AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Donnez-moi un Amen [Alexis & Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Psychologue
|statut civil| : Divorcé
|âge du perso| : 42
MES SUJETS DE L'HEURE
VALERY HANNAH
ALEXIS MIA SALOMÉ NOÉMI



|célébrité| : Leonardo Dicaprio
|crédits| : carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le diable & L'ange [Marya & Taïla]
|nombre de messages| : 75


MessageSujet: Donnez-moi un Amen [Alexis & Daniel]   Jeu 28 Juil - 2:43


Donnez-moi un Amen




La nuit était déjà bien avancée, je me trouvais assis au comptoir d'une taverne à discuter avec quelqu'un que je ne connaissais absolument pas. Je crois que son prénom s'apparentait à "Joe" ou quelque chose de semblable. Notre rencontre avait débuté lorsque j'ai commandé un verre de scotch. Il m'a alors dit que j'avais l'air d'un homme qui boit du scotch. Et de quoi peut bien avoir l'air un homme qui boit du scotch ? D'un politicien m'a t-il dit. J'étais plutôt surpris. Avais-je l'air hypocrite à ce point ? Ou bien d'un excellent menteur ? D'un lâche sans doute ? J'ai surenchérit en lui disant que si effectivement j'étais politicien, je ne dépenserais pas ses taxes dans un si petit pub et dans un scotch si bon marché. À mon tour, Joe, est-tu plombier ? Non camionneur. Et que fait-il dans un pub ? Il noie sa peine. Ah ! Le pauvre homme. Il avait renversé un animal sur la route et il l'avais enterré tout à l'heure.

- Un si petit renard .... Il n'a fais de mal à personne. Je ne mérite rien monsieur le politicien. Je voulais aller me repentir à l'église tout à l'heure mais je ne veux même pas voir l'air du révérend quand je vais lui dire ce que j'ai fais. J'ai fais une prière quand je l'ai enterré mais je doute que ce ne soit assez.
- Alors fais-en une maintenant
- Vous croyez que ça changera quelque chose ?
- Hé bien , si tu demande pardon sans doute que oui.  


Nous nous sommes donc redressés sur nos bancs et nous avons fermés les yeux. Une main sagement posée sur le comptoir du bar, la seconde tenant fermement celle de Joe. Je prononce alors la prière dans le but d'apaiser le pauvre homme.

- Seigneur pardonnez-le car il a pêché. Il a renversé et enlevé la vie à une vermine rousse. Le genre qui fouille nos ordures et mange nos chats mais ne le prenez pas comme un soulagement seigneur car le pauvre homme souffre de notre délivrance. Le pardonnerez-vous ?
- Je demande pardon
- Le pardonnerez-vous ?
- Silvouplait oui
- Il demande seigneur !
- Je vous en supplie
- Il vous supplie !
Criai-je alors dans le bar sous les regards intrigués de tous. Et Joe, se mettant à pleurer , continua
- Je supplie !
- Et il te pardonne ! Il te pardonne mon frère !


Et je trempe un doigt dans mon verre et je trace un signe de croix fait de scotch sur le front de ce grand gaillard. Les deux personnes assise à coté de nous avait suffisamment bu pour savourer ce moment. Ils tapaient quelques coups sur la table. Pour ma part je frappe un grand coup sur le comptoir avec ma main , de quoi la laisser rouge pour les minutes à suivre.

- AMEN !!!!

Joe attrape alors son verre dans l'excitation du moment et il le cale un grand coup. Et nous applaudissons tous en choeur comme des enfants. J'avais un large sourire sur les lèvres. De petits yeux mielleux et un large sourire. Rien qui ne puisse trahir mon état second ...  « Vous mon père .... » et je me retourne , comme si ce nom m'étais désormais attitré. Ce soir, j'étais le samaritain des âmes perdues. C'était déjà plus facile de baptiser des saoulons avec de l'alcool et que d'essayer de comprendre ce qui se passe dans la tête de quelques malades mentaux. Et au lieu de me faire haïr , on m'applaudissait pour un simple signe de croix. Je change de profession. Je me retourne donc vers une femme atrocement maigre, quelque chose de quasi-maladif pour une femme dans la cinquantaine. Son t-shirt jaune était pratiquement transparent nous dévoilant à tout coup un soutien-gorge rose bonbon. Et puis il était peut-être trop serré ou bien c'était ses implants qui étaient beaucoup trop volumineux. Du mauvais goût comme on en voit rarement. Sa gomme virevoltait dans sa bouche, à gauche puis à droite .... « il me faudra plus qu'un simple pardon » et de gauche .... puis à droite .... Et elle arrête de mâcher. Je lève enfin les yeux vers elle surpris.

- Allons allons .... Je suis certain que ce n'est pas si pir....
- J'ai bousillé sa mère
- Vous avez quoi ?
- J'ai mis les cendres de sa mère dans la litière du chat
- Oh ….


Et elle se jette dans mes bras. Je fais signe à mon compagnon camionneur de la retirer de sur moi mais la bonne femme n'en faisais qu'à sa tête. Joe lui tirais le bras sans la brusquer , bien qu'il devrait car sa manucure était solidement accrochée à ma nuque. Il ne faisais plus attention à moi. Lui il ne pensais qu'à sa mère ! Vous trouvez ça normal vous ? Elle est plus là mais moi je suis encore là ! Ca fais une semaine qu’elle est morte, je suis patiente quand même. Alors je m'en suis débarrassée pour qu'il fasse attention à moi mais au lieu de ça , il m'a remis les papiers du divorce aujourd'hui. J'échange un regard avec Joe en fronçant les sourcils. Un petit signe de tête en sa direction pour dire à mon compagnon camionneur de l’enlever. J’essayais toujours de la retirer de sur moi mais rien à faire , elle restait accrochée. « Je n'ai rien fais de mal. Il y a pire dans la vie ..... Vous croyez qu'il a eu raison de me quitter ? »

- Noooonnnn, regardez-vous , vous êtes ….. Heum … Ce que je veux dire c'est que maintenant qu'il vous a quitté , vous pouvez aller vers d'autres hommes et je ne parle pas de moi. Absolument pas de moi. Moi je suis vieux, j'ai pas de chats et j'ai encore ma mère. Mais des gens comme lui peut-être

Dis-je en pointant un jeune garçon au comptoir. Elle se redressa. J’ai bien fait de lui trouver une autre victime car déjà , son regard s’enflammais , et dans la mauvaise direction : La mienne. Elle était déjà vendue, un prêtre imposteur lui semblait un bon parti. Non il valait mieux la diriger ailleurs, un prêtre , ça ne peut pas se marier et puisque je suis prêtre pour un soir, il n’était pas question pour moi de laisser cette chose entrer dans ma vie. Ce pauvre jeune homme qui n’avais rien demandé à personne se retrouvais désormais mêlé à cette sordide histoire. Je poursuis en le pointant du doigt.

- Mais ouuiiii , il est parfait, à son âge, il demande que ça de donner un peu d’attention à quelqu’un d’aussi …… raffiné ….  

Et sur mes propres compliments un haut-le-coeur me prend. J’observais la victime de ce complot avec l’air d’un prisonnier qui creusait son dernier bout de terre avec sa cuillère.






well hello you crazy bastard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Donnez-moi un Amen [Alexis & Daniel]   Sam 27 Aoû - 23:24


Donnez-moi un Amen



- Je demande pardon Félicitation. J'avais envie de le lui crier et anisi, terminer ma soirée en beauté. Cette dernière ne s'était pas déroulée ainsi dès le départ et j'avais l'impression que même si cet étrange personnage finissait par ce taire, rien de bien n'allait s'en découler. Peut-être à cause de l'ambiance de la taverne, peut-être à cause de la couleur du breuvage que j'avais dans mon verre ou même peut-être à cause des hommes qui étaient près de ma table et qui s'amusaient avec toute l'action autour de nous. - AMEN !!!!  Soupirant, je préférais ne pas parler. Pour dire quoi, de se la fermer? Ceci était de mon ressort, j'étais bien capable de lui faire fermer son clapet - surtout si ce dernier était saoul - mais je ne voulais pas partir une discussion sans but. Et sans fin, voyant la continuité des évènements. Je ne voulais pas voir cette nouvelle union s'éterniser et finir ma soirée avec un homme sur mon dos. Façon de parler, j'espérais. Depuis quelques temps, rien n'allait et mes sentiments étaient sans dessus-dessous. Pas question de devoir éponger les problèmes d'un soulon qui se prenait pour Dieu. Une femme de petite vertu arriva ensuite, faisant rire certaines personnes du bar. Cette dame, je la connaissais depuis un bon moment. Pas intimement, une chance, mais bien parce qu'elle était une habituée de l'endroit où je travaillais. Elle venait régulièrement avec sa soeur, une femme aussi peu instruite qu'elle. Ce qu'elle mentionna au faux pasteur de m'impressionna pas. Je savais d'avance qu'elle était spéciale et qu'elle recherchait une manière de faire parler d'elle. La semaine passée, elle avait auditionné pour devenir la nouvelle vedette d'une série Américaine, m'avait-elle dit. Elle m'avait mentionné le tout au bar, espérant que je puisse lui payer un verre. Ce qui n'était pas arrivé. Elle partie ensuite, le regard triste, espérant que sa soeur puisse arriver à un meilleur résultat. Cette femme était assez étrange surtout que je connaissais très bien son mari. Un chic type qui venait souvent se rincer l'oeil sur les serveuses et les danseuses du bar. Ce que j'acceptais rarement. Les gars de son type n'ont jamais eut la côte avec moi et j'imagine que c'était le cas de bien des gens.

(...) Mais des gens comme lui peut-être. Comme qui? Me retournant, j'avais cru remarquer un signe dans ma direction. Pourquoi avais-je toujours les abrutis et les personnes peu active dans le cerveau autour de moi? Peut-être ramassais-je uniquement les gens de mon espèce, comme une certaine personne m'aurait informé. Cette petite pensée me fit sourire un moment, avant de porter le verre à mes lèvres, tout en regardant du coin de l'oeil le restant de la discussion avec Dieu sans sa robe blanche. Je ne voulais pas interrompre un si bel amour car oui, la dame avait l'air amoureuse de son interlocuteur. Et jamais je n'aurais voulu gâcher quelque chose comme ça, un moment si beau et si doux. Je n'y connaissais peut-être rien à l'amour, mais je voyais clairement qu'il se passait quelque chose... tandis que l'homme en question reparlait de quelqu'un d'autre. Et ce quelqu'un d'autre était moi, bien entendu. Pourquoi me pointer du doigt et espérer que je puisse m'occuper de sa folle? Rester dans mon coin et vivre tranquillement était mon souhait le plus cher en ce moment. Ne pas croire à la fontaine était-il le prix à payer contre ça? Regarder ailleurs semblait la meilleure chose à faire. Ça, et me mettre à siffler. Mais ce n'était pas mon genre de le faire alors, regarder vers la droite était la seule chose de censé. Et espérer passer inaperçu ensuite. Je ne voulais pas m'attirer d'ennuis plus que de raison, et plus que j'en avais pour l'instant. Avoir des ennuis, c'était tout moi et ce soir, j'avais bien l'intention de mettre mes problèmes de côté. À commencer par une jolie blonde.




Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Psychologue
|statut civil| : Divorcé
|âge du perso| : 42
MES SUJETS DE L'HEURE
VALERY HANNAH
ALEXIS MIA SALOMÉ NOÉMI



|célébrité| : Leonardo Dicaprio
|crédits| : carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le diable & L'ange [Marya & Taïla]
|nombre de messages| : 75


MessageSujet: Re: Donnez-moi un Amen [Alexis & Daniel]   Mar 11 Oct - 0:33


Donnez-moi un Amen




Et tandis que je désignais de la chair fraîche à mon assaillante pour m'en sauver, celle-ci se désista. Elle ricana et se tourna vers moi. Elle s'approcha dangereusement de mon oreille, me jetant quelques regards de prédateur. « Oh non , non non. C'est un brave garçon vous savez m'sieur le prêtre » « C'est justement le point. » et je la vois s'agripper davantage pour cette fois venir s'asseoir sur mes genoux, ses longs bras tentaculaires s'agrippe à ma nuque comme une jeune fille qui se balance dans un manège. Elle chuchota la suite pour ne pas qu'on ne l'entende ou dirais-je - pour que je sois le seul à endurer le supplice de sa voix qui gratte ses amygdales - « Nooon , je le connais bien et faut pas l'embêter : le gamin a le mal de vivre. Vous vous rendez compte ? À cet âge-là ! C'est signe qu'on passe une mauvaise ère » Mais quel beau ramassis de conneries. J'observe la dame à mon cou peu impressionné. Une autre ruse de la sorcière pour appeler à la bonté de son samaritain ? Ah non ! Assez tout ça. Assez de pardonner à tout ces gens qui viennent tout noyer dans l'alcool. Pourquoi ne pas danser sur ses problèmes ? Boire oui, boire à en perdre la tête c'est certain mais que ce soit en riant de ses troubles. Ça ne règle rien mais on respire mieux après ... Si on a pas la gueule de bois le lendemain. Et la femme sur mes genoux s'adresse au plombier derrière moi , poursuivant son mythe que pour quelques secondes supplémentaires d'attention. « Quand nos jeunes ne trouve plus la joie de vivre c'est que tout est foutu ! » Je la voyais venir. La voir parler dans les airs, balancer toute sorte de bêtises pour nous faire croire que nous avons une réelle conversation, ce qui n'est pas le cas. Je le savais bien , elle allait m'arriver avec une histoire comme quoi nous avons débuté je-ne-sais-quoi à cause d'un peu de parlotte. Mais tout de même , mon esprit de psychologue , car pour ceux qui l'ignorais, je ne suis ni prêtre ni politicien enfin bref, ma profession m'obligea tout de même à observer l'esprit '' torturé '' à coté de nous. Je voyais un jeune garçon en pleine santé. Aucun signe de dépression ou envie suicidaire. Juste un jeune garçon dont la vie commençait et qui trouvait le moyen de venir boire seul dans un bar. J'aurais pu penser qu'il attendait quelqu'un mais il était là depuis un moment et jusqu'à cette heure , toujours seul. Je lui aurais donné une baffe à ce gamin. Je lui aurais crier d'aller se faire des amis et une autre baffe si il me répond qu'il est bien tout seul.

Traversant la voix de la harpie sur mes genoux , je m'adressai au jeune garçon au bar , simplement pour ne plus donner d'attention à la poupée de chiffon pendue à mon cou. Simplement pour comprendre aussi ce qui ne collait chez ce jeune qui ne devrait pas être tout seul dans son coin. Je vais vous dire, ça m'aurais moins embêté s'il avait été avec une bande d'amis à faire du bruit et à crier toute sorte de truc. Ma voix porte et je m'adresse à lui : « Hé mon gars , pour ce que t'as , c'est peut-être pas ce qu'il te faut.  » Parlai-je comme si je lui faisais un diagnostic. Après pasteur je devenais médecin ? Joe me bouscule gentiment et parle derrière moi. « Servez-lui un scotch monsieur le politicien » Oui bon, le scotch ça ne règle pas tout dans la vie et puis, ma phrase était à double sens, ce que je parvenais encore à faire. Si il me disait qu'il n'avait rien, alors c'est de l'eau qu'il lui faudrait et des amis aussi. Si effectivement quelque chose le trottait, alors du fort pour danser sur ses problèmes et les écraser sous nos pieds. Je fais signe que non au plombier mais celui-ci , plus têtu et attentionné que je ne l'aurais cru, il alla s'installer à la droite du jeune châtain et demanda qu'on lui serve la même chose que le politicien. J'hausse des épaules en le regardant, lui faisant signe qu'il n'avait rien à craindre de ce drôle de bonhomme qui lui payait littéralement un verre. Je regarde autours puis je m'arrête sur le châtain. « Il faut les reins solides pour avaler ce truc cul sec. Garçon, est-ce que tu est sûr que c'est de ça que tu as besoin ? » Lui demandai-je sérieusement comme si je lui disais de façon détourné qu'il y avait d'autres moyens de régler ses problèmes et aussi d'autres lieux où passer ses vendredis soirs






well hello you crazy bastard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Donnez-moi un Amen [Alexis & Daniel]   Lun 7 Nov - 19:41


Donnez-moi un Amen



Je continuais de regarder à droite, espérant ne pas me faire remarquer encore plus. J'aurais pu partir, mais je souhaitais rester ici, avec mon verre d'eau. Pas question de laisser la place à ce Dieu inventé, cet homme qui se prenait pour une autre personne et ensuite, partir tranquillement et le laisser gouverner à cet endroit. Il était qui, lui, pour s'approprier un endroit entier? Autre que Dieu, bien évidemment? La folle furieuse était maintenant assise sur ses genoux, le regardant avec les yeux d'un petit chien qui avait mal au coeur. Ou bien, elle le regardait uniquement avec des yeux de petits chiens et c'était moi qui avait mal au coeur... C'était possible aussi parce que vraiment, le spectacle que j'avais près de moi, ce n'était pas tellement apprécié. Au moins, devant moi, j'avais toujours mon verre d'eau, ce qui pouvait m'aider à avaler la suivante de la conversation. Plus que la folle parlait, plus j'avais le sourire au coin des lèvres. Vraiment, elle voulait rester dans cette position et, si possible, partir ce soir avec Dieu. La vierge Marie, probablement... ceci pourrait expliquer tellement de choses en vrai. Après avoir commencé à montrer à tout le monde autour d'elle qu'elle entretenait une conversation importante avec Dieu, je me mis à soupirer bruyamment. Je n'avais pas vraiment envie de rester, finalement, et devoir continuer d'écouter les problèmes de cette personne. Oui, personne, puisque pour moi, elle était loin d'être une femme. Pour agir de la sorte, elle n'avait plus mon respect et ce, depuis un bon moment déjà. À dire qu'avant, j'aurais tout fait pour qu'elle puisse me regarder et même s'asseoir à ma table, ce n'était plus le cas maintenant. Dans un passé tellement proche, j'aurais été la chercher par la main, uniquement pour avoir de l'attention. Plus maintenant, je préférais rester là, toujours assis sur mon derrière, à regarder mon verre d'eau, espérant pouvoir me sortir quelqu'un de la tête. Et plus j'attendais la voix de la femme qui couvrait d'éloge Dieu, plus elle me donnait le mal de vivre.

« Hé mon gars , pour ce que t'as , c'est peut-être pas ce qu'il te faut. » Je voyais bien que Dieu me parlait, mais je ne souhaitais pas lui parler. Je ne voulais même pas le regarder et lui donner l'attention qu'il souhaitait. La prochaine fois, aller à la supérette, prendre des croustilles et ensuite, aller à la maison. Oui, c'était ce que j'allais faire. Ne plus mettre les pieds dans un bar ou même, dans quelque chose qui pouvait y ressembler. Essayer d'arrêter de boire était beaucoup plus compliqué pour moi en plus, surtout en sachant tout ce que ceci pouvait impliquer. Continuer de prendre de l'alcool n'allait jamais aider les choses et encore plus si je continuais de penser. Penser + alcool, deux choses qui ne fonctionnaient jamais dans mon cas. Et couper l'alcool était une bonne chose. Maintenant, je devais juste essayer de penser un peu moins ou bien, de choisir aux choses que je souhaitais penser. Et lorsqu'un soûlon décida de prendre place à mes côtés, mon sourire se perdit, avant de me tourner vers lui. Je n'avais pas envie de compagnie, pas envie de me faire de nouveaux ennemis. Pas d'amis, non non, mais des ennemis. Des amis, pas besoin. Je n'avais plus besoin de personne près de moi, tout était bien ainsi. Et ce n'était certainement pas avec un verre de scotch que les choses pourraient changer. Ou bien, me faire changer d'idée. J'avais préféré ne pas répondre à l'ivrogne assis maintenant à ma table, uniquement pour ne pas avoir des problèmes par la suite. Je ne souhaitais pas me faire mettre à la porte pour si peu. Pas maintenant, par exemple. La voix de Dieu se refit entendre, toujours avec le rire de la folle à ses côtés. Pourquoi me mêler à leur conversation? Qu'avais-je fait pour mériter autant de méchanceté? Marya Lambert voulait-elle me nuire encore une fois et ce, d'une nouvelle manière? Si oui, elle y arrivait très bien. Me nuire sentimentalement, dans ma tête et maintenant, visuellement, elle pouvait pas faire mieux.

Me tournant vers Dieu, je lui fis de grands yeux. Pas question de lui faire d'éloges, de lui montrer qu'il m'intéressait ou même que ce que je vivais pouvait l'intéresser. Tout ça, pas question. Je voulais uniquement avoir la paix un peu, prendre mon temps pour réfléchir et non devoir parler de tout ça avec un inconnu. Un inconnu qui était tombé sur la tête, à voir comment il était et comment il agissait en plus. - Ce dont j'aurais le plus besoin, c'est d'air. - Je voulais parler de l'ivrogne à mes côtés, qui était certainement un ami de ce Dieu improvisé. S'ils n'étaient pas amis, ceci ne paraissaient pas du tout. Je ne voulais pas d'alcool, pas du tout. Pour faire comprendre à l'autre type que j'étais bien avec mon verre d'eau, je lui ai montré ce dernier, avant de me refermer comme une huître, espérant ne plus me faire déranger.




Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Donnez-moi un Amen [Alexis & Daniel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Donnez-moi un Amen [Alexis & Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Daniel Steibelt (1764-1823)
» alexis hk
» Daniel-François-Esprit Auber et ses opéras
» Daniel balavoine
» Quel sens donnez vous à l'affiche "En tournée"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum