AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Prédateur & proie [Sean & Marya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Prédateur & proie [Sean & Marya]   Dim 17 Avr - 2:38


Prédateur & proie




Ce week end , c'est mon anniversaire. J'aurais pu le fêter avec des tas de personnes , avec ma famille , dans un bar , chez moi mais non. J'ai tout planifié. Pour mon anniversaire , je voulais laisser la lionne sortir. Lui permettre d'être un peu en paix. J'ai donc planifié d'aller chasser tout le week end dans un chalet que j'ai loué. Avec cette entrée d'argent dans mon compte , je m'étais dites que j'allais agir intelligemment et dépenser de façon raisonnable mais bon ... Je n'ai que dix-huit ans. Il n'y a rien de raisonnable dans cet âge. Je me suis déjà achetée une voiture, un 4x4 qui est garé dans un garage pas trop loin de chez moi. Je ne peux évidemment pas l'avoir devant la maison de ma mère , elle me poserait tout plein de questions et elle irait tout dire à Olivier. Malgré ce qui s'est produit avec Marc, je suis allée lui faire mes excuses. Non pas parce que j'avais réellement pitié de lui mais simplement parce que je veux l'utiliser comme je veux. C'est lui qui a signé pour ma voiture et mes plaques. D'ailleurs c'est avec lui que réside mon véhicule. J'ai un double de clé de son garage. Il a tellement peur de Sean qu'il ne me refuse rien. Je prépare mon sac dans ma chambre. Ma mère s'arrête dans le cadre de porte en me voyant faire.

- Marya ? Tu va où ?
- Il y a une fête chez des copines.
- Tu ne veux pas fêter ton anniversaire ici ? Avec moi et Oli ?


Je ralenti mon geste et dépose de manière lasse deux bouteilles d'eau dans mon fidèle sac de gym. Je penche la tête vers l'arrière agacée. Ma mère et ses questions. Elle en pose beaucoup dernièrement et pourtant, je ne vois pas pourquoi. Je joue le jeu comme je l'ai toujours fait. Rien n'a changé à l'exception de mes sorties fréquentes. Je ne lui dirai pas mais .... Je préfère sortir que de la voir dans cet état-là. Je ne me suis jamais laissée impressionnée par le moindre obstacle. Dans ma tête , je suis invincible et pourtant ... Je ne peux rien faire pour ma mère. Elle ne s'aide même pas elle-même enfin .... C'est la maladie qui veut ça. Je vais trouver quelque chose pour lui remonter le moral mais ce week end ... C'est mon anniversaire. Je dois penser à la lionne. Je la néglige beaucoup dernièrement. Je soupire

- Ok ... On fera un souper nous trois à mon retour okay ? C'est moi qui cuisinerai

Ma mère s'approche de moi et se met à tresser mes cheveux sur une épaule. Je continue ce que je faisais. Je m'assure que j'ai tout ce qu'il me faut. La nourriture bah .... Sean me montrera comment cuisiner mon gain. Je referme un peu plus le sac pour ne pas qu'elle voit le couteau de chasse qui s'y trouve.

- Tu est bien habillée dis donc
- Non pas tant que ça


Je n'étais certes pas habillée pour aller chasser mais ça faisait partie du plan. Je portais un col roulé noir à manche longue , le tissu était mince donc je n'aurai pas chaud. Il s'agençait à de simple jeans gris et des bottes noires hautes. Moi je me serais mise en jogging perso mais le gars à qui j'ai loué le chalet se douterais de quelque chose. Je ne devais pas avoir l'air d'aller chasser car si je ne me trompe pas , la chasse est interdite dans les forêts suisse. Comme si ça allait m'arrêter. Ma mère se permet ce qui n'est pas permis. Elle passe une main sur mon sac comme pour regarder à l'intérieur. Je lui attrape violemment le bras.

- Maman arrête. Sors de ma chambre maintenant. Maintenant j'ai dis

J'avais parlé dans un calme absolu mais mes yeux eux , criait violence. Ma mère m'a regardée longuement, elle a retiré sa main de mon emprise et attacha finalement ma tresse afin qu'elle ne se défasse pas. Elle eut un sourire mélancolique, nullement intimidée.

- Une mère sait quand son enfant ment et toi Marya , tu mens depuis très longtemps.

Elle passe à coté de moi et sors de la pièce. Ça sent la conversation sérieuse tout ça. En autant qu'elle n'implique pas Oli ça va. Disons que lui , il est plus difficile à duper. Je termine mon sac et j'empoigne un léger manteau. Je marche jusqu'au garage de Marc où m'attendais Sean Reid. Je sors les clés du garage et je l'ouvre pour me permettre de sortir avec mon 4x4. J'ouvre la portière arrière et j'y lance mon sac de sport. Je vois que Sean arrive pour prendre le siège passager, je lui fais signe que non.

- Il faudrait que tu conduise, je te donnerai les indications. J'ai pas encore mon permis.

J'ai pas mon permis mais j'ai une voiture. C'est dans ces cas-là que Marc m'est d'une grande utilité. Pour aller chez des amis ou au dépanneur , conduire sans permis ne pose pas de problème mais pour les grandes routes, je ne prends pas de chances. Je monte dans la voiture et j'attends qu'il démarre.

- Je sais ce que tu as dis à Marc l'autre jour mais .... Il m'a été utile dernièrement alors ... ne lui fais rien cette fois

Si je ne faisais pas confiance à Marc avant, aujourd'hui , c'est encore moins. Je m'attends à ce qu'il ai une certaine rancune à propos de ce qui s'est produit l'autre jour. Il m'aide parce qu'il a peur de Sean mais qui me dit qu'il ne rêve pas de nous descendre dans son sommeil. Marc n'est pas dangereux mais ce n'est pas bon de trainer avec quelqu'un qui nous déteste. Je hausse des épaules

- J'avais besoin d'une voiture et je savais pas si tu signerais pour moi

Sean était mon patron et j'avais fini par me dire que je ne devais pas commencer à le voir autrement. Ni comme un frère , ni comme un ami. C'est pour cette raison que je ne l'avais pas contacté pour la voiture. On n'appelle pas son patron pour qu'il signe une voiture sans permis. J'accote mon coude contre la fenêtre ouverte et je pose ma joue contre ma main

- Tu as les fusils ?




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Baron de la drogue | Voleur
|statut civil| : Tant d'amour et si peu de Sean.
|âge du perso| : 30

“Don't you know that killing is thrilling ? All the blood spilling, is all up on the drug dealing.”


“In the cookies of life, sisters are the chocolate chips.”


“Everything is strange, complex and complicated, but this are the features which make it incredible.”


“If they ask her, tell 'em that we're just good friends.”


“When your ex says : You’ll never find anyone like me. Just smile and reply : that’s the point.”


“Always two there are, no more, no less. A master and an apprentice.”

Hanna #2 | Marya #2 #3 | Stacy


|célébrité| : Stephen Amell
|crédits| : Avatar : Moi - Signature : Beylin
|pseudo/prénom| : Damien
|dcs| : Aucun
|nombre de messages| : 969


MessageSujet: Re: Prédateur & proie [Sean & Marya]   Jeu 12 Mai - 4:28

Prédateur & proie - [PV Marya Lambert.]



Le jour était enfin venu, celui où j'allais apprendre à ma disciple à manier une arme à feu sur des cibles en mouvements... pas sur des humains bien entendu - même si ça ne m'aurait pas déranger de coller quelques balles à certaines personnes que j'aurais jugé indignes de respirer le même oxygène que moi - mais sur des animaux qui n'avaient absolument rien demandés, mais... il fallait bien faire les choses proprement, non ? Je n'aimais pas la chasse, mais c'était pourtant le meilleur moyen pour que Marya apprenne de façon rapide et efficace, alors bon. Vêtu d'une simple chemise noire et d'un jeans foncé, j'étais adossé à un mur du garage de Marc en attendant la venue de mon apprentie qui ne devrait plus tarder. L'endroit où elle m'avait donner rendez-vous était assez curieux puisqu'elle ne portait pas spécialement le propriétaire de ce bâtiment dans son cœur, ce qui était réciproque depuis le jour où je lui avait refait le portrait pour avoir frapper un peu trop fort la blonde, mais je me disais qu'elle devait avoir besoin de lui d'une façon ou d'une autre et que ça expliquait donc tout.

Deux sacs se trouvaient à mes pieds, contentant tout ce qu'il fallait pour cette petite expédition en compagnie de la jeune fille qui fit d'ailleurs tout à coup son apparition, pénétrant à l'intérieur du garage pour finalement en ressortir avec un 4x4 qu'elle avait obtenue sans même me consulter, mais cela ne m'étonnait même pas, je m'en était douté... sinon à quoi bon garder contact avec Marc ? Elle était tellement prévisible que je pouvais prévoir la suite des évènements... me dirigeant vers le siège passager, Marya me fit un signe qui confirma, encore une fois - à croire que cela devenait une habitude - ce que je pensais. Elle n'avait pas son permis et j'allais donc devoir conduire. Lâchant un soupir, je m'installais donc du côté conducteur, plaçant mes sacs sur la banquette arrière lorsque mon élève me demande de ne rien faire à Marc cette fois-ci.


« SEAN REID »  
Tant qu'il ne me donnes pas de raisons de le corriger, je ne vois pas pourquoi je ferais quoi que ce soit.


Cela n'aurait absolument aucunes logiques après tout... la dernière fois, je m'en étais pris à lui pour lui faire comprendre qu'il ne pouvait pas se permettre de s'en prendre à mon apprentie, qu'elle était placée sous ma protection et qui quinconce s'en prendrait à elle aurait à faire à moi. Autant dire que c'était une espèce de méthode de dissuasion... Maintenant, il la laissait tranquille et elle n'avait plus rien à craindre, c'était tout ce qui comptait. Nous étions donc tout les deux à l'intérieur de la voiture de Marya, mais avant de démarrer, je plongeais l'une de mes mains dans la poche de mon pantalon afin d'en ressortir quelque chose de très particulier, le tendant en direction de la blonde qui se trouvait à mes côtés.


« SEAN REID »  
Bon anniversaire Marya, ceci est l'un des nombreux cadeaux que j'ai pour toi, car je me serais douté du fait que tu aurais succombé à l'envie d'avoir ton propre véhicule avant même de passer ton permis. Et comme le passer aurais été une perte de temps pour toi, mais surtout pour nos affaires, je t'en ai obtenu un grâce à mes nombreuses ressources. Il n'a absolument aucunes failles et est parfaitement identique à un véritable permis, du coup, tu n'as pas à te soucier de quoi que ce soit.


Bien entendu, j'avais fais ça uniquement parce que je faisait confiance à Marya à ce niveau-là, sachant qu'elle savait conduire et me l'ayant prouver lors de notre première rencontre. Du coup, elle évitait de perdre son temps inutilement avec ça et pouvait se concentrer sur le boulot qu'elle devait faire pour moi. Néanmoins, je comptais quand même conduire pour ce trajet, déjà parce que je n'avais plus envie de me déplacer maintenant que j'étais confortablement installé - comme quoi, elle avait bien fait son choix la petite - et puis, cela laisserait à Marya tout le loisir d'observer les "petits jouets" qui se trouvaient derrière nous. Alors que je mis le contact, démarrant enfin sa voiture, ma disciple m'expliqua la raison pour laquelle elle avait gardée contact avec Marc. Elle avait besoin d'une voiture et ne savait pas si j'aurais signer tout les papiers ? Tournant la tête vers elle, je me contenta de lui répondre le plus simplement possible.


« SEAN REID »  
J'vois pas pourquoi je ne l'aurais pas fait.


Après tout, si elle en avait besoin... où était le problème ? Elle devait sans doute considérer qu'elle n'était qu'une employée à mes yeux, rien de plus, alors que les derniers évènements à la salle de sport auraient du lui faire comprendre que ce n'était pas le cas, je l'avais véritablement pris sous mon aile et ça, je ne l'aurais pas fait pour n'importe qui. Alors que je roulais, nous menant petit à petit à l'endroit où nous devions nous rendre, ma jeune collaboratrice aborda enfin le sujet principal... tout en gardant mon attention sur la route, je plongeait mon bras droit à l'intérieur du sac derrière moi, tenant le volant uniquement avec mon bras gauche qui suffisait parfaitement à stabiliser le véhicule. Au bout d'un moment, je fini par sortir un magnifique 9 millimètres équipé d'un silencieux, sur lequel était gravé le mot "Lionne", puisque c'était ainsi que Marya surnommait la "bête" qui était en elle, d'après ce qu'elle m'avait déjà dit durant les conversations que nous avions pu avoir elle et moi. Déposant l'arme sur ses genoux - bien entendu, elle ne craignait rien grâce à la sécurité - je lui laissais tout le loisir d'observer son deuxième cadeaux.


« SEAN REID »  
Si tu te demandes pourquoi j'ai pris ce genre d'arme au lieu d'un pistolet de chasse, c'est très simple, les deux n'ont absolument pas le même recul, ni la même précision, ni la même portée et ainsi de suite... en bref, l'idéal est de t'apprendre directement à utiliser l'arme que tu devras déployer sur les choses tournent mal durant l'une de tes ventes ou quoi que ce soit. Et le silencieux est là pour que nous puissions rester discret dans la forêt, car un coup de feu dans un endroit où nous ne sommes pas censés chasser serait un peu suspect.


Et si elle devait utiliser son arme en pleine rue, personne n'entendrait quoi que ce soit... c'était donc parfait pour elle.


SEAN REID

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Prédateur & proie [Sean & Marya]   Dim 15 Mai - 20:59


Prédateur & proie




L'autre soir , dans la salle de gym , j'avais eu une foi aveugle en mon mentor. Alors qu'il torturait un homme sous mes yeux, je n'étais pas intervenue et j'avais eu raison. Sean Reid prévoyait toujours tout. Il avait toujours une longueur d'avance sur tout le monde. La vie n'avait aucune emprise sur lui. Il était maitre de lui-même. Et pourtant , aussi invincible se croyait-il , il restait humain. Je l'ai vu , ce soir-là , cet espèce de plaisir sombre quand il avait eu à frapper cet homme. Comme s'il avait attendu l'occasion propice pour se défouler. Et elle s'était présentée. Il avait voulu faire passer un message à Marc mais ce serait mentir que de dire que ce n'était que cela. Son monstre en cage, je l'ai vu de mes yeux ce jour-là. Il le cachait moins bien que moi mais à ce moment précis, il l'avait exposé au grand jour. Et moi je ne l'ai pas loupé. Sean Reid était maitre en ce monde. C'était comme si la vie devait lui demander permission , agenouillée devant ses pieds. Tout comme Marc. Sean Reid n'avait pas aimé sa façon de réagir , le revendeur avait donc dû payer. La justice de mon Terminator. Cette même justice qui avait formellement interdit à Marc de me reparler. Quand je suis allée le voir pour m'excuser , le pauvre homme s'est presque enfui. Il ne me regardait plus et me criait de partir très loin de lui. Il a été dur à convaincre mais j'y suis parvenue. J'ignore ce qui m'a poussé à sortir ces mots mais je lui ai dit que je parlerais à Sean et qu'il ne lui arriverait rien. Il m'a cru. Moi personnellement , j'avais sortis cela sans espoir de réussir mais ça avait fonctionné. Comme si Marc était convaincu que j'avais une réelle importance aux yeux de Sean Reid. Je sais que d'une certaine façon , il place certains espoirs en ma personne. J'étais sa nouvelle stratégie commerciale qu'il lui fallait mettre au point. Et j'étais douée. J'avais galèrée au départ mais à chaque échec, je m'ajustais. Maintenant je me faufilais à chaque évènement , dans chaque école et je sentais que bientôt , mon horaire allait déborder. J'allais devoir réduire certains plans, certains projets pour agrandir celui-ci. Pour moi , Sean Reid était une machine sadique qui n'aimais personne. Comme moi. Et cet aspect de lui , cet aspect sans faille, j'y accordait toute mon admiration. « Tant qu'il ne me donnes pas de raisons de le corriger, je ne vois pas pourquoi je ferais quoi que ce soit. » Je tourne la tête vers lui pour l'observer un moment. Lui, maitre de lui-même. À force de le côtoyer je me rendais compte de certaines choses à son égard comme le fait qu'il était parfois un peu coupé du reste du monde. Il parlais de Marc comme s'il était un enfant qui demandais permission. Cela en reviens à ce que j'ai dis sur la vie précédemment. Ça ne fait rien Terminator, je t'apprendrai à être un peu plus humain ou du moins , à en avoir l'air.

- En m'obéissant, il t'a désobéit dans un sens.

Je souris un peu au coin des lèvres , amusée par la situation

- D'une certaine façon c'est comme si il travaillait pour moi maintenant.

Un peu d'audace n'a jamais fait de mal à personne. Il n'aimait pas que je fasse la forte tête mais l'ennui c'est que j'ai une forte tête. Jouer les soumises n'a jamais été ma tasse de thé. J'étais obéissante envers Sean Reid et je fonçais toujours les yeux fermés devant chaque chose qu'il me disait mais par moment il devait savoir que l'animal qu'il tenait en laisse était un fauve. Ce que , j'en suis convaincue , ne lui déplaisait pas réellement. Cette forte tête ferait n'importe quoi pour l'aider, même s'il ne lui a pas demandé et ça , une soumise ne le ferait pas. Il m'offrait une certaine liberté. Je sais qu'il était au courant de tout et qu'il était au courant pour la voiture et pourtant , il ne m'a pas sermonnée comme une enfant. J'avais l'impression qu'il saluait mon initiative et qu'il l'encourageait. C'était de ça que j'avais besoin. C'était en fait ce que j'attendais de lui. Je voulais défier les règles , vivre comme je l'entendais et surtout , le faire en tant que lionne puisque c'était qui j'étais réellement au fond. Cette fille , elle n'a pas froid aux yeux , elle s'ennuie dans la banalité , elle qui peut tellement faire plus. Elle qui en a les capacités. Sean Reid m'offrait l'occasion de devenir maître de moi-même. Comme lui. Avant que la voiture ne démarre, je le vois qui semble chercher quelque chose. Je l'observe curieuse et lorsqu'il sort une carte étant un faux permis, je prend le temps de l'observer dans sa main avant de tendre la mienne. « Bon anniversaire Marya, ceci est l'un des nombreux cadeaux que j'ai pour toi (...) » Doucement , un fin sourire sincère prend forme sur mon visage tandis que j'observe la carte. Tout avait l'air parfaitement en règle. Tout le mal qu'il a dû se donner pour faire cette carte. Moi qui m'étais imposée une barrière à son encontre , une barrière m'empêchant de le voir comme un frère ou encore un ami proche, voilà qu'il me donnait des raisons de l'abolir. Un patron ne viendrais pas chasser avec moi ce week end. Un simple patron ne m'offrirait pas de tels cadeaux. Un patron ne me protègerais pas autant. Seul un véritable ami pourrais le faire. D'autant plus qu'il avait songé au fait que c'était mon anniversaire. Je le regarde , enjouée par mon présent. Je me penche vers lui pour le serrer dans mes bras , lui offrant un petit baiser poli sur la joue.

- Merci Sean de t'être donné tout ce mal , c'est vraiment apprécié. Je n'aurais pas demandé mieux.

J'avais acquis un allié de taille. Avec lui , j'avais l'impression que rien ne pouvais m'arriver, que j'étais invincible. J'avais l'impression que quelqu'un veillait sur moi et c'était une des nombreuses raisons pour lesquelles je l'admirais autant. Je me rassois sur mon siège et je continue d'observer ma carte.

- J'étais convaincue que tu allais m'en vouloir d'avoir acheté cette voiture sans te consulter. Ma foi , on dirais que tu m'encourage

Et puis je me suis excusée pour cette voiture, lui révélant que je ne savais pas si il signerais ou non. Je devais avouer que notre relation était flou, je n'était pas très douée pour définir où j'en étais avec les gens. C'était là mon plus grand défaut. Moi qui n'était pas habituée à l'attachement , quand ca m'arrivait , je ne savais jamais où me situer , préférant me mettre le plus loin possible. Cette fois je m'était limité au professionnalisme. Il faut me comprendre dans un sens, je ne m'attache jamais , s'il fallait que je m'avance dans l'illusion d'une amitié et que cela me revienne en plein visage comme quoi , tout est faux, je ne supporterai pas la chute. Le peu d'attachement que je possède , je le protège du mieux que je peux. C'est ce que j'ai fais avec Sean Reid, avant qu'il ne me montre que pour lui , j'avais une certaine valeur surpassant le business. « J'vois pas pourquoi je ne l'aurais pas fait. » Je n'ai rien répondu, honteuse de l'avoir éloigné comme ça. Je me permis donc de ramener cette impression que j'avais , celle où il était mon Batman et moi son Robin. Dans notre cas , nous aurions dû être de super vilains mais bon, dans ma tête , nous menions une certaine justice. Une justice aveugle et illusoire. La loi de la nature, cette même loi qui dit que les plus forts l'emporte. Les prédateurs qui prennent le dessus sur les herbivores et qui en tire parti. Au diable les belles paroles et la vie en rose. Au diable les rêveries et l'espoir. Au diable le monde meilleur. Le monde ne changera pas. Il restera comme il est. C'est à nous de décider quelle sera notre position face à cela. Moi et Sean Reid , nous avons fait notre choix. Nous allons tirer le meilleur de ce monde et vivre au-dessus. Je voulais me faire de l'argent, beaucoup d'argent. Guérir ma mère et vivre au-dessus de la pitié des gens. Pour que plus jamais on ne me regarde de haut. Plus jamais je ne serai une victime de ce monde. Jamais.

Je vois alors mon Batman plonger sa main dans le sac derrière lui. je pris soin de lui faciliter la tâche en tirant un peu plus le sac vers lui et l'ouvrant davantage pour lui donner un meilleur accès à sa trouvaille. Quand je vis se poser sur mes genoux un pistolet, j'en devint bouche-bée. Je le pris entre mes mains avec précaution et je le détaillait comme si c'était la plus belle chose que j'avais vu de ma vie. J'étais sans mot pendant quelques secondes. Le retournant doucement entre mes mains , je finis par découvrir la gravure qui y était inscrite. Le mot «Lionne» y était. Quelque chose de personnel. Quelque chose qui était fait pour moi. Avec précaution , je glisse un doigt dessus détaillant la gravure qui y était posée. J'échappe un petit soupire d'excitation suivit d'une sourire à moi-même. Quelque chose que je ne croyais pas visible mais qui l'étais malgré tout. C'est là que j'ai eu l'impression que mon maître embrassait cette partie de moi que je gardais caché depuis longtemps. Qui j'étais réellement. À partir de cette seconde, il m'avait conquit. Je me suis fais la promesse de lui être éternellement fidèle. Cet animal qu'il tenait en laisse veillerais sur lui , tout comme il veillait sur moi. Je tourne la tête vers lui avec le même sourire que j'arborais depuis tout à l'heure.

- Il est génial. Vraiment. Voilà maintenant deux cadeaux illégaux.

J'échappe un petit rire

- Mais ils sont géniaux

Il poursuis alors en me donnant les détail de mon arme ainsi que son utilité. « (...) l'idéal est de t'apprendre directement à utiliser l'arme que tu devras déployer sur les choses tournent mal durant l'une de tes ventes ou quoi que ce soit. (...) » je dépose doucement mon pistolet sur mes genoux et je regarde devant moi. Je songe à ce qui s'est produit avec Marc. je me demande si j'aurais le cran de blesser quelqu'un de cette façon. Je sais bien que oui. Je le fais déjà , psychologiquement, en quoi est-ce différent ? Mais maintenant avec un pistolet, les blessures sont plus profondes. Cette fois mon envie de destruction peut me mener plus loin. Suis-je prête pour ça ? Je sais que je peux le faire. Je sais que j'ai le cran. Si Sean Reid me le demande, je le ferai. Et pourtant, il y avait une ligne qui se dressais devant moi. Une mince ligne entre le cap de la blessure et la mort. Si je franchis cette ligne , je ne serai plus jamais la même. Jusqu'à quel point suis-je prête à monter cette montagne ? J'approuve sérieusement ce qu'il me dit pour lui dire que j'ai bien compris. Nous continuons de rouler un moment et je regarde la route devant moi. Je finis par déclarer sans le regarder.

- Est-ce que tu t'attends à ce que je tue quelqu'un un jour?

je baisse les yeux vers mon magnifique présent songeuse et dans ce même esprit torturé , je finis par lui demander.

- Toi , tu as déjà tué quelqu'un ?

À moi il pouvait le dire. À quelque part, je savais que Sean était seul dans son aventure et qu'il l'avait toujours été. Il me l'a dit lors de notre première rencontre. Si c'était le cas alors personne n'est au courant de ses activités illégales. Personne n'aime cette partie de moi. Moi si. Je me considérais donc proche de lui. Peut-être plus proche de lui que sa famille elle-même qui sait. À moi , il peut parler.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Baron de la drogue | Voleur
|statut civil| : Tant d'amour et si peu de Sean.
|âge du perso| : 30

“Don't you know that killing is thrilling ? All the blood spilling, is all up on the drug dealing.”


“In the cookies of life, sisters are the chocolate chips.”


“Everything is strange, complex and complicated, but this are the features which make it incredible.”


“If they ask her, tell 'em that we're just good friends.”


“When your ex says : You’ll never find anyone like me. Just smile and reply : that’s the point.”


“Always two there are, no more, no less. A master and an apprentice.”

Hanna #2 | Marya #2 #3 | Stacy


|célébrité| : Stephen Amell
|crédits| : Avatar : Moi - Signature : Beylin
|pseudo/prénom| : Damien
|dcs| : Aucun
|nombre de messages| : 969


MessageSujet: Re: Prédateur & proie [Sean & Marya]   Dim 19 Juin - 16:38

Prédateur & proie - [PV Marya Lambert.]



Plus je passais du temps avec Marya, plus je trouvais que cette dernière gagnait en assurance. J'étais conscient qu'elle en avait depuis le début, malgré le fait que j'avais pu sentir une certaine peur en étant à mon contact les premières fois, lorsqu'elle s'était rendue compte de qui j'étais et ce dont je pouvais être capable. Mais là, je la voyais me provoquer gentiment comme si j'étais une personne tout à fait normale, comme si j'étais... en quelque sorte un ami ? Hum... j'avais de l'affection pour elle, mais les choses étaient bien trop complexes pour que je puisse qualifier ma disciple d'amie. Elle était à la fois ma disciple, une personne que j'appréciais et estimait, quelqu'un de la même espèce que moi et en quelque sorte mon héritage spirituel... bien trop de choses pour mettre un seul mot dessus. Mais bon... elle venait donc de me dire qu'en lui obéissant, Marc m'avait désobéit et qu'en quelque sorte, cela revenait à dire qu'il travaillait pour elle, désormais. Je ne voyais pas les choses sous ce point de vue bien évidement... mais était-ce étonnant ? Elle avait beau faire d'incroyables progrès ces derniers temps, il lui restait pourtant tant à apprendre... surtout concernant l'envers du business, ce qu'elle ne devait pas véritablement gérer puisque je m'occupais de tout ça pour l'instant, jugeant qu'elle ne devait se limiter qu'à la revente.

D'ailleurs, elle excellait particulièrement dans ce domaine, au point où depuis que je l'avais engager, les bénéfices ne faisaient qu'augmenter tout comme notre territoire qui était extrêmement vaste à présent. En logique, cela aurait du poser soucis avec la concurrence... mais mon temps libre m'avait justement permis de régler ce petit problème, afin d'être sûr et certain que ma protégée ne risque rien pour l'instant, bien que je ne pourrais sans doute pas la protéger éternellement. Mais après tout... c'était pour cette raison que je lui avais acheté un certain cadeau, non ? Car définitivement, je pensais à tout et il valait mieux être aussi méticuleux que moi si on souhaitait survivre dans un milieu aussi hostile, surtout depuis autant d'années. Généralement, les gens chutaient lorsqu'ils atteignaient le sommet, relâchant leurs gardes en pensant être invincible... cette erreur, jamais je ne l'avais faites et jamais je ne la ferrais... j'avais vu tant de monde se faire avoir de la sorte, j'avais réussi à faire chuter tant de barrons grâce à leurs stupidité et désormais, voilà où j'en étais. Néanmoins, l'heure n'était pas de songer à ma glorieuse carrière, mais d'éduquer la petite tête blonde à ma droite.


« SEAN REID »  
Je hais ceux qui obéissent aux doigts et à l’œil. Rien n'est plus ennuyant qu'une personne qui se contente d'être soumise sans chercher à désobéir de temps en temps. Il ne m'a peut-être pas écouté à ce sujet-là, mais il sait très bien où se situe les limites à ne pas franchir. Et ensuite... tu disais que c'était comme s'il travaillait pour toi ? Même en admettant que ce soit vrai, il ne travaille pas pour Marya Lambert, il travaille pour la disciple de Sean Reid. Ça peut sembler être la même chose pour toi, mais il y a une subtile différence entre les deux.  


Différence qui n'était pas bien dure à comprendre, d'ailleurs. Mais bon, le sujet Marc ne m'intéressait pas plus que ça aujourd'hui, il ne m'avait jamais intéresser à vrai dire vu que je ne voyais pas l'utilité de débattre au sujet d'un débile profond de cette espèce. A la place, j'avais donc offert son premier cadeau d'anniversaire à ma disciple, un faux permis qui avait absolument tout d'un vrai, il n'existait absolument aucun moyen de se rendre compte qu'il était factice. Cela nous ferait gagner un temps précieux en allant directement à l'essentiel, puisqu'elle ne ferait que perdre son temps en passant réellement son permis alors qu'elle savait déjà parfaitement manier un véhicule. Et comme on dit, le temps c'est de l'argent et il était hors de question de diminuer nos bénéfices lorsque ces derniers se trouvaient aussi élevé. Non pas que j'avais soif d'argent, en toute honnêteté, j'en étais arriver au stade où je pouvais vivre tranquillement sans jamais manquer de rien... j'avais même de quoi rendre les Reid riche sur plusieurs générations ! Mais... je voulais continuer à reprendre le malheur de la ville. Continuer à punir les faibles d'esprits, ceux qui n'étaient pas assez forts pour résister aux drogues. Je n'avais aucuns respects pour eux, aucunes pitiés, après tout, ce n'était que de la sélection naturelle, non ? Les puissants tel que moi se servaient des faibles qui n'avaient pas la force mentale pour survivre sans utiliser l’échappatoire que je leurs délivrait. Ceux que je ruinait à la fois financièrement et moralement méritaient leurs sorts... Après avoir donner son permis à la jeune femme, cette dernière me serra dans ses bras - et bien que je n'avais rien contre cet élan d'affection, il fallait peut-être qu'elle se rappelle que j'étais en train de conduire une voiture qui pourrait nous envoyer à la dérive avec ce genre de chose - pour ensuite déposer un baiser sur ma joue avant de me remercier et d'ajouter qu'elle pensait que j'allais lui en vouloir d'avoir pris cette voiture sans même me consulter.


« SEAN REID »  
C'est normal qu'en mentor encourage sa disciple, non ?


Après cette phrase, un certain temps s'écoula, pendant lequel je me contentais d'avancer sur la route nous menant à notre destination. Mais au bout d'un moment, je me décidais tout de même à aller chercher son autre cadeau qui se trouvait dans l'un de mes sacs, un cadeau bien plus insolite que le premier... une fois poser sur ses genoux, je guette sa réaction du coup de l’œil, sentant une pointe de curiosité pointer le bout de son nez. Après l'avoir longuement observer, la jeune femme se tourne vers moi pour me lancer un sourire parfaitement sincère, semblable à celui de tout à l'heure lorsque je lui avais offert son permis. Elle trouvait mon cadeau absolument génial, plaisantant sur le fait que ce n'était pas très commun comme présents, mais après tout... étions-nous des personnes comme les autres ? Absolument pas. Dans notre anormalité, ceci était notre normalité. La question que j'attendais de sa part fut alors posée... savoir si je m'attendais à ce qu'elle tue quelqu'un suivit d'une autre, bien plus personnelle... elle voulait savoir si j'avais déjà eu à assassiner quelqu'un, se disant sans doute que ça devait faire partie des risques du métier après tout.


« SEAN REID »  
Nous ne sommes pas des tueurs, vises en priorité les mains pour désarmer ou les genoux pour immobiliser. Mais si vraiment tu n'as pas d'autres solutions, si ta vie en dépend réellement, alors dans ce cas, soit sans pitié car la personne face à toi, elle, n'en aura aucune. Ce sera toi ou elle.


Et Marya devait obligatoirement survivre si ce genre d'affrontement venait à avoir lieu, je ne laisserais pas le contraire arriver. Et puis, les chances qu'elle se trouve dans une situation pareille étaient extrêmement faibles, presque impossible, mais bon... il valait mieux prendre ses précautions après tout...


« SEAN REID »  
Tu veux savoir si j'ai tué quelqu'un ? Non... pas encore du moins, mais je serais prêt à le faire si je n'ai pas d'autres options. Par contre j'ai déjà tabasser énormément de personnes, blesser tout autant, certains de façon assez importantes pour qu'il n'ai plus l'usage de certains membres. Mais comme je te l'ai dis, je ne suis pas un tueur.


Bien que cela pouvait paraitre assez étrange venant de moi, j'avais certains principes dont le fait de ne pas prendre la vie. Assez paradoxal lorsqu'on savait que j'en détruisait énormément, mais bon... jetant un coup d'oeil sur le GPS, celui-ci m'indiqua alors que nous étions arriver, je n'avais plus qu'à garer la voiture et aussitôt, nous pourrions descendre et faire ce que Marya avait prévu de faire pour son anniversaire.


SEAN REID

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Prédateur & proie [Sean & Marya]   Dim 26 Juin - 3:04


Prédateur & proie




Je lui ai parlé de Marc et de son comportement des derniers temps. Moi ça m'amusais de penser que j'avais recycler notre ex revendeur. Après l'incident dans la salle de gym, il était claire que notre ami commun ne nous offrirais plus ses services et pourtant ..... Je l'ai repêché. Comme quoi , il y avait des choses que mon mentor n'avait pas besoin de m'apprendre. Sean Reid demeurait un mystère pour moi mais avec le temps, j'ai appris à le connaitre un peu. Son orgueil , sa fierté , je commençais à m'y habituer. Ça ne fais rien, je me régale du peu que j'arrive à deviner. « Je hais ceux qui obéissent aux doigts et à l’œil. Rien n'est plus ennuyant qu'une personne qui se contente d'être soumise sans chercher à désobéir de temps en temps. [...] » J'exprime un petit recul de la tête tout en regardant devant moi surprise. Il se fou de moi ou quoi ? Il ne fais que ça, tout contrôler constamment. Il est un maniaque du contrôle et il veut me faire croire qu'il n'aime pas qu'on lui obéisse ? Moi quand je lui désobéis , j'ai droit à un de ses regards et même à un discours ! Regardant devant moi , je m'exprime un peu confuse.

- Est-ce que je dois comprendre quelque chose ? Je ne devrais pas jouer les soumises donc .... ?

Et oh grand dieu qu'il savait comme je savais défier les règles. Comme quoi , ça ne lui déplaisait peut-être pas que je lui désobéisse ou même que je le provoque de temps en temps. Moi qui l'écoutais au doigt et à l'oeil dernièrement, peut-être en viendra t-il à détester le monstre qu'il a créer. « Et ensuite... tu disais que c'était comme s'il travaillait pour toi ? Même en admettant que ce soit vrai, il ne travaille pas pour Marya Lambert, il travaille pour la disciple de Sean Reid.   Ça peut sembler être la même chose pour toi, mais il y a une subtile différence entre les deux. » La différence entre les deux ? Son égo. Je l'avais provoqué en disant cela et le résultat était là : Il s'assurait de me remettre à ma place. Il voulait mettre les choses au clair entre nous : Je ne suis qu'un grain de poussière face à lui. Et pourtant , malgré ses tentatives , il ne m'atteignais pas. J'étais consciente des progrès que je faisais.

- Il n'y a aucune différence en réalité. La disciple de Sean Reid se nomme Marya Lambert . S'il y en a une , c'est toi qui l'a créer.  

J'ose enfin le regarder. J'essayais de comprendre pourquoi c'était si important pour lui de me garder aux bas étages. Pourquoi il avait vu la nécessité de préciser que je n'avais rien accompli en allant chercher Marc. Moi, pour qui son approbation était si importante. Moi qui aspirait à sa reconnaissance. Moi qui me pliait à ses volontés. J'aurais aimée le voir autrement que comme un mentor à la fois cruel et attentionné. J'aurais aimé que mon admiration pour lui ne sois pas vide. Quand il agissait de cette façon , cela en rendait les choses plus difficile. Je ne demandais rien. Je n'attendais pas de lui qu'il n'ai une quelconque affection pour moi , ni même de la reconnaissance. Mais je ne le laisserais pas m'enlever mon nom. Je ne le laisserai pas me voir comme une vermine. Le regard qu'il a au fond des yeux , ce regard qu'il a pour les gens , le même qu'il avait pour Marc .... Je ne le laisserai pas poser ce regard-là sur moi.
Plus tard, Sean Reid m'a offert un cadeau et en guise de remerciement , je me suis penchée vers lui pour le serrer dans mes bras. Je me fichait éperdument de notre barrière professionnelle. J'étais enchantée par mon présent et d'autant plus que dans ce cas-ci, même s'il ne l'admettra jamais , il a eu de la reconnaissance pour moi. Ce titre bien gravé sur mon arme laissait entrevoir un petit clin d'oeil à ma personne. Si c'est de cette façon que Sean Reid se montre clément alors soit, je le prends. Bien qu'il soit en train de conduire , je lui avais montré ma gratitude par un baiser sur la joue. Je me rassois sur mon siège pour regarder mon présent de nouveau mais juste avant, je me permet de l'observer du coin de l'oeil. Il avait son air sérieux de tout les jours, le seul que je connais de lui. Un sourire se dessine au coin de mes lèvres à savoir que mon Terminator restait fidèle à lui-même.
« C'est normal qu'en mentor encourage sa disciple, non ? »Tout naturellement , un sourire s'est glissé. Je ne lui ai pas répondu, je me suis contentée de regarder devant moi. Oui oui ... Un mentor encourage son élève certes mais rarement pour commettre des actes illégaux. Ce serait insensé de croire que Sean me conduisait dans la mauvaise voie. J'y courrais déjà toute seule avant de le rencontrer. Peut-être que sans son intervention, j'aurais fini par me faire choper par la police. Mon Batman se contentait simplement de me fournir les outils pour bien le faire. Voilà tout.
Tenant mon pistolet entre mes mains, contre mes genoux, je ne pouvais détacher mes yeux de celui-ci. Je l'admirais dans toute sa splendeur mais dans tout ses malheurs aussi. Chasser avec une telle arme s'avérerait un réel plaisir. Je savais par contre que ce n'était pas dans ce but que mon Terminator m'avait offert un tel présent. Je savais que sa trajectoire viserais principalement des humains. Le fondement de ma question provenait de là. Jusqu'où Sean Reid allait me conduire ? Il m'expliqua dans son langage technique comment me servir de mon arme. Comment m'en servir intelligemment sans commettre l'interdit. Il avoua plus tard que malgré ses conseils , il ne fallait pas mettre de coté l'éventualité du pire. L'ennui avec moi , c'est que ma vie compte énormément. L'hésitation sera donc très mince dans mon cas. « [...] alors dans ce cas, soit sans pitié car la personne face à toi, elle, n'en aura aucune. Ce sera toi ou elle. »

- Ce sera elle

J'avais répondu comme un automatisme et avec une telle conviction que ça en était presque effrayant. Sur une note un peu plus douce, j'ajoutai :

- Tu me donne ça pour que je t'aide avec la concurrence c'est ça ?

C'était ce que j'avais cru deviner. M'infiltrant dans des zones plus large, j'étais consciente que nous allions bientôt franchir les limites de son empire. Il ne m'est jamais rien arrivé pour l'instant. Deux ou trois petits malins croyant pouvoir me voler mais bon ... Avec les séances d'entrainement de mon Batman, je leur ai offert la correction de leur vie. Ce qui avait de bien avec Sean comme professeur c'est que j'apprenais à me défendre face à des personnes beaucoup plus grandes et beaucoup plus fortes que moi. Je peaufinais quelques trucs dans ce sens

- Tu le sais que je pourrais t'aider

Je voulais qu'il arrête de me voir comme une gamine. Je voulais qu'il place un peu plus d'estime en moi et qu'il me fasse découvrir plus de choses quant au business. Je voulais être plus que son employée. Je voulais être son acolyte. Celle qui pourra lui porter main forte dans n'importe quelle situation. Celle qui saura quoi faire si un jour il se retrouve en mauvaise posture. Je ne veux pas être la gamine qui apprendra la disparition de son Terminator et qui ne pourra rien faire d'autre que s'inquiéter pour lui. « Tu veux savoir si j'ai tué quelqu'un ? Non... pas encore du moins, mais je serais prêt à le faire si je n'ai pas d'autres options. [...] » Bien sûr que tu le pourras. Sa réponse m'a semblé étrange moi qui était convaincue que dans ce business c'était un pré-requis. Il fallait croire que non. Sean Reid venait de me rassurer. Comme quoi , on pouvait être une mauvaise personne sans nécessairement toucher le fond. Un faible sourire est apparu sur mon visage tandis que je le regardais rassurée. Suite à cela, la voiture ralenti. Un chalet s'impose devant nous. Il n'était pas très grand mais pour les aventuriers qui demande le strict minimum , ce chalet leur semblerait luxueux. Des pièces séparées , l'électricité , l'eau courante et une chambre. Je n'avais pas prévue que mon Terminator m'accompagnerais lorsque je l'ai loué mais bon, ça ne fais rien. Je dormirai sur le canapé ou ce sera lui qui le fera. Distraite , je répond à la hâte

- Attend moi dans la voiture

Il ne fallait surtout pas que mon Batman ne vienne tout gâcher avec son allure. Ce n'est pas qu'il ne parait pas bien, tout au contraire mais pour le plan que j'avais concocté, il n'allait pas dans le décor. Je sors avec mon sac à main , celui-ci ne contenait rien, ce n'était qu'un costume , le manteau chic aussi n'était qu'une parure. Ainsi vêtue avec mes cheveux tressés sur un coté, j'étais beaucoup trop chic pour faire du camping. Un vieil homme sors de son camion. Je m'avance vers lui avec un petit sourire « Bonjour mademoiselle. Est-ce que c'est avec vous que j'ai parlé au téléphone ? Mademoiselle Marya ? »

- Oui oui c'est moi

Je lui fais la bise poliment sur les deux joues. Lorsque j'ai appelé ce monsieur, je lui ai fais croire que j'organisais un petit camping entre fille pour fêter une compétition de danse dont nous revenions, moi et ma classe .Nous étions donc très loin d'un week end de chasse . C'était le but puisque la chasse était interdite. J'ai fais ça car je croyais obtenir des fusils qui n'auraient pas de silencieux. Je me suis donc dit que si quelqu'un parle de coup de feu, jamais on ne penseras à moi , même si on en venait à faire une description physique. « Vos amies vont arriver ? »

- Oh oui mais un peu plus tard, moi je suis juste très en avance pour régler les tarifs et les dépots.

Je sors alors de mon sac à main l'argent promis et je lui remets. Tandis qu'il compte, je remarque son regard qui scrute parfois mon Terminator dans la voiture. Je suis sa trajectoire et je me rend compte que Sean Reid le gêne peut-être. Je souris enjouée

- Oh lui c'est mon grand frère , il vient juste me porter pour s'assurer que je n'aille rien. Il veut pas que je reste toute seule en attendant que les filles n'arrivent. Ah les grands frères ! Ils nous laisse jamais respirer !

L'homme réprime un petit sourire en coin tandis qu'il compte l'argent. « Ah le brave garçon , c'est bien. » Je penche la tête un peu inquiète

- Est-ce c'est sécuritaire dans le coin ? Des fêtards ou même des chasseurs il y en a ?
- Tu ne devrais pas dire ça à ton grand frère mais malheureusement il y a des chasseurs parfois. C'est une zone interdite en plus mais que voulez-vous, ils viennent quand même
- Oh ! C'est affreux ! Il y a des gardes forestier j'espère ?
- He ! Vous savez comment c'est hein mademoiselle, le gouvernement parle de protéger la faune mais quand vient le temps d'investir .... Il y en a bien sûr , mais on ne les voit pas. Vous ne devriez pas avoir de problème dans ce coin-ci , rassurez-vous ma petite , vous et vos amies ne craignez rien. Les chasseurs , ils vont plus là-bas car c'est là que se trouve le gros gibier.  
- Oh fiou ! Vous me rassurez là ! Mon frère me laisserais jamais sinon !
- Nooonn vous en faites pas je vous dis. Ok , le compte est là. Je vous laisse ma chère , amusez-vous bien d'accord ?
- Ouuiiii merci George, un bon week end à vous aussi !


Et je le salue gentiment d'un air angélique. Il me remet les clés puis repars dans son camion. Échec et mat , je savais donc désormais qu'il n'y avait pas de garde forestier dans la région et qui plus est, où se trouve le meilleur terrain de chasse. J,ai fais d'une pierre deux coups. Quand il quitte pour prendre le sentier, il passe à coté de mon 4x4 et offre un poli signe de tête à Sean Reid. Il s'arrête à coté de ma voiture pour s'adresser à lui. « Vous en faites pas pour votre soeur mon garçon , c'est un coin tranquille ici » et il est repartit. J'attends sagement qu'il entame le sentir pour quitter les lieux avant d'aller vers mon 4x4 pour sortir mon sac de gym. Je tire mon manteau qui ne ferait que me ralentir. J'enlève mes botines chic pour les remplacer par de vulgaire bottes noires longues de chantier. Je marche vers le chalet en compagnie de mon présumé grand frère.

- Va falloir décider qui est le plus princesse entre toi ou moi car il y a un lit et un canapé pour dormir.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Baron de la drogue | Voleur
|statut civil| : Tant d'amour et si peu de Sean.
|âge du perso| : 30

“Don't you know that killing is thrilling ? All the blood spilling, is all up on the drug dealing.”


“In the cookies of life, sisters are the chocolate chips.”


“Everything is strange, complex and complicated, but this are the features which make it incredible.”


“If they ask her, tell 'em that we're just good friends.”


“When your ex says : You’ll never find anyone like me. Just smile and reply : that’s the point.”


“Always two there are, no more, no less. A master and an apprentice.”

Hanna #2 | Marya #2 #3 | Stacy


|célébrité| : Stephen Amell
|crédits| : Avatar : Moi - Signature : Beylin
|pseudo/prénom| : Damien
|dcs| : Aucun
|nombre de messages| : 969


MessageSujet: Re: Prédateur & proie [Sean & Marya]   Ven 1 Juil - 4:46

Prédateur & proie - [PV Marya Lambert.]



Il y avait quelque chose qui pouvait être dangereux avec Marya, extrêmement dangereux si je ne parvenais pas à la canaliser comme je me devais de le faire : son ambition. Elle avait soif de défis et je savais que tôt ou tard, elle souhaiterait passer à l'étape supérieur dans le monde dans lequel nous évoluions, qu'elle finira par se lasser de vendre de l'herbe à des tocards et voudra faire plus, bien plus. Hors, pour l'instant, je ne la jugeait pas encore prête... alors qu'elle devait penser le contraire, se projetant déjà comme étant mon égal sans doute, ce qui était faux. Elle ne pouvait pas m'égaliser, pas maintenant, pas encore... il lui restait tant de choses à apprendre, tant de choses que j'avais dû apprendre à mes dépends après tant d'années passée dans ce business. Comme quoi, elle avait énormément de chances de m'avoir auprès d'elle, cela lui permettrait d'acquérir de l'expérience bien plus rapidement que moi-même à l'époque puisque je n'avais personne pour me guider, pour me permettre d'éviter les obstacles de la route du succès qui m'avaient ralentis pendant de nombreuses années. 

Mon employée m'adressa alors la parole, concernant le degrés d’obéissance qu'elle me devait. Sur le coup, j'eus l'impression de ne pas avoir été assez clair avec elle. Bien évidement, je ne voulais pas qu'elle soit totalement en roue libre, n'obéissant qu'à elle-même, car ce serais le moyen le plus efficace pour l'envoyer dans le mur. Mais en faire une soumise n'était pas quelque chose que je désirais. Je la formait pour que plus tard, elle puisse être mon égal, hors, elle ne pouvait pas l'être si elle écoutait aux doigts et à l’œil, si elle n'était qu'une pauvre esclave qui se contentait d'obéir bêtement sans même prendre la peine de se demander si l'ordre qu'on lui donnait se trouvait être le bon ou non. Je formais une apprentie, pas un chien de chasse.


« SEAN REID »  
Qu'on soit bien clair, tu dois bien évidement m'obéir puisque c'est la base de ton apprentissage. Mais tu ne dois pas tomber dans l'extrême, car tu dois être capable de prendre tes propres décisions et tes propres initiatives par moment, choses que tu ne parviendras jamais à faire si tu es soumise, car tu n'auras pas été habituée à travailler par toi-même, mais par mes instructions. Et ça, c'est très bon pour former des parfaits petits chiens qui obéissent au doigt et à l’œil, mais c'est extrêmement mauvais pour former une personne qui avec le temps, s'élèvera au même rang que moi, un rang qui ne s'obtient pas en étant soumis.


Bien évidement, personne n'avait jamais réussi à me soumettre... qui donc pouvait me faire ça à moi, Sean Reid ? Même en ce qui concernait l'autorité d'ailleurs, jamais je n'avais été un garçon obéissant et encore moins avec mon père ce qui me valait d'être frapper de nombreuses et nombreuses fois par cet être infâme dont je partageais les gênes... tss... rien que d'y penser, cela me donnait envie de vomir... je détestais ce déchet de la nature plus que tout au monde et aurait souhaité faire bien plus que prendre ma revanche sur lui, physiquement parlant... mais l'heure n'était pas de penser à mon géniteur, mais de me concentrer sur la route qui nous mènerait au chalet où nous allons passer un week-end pendant lequel j'allais pouvoir former Marya à l'utilisation des armes à feu. Je venais alors de faire une petite remarque à la blonde pour tenter de lui faire comprendre quelque chose, mais visiblement, elle n'avait pas saisit le sens exact de ma phrase... je ne voulais pas la rabaisser, ce n'était pas mon genre de procéder ainsi, surtout qu'elle attachait beaucoup d'importances à mon avis et j'étais parfaitement conscient de ça. Tout en conduisant, je secouais la tête de gauche à droite, lui démontrant qu'elle avait tord.


« SEAN REID »  
Ce n'était pas dans ce sens-là que tu devais le comprendre. Travailler pour Marya Lambert impliquerait de te craindre ou de te respecter. Travailler pour la disciple de Sean Reid implique le fait que ce n'est pas toi qu'il craint ou respecte, mais le spectre de ma personne qui plane au dessus de toi, le fait qu'il pense directement à moi et ce que je pourrais lui faire s'il viendrait à désobéir à mon élève. La différence se situe là et donc, comme je l'ai dis, il travaille effectivement pour la disciple de Sean Reid. Mais ne t'en fais pas... le respect ? Tu le gagneras. La peur ? Tu le provoqueras. Ton nom ? Ils s'en souviendront. Et ce tout en conservant ce rôle que tu t'es créer.


Ponctuant cette phrase par un léger sourire en coin, je tournais la tête vers Marya. Elle allait devoir s'armer de patience pour que les choses que je venais de lui prédire puisse devenir réalité, mais une fois qu'on y parviendra tout les deux... le futur que je voyais en cette fille était impressionnant, elle-même ne devait sans doute pas se douter de tout le potentiel que je pouvais dénicher en elle. Quelques mois me suffiraient à faire d'elle mon égal, j'en étais persuadé... Le voyage se déroula donc dans un silence des plus profonds, de temps à autres interrompus par quelque phrases qui s’échangeaient de mentor à disciple ou de disciple à mentor. J'avais également pu offrir ses deux premiers cadeaux d'anniversaires à la jeune femme qui semblait être ravie de ces cadeaux... peu communs, avouons-le ! Car ce n'était pas tout les jours qu'on recevait un faux permis et un 9mm équipé d'un silencieux... mais bon... pouvait-on réellement attendre quelque chose de normal dans cette histoire ? Après tout, vu le milieu dans lequel nous nous trouvons, c'était tout à fait normal. Et en parlant de ces cadeaux... je lui expliquait dans quelle circonstance elle allait devoir utiliser cette arme, lui indiquant que dans des situations dangereuse, ce sera elle ou la personne. Marya m'avait répondue avec un tel naturel et un automatisme, comme si c'était parfaitement normal... ce qui était parfait, puisque je pouvais aisément deviner qu'elle le ferait, effectivement. Une question me fut poser par Marya, montrant qu'effectivement, elle ambitionnait à bien plus que ce que je lui donnais pour l'instant... me rajoutant que je savais certainement qu'elle était capable de m'aider...


« SEAN REID »  
Je le sais, mais pour l'instant Marya, tu n'es pas totalement prête. Mais tu vas bientôt grimper quelques échelons si tu veux savoir... je n'en dirais pas plus pour l'instant


Il valait mieux qu'elle ne sache pas ce qui l'attendait pour l'instant, car le fait d'avoir hâte pouvait influencer sur son travail actuel et ça, il en était tout simplement hors de question ! Son boulot était parfait pour l'instant et la cadence ne devait pas baisser si nous voulions des bénéfices parfait. Le temps passa ensuite et nous arrivions assez rapidement au chalet. Là-bas, Marya décida de me laisser en arrière pour parler seule au propriétaire, jugeant sans doute que je n'étais pas la personne la plus appropriée pour m'occuper de cela. Pourtant, elle pourrait bien être étonnée de l'image que je pouvais donner de moi. Mais soit... je décidais de laisser faire ma disciple, attendant dans le véhicule en observant la scène... finalement, l'homme commença à partir pour finalement se stopper à coté de moi, m'assurant que je n'avais pas à m'en faire concernant "ma sœur" car le coin était tranquille. Sur cette phrase, il s'en allait et une fois qu'il disparu de notre vue, Marya sortie son sac de gym. Pour ma part, je sortis du véhicule et attrapais les deux sacs que j'avais déposé dans la voiture. L'un contenant mes affaires et l'autre contentant... des affaires bien différentes... ainsi que les prochains cadeaux de ma disciple. Bien que le deuxième était assez lourd, je le soulevais sans aucune difficulté, suivant la blonde en direction du chalet, cette dernière m'apprit qu'il n'y avait qu'un seul lit et l'autre personne devrait donc dormir dans le canapé. Tout en l'observant, je continuais à marcher en lui répondant assez simplement.


« SEAN REID »  
Le lit est pour moi. Honneur au patron, non ?


Et puis, des deux, j'étais le plus âgé, donc, par respect, elle se devait de me céder le lit... même si mon âge n'était qu'un prétexte étant donné que je n'étais pas si vieux que ça et que quand bien même, j'étais la personne avec la meilleure condition physique des deux. Mais soit... entrant dans le chalet, je me rendis rapidement compte qu'il n'était pas des plus luxueux, mais qu'il ferait parfaitement l'affaire. Je déposais assez rapidement le sac contenant mes affaires sur le lit et l'autre au pied de celui-ci.


« SEAN REID »  
Tu peux jeter un coup d’œil à l'intérieur de ce sac si tu veux. Puis prendre des munitions pour ton arme et sortir mon arc si tu veux bien, je comptes utiliser ça pour l'instant.

Tout en parlant, je déboutonnais la chemise que je portais pour l'ôter et l'envoyer valser sur mon lit, fouillant dans mon sac pour en ressortis un débardeur noir que j'enfilais assez rapidement. Avec ça, je serais bien plus à l'aise pour chasser après tout




SEAN REID




     
I'm the danger
If strippers can be called exotic dancers, then drug dealers should be called exotic pharmacist.
#TeamFéeChelou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Prédateur & proie [Sean & Marya]   Dim 3 Juil - 16:00


Prédateur & proie




Encore une fois , je m'étais trompée sur mon Terminator. L'homme que j'avais cru voir quelques instants plus tôt était revenu. J'ai eu tort de penser que Sean Reid me considérait comme un coup de vent. Il venait de me rassurer quant à la place que j'avais auprès de lui. Le robot laissais place à une parcelle d'humanité. Juste ce qu'il faut pour me raviver. « [...] tu dois être capable de prendre tes propres décisions et tes propres initiatives par moment [...] Et ça, c'est très bon pour former des parfaits petits chiens qui obéissent au doigt et à l’œil, mais c'est extrêmement mauvais pour former une personne qui avec le temps, s'élèvera au même rang que moi [...] Bien que ce soit un discours typique à la Sean Reid, j'étais animée par ce qu'il me disait. Le regard tourné vers lui, je crois que mes yeux brillaient. Il me disait de rester moi-même , dans mes initiatives , dans mes décisions mais aussi dans mon obéissance. La meilleure partie fut celle où il avoua qu'un jour, je serai son égal. Ces mots, c'était tout ce que je voulais. Tout ce que j'avais voulu et pour un anniversaire, c'était le timing parfait. J'attendrai alors , je serai patiente et je vais arrêter de vouloir sauter des étapes. Il saurais mieux que moi jusqu'où je devrai m'avancer et à quel moment je devrai le faire. Je ne devais pas négliger l'expérience de Sean Reid. Il calculait toujours tout , je serais naïve de croire que je savais quoi que ce soit mieux que lui. Un mince sourire était présent sous la montagne d'admiration qui naissait en moi. Je ne pus réprimer rien d'autre qu'un simple « Ok » la gorge nouée. Je regarde devant , la route qui s'offre à nous n'arrivant pas à décrocher le petit soulagement que j'avais. Je gardais pour moi le fait qu'il n'aurait jamais réussis à faire de moi une petite fille purement obéissante. Mais ça , je crois qu'il l'avait déjà remarqué. Depuis le début, j'ai eu quelques écarts. Je faisais de mon mieux pour l'écouter mais par moment, je ne pouvais pas m'empêcher de ne faire qu'à ma tête.

« [...] Travailler pour la disciple de Sean Reid implique le fait que ce n'est pas toi qu'il craint ou respecte, mais le spectre de ma personne qui plane au dessus de toi, [...] » Continuant dans ce sens , j'eus droit à un second discours mais ce fut pour la bonne cause. Il me faisait comprendre son point de vue. Il avait bien raison d'ailleurs. Ce n'était pas de moi que Marc avait peur mais de Sean. Pour l'instant , j'arrivais à mes fins en allant attiser la pitié ou la bonté des gens. Je devais avouer par contre que par moment, la peur m'aurait été utile. Dans le cas de Marc, je le contrôlait par son héroïsme. Quel sentiment idiot vous me direz et je suis bien d'accord. Je lui ai fais croire que j'avais peur de Sean Reid et lui, il m'aidait de toute les manières possibles et imaginables, m'écoutant au doigt et à l'oeil comme s'il voulait être près de moi pour me protéger de la connerie dans laquelle je me suis mise. Ce doit être l'explication logique je présume. Quand on sait ce qu'il en est, l'héroïsme de Marc tombe dans le ridicule. Je sais que de cette façon, si il parle un jour de se retourner contre Sean Reid, il viendra m'en parler, croyant que j'étais de son coté et que je partageais la même peur que lui. Sean Reid m'intimide certes mais je n'ai pas peur de lui. Je n'ai pas de raisons d'avoir peur. Tant que je ne m'écarte pas , il n'a aucune raison de se fâcher contre moi. Je souris davantage quand il m'assura que je finirai par obtenir le respect et la peur des gens. La tête accotée contre le dossier je souris amusée.

- C'est certains qu'avec de tels arguments, j'ai de quoi faire peur

Dis-je en lui désignant mon arme. Utiliser l'ombre de mon mentor pour faire peur aux gens mélangé à ma pitié , c'était comme créer un cocktail molotov.
« Mais tu vas bientôt grimper quelques échelons si tu veux savoir... je n'en dirais pas plus pour l'instant» Je le regarde sérieusement de manière réfléchie. Je savais bien que quelque chose s'en venait. Il ne pouvait pas me donner simplement cette arme pour me faire plaisir. Je ne craignais pas ce qu'il me réservait. Je n'avais pas peur. Je n'étais par contre pas curieuse non plus. J'allais profiter de la petite sérénité que je possédais et affronter la vague tête première lorsqu'elle arrivera. Quand on regarde la vie que je me concoctais à petit feu, on pourrais me traiter de cinglée. Comme quoi ce n'était pas normal pour une gamine de 19 ans de se lancer dans de tels projets. D'aussi loin que je me souvienne , je n'ai jamais eu la même vie que mes camarades de classe. J'ai longtemps prétendu que oui mais jamais je n'y ai été proche. Pendant des années, mon frère volait pour pouvoir rapporter un peu d'argent à la maison. Il m'a montré que je devais prendre ce qui me revenait de cette vie. C'est exactement ce que je faisais et ce que je comptais faire pour les années à venir. Terminé les salaires de misère dans un petit café. Terminé les dettes. Terminé de languir devant les vitrines face à des choses que je ne pourrai jamais m'offrir. Terminé tout ça. Je prends et je ne m'arrêterai pas , peu importe ce qu'on en pense.

Nous étions désormais arrivés au chalet. Je laissais le choix à mon mentor entre le lit ou le canapé , je le faisais juste pour faire la conversation mais pour dire vrai je m'attendais à ce qu'il ne laisse la place du lit à la petite danseuse fragile. Non , ce n'est pas du tout ce qui est arrivé. « Le lit est pour moi. Honneur au patron, non ? » Je freine le pas durant une demie-seconde pour le toiser, lui et son petit air. Je roule des yeux marmonnant à moi-même un petit « Évidemment » Derrière lui, je lui lance

- Bien sûr mais c'est toi la princesse dans ce cas

Avais-je lancée dans une tentative désespéré de lui faire changer d'avis mais non. Il va dans la chambre et balance son sac sur le lit. Je dépose le mien sur le canapé et je le rejoins à la chambre. Je m'arrête et m'accote contre le cadre de la porte. « Tu peux jeter un coup d’œil à l'intérieur de ce sac si tu veux. [...] » Je m'apprête à m'exécuter mais je stoppe mon mouvement en le voyant retirer sa chemise. Qu'est-ce qu'il fait ? Il est pas gêné lui ? Et suite de quoi , j'ai eu une absence. Immobile, je le regarde. Il faut me pardonner, c'est pas comme si on voyait des athlète pareil deux fois dans une vie. Et je ne parle pas de ceux qu'on voit à la télévision ou dans un journal. Ceux que l'on voit en vrai. Comme mon mentor à quelques pas de moi. Les yeux ronds, je ne bouge toujours pas tandis que je le détaille du regard. Hé ho , je n'ai que 19 ans moi , dire que ça me laissais indifférente, ce serait mentir. Quand il enfile son débardeur, j'ai un sursaut , je me réveille enfin. Je me racle la gorge.

- Hé ho, fais pas comme si t'étais tout seul. Je te signale qu'on est deux. Tu peux pas te changer n'importe où en présence d'une lady 

Les bras croisés, je lui avait balancé ça histoire de mettre les choses au clair. Va bien falloir qu'il arrête de se prendre pour le roi du monde et ça me rendrait plutôt service s'il pouvait éviter de se changer devant moi de cette manière. C'était plutôt perturbant que mon Terminator me mette dans cet état. Non merci. Je fonce vers le sac et je fouille dedans. Je retire mon pistolet que j'avais accroché à l'arrière de mes pantalons comme le faisait les chefs de police. Je prend les munitions et je cherche comment recharger mon arme. C'est la première que je possède, faut me pardonner, je ne sais pas trop comment ça fonctionne. Je finis par donner mon 9mm à mon mentor pour qu'il me montre comme le recharger. Pourtant, pendant ce temps je remarque l'arc dans le sac. Distraite, je le tire hors de celui-ci pour le contempler. Rien à voir avec les outils bon marchés qu'on voit. Celui-ci semblait bien récent et plutôt performant. Sportive de nature , j'en avais déjà fait dans un camp d'été, j'ai même menacé un petit garçon qui me cherchait les emmerdes en tirant sa grenouille. BAM , une flèche en pleine gueule , pas le temps de sauter pour m'échapper. Tous les enfants du camp se sont mis à hurler en voyant ça et puis bon, ça a été le bordel. J'ai été punie mais ça ne m'avait pas calmée , au contraire, je me délectais de l'expression de tout les enfants du camp quand ils me croisaient. Pas étonnant que je n'aille pas eu d'amis à l'époque. Tandis que j'observe le sublime objet, je tire un peu la corde juste pour voir la pression qu'elle faisait.

- Un arc ? Tu fais pas dans la dentelle on dirait.

Je pose l'arc et mes mains sur le lit d'un coup et je me penche vers lui.

- Ok je sais que c'est le tien mais tu crois que je pourrais l'essayer ? Toi tu as le lit après-tout..

Et puis bon, pour me donner plus de chance de m'amuser avec son arc, j'ai mis un soupçon de yeux de chatons égarés. Quoi que Terminator comme il est , je doute que ça ne le frétille un tant soit peu. On ne perd rien à essayer.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prédateur & proie [Sean & Marya]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prédateur & proie [Sean & Marya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sean Costello
» Décès de Sean Costello
» Sean Lennon
» Sean Cheesman évoque Michael
» Sean O'BOYLE, né en 1963

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum