AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 L'abominable petit homme du Rock [Stephan & Taïla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en cinéma | Assistante technique sur un plateau de tournage
|statut civil| : Do you remember me like i remember you ?
|âge du perso| : 27

Seems like everybody's got a price I wonder how they sleep at night. When the sale comes first And the truth comes second Just stop, for a minute and Smile Why is everybody so serious! Acting so damn mysterious You got your shades on your eyes And your heels so high That you can't even have a good time. Everybody look to their left Everybody look to their right Can you feel that Well pay them with love tonight... It's not about the money, money, money We don't need your money, money, money We just wanna make the world dance Forget about the Price Tag

Hands Put your empty hands in mine And scars Show me all the scars you hide And hey, if your wings are broken Please take mine so yours can open too Cause I'm gonna stand by you Oh, tears make kaleidoscopes in your eyes And hurt, I know you're hurting, but so am I And love, if your wings are broken Borrow mine so yours can open too Cause I'm gonna stand by you Even if we're breaking down, we can find a way to break through Even if we can't find heaven, I'll walk through hell with you Love, you're not alone, cause I'm gonna stand by you


MES SUJETS GNIAHAHAH

HANNAH STEPHAN MIA
|célébrité| : Gabriella Wilde
|crédits| : schizophrenic
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Marya & Daniel
|nombre de messages| : 38


MessageSujet: L'abominable petit homme du Rock [Stephan & Taïla]   Sam 30 Juil - 14:09


L'abominable petit homme du Rock




Cette semaine , une star du rock serait interviewer à l’émission où je travaille. Moi , moi je ne suis qu’une assistante technique. En fait , puisque je ne dis jamais non à rien ni personne, je suis un peu devenue l’assistante de tout le monde. Taïla fais-ci , Taïla fais-ça. Et moi j’accours moindrement qu’on crie mon nom. Même pour aller chercher les cafés de tout le monde. Je ne fais que des tâches ingrates et pourtant quand j’arrive, ça crie mon nom à tue-tête comme si la planète reposait sur mes épaules. Des gens se permettait parfois de manquer le boulot et je recevais alors un message texte avec des instructions précise, comme dans un film d’espion. Je ne manque pas de boulot, ni d’aventure dans le coin. Hier soir chez moi , on m’a texté sur mon téléphone pour me demander de réserver les billets d’avion de notre invité de ce week end. Et je l’ai fais …. Pathétique je sais mais je suis comme ça. Tant que je sois heureuse là-dedans, je vois pas le mal non ? Depuis une semaine sur le plateau, on ne parlais que de la star du rock Death Mouth aussi appelé  le King. Il dis à qui veut l’entendre qu’il a révolutionné le rock et qu’il en est maintenant le roi. Hé ben dis donc …. Des fans , il y en avait à la tonne sur le plateau mais aussi mordus puisse t-ils être, ça ne leur donnait pas plus envie qu’il faut de travailler. Donc, je ne devais pas travailler ce matin mais on m’a quand même appelée pour remplacer quelqu’un. À votre avis , qu’est-ce que j’ai dis ? Mais oouuuiiiiiii …..

Après être passée prendre des beignets pour l’équipe , j’arrive enfin sur le plateau. Je sursaute en voyant toute sorte de main apparaitre devant mon visage pour s’attaquer à ma boite. On me glisse des petits : “ Merci Taï “ , “ T’est un amour Taïla “ , “ Hooonnn des beignets mmmmmm “ j’ai compté le nombre de pas que j’ai fais : cinq ….. Et la boite était vide. Je claque ma langue sur mon palais et je referme ma boite vide. Le temps que j’aille la mettre au poubelle, j’entends déjà quelqu’un demander où je pouvais bien me trouver. « Cette gamine , on peux jamais s’y fier ! » lance t-on dans les airs. Moui …. Bien sûr.  Immobile , j’attends qu’il me trouve. Il demande à tout le monde mais ils ont tous une bouchée de beigne dans la bouche donc ils se contentèrent d’émettre quelques signes dans ma direction. Je le vois alors arriver en ma direction. Lui c’est le chef de plateau. Certains le nomme Hitler le Fuhrer car il est très autoritaire. C’est un chef de plateau, il a pas le choix, je respecte ça. Quand il m’aperçoit enfin, il fonce droit vers moi dans une démarche militaire, tête baissée , exposant sa calvitie à qui de droit. Je le regarde innocente, n’osant pas dire quoi que ce soit. « Rotz les bagages ! Les valises ! Les paquets ! Tu les as reçus ? »

- Quels paquets ? demandai-je innocement. Je n’avais aucune idée de ce dont il parlait, je venais tout juste d’arriver.

« Quel paqu …. !? Ok » Il s’interrompt lui-même pour prendre une bonne inspiration. Il essayait tant bien que mal de se calmer, je saluais son effort. Si ça peux lui éviter de me crier dessus, j’encourage son initiative. « Les valises du King ! Elle t’a rien dit Marie ?!?! » Je lui fais signe que non de la tête. « ARGH ! Je vis sur quelle planète !? Il faut tout installer avant son arrivé tu comprend ? Ok mais arrête de me regarder comme ça Rotz ! Va-y ! Hop hop hop !!! » À chacun de ses “ hop “ il tapait dans ses mains. Je sursaute d’un coup et je lui tourne le dos pour marcher à pas rapide vers la réception où l’on reçoit généralement les paquets. On m’informe qu’ils sont déjà dans la loge des invités. Voilà ma prochaine destination. Je m’y rend, présentant ma petite carte de droit de passage à chaque changement de section. J’arrive enfin à la loge. Une enveloppe se tient au-dessus de tout les paquets où il y avait d’inscrit : “ instructions “ en majuscule. C’était les recommandations pour la chambre d’hôtel et la loge du King. Une autre enveloppe suivait contenant quelques photographies souvenirs qui devait absolument être placé sur son miroir. Des disque s’y trouvait aussi avec comme ordre de ne joueur QUE l’album du King à travers tout l’hôtel et tout le plateau de tournage lors de son passage. Quand j’ouvre la valise je trouve en quantité industrielle des accessoires de cuir. De drôles de choses à vrai dire. Je doute qu’il y ai des instructions pour tout ça. Je fais un drôle d’air en refermant le paquet maudit. C’est alors qu’un bruit me fait sursauter. Je vois une boite bouger au fond de la pièce. Je fronce les sourcils et je la fixe pendant un moment comme pour m’assurer que je ne suis pas folle. La boite bouge encore ! Je recule d’un pas, une main sur mon coeur. Je m’en approche à petits pas furtif et je me penche pour voir entre le grillage un petit animal au fond. Il s’agit d’un singe. Un petit capucin pour être exacte. Je fond pour lui. Il pousse quelques petits pleurs. Je vais chercher les instructions et je vois que le singe doit être tenu en laisse. Je fouille dans les valises et je trouve enfin le collier et la corde qui va avec. Je m’approche de la boite et je l’ouvre. Le petit singe timide reste au fond de la cage. Je lui fais signe d’approcher ce qu’il fait tout doucement. Il traine de la patte comme s’il était blessé et continue de pousser quelques petites plaintes déprimé. Se tenant maintenant dans l’ouverture de la cage j’approche le collier de son cou pour le lui passer mais soudainement, l’animal devient fou , il se jette sur moi. Je lâche un cri d’horreur et je secoue mes mains partout comme pour m’assurer de me l’enlever de sur moi. Je me relève aussitôt et je cours vers la porte pour la refermer histoire de m’assurer qu’il en sorte pas de la pièce. Je regarde autours de moi , le cherchant des yeux. Un petit rire se fait entendre. Je me retourne et je le vois suspendu sur les rideaux. Je prend un petit sourire et je tend la main vers lui doucement.

- Allez petit, approche. Gentil , gentil petit monstre hein

Il se calme à mon plus grand soulagement. Il tend la main vers moi et finalement il me laisse le prendre. Je l’approche et le serre contre moi avec un sourire. Quand il sourit à son tour j’ai un mauvais pressentiment. J’ai eu bien raison, le sale petit monstre me gifle et bondit hors de moi. Il disparait de nouveau. Quelqu’un entre dans la pièce. C’est le présentateur de remplacement, Stephan Marshall. Je me retourne vers lui les yeux ronds.

- FERMEZ CETTE PORTE ! lui criai-je à tue-tête. Je le pointe du doigt, les yeux écarquillés , j’ai l’air d’une vraie furie. Je tourne un peu sur moi-même, l’air dérangée. - Un singe ! Il y a un singe ici ! Il est quelque part je sais pas où mais faut pas le laisser sortir !

Et soudainement , digne des plus grands films d’horreur , l’abominable petit singe bondit sur la tête du présentateur de radio. Je me met à hurler de panique , le pointant du doigt et effectuant quelques petits pas sur moi-même.

- LE SINGE ! IL EST LÀ ! IL EST LÀ ! IL EST SUR VOUS NOM DE DIEU ! C’EST PAS VRAI ! ATTRAPEZ-LE !

Et le premier réflex que j’ai c’est de prendre un petit oreiller de la loge et de frapper notre présentateur radio dans le but de faire fuir le singe de sur lui. Toujours en panique , je continuais de le frapper sans réaliser que le singe n’était plus sur lui.





Hey Jude, don't make it bad Take a sad song and make it better Remember to let her into your heart Then you can start to make it better Hey Jude, don't be afraid You were made to go out and get her The minute you let her under your skin Then you begin to make it better And anytime you feel the pain, hey Jude, refrain Don't carry the world upon your shoulders For well you know that it's a fool who plays it cool By making his world a little colder Neon Demon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Commantateur radio (patron de la station)
|statut civil| : Célibataire, malchanceux avec les femmes.
|âge du perso| : 40
Mes fidèles sujets
Taila Marya
|célébrité| : Bradley Cooper
|crédits| : nestie luv.
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposeur/Une timide/Un menteur (Alexis/Valéry/Lucas)
|nombre de messages| : 340


MessageSujet: Re: L'abominable petit homme du Rock [Stephan & Taïla]   Lun 2 Jan - 3:39


L'abominable petit homme du Rock




Rotz... Rotz... Bon d'accord, ce nom ne m'était pas familier, mais alors là, pas du tout. Je n'étais ici que depuis quelques minutes et déjà, je pouvais comprendre que cette jeune femme était un cauchemar pour le chef du plateau. Selon lui, elle ne faisait absolument rien pour aider les autres. Elle travaillait là, mais uniquement parce qu'il avait pitié d'elle. Une sorte d'orpheline, il m'avait confié. Elle n'était pas aimé de personne dans l'entourage et puisque ses parents étaient morts lorsqu'elle n'était qu'une petite enfant d'à peine quelques mois, il l'avait recueilli sous son aile, lui offrant un boulet lorsqu'elle a commencé à vieillir. Depuis, elle faisait tout de travers et n'était certainement pas diplomate. Elle aurait dût, selon le chef de plateau, me fournir une carte d'accès. L'homme était bien désolé de l'agissement de la jeune femme et tout pouvait se lire dans ses yeux. Il était inquiet pour elle également, puisqu'il m'avait confié qu'elle n'était pas très brillante. À l'âge de 12 ans, elle avait quitté l'école, ne pouvant apprendre d'avantage. Rien ne fonctionnait, elle ne savait toujours pas lire, ni écrire. Il avait donc décidé de la sortir de l'école, espérant pouvoir l'aider autrement. Il lui avait donné ce boulot, comme un homme attentif et généreux. Elle, elle ne voulait rien savoir, elle ne voulait faire que la fête... et à sa tête. Depuis, elle n'écoutait rien, s'amusait avec les autres et ne travaillait point. Une bien triste histoire, mais sans ma carte, je ne pouvais pas faire grand chose. Ne sachant pas à quoi pouvait ressembler cette fouteuse de troubles, je n'étais guère avancé. Tout ce que je savais sur cette demoiselle, c'était qu'elle n'était pas charmante, non travaillante et son nom de famille. Rien d'autre, pas de photos, pas de prénom et encore moins de description. Et plus que les secondes passaient, plus je devais me dépêcher pour rejoindre '' le King'', pour une entrevue. C'était ce que j'étais venu faire ici, après tout. Une entrevue pour la radio, quelque chose de phénoménal. J'avais moi-même choisi ma journée, voulant absolument parler à cette personne. Pas question de me faire voler la vedette par une petite capricieuse qui ne voulait que s'amuser aux dépends des autres.

Après une petite recherche plus approfondis de la station, j'avais vite fait la connaissance d'un jeune homme d'une vingtaine d'années. La bouche remplie de morceaux de beignets, il m'avait indiqué où trouver Rotz. Selon lui, elle se la coulait douce dans une petite pièce où les effets personnels du ''King'' se trouvaient. En d'autres mots, elle était certainement entrain de voler pour gagner un peu plus d'argent. Certaines choses, appartenant à des artistes, valent le triple du prix. Rotz devait le savoir pour agir de cette façon. C'était certainement pour cette raison qu'elle était toujours sur les planches, espérant pouvoir se faire un peu plus d'argent ainsi. Ne pas écouter et se remplir les poches, rien de mieux. Ne sachant pas réellement à qui j'avais à faire, c'est sur la pointe des pieds que je m'étais aventuré vers les locaux du ''King''. Peut-être était-elle folle? Peut-être était-elle parente avec une demoiselle blonde qui m'avait fait paniquer sur le bord de la route, quelques jours auparavant? C'était possible, elle avait sensiblement le même caractère, selon moi. Selon moi car encore là, debout devant la porte close, je ne l'avais pas vu. Je ne savais toujours pas à qui j'avais à faire. Mais lorsque la porte s'ouvra devant moi, je regrettais déjà mon geste. Une folle se dressait devant moi, bave au coin de la bouche, le regard en sang. Elle me pointait du doigt, comme si j'étais un terrible monstre. Elle voulait s'attaquer à moi, d'une manière ou d'une autre. Ses paroles furent très compréhensibles, malgré ce que j'aurais cru penser. Elle voulait que je ferme la porte, espérant certainement que je puisse fermer les yeux sur ce qu'elle était entrain de faire. Je ne l'avais pas vu voler un objet, mais vu sa diction et aussi, sa manière d'agir, il était tout à fait naturel qu'elle puisse faire quelque chose de grave et d'inaproprié. Tout en gardant les yeux grands ouverts, la porte se referma derrière moi dans un bruit sec. Je ne voulais pas devenir coupable de ses agissements, mais si jamais je la prenais la main dans le sac, je pouvais toujours lui faire la morale, comme un père aimant. La pauvre n'avait plus de parents, ils étaient morts depuis des années et ceci me touchait droit au coeur. Elle m'expliqua ensuite ce qui se passait dans la pièce, ce que je n'arrivais pas à croire. Un singe, ici? Et là, tout de suite, je devais la croire? Même pas en rêve. J'avais déjà vu des timbrées, des gens avec de la drogue dans le sang et tout leurs mots étaient beaucoup plus censé que les paroles de Rotz. Elle divaguait complètement, croyant certainement que je puisse devenir aussi fou qu'elle et ainsi, lui donner raison. Elle était entrain de voler, c'était évident. Pourquoi gâcher sa vie de cette manière? C'était insencé. J'avais peine à croire qu'une enfant comme elle pouvait s'abandonner à ce genre de distraction. C'était con, complètement taré, mais si c'était ce qu'elle désirait, qui étais-je pour pouvoir l'empêcher d'agir de cette manière? Si elle voulait gâcher sa vie, que faire? Avant même de pouvoir lui dire qu'elle avait une case en moins et ainsi prendre mes jambes à mon coup avant qu'elle ne décide de se jeter sur moi pour m'étrangler, un poids s'écrasa lourdement sur ma tête. Était-ce de la sorcellerie de la part de la jeune femme? Je ne voyais rien d'autre car honnêtement, l'idée du singe ne me plaisait guère. Un cri retentit de la part de la jeune femme et soudainement, un coup sur ma tête, suivit de plusieurs. La jeune femme était entrain de me battre là, dans cette pièce. Folle était un bien petit mot présentement venant de ma part. Attrapant le coussin de mes deux mains, j'entrepris de le lancer à travers de la pièce. Jamais une femme n'avait levé la main sur moi avant et ce n'était pas le moment de commencer. Je n'avais jamais levé la main sur une femme non plus, mais si jamais je devais me défendre, j'allais le faire et ce, sans aucun problème. - Mais tu es complètement folle? Ton patron avait bien raison, il te manque quelques cases dans la tête! - Je ne voulais pas mettre le patron de la demoiselle dans la conversation, mais s'il le fallait, j'allais le faire. Sur ce, je m'étais empressé d'ouvrir la porte pour sortir de me sortir de ce pétrin potentiel lorsque, soudainement, quelque chose me frôla la jambe avant de quitter la pièce. Une petite boule de poil disparu au tournant, à droite, se dirigeant vers la scène. Était-ce un singe?




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'abominable petit homme du Rock [Stephan & Taïla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petit homme Mort au Combat - Daniel Balavoine. Version 2012
» Catherine Ferry parle de "Petit homme sur le pont"
» on est en pleins dedans...2ème petit morceau solo d'harmo rock.
» La berceuse du petit diable (complète !!) Rock Voisine
» RARETES JHJPS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum