté avec les paroles, vas-y avec les gestes. - Pouvais-je être plus précis moi aussi? Oui, mais ça ne s'expliquait pas... Et tandis que Marya continuait de me tenir par le chandail, j'avais l'impression qu'elle s'approchait de moi et oui, si jamais son intention était de m'embrasser, j'allais la laisser faire. Peut-être pas non... Oui, probablement. C'était franchement compliqué, j'étais entrain de me mettre dans le caca et assez solidement. Les filles, je ne les embrassent pas. Je m'amusais avec elles et c'était tout. Pas d'approche, pas de bisous, pas de câlins, pas question de tomber en amour. Mais avec Marya, étrangement, j'étais à franchir une nouvelle étape, quelque chose que je me refusais depuis bien des années. - C'est tellement évident Alex. Oui, je le savais. C'était l'évidence et ceci ne m'effrayait pas du tout. Je me sentais comme à l'époque de mes 16 ans et c'était tout nouveau. Le visage de Marya était tout près du mien, j'étais prêt à lâcher les armes... et quelqu'un frappa à la porte, faisant avancer Marya, la faisant lâcher mon chandail. J'avais sursauté et elle aussi, c'était bien évident. Je l'aurais fait pour beaucoup moins aussi. Un autre coup à la porte, Marya me fit reculer avec elle avant que la porte ne s'ouvre grande, sur deux morons qui se bagarraient. Mon sourire s'était envolé, mon coeur avait arrêté de battre à tout rompre. Je n'avais plus envie d'être avec Marya, surtout si des gens étaient dans la même pièce que nous. J'aurais pensé voir Marya détaller comme un petit lapin, mais elle resta là, se tournant pour me regarder. J'avais l'impression que dans cette pièce, tout aurait pu arriver. Même l'inévitable, même l'impossible! Vraiment tout. Avait-elle la même impression? J'avais espoir de continuer la conversation qui c'était arrêtée assez rapidement, lorsque la voix d'Andrew me fit reculer d'un pas. Les choses avaient changé, plus rien ne serait comme avant. - Tout vas bien, t'inquiètes pas. - Marya avait raison au sujet de son ami. Andrew était gentil, mais j'avais l'impression qu'il m'appréciait beaucoup plus qu'il n'aimait son amie. Andrew me fit la remarque de Stacey, ce qui ne m'empêcha pas de poser mon regard sur Marya, espérant qu'il puisse me regarder également, ce qu'elle fit. Étrangement, j'avais l'impression que quelque chose venait de changer entre nous deux et ce quelque chose, j'avais bien envie de le connaitre d'avantage. Laissant Andrew de côté, je m'étais empressé de regarder Marya descendre les escaliers avec ses amies, rejoignant ensuite la fête. Et je l'avais rattrapé, laissant vraiment Andrew loin derrière. - Attends une seconde. - Je n'avais pas l'intention de la laisser de côté et surtout, ainsi. Enlevant mon chandail, je l'ai tendu à Marya. - La chemise que tu as prise est transparente. Je préférerais que tu portes ça à la place - Ce n'était pas un ordre, mais bien quelque chose d'amical. J'avais conscience des regards posés sur nous, je ne voulais pas en rajouter. Et j'espérais que Marya puisse en faire de même. De mon côté, dès qu'elle aurait pris ce que je lui tendais, je me rendrai à la penderie prendre le veston que j'avais apporter. On était jamais assez prudent.



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Dim 3 Juil - 18:44


Balance-moi un savon




Je suivais les vautours autours de moi. Je n'entendais même pas ce qu'elles disaient. Je pensais juste à cette chambre et à cette relation étrange que j'entretenais avec Alexis Thorens. Quelque chose que je m'étais toujours contenté de regarder en surface. Mais dans cette chambre, j'ai regardé un peu derrière et j'y ai vu plus que je ne l'aurais cru. Je demande vaguement si quelqu'un du groupe aurait vu Lori. Elles ne me réponde pas, je crois qu'elles ne m'ont pas entendue d'ailleurs. Je descends les escaliers , me retrouvant dans le hall et comme je l'avait prédit, je ne savais pas trop quoi faire. J'ai l'air un peu ennuyée par tout ça. Heureusement pour moi, ce ne fut pas long. Tandis que je prenais une gorgée du verre qu'on m'avait donné , je crois entendre la voix d'Alexis Thorens malgré la musique forte. Je me retourne subitement. Quelque chose de trop précipité pour que je puisse mettre des mots dessus. En le voyant qui revenait vers moi, j'eus un sourire surprise et soulagée. Sans m'en rendre compte, je pousse littéralement la fille devant moi pour pouvoir passer. Un geste qui ne se voulait pas violent mais qui le fut tout de même pour la pauvre brunette du groupe. Je surgit devant Alexis , curieuse de ce qu'il allait me dire. Je le vois alors qui enlève son chandail. Je fronce légèrement les sourcils à le voir faire. Je n'ai pas compris sur le coup. « La chemise que tu as prise est transparente. Je préférerais que tu portes ça à la place » Je baisse les yeux vers son chandail qu'il me tendait. Lui qui avait refusé de me le donner plus tôt.Je tend une main vers son chandail échappant un petit soupire moqueur. Je ne pouvais pas le nier. Quelque chose d'agréable était en train de se former entre nous et si nous n'avions pas été interrompus tout à l'heure , nous aurions franchis les limites du possible. J'allais l'embrasser , je le sais. Je crois qu'il le sait aussi. D'un coup, je met un peu de pression sur sa main qui tenais son chandail et je le tire vers moi , me mettant sur la pointe des pieds, j'étais prête à le rattraper, enroulant un bras autours de ses épaules pour finalement poser mes lèvres sur les siennes sous l'impact. J'éloignais le verre que je tenais de l'autre main pour éviter de nous arroser. Sur le moment , je ne réalisais pas que les autres étaient là, quand j'étais avec Alex, c'était toujours la même chose : C'était comme si nous étions seul au monde. Le baiser ne fut pas si long. Pourquoi j'ai fais ça ? Je l'ignore, peut-être pour clore une boucle. J'en sais trop rien. Je me recule un peu, redescendant sur mes pieds. Je souris à Alex de manière complice.

- Fais gaffe quand tu baisse ta garde Lui repetai-je amusée

Contente qu'il soit revenu. Je voulais affronter cette satané fête avec lui. Pas question de le laisser repartir chez lui. Et c'est alors que j'ai entendu les cris des gens autours. Toutes ces personnes qui s'excitaient pour un rien. J'en perds mon sourire , agacée par toute ces personnes. Un gars qui s'énervait à coté, me renverse un peu de sa boisson sur le pied. Je sursaute. Je lève les yeux vers Alex.

- Allez viens Lui dis-je à l'oreille pour être certaine qu'il m'entende malgré la musique forte.

Je lui agrippe la main de celle que j'avais libre et je le tire à travers la foule. Je m'arrête quelques instants pour chercher des yeux et finalement je trouve le placard à balai. J'ouvre la porte et j'y entre, tirant mon grincheux , je referme la porte derrière nous et je tire la corde de la petite lumière au-dessus de nous. Les parents d'Andrew avaient beaucoup d'argent, ils faisaient donc tout en grand. La maison était grande, la piscine était grande, les salles de bains étaient grandes et les placards à balai l'était aussi dans la mesure du raisonnable. Je nous ai tiré là car je ne voulais pas me changer devant tout le monde. Ils s'énervaient pour un baiser, imaginez si je me fou en sous-vêtement, je veux pas savoir ce qui va en déboucher. Ici, personne se mettra à crier pour un oui ou un non. D'ailleurs, ces gens étaient décidément dans un état beaucoup trop avancés pour moi et Alex. Ils étaient pratiquement tous saoul. Nous on était encore parfaitement sain. Je tend mon verre à Alex , lui faisant signe d'en prendre si jamais il avait soif puis je déboutonne ma chemise.

- Ma chemise était transparente et toi t'avais pas envie de me le dire plus tôt ?

Malgré ma réplique , j'avais un sourire amusée aux lèvres. Après avoir enlevé mon vêtement je m'avance vers lui , pour lui passer ma chemise sur ses épaules.

- Tu peux la mettre si tu veux. On fais un échange

Andrew pour sa part était encore dans la chambre à contempler tout le bordel, il passa ses mains dans ses cheveux se demandant à lui-même ce qui avait bien pu se passer dans cette salle. C'était sans dessus-dessous. Il ressors de la chambre demandant aux gens où nous étions passés et personne n'était en mesure de lui répondre. Mon pauvre ami hausse un sourcil , il va rejoindre Lou et Stacey dans la cour et reste surpris de les voir à quatre patte à essayer d'embarquer sur une baleine gonflable. Après quelques difficultés , les voilà sur l'eau. Andrew va se placer devant la piscine pour les observer. Il pose ses mains sur sa taille. Lou est assise derrière Stacey , ses mains autours de sa taille et un regard paisible sur son visage accoté sur son épaule. Lorsqu'elle ouvre les yeux , elle fronce les sourcils. « C'était quoi ce bruit ? » « Une porte qui défonce. La porte de chez mes parents. Alex et Marya son sortis » lou se redresse subitement ce qui fait vaciller l'animal gonflable. « Et ils sont où ? » « Aucune idée, ils ont encore disparus » « Comment ça disparus ? C'est ta maison bordel ! Tu as encore perdue mon amie ?! Va la chercher ! Stacey ..... Bouge pas trop , on va tomber sinon »






Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Lun 4 Juil - 2:14


Balance-moi un savon



Marya paraissait complètement perdue, ce qui me fit sourire pendant quelques secondes. Avec ses petits airs de miss je sais tout, elle était réellement belle lorsqu'elle agissait comme tout le monde. Réellement belle... J'avais envie de me taper jusqu'à ce que je puisse retirer mes paroles une bonne fois pour toute. Et lorsque je m'étais retrouvé devant elle, c'était encore pire. J'avais encore plus envie de me taper, jusqu'à ce que je puisse sortir de cet enfer et m'envoler plus loin. Oui, m'envoler... Puisque j'avais l'impression que si jamais je décidais de partir à pieds, quelque chose allait me faire retourner vers Marya. Surtout lorsque cette dernière décida de poser sa main sur la mienne, après avoir visualisé le chandail que je lui tendais. Je n'ai jamais été un garçon méchant avec les autres et ainsi, j'espérais qu'elle puisse le comprendre. Je me demandais aussi pourquoi je tenais à ce qu'elle puisse le comprendre, puisqu'elle ne m'intéressait pas du tout. Non, non non... Jamais de la vie. Stacey pouvait bien raconter n'importe quoi, Marya Lambert ne faisait pas partie de mes pensées et de mes fantasmes. C'était même très loin d'être le cas. Et tandis que mes yeux se relevaient péniblement vers mon adversaire, cette dernière décida de poser ses lèvres sur les miennes. J'ai eu un petit recul de rien du tout, mettant un terme à cet échange. Pas question. Pas la peine de la jouer ainsi, Lambert. Pas question que tu ne t'approches de moi. JAMAIS. Ce genre d'action n'a jamais su me toucher particulièrement et encore moins en ce moment entouré de gens. Ce geste, pour ma part, je l'ai toujours trouvé personnel et pas question de le montrer à tout le monde. Ce n'était pas ce que je désire et encore moins lorsque Marya me glissa ses mots à l'oreille, les mêmes qu'elle avait sorti un peu plus tôt, dans la chambre du haut. Si c'était réellement ce qu'elle désirait depuis un instant, pourquoi ne pas l'avoir fait en haut, dans la chambre des parents d'Andrew? La réponse était très simple, elle voulait se donner en spectacle, comme elle le voulait toujours. Faire parler d'elle, se montrer supérieur devant les autres et espérer se faire désirer. Ce qui ne risquait pas d'arriver puisque j'allais rester ici, croisant les bras et surtout, décidant de ne plus me faire avoir par elle. Avoir su qu'elle aurait agit de cette manière, jamais je ne lui aurais tendu mon chandail. C'était maintenant à mon tour de me trouver en ''petite tenue'' devant les autres, ce que je n'appréciais pas particulièrement.

Les gens autour de nous ne savaient plus comment vivre. Nous avions l'air d'être revenu au temps de la préhistoire. Quelqu'un voit un mur: ohhhhhhhhhhhhhhhhhh. Quelqu'un voit un plancher: Ohhhhhhhhhhhhh. Ces gens auraient eut l'air de quoi s'ils auraient été enfermé dans la chambre du haut? Je ne tenais pas particulièrement à le savoir dans l'immédiat, surtout lorsque Marya décida de me chuchoter quelques mots à l'oreille, avant de m'entrainer dans sa course folle. Je ne voulais pas la suivre, ne désirant pas créer de problèmes entre nous, mais quelque chose me disait que c'était la seule manière que je pouvais faire pour pouvoir lui parler. Je devais lui dire quelques mots moi aussi, mais pas devant tout les autres. C'était beaucoup trop personnel, je ne tenais pas à montrer aux gens que j'avais usage de la parole en ce moment. La tête dure de Marya m'entraina dans le placard à balai. Dans un endroit certainement humide et grand comme ma main, ce qui allait nous obliger à nous coller pendant un moment. Je n'avais rien contre, loin de là... mais à place, je fut agréablement surpris. La pièce était grande. Pas autant que la chambre des parents d'Andrew, mais certainement aussi grande que ma chambre dans l'appartement que je partageais avec Matteo. Finalement, peut-être que le placard était petit et ma chambre aussi, c'était selon les goûts de chacun. - Ma chemise était transparente et toi t'avais pas envie de me le dire plus tôt ? - Pour faire quoi? C'est pas moi qui me balade en soutif depuis plus d'une demi-heure et qui avait pas envie de m'habiller. - Mon ton était assez sec, je ne tenais pas à jouer avec elle. Depuis qu'elle m'avait embrassé, les choses venaient de changer. Je ne comprenais plus ce qu'elle voulait mais, pour ma part, c'était n'importe quoi venant d'elle. Sauf ses baisers. - Pas question que je porte les vêtements des autres, je ne suis pas assez dans la merde pour ça. - Ce n'était pas méchamment, uniquement lancé comme ça. - Je peux savoir pourquoi tu m'as embrassé tout à l'heure? Si c'était une manière de me faire comprendre que je pouvais abuser de toi, tu es complètement à côté de la plaque. Et y'é pas question que tu recommences ça, c'est certain. - Ce morceau là, j'étais prêt à le défendre bec et ongles. Ou peut-être pas non plus, puisque j'avais bien envie qu'elle recommence, puisque maintenant, nous n'étions que tout les deux.

Pourquoi ne fallait-il pas bouger, puisque le cousin était disparu? C'était exactement ça que Stacey se disait en ce moment même. Elle qui était confortablement assise sur une baleine en plastique, une première pour elle, ne comprenait plus rien. - Marya et Alexis sont sortis? - Elle ne voulait pas jouer les rabats-joies, mais tout ça commençait à lui faire peur. - Est-ce qu'ils savent que nous sommes ici, dans la piscine? - Tout ce qui l'importait, pour l'instant, était ce détail. Pas le reste. - Est-ce qu'ils vont venir nous rejoindre? -



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Lun 4 Juil - 3:00


Balance-moi un savon




Nous étions désormais dans le placard et Alexis ne paraissait pas de particulièrement bonne humeur. Ça ne m'atteignais même pas. Nous avions fuit la fête, c'est tout ce qui comptais. Je ne comprenais par contre pas la source de son état. J'ignorais encore certains détails à son égard à ce moment-là. « Pour faire quoi? C'est pas moi qui me balade en soutif depuis plus d'une demi-heure et qui avait pas envie de m'habiller. » Je ne perds pas mon sourire. Ces paroles ne m'atteignent pas, son humeur non plus. J'ai un faible sourire au coin des lèvres et tandis que je déboutonne ma chemise, je m'adresse à lui.

- Et si cette fille n'a pas envie de s'habiller, pourquoi tu l'aide ? C'est clairement une idiote , tu devrais la laisser faire dis-je comme si c'était d'une évidence même.

Et je relève la tête vers lui avec un léger sourire. N'essaie pas d'être rude avec moi Alex, tu ne m'atteins pas. Je savais que mon grincheux avait un caractère difficile d'ordinaire mais cette fois, il me semblait qu'il y avait quelque chose. Et une certaine déception m'a traversée lorsque l'hypothèse suivante m'est venue : Peut-être voulait-il reprendre notre guerre maintenant qu'il y avait des gens autours de nous ? Je pensais que nous avions hissé le drapeau blanc. Il fallait croire qu'il avait brûler le sien. Préférant passer par-dessus mes suppositions, je lui passe ma chemise sur les épaules pour la lui mettre mais il me sors un autre commentaire rude. Le sourire que j'avais disparu peu à peu tandis que j'avais les yeux levés vers lui. J'abaisse mes mains tenant mon vêtements comprenant qu'il ne voulait pas de mon aide. Je baisse les yeux vers son chandail et j'hausse des épaules.

- Ton chandail, tu veux toujours me le prêter ?

J'ai demandé cela sans grand intérêt. Je cherchais les raisons possibles et imaginables mais la seule qui me venait c'était la même que tout à l'heure. Il ne voulait pas montrer aux autres qu'on s'entendait bien. Et je ne voulais pas lui demander pourquoi il agissais comme ça. Je ne voyais pas l'intérêt. Pourquoi je me soucie du traitement que me réserve Alexis Thorens ? Il a pas toujours été comme ça ? Bien sûr qu'il est toujours comme ça ! ......... Sauf à quelques intervalles où il devient quelqu'un d'autre. Je sais pas d'où ça lui vient mais c'est bien de le voir comme ça. Ça n'arrive pas souvent mais à chaque fois, j'ai l'impression de passer de l'autre coté d'un miroir. Comme si à mon retour, le monde reprenait sa tournure et personne ne croirait ce que j'y ai vu. « Je peux savoir pourquoi tu m'as embrassé tout à l'heure? [...] » Ces paroles m'ont presque fait sursauter. Comme si j'espérais que l'on en reparle jamais. Je pousse un soupire tout en regardant le sol. Les bras croisés, je réprime un petit haussement des épaules ne sachant pas trop quoi répondre même si c'était d'une évidence. Je ne le regarde pas. Je regarde ailleurs.

- C'est ce que j'allais faire tout à l'heure, dans la chambre. Je crois que tu m'aurais laissé faire aussi.

Je lève finalement les yeux vers lui. J'étais à l'aise de parler de ce genre de chose mais avec l'air qu'avait Alexis, cela rendait la situation difficile. J'avais l'impression que je devais être gênée de ce que j'ai fais.

- J'étais soulagée que tu vienne me chercher et je me suis emportée je crois

Soulagée ? Tu lui as dis quoi là ? Est-ce que tu viens de lui dire que tu étais contente de le voir ? Bah voyons ! Tu ne pense pas ce que tu dis. Il y a quoi dans ton verre au juste pour que tu te mette à dire des conneries ? Prenant une voix un plus relaxe, je corrige le tir.

- Je veux dire, cette fête est nulle et la musique aussi. On était pas si mal dans cette chambre.

Et tandis que je le regarde, les petits mouvements nerveux que j'avais depuis quelques secondes , soit d'hocher de la tête plusieurs fois, de regarder ailleurs le plus possible et de tapoter mon doigt sur mon bras, toutes ces petites actions cessèrent. Un faible sourire apparait au coin de mes lèvres.

- Enfin, je parle pour moi.

« Et y'é pas question que tu recommences ça, c'est certain. »  Oh je le croyais. Voyant son air , je savais qu'il ne me laisserais jamais recommencer. Tant pis. Selon ma théorie , le meilleur baiser que j'avais reçu , c'était Lou qui me l'avait donné, mais ça nous le savons déjà. Les garçons , je trouve qu'ils veulent trop, c'est rude. Dans le cas d'Alex, vu ma précipitation et son recul, ce fut le contraire, il ne voulait pas assez. Et pourtant, une parcelle apparut dans mes yeux tandis que je me demandais à quoi cela pouvait bien ressembler, si il voulait.

- Certain ? J'embrasse si mal que ca ?

Andrew se redressa et se croisa les bras. Décidément , il commençait à trouver que moi et Alex, on lui gâchait le plaisir depuis le début. Il fais une fête chez lui et la seule chose qu'il doit faire depuis le début c'est essayer de nous trouver, ou nous faire sortir d'une chambre. Il se demandait pourquoi on ne lui facilitait pas la tâche pour une fois ? Pourquoi on avait pas décidés de rester sage pour une fois et d'aller rejoindre Lou et Stacey ? Il lui a pourtant dit à Alex où se trouvait sa cousine ! Il y tient pas plus que ça à sa cousine ? Est-ce qu'il lui a dit qu'elle était avec Lou ? Aaahhh ! S'il lui avait dit , Alex aurait surement accourus. Quoi que quand on les regarde , elles ne risque rien toutes les deux assies sur une baleine. « Marya et Alexis sont sortis? » Lou toujours agrippée contre Stacey par la taille , la lâcha d'une main pour se pencher vers l'eau ce qui manqua de les faire chavirer. Quelqu'un avait échappé une caisse de bière dans la piscine, du coup , les bouteilles flottaient. Lou était prêt à risquer leur embarcation pour s'en prendre une. Dès qu'elle en attrapa une , elle se redressa fièrement et ouvrit le bouchon avec ses dents. Je lui ai toujours interdis de faire ça mais c'est une vraie tête de mule. « Oui , ils sont sortis mais pas dehors , ils sont à l'intérieur. Tu comprend ce que je dis ? Sortis de la chambre mais pas de la maison ! Non c'est pas clair, attend que je corrige : Ils sont sortis à l'intérieur ! Mais où , j'en sais rien. Andrew les as perdus ! Si ça se trouve, Alexis est en train d'enterrer le corps de Marya quelques part » Andrew continuait de toiser son amie sérieusement. Non , il n'est pas partis à notre recherche. C'est pas comme si on avait besoin de son aide en ce moment et puis, vu comment ils nous as "secourus" tout à l'heure, on pourra bien s'en passer. « Non , elle était vivante quand je les ai vus » « Et ça prend combien de temps tuer quelqu'un tu crois ?  » Une chance que Stacey était là pour les ramener à la raison enfin .... À sa façon : « Est-ce qu'ils savent que nous sommes ici, dans la piscine? » « J'ai dit à Alex que tu étais à la piscine. Il va sûrement arriver d'une minute à l'autre. » « À moins qu'il enterre un cadavre, c'est long creuser une tombe. Stacey, tu risque d'être ici jusqu'à demain matin.  »






Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Mar 5 Juil - 2:21


Balance-moi un savon



Je n'étais pas de bonne humeur et loin de là. Je n'avais qu'une seule envie, celle de prendre Marya par les épaules et de la secouer jusqu'à ce qu'elle puisse comprendre ce qu'elle avait fait. Ce qu'elle m'avait fait. Les gens, je ne les embrasses pas. Et encore moins Marya Lambert. Mon mouvement de recul n'était pas quelque chose de calculé, bien au contraire. C'était tout naturel venant de moi, personne n'aurait pu le nier. Enfin, les personnes au courant de mon petit problème de proximité auraient pu. Le regard de Marya se faisait insistant tandis que je ''boudais'' dans mon coin, ne préférant pas perdre les pédales pour l'instant. Je n'avais pas envie de lui sauter à la gorge et de l'étouffer, je voulais des explications en premier lieu. Ensuite, j'allais l'étouffer. Lentement pour qu'elle puisse comprendre le mal qu'elle me faisait aussi, en agissant de cette manière avec moi. Des flatteries, des sourires et ensuite, une indifférence complète. Elle était certainement entrain de me rendre la monnaie de ma pièce, puisque j'avais agis de la même manière bien des années auparavant. Menteur, flatteur et dragueur, je n'y étais pas été de mains mortes avec elle. Et elle était certainement entrain de se venger, ce que toute personne aurait fait aussi. Selon mon point de vue, bien évidemment. Pourquoi était-elle toujours entrain de se rabaisser? Pour une fois, je ne l'avais pas traité d'idiote, même si je le pensais beaucoup. Dès le départ, Marya se promenait à moitié à poil et maintenant, elle se souciait de la manière dont elle était habillée? Et pourquoi m'avoir entrainé avec elle pour se changer? Avait-elle besoin d'aide pour se vêtir ou bien, pour se dévêtir? - Je te ferais remarquer que c'est toi qui m'a entrainé ici et non le contraire. - C'était pourtant moi qui lui avait tendu mon chandail, mais je ne voulais pas mettre ce sujet sur le tapis. De toute manière, il n'y avait pas de tapis dans cette pièce, à ce que je pouvais voir avec la faible lumière que l'ampoule nue émettait. Je n'avais jamais compris pourquoi mettre aussi peu d'éclairage dans une pièce aussi pratique d'une maison. C'était la même chose à mon appartement, je n'avais presque pas d'éclairage dans le placard, chose ridicule. Ridicule comme de porter les vêtements de la mère, ou du père, d'Andrew. Je n'étais pas aussi désespéré que ça. Enfin, peut-être un peu, mais jamais je n'allais le montrer devant Marya. - Aucun problème avec ça. - Et dans un petit geste, je lui ai tendu mon chandail, espérant qu'elle puisse le prendre sans faire d'histoire. Je n'aimais pas voir Marya dans cette accoutrement. Allez savoir pourquoi! Et pas question de vous le dire non plus.

Mais je voulais tout de même savoir la raison de son agissement. Où lui avais-je montré qu'elle pouvait mettre un terme entre l'espace qui était entre nous? Lui avais-je ouvert une porte? Si oui, laquelle? Je n'avais pas eut l'intention de lui montrer quelque chose, loin de moi cette idée ridicule. - C'est ce que j'allais faire tout à l'heure, dans la chambre. Je crois que tu m'aurais laissé faire aussi. - Et bien tu vois, tu as eu l'effet contraire tout à l'heure. - Je ne voulais pas paraitre méchant, ce que j'étais certainement à ses yeux, mais je voulais lui faire comprendre que ces petits moments d'attention et d'affections avec moi, elle n'en aurait plus. Je n'ai jamais aimé me coller, avoir le sourire sur les lèvres pendant des heures et avoir aucun problème avec le sexe opposé. Ou le même sexe, tout dépendait de la situation. Marya lève enfin les yeux vers moi, ce qui me trouble pendant quelques instants. Lorsqu'elle posait ses yeux sur moi, je ne savais plus quoi penser. Ses yeux me dévisageaient, je n'avais qu'une seule idée, me perdre à l'intérieur pendant quelques minutes. - Soulagée? - Elle me faisait quoi, là? Elle était en détresse tout à l'heure, avec ses amies? Si c'était le cas, avoir sut, je l'aurais laissé là, avec les autres. Enfin, techniquement, ce n'était pas moi qui l'avait entrainé ici. Ou avais-je la tête? Certainement perdue à quelque part dehors ce placard. - La fête est nulle... Tu n'y es même pas restée plus de vingt secondes. - Ou peut-être quelques secondes de plus, je n'avais pas compter. Je voulais uniquement qu'elle puisse me dire ce qu'elle avait en tête présentement et surtout, mettre un terme à mes idées devenues déplacées. Surtout depuis que nous étions ici rien que tout les deux, la musique en fond d'écran à l'arrière, obligeant Marya et moi a parler un peu fort pour que nous puissions nous entendre. - Certain ? J'embrasse si mal que ca ? - J'ai jamais dit ça. J'ai jamais dit le contraire non plus, soit dit en passant. - Et c'était vrai mais maintenant, je ne savais plus sur quel pied danser. Je me sentais lamentable tandis que mon regard se dirigeait vers Marya et ensuite, vers le fond du placard, pour revenir vers Marya. J'essayais de paraitre tranquille et surtout, maitre de moi-même, mais c'était peine perdu. J'avais échoué depuis que j'avais entré dans cette chambre, celle du haut, la chambre des parents d'Andrew. Le pauvre nous cherchait certainement en ce moment même. - Tu sais, si jamais Andrew refait une fête ici, la prochaine fois, n'oublie pas de fermer les placards à balais à double tours. Des fois, des détraqués FÉMININS peuvent si trouver et elles entrainent de pauvres victimes avec elle. - Ne voulant pas la laisser parler, je m'étais approché un peu d'elle, d'uniquement un pas, espérant qu'elle ne puisse pas reculer. Ce que je regardais tout à l'heure, derrière Marya, était la distance entre elle et le mur, voulant savoir combien de pas elle devait reculer avant que son dos puisse être victime du mur derrière. Selon moi, j'estimais ce mouvement de quelques pas. 3 ou 4, tout au plus. Bien assez pour qu'elle puisse rester dans la même position, ne pouvant pas se sauver. Déposant mes lèvres sur les siennes, j'essayais de bien paraitre. Embrasser les filles n'a jamais été mon fort et j'espérais qu'elle ne puisse y voir que du feu. Je ne voulais pas qu'elle me repousse avant de s’esclaffer, je n'allais pas le supporter. Tout en continuant de l'embrasser, j'avais continué à avancer, la faisant reculer en même temps, l'obligeant à se coller au mur. Comme ça, aucune façon de se sauver, elle était bien prise avec moi.

- Fait attention, tiens-toi bien. - La baleine était maintenant sur le côté, obligeant Lou et Stacey a faire de même. Ma pauvre cousine n'était pas certaine qu'elle appréciait le geste de sa nouvelles amie. Non non, elle n'était pas certaine. Elle cherchait encore si elle était bien ou non. Ça pouvait lui prendre bien du temps avant de réfléchir convenablement. Pour une simple bière, Lou était prête à tout laisser tomber. Sauf sa bière, bien entendu. - Comment on peut être sortis et être à l'intérieur encore? - Ma pauvre Stacey... Ma pauvre, pauvre Stacey. Après, les gens vont s'étonner de savoir que nous étions de la même famille. Comme si j'allais m'en vanter sur tous les toits. - Alexis ne sait pas jardiner, on est correct. - Et comment elle savait ça, elle? - Hummmmmm... Ça dépend comment tu décides de tuer quelqu'un. Si c'est avec une arme à feu, c'est certainement moins long qu'avec une lame tranchante. Si la victime est attachée, c'est certainement moins long aussi. - Stacey, les deux yeux en l'air, espérait pouvoir trouver le nombre exact de minutes pour pouvoir tuer quelqu'un. Allait-elle y arriver? - Rester ici jusqu'à demain matin? JAMAIS! Vite, aide-moi à retourner sur la terre ferme, je vais aller aider Alexis. À deux, ça va aller plus vite pour creuser, je vais pouvoir partir plus rapidement. -



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Mar 5 Juil - 4:38


Balance-moi un savon




Ah ! Qui me connais bien sait que je ne suis pas du genre à me rabaisser. En fait, en parlant d'une idiote que je ne connaissais pas, je voulais lui montrer qu'il ne m'atteignait pas. C'était le cas. J'avais pris mon temps pour fouiller dans la penderie des parents d'Andrew certes mais vous serez d'accord pour dire qu'emprunter les vêtements de quelqu'un d'autre c'est pas top et encore moins quand ils font le double de notre taille. J'étais quand même à une fête , je ne voulais pas me balader en gros pull de laine comportant des petits chatons à l'avant. « Je te ferais remarquer que c'est toi qui m'a entrainé ici et non le contraire. »

- Et toi tu m'as entrainée dans la chambre des parents d'Andrew. On est à égalité. C'est pas aussi grand mais je pari que je peux y foutre le bordel aussi rapidement que l'autre chambre

Et je lui administre un petit sourire joueur. Le genre de sourire qu'il vaut mieux maintenir dans la calme autrement, le bordel allait éclater sous peu. Et pourtant je l'observais avec la folle envie sur le bout de ma langue de lui relancer la monnaie de sa pièce en lui disant que pour sa part, il m'avait offert son chandail. Avec Alexis Thorens , il faut faire attention à ces petites choses, ne pas les perdre de vue dans le brouillard autrement , on ne vois que la brute et là , on loupe une partie importante de sa personne. Un morceau de lui qui mérite qu'on s'y penche un peu. D'ailleurs, à ce point-ci , je ne m'attendais pas à ce qu'il me donne son chandail en fin de compte mais il l'a fait. Sans le lâcher des yeux, pas trop certaine de son humeur actuelle , je tend une main hésitante vers son vêtement et je finis par le prendre. Pour les secondes qui suivirent, je ne le regardais pas. J'enroule ma chemise par les manches autours de ma taille pour ne pas la mettre par terre et la salir , pourquoi m'en soucier ? aucune idée. Puis, je jouais avec son chandail tentant de le remettre à l'endroit puisqu'il était en boule et à l'envers. À un moment , je me suis arrêtée avec un réflex complètement débile , encore une fois je n'ai aucune idée du pourquoi j'ai fais ça, mais rapidement , j'ai porté son chandail à mon visage pour le sentir. Réalisant l'idiotie, j'ai levé les yeux vers lui tandis que je l'abaissais. J'observe la boule de tissus entre mes mains , puis lui.

- Rien d'offensant, je voulais juste m'assurer que ton eau de cologne ne me fatigue pas. Tu sais, une fille qui sent l'homme .... Ça attire pas des hommes hein !

Dis-je pour m'assurer qu'il ne me pète pas un câble pour ce petit geste. Déjà qu'il me prêtait son chandail , je devais pas l'insulter non plus.
Et puis ce fut son tour. J'avais beau prendre ses conneries à la légère, il y a des moments où c'est plus difficile que d'autre. Comme là tout de suite alors que je discute de quelque chose qui se veut délicat. Enfin, je ne le voyais pas comme ça, j'étais à l'aise certes mais il y avait quelques choses dans l'air qui me gênais. « Et bien tu vois, tu as eu l'effet contraire tout à l'heure. » Automatiquement, j'ai un recul de tête. Regardant le sol , je lui répond aussitôt

- T'inquiète, j'ai remarqué sale brute

Et prenant une inspiration, je relève la tête pour le regarder sérieusement. Si d'ordinaire, je transformais tout à la blague, cette fois, je voulais qu'il me réponde bien clairement. Je n'allais pas laisser certaines choses dans le néant comme ça. Pas question de lui faciliter la tâche.

- Pourquoi dans la chambre et pas dans le hall ? Parce qu'il y avait des gens ? Ça t'importe vraiment ce que ces saoulons vont dire après ?

Moi perso je m'en fou. D'ailleurs , j'avais plus à perdre que lui il me semble. Embrasser Alexis Thorens, c'est montrer aux autres que je me fais avoir par lui comme toutes les autres idiotes de ma classe. Embrasser Alexis Thorens c'est montrer que Marya Lambert n'est pas si différente, ni si forte que ça. Alors pourquoi est-ce que je l'avais embrassé dans le hall ? Je lève alors l'index vers lui.

- Attention avant de me répondre une connerie parce que je sens déjà que je vais te frapper. Mon gars, je vais te frapper je rigole pas.

Oui bon, je ne parle pas de la tabasser , je parle de l'habituelle claque qu'il se prend derrière la tête ou sur le bras quand il dit une connerie. « Soulagée » D'un coup je fronce les sourcils, il se moquait de moi ? Moi je lui dis que je suis soulagée de le voir et lui il se moque de moi ? Je le pousse faiblement sur son épaule comme pour le corriger.

- Soulagée c'est le mot et tu vas le prendre ce mot, c'est le meilleur mot que tu pourras entendre de ma bouche pour les années à venir alors tu le prends c'est tout

Et je le poussais une deuxième fois sur l'épaule toujours sans force aucune tandis que je parlais. Puis une troisième, pourquoi pas. Son humeur ? Je l'avais oubliée. D'ailleurs, j'espérais le faire sourire un peu avec cette idée d'ancrer ce mot dans sa tête car maintenant c'est certain, le mot soulagée ça va le marquer suite à cette blague. « La fête est nulle... Tu n'y es même pas restée plus de vingt secondes. » décidément, ça ne s'améliorait pas cette humeur. Je penche la tête vers lui avec un air d'évidence. Quelques secondes qui ne m'ont pas donnée envie de rester non plus.

- Et il m'en aurait pas fallu plus pour voir que tout le monde est dans un état trop avancé pour moi.

Et tandis que j'avais cerné Alex avec une réplique sur mes compétences , j'attendais avec impatience ce qu'il allait en dire. Je ne crois pas qu'il puisse avoir une réelle opinion puisque ce qui s'est produit dans le hall a été écourté. J'attendais la connerie et je savais déjà comment la retourner mais non. Ce n'est pas ce qui s'est produit. Au contraire, il a évité. Oui évité de sauter sur le beau plateau de connerie que je lui offrais. « J'ai jamais dit ça.» Mon dieu Alex, tu fais des progrès qu'est-ce qui se passe ? « J'ai jamais dit le contraire non plus, soit dit en passant. » Ah voilà la rechute ! Je roule des yeux et jouant un peu avec le chandail pour trouver le sens de celui-ci, j'entend Alex me répondre. Il me parle d'un truc , de verrouiller les portes des placards à balai. Après trois secondes, je ralentis mes gestes pour lever les yeux vers lui. AAAahhhhh la belle victime Alex ! Je voulais bien donner mon opinion sur le sujet mais je fus prise par surprise. Je n'ai rien compris de ce qui s'est passé. Rien du tout. Le moment où il se fâche pour l'histoire du hall et maintenant où il m'embrasse, je ne comprend strictement R-I-E-N. J'ai eu un petit sursaut. Sur le coup , je ne réagissais pas trop. Je l'embrassais à mon tour timidement croyant que c'était à cause de cette histoire , si j'embrasse mal ou non. Je m'attend à ce qu'il me donne son verdict mais non. Je le sens s'avancer. Il y eut un moment où j'ai presque tout gâché, celui où , me retrouvant accotée contre le mur, j'ai eu les lèvres libres arrivant pour répliquer. Le résultat a été d'une petite respiration à peine avant que l'échange entre moi et Alex ne reprenne. Qu'est-ce qui se passe ? Il veut que je lui montre c'est ça ? Sur le coup , j'y ai mis plus du mien enroulant mes bras autours de son cou et prolongeant l'échange beaucoup moins timidement qu'au début. Mais après un moment , je commence à me demander si ce qui se passe n'a rien à voir avec une quelconque blague. Et c'est là que ça deviens dangereux. Si ce n'est pas une blague alors qu'est-ce qui est en train de se passer ? Est-ce que moi et lui on fais une grosse connerie ? Si quelqu'un dans notre classe nous prendrais en photographie là maintenant et la montrait aux autres, personne ne supporterais l'image qui s'offre à eux. Ça n'a aucune logique tout ça. Mes bras se retire de son cou pour glisser sur son torse y mettant un peu de pression faible pour lui faire signe de reculer sans toutefois cesser de l'embrasser. Ça Marya, ce ne serait pas un Oui déguisé en Non ?

Lou n'a pas choisis la danse car elle aime le chant certes mais aussi parce qu'elle n'est pas du tout flexible et qu'elle n'a rien d'une gymnaste. Pourtant , quand on la voit sur cette baleine , on lui donnerais son ticket d'entrée. Elle y est arrivée dans un état purement second. Peut-être même tierce. Une fois de retour à bord de leur magnifique embarcation, Lori entoure un bras autours du cou de Stacey comme si elle était sa poupée. Elle boit sa bière songeuse à l'équation mathématique. « Comment on peut être sortis et être à l'intérieur encore? » Lori lève les yeux vers le haut songeant à la philosophie du mot "sortir"  « Il y a toute sorte de façon de sortir Stacey. Si tu sors avec un garçon mais qu'il est chez toi , ça marche. Si tu sors le lait du frigo, tu est encore à l'intérieur , Si tu sors ..... Non ! Tu me feras pas le coup Stacey ! C'est toi qui joue avec les mots depuis tout à l'heure ! Tu fais exprès ! Refais-moi un coup pareil et je t'expulse de ma baleine.   décidément , Lori n'en pouvait plus des mécanismes employés par Stacey. Une minute elle trouve des doubles sens, une autre elle reste au premier degré. À moins qu'elle n'ai toujours été qu'au premier degré ? Euuuhhh comment cette petite tête pouvais être aussi complexe ? « Alexis ne sait pas jardiner, on est correct. » Lou éclate de rire , elle n'en peux plus. Son front accoté contre le dos de Stacey, elle essaie de cacher son rire mais c'est trop pour elle. Reprenant alors son cynisme, Lou s'y est remis bien vite « Dommage pour lui, il aurait pu planter de l'herbe sur la tombe pour mieux masquer Décidément, Lou était partie sur le fait que j'allais mourir ce soir. À croire que ça l'amuse. Regardez-là , elle rit. Et c'est là que Lori et Andrew ont été traumatisés un moment en voyant la petite Stacey lancer ses théories sur le fait de tuer quelqu'un et elle avait l'air tellement certaine de ce qu'elle disait. Andrew fronce les sourcils en regardant Stacey. Lori elle, ne trouve pas ça bizzarre le moins du monde. Elle poursuit même. « Il n'a pas accès à une arme à feu donc non , il l'aurait donc attachée .... Mmmm si il est marrant, il l'attacherait à un feux d'artifice comme ça , on pourra en avoir ce soir. J'aime les feux d'artifices Ok .... Je vais lui donner une chance et me dire que c'est parce qu'elle est vraiment dans un état finie. Andrew est découragé, il regarde Lou dire des conneries sur sa meilleure amie qu'elle aime tellement. Si il la filmait là tout de suite et qu'il lui montrait demain matin, elle serait horrifiée.   Le meilleur était à venir : Stacey qui elle, avait toute sa tête. « [...] Vite, aide-moi à retourner sur la terre ferme, je vais aller aider Alexis. À deux, ça va aller plus vite pour creuser, je vais pouvoir partir plus rapidement. » Andrew pousse un profond soupire douloureux. Décidément Stacey ne s'entendait pas parler et heureusement pour elle qu'Alexis ne tuait pas réellement quelqu'un, en sachant qu'elle irait l'aider. « Seigneur .... » C'est pas comme ça que tu va y arriver. Allez Stacey, nage un peu avec tes mains, fais-moi avancer cette baleine !





Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Mar 5 Juil - 19:33


Balance-moi un savon



- Et toi tu m'as entrainée dans la chambre des parents d'Andrew. On est à égalité. C'est pas aussi grand mais je pari que je peux y foutre le bordel aussi rapidement que l'autre chambre Alors ça, j'en étais persuadé. Lorsqu'elle le voulait, Marya était capable de grandes choses. Dommage que ce n'était que pour des trucs insignifiants. Elle pourrait devenir quelqu'un, faire du bien autour d'elle mais au lieu de tout ça, elle voulait faire le mal et espérer rendre la vie des autres merdique. Comme elle voulait, qui étais-je pour lui dire quoi faire? Comme en ce moment, tandis qu'elle prenait mon chandail et qu'elle le portait à son visage. C'était assez... déroutant. Et pas juste un peu. Pour moins que ça, je l'aurais traité de perverse mais bon... Au fond, je pouvais la comprendre un peu. Peut-être qu'elle aimait mon odeur et que c'était pour cette raison qu'elle voulait en avoir pleins les narines. Chose étrange, je devais l'admettre. - Un coup parti, dis que je sens la fille! - Ce n'était pas un reproche, uniquement un petit point de plus à mon attitude dites bête de depuis le commencement. Ou depuis que nous étions sortis de cette chambre aux enfers. J'ignorais si elle croyait que j'avais l'intention de me mettre à crier ou à pleurer pour ses paroles ou pire, pour ses gestes, mais ce ne fut pas le cas. Je restais bien droit, continuant de la regarder, essayant de mettre mes idées bien en place. Depuis quelques secondes, tout était brouillé dans ma tête, je n'étais plus capable d'avoir des pensées cohérentes. Plus je la regardais, plus je me sentais mal, comme si quelque chose venait de changer, comme si le fait qu'elle puisse poser ses yeux sur moi sans cesse, venait me chercher au plus profond. C'était ridicule, tellement enfantin. - Pourquoi dans la chambre et pas dans le hall ? Parce qu'il y avait des gens ? Ça t'importe vraiment ce que ces saoulons vont dire après ? Marya avait raison sur ce point, mais elle ne pouvait absolument pas savoir la raison de tout ça. Et puis, je tenais absolument à garder le tout pour moi. Au départ, j'avais vu l'occasion de pouvoir m'amuser un peu à cette fête et surtout, de me moquer de la gueule de Marya, mais plus maintenant. Je voyais bien que quelque chose avait changé et ce quelque chose ne me plaisais pas du tout. C'était rendu beaucoup trop compliqué et surtout, trop étrange pour ma petite tête. - Pourquoi dans la chambre, c'est plutôt ça la question? J'ai jamais rien voulu dans cette chambre moi... C'est toi depuis des jours qui me tourne autour sans t'arrêter et non le contraire. - Mes mots se voulaient assez directs, mais c'était le contraire. J'avais juste une envie, soit de m'enfuir en courant et laisser Marya complètement seule dans ce placard. Une manière de lui faire comprendre que c'était terminé, que ce qui était commencé entre nous venait de se terminer maintenant. Enfin, il n'y avait rien entre nous, mais c'était terminé quand même. Mais mes paroles n'étaient certainement pas clair, Marya pouvait certainement entendre un petit défaut dans ma voix, quelque chose qui pouvait lui donner beaucoup de pouvoir pour le reste de la journée. Autrement dire, je ne savais même plus où regarder ni quoi lui répondre. Je voulais paraitre sec et méchant, mais c'était tout autre. J'avais plutôt l'air d'un imbécile qui ne savait pas quoi répondre à la fille devant lui. La même qui, depuis des années, ne le regardait même pas. En plus de tout ça, elle voulait me frapper? Bon sang... Quelle genre de folle était-elle réellement? Une gentille folle ou une stupide bornée de plusieurs problèmes mentaux? Pour la peine, je dirais la deuxième. Et lorsque mon dernier mot fut dit, j'ai eut le droit à une bourrade sur l'épaule. Bon d'accord... Si je ne disais pas comme Marya, cette dernière s'en prenait à moi, c'était ça le but du jeu? De son jeu? Si c'était ce mot qu'elle voulait me donner, c'est ce dernier que j'allais prendre, point à la ligne. De toute manière, je n'avais pas l'intention de lui demander le dictionnaire. Je savais bien que dans sa tête, c'était très difficile pour elle d’aligner plus de deux mots sans avoir l'air d'une tueuse en série. Et c'est exactement ça qui me faisait marrer et surtout, sourire. Mais pas en ce moment, je ne souhaitais pas lui donner cette satisfaction. La voir dans ce genre de situation, soit essayer de paraitre comme la fille forte et surtout, celle qui n'avait pas peur des problèmes. C'était ça, qui me plaisait chez elle. Enfin, pas chez elle, chez elle, mais chez les filles. Enfin non... Possibilité de tout effacer?

Marya disait trouver plate la fête... Alors pourquoi voulait-elle y rester? - Tu aurais préférée être la première à te rouler toute nue dans le salon? Si c'est le cas désolée pour toi. Je crois que c'est déjà fait depuis le commencement. - Je n'avais pas vraiment vu ce qui se passait chez Andrew, mais à entendre les voix et les cris de l'autre côté de la porte, j'imaginais bien ce qui pouvait se passer. Et encore plus aussi, si tout continuait dans cette maison de ''débauche.'' Une chance pour moi que personne n'avait eut l'idée de faire cette fête dans mon appartement. De toute façon, pas plus de 30 personnes auraient pu entrer, moi y compris. Je n'avais pas réellement d'opinion sur le reste des sottises de Marya, puisque je savais bien que quoi que je puisse lui dire, elle aurait toujours le dernier mot. Ou bien, elle voudrait l'obtenir. Et entendre dire que Marya Lambert n'embrassait pas bien... Je n'avais jamais dit ça! Et pas question de lui dire qu'elle avait raison sinon, j'allais encore me faire taper. Et puis, je commençais à y prendre goût tranquillement. Et pas question de lui dire qu'elle avait complètement tort non plus. Je ne voulais pas la faire pleurer. Pauvre petite Marya, tout de même! La prochaine fois, à la place, elle devait verrouiller les placards à balais. C'était tout et très simple à faire. Contrairement à beaucoup plus de chose, comme à me comprendre. Car, lorsqu'elle roula des yeux et, d'un simple geste, décida de continuer à chercher le bon côté du chandail, je n'ai rien fait d'autre que mettre un terme à la tentation qui était devant moi. Depuis des mois j'essayais de rester calme devant et elle, c'était trop. Trop de conneries avaient été dites et vraiment, ceci ne me déplaisait pas outre mesure. Au départ, j'aurais cru qu'elle m'aurait repoussé, uniquement pour me faire comprendre qu'elle pouvait jouer à ce petit jeu elle aussi. Un bisous et ensuite, elle me repousse. Un peu comme j'avais fais dans le hall d'entrée. Mais pas tout de suite. Elle préféra m'embrasser à son tour, croyant certainement que je voulais jouer à un petit jeu. À un jeu qu'elle était certaine de gagner et qui, au final, lui ferait perdre la raison.

Tout en avançant, faisant reculer Marya tranquillement, cette dernière se sépara pour répliquer quelque chose, mais pas la peine. Je n'avais pas envie qu'elle me redemande si elle embrassait bien. Ce n'était pas ça mon intention, mais bien celle de lui faire comprendre qu'elle devait faire gaffe lorsqu'elle baissait sa garde. Marya fini même par enrouler ses bras autour de mon cou, ce qui me fit sourire un petit moment, entre deux baisers. J'avais l'impression de revenir à l'école, dans le temps. Vous savez, lorsque quelqu'un vous plait réellement et que vous réalisez que vous plaisez à cette personne aussi? Enfin, moi, je me sentais comme le gars qui regardait ce couple. Enfin, je me comprenais et c'était ça l'important. Dès que Marya décida de déposer ses mains sur mon torse me faisant reculer un tout petit peu, j'avais compris, tout compris. J'avais été trop loin. C'était trop entre nous. Le léger baiser échangé entre nous dans le hall aurait été bien assez et ça, ça c'était trop. Peut-être était-ce uniquement le début de l'une de mes idées, mais pour la peine, je m'étais décollé un tout petit peu, arrêtant de l'embrasser mais sans toute fois déposer mes mains à un autre endroit qu'à sa taille. - Pourquoi dans le placard à balais et pas dans le hall ? Parce qu'il y avait des gens ? - Je reprenais directement ses mots lorsque je lui avais demandé pourquoi elle m'avait embrassé. Ne la quittant pas du regard, j'avais soupiré une toute petite seconde, avant de reprendre la parole. - Tu avais raison, il y avait des gens tout à l'heure et je trouve que certaines choses ne devraient pas se passer devant les autres, si tu vois ce que je veux dire. - Tout en continuant de la regarder dans les yeux, d'un air qui se voulait beaucoup plus qu’insistant, je l'ai débarrassé du chandail qu'elle tenait toujours dans sa main, soit de mon chandail, le laissant tomber par terre.

Stacey n'avait pas pris la danse comme premier choix. Elle avait été refusé en anglais, en français, en physique, en espagnol, en mathématique et en histoire. Le professeur avait donc eut pitié d'elle, tout simplement. Elle savait faire quelques pas de danse néanmoins. Comme marcher vers l'avant, un pas sur le côté et trois pas en arrière. C'était très joli à voir... ou pas du tout, c'était selon. - Faire quoi comme coup? Je t'ai frappé? - Stacey essayait de regarder Lou qui se trouvait derrière elle, tout en essayant de faire attention pour ne pas la faire tomber. En fait, elle faisait plus attention de ne pas faire chavirer la baleine puisqu'une baleine... ça respire et ça possède des sentiments. - C'est pas TA baleine, c'est la baleine de la mère d'Andrew. Tu crois que sa mère a d'autre jouet comme ça, comme un petit dauphin, par exemple? - C'était inutile de faire entendre raison à Stacey, elle était déjà parti sur un autre sujet. - Dommage pour lui, il aurait pu planter de l'herbe sur la tombe pour mieux masquer - Mais puisque je te dis qu'il sait pas jardiner! Il m'a même dit un jour: arranges-toi toute seule avec tes fleurs, j'ai pas envie de passer la journée au gros soleil! Ça veut tout dire, non? - Oui, je lui avais bien dit tout ça. Et ce n'était pas pour rien. Elle venait de faire un brassant de lavage et ma cousine désirait avoir de l'aide pour étendre ses sous-vêtements sur la corde. J'avais aperçu une petite culotte à fleurs et j'avais pensé lui sortir ça comme ça, espérant qu'elle puisse comprendre que je n'avais pas l'intention de l'aider. Et ceci avait fonctionné. Elle n'avait toujours pas compris le principe, mais c'était déjà un bon point de gagné pour moi. - Qui t'as dit qu'il n'avait pas d'arme à feu sur lui? - Stacey n'arrangeait absolument rien. Elle voulait que l'attention retombe sur elle, tout simplement. Ce qui ne risquait pas d'arriver. - Oh oui!!!!!!!!! Un feu d'artifice. - Et quelques applaudissements de sa part, voulant montrer qu'elle était vraiment heureuse de cet activité. - Ça commence à quelle heure? J'espère qu'Alexis et Marya seront de retour avant le commencement. - Stacey s'emportait réellement pour un rien. Elle était heureuse pour le feu d'artifice, elle était véritablement heureuse. Le sourire qu'elle avait collé sur le visage pouvait en témoigner. Mais ce dernier disparu aussi vite qu'il était arrivé, quelques millième de secondes auparavant. - Es-tu entrain de dire que mon derrière est aussi gros qu'une baleine? -



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Jeu 7 Juil - 2:58


Balance-moi un savon




Je désigne mon verre à Alexis comme ultime chance de se désaltérer puis je le termina en une gorgée. J'écrase le verre de styromousse et je le jette par terre. Tient, le bordel commençait. J'étais décidément sans pitié pour ce pauvre Andrew. En guise de consolation , j'irai l'aider à tout ranger demain matin. Ou peut-être pas.  « Un coup parti, dis que je sens la fille! » Je lève les yeux vers lui et un sourire malicieux s'empare de mon visage. Son humeur , je n'en avais rien à faire. Je m'amusais très bien toute seule , suffisait qu'il me réponde pour que toutes les conneries possible et inimaginable ne me saute au cerveau. C'était comme si nous étions encore dans cette chambre mais en plus confinés.

- Si c'est le genre de truc qui t'allume , tu peux me le dire

Une petite claque sur l'épaule pour moi. Et le petit jeu reprenait de plus belle.  Ça le fera pas marrer mais moi oui , ça me fait bien rire. Non pas ma blague mais ses airs à lui. Ce grand grincheux qui me regarde m'amuser comme une folle et qui n'arrive absolument pas à me contaminer avec son humeur. Et ça lui ferait bien plaisir que je me mette à bouder ou que je parte ou que je le laisse tranquille. Si c'est le cas, il aurait dû me laisser partir , chemise transparente ou pas. Laisser cette chère Marya Lambert voguer vers son destin mais non, Alexis voulait la place d'honneur , il la veut toujours. Et je lui ai donné. « Pourquoi dans la chambre, c'est plutôt ça la question? J'ai jamais rien voulu dans cette chambre moi... [...] » et je n'ai pas bougée, j'ai levé sévèrement mes yeux vers lui. Alexis était resté droit , dans cette chambre, il n'avait pas bougé pendant que je faisais mes conneries, pendant que je le tentais de toutes les façons possibles mais une chose était sûre, il n'était totalement indifférent à mes jeux. À quelques reprises, j'avais remarqué les yeux qu'il me faisait. Les mêmes qui s'étaient présentés au car wash. Il est fait fort c'est vrai, pour demeurer sage tout ce temps sans chigner, il devait être fait de pierre. Mais il n'était pas sans failles non plus. Je ne suis pas mieux mais bon, on ne parle pas de moi ici. On parle de lui.  Je m'avance vers Alexis et je me poste juste devant. Je ne le touchais pas , je le regardais simplement. Je voulais voir à quoi il ressemblait quand il mentait. Parce que oui , j'avais l'impression qu'il mentait.

- Tu ne voulais rien ? Rien de rien ?

Je m'approche un peu plus pour aller lui souffler à l'oreille

- Alors à quoi tu jouais près de cette porte ..... ?

Et je me recule avec un léger sourire. J'avais le dos large certes mais je ne prendrai pas tout le blâme toute seule. Je prendrais bien un bon 95 % de ma part mais il restait 5 % dont je ne voulais pas. Ce jeu, nous y jouions à deux. Ce jeu , il l'aime autant que moi.  Ce jeu, il finira par nous coûter cher à tout les deux. « [...] C'est toi depuis des jours qui me tourne autour sans t'arrêter et non le contraire. » Et je n'ai rien répondu à cela , je me suis contentée de lever les yeux vers lui innocemment et de sourire simplement. S'il voulait une explication là-dessus, il allait être déçu. Je lui tournais autours car je voulais m'assurer de bien pourrir sa vie. Mais ça , je n'allais pas lui dire. Et je n'allais pas lui sortir une espèce de salade pré-faite pour le berner non plus dans le genre , " J'ai réalisé certaines choses à ton sujet , tu est l'homme de ma vie et bla bla bla bla " Un truc dégoutant dans ce genre-là pour imiter les films. Je veux le faire tomber mais il y a des limites au mensonge. Je voulais jouer de façon honorable bien qu'il n'y ait rien d'honorable dans ce que je fais. Je me comprend.  Je crois que des discours de petite idiote il en a vu des tonnes. Être Marya fonctionne pour l'instant , il a l'air d'aimer la Marya sûre d'elle qui ne sors pas de discours de film. La Marya qui le regarde en ce moment , les yeux brillants et un petit sourire au coin des lèvres.

Quelque chose clochait. Quelque chose commençait à se produire et moi je ne le réalisais pas vraiment sur le coup. Un petit tournis. Rien que ça. Rien de grave. Peu-être juste la chaleur, c'est tout. Je ne laissais rien paraitre. J'étais en pleine forme d'ailleurs. « Tu aurais préférée être la première à te rouler toute nue dans le salon? Si c'est le cas désolée pour toi. Je crois que c'est déjà fait depuis le commencement » Je retiens un rire et je regarde autours de nous, le placard à balai.

- Hé bien, il n'est pas trop tard pour être les premiers à se rouler nu dans le placard à balai.

Oui bon, avec le temps, quand on me connait, on finit par comprendre que je dis plus de connerie que j'en fais ..... Quoi que quand on me défi ..... L'inverse arrive et très vite en plus de ça. Les défis, plus ils sont difficiles et plus j'aime ça. Va vraiment falloir une cure pour calmer mes excentricités , Lou m'a déjà suggéré de m'adonner à des sports extrêmes. Parfait, c'est dans la liste.

Des moments confus , j'en ai eu dans ma vie mais celui-là battait des records. Non pas parce que moi et Alexis Thorens on s'embrassait dans un placard à balai , dans un état totalement sobre ..... Ce qui est déjà bien confus avouons-le , mais aussi parce que j'étais étrangement bien dans cette situation. Situation que je ne contrôlais pas totalement. Je l'avais laissé faire au début , le laissant me faire reculer jusqu'à ce mur. Il y eut un moment où je voulus mener le jeu voulant l'impressionner. Je voulais qu'il en redemande. Je voulais dompter Alexis Thorens et deviner ce qui se passera dans ses yeux la prochaine fois qu'il me verra. Et tandis que je songeais à cela, je crus deviner un sourire de sa part. Ce soir, ses sourires s'étaient fait rare. Celui-ci était le premier depuis quelques minutes. Et je me posais des tonnes de questions. Rien n'était clair , rien du tout. Est-ce qu'il était bien lui aussi ? Est-ce qu'il .... Est-ce qu'il était bien avec moi ? Cette pensée me créa des frissons. Quelque chose de beaucoup trop effrayant pour que je puisse continuer. C'est le genre de pensées qui m'ont poussée à le faire reculer. Quand j'ouvris enfin les yeux, je dû cligner deux ou trois fois des paupières. Comme si je me réveillais. Je voulus me redresser mais je perdis pieds. Je me rattrape en m’agrippant au bras d'Alexis. Il me tenait aussi alors ça aidait. Je lui offre un petit sourire gênée pour le remercier faisant simplement comme si ce n'était qu'une petite chute. Le fait est que j'étais vraiment plus étourdie que tout à l'heure et je ne comprenais pas pourquoi. Je n'ai pas bu tant que ça. Deux verres en début de soirée et celui que je viens de finir à l'instant et ..... Je m'arrête de respirer un moment. Je baisse les yeux vers le verre chiffonné par terre. J'espère vraiment qu'on ne m'a pas fait une blague. Je dis blague pour être sarcastique. D'abord on m'enferme avec Thorens et maintenant ça. Enfin , j'espère que ce n'est pas ça. Qu'il n'y ait pas une idiote qui ai mis une saleté dans mon verre pour me faire prendre mon pied. Façon de parler. Je lève les yeux vers Alexis. J'étais très calme. Je perds rarement mon sang-froid d'ailleurs. Ma situation n'avais rien de catastrophique. Techniquement, j'étais en sécurité. Et puis , j'aurais pu être avec quelqu'un d'autre qu'Alex. Je ne le connais pas comme le fond de ma poche mais je suis convaincue qu'il ne me fera pas de mal. Surtout si j'essaie de paraitre totalement sobre. Il est beaucoup de chose certes mais une brute ça non. Et suite à ses réflexions, je me suis sentie bien. Cette drogue bien connue que l'on met dans les verres des gens, on croit que c'est la mort d'en prendre mais non. Elle procure le même effet que si tu as pris dix shooter , une bouteille de vodka et trois litre de Rhum&Coke. Il faut dire aussi que chacun réagit différemment. Et puis , si c'est l'effet produit par ce bonbon miracle, pourquoi les gens n'en prenne pas davantage ? Les effets secondaires sont sévères , du moins , cela dépend encore la personne. Moi , ça avait l'air de rouler. Un tournis. Ça pourrait être pire. Bien pire. Et puis, je n'avais pas l'intention de jouer les chochottes, Alex n'y verra que du feu. « Pourquoi dans le placard à balais et pas dans le hall ? Parce qu'il y avait des gens ? » Moui , en voilà une bonne question. Nom d'un chien , est-ce qu'il a changé quelque chose ? Ses cheveux je sais pas. Il s'entraine ? Non ? C'est pas ça ? C'est quoi alors ? Qu'est-ce qui me donne envie de le bouffer tout cru tout d'un coup ? Alex, qu'est-ce que tu raconte ? Tait-toi et embrasse-moi. Masse-moi les épaules sur une plage. Viens me voir complètement trempé en sortant de l'eau. Quoi ? Qu'est-ce qui se passe ? Mmmm cette charmante potion magique faisait plafonner mes envies. Déjà qu'il ne m'en fallait pas beaucoup. Reprends-toi Marya.  Je continue de le regarder innocemment. Pendant qu'il parlait , je l'écoutais avec une attention divine. Il devais sûrement penser qu'il avait mon entière écoute mais c'était tout faux. « Tu avais raison, il y avait des gens tout à l'heure et je trouve que certaines choses ne devraient pas se passer devant les autres, si tu vois ce que je veux dire. » Pour aider à la situation actuelle, il avait sortis les mots magiques. Évidemment qu'il y avait pensé, si ça se trouve il y pensait depuis qu'il était entré ici, ou même depuis le car wash, ou encore depuis ce matin tient ! Te laisse pas emporter par tes envies Marya. Je souris doucement et je me rapproche encore un peu, si c'était encore possible entre nous puisque nous étions déjà à proximité. Je parle à voix basse car aussi près , ça ne servait à rien de crier.

- Et puis quoi Alex ? Un nom de plus dans ta couchette ?

Je me rapproche un peu, mes mains posées sur ses épaules, je m'agrippais plus qu'autre chose pour ne pas perdre pied.

- Tu dois penser que Marya Lambert est une pauvre idiote j'imagine

Elle ne l'était pas. Elle avait beaucoup de mal à se maintenir en ce moment même mais elle ne l'était pas. Et même si ces mots résumais très bien le fond de ma pensée , ce n'était pas les bons. Aussitôt dit, j'ai eu peur qu'il m'abandonne à mon sort dans ce placard. La dernière chose que je veux, c'est me retrouver toute seule dans une fête avec ce genre de drogue dans le système. Il me fallait donc jouer mes cartes autrement. Pour éviter le pire, je l'ai embrassé, lui faisant maintenant croire que j'étais effectivement une idiote. Ce fut un petit baiser timide sur le lèvres.

- Ici ? Comme ça ? dis-je entre deux baiser timides.

Puis un second et un dernier beaucoup plus long. Une chance qu'il n'avait plus son chandail, je lui aurais arraché le sien. Là tout de suite. Mais qu'est-ce que je raconte ? Quand je me recule enfin , je reste tout près. Je me mords la lèvre inférieur et je déclare.

- Et si tu venais chez moi ?

Dis-je alors avec quelques sous-entendus dans la voix et un petit sourire taquin. Oui bon , ne vous énervez pas. L'idée était simple : Ma mère. Il va me ramener chez moi et quand il verra ma mère, ca va lui enlever ses envies, et les miennes par la même occasion. Et tout redeviendra normal. Et sans m'en rendre compte , je me collais de plus en plus, mettant maintenant presque tout mon poids sur lui. Je lève même une jambe contre le coté droit de son corps pour le tenter davantage.

« Faire quoi comme coup? Je t'ai frappé? » « Oui ! Dans le coeur Stacey ! Dans le coeur ! » Décidément, Lou vivait mal la naïveté de la petite tête blonde. Elle n'avait presque plus envie d'abuser d'elle. Et elle ne voyait pas comme elle le pourrait en sachant que celle-ci croyait qu'on sautait à la corde quand on sautait quelqu'un. Et puis Lou gigotait depuis tout à l'heure sans se soucier de chavirer ou non. Et le pire c'est que dans l'état où elle était, nager ne serait pas évident pour elle. Heureusement il y avait Andrew , debout sur le rebord à les surveiller. Le pauvre n'avait pas réellement profiter de sa soirée à cause de moi et Alex mais bon, ça ne fais rien, il me le pardonnera. Ou pas quand il apprendra ce qui s'est passé avec celui sur qui il avait des vues. « C'est pas TA baleine, c'est la baleine de la mère d'Andrew. [...] » « Oui c'est la mienne si je lui donne un nom ! » Et Andrew parla par-dessus elle d'un coup « Elle s'appelle Bubble » Lou furieuse s'agrippa à Stacey, se relevant presque sur la baleine , faisant vaciller nerveusement le jouet gonflable. « Va chier Andrew ! Va chier ! Tu as des tonnes de ballons de merde et tu me laisse pas en baptiser un ! C'est fini toi et moi t'entends ?! Je te quitte ! Je te remplace ! Je te remplace par Stacey tient ! » Décidément, Lou devenait enragée quand elle buvait, ce qu'elle n'était pas d'ordinaire. Et moi je devenais douce comme un agneau. À croire que moi et Lou on échangeais nos corps quand on consommais trop. Andrew n'était pas impressionné le moindre du monde. Les bras croisés, il observait Lou dans un calme absolu. « Ah bon ... Vraiment .... »  « Ouais ! Et on s'aime ! Stacey je t'aime ok ?! » Elle agrippe alors le chandail de la petite blonde de façon autoritaire. « Alors m'abandonne pas pour un dauphin gonflable ! » Malgré l'élan de folie de la fausse blonde, Lou avait fini par se calmer mais ca n durerait pas longtemps. « Qui t'as dit qu'il n'avait pas d'arme à feu sur lui? » Andrew fronça les sourcils. Ah ... Voila un détail qu'il valait mieux connaitre au sujet d'Alexis. « Et il a une arme là ? » Ce sujet-là venait de créer un espèce de sérieux profond. Une ambiance qui n'avait pas de place pour Stacey qui applaudit devant des feux d'artifices au sens figuré qui n'auront pas lieu. Et la pauvre petite blonde applaudissait toute seule et s'énervait de cette facon dans un silence obscur entre Andrew qui flippait en pensant à Alexis avec moi et une arme et Lou qui commençait à avoir des nausées. Fort heureusement, il y avait de l'espoir. Stacey ramènerait mon amie vers la terre ferme bientôt, si elle arrêtait de se soucier de la taille de son derrière. Lou se pencha vers l'arrière pour examiner un peu plus le physique de la petite blonde mais c'est alors que deux gars et une fille se jetèrent à l'eau bousculant les deux jeunes filles. Lou bascula et tomba en bas de Bubble. Son corps était maintenant à moitié sur un canard géant et une coccinelle. Il ne restait plus que son pied sur Bubble.  « Stacey ! Stacey ! Ramène-moi ! Ramène-moi ! »





Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Sam 9 Juil - 4:36


Balance-moi un savon



Pour une fois que j'avais les idées bien claires, pas la peine de prendre de l'alcool pour devenir dérangé. En fait, j'étais déjà dérangé car il fallait l'être pour se retrouver dans la même pièce que Marya Lambert et surtout, ne pas vouloir partir. Non, je ne voulais pas m'en aller et regretter mon geste ensuite. Avoir peine à dormir, me sentir lâche et regretter mes paroles, soit celles que j'aurais pris pour prendre la fuite. Il était pourtant évident que Marya me troublait. Le seul problème était que je ne savais pas encore à quel point. Dans peu de temps j'allais comprendre que j'étais totalement perdu. - Si c'est le genre de truc qui t'allume , tu peux me le dire Dérangée, elle était aussi. Et pas seulement à cause du verre qu'elle venait de prendre, j'en étais persuadé. Elle avait toujours eut le style de vouloir se prendre pour une autre, avoir le dernier mot, marcher la tête haute et péter plus haut que son trou. À voir la définition que vous souhaitez pour mes pensées. Pour la peine, je n'ai rien ajouté à ce sujet, ne voulant pas lui montrer de l'importance. Elle souhaitait certainement reprendre notre conversation d'en haut, à savoir ce qui m'allumais et non. Si seulement elle savait... - Alors à quoi tu jouais près de cette porte ..... ? - Au monopoly? À quoi, sinon? - C'était le premier jeu de société qui m'étais venu à l'esprit et j'espérais que Marya ne puisse faire aucun commentaire de plus. Mes paroles étaient certainement absurde, allant jusqu'à dire que c'était ridicule. Mais je n'y pouvais rien. Je ne voulais pas lui dire que oui, pendant quelques secondes, j'avais espéré qu'elle puisse s'approcher assez de moi pour que je puisse respirer à nouveau son parfum. La prendre dans mes bras était aussi impossible et tellement monstrueux que le simple fait de le pencher me donnait le tournis. Pas question dans ce cas de le lui dire. Ou encore pire, de le lui faire deviner. Réalisant que ma réponse était tout à fait pourrie, j'aurais bien aimé pouvoir la reprendre, mais c'était tout à fait impossible. Pas question de lui montrer que j'avais eut tort et ainsi, lui montrer qu'elle avait raison. Non, non et non. Levant les yeux en l'air, j'avais l'impression d'étouffer dans cette petite pièce. D'être de trop aussi, avec elle. Comme si d'un simple petit mouvement, elle pouvait m'avaler tout entier. Pas la peine de mentionner que cette pensée me fit rougir pendant une demi-seconde. Certainement une demi-seconde de trop.

Elle évitait de plus en plus mes questions, préférant garder un sourire en coin et faire semblant d'être dans son petit monde perdu. Pour la peine, j'aurais tout donné pour lui ressembler un peu, pour être si détendu. Avec moi, c'était peine perdu. J'avais de la difficulté à rester debout, allant jusqu'à respirer un peu plus rapidement. Marya venait tout juste de me parler de se rouler nu dans le placard à balais. Le plus étrange là-dedans, était le fait que je lui avais dit, quelques secondes plus tôt, qu'elle serait LA SEULE à se rouler par terre dans le salon. Et maintenant, dans son discours, NOUS ÉTIONS DEUX. Pourquoi toujours vouloir me mêler à ses conneries? Mais au fond, j'avais tout de même un petit sourire en coin, heureux qu'elle puisse m'inclure dans ses projets. Surtout pour ce genre de projet. J'espérais uniquement qu'elle puisse être sérieuse dans ses propos. Comme moi dans mes gestes. J'aurais certainement dut me retenir encore, espérer tout bas que mes pensées complètement déplacées puissent disparaitre, mais non. Sans crier gare, Marya et moi, nous nous embrassions. C'était étrange et tellement anormal. Surtout venant de ma part, sachant le genre de passé que j'avais eut. Pour Marya, ceci ne devait pas être étrange. Folle comme elle était, elle devait bien embrasser n'importe qui à tous les coins de rues possible. Lorsqu'elle décida de me faire reculer, j'avais cru, pendant une petite seconde, que j'avais raison. Elle était le genre de fille à allumer les garçons et ensuite, à les faire reculer, jouant à la pauvre petite victime traumatisée. Mais ce ne fut pas le cas. Elle continuait de me regarder, comme si elle cherchait ce qui n'allait pas. Il y avait tellement de choses qui clochaient, pourtant. Rien que nous trouver dans la même pièce, ceci était impossible... mais bien vrai pour l'instant. Après avoir perdue pied, Marya paraissait beaucoup plus détendue, comme si elle venait de comprendre qu'elle ne pouvait rien y faire. De toute manière, elle savait certainement depuis le début que ce n'était pas une bonne idée de nous emmener tout les deux dans ce genre d'endroit. Pas assez de lumière, personne autour et surtout, elle me faisait les yeux doux depuis quelques secondes. Un peu comme si j'étais un morceau de viande et elle, une affamée. Et mes paroles soudaine n'avaient certainement pas aidé ses pensées. Tout doucement, elle s'approcha, tel un oiseau de proie. - Et puis quoi Alex ? Un nom de plus dans ta couchette ? Le sourire que j'avais depuis plusieurs secondes disparu aussitôt. Alors, c'était ça l'histoire? - Tu dois penser que Marya Lambert est une pauvre idiote j'imagine Je m’apprêtais à lui répondre positivement lorsqu'elle m'embrassa à nouveau. À chaque fois que ses lèvres touchaient les miennes, j'essayais de garder Marya tout près de moi. Comme si c'était la dernière fois puisqu'un jour, elle allait comprendre qui était en face d'elle et ce serait bien entendu, la dernière fois. - Et si tu venais chez moi ? Elle s'approchait encore un peu plus, se faisant aller les yeux d'une manière pas trop discrète sur ses intentions. Pour ma part, je ne savais pas trop comment lui faire comprendre que je souhaitais mettre un terme à ses minauderies. - Écoute... - Et c'est alors qu'elle décida de porter sa jambe sur le côté de mon corps, espérant certainement que je puisse capituler ainsi. - Je croyais que tu étais sérieuse tout à l'heure et non que tu voulais seulement jouer avec moi. - Mes dernière paroles n'étaient certainement pas assez clair pour elle, c'était même évident. Des fois, j'avais l'impression de parler à ma cousine. Mais uniquement lorsque je lui parlais, et non lorsque je l'embrassais. Encore heureux de ce détail. - Tu crois que ce que je désire, c'est t'ajouter à une liste? Tu as raison, tu es complètement idiote. Pas la peine d'être sérieux avec toi quelques minutes, tu comprends tout de travers. - J'avais l'impression que Marya avait joué avec moi, qu'elle n'était pas sérieuse depuis le début. - Si tu savais ce que ça vient de me couter pour t'embrasser... tu es complètement idiote. Je me demande sérieusement ce que les gens te trouve. Ce que moi, j'ai pu te trouver et pourquoi je suis tombé amoureux de toi. - Je venais de trop parler, pas la peine d'ajouter quelque chose. Sauf un beau et gros soupir. J'avais l'impression d'être pris dans un étau, de ne pas être épargné par les conneries de Marya. Et surtout des miennes, par la même occasion.

Venait-elle vraiment de frapper Lou en plein coeur? Pendant quelques secondes, Stacey arrêta de respirer. Elle ne savait plus où regarder, quoi faire non plus. Elle venait de blesser Lou. Peut-être même de la tuer. Devait-elle lui faire le bouche à bouche? Si oui, comment faire puisqu'elle était dos à elle? Stacey allait devoir sauter à l'eau et entrainer Lou avec elle, pour ainsi espérer la sauver. Elle aussi, elle venait de tuer quelqu'un. C'était de famille, selon elle. Elle s'était même demandé, pendant quelques secondes, si son petit frère avait fait de même. Peut-être pas sur une baleine, mais peut-être sur un crabe géant. Est-ce que les crabes géants existaient? « Elle s'appelle Bubble » Pour elle, ce n'était pas Bubble. C'était Baleine. C'était court, mignon et très facile à se rappeler. Il y avait tellement d'animaux sur Terre qu'elle ne voulait pas se mélanger. Elle avait déjà eut un chien et l'avait appelé chien, pour ne pas l'oublier. Aujourd'hui encore, Stacey avait un oiseau et un hamster. Oiseau et Hamster étaient leur nom. C'était facile à se rappeler. Le seul problème, encore aujourd'hui, était qu'elle avait beaucoup de difficulté à se souvenir de qui était qui. Jason, son petit frère, devait le lui rappeler au moins 3 fois par jour. Surtout lors des heures de repas. Elle ne voulait pas se tromper de nourriture et ainsi ne pas donner la bonne chose à l'un des deux. Ou au deux, ce qui serait encore pire. « Ouais ! Et on s'aime ! Stacey je t'aime ok ?! » Stacey n'était plus certaine de tout comprendre... comme si elle comprenait quelque chose depuis le début... En moins de deux minutes, Stacey, qui avait été frappé en plein coeur, voulait l'aimer. - Euhhhhh - Elle ne savait plus quoi répondre, n'étant pas habitué à autant d'amour en si peu de temps. - Mariage et enfant compris? - Elle voulait être certaine de savoir dans quoi elle s'embarquait. Ce n'était pas à tout les jours que quelqu'un la prenait dans ses bras et lui dévoilait tant d'amour. Elle était gênée aussi. Et aussi soudainement, j'étais revenu dans le portrait. Et oui, parler d'Alexis Thorens était un peu le goût du jour en ce moment même. - Je ne crois pas que mon cousin l'ai apporté ici. Mais il en possède une à son appartement. C'est au cas où. Au cas où quoi, j'en ai aucune idée, mais c'est au cas où. Peut-être que c'est pour faire un cadeau à Marya? - Joli cadeau tout doux. Et tandis que Stacey réfléchissait à l'endroit où j'avais pu cacher l'arme à feu, des gens sautèrent à l'eau, faisant tomber Lou sur d'autres animaux gonflables. « Stacey ! Stacey ! Ramène-moi ! Ramène-moi ! » - Attends, je veux trouver les noms de ceux-là! Le canard doit s'appeler Canard? C'est ça Andrew, j'ai raison? -



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Dim 10 Juil - 17:46


Balance-moi un savon




Debout devant lui , je souriais confiante. Je croyais l'avoir cerné en lui demandant ce qu'il voulait tout à l'heure près de cette porte. Pour vous dire franchement , je lui ai posé la question pour gagner , juste pour lui remettre la monnaie de sa pièce mais en vérité , je ne voulais pas savoir. Ce qui s'est passé près de cette porte, c'était beaucoup trop pour nous. C'était sortir des sentiers battus. Je comprendrai bientôt que les champs escarpés , nous ne pourrions plus en sortir d'ici peu. Pour l'heure, il m'a répondu une connerie. Pour une fois, j'étais soulagée qu'il le fasse. « Au monopoly? À quoi, sinon? » Je lâche un rire. Je roule des yeux et je regarde vers la droite amusée. Et dans le sérieux du moment , Alexis avait trouvé le moyen de s'en sortir. Je lui en était reconnaissante. Je l'observe du coin de l'oeil sans détacher mon sourire. J'aimais quand il faisait ça. Quand il nous sortait de mauvais pas avec des répliques loufoques. Décidément , rien ne l'atteignais. Ni mon sérieux, ni mes jeux. Il serait un des rares à pouvoir écrire un bouquin nommé : Comment échapper à Marya Lambert pour les nuls. Il lève les yeux vers le haut. Il parait inconfortable. Je suis convaincu qu'il va partir et me laisser là. Sur le coup je ne le souhaite pas mais tandis qu'il regardait ailleurs, j'en profite pour l'observer de haut en bas. Je me pince les lèvres sans m'en rendre compte. À cet instant, j'étais certaine que c'était lui qui me donnait le tournis. Et puis je me suis demandée, puisque nous étions tout les deux à demi-découvert, ce que ce serait si il me prenait dans ses bras. Sentir sa peau sur la mienne. Je fronce les sourcils , agacée. Avec une telle envie de le toucher , j'ai préféré me croiser les bras. Je me recule et je regarde ailleurs moi aussi. Comme une lâche au fond. Ou simplement par respect pour ce qui se passait entre nous. Soit , une espèce de rivalité amicale. Et puis, c'est à ce moment que j'aurais voulu qu'il m'abandonne dans ce placard. Pour que ce genre de pensées débiles cessent de me traverser.
Et puis alors que j'avais répondu simplement que nous pouvions nous rouler nu dans ce placard , Alex m'a sourit. Moi j'avais répondu comme je le fais toujours, sans idées, sans arrières pensées mais son sourire à lui m'a contaminé. Je reste perplexe tandis que je l'observe. J'ai un très faible sourire interrogateur. Je devine dans son sourire qu'il nous imagine peut-être dans ce projet. Je lui répond sans toutefois dire quoi que ce soit. Avec une étrange complicité , je me contente d'élargir mon sourire sans quitter le sien des yeux. C'était un moment assez étrange. Un moment où on avait l'air de penser à la même chose, de vouloir la même chose mais qu'on osait rien faire. Ni moi , ni lui. Je sais que je suis plus entreprenante que lui et que c'est plutôt mon genre de faire les premiers pas mais j'étais d'avis qu'il était préférable de ne rien tenter malgré tout. Avec tout ce qui se chamboulait en moi et aussi sa peau nue qui me faisait toujours des signes de la main pour que j'aille m'y coller, il valait mieux rester tranquille pour l'instant. Hé oui , ça ne s'améliore pas dans la tête de cette chère Marya.
Je ne lui dirai jamais. C'était déjà bien enfermé dans un coffre-fort enterré sur une île déserte mais ce qui viens de se passer entre nous , aussi troublant soit-il, avait été une véritable libération. Comme si derrière toutes les querelles et les bêtises se cachait un moment comme celui-ci. Le seul qui comptait un peu malgré toutes nos chamailleries. Si nous venions de traverser une ligne interdite entre nous en s'embrassant, il en restait encore une qu'Alexis voulait traverser mais dont je n'étais pas certaine des conséquences.  Avec mes envies qui ne cessaient d'augmenter, traverser le cap n'était pas un problème , je n'étais pas le genre de petite fille effrayée par ce genre de chose. D'ailleurs, je dis toujours que je n'ai peur de rien. Sauf que cette fois, je redoutais une chose : Que nous nous évitions après. C'est ce qu'Alex avait tendance à faire, ne plus reparler à ses aventures. Et il y avait cette autre pièce cachée profondément dans le coffre-fort qui disait tout bas que j'aimais nos petites querelles et notre complicité rancunière. J'y tenais secrètement et je n'étais pas prête à y renoncer. Une petite rage m'a pousser à lui sortir les deux premières phrases sèchement. Celles où j'avais l'impression de n'être qu'un numéro pour lui. Et c'était cette petite rage qui m'animait tellement dans l'idée de pourrir sa vie. « Écoute... » Je ne le regarde pas. J'attendais déjà les excuses pourries pour me faire capituler. Je ne pouvais pas cacher mon agacement. Je voulais juste qu'il accepte et qu'il me ramène chez moi et que lui , reparte chez lui. Ou alors qu'il reste sagement avec moi devant un film , des cookies et du lait. Seulement, je savais que s'il restait chez moi , il y avait peu de chances pour que quelque chose d'aussi innocent ne se produise. « Je croyais que tu étais sérieuse tout à l'heure et non que tu voulais seulement jouer avec moi. » Je lâche un soupire agacée. Ma jambe qui était remontée redescend tranquillement vers le sol. Il voulait du sérieux ? Il ne voulait pas que je joue avec lui ? C'est pourtant ce qu'il a fait avec je ne sais combien de personnes. Je lui rendais simplement la monnaie de sa pièce en jouant avec lui. Pour une fois, je lui donne la chance d'avoir un truc sans attache , quelque chose d'honnête. « Tu crois que ce que je désire, c'est t'ajouter à une liste? Tu as raison, tu es complètement idiote. Pas la peine d'être sérieux avec toi quelques minutes, tu comprends tout de travers. » Je le regarde finalement. Mais qu'est-ce qu'il veut dans ce cas ? J'espérais qu'il me dise qu'il pensait comme moi. Qu'il ne voulait pas renoncer à ce qui se passait entre nous, peu importe ce que c'était. Derrière sa phrase et avec l'air qu'il avait, j'avais l'impression de compter un peu pour lui. J'étais accrochée contre lui et sans m'en rendre compte, mes bras se resserre un peu plus contre lui. Malgré le fait que je le regardais avec toute l'attention du monde et que mon coeur s'enflammais un peu , je ne souriais pas. J'attendais la suite. « Si tu savais ce que ça vient de me couter pour t'embrasser... tu es complètement idiote. Je me demande sérieusement ce que les gens te trouve. Ce que moi, j'ai pu te trouver et pourquoi je suis tombé amoureux de toi.  » J'ai eu un recul dans mon corps en entier. Il ne réalisais pas que s'il avait dit les choses autrement ou même gentiment, je ne les aurais pas bien pris. Cette manière , même si elle se voulait blessante, avait été bien reçue. Pour moi , qu'il ne sache pas ce qui lui plait chez moi , ça me dit qu'il cherche un peu la personne derrière les artifices. Les gens aimes tous la gentille fille à l'école. Lui non et encore , il cherche ce qu'il aime, ce qu'il ne voit pas. Un sourire me prend. Un sourire stupide décidément. Il ne comprendrait pas. Il ne pouvait pas comprendre non plus. Et puis, ce feu qui venait de s'allumer, s'éteint soudainement. Mon sourire, je le perds tranquillement. Je me décolle de lui, lui agrippant le bras, je fais attention en me reculant. Je tend une main derrière moi pour sentir le mur puis je m'y laisse doucement tomber pour m'y accoter. Une fois contre le mur, je laisse ma tête retomber contre celui-ci et je l'observe silencieuse. Je ne veux pas jouer à ça avec lui. En sachant qu'il avait des sentiments pour moi , je ne voulais pas lui promettre des choses juste pour coucher avec lui. Je ne veux pas lui faire ça. Pas à lui. Et pourtant , je savais que je l'aimais bien. Je pourrais lui dire,  en sachant que ça voudrait dire gros. Mais je ne veux pas non plus qu'il s'y accroche. Je ne veux pas lui faire de mal. Jamais. Je reste comme ça un moment sans mot , à le regarder. Je finis par soupirer.

- Ok , c'est bon j'arrête mes jeux.

Pour éviter qu'il ne parte , je resserre un peu plus ma main qui tenait la sienne pour l'empêcher de s'enfuir. Dans mon état , je n'avais pas beaucoup de force mais je mis quand même un peu de pression pour le tirer vers moi. Juste à penser à l'avoir encore près de moi , j'en avais des frissons. Je ferme les yeux un moment , j'avais une irrésistible envie de lui dire ce que je pensais de lui de mon coté mais je sentais que ça allais sortir n'importe comment. Qu'il ne comprendrait même pas ce que je veux lui dire. Je me lance quand même à l'eau sans toutefois le regarder Je regardais le sol , c'était mieux je crois de parler au plancher, lui ne me donnait pas de drôle d'idées.

- C'est pas que je veux juste jouer avec toi, c'est plus parce que je suis bien quand tu est là. Je t'aime bien Alex , je veux pas .... Je veux pas qu'on franchisse ce cap et qu'on perde ce qu'on a, peu importe ce que c'est.

Et j'avais dis tout ça , c'était sortit tout seul , comme si je me parlais à moi-même. Comme si je ne réalisais pas tout à fait que le vrai Alex était juste devant moi. Je le regarde finalement. Je me redresse un peu du mur et j'enroule un bras autours de son cou tandis que mon autre main tenais toujours la sienne.

- Ne pars pas. Reste encore un peu avec moi

Et je parle beaucoup plus bas, presque dans un murmure

- Ou alors, ramène-moi avec toi

Et je me recule un peu pour le regarder, pour voir sa réaction. J'avais peur qu'il croit encore que c'était un jeu. Qu'il ne me fasse pas confiance ou qu'il croit que je veux lui faire du mal alors que je lui ai dit la vérité quelques instants plus tôt. Alors que je lui ai dit qu'il était important pour moi.

Décidément, je n'existais plus pour mes amis. Stacey avait beau leur avoir dit qu'Alex avait tué quelqu'un, qu'il avait une arme à feu chez lui , Lou avait même émis l'hypothèse qu'il était surement en train de cacher mon cadavre et pourtant ... POURTANT ! Ils étaient sagement là à jouer sur des ballons gonflables. J'ai touché la crème de la crème en matière d'amis. Et cette pauvre Stacey abandonnée avec eux et son cousin qui ne s'inquiétait pas de son sort. Pour l'instant tout va bien, même si Lou est en train de se mettre officiellement en couple avec elle. « Mariage et enfant compris? » Désormais sagement assise derrière la petite blonde, Lou lève les yeux vers le haut en se posant la question. Voulait-elle se marier avec Stacey ? La petite blonde était jolie mais bien naïve, sur ce point , ce n'était pas un bon parti mais quand on y pense, elle pourra la tromper autant qu'elle voudra et celle-ci ne fera jamais le lien. MMmmm ca avait ses avantages quand on y pense. Ok , adjugé. « MMMMmmmm moui tient, on y pensera plus tard pour les enfants mais aussitôt sur la terre ferme, on se marie ! Faudra juste trouver Marya et ton cousin pour qu'ils soient nos demoiselles d'honneurs. » Et elle regarde alors Andrew « Et faudra allez ailleurs aussi parce qu'Andrew est pas invité ! » Andrew la regardait, toujours aussi désinteressé mais il avait quand même un sourire. Il la trouvait drôle. « Même pas pour la nuit de noce ? » Et Lou lui sourit , elle le regarde tout en prenant une seconde gorgée de sa bouteille de bière. EUUuuuuuuuhhh ??!??! De quoi il parle celui-là ? Il était pas gai lui ? Et Lou qui lui sourit ? WTF ? Elle était pas aux femmes elle aussi ? Est-ce qu'il y a un truc qu'ils me dise pas ces deux-là ? Pffiiiooouuuu une chance que je suis pas là pour voir ça. Décidément, je sens qu'il y a des trucs dans cette soirée , qu'on osera pas se dire tout les trois. « Je ne crois pas que mon cousin l'ai apporté ici. Mais il en possède une à son appartement. C'est au cas où. Au cas où quoi, j'en ai aucune idée, mais c'est au cas où. Peut-être que c'est pour faire un cadeau à Marya? » Et Lou s'étouffe sévèrement avec son verre. Elle tousse tant et tellement qu'elle devient rouge tomate. Si ça se trouve, ALex m'avait ramené chez lui et là BOUM ! Plus de Marya ! Du moins, c'est l'image qui a traversé ma petite Lou. Elle ne voyait par contre pas pourquoi je suivrais Alex chez lui , à moins qu'il ne m'attache de force. Lou pointe alors Andrew du doigts et elle s'exclame entre deux toussotement. « Je suis ..... certaine .... Qu'elle est avec lui ! Va ... Va la chercher Andrew ! » Andrew n'est pas sur de vouloir abandonner Lori dans son état avec Stacey comme bouée de sauvetage. Il préférait les surveiller. Il était d'avis que j'étais une grande fille et qui plus est, je saurai probablement gérer Thorens. Pour la peine, il décida de sortir les filles de l'eau. Il se pencha sur les rebords de la piscine et il tendit sa main à Stacey pour qu'elle ne l'attrape histoire qu'il puisse tirer leur embarcation vers eux. Sauf qu'au meme moment , Lou est tombée en bas de Baleine et s'est retrouvée sur un canard. Tandis que Lou appelait au secours, Stacey était décidément trop préoccupée par un tout autre problème. « Attends, je veux trouver les noms de ceux-là! Le canard doit s'appeler Canard? C'est ça Andrew, j'ai raison? » Lou fait de grands yeux insultée. « On s'en fou ! Tu vois pas que je vais me noyer !? Je vais mourir par ta faute Stacey ! À cause de toi et de ce canard ! Remonte-moi ! » Andrew quand à lui , tendait toujours sa main à Stacey. « Oui Stacey, tu les baptisera tous après , remonte-la pour l'instant » Le pauvre Andrew n'avait pas envie de se jeter à l'eau. Il ne voulait pas encore être mouillé.







Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Mar 19 Juil - 2:52


Balance-moi un savon



Je ne voulais pas lui nuire, bien au contraire. On dit souvent que l'on obtient ce que l'on veut d'une femme lorsqu'on la fait rire. Et avec mes conneries, Marya pouvait être comblée. Pour me sortir d'un mauvais pas, je disais souvent n'importe quoi, comme en ce moment. Être amoureux, je croyais l'avoir été une seule fois dans ma vie. Avec du recul, je comprenais enfin que ce n'était pas le cas. Moi, amoureux? Non, pas encore. Et probablement jamais de la vie. L'amour est un sentiment beaucoup trop compliqué, surtout lorsqu'on ne se trouve pas en face de la bonne personne. Jamais ceci ne m'étais arrivé avant et je ne voulais rien savoir de comment tout ça se passait. Pas question de tomber pour une personne qui elle, quelque temps ensuite, allait me laisser tomber. Ce n'était pas la peine de toujours chanter de jolies chansons et ensuite, de faire comprendre à l'autre que l'avenir d'un couple heureux était fait pour les autres seulement. J'avais déjà essayé, pas la peine de recommencer sur une nouvelle base.

Mais voir Marya sourire, rire de temps en temps, m'aidait à penser que quelque chose de mieux pourrait probablement m'arriver dans quelques années. Pas tout de suite, pas question. Les choses étaient beaucoup trop compliqué dans ma vie pour pouvoir me laisser aller complètement. J'avais besoin de faire le vide et surtout, de supprimer des gens trop entreprenant dans ma petite vie. Depuis que j'étais jeune, j'avais rencontré des personnes et ces dernières n'étaient pas toujours des bonnes. Je devais réussir à me laisser distancer par eux et vivre ici, à Quertal, rien n'aidait. Au départ, j'avais cru bon de partir de ma ville natale, ne voulant même plus y mettre les pieds. Trop de déceptions étaient arrivées avec le temps et comprenant que j'étais le responsable de bien des malheurs autour de moi, je n'avais pas l'intention de rester dans le coin non plus. Partir de la Suisse me paraissait merveilleux. Prendre quelques années de recul et essayer d'oublier tout le passé autour de moi. Rien n'allait être bien facile, mais les choses ne s'arrangent malheureusement pas toutes seules. Ça aussi, j'avais fini par le comprendre. Bien souvent à mes dépends, mais j'avais fini par le comprendre. C'était déjà ça... Un point positif dans la continuité de ma petite misère. Comme le fait d'embrasser Marya, ceci aussi pouvait être positif. Mais pas pour moi, pas pour elle. Nous étions trop semblable pour que quelque chose de positif puisse arriver de ce simple geste. De toute manière, rien de positif pouvait arriver avec ce geste. J'en étais la preuve vivante. Jamais je n'avais réussis à garder quelqu'un, préférant collectionner les aventures et ainsi, espérer perdre mon âme. Je ne voulais rien de sérieux avec quelqu'un, de peur de trop rester accroché à cette personne. Je ne voulais rien de positif, de constructif ou tout simplement quelque chose de bien entre une quelconque personne et moi. Je ne voulais que le mal, comprendre que blesser quelqu'un était une délivrance. Pas question de rester tout gentil, tout mieilleux non plus avec Marya. De toute manière, elle ne le méritait pas. Pas de moi, bien entendu. Elle méritait quelqu'un d'attentif, quelqu'un qui pourrait la remettre sur le bon chemin. Pas besoin d'un garçon qui avait beaucoup plus de problèmes qu'elle, qui collectionnait les malheurs et qui espérait en faire le plus possible avant de mourir. Pas la peine de mentionner que pour l'heure, ce garçon était bien caché et que ce dernier espérait ne pas sortir tout de suite. J'avais l'impression, pour une fois dans ma vie, d'intéresser réellement quelqu'un. Je ne serais dire pourquoi mais pendant ces quelques secondes, je voulais devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un de meilleur, quelqu'un qui pourrait comprendre Marya et la rendre heureuse. Ne jamais la laisser partir, la serrer encore plus fort et espérer qu'elle puisse comprendre que je tenais à elle.Mais ses gestes et ses paroles m'ont fait comprendre le contraire. Elle ne voulait rien, elle voulait uniquement me faire tourner en bourrique. Certainement pour me remettre la monnaie de ma pièce, pour me faire payer tout ce que j'avais fait dans le passé aux autres. Avais-je attaqué quelqu'un de sa famille de cette manière et c'était pour cette raison que Marya espérait me faire comprendre que je n'en valais pas la peine? Si oui, c'était bien joué.

Touché dans mon orgeuil, j'avais envie de fuir, de laisser la blondinette dans un petit coin du placard et surtout, de verrouiller la porte derrière moi pour que cette dernière ne puisse pas quitter la pièce. Je ne voulais pas la revoir, lui reparler. J'avais besoin de temps pour comprendre son agissement, la raison qui l'avait poussé à devenir comme ça avec moi. Pendant des mois, j'avais joué, ne voulant rien avoir d'elle et, pendant quelques minutes aujourd'hui, j'avais cru que quelque chose aurait pu se produire, que Marya Lambert aurait pu me sortir de cette mésaventure. Mais c'était raté. Avec quelques mots, des paroles blessantes et surtout, son petit jeu à elle. Jeu auquel elle jouait totalement seule. Je ne voulais pas jouer avec elle, me retrouver dans le même monde que cette blonde. Un monde compliqué, cruel, invraisemblable. Un monde où elle se trouvait seule et, si les choses ne changeait pas, un monde où elle allait vivre complètement seule. Sans personne, sans même un membre de son entourage. Et pendant que j'essayais de lui expliquer la situation, elle préféra soupirer, montrant de cette manière que je l'agaçais. Comment lui faire comprendre que certaines choses ont changé, que lorsqu'elle pose son regard vert dans le mien, bien des choses changes. Comme le fait de la regarder et de penser qu'elle est la pire fille au monde? Je n'étais pas un saint, vraiment loin de là, mais j'étais capable de comprendre lorsque j'allais trop loin ou encore, lorsque quelque chose pouvait me blesser. Comme présentement. Peut-être ne se rendait-elle pas compte de son agissement envers moi, mais j'avais l'impression d'être traité comme un moins que rien. Me faire avoir par elle, en quelque sorte. À voir su qu'elle aurait agit ainsi envers moi, jamais je n'aurais posé mes lèvres sur les siennes. Jamais. Regretter quelque chose comme présentement, ça m'était arrivé mais uniquement une fois, lorsque j'avais 17 ans. Pas depuis. La blesser à mon tour n'allait aider à rien et encore moins à lui dire une grosse connerie, comme le fait de lui dire la vérité. Devais-je lui dire mes pensées, tout ce qui ne fonctionnait pas? Aucune idée... Et c'était pour cette raison que j'avais décidé de lui dire que j'étais tombé amoureux d'elle. Vérité ou non? Mensonge ou non? À quoi bon le dire?Elle arrêtait ses jeux, j'avais raison depuis le début. La petite flamme qui c'était éveillée en moi, la même qui m'avait donné espoir d'une vie meilleure quelques secondes avant, venait de s'éteindre. Terminé. Elle venait de dire ce que je redoutais. Des jeux, rien de plus. Marya prit place par terre, tout près du mur. De mon côté, je n'avais qu'une envie, partir. Faire mes valises et quitter la Suisse. Encore plus qu'avant. Je ne voulais plus me retrouver seul avec elle, sachant très bien qu'elle n'avait qu'une intention, soit de jouer. J'avais joué dans le passé et maintenant, ça me retombait dessus. Pourquoi avoir pu penser le contraire pendant quelques minutes? C'était insensé.

C'était décidé, j'allais la laisser là et partir ensuite. À quoi bon me soucier d'elle et espérer que personne ne puisse profiter de la blondinette? Si elle voulait jouer, elle allait être servi. Je n'avais qu'à mentionner à quelqu'un qu'elle était seule dans le placard et elle allait être ravie. Jamais je n'avais pensé qu'elle était comme ça. La prochaine fois, ne pas se fier aux apparences. Uniquement avec le coeur. Mais une pression sur ma main me fit rester, comme si Marya avait réellement besoin de moi, comme si elle ne voulait pas me laisser partir. Elle voulait me parler mais moi, je ne voulais pas l'écouter. L'entendre dire mes quatre vérités, ça ne me plaisait pas. Je ne voulais pas qu'elle puisse me regarder avec un petit sourire et ensuite, se mettre à rire car, pendant quelques instants, j'avais cru qu'elle pouvait ressentir quelque chose de plus, quelque chose de différent lorsque j'étais près d'elle. C'était trop pénible à entendre. Comme si j'étais devenu sentimental, comme si j'avais quelque chose à faire de ce qu'elle pouvait penser de ma personne... - C'est pas que je veux juste jouer avec toi, c'est plus parce que je suis bien quand tu est là. Je t'aime bien Alex , je veux pas .... Je veux pas qu'on franchisse ce cap et qu'on perde ce qu'on a, peu importe ce que c'est. Le JUSTE jouer avec toi me donna une grande claque au visage. J'avais bien raison, c'était un jeu de sa part. Wow, merci Marya. Le peu de confiance que j'avais en moi venait de partir maintenant. Je n'avais plus envie de parler avec elle. Moi qui lui avais demandé de venir à une fête la semaine prochaine avec moi, qu'allais-je faire si elle venait? Enfin, ce n'était pas une fête à proprement parler, mais bien une sortie pour la présenter à Jackson. Je devais trouver une solution pour lui faire abandonner l'idée de m'accompagner. Ne pas lui en reparler, c'était le mieux à faire et aussi, espérer qu'elle puisse oublier tranquillement. Je n'allais pas me présenter au chalet de Jackson, c'était plus simple comme ça. Et surtout, j'allais tout relaisser derrière, comme je l'avais fait dans le passé. Me trouver un autre petit coin et essayer d'y faire ma vie. Trop de déception d'un coup, trop de problèmes avec le monde extérieur. La prochaine fois, je n'allais parler à personne. Ceci serait plus simple pour moi, mais également pour les gens qui pouvaient me connaitre. - Ne pars pas. Reste encore un peu avec moi Marya m'attrapa par le cou, je n'avais aucune envie de m'échapper. À vrai dire, j'avais envie de m'asseoir près d'elle et de l'écouter parler. Ne rien lui dire, la laisser croire ce qu'elle voulait. Faire tout ce qu'elle voulait aussi. Si elle avait l'intention de me détruire, elle pouvait bien le faire, je n'avais rien contre. Dormir serait tellement plaisant maintenant. Dormir et tout oublier ensuite, faire comme si tout était normal entre nous. Comme si rien ne c'était passé, comme si ses paroles ne m'avaient pas atteinte droit au coeur. Faisant à ma tête, j'avais fini par prendre place à côté de Marya, obligeant cette dernière à laisser ma main tranquille. Appuyant ma tête sur le mur également, j'avais fermé les yeux, espérant pouvoir réussir à mettre mes problèmes de côté. Je ne voulais pas devenir trop mou devant Marya, me pliant à tout ce qu'elle désirait. Je ne voulais pas non plus lui donner raison ou encore, lui renoter tout ce qui n'allait pas. Je voulais rester moi-même mais avec elle, je savais que c'était ça le point fort. Dès que j'étais moi-même, elle devenait accros. C'était bien un problème.

- Garder Andrew très loin, c'est le bonheur total! - Stacey aimait bien Andrew, mais elle ne désirait pas le garder comme ami. Enfin, c'était ce que j'avais compris durant la journée, lorsque ma cousine était à mon appartement. J'avais cru qu'elle avait le béguin pour lui pendant un moment et lorsque je le lui avais demandé, elle m'avait confirmé le contraire. Une chance pour elle, vu l'orientation d'Andrew. Et une chance pour lui aussi, vu Stacey. Mais ses dernières paroles ne m'avaient pas réellement plu. Elle aimait bien quelqu'un et si elle continuait ainsi, elle allait finir par se perdre ou se brûler. C'était dangereux, surtout lorsqu'on s'appelait Stacey. Une chance pour moi que nous ne portions pas le même nom de famille et ainsi, peu de gens savaient notre lien de parenté. Pour la plupart des personnes ici présentes, elle n'était qu'une vulgaire chose à mes yeux, une petite aventure lorsque je m'ennuyais. À vrai dire, c'était vrai... mais d'une autre façon. Lorsque je m'ennuyais, il n'était pas rare que je l'appelais, uniquement pour entendre sa voix et ainsi, l'entendre dire des conneries. Comme ça, ma soirée était bien remplie. M'occuper de son petit frère, Jason, était beaucoup plus compliqué. J'avais même essayé, à plusieurs reprises, de le noyer. C'était la belle vie... « Je suis ..... certaine .... Qu'elle est avec lui ! Va ... Va la chercher Andrew ! » Sinon quoi? Elle allait rager, se mettre à baver et devenir Hulk? Si elle voulait la même odeur, elle pouvait bien continuer sur sa lancée, rien n'allait s'arranger avec le temps. Et puis... Une arme? Mais de quoi ma cousine se mêlait-elle, à la fin? Stacey préféra ne pas embarquer dans le jeu, laissant son bras droit flotter dans l'eau. Même si elle ne savait pas nager, elle ne voulait pas le montrer. Elle voulait montrer qu'elle était bien où elle se trouvait, que rien ni personne ne pouvait la faire changer d'avis. Elle était sur Baleine et personne n'allait la lui enlever. Pas même Lou qui maintenant, était assise sur Canard et essayait de revenir. - Ha non hein, pas question! Je veux leur trouver un nom d'abord et ensuite, on regardera pour le reste. En plus, elle vient de me dire que j'ai le derrière gros comme une baleine et elle ne s'excuse même pas! - Frustrée, elle était Stacey. Elle ne voulait pas remonter Lou et ensuite, voir qu'elle avait perdu son temps et qu'elle n'aurait pas assez de temps pour trouver tout les noms des animaux. - Si tu veux l'aider Andrew, et bien va la chercher! - Sans crier gare, elle attrapa Andrew par le bras avant de l'entrainer dans l'eau. Et voilà, Andrew à la flotte. Comme ça, il allait pouvoir s'occuper de Lou personnellement. - Moi, je rentre chez moi à dos de Baleine. Lou, tu peux toujours courir pour le mariage, je dirai non devant l'autel. Je ne veux pas me marier avec quelqu'un qui ne pense pas au bien être des autres. -



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Jeu 21 Juil - 3:35


Balance-moi un savon




Avoir l'air lucide pendant quelques minutes et sortir des phrases sensées avait été très facile. Ce que je venais de lui dire, c'était gravé dans ma tête depuis des lustres. Lui dire qu'en vérité je ne le détestais pas réellement et que je courrais derrière nos chamailleries me paraissait plus qu'évident. Ces phrases-là étaient déjà pré-faites, tout ce qu'il m'avait fallu faire c'est appuyer sur le bouton ''print'' dans ma tête. Je me félicitais même d'avoir l'air aussi sérieuse et d'avoir pu déballer tout ça sans me mélanger dans mes mots. Lui dire que je l'appréciais bien au lieu de lui révéler que je le boufferais tout cru , je ne m'en serais pas cru capable je vous avoue. Me forcer à avoir quelques pensées cohérentes et abandonner l'image d'Alexis Thorens sortant de l'eau pour venir me rejoindre sur une plage avait été un véritable défi. Et puis je me suis tue. Pourquoi ? Hé bien , parce que j'ai épuisée ma banque de phrases pré-faites et qu'à présent, ce qui pourrait sortir ne serait pas bien joli à voir. Je ne voulais pas donner la chance à Alex de se payer ma tête et de me filmer dire toutes sortes de conneries. Pour être certaine de me la boucler , je me suis pincée les lèvres. Les yeux fermés , j'étais accotée contre le mur derrière moi. Je ne réalise même pas qu'Alex s'asseoit à mes cotés. Je suis certaine qu'il est partit et qu'il m'a laissée là. Tant mieux ! Une misère de moins. Il peux bien partir si ça lui chante, moi j'ai Alexis sur la plage qui m'emmène dans l'eau. Je me pince les lèvres encore plus fort, trop fort. Je sursaute devant la douleur et j'ouvre enfin les yeux. Je vois le placard à balai devant moi , vide. Je regarde partout et je sursaute à voir Alex juste là , tout près. Misère. Il est jaloux d'Alex sur la plage c'est ça ? Il voudrait peut-être nous rejoindre. Ça tombe bien , il est presque en maillot. Suffirait qu'il enlève ses pantalons et .... Hein ???? Quoi ? Je glisse mes mains sur mon visage en poussant un long soupire. Ça me sauverait la mise si Alex me sortait une connerie. Pour une fois que je lui donne la permission de dire des bêtises. Assise par terre, je replie un peu mes jambes vers moi mais pas complètement. Je me force à regarder devant moi mais la tentation est très forte. Je cède et très lentement, je tourne la tête vers lui. Je pose un coude sur mon genoux et j'accote ma joue contre ma main tandis que je l'observe. Je crois être discrète mais je ne le suis pas du tout. Il a les yeux fermés. Il ne me voit donc pas. Je souris un peu à moi-même. Je l'observe en cachette et pendant quelques secondes, je suis paisible, assise à coté de lui. Je me sentais comme l'explorateur qui se tient près du fauve endormis. Cet espèce de moment où on frôle l'interdit et qui , étrangement, nous fais sentir en sécurité. Le temps passe , je me perds entre deux ou trois pensées folles me concernant moi et le concernant lui. Je nous trouvais si beau comme ça, dans ce placard, si tranquille tout les deux. Je n'avais rien pour immortaliser ce moment. Rien mis à part ma mémoire vacillante de l'heure. Il doit dormir. Je suis certaine qu'il dort. Je devrais peut-être faire pareil. Je m'accote sur le mur derrière moi et je ferme les yeux. Je les ouvre immédiatement. Nom d'un chien il fait comment lui ? Je bouge un peu , j'essaie de trouver différentes façons de m'installer mais je n'ai pas cherchée loin, une bonne idée venait de me traverser. Lui , il a l'air confortable. Tel un chaton agile, je me glisse près de lui , je le toise du coin de l'oeil pour m'assurer qu'il ne se réveille pas. Il est assis à la verticale dos au mur, je me place à l'horizontale d'Alex. Je passe mes jambes au-dessus des siennes tout en les gardant repliées de sorte à former un pont. Je souris d'excitation à l'idée qu'il me ferait une scène s'il me voyait faire. Il péterait un câble c'est certain. Je retiens un rire en songeant au fait que j'abusais d'Alexis Thorens dans son sommeil. Je m'accote contre son épaule et très lentement , comme une voleuse de diamant, je prend sa main et je passe son bras autours de moi.

- Alors là , si tu te plaint, je te donne une baffe c'est certain

Marmonnai-je à moi-même. Il est vrai qu'un gars qui se plaint d'avoir une fille en soutif sur lui, c'est inhabituel mais habituel n'est pas Alexis Thorens. Il n'aimerais pas me voir sur lui comme ça. Alexis Thorens n'aime pas la chaleur humaine ou la tendresse. Ça lui faisait peut-être peur. Je le comprendrais. Ça me fait peur aussi mais je suis curieuse et puis ce n'est jamais désagréable. Voler un peu de tendresse par-ci par-là , c'est prendre son dû. Voler un peu de chaleur sans risquer de s'y perdre. Je connais ça. Mais moi , j'étais encore naïve, je n'en connaissais pas encore les lourdes conséquences. J'accote ma tête contre son épaule satisfaite. Je passe une main sur sa seconde épaule pour m'y accrocher. Si je nous trouvais beau tout à l'hure, à cet instant précis, je nous trouvais magnifique. Nous n'étions pas sur une plage des caraïbes mais ça faisait l'affaire. Et là je me suis mise à réfléchir , un peu trop. Je repensais à ce qu'il m'avait dit. Je décolle ma tête subitement et je m'adresse à lui.

- Et puis d'abord, si tu m'aime , pourquoi tu fais chier ?

J'avais lancée ça comme ça, m'adressant à Alexis qui , dans ma tête, dormais comme une brique et qui ne pouvait donc pas m'entendre ou encore me répondre. Je poursuis mon monologue avec moi-même accotant de nouveau ma tête contre son épaule.

- Ouais tu fais chier , tu comprends jamais rien.

Tandis que je lui disais cela, je prend son autre main et je la pose délicatement sur une de mes jambes comme si je me servais de ses bras chaud en guise de couverture. Je regarde le vide , respirant près de son cou. Ma voix était un peu plus douce , je lui parlais à lui mais peut-être plus à moi aussi.

- Tu crois que j'ai envie qu'on m'aime ? T'as rien compris , c'est toi l'idiot.

Et je soupire. Ça me faisais du bien de balancer ça dans les airs , de lui parler à lui, même si il ne m'écoutais pas. Ça me donnait la chance de lui dire les vraies choses sans qu'il ne me revienne là-dessus un jour. Et puis, moi-même, je faisais le point. J'étais tellement détendue que j'étais parfaitement à l'aise de me dire les choses en face. Les choses que je n'ose pas m'avouer.

- Je demande rien , je prends c'est tout et le jour où j'aurai envie d'aimer quelqu'un, je le ferai sans demander son avis. Sans demander ton avis. Je donne sans chercher à recevoir. Tu devrais faire pareil gros nul, tu devrais m'en donner un peu de temps en temps.  

Tout était là. J'étais comme lui , il fallait faire attention aux petites choses venant de ma part car il n'y en avais jamais beaucoup. Tout était clair , je jouais les dures à cuire , les insensibles mais je savais que ça finirais par m'arriver. Je savais que je finirais par tomber pour Alexis Thorens. Ce sera bien ou ce sera douloureux, seul l'avenir me le dira. Je n'ai pas peur de souffrir non mais je savais que mon premier chagrin d'amour, je m'en souviendrai toute ma vie. Retarder l'évènement me paraissait donc comme le plus judicieux à faire. Pourquoi parler de négatif ? Pourquoi déjà penser au chagrin ? Parce que je ne crois pas à ces conneries qu'on nous vend à la télévision. Quand tu faiblis pour quelqu'un , il y a peu de chance pour qu'il ressente la même chose. C'est pourquoi , moi je n'attendais rien de personne. Quand j'aime quelqu'un , je le garde pour moi et je profite simplement de la présence de cette personne. Rester seule toute ma vie ne me faisais pas peur. J'embrassais cette avenir, je ne craignais pas les longs sentiers solitaires. De l'amour, je n'en ai pas besoin que je me disais, du haut de mes 19 ans. Parce que moi , je croyais tout savoir mais la vérité c'est que , je ne savais rien. J'étais vraiment à coté de la plaque. Et je reste toute blottie contre lui, mon visage caché contre son cou. Je ne remarque même pas si il est réveillé ou pas. Je poursuis mon fameux monologue avec moi-même incapable de dormir. Je détache la chemise que j'avais nouée à ma taille. Je la tire un peu vers nous pour nous recouvrir. Pas seulement moi mais lui aussi , pour pas qu'il ai froid.  Et je soupire de nouveau , mes joues deviennent rouges. C'était comme si il m'en fallait gros pour sortir tout ça. Pour dire à mon Thorens imaginaire ce que je pensais réellement. Ce qu'il ne comprenait pas. Je m'approche d'Alex pour poser un baiser sur sa joue. Je lui souris, satisfaite d'avoir eu cette conversation , ou plutôt monologue, avec lui. Je marmonne alors doucement tandis que je me replace gentiment sur son épaule.

- T'en fais pas, ils finiront par nous trouver, je leur dirai de te mettre avec moi pour que tu me tienne au chaud parce que cette chemise, c'est pas terrible.  

« Garder Andrew très loin, c'est le bonheur total! » Ce pauvre Andrew , si sage si patient , il était désormais le souffre-douleur des deux jeunes femmes. Une attaque venant de Lou complètement zelée , il ne s'y attendait pas mais venant de la gentille Stacey encore moins. Il s'agissais-là d'une exclusion complète et cela aurait été pire si j'avais été présente car moi , je n'ai jamais été gentille avec Andrew alors il aurait été très facile , et évident, que je l'exclue aussi. Lou pour sa part , venait de me remplacer par la petite tête blonde comme si elle était maintenant devenue sa nouvelle complice. À croire que j'étais facilement remplaçable. Ma chère amie souriait fièrement et envoyait des yeux tendres à la cousine d'Alex , comme si elle était désormais son véritable amour. « Exactement Stacey ! Tu comprends tout ! Tu vois qu'on est fait l'une pour l'autre » Andrew ne répondait plus rien , il les regardait chacune , tour à tour. Ce cher Andrew, si bienveillant. Il surveille les deux fêlées pendant que des inconnus foute le bordel dans sa maison. Il devait admettre par contre que la cousine d'Alex n'était pas de tout repos non plus et donc que celui-ci allait lui devoir une fière chandelle quoi que , il lui avait donné la chance d'améliorer sa réputation et de détruire la mienne et nous enfermant dans cette chambre ce qui lui valait deux redevances. Mais là tout de suite, mon ami planteur de couteau dans le dos était perplexe de ne pas la moindre idée de l'endroit où nous nous trouvions. « [...] En plus, elle vient de me dire que j'ai le derrière gros comme une baleine et elle ne s'excuse même pas! » Lou fais de grands yeux, elle se redresse misérablement sur le canard , la bouche ouverte et avec une certaine attitude au visage. « Et toi tu préfère me laisser mourir pour trouver des noms de d'animaux gonflables. Et la Baleine, elle s'appelle Bubble , pas Baleine, Bubble. » dit-elle uniquement pour contrarier la petite blonde. Même pas encore mariées et déjà , elles se lançait des vacheries. En colère , Lou faisait des vagues avec ses pieds pour remuer le transport de la petite blonde. Notre brave Andrew voulu intervenir pour maitriser les deux blondes en furie mais il n'y avait rien à faire. Il se fit avoir à son tour en se faisant tirer dans l'eau, encore une fois ..... Il ne séchera jamais ce cher Andrew. Tant qu'à y être, autant mieux les sortir de là. Il tira donc les deux ballons gonflables de sorte à essayer de ramener les deux jeunes femmes au rivage mais les choses allaient de mal en pire. « Moi, je rentre chez moi à dos de Baleine. Lou, tu peux toujours courir pour le mariage, je dirai non devant l'autel. Je ne veux pas me marier avec quelqu'un qui ne pense pas au bien être des autres. » Lou fit de grands yeux. La première fois qu'elle se faisait rejeter de la sorte. Sans crier et gare , elle se jeta sur Andrew qui cala sous la poids de la blonde. Il remonta à la surface mais avait du mal avec elle qui se redressais sur son épaule pour parler à Stacey face à face. « T'as pas d'honneur ! Je t'aimais moi! Tu peux toujours courir avec ta Baleine ! Va-y essaie pour voir  » Dit-elle en essayant d'attraper Baleine ou encore une cheville de Stacey. Andrew lui , essayait de maitriser Lou et d'attraper la Baleine de Stacey histoire de les ramener sur la terre ferme le plus rapidement possible et les refiler à moi et Alex.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Sam 23 Juil - 22:39


Balance-moi un savon



Placé ainsi, le dos bien appuyé contre le mur et les yeux fermés, je pouvais laisser croire à Marya que j'avais l'intention de m'endormir, mais ce n'était pas le cas. Je voulais uniquement réfléchir à certaines choses assez rapidement. Tout me semblait si compliqué en ce moment et rester de marbre devant la jeune femme n'allait servir à rien. Je lui devais des explications sur mes agissements, mais de son côté aussi, elle m'en devait. Et des bien plus précises. Ce n'était pas moi qui l'avait enfermé en haut, dans la chambre ou encore, entrainée ici, dans ce placard, espérant pouvoir se coller un peu à elle. C'était ses agissements à elle, elle qui, depuis le départ, jouait les tigresses envers moi. Et comme le pauvre petit homme que j'étais, je ne pouvais pas la repousser. Enfin ça, c'était avant. Maintenant, j'avais vu clair dans son jeu. Me provoquer, elle le voulait. Plus question de me laisser avoir et de la laisser entrer dans ma vie de cette manière. Si elle cherchait la guerre, elle allait finir par la trouver. Le seul problème, encore une fois, était le fait de la fête inventée pour qu'elle puisse venir avec moi au chalet de Jackson. Par contre, si je continuais de jouer les indifférents et faire comme si de rien n'était, elle allait l'oublier. J'en étais plus que certain. Et puis, à quoi bon aussi qu'elle m'accompagne? Elle n'allait rien y comprendre, elle n'allait jamais accepter de si prêter au jeu. Finalement, j'aurais dut en parler à Matteo dès le départ. Tout aurait été plus simple. Autant pour Marya, que pour moi. Peut-être pas pour Jackson, mais peu importe. Au moins, j'aurais pu rester moi même lors de ce weekend et surtout, ne pas faire semblant que ma vie était parfaite. Avec plus de bas que de haut depuis bien des années, cette dernière était vouée à l'échec et encore une fois, Marya venait de me le prouver en y plantant un couteau dans mon dos. Terminer les jolies choses, espérer et croire n'étaient que pour les faibles. Maintenant, je devais rester la tête droite, regarder les problèmes dans les yeux et surtout, ne pas tomber dans le panneau. Le tout était pourtant simple, puisqu'en Marya et moi, il n'y avait pas de... mais... qu'était-elle entrain de faire?

Sans ouvrir les yeux, je l'ai laissé s'approcher, espérant qu'elle puisse me fournir une explication assez rapidement. Plus elle s'approchait et se collait à moi, plus j'avais envie de la repousser et de la laisser dans un petit coin du placard. Ne pas y sortir, rester avec elle pourtant. Impossible pour elle de sortir d'ici, après tout ce que je venais de lui dire. Des chances pour qu'elle se dépêche pour tout dévoiler à tout le monde, pour dire aux gens que Thorens lui avait vraiment offert son chandail et même des baisers. Pas question de voir ma vie s’étaler de cette manière et surtout par elle. Déformer la vérité, elle était bien capable de le faire, tout comme moi avec le temps. C'était un peu de l'art, malgré tout. Une manière bien à nous de pouvoir s’approprier tout ce que nous voulions le plus au monde. Mais pour l'instant, tout ce que je voulais était super simple. C'était de sentir Marya près de moi, mais loin, en même temps. Qu'elle puisse arrêter de me prendre pour un porte-manteau et qu'elle puisse garder ses mains sur son corps à elle. Je n'avais jamais été très câlin ou même très démonstratif envers quelqu'un et ce n'était pas le moment de l'être avec elle. Et même avec quelqu'un d'autre. Jamais. Certaines choses ne sont pas acceptables et ça, ça l'était. Même d'une évidence un peu trop flagrante à mon goût aussi. Pourquoi demander de l'affection d'une seule et même personne pendant des années, lorsqu'on peut tout simplement en recevoir à plusieurs reprises et ce, d'une autre manière? Bien des fois, avec des gens que l'on ne connait pas, mais ça, c'était une autre histoire. Et puis, tout dépends des personnes autour de la personne concernée aussi. Pour ma part, c'était beaucoup plus facile, vu l'emplacement de mon travail. Même beaucoup plus facile que certaines personnes pouvaient clairement le penser. Mais puisque chaque bonne chose à une fin, la mienne était à ce niveau. Depuis des mois, je n'avais touché personne, ne voulant même pas prendre un verre avec quelqu'un. J'espérais que ceci puisse me mettre les idées en place et tandis que Marya commençait à parler, je me rendait compte qu'avec elle, j'avais été prêt à avoir de sérieux problèmes sur la conscience. - Alors là , si tu te plaint, je te donne une baffe c'est certain Pourquoi? Quel genre de problème? J'étais bien tenté d'attaquer le diable et de vouloir savoir ce qu'elle me voulait, mais non. Silence total, je devais rester tranquille et surtout, les yeux fermés. Si ce simple geste de ma part pouvait l'aider à se vider le coeur, j'allais continuer de le faire. Au fond, je n'étais pas un mauvais garçon. Enfin si, mais ça, c'était une autre histoire. - Et puis d'abord, si tu m'aime , pourquoi tu fais chier ? D'abord... Donc, il y aurait d'autre question. J'ignorais si j'étais réellement prêt à écouter toutes ses sornettes de petites filles trop gâtée. Car oui, pour moi, elle était vraiment trop gâtée pour agir de la sorte envers moi. Quelle personne avec assez d'intelligence s'accrocherait à quelqu'un de la sorte sinon? Elle avait besoin d'attention, c'était tout. D'attention et un peu d'amour, même si elle disait le contraire. - Tu crois que j'ai envie qu'on m'aime ? T'as rien compris , c'est toi l'idiot. Plus elle parlait, plus j'avais l'impression que oui, elle avait besoin d'être aimé. Finalement, elle n'était pas une petite fille gâtée. Elle était la petite fille qui avait manqué de tout dans sa vie. D'amour de la part de sa famille, manqué d'amis, manqué d'attention et surtout, surtout, de l'amour qu'une personne pouvait lui apporter. - Je demande rien , je prends c'est tout et le jour où j'aurai envie d'aimer quelqu'un, je le ferai sans demander son avis. Sans demander ton avis. Je donne sans chercher à recevoir. Tu devrais faire pareil gros nul, tu devrais m'en donner un peu de temps en temps. Sans demander mon avis. Génial, c'était de mieux en mieux. Si j'aurais voulu faire réellement n'importe quoi pour elle, elle venait de tout gâcher. Si j'avais été prêt à changer de vie, changer moralement aussi, elle venait de tout gâcher. Et pourquoi lui donner un peu de moi? Même si j'aurais voulu, elle aurait fait quoi avec? Une boulette de papier et aurevoir Thorens? Je n'avais vraiment pas envie qu'elle agisse ainsi avec moi. Pas la peine d'expliquer pourquoi car même moi, je n'étais pas certain de comprendre ce qui se passait réellement. Un jour ou l'autre, j'allais le comprendre, mais pas maintenant. - T'en fais pas, ils finiront par nous trouver, je leur dirai de te mettre avec moi pour que tu me tienne au chaud parce que cette chemise, c'est pas terrible. Après un bisous sur la joue, elle se recolla. N'importe quoi... Comme si je pouvais la tenir au chaud réellement. C'est dans ces moments là que le garçon se colle d'avantage, qu'il lui explique gentiment que rien ne changera entre eux. Le garçon rassure la fille, lui fait comprendre qu'elle est importante pour lui, qu'il en est amoureux. Des promesses de mariage, d'enfant prochainement. Une grande maison sur une île en Ontario au nom compliqué à prononcer. Pour ma part, je m'étais empressé de retirer la couverture et de repousser Marya. C'était trop. Trop de mots, trop de câlins, trop de besoin de sa part. Je n'avais jamais été quelqu'un de très démonstratif et ce n'était pas ainsi que j'allais changer les choses. - Je crois que c'est toi qui comprend absolument rien. La prochaine fois qu'un garçon t'offre un chandail, tu le prends et c'est tout. Ce que l'on veut, nous, c'est pas un discours, même pas de merci c'est adorable. - Enfin ça, c'était moi. Peut-être que les autres, comme son frère, était différent. - J'ai pas l'intention d'attendre que quelqu'un nous découvre tu sais. J'ai juste envie de sortir d'ici et d'aller prendre l'air. C'est vraiment trop compliqué pour moi, tu es trop compliqué pour moi. Peut-être ne le comprends-tu pas encore, mais je pense bien que ton histoire de: je ne veux pas que quelque chose change entre nous... c'est ridicule. Je le vois dans tes yeux, dans tes paroles. Je pense bien que tu m'apprécies beaucoup plus que tu ne veux te l'avouer. - Dans ses mots, j'avais fini par comprendre certaines petites choses. Petites choses que j'espérais oublier et, contre toute attente, allaient m'obséder pendant les prochains jours.

Oui, elles étaient faites l'une pour l'autre et sans le savoir, Stacey commençait à s'accrocher à cette idée. Elle en devenait même gaga tranquillement. Une belle jeune et jolie jeune fille, juste pour elle. Elle, elle n'était pas aux femmes. Pas même aux hommes. Dans ma tête, lui trouver une chèvre et prier pour cette dernière, était vraiment la seule option possible. Et encore là. Bien des fois, avec tout ce qu'elle m'avait dit dernièrement, j'avais de grands soupçons. Certainement une autre de ses conneries mais pour la peine, pas besoin de la déranger pour si peu. Surtout en ce moment. - Oui, nous sommes faites l'une pour l'autre. On devrait s'acheter une belle maison sur le bord de l'eau. Comme ça, on pourrait emmener Baleine se promener. - Elle était aux anges, ma cousine. Tout le monde autour de la piscine pouvait le comprendre, Lou était devenue bien précieuse pour elle. Et Andrew aussi, même si elle ne voulait pas l'admettre car sans lui, jamais elle n'aurait pu se fiancer à Lou aussi vite. - Bubble, c'est ridicule. Il n'y a aucun animaux qui s'appelle Bubble dans le monde entier et ça, je le sais. Baleine, il y en a. La preuve, elle, elle s'appelle comme ça! Et tu es encore en vie, tu me parles présentement alors arrête de faire ta difficile et aide moi à trouver un nouveau nom au canard qui est là! Ha non c'est bon, Canard c'est trop mignon. - Et elle avait raison, pas la peine de la contredire. Si c'était votre intention, elle allait revenir sur vos paroles et elle ne terminera que lorsque vous aurez dit que tout était bon. Tandis qu'Andrew essayait de revenir sur le bord de la piscine tout en entrainant Lou et Stacey, cette dernière décida de battre en retraite. Pas la peine de commenter les mots de Lou, elle n'y fit aucune attention. Et aussi, pas question de faire plaisir à Andrew et de rentrer. Elle ne savait peut-être pas nager, mais elle pouvait compter sur Baleine pour ça. Une baleine, ça c'est nager. Plastique ou pas. - Je vais rentrer chez moi par l'autre côté, c'est tout. Vous direz à mon cousin et à sa petite amie que je suis partie à cause de vous et de vos insultes. - Oui oui, sa petite amie. Et une chance pour elle que je n'étais pas dans les parages, car je lui aurais demandé de qui elle voulait bien parler.



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Mer 27 Juil - 13:52


Balance-moi un savon




Pour une fois dans ma vie, j'étais bien près de quelqu'un. Pas pour le détruire, pas pour l'amadouer , aucun mensonge, aucun jeu. J'étais juste là , près de quelqu'un. Et j'étais bien. Ce genre de chose qui étais très claire dans ma tête en ce moment même mais qui deviendra très flou lorsque j'aurai retrouvé mes esprits. À croire que j'étais plus lucide droguée que sobre. C'était comme si je savais tout. Comme si je comprenais tout.  Comme si je voyais derrière tous les mensonges que je m'étais fait. Être la meilleure menteuse du monde c'est quand on arrive même à se berner soi-même. Ce qui m'est arrivée. Me faire croire que je détestais la race humaine au point de ne considérer personne. C'était un mensonge. Quelqu'un attirait mon attention. Quelqu'un que j'étudiais de loin. Que je voyais se débattre dans ses tourments. Quelqu'un qui avait besoin de laisser sortir un peu de rage mais qui ne savait pas comment le faire sans cracher du venin sur tout le monde. Alexis Thorens était un personnage curieux. Le genre qu'on ne voit pas partout. Je voulais voir de plus près , voir ce qui se cache derrière tout ça, mais je ne l'ai pas fait car ce n'était pas prudent. L'épier de loin était plus sage. Et c'est ce que j'ai fais pendant longtemps.

Mais aujourd'hui , les choses avaient changées. J'avais compris que je cherchais davantage qu'à simplement satisfaire ma curiosité. Je voulais quelque chose de lui mais je ne savais pas encore quoi. Et ce genre de réflexion n'ira pas plus loin dans mon esprit embué. C'est alors que je le sens bouger. Il me repoussais mais en vérité, j'étais tellement surprise et horrifiée de le voir se réveiller que j'ai presque bondit hors de sur lui. Me jeter le plus loin possible comme sauter en bas d'une falaise, c'était l'image la plus proche de ce qui s'est passé à ce moment-là. Assise un peu plus loin de lui, je reprend la chemise qu'il avait repoussée et je l'attire vers moi pour me couvrir. Comme si j'étais tout d'un coup devenue pudique et ce , même si j'avais passée la soirée entière à moitié nue. Je le regarde les yeux ronds , sous le choc de voir qu'il était plus diabolique que je ne l'aurais cru, que non seulement il avait écouté ce que j'avais dit mais qu'en plus il m'avait poussé. Réalisant ce détail, je fronce les sourcils et je le pousse brusquement avec mon pied.

- Va-y ! Repousse-moi encore ! Des vacheries aussi tu peux en sortir, des insultes , me frapper si ça te chante ! Mais me dit pas, non non .... - Je lâche un soupire moqueur mais je ne me moquais pas, j'étais plutôt en colère. - ... me dit pas que tu déteste tout ça ! Sale menteur ! Me dit pas que tu as pas aimé ce qui s'est passé dans le hall ou ... ou encore que je sois sur toi ou .....

Incapable de bien exprimer ma pensée, j'ai décidée d'abandonner le discours préférant pester contre moi-même. Je ferais aussi bien d'arrêter de parler avant de faire une folle de moi. Malgré tous mes efforts pour avoir l'air bien normale, quelques attraits commençait à se faire voir comme le fait que je me perdais un peu dans mes mots. Et je me tourne un peu pour lui tourner le dos. Je ne voulais pas qu'il me voit m'énerver. Je replie mes jambes vers moi et j'accote ma main contre ma joue. Je regarde le vide , peut-être que je regardais l'aspirateur , j'en sais rien. Je sais juste qu'Alex venait de faire s'enfuir celui qui se trouvait sur la plage avec moi. Et puis , il a continué. « La prochaine fois qu'un garçon t'offre un chandail, tu le prends et c'est tout. » Je penche la tête vers l'arrière, les yeux clos et j'échappe un petit rire. Tandis que je penchais la tête , je me laisse retomber doucement vers l'arrière jusqu'à me coucher entièrement sur le sol. Comme si pencher ma tête consistait à balancer un poids lourd et qu'il valait mieux ne pas résister et laisser le corps suivre aussi. Je ne riais pas parce que je le trouvais drôle , je riais parce qu'il essayait toujours de jouer au dure mais moi , je voyais bien ce qui se passait. Je suis loin dans le monde des unicornes présentement mais je ne suis pas aveugle. Au départ dans l'idée de me relever , j'ai levé un bras mais oubliant trois secondes après le but de cette manœuvre, je me contente de glisser mon bras contre mon visage pour masquer mes yeux avec. Étendue par terre sur le dos , je m'adresse à Alex.

- Aaaahhh non arrête , arrête arrête. Tiens ! Parlons-en de ce chandail. Je sais pourquoi tu me l'a donné. Oui je sais et je vais te le dire. Chut ! Tu vas voir c'est marrant.

Et je retire mon bras d'un coup et je me retourne , toujours étendue par terre , je me retourne pour me retrouver sur le ventre. Mes deux mains posées devant moi , mes pieds se redresse pour balayer l'air. Je regarde Alexis Thorens avec un petit air taquin, comme si j'avais un potin croquant à lui raconter.

- C'est à cause de se qui s'est passé près de cette porte.

Après lui avoir sortit ses mots, je me relève et je m'avance vers lui à quatre patte jusqu'à m'arrêter devant le châtain et m'asseoir devant en indien. Être à coté de lui ce n'est pas le toucher, il ne pourra donc pas se fâcher.

- Ca faisait peur .... On fais jamais ça tu le sais et puis pouf ça s'est arrêté mais toi , Je balaie mon doigt dans les airs en essayant de le pointer dans sa direction mais viser n'était pas du tout évident. toi .... Tu voulais absolument voir ce qu'on avait laissé là Je pose une main devant moi comme pour lui dire d'attendre , que j'avais encore un truc à dire. Va savoir pourquoi, j'ai alors pris un ton plus faible comme si je lui disait un truc qui devais rester entre nous.

- Mais shttp attends , je te blâme pas , je voulais voir aussi , et ensuite ce qui s'est passé ici .... Quand tu ....

Et là j'étais perdue. Je ne finissais pas les phrases car je les terminais dans ma tête. Tandis que je songeais au moment où il m'avait embrassé , je pose le bout de mes doigts sur mes lèvres. Je regarde le plancher me posant mille et une questions. C'était comme si j'avais déjà oubliée qu'il était là. Quand je l'entend bouger, je sursaute et je lève la tête vers lui un peu perdue. Je me râcle la gorge comme pour reprendre mes esprits. Je savais bien que j'ai eu l'air d'une pauvre nouille deux secondes plus tôt , je me redresse donc comme pour donner essayer de redevenir maître de la situation. Je ne souris pas sur le coup. Mon regard croise le sien , et j'ai l'air embêté. Je semble lui demander du regard si il était aussi perdu que moi dans ce délire. Je le regarde avec toute mon assurance naturelle mais avec une petite touche d'amusement et de détente absolue. Comme si je volais à dos de castor.

- Et je t'ai emmené ici pour te le montrer

Je m'étoufferais par moment. Je voulais qu'il reste avec moi mais tout ce que je trouvais à faire c'est de lui sortir des conneries. De quoi le faire fuir comme une gazelle. Déjà qu'il me croyait folle, j'atteignais les bas fonds. Là tout de suite, j'étais folle et pathétique , je sentais que je perdais toute ma dignité et peu importe ô combien j'essayais de bien paraître , tout ce que je parvenais à faire, c'est sortir des choses qui voguais dans mon esprit. Les petites choses qui me tracasse mais dont je ne fais aucune mention. Généralement , j'essaie de résoudre le mystère subtilement mais là tout de suite , les filtres étaient tombés, j'y allait de la manière courte : je posais le sujet sur la table. Et puis Alex s'est mis à parler beaucoup avec beaucoup de mots aussi. Un vrai discours de politicien qui embrume l'esprit. Tout ce que j'ai capté , c'est la fin. « Je pense bien que tu m'apprécies beaucoup plus que tu ne veux te l'avouer. » J'hausse des épaules passivement comme si c'était évident et je lance naturellement.

- Si tu le sais , pourquoi tu m'embête avec ça ?

Ce n'était pas ce qu'il avait dit. Il disait qu'il pensais et moi j'avais pris de l'avance. Alexis et ses tentatives , il tourne autours du pot. Une chance que j'ai compris ce qu'il voulait me dire et que je lui ai donné son bonbon. Ça aurait été plus simple s'il s'était contenté de poser des questions claires et directes. Des questions interdites, je lui aurais tout dit. Je me sentais bien, comme s'il n'y avais aucun mal à tout dire. Comme s'il n'y avait aucune conséquence à la vérité. Quand on me connais bien , dans mon état normale merci , on sais que je ment plus que je ne dit la vérité. Il est donc plus qu'évident que mon opinion sur le sujet diffère largement de celle que j'ai en ce moment.  Mais en échange, j'espérais bien m'endormir dans mon lit au chaud et non pas me retrouvée toute dégoûtante demain sur le plancher de ce placard. Et j'étais là avec le sourire le plus sage du monde , comme si c'était d'une évidence même. Je ferme les yeux , et je penche doucement la tête.

À les voir se faire des plans d'avenir , Andrew commençait à penser que toutes les blondes de ce monde étaient folles ou diaboliques. « [...] On devrait s'acheter une belle maison sur le bord de l'eau. Comme ça, on pourrait emmener Baleine se promener. »  Lou fait quelques petits bonds d'excitation , un large sourire et quelques clappements de mains. Puis elle s'arrêta soudainement et fronça les sourcils. Mon amie blonde avait cru voir claire dans le jeu de sa nouvelle fiancée. « Euuhh non, j'ai pas dit que je permettais une relation à trois et encore moins avec un ballon gonflable » Et c'est de là qu'est partie ce fabuleux conflit entre deux blondes , une complètement saoule et l'autre juste simplet. « [...] Baleine, il y en a. La preuve, elle, elle s'appelle comme ça! Et tu es encore en vie, tu me parles présentement alors arrête de faire ta difficile et aide moi à trouver un nouveau nom au canard [...]   » Lou encore mal positionnée sur le canard, pris le risque de changer de position et de presque tomber à l'eau pour essayer d'arroser Stacey. Comme quoi la vengeance n'avait aucune limite. Il fallait comprendre sa colère , sa vie comptait moins que des jeux gonflables. Il y avait encore Andrew qui tenait à elle mais lui , ce n'est rien , elle ne compte pas se marier avec lui mais avec Stacey. « Euuhh noooonnn , c'est mon fantôme qui parle. Moi je suis déjà morte depuis longtemps à force de te voir chercher des noms d'animaux. Le canard ça va être Krusty tient.  » Et elle s'y mettait aussi. De mal en pire tout ça.  Tandis que Stacey essayait de s'enfuir, Andrew continuait de tirer Baleine vers le rivage. Pas question de la laisser partir. Laisser Stacey prendre la route sans surveillance ce serait laisser un enfant tout seul dans une cage de gorille dans un zoo. Andrew n'était pas irresponsable au point de laisser la petite blonde voguer à son sort. Toujours avec la misère du monde sur ses épaules il continuait de nager tant bien que mal vers le rebord. Il pousse la Baleine près de l'entrée faites en grands escaliers. Il se cala lui-même dans l'eau pour faire descendre Lou de ses épaules puis de façon autoritaire, il lui attrapa la main pour qu'elle le suive. Il s'adressa à Stacey de qui il essayait de tenir la main. « Non non , toi tu reste avec nous le temps que ton cousin revienne , ou alors je t'appelle un taxi mais tu ne cours pas chez moi en liberté , il n'en est pas question »



Spoiler:
 


Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Ven 29 Juil - 17:15


Balance-moi un savon



Je n'avais aucunement l'intention de lui dire des vacheries, des mensonges, de la repousser comme la peste ou encore, de la frapper. Me battre, je l'avais déjà vécu, mais jamais avec une fille. Et j'étais bien loin de me douter qu'un jour ou l'autre, même que dans un avenir très proche, cette idée allait me traverser l'esprit. Pour le moment, je ne voulais qu'une chose: soit qu'elle me laisse tranquille. Lorsqu'elle était près de moi, comme ça, j'avais de la difficulté à respirer. Pour l'instant, je mettais le tout sur le fait qu'elle sentait le parfum et l'alcool mélangé. C'était tout, très simple aussi, pas la peine de se donner du mal pour faire semblant que quelque chose n'allait pas outre mesure. Les choses allaient plutôt bien présentement, surtout lorsqu'elle commençait à se mettre en colère, me balançant certaines choses au visage. Je comprenais très bien chacun de ses mots et en plus, je lui donnais raison. Et même beaucoup plus qu'elle ne pouvait se l'imaginer, mais pas question de le lui faire comprendre. (...) me dit pas que tu déteste tout ça ! Sale menteur ! Me dit pas que tu as pas aimé ce qui s'est passé dans le hall ou ... ou encore que je sois sur toi ou... Ou quoi? J'avais bien envie de le lui demander, mais ceci n'allait aider en rien. Je n'allais que jeter de l'huile sur le feu et faire tout pour me faire détester encore plus. Puisque j'ignorais que ceci était encore possible, j'avais décidé de me taire et de lui sourire un peu, à la place. Je savais bien qu'en agissant ainsi, je ne lui donnais aucunement raison et ce, sur tous les points. Pas la peine de lui prouver qu'elle avait tort aussi, je voulais uniquement lui faire comprendre que je n'allais pas lui répondre. Elle pouvait bien attendre une réponse de ma part à toutes ses interrogations. Si j'avais su la réponse, peut-être que je lui aurais répondu aussi, ça restait à voir.

(...) Oui je sais et je vais te le dire. Chut ! Tu vas voir c'est marrant. Marrant? Non, pas du tout. J'avais mes raisons et plus que j'y pensais, plus je me disais que non, je n'aurais jamais dut le lui prêter. En plus, j'étais à moitié nu depuis plusieurs minutes devant elle, ce qui n'était pas plaisant du tout. Je n'avais aucun problème avec la nudité, mais uniquement le fait de penser que Marya était tout près, ça ne m'allumait pas du tout. J'avais envie de lui dire que non, c'était à elle d'arrêter et surtout, de se taire. Que j'en avais beaucoup plus qu'assez de son agissement avec moi, mais quelque chose me disais de la laisser faire, que je devais l'écouter. Peut-être pour la voir se caler bien comme il le fallait. Après tout, elle n'avait aucun autre choix. Elle allait se caler simplement. - C'est à cause de se qui s'est passé près de cette porte. Bon d'accord, elle n'allait pas se caler. Elle avait raison. Pour une fois, j'avais eut envie de m'attacher à quelqu'un, de voir ce que ça pouvait donner. Mais plus maintenant. Plus qu'elle ouvrait la bouche pour parler, plus j'avais honte de ce que j'avais fait. J'avais même honte de lui parler et de connaitre son prénom. Pourquoi je ne connaissais presqu'aucun prénom de mes conquêtes? Et bien maintenant, tout était clair, net et précis. C'était pas compliqué à comprendre, tout était là, devant moi. Savoir le prénom de la personne avec qui je parlais ne m'aidait pas réellement, comme pour Marya. Je connaissais bien cette fille et contrairement à ce que les gens pouvaient bien penser en ce moment, elle se trompait totalement. Sur toute la ligne. Même si elle pouvait penser bien me connaitre, ce n'était pas le cas. Elle ne connaissait rien de mon passé encore. Une seule et autre personne pouvait comprendre bien de mes tourments et ce n'était pas elle. - Mais shttp attends , je te blâme pas , je voulais voir aussi , et ensuite ce qui s'est passé ici .... Quand tu... Je connaissais très bien le restant de sa phrase, elle n'était pas dans l'obligation de continuer de la sorte. En plus, de mon côté, j'étais impatient de sortir d'ici et de me changer les idées. Je savais bien que je n'allais pas fermer l'oeil de la nuit et encore pour les prochains jours. Je m'en voulais énormément pour ce qui venait de se passer entre nous. Ce n'était pas à cause d'elle, loin de moi cette idée complètement idiote. C'était plutôt le reste qui me restait à travers la gorge. Ce que j'avais osé faire, ce qui m'avait traversé l'esprit pendant quelques minutes. C'était comme... si je revenais à l'arrière, dans le passé. Comme lorsque j'avais 16 ans et que tout allait bien. Les choses avaient changé pourtant et moi, je devenais complètement gaga d'une blondinette. - Et je t'ai emmené ici pour te le montrer Bon d'accord, elle venait de toucher un bon point, mais oubliait-elle que c'était moi qui l'avait embrassé dans ce placard? Pas la peine de le crier sur tout les toits, mais c'était tout de même le cas. Elle n'avait que posé ses lèvres sur les miennes, moins qu'une demi-seconde dans le hall d'entrée et le reste, c'était moi qui avait fini par franchir le pas. D'une manière ou d'une autre, je ne voyais pas très clair la suite. Je ne m'attendais encore moins à ce qu'elle me parle encore, surtout qu'elle puisse répondre à mes paroles. J'aurais pensé qu'elle n'aurait pas agit, qu'elle aurait préféré jouer les indifférentes et ainsi, me nuire d'avantage. - Si tu le sais , pourquoi tu m'embête avec ça ? - Uniquement pour te faire parler, c'est tout. - Je n'avais plus rien à lui dire, tout était maintenant clair. Elle jouait un jeu depuis le début et moi, j'étais tombé dedans, tête première. Comme si elle pouvait réellement m'apprécier, comme si quelque chose aurait pu changer. J'avais cru, pendant un court laps de temps, qu'elle aurait sut m'aider et me sortir de mon enfer. Je voyais clairement que ce n'était pas le cas désormais. J'avais beau espérer, tout était raté. Marya allait continuer d'hanter mes pensées, mais c'était tout. Pas question de lui donner quelque chose, de lui montrer de l'affection ou encore, de me laisser avoir une nouvelle fois. Avec elle, j'avais été près à baisser ma garde, encore plus que lorsque j'étais gamin. Maintenant, elle venait de me donner une douche bien froide, me faisant reprendre mes esprits.

- Combien de verres tu as pris, au juste? -
J'avais l'impression qu'elle avait pris beaucoup plus de boissons qu'elle n'aurait dut. Sa manière de se tenir, ses paroles, sa façon de me regarder, comme si tout allait bien. - Toi, tu as vu Lou dernièrement... - Pour une raison inconnue, j'avais l'impression que cette ''amie'' était le problème de Marya. Avec elle, tout était bien possible. Elle se trouvait justement dans la même fête donc, sautant aux conclusions peut-être trop rapidement, pour moi, Lou était responsable de tout le reste. - Tu as pas juste pris de l'alcool, c'est ça? - Quelle genre de drogue avait-elle pris? Si c'était bien le cas, elle allait avoir de sérieux problèmes si je la laissais toute seule. Et même si j'étais un salaud fini et que j'avais l'intention de laisser Marya moisir toute seule pour le restant de sa vie, je ne voulais pas avoir sa mort sur la conscience. Je savais bien que quelque chose pouvait lui arriver si je décidais de partir, de la laisser toute seule à cette fête. Depuis que j'étais arrivé, je n'avais croisé Andrew qu'une seule fois, soit en haut, lorsque Marya et moi étions sortis. Donc, pour faire court, le seul qui pouvait réellement avoir un restant de tête sur les épaules aujourd'hui, était certainement entrain de s'amuser ailleurs. C'était le bordel. Totalement le bordel et pas seulement pour la fête. Dans ma tête également.

- Un ballon gonflable... - Parlait-elle de Baleine? Si oui, pourquoi l'appeler ballon? - Euhhhh je suis pas certaine de comprendre ta logique. C'est pas un ballon, c'est Baleine. Je ne sais pas comment tu fais pour l'oublier à chaque fois, mais ça devient assez compliqué de toujours devoir te l'expliquer. - Pour Stacey, Lou n'était pas totalement elle-même. Elle devait avoir un dédoublement de personnalité, elle ne pouvait expliquer son comportement qu'avec ça. - Et rien ne t'oblige à avoir une relation à trois. Je suis très bien avec Baleine, si elle te gênes. - Stacey... j'étais certain d'avoir de réel problème avec la tournure des évènements. Elle pouvait très bien arriver tout à l'heure et me demander ce que c'était, qu'une relation à trois. Stacey, elle ne comprenait plus rien. Elle regardait sans arrêt Lou, essayant de savoir si le tout était possible. Elle venait de lui dire qu'elle était son fantôme... Était-ce vrai? Elle aurait bien aimé demander l'avis d'Andrew, mais elle n'était pas certaine non plus qu'il allait lui dire la vérité. C'était rendu compliqué dans le peu de tête qu'elle avait. Enfin, l'enflure de cou, pour être plus précis. - J'ai jamais dit que j'allais courir chez toi. La preuve, j'ai encore mon linge sur le dos! Hum! - Croisant les bras, toujours en position assise sur Baleine, Stacey était fière de sa réplique. Jamais elle n'allait oser se balader nue dans la maison de quelqu'un d'autre et surtout s'il y avait des gens à l'intérieur, mais ce n'était qu'une manière de lui dire qu'elle n'allait pas courir partout. Mais bon, puisqu'il y a une première fois à tout... - Si tu ne veux pas que je disparaisse, tu vas m'expliquer ce que c'est, qu'une relation à trois! - Hahaha... Pour une fois, ce ne serait pas moi qui allait devoir tout lui expliquer de la vie.



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Sam 30 Juil - 15:19


Balance-moi un savon




Ce grand discours, celui que je n'ai pas fini, celui qui dit qu'il ne détestait pas réellement mes approches, ça m'avait pris toute la misère du monde à le sortir. J'étais donc là , à attendre qu'il dise quelque chose pour se défendre. Mais non, il a simplement sourit. Une envie de le tuer m'a prise. C'était comme s'il gardait tout pour lui. Ses pensées, ses idées , la vérité ...... Il gardait tout pour lui comme un grand égoïste. Je fronce les sourcils et je le toise du regard pendant un moment. Quand j'ai compris qu'il ne capitulerait pas, je lui ai tourné le dos, le maudissant en silence. Alexis Thorens allait me rendre complètement folle un de ces jours. Et là tout de suite, j'avais l'impression que toute mes émotions étaient à l'extrême donc ma colère du moment s'était transformée en véritable tsunami. Pas question de lui reparler. M'éloigner de lui est une bonne idée aussi. Me mettre dans le fond de la salle et ne plus le regarder s'avérait être un plan génialissime. J'avais envie de lui crier toute sorte de saleté là tout de suite, lui crier à tue-tête de me répondre jusqu'à ce qu'il capitule mais je ne faisais rien de tout ça. J'étais trop préoccupée à chercher les mots adéquats. Quand il m'a parlé de ce chandail , ça a eu pour effet de me faire oublier toutes mes manigances du moment. Et j'étais partie sur une autre guerre.

Et puis j'avais parlée pendant un bon moment. Je m'étais complètement perdue dans mes dires et dans mes réflexions. Je doute même qu'il ai compris quoi que ce soit. Je doute que tous ces mots se soient bien enchainés. Pour moi , la pièce commençait à tourner sur elle-même ce qui n'augurait rien de bon. Ces petites pimbèches avec leur verre. Je leur ferais la peau si je n'étais pas aussi assommée. J'ai préféré fermer les yeux pour me soulager mais je n'étais pas fatiguée. Un peu plus lente que la normale mais pas sur mon lit de mort non plus. Il en fallait plus que ça pour m'achever. Sur cette pensée, un petit sourire se glisse sur mon visage. Tout n'était pas perdu. Ou alors, c'est ce que je croyais. « Uniquement pour te faire parler, c'est tout. » J'ouvre lentement les yeux et je relève ma tête qui était accotée contre mes bras. Je le regarde pendant un moment. Quelque chose n'allait pas dans ce qu'il avait dit. Quelque chose ne faisait pas de sens. Quelque chose commençait à devenir douloureux. Je fronce les sourcils, pas trop certaine de ce qui se passait réellement.

- Me faire parler ?

Une chance que j'étais assise , autrement j'aurais perdu pied à cet instant précis. Je reste comme ça pendant un moment, silencieuse. Je le regardais lui. Celui dont je commençais à m'attacher mais que je détestais présentement. Quelque chose clochait dans ce qu'il avait dit. Il avait beau continuer de parler avec ses questions, je ne l'écoutais même pas. Je n'ai même pas compris ce qu'il m'avait demandé. Je secoue ma tête d'un petit coup comme pour éviter sa question. Je lui coupe presque la parole pour lui demander. Je resserre un peu plus mes bras autours de mes jambes.

- Toi tu .... Tu demande à quelqu'un si il t'apprécie pour le faire parler ?

Et là je me met à rire , je pose une main devant mon visage pour me cacher. Me cacher de lui , ce qui n'était en soit , pas la meilleure cachette du monde. Je ne ris pas de lui , je ris de moi. Je ris d'être à ce point la fille la plus idiote de ce monde. Comment peut-on vouloir la reconnaissance d'une personne au point de se laisser berner volontairement ? Pour moi tout était devenu clair. Je me félicite même de parvenir à faire des liens en ce moment. Me faire enfermer dans cette chambre avec la personne qui me méprise le plus , sortir , me faire donner un verre empoisonné , me faire désirer par la personne qui me méprise le plus, me faire passer aux aveux puis me faire repousser. Tout ça n'était qu'une petite manigance entre les idiotes du verre et Alexis Thorens. Un truc malsain pour se moquer de moi. Je le mériterais bien. Avec tout les sales coups que je fais constamment qui ne rêverais pas de donner une leçon à Marya Lambert ? Et je ne me serais pas faite avoir si ça n'avait pas été de lui. Ce satané Alexis Thorens. Je me redresse maintenant et je tente de me relever. Je m'agrippe au mur dans une tentative plus que misérable. Jamais je n'aurais cru que me remettre sur mes pas aurait été aussi difficile. Je lâche quelques injures par-ci par-là au fur à mesure que je titube dans ma tentative. « Toi, tu as vu Lou dernièrement...» Je m'arrête brusquement et je pointe un doigt vers lui.

- Je t'interdis de la mêler de ça. Okay ? Laisse-là ... - Je manque perdre pieds - Merde. Je me reprend et je suis désormais entièrement debout. - Tranquille .... Laisse-là tranquille. C'est bien la seule personne qui .... qui .... qui ne veut pas ma peau dans ce foutoir

Je ne le regardais plus , je cherchais la porte du regard. Je la trouve enfin. Je pose une main sur mon front une minute pour me ressaisir de mon tournis. J'avais la ferme intention de sortir d'ici et de retourner chez moi. Pas question de rester avec Alexis Thorens même si c'était mon voeu le plus chère il y a de ça quelques minutes. Ce sale type m'avait peut-être enregistrée quand je lui ai avoué toutes ces choses, une chance que je n'avais rien dit de trop compromettant. Quand j'irai mieux, je lui en collerai une pour la peine. Et les pimbèches aussi. Arrivée devant la porte, j'y pose mes mains et je colle mon front contre celle-ci. Je ferme les yeux un moment. Je me sens misérable ce qui ne m'arrive pas souvent. Je ne sais pas ce qui m'a pris de donner autant d'attention à Alexis Thorens. Je ne sais pas ce qui m'a pris d'espérer quelque chose de lui. Pas quelque chose à mon égard, quelque chose dans sa personne. Espérer qu'il soit quelqu'un .... Qu'il ne soit simplement pas celui que tout le monde dit. Quand je le voyais , j'avais la ferme impression que tout le monde se trompais à son sujet. Et c'est ce que j'ai toujours cru mais aujourd'hui , je réalisais que j'avais peut-être tord. J'ai peut-être trop espéré de lui. Au final, les humains sont tous idiots. J'ai raison de tous les détester. De vouloir mettre le feu à ce monde, j'ai toujours eu raison. Je me recule un peu de la porte et il me semble que quelque d'étrange se passe. Je passe une main sur ma joue et je la pose devant moi. Je vois alors de l'humidité sur ma paume et j'en suis horrifiée. Personne ne comprendra j'imagine mais pour moi c'était la pire chose au monde.

- La vache

Lancai-je comme si je venais de voir un alien. Je sais que c'est ce verre qui me fais faire tout ça mais il n'empêche que ça me met profondément en colère cette petite goutte qui s'était déposée sur ma joue. Des larmes, je n'en ai pas versé depuis l'âge de mes 11 ans. Je pleurais certes pour jouer la comédie, des dizaine de fois. Pleurer sur commande était quelque chose que je savais faire sauf que le fait est que je ne jouais à rien là tout de suite. Je n'ai pas demandé à cette larme d'apparaitre. Et ça me mettais profondément en colère. La dernière fois que j'ai pleuré , mon père étranglais ma mère dans le salon et je le suppliais d'arrêter. Ces images-là , je les avaient enterré depuis longtemps. Et ce stupide verre venait de les faire revenir. Géniale ..... Ces pimbèches, je ne vais pas les cogner, je vais les tuer. Elles ne m'ont pas que droguée , elles m'ont blessée. « Tu as pas juste pris de l'alcool, c'est ça? »

- Noonnn - dis-je d'une voix grisée

Je me dépêche de passer mes mains sur mes joues. Je me râcle ensuite la gorge pour paraitre tout à fait normal. Si Alexis Thorens m'avais fait avouer des trucs idiots, il n'allait pas en plus me voir pleurer , il n'en était pas question. Je ne le regarde pas, juste au cas où je serais rouge. Je lui pointe le verre de plastique que j'avais écrasé et lancé dans un coin du placard.

- C'est les filles de tout à l'heure , le verre là , celui-là , j'ai juste pris lui. C'est les filles je te dis. Ce dois être une blague j'imagine , une bonne blague hein .....

Je le regarde du coin de l'oeil , quelque chose que je me permet. Les dents serrés, je lui répond sèchement.

- Et toi aussi , tu dois .... Tu dois être de mèche avec elles c'est ça ?

Tandis que je regarde le plancher, je me souris tristement à moi-même. J'étais contente que ce me sois arrivé au final. Ça m'apprendra à baisser ma garde. Ils pouvaient être sur qu'après ça , j'allais devenir la pire garce qu'ils ont jamais vu. Et eux, je comptais les saigner bien gentiment. Méditer sur un sale coup allait m'occuper pour les prochaines semaines et Alexis Thorens ne serait pas épargné. Et malgré toutes mes pensées noires du moment , je ne peux m'empêcher d'avoir une petite faiblesse quand je le regarde. Il ne me restait plus qu'à tourner la poignée pour sortir mais au lieu de ça, je prend la chemise blanche que j'ai entre les mains et je lui tend. Je m'agrippe au cadre de porte pour ne pas tomber tandis que je me penche vers lui.

- Ok ... Je vais rentrer Alex , tient , tient prend-là. C'est la chemise

Je reprend un petit sourire tandis que je le regarde. Comme si je ne pouvais pas faire autrement quand il était là. Comme si tout devenais un jeu à ses cotés.  

- T'est plutôt pas mal comme ça mais faut pas que tu attrape froid non plus

Et tandis que je lui tendais la chemise , celle-ci glisse entre mes doigts, puisque de toute façon je ne la tenais pas fermement , et tombe par terre. Je marque une pause de quelques secondes et je fixe le vêtement blanc par terre.

- Bordel ... Pffff elle est juste là , tu peux l'attraper

Et je me redresse pour désormais faire face à la porte. Je pose mes mains sur la poignée , prête à la tourner.

Et je croyais que derrière cette porte se trouverait mes amis bien lucides, non je ne me faisait pas d'idées, mais je croyais fermement que mes amis me chercherait. Non , ils étaient plutôt occupés à la piscine. En fait, je parle plus pour Andrew qui a obtenu un poste de babysitting pendant que Stacey et Lou s'amuse dans leur petit monde de ballons gonflable. «  [...] C'est pas un ballon, c'est Baleine. Je ne sais pas comment tu fais pour l'oublier à chaque fois, mais ça devient assez compliqué de toujours devoir te l'expliquer. » Lou échappe un grand rire moqueur. Cette petite blonde, épuisée de devoir expliquer des choses à Lou .... Mes deux amis eux, par moment , ont préféré laisser tomber les explications face à la naïveté de Stacey. Lou poursuit. « Oh parce que tu te crois plus brillante que tout le monde c'est ça ? C'est plutôt toi qui comprend tout de travers. MOI je vais t'expliquer ma petite chérie. C'est bel et bien un ballon. Un ballon en forme de Baleine je te dis. Vraiment désolée si tu pensais que ce truc était vivant » Mais pourquoi débattait-elle sur un sujet pareil ? Pourquoi embarquait-elle dans son jeu ? Je trouvais ça compliqué mon histoire dans le placard à balai mais il faut croire que ce n'est pas bien mieux ailleurs. SI l'on regarde tout ça de loin, de très très loin, on pourrait presque croire que Stacey et Lou s'adonnait à une conversation philosophique sur l'importance des biens matériels et de l'attachement affectif qu'on leur apporte. Mais non, ce n'était rien de tout ça. Ce n'était que le débat entre une blonde gelée et d'une jeune fille avec l'âge mentale d'un enfant de primaire. Très prometteur tout ça. « Et rien ne t'oblige à avoir une relation à trois. Je suis très bien avec Baleine, si elle te gênes. » Andrew roule des yeux découragé , Lou elle eut une exclamation d'insulte. Elle resserre alors le ballon en forme de canard contre elle. « Ok ! Reste avec ta baleine ! Moi je reste avec le canard ! On formera un bien plus beau couple que vous !  » Andrew lui , devait entendre toutes les bêtises qui se disait. Il espérait fortement pouvoir oublier tout ça. Pour en être bien certain, il pouvait aller s'assommer quelque part ou se laisser couler et manquer d'air assez longtemps pour endommager quelques neurones. Il avait ses options à porté de main. Mais il n'en choisit aucune. Il préféra emprunter la voie la plus difficile et de rester lucide pour le bien de tous. « J'ai jamais dit que j'allais courir chez toi. La preuve, j'ai encore mon linge sur le dos! Hum! » Andrew tourna subitement la tête vers elle comme s'il n'avait pas bien compris ce qu'elle avait dit. Il fallait avouer que Stacey avait fait les bonnes associations. À croire que tout le monde se déshabillait dans cette maison. Même Andrew. Mon pauvre ami faisait les équations dans sa tête cherchant un lien logique dans les paroles de Stacey mais il finit par comprendre que chercher dans cette voie c'est comme essayer de prouver que les aliens existent. Enfin arrivés ! Ils y étaient ! Ils étaient presque arrivés au rebord. Andrew tenait fermement Lou par la main et celle-ci lançait de l'eau avec un pied et manquait trébucher quelques fois mais ça ne faisait rien. Il ne manquait plus que Stacey qui ne voulait pas descendre de sa Baleine. « Allez Stacey, magne-toi » Dit-il toujours aussi patient. « Si tu ne veux pas que je disparaisse, tu vas m'expliquer ce que c'est, qu'une relation à trois! » Mais quelle misère. Andrew hausse les sourcils un moment se posant réellement la question si la vie de Stacey et Lou valait toutes ces difficultés. Même si le non penchait sérieusement dans la balance, le oui l'avait emporté. Comme un père qui se fait demandé comment on fait des enfants, Andrew lui , se faisait demandé par Stacey comment on faisait un ménage à trois. Il décida d'y aller par la voie la plus simple en poche. « Euh ...... Oh misère ..... C'est heum .... Hé bah ! On en vit une ! Juste là ! » Lou fronce les sourcils et observe Andrew pas trop certaine. »« Mmmmm tu est sûr de ce que tu dis Andrew ? « Mais oui chut laferme ! »  Chuchota-il brusquement à Lou. Il reprit donc avec un grand sourire à Stacey. » « Hein ! On est trois et on s'amuse et .... Hé bien .... On s'entend donc c'est une relation à trois ! »  



Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Lun 1 Aoû - 15:33


Balance-moi un savon



Des mots pour se sortir d'un mauvais pas, mais également pour berner les gens. C'était ainsi que j'avais toujours vécu. En fait, depuis mes 17 ans, depuis que j'avais compris que les gens étaient tous mortellement atteint mentalement. Bien après Naomi, bien après toutes ces conneries. Étrange à dire, mais depuis que je regardais Marya, j'avais l'impression d'être quelqu'un d'autre, d'être ce petit garçon encore étranger aux peines de coeur et à tout ce quelles engendre. Comme si ma vie ne faisait que commencer, dès que mes yeux se posaient sur elle. Pour une raison inconnue, j'aurais bien aimé qu'elle puisse me dire qu'elle n'avait rien pris, qu'elle était maitresse d'elle-même en ce moment même. Mais puisqu'elle avait l'air de réfléchir à mes paroles et à se poser un bon nombre de question, je voyais clairement qu'elle n'était pas dans son état normal. Habituellement, elle aurait levé les yeux en l'air, m'aurait traité d’abrutis et passer à autre chose. En ce moment, elle cherchait à comprendre pourquoi je voulais la faire parler. C'était à ne plus rien comprendre, trop difficile pour réfléchir. Les filles, elle changent sans arrêt. Marya était un cas à part. Je n'étais pas certain encore si elle était bien une fille ou non. - Toi tu .... Tu demande à quelqu'un si il t'apprécie pour le faire parler ? - Laisse tomber, tu veux. - Je ne voulais pas m'attarder sur mes mots, espérant qu'elle puisse arrêter de jouer à l'idiote et enfin, rester tranquille et sage dans son coin. J'avais déjà assez pris d'alcool pour comprendre que ce n'était pas uniquement ça, le problème de Marya. Dans ma tête, son amie Lou y était pour quelque chose. Depuis le tout début, j'imaginais que cette dernière puisse avoir des vus sur Marya et avec son agissement, je voyais bien que Lou avait pu lui mettre quelque chose dans son verre ou même, la forcer à se faire une petite piqure de quelque chose. Quelque chose de pas trop légal, en plus. Son agissement, ses mots qui se voulaient beaucoup trop pensés et intelligents pour une fille dans son genre. Ses regards en biais, son air complètement à côté de tout ce qui pouvait se passer. C'était bien ça le problème, je n'étais plus près de la Marya que je connaissais, celle qui me plaisait pour écœurer et rire d'elle. J'étais maintenant avec une bombe à retardement, prête à exploser pour dire n'importe quoi dans les prochaines minutes. Encore drôle qu'elle n'avait pas essayé de me déshabiller, vu ce qu'elle avait bien pu prendre. Enfin, ce que Lou avait pu lui donner pour espérer avoir quelque chose en échange. L'espèce de... Cette Lou, dès que j'allais l'attraper, j'allais en faire de la bouillis. Pas même de la pâté pour chat car j'imaginais mal un chat avoir de l'appétit pour de la viande avariée. Je savais bien qu'un jour ou l'autre, une guerre allait éclater entre Lou et moi. Dès que j'allais l'apercevoir, les choses ne seraient pas tendre.

Plus les secondes passaient, plus j'avais l'impression de ne pas connaitre la demoiselle devant moi. Les choses auraient été bien moins pire si ça aurait été le cas, je le savais. Mais puisque je connaissais très bien Marya sur certains points, je l'imaginais difficilement capable d'agir de cette façon. Elle qui gardait la tête toujours haute, qui voulait rester maitresse des lieux et surtout, ne rien devoir à personne, j'avais l'impression que j'allais devoir l'aider à sortir d'ici, la mettre dans un taxi et ensuite, prier pour que Lou reste le plus loin possible d'elle. S'il le fallait, j'allais passer la nuit avec Marya. Pas dans la même pièce, mais bien assis devant la porte de son domicile, uniquement pour guetter l'arriver de la coupable. Comme ça, Lou, cette fausse amie, allait pouvoir rester loin d'elle. - Je t'interdis de la mêler de ça. Okay ? Laisse-là... Trop perdue pour se rendre compte de qui avait bien pu la rendre comme ça. Si quelqu'un m'aurait un jour dit qu'entre Matteo et moi, les choses auraient changé, je ne l'aurais jamais cru. Pourtant, c'était rendu compliqué entre mon meilleur ami et moi. Une vieille histoire qui remontait à une histoire de prison et d'accident. Un sujet que j'avais toujours préféré oublier et espérer enterrer un jour. - Y'a personne qui veut ta peau. Enfin non, c'est pas vrai. Peut-être d'une autre manière que celle dont tu veux parler, mais si tu parles de te tuer, c'est pas le cas. - Je savais bien que mes paroles ne voulaient certainement rien dire à Marya, ou peut-être que si, mais j’espérais qu'elle ne puisse rien relever. C'était mieux pour elle, mieux pour moi, mieux pour tout les objets dans cette pièce. Elle termina la discussion près de la porte, prête à partir. Elle voulait partir comme ça, sans même m'expliquer ce qui se passait pour elle. Elle voulait certainement retourner voir ses amies et espérer mettre le grappin sur Lou. L'espèce de... vipère, cette Lou. Soudainement, elle stoppa tout, écoutant mes paroles. Je voulais lui prouver qu'elle pouvait rester là pendant un moment et surtout, que jamais je n'allais lui faire du mal. J'avais bien eu quelques pensées pour elle dernièrement, mais plus maintenant. Pas dans ce genre de situation et surtout, pas avec ses derniers mots. Ceux du jeu, ceux qui m'avait valu beaucoup de problèmes à chercher une manière de m'en sortir.

Ma toute petite question me fit comprendre beaucoup de choses en seulement une demi-seconde. C'était bien ce que j'avais pensé. Marya n'avait pas uniquement pris de l'alcool, elle avait décidé de fêter à fond cette journée. Peut-être une manière de faire comprendre à ses amies qu'elle était bien elle-même et qu'elle voulait s'évader. Résultat, elle était prise avec moi et personne d'autre. Si l'aurais pu, je l'aurais enfermé à double tour dans le placard avec moi, jusqu'à ce qu'elle puisse comprendre comment ouvrir cette porte par elle-même. Bien des heures plus tard, certainement. Le temps de redevenir la petite emmerdeuse que j'aimais tant... Que j'appréciais tant... Que je détestais tant, voilà. - Et toi aussi , tu dois .... Tu dois être de mèche avec elles c'est ça ? - PARDON??? - J'essayais de la rassurer, de lui faire entrendre raison et moi, j'étais le coupable de cette histoire? Mais c'était quoi ce bordel? - Si j'avais vraiment voulu profiter de la situation en te droguant, penses-tu que je n'aurais pas, justement, profiter de la situation? - J'espérais qu'elle ne puisse pas revenir sur les baisers de tout à l'heure. Pour ma part, ce n'était pas le cas. Je me rappelais très bien ce qui c'était passé entre nous deux et jamais je n'allais l'oublier, c'était évident. Par contre, à voir son visage, j'espérais qu'elle, elle puisse l'oublier. Et surtout, qu'elle puisse se mettre en tête que jamais, je n'avais voulu lui faire du mal. Surtout en m'alliant avec des p*tasses pour lui prouver quelque chose. Chose qui ne se passait pas, justement et que jamais, il n'allait arriver. - Ok ... Je vais rentrer Alex , tient , tient prend-là. C'est la chemise. Mon regard s'attarda une demi-seconde sur le vêtement, avant de revenir à Marya. - Pour faire quoi? Toi, tu vas te promener en petite tenue devant tout de monde avant de rentrer chez toi? Tu devrais la garder. - - Bordel ... Pffff elle est juste là , tu peux l'attraper Je continuais de regarder Marya, comme si elle était complètement dingue, prête à se briser en mille morceaux dans les secondes qui allaient suivre. À voir son regard, ce serait probablement le cas aussi. - Pas question. - Avant même qu'elle ne décide de tourner la porte, j'étais rendu à ses côtés, la regardant toujours, espérant lui faire entendre raison. - Cette chemise, tu la mérites. Et profites-en, puisque c'est assez rare que je joue les gentils, crois-moi. En plus, t'as pas l'air bien, je veux pas que tu te balades comme ça, parmi tout le monde. Ensuite, je te laisserai partir. - Ben quoi? Il ne faut pas oublier, Alexis Thorens, c'était moi. J'étais loin d'être un Saint, un mec totalement intelligent et gentil avec les autres. C'était même très loin d'être mon cas. - Dis-moi juste une chose, est-ce que c'est vrai? Est-ce que je te plais? - C'était une manière de savoir si elle avait toute sa tête ou non, avant de la laisser partir. Maintenant, c'était moi qui tenait la poignée de la porte et j'allais laisser sortir Marya uniquement si sa réponse me plaisait, pas avant.

- Moi? Penser que ce truc était vivant? Mais ça va pas la tête? Tu vas lui faire de la peine et la faire pleurer... - Tranquillement, Stacey passa ses mains près des oreilles, ou ce qui pouvait y ressembler, de Baleine. - Chutttt faut pas l'écouter, elle est pas bien dans sa tête. C'est une vilaine petite fille. - Une très vilaine fille, je venais tout juste de m'en apercevoir à mon tour. Si j'avais su que cette dernière se trouvait si près de Marya et moi, je l'aurais emmené avec nous dans le placard et loin de moi l'idée d'une relation à trois! « Ok ! Reste avec ta baleine ! Moi je reste avec le canard ! On formera un bien plus beau couple que vous ! » - Il n'en est pas question! On voit bien que tu ne l'aimes pas à sa juste valeur. Lui, il t'aime et toi, tu le prends comme un objet. Tu n'es qu'une petite prétentieuse qui croit que tout lui appartient. - Objet, comme personne, j'aurais très bien pu ajouter ça. - Tu crois qu'en cliquant des doigts, tu dois tout avoir et bien, ce n'est pas le cas. - Prenant Baleine par le cou, Stacey essayait de se sauver, mais sans grand succès. Arrivés tout près du bord de la piscine, Stacey voulait retourner au beau milieu et tourner en rond pendant encore quelques minutes. Elle était bien là, sur Baleine, à sentir l'eau de la piscine sur ses jambes nues. Elle ne désirait rien d'autre que ça, pour le moment. Ça, et comprendre quelques petites choses de la vie. « Hein ! On est trois et on s'amuse et .... Hé bien .... On s'entend donc c'est une relation à trois ! » - Ha oui, je vois... - Lentement, elle réfléchissait. Oui, lentement. Hum! - Donc, j'ai eu plusieurs relations à trois dernièrement. - Soudainement, en criant, elle s'exprima à toute la bande autour de la piscine, à toutes les personnes pouvant l'entendre. - J'ai eu plusieurs relations à trois et même plus! Des relation à sept et huit et tout un tas! Qui a envie d'une relation à six avec moi? -



Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Mer 3 Aoû - 17:21


Balance-moi un savon




Le monde était devenu un tourbillon. La musique était atténuée dans le placard mais pour moi, c'était comme si elle bourdonnait dans mes oreilles. J'étais prise dans un cercle vicieux empli de musique et de colère. Une envie de tuer tout le monde sous un thème musicale me prenait. Tandis que j'essayais de me relever, j'entends Alex me dire de laisser tomber mon hypothèse. Je lâche un petit soupire moqueur. Je me trouvais maline de penser dans ma tête que je le laissais tomber lui aussi. Je n'allais pas le lui dire. J'allais lui laisser la surprise. Il en reviendra pas quand je vais le prendre au dépourvu. Comme un serpent à sonnette ! Comme un serpent qui ... De quoi je parlais moi déjà ? Je perd pied et c'est à ce moment-là que je l'ai entendu parler de Lou. J'avais déjà oublié cette histoire de serpent. Décidément je n'étais pas capable de rester concentrée sur quelque chose. Je partais en vrille à la moindre distraction. Pour l'heure, il s'en prenait à Lou. Ma brave petite Lou. Et puisque toute mes émotions se mette à quadrupler , mes crises ne font pas exception. Alexis Thorens avait pour habitude de bien se marrer quand je me mettais en colère, cette fois il allait être servi si il continuait sur ce chemin. Je ne me souvenais plus pourquoi mais tout ce que je savais pour le moment c'est que je le détestais. J'avais l'impression qu'il se moquait de moi. Je ne saurais même pas expliquer pourquoi. Vous voyez le genre ? « Y'a personne qui veut ta peau. [...] » Debout contre le cadre de porte, je m'y agrippais fermement, cachant la moitié de mon corps , ou le quart ... , derrière celui-ci , je le regarde peu impressionnée. Les yeux mi-clos, j'arbore un petit sourire au coin des lèvres. J'avais cet air qui ne croyais pas une miette de ce qu'on lui disais.

- Oui toi. Toi tu veux ma peau. Fais pas l'innocent, tu en rêve le soir je le sais. Tu cuisine des tartes à la Marya dans ton sommeil et j'imagine bien le reste.

Les sourcils froncés , je ne lui souriais plus. Je lui balançais tout ça en vacillant contre le cadre de porte. Tantôt me penchant vers lui , tantôt me redressant pour ne pas perdre l'équilibre. Et je me suis accotée contre cette porte un moment. J'étais toujours en colère contre lui. Habituellement, j'aimais bien me mettre en rogne contre lui mais cette fois, le sentiment n'étais pas le même. Ce n'était pas agréable du tout. Je sentais que je devais réellement détester Alexis Thorens pour mon bien. Et je focalisais là-dessus. Ne pas le regarder, ça aiderait aussi. Je lui balance alors mon génie en plein visage, fière d'avoir pu arriver à de telles déductions qui pour moi, étaient tellement évidentes. Qu'Alexis Thorens me déteste était tellement plus logique que ce que je m'imaginais. Des gamineries sans doute. Je sursaute alors en l'entendant s'offusquer. « PARDON??? » Je tourne la tête vers lui subitement. Non , le regarder n'aidais pas du tout la situation. « Si j'avais vraiment voulu profiter de la situation en te droguant, penses-tu que je n'aurais pas, justement, profiter de la situation? » J'hausse les sourcils et mon sourire reprend de plus belle. Je lâche un petit rire , un tout petit rire qui en disais long. Je m'accote contre la porte de dos et je tourne la tête vers lui pour le regarder.

- C'est pas comme si t'avais pas essayé.

Je me retourne pour lui faire face, posant une main sur la poignée pour me tenir à celle-ci.

- Tu voulais même ... Me faire croire que tu avais des sentiments pour moi pour me faire capituler. Fais pas l'innocent tu sais que c'est vrai.

Mon ton était presque méchant à ce point.

- Mais tu t'est gouré. Tu crois peut-être que je suis comme toutes les petites nunuches là-dehors. Celles qui t'auraient sautée dans les bras après une telle révélation ? Et je pose ma main sur la porte dans un grand coup comme pour désigner les filles à l'extérieur. - Mais tu te trompe tellement. J'en mange pas de ces s*loperies , ces clichés , l'amour avec un grand A toutes ces m*rdes qu'on nous sert sur un plateau d'argent. Non , moi j'en mange pas.

Pendant un moment, oui , j'avais été convaincue qu'Alex me disait tout cela pour me faire capituler. Comme si ça faisait partie de sa technique, quand les filles refuse, il leur sort des belles paroles et ensuite , pouf , elles lui tombe dans les bras. Mais une partie de moi savait depuis longtemps que pour lui , ce n'était pas que cela. Une partie de moi espérait avoir raison sur certains points. Ces mêmes points dont je m'étais sentie trahie quelques instants plus tôt. Alexis Thorens n'était pas un tyran. Moi et lui nous nous ressemblons beaucoup et j'avais la ferme conviction qu'il respectais autant que moi ce qui se passait entre nous. Je le connaissais , malgré tout ce qu'il essayais de cacher.
Après les cris et la colère arrive finalement le calme. Je reste là , à le regarder, essoufflée de lui avoir crier tout ça comme une furie. Et je ne réalisais pas à quel point je pouvais être cruelle à ce moment-là. Faire du mal , je savais mieux le faire que le bien. Surtout envers lui , lui balancer des conneries avait toujours été plus facile que des mots doux. Dans mon état normal , je n'aurais pas dit les choses de cette façon. Dans mon état normal , j'aurais réfléchi à la question et je n'aurais jamais dit une chose pareille , même si c'était pour l'éloigner de moi. Dans l'heure , mon cerveau était du jello. Je ne savais plus ce que je voulais ou pas. Si j'avais envie sauter sur Alexis Thorens ou de lui crier des saletés. Je savais qu'il ne me laisserais pas l'approcher alors il me restait la dernière option : lui crier dessus. Je me laisse doucement retomber par terre pour me retrouver assise par terre, mon corps en entier accoté contre cette porte. Je le regarde indécise.

- Tu crois que je sais pas ce que tu essaie de faire ? Me faire croire toutes sortes de trucs.

Je penche doucement la tête pour la laisser s'accoter, je l'observe déçue.

- J'aurais pensée que nous étions amis ou .... Un truc dans le genre mais je sais juste pas si .... Si tu m'aime ou si tu me déteste. Les deux hein ... Ça se peut aussi. Et les deux c'est bien , c'est pas grave. Moi ce que je veux savoir c'est si tu me déteste assez pour me faire ça

Je ne pense pas du tout à définir le "ça" en question mais j'espérais qu'il comprenne que je parlais d'une quelconque trahison et du mauvais coup dont j'étais la cible. Je me doutais bien que ce devais être une amie d'Audrey qui réclamais vengeance. Ce ne dois pas être tout le monde qui a apprécié l'expulsion forcée de notre camarade de classe mais ce que moi je voulais savoir à tout prix c'est si Alex était héroïque au point de se soucier de la question. J'imaginais bien l'amie d'Audrey aller le voir et lui proposer un sale coup pour m'humilier et je voyais Alexis Thorens sourire mesquinement à l'idée de pouvoir m'énerver une nouvelle fois. Je ne crois pas que l'idée était d'abuser de ma personne , il n'aurait jamais fait une chose pareille , mais plus de me faire avouer des choses idiotes ou de me mettre dans des situations complètement débiles. Ça c'est plus son genre. J'espérais que non. Je soupire finalement et je me relève de moi-même sans m'agripper à rien ce qui était pour moi une petite victoire en soi. Je me disais qu'avec toutes les conneries que je venais de lui balancer , il allait sûrement m'abandonner là pour de bon. Il valait mieux partir avant. Ça me ferait une victoire de plus. Le voyant désormais toujours sans chandail , j'ai préférer lui tendre ma chemise comme une maigre consolation mais il n'avait pas l'air de la vouloir. Je n'ai pas tout compris mais il avait l'air de parler de petite tenue devant tout le monde. Est-ce qu'il veut qu'on fasse un défilé devant les gens de la fête ? Drôle d'idée. Les sourcils froncés, je glisse une main contre mon front de nouveau. « Pas question » je ne sais même plus pourquoi il dis ça. Pas de défilé ? Ah bon. Je savais que cette idée était nulle de toute façon. Quand je me décide à tourner la tête vers lui je sursaute à le voir à coté de moi. Nom d'un chien , il était proche lui tout d'un coup. Je ne peux m'empêcher de le regarder de la tête aux pieds et d'avoir un petit sourire niais. Tandis qu'il me tend la chemise, j'entame de l'enfiler. Sans la prendre , je me contente juste de tourner un peu sur moi-même pour glisser simultanément mes bras dans l'embrasure des manches. Ça a l'air facile vite comme ça mais c'était un peu long. Mes mains glissait maladroitement dans le vêtement puisqu'il fallait dire aussi qu'Alex n'avait pas l'idée au départ d'être celui qui m'enfile cette chemise. Tant pis, je l'ai pris pour acquis. Faisant des petits pas sur moi-même , je m'adresse à lui un peu perdue. « Cette chemise, tu la mérites. »

- Je la mérite ? Je pouffe de rire - Je l'ai gagnée quoi ? Dans un concours ou une connerie dans le genre ?

Une fois le vêtement sur le dos , je suis enfin prête à partir. Je pose ma main sur la poignée et j'essaie de l'ouvrir tant bien que mal mais quelque chose cloche. Mes mains glisse sur une surface chaude et il fallu bien que je regarde pour réaliser que c'était la main d'Alex qui tenait la poignée. D'un coup , je retire mes mains vivement comme s'il était bouillonnant. Je lève la tête vers lui et je fronce les sourcils me demandant ce qu'il me voulait. Il veut reprendre la chemise maintenant ? C'est ça ? «  Dis-moi juste une chose, est-ce que c'est vrai? Est-ce que je te plais? » J'ai un recul qui me fait presque perdre pied. Je le regarde un long moment silencieuse. J'étais sérieuse avec une touche de surprise dans le visage. Il les avaient les questions lui aujourd'hui. Je me décide finalement à lui répondre avec la réponse pré faite. Celle qui était réservée à cette question. La même réponse pour toute les fois qu'il m'avait invitée à sortir il y a de cela longtemps. Je fais des signes que non rapide de la tête au départ. De grands signes négatifs de la tête puis mes mouvements ralentissent , deviennent plus petits jusqu'à ce qu'ils soient inexistants. Immobile, je l'observe sérieusement jusqu'à ce que timidement, ma tête s'incline en petits signes positifs. Quelque chose d'innocent. J'ai un air qui s'avoue vaincue. Un air qui pile largement sur son orgueil. Les signes affirmatifs s'étaient faits plus discrets car ils étaient plus difficile à avouer. Je ne sais pas quoi dire, je ne regarde même plus la poignée , ne me préoccupant même plus de partir ou non. Je me contente de le regarder lui. Je voulais le voir de mes propres yeux. Je voulais déguster chacun des détails lorsqu'il se mettrait à rire de moi. Et pourtant ça n'allait pas. Quand je disais que mes émotions quadruplait, je ne parlais pas seulement de la colère. Il y a le désir aussi et là tout de suite, je sentais que je fondais littéralement comme du chocolat. Je me mord la lèvre inférieur le plus fort que je peux, le détaillant des yeux. Je me croise les bras, ou presque , me tenant simplement un bras et je me pince la peau comme je peux pour me maintenir.

Lori était prise d'une drôle d'attitude. Une espèce d'envie de piquer Stacey soudainement. Ce devait être son refus pour la demande en mariage qui la mettait dans cet état-là. À voir Stacey se soucier de son jouet gonflable et rassurer sa Baleine qui n'était aucunement vivante, mon amie lâche un grand rire. Elle se penche vers le jouet gonflable de la petite blonde et s'adresse à lui « Il t'entend pas ! Nooonnn il t'entend pas ! Ce truc est mort ! En fait , il n'a jamais été vivant ! » Andrew tentait toujours de les ramener et pour vous dire franchement , il trouvait que Lou poussait la note un peu loin. Il craignait que Stacey ne se mette à pleurer car si c'était le cas, il ne saurait pas du tout comment maitriser la situation. « Lori , sois pas comme ça avec elle » « Comme quoi ? Lui dire la vérité ? » « Ouais on peux dire ça , si elle veut penser que ce truc est vivant, laisse-là. » « Elle parlait de se marier avec cette chose ! »« Et toi avec un canard, quel est le point ? » Le pire défaut de ma meilleure amie est décidément la jalousie. Là tout de suite, une pointe venait de la traverser comme si soudainement, avec sa stupidité naïve, Stacey venait de s'attirer les faveurs d'Andrew. Le même Andrew qui rampait pour Lou depuis des années. Pouf ! Tout ça envolé à cause d'une baleine en plastique ! « Tu crois qu'en cliquant des doigts, tu dois tout avoir et bien, ce n'est pas le cas. » Et Stacey en mettait une couche dans tout ça. Lou fais de grands yeux , la bouche grande ouverte. Elle s'énerva sérieusement., accrochée sur les épaules d'Andrew « Espèce de petite ... ! Tu vas voir ! Je vais trouver un truc pointu et je vais trouer ta petite Baleine ! On verras si tu fais ta maline après ça ! » Andrew fit des efforts démentiels pour maintenir la chanteuse juchée sur ses épaules.  Les filles étaient hors de contrôle. Il se demandait là tout de suite s'il n'aurait pas préféré m'endurer dans cette chambre et laisser Alexis gérer les deux blondes dans la piscine. Et puis tout le monde était sur le rebords, tout était bien qui finis bie...... « J'ai eu plusieurs relations à trois et même plus! Des relation à sept et huit et tout un tas! Qui a envie d'une relation à six avec moi? » J'ai trop parlé. Stacey avait décidée de crier ça à tue-tête parmi une foule de personne dans un état second et de nombreux requins qui n'attendait que de vivre des expériences extrêmes. En une demie-seconde on sentit les regards des gens se poser sur la petite blonde. Andrew ne se sentait pas très bien là tout de suite. Pour éviter qu'elle ne dise plus de connerie, il arriva derrière elle et pose une main sur sa bouche, la soulevant avec son autre bras. Il marchait donc à pas rapide vers la maison , soulevant Stacey dans ses bras. Lou le suivait, par pure jalousie. Elle marchait derrière eux en titubant. « Et pourquoi tu la transporte hein ?! Elle veut une relation à six, laisse-là avoir des relations à Andrew ! » ma chère Lou , la jalousie, son plus grand défaut.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   Ven 26 Aoû - 13:53


Balance-moi un savon



Vouloir la peau de Marya? La belle grande fille avait totalement raison, mais pas entièrement de la manière qu'elle parlait. Oui, je l'admettais... Il m'étais déjà arrivé de rêver d'elle, mais autrement que par ses paroles. De la manière dont elle décrivait la chose, c'était assez... comment dire... du cannibalisme? Oui, certainement comme ça. Voyant qu'elle n'avait pas toute sa tête pour me parler ainsi, je préférais ne rien ajouter de plus, faisant comme si je ne l'avais pas entendu. Peut-être même allait-elle finir par arrêter son baragouinage de petite fille effarouchée? Elle était loin d'être comme je me l'étais imaginé et ceci me désolait un peu. Aurevoir la tranquille petite Marya et bonjour les problèmes si jamais j'avais l'intention de continuer à lui parler. Le pire dans cette parcelle d'histoire, était le fait que je savais parfaitement qu'elle avait l'esprit embrouillé, mais qu'elle était assez consciente pour être sous son vrai jour. Une chipie de première qualité, le genre de fille qui termine sa vie complètement seule tellement personne n'est capable de la cerner. Et je trouvais le tout triste pour elle. Mais également pour les gens qui auraient bien aimés apprendre à la connaitre un peu. Se donner le mauvais rôle et espérer le conserver n'a jamais été chose facile avec son entourage. Je pouvais très bien l'exprimer clairement. Être un peu différent des autres, ne pas être comme les clichés que les idiots ont décidé de faire des êtres humains, c'était compliqué. Comme le fait d'espérer une conversation avec Marya Lambert. Une conversation censée, bien entendu car sinon, pour dire des conneries, en ce moment même, elle pouvait bien s'en sortir complètement gagnante. Roulant des yeux une demi-seconde, ne serait-ce que pour lui montrer que je l'avais écouté, je ne me sentais plus la force de rivaliser avec elle. Elle avait le tour de me mettre dans tous mes états. Il y avait de cela quelques secondes, j'aurais tout fait pour qu'elle puisse se coller à moi et maintenant, j'avais bien envie de retourner dans cette chambre du deuxième étage uniquement pour la pousser en bas de la fenêtre. Elle était comme ça Marya, toujours prête à me faire faire n'importe quoi. Une vraie diablesse. - C'est pas comme si t'avais pas essayé. Pourquoi tout me mettre sur le dos? C'était certainement beaucoup plus simple pour elle ainsi, soit de tout me balancer au visage et ensuite, de jouer les pauvres victimes. Moi qui était prêt à l'aider et prendre soin d'elle, elle pouvait bien se débrouiller toute seule. J'allais même lui trouver le pire type que cette fête puisse avoir emmené, uniquement pour lui faire comprendre mes intentions. - Tu dis n'importe quoi... - Je ne voulais pas lui donner raison, comme ne pas lui dire qu'elle se trompait. Je voulais seulement l'aider et elle, en retour, désirait avoir la paix? Si c'était réellement ce qu'elle attendait de moi, elle allait être servie. Son ton avait changé, allant aux reproches trop facilement. Ne pas battre une femme, ne jamais lever la main sur l'une d'entre elle. C'était une sorte de devise de ma part mais pour le moment, je n'avais qu'une seule envie, soit de gifler Marya pour la remettre sur le droit chemin. À agir ainsi, elle me mettait dans tous les états, me faisant perdre ce qui avait été le bon et le meilleur en moi quelques instants auparavant. - Je ne t'ai jamais dit de manger quoi que ce soit. - Je savais bien ce qu'elle voulait dire, je voulais uniquement trouver une manière de lui faire comprendre que c'était elle, qui était à côté de ses paroles. - Je ne t'ai jamais fait de grandes déclarations ou je ne sais quoi. C'est vraiment pas mon style. J'ai jamais eut une personne dans ma vie et c'est loin d'être le bon moment pour me faire changer d'idée. J'ai jamais voulu de petite amie et encore moins une fille dans ton genre. - C'était méchant, mais peu importe. Elle savait probablement que j'allais lui servir un truc comme ça. - Tu es vraiment loin d'être mon type, crois-moi. Des blondes nunuches et complètement indépendantes, j'en veux pas. - Avec le temps, j'avais appris ce qu'étais exactement ce que j'avais besoin... Et Marya était loin d'être celle qui me fallait même si, pendant quelques secondes, j'avais cru le contraire. Comment avais-je fait pour me voiler le visage aussi fermement? C'était dégueulasse de ma part, mais également de la sienne. Pendant un moment, j'avais pensé pouvoir la cerner, la faire changer un tout petit peu et ainsi, apprendre à connaitre la vraie Marya à la tête forte. Mais peine perdue. Dès qu'elle baissait les bras, vaincue, c'était pour les remonter, plus forte que jamais. Jamais je n'allais réussir quelque chose de bien avec elle dans les jambes. J'avais espoir de pouvoir changer moi-même alors, pour changer quelqu'un d'autre, j'allais avoir besoin de beaucoup d'efforts, ce que je n'avais pas. La plupart du temps, je n'en possédais même pas assez pour moi alors, pour faire confiance à quelqu'un d'autre? C'était peine perdue, encore une fois.

Pourquoi toujours s'en prendre aux autres surtout lorsque nous sommes dans le tort, comme présentement? Pour moi, si Marya était celle qu'elle était jusqu'à maintenant, ce n'était nullement ma faute. C'était de ma faute si elle était une vraie peau de vache de temps en temps et, le reste de sa vie, une nullité sur deux pattes? Bien entendu, non... Alors pourquoi me faire porter le chapeau? Je la connaissais depuis assez longtemps pour savoir qu'elle n'était pas le genre de fille avec qui on devait avoir des rapports amicaux ou même, une fille de confiance. J'étais même certain que, uniquement pour se remonter, elle était bien capable de vendre son frère. Finalement, nous étions un peu pareil sur certains points mais tout ça, impossible pour moi de le lui expliquer et surtout, de l'avouer à quelqu'un. Le calme était revenu, tout allait pour le mieux. Enfin, pas tellement puisqu'elle était toujours près de moi, dans la même pièce, mais au moins, cette fois-ci, elle était beaucoup plus loin que sur moi. - Tu crois que je sais pas ce que tu essaie de faire ? Me faire croire toutes sortes de trucs. Ne pas lui parler, ne pas lui offrir l'attention qu'elle souhaitait, restait la même chose à faire. Je ne voulais pas la faire sourire ou même, lui faire comprendre que pour l'instant, j'avais été touché en pleins coeur. S'ouvrir à quelqu'un n'avait jamais été facile dans mon cas et, pendant quelques secondes, j'avais cru que Marya pouvait me comprendre. Je comprenais maintenant et clairement, que ce n'était pas le cas. Comment avais-je été capable de me faire berner aussi facilement par elle? La laisser entrer comme ça, dans mon monde de folie, vouloir sentir son corps près du mien et ce, jamais assez près. C'était purement de la folie. De la folie et de l'enfantillage de ma part. - Et le ça, c'est quoi au juste? Te droguer et ensuite, profiter de la situation? Je ne te détestes pas assez pour ça et soit sans crainte, ça ne m'est jamais traversé l'esprit. Je suis peut-être un garçon pas très recommandable, non présentable aux parents et encore moins à des mineurs, mais jamais je ne t'ai voulu du mal. - Je parlais simplement, tout en regardant la porte, espérant ne pas croiser son regard. Elle m'avait blessé tout à l'heure et ainsi, j'espérais de tout coeur ne pas lui montrer ma faiblesse encore fragile. Marya n'avait pas creusé bien loin pour me faire sentir un monstre et ça, je ne tenais pas réellement à ce qu'elle l'apprenne aussi facilement. La laisser faire, la laisser à elle-même, restait le meilleur moyen de l'éloigner de ma personne. Pour la première fois de toute ma vie, je comprenais mieux les gens, les personnes qui ne veulent rien savoir des autres. Pour la première fois de ma vie, je comprenais ce que c'était, avoir pitié de quelqu'un et aussi, ce que c'était d'être amoureux d'une autre personne. Enfin, pas vraiment. Même pas du tout... surtout pas en rêve! C'était quoi? Un problème... Sans le vouloir, j'avais certainement pris le même verre que Marya tout à l'heure pour penser à des conneries comme ça.

Sans vraiment m'en rendre compte, j'étais rendu près d'elle, prêt à l'aider dans sa recherche de: Comment sortir d'ici. Je ne souhaitais pas vraiment lui rendre la vie insupportable, ce n'était plus drôle du tout. Lorsqu'elle me répondait, essayait de me provoquer, j'aimais bien lui rendre l'appareil. Mais plus maintenant. Jouer seul, ça ne donnait rien et en plus, je trouvais le tout d'assez mauvais goût. Je n'avais pas l'intention d'être plus vilain que je ne l'étais déjà et ce, à tout moment. J'avais fait de graves choix dans ma vie et encore plus dans un avenir proche et jamais je n'allais mettre mes compétences médiocres pour quelque chose. C'était de ma faute et voilà tout. Et peut-être aussi de la faute des personnes de mon entourage. Personne ne devient mauvais du jour au lendemain et ce, sans aucune raison valable. Il devait y avoir un commencement à quelque part et j'allais le découvrir, coûte que coûte. Même si pour l'heure, je savais la véritable raison de mon raisonnement. Ce qui c'était passé cet été là avait nuis à la continuité de mon innocence. C'était à mes 17 ans, bien après avoir tombé sous le charme de la soeur de mon meilleur ami. Une autre histoire encore bien pire, quelque chose que j'essayais d'oublier et ce, le plus souvent possible. Lui tendre la chemise, celle que Marya me tendait lentement, était la meilleure chose à faire. Et surtout, ne pas la regarder dans les yeux, faire comme si elle n'était pas importante. Je ne voulais pas qu'elle devienne quelqu'un avec qui j'aimais partager un moment, des sourires et des fous rires. Je voulais qu'elle reste cette égoïste au coeur mort, celle qui partageait mes nuits de faiblesses mais aucunement pour les bonnes raisons. Je ne voulais pas me soucier d'elle et encore moins de ce qu'elle pensait. Je voulais la tenir assez loin de moi pour pouvoir respirer à mon aise et surtout, pouvoir encore voir clair dans mes choix de vie. À voir agir Marya, elle n'était pas le genre de fille à agir de la sorte... pour enfiler une chemise. Pour ma part, j'étais plutôt celui qui les enlevait, au lieu dès remettre aux filles et, pour faire court, ceci ne me déplaisait pas vraiment. C'était toujours mieux que de voir Marya en sous-vêtement. Pas que l'aspect était dégourant, mais c'était déroutant. L'imaginer était une chose, mais la voir comme ça, s'en était une autre. - Je l'ai gagnée quoi ? Dans un concours ou une connerie dans le genre ? Pourquoi toujours essayer de mettre de l'humour dans nos conversations? Certainement parce que nous ne pouvions pas faire autrement. Je me voyais mal être sérieux envers Marya sans laisser paraitre une quelconque faiblesse de ma part. Peut-être que c'était ainsi aussi, pour elle. Même si pour l'heure, elle était loin d'être celle que j'aurais cru dès le départ. Mais quelque chose continuait à clocher dans ma tête, quelque chose que je n'arrivais pas à mettre la main dessus. Ce n'était pas le cas de Marya puisqu'elle, elle avait la main sur la mienne, contre la poignée de la porte. Je ne voulais pas laisser partir ainsi, pas dans son état. C'était ça le problème... Je ne savais pas si elle jouait la comédie ou bien, si elle était sérieuse dans ses propos. Elle voulait peut-être avoir un peu d'attention de la part des gens de la fête et ensuite, rire d'eux. C'était son genre après tout surtout de dévoiler à tout le monde qu'elle avait réussis à me berner aussi facilement. Lui poser une question et attendre sa réponse était la meilleure chose à faire. Si jamais elle paraissait sincère dans ses propos, j'allais lui donner le bénéfice du doute. Pas question de lui donner raison, voyons!

Une question toute simple et un signe de sa part. Négatif, merveilleux. Pendant un petit instant, je m'étais cru responsable de quelque chose d'affreux et surtout, incapable de faire quoi que ce soit. Un sourire se dessine facilement sur mon visage, ainsi qu'une espèce de soulagement. Je ne voulais pas que ceci paraisse trop, mais j'étais heureux de la tournure des évènements. Pendant un moment, j'avais cru que Marya ressentait quelque chose pour moi, qu'elle pouvait, tout simplement, ressentir quelque chose pour quelqu'un. C'était bien ridicule et maintenant, je le savais parfaitement. Elle était dotée d'un coeur de pierre, une chose atroce venant d'une si petite blondinette. Mais c'était mieux ainsi que bien des choses... comme une réponse positive. Ce qu'elle me donna ensuite, me faisant perdre mon sourire. Pourquoi? Oui pourquoi maintenant et surtout, elle? Et pourquoi moi? - Pourquoi? - Ma question était sortie toute seule, comme si j'avais besoin de le savoir... et oui, j'avais besoin de le savoir. Je ne comprenais pas vraiment la raison de son choix et ce, pour plusieurs raisons. Sa manière d'être, ses farces plates, ses problèmes, ses provocations, ses histoires débiles, ses accusations... C'était trop pour être vrai. Dans d'autres circonstances, j'aurais certainement ris et même encore plus, mais pas pour l'instant. J'essayais de comprendre la raison de son choix même si pour moi, c'était complètement idiot. - Et ça fait longtemps? - J'avais besoin de savoir la vérité car pour l'heure, je voyais bien que ce qu'elle avait pris pouvait me renseigner grandement sur elle. Chère petite Marya...

- Ça, c'est parce que tu es jalouse parce que Baleine, elle, elle flotte dans l'eau au lieu de caler. - Stacey, fière de sa répartie, souria. Elle était bien là, contrairement à bien des gens. Elle n'était pas vraiment dans son élément ou à sa place, mais ceci l'importait peu. Elle était bien tout court. Elle savait comment répondre à Lou et ce, sans jamais perdre la face. Ou environ... - J'aime bien lorsque tu m'appelles la petite... Ça fait différent de lorsque je te regarde! - Stacey ne se pensait pas méchante, elle voulait uniquement avoir l'attention de Lou. C'était une manière peu recommandé, je le confirme, mais c'était tout de même bien mieux que certaines choses que je lui avais appris. Tout ça, elle le tenait de moi. Je ne voulais pas qu'elle soit la dinde de la soirée ou même, pour le restant de sa vie. Je lui avais donc appris quelques petites choses, espérant qu'elle puisse s'en servir un jour. Et maintenant, c'était le moment ou jamais. Le reste de la discussion, jamais je ne lui avais parlé de tout ça. Je n'avais jamais osé le proposer à quelqu'un alors, en parler avec ma cousine... Enfin, proposer à quelqu'un... Peut-être pas le nombre six, par exemple. Ne voulant pas que ma cousine se retrouve le maillot à terre, Andrew décida de lui porter secours, au plus grand malheur de Lou. Une vrai jalouse, cette fille... Pas moyen de laisser les autres en paix quelques minutes. Réussissant à se dégager un peu, assez pour pouvoir parler quelques secondes, Stacey décida de crier à la foule. - Andrew est jaloux... Lui, c'est du tête à tête qu'il veut et qu'il a besoin! Si tu veux mon beau, on prend Lou avec nous deux et on fera une relation à trois. Je crois que ça pourra aider notre petite jalouse. Je parle avec deux jaloux, c'est pas le comble tout ça! -



Spoiler:
 


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Balance-moi un savon [Alexis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Balance-moi un savon [Alexis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» alexis hk
» Alexis de Castillon
» Alexis de CASTILLON (1838-1873)
» Alexis Chauvet
» Alexis Dumesnil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum