AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Pompier
|statut civil| : Et toi? Tu fais quoi ce soir?
|âge du perso| : 29

Sonya
|célébrité| : Tyler Hoechlin
|crédits| : Avatar: Hollowbastion
|pseudo/prénom| : True.Love/Audréanne
|dcs| : nop
|nombre de messages| : 89


MessageSujet: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Jeu 27 Aoû - 15:33

Elle cours à en perdre haleine vers la droite, ne regardant pas du tout où elle va. Elle peut tomber, se faire mal ou être enlevée, elle continue de courir en regardant sans cesse vers l'arrière. Elle veut fuir, ne jamais revenir, elle a peur de ce qui va se passer. Elle veut se sauver, se cacher, dormir sous un pont et devenir la plus jeune SDF. Ce n'est peut-être pas ce qu'elle a entièrement en tête, mais en la voyant, c'est ce que j'ai cru percer. Elle continue de courir, bousculant quelqu'un, ne faisant pas attention à ce qu'une vieille dame lui dit. Elle ne veut pas l'écouter, elle ne veut que se sauver et probablement disparaitre pour ne plus jamais remettre les pieds à cet endroit. Dans un élan, étirant le bras vers elle, je me suis permis de la stopper, la faisant tomber sur le derrière. Elle me regarde un moment, sans parler, hésite avant de se relever, décide de rester assise une petite seconde de plus. Elle passe son temps à regarder derrière elle, comme si un monstre peut lui sauter dessus, la décapiter au passage. Je me sens un peu mal vis à vis elle, ne sachant pas pourquoi. Peut-être parce qu'il y a des femmes autour de nous, et que je suis la seule personne qui a pris le temps d'arrêter cette petite furie, avant qu'elle ne se blesse. Je la regarde encore un moment, avant de lui demander où se trouve ses parents. La jeune fille ne me regarde pas, continuant de fixer un point derrière elle, ne voulant pas plus me répondre. Je continue de me sentir mal, ne sachant pas pourquoi. Peut-être que sa mère va débarquer et me traiter de violeur, de kidnappeur et autres mots y ressemblant. La vieille dame du départ me regarde attentivement, espérant certainement que je puisse être le père de cet enfant et non quelqu'un voulant s’approprier la petite. N'étant pas son père et encore moins apte à le devenir, je me retient pour ne pas dire à la vieille femme ce qu'elle veut entendre, soit qu'elle peut venir chercher l'enfant. Ou peut-être pas. Je n'ai pas l'intention de la lui laisser, ne la connaissant pas. Il est rare de voir de vieille femme approchant la tombe maltraiter des enfants, des jeunes filles en plus, mais il y a toujours une première fois à tout. Et je n'ai pas l'intention que cette première fois arrive aujourd'hui.

La petite fille se relève, pose un regard sur moi, espérant certainement que je puisse la laisser filer. Tranquillement, je l'invite à ma table. Avant son arrestation, je m'étais arrêter prendre une danoise et un café, à un petit bistro placé directement dans le centre commercial. La jeune fille prit place devant moi, sourire aux lèvres, espérant que je puisse partager mon repas avec elle. Moi qui n'a aucune mauvaise intention, je me vois mal lui refuser ce petit détail, espérant qu'elle ne puisse pas me traiter de n'importe quoi, si jamais je le lui refuse. Je préfère donc partager avec elle, lui proposant ma tasse de café. Elle a l'air jeune, très jeune, mais de nos jours, n'importe qui donne des boissons gazeuses aux enfants, thés et cafés compris dans le lot. Je suis donc un peu étonné lorsqu'elle hoche la tête négativement, regardant ma danoise d'un drôle d'air. Normalement, je ne lui aurais rien donné. Mais la vieille dame me regarde toujours, le regard bien posé sur mes gestes. Et puisque je n'ai vraiment aucune intention de lui donner raison, je m'empresse d'offrir mon goûté à la demoiselle, la regardant engloutir mon repas d'un seul trait. Le pauvre chaton, il a l'air affamé. Peut-être que la petite n'a rien mangé depuis un moment, vivant dans les décombres du centre commercial, s'étant sauvé de son agresseur pour un court laps de temps. Mais la raison la plus plausible reste toujours le fait qu'elle est été abandonnée par ses parents. Un peu turbulente, ses parents ont décidé de la laisser là, sans rien, sans même un endroit où loger. Le coeur gros, je continue de regarder la petite fille se lécher les doigts, tandis qu'elle regarde intentionnément d'autres danoises dans la vitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Barmaid
|statut civil| : Maman célibataire
|âge du perso| : 28

- ALESSANDRO -
|célébrité| : Hayden Panettiere
|crédits| : moi + tumblr
|pseudo/prénom| : .burn@light
|dcs| : Matteo - Olivier- Victoria
|nombre de messages| : 340


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Jeu 17 Sep - 0:56

Il n'y a rien de pire pour une mère que de perdre sa fille. Les idées qui peuvent vous passer par la tête lorsque votre fille a disparu dans la foule.... sont pires que les films d'horreur. Vous commencez à vous faire des scénarios: un pédophile l'a enlevé. Une femme l'a emmené avec elle pour en faire sa propre fille. Un meurtrier l'a aperçu et l'a emmené près d'un lac avant de la noyer... Rien de tout cela n'était la vérité, mais pour moi, toutes ces horreurs s'en rapprochaient. Si jamais je remettais la main sur le gamin qui avait fait fuir ma fille ainsi, j'allais le pendre à un arbre et le lapider pendant qu'il suffoquerait et manquerait d'air à cause de la corde. Mais il n'était pas aussi important que Crystal, que ma princesse. Je l'avais donc laissé entre les mains du responsable de la sécurité, qui m'avait laissé avec un gardien. Mais voilà, il avait disparu dans la brume, trop occupé avec son téléphone cellulaire, ne cherchant pas du tout ma fille. Il avait marmonné quelques fois qu'il avait autre chose à faire et lorsque je l'avais sermonné, avait marmonné qu'on lui avait refilé une cinglée. Puis après quelques minutes, il s'était éclipsé en douce. Je le soupçonnais même d'avoir envoyé un message à son patron pour lui dire qu'il avait retrouvé ma pauvre chérie et l'avait sauvé tel un prince sur son cheval blanc, alors qu'il n'en était rien.

Je savais bien qu'il n'en tenait qu'à moi de la retrouver au final, de la chercher dans tout ce chaos engendré par les soldes et les achats du centre commercial. Cela faisait déjà dix bonnes minutes que je me faufilais parmi les clients, tentant de voir ma petite blondinette quelque part. Je commençais sérieusement à perdre le contrôle, sentant tous mes membres m'abandonner et n'ayant qu'une seule envie, celle de me coucher en petite boule dans un coin et pleurer toutes les larmes de mon corps. Mais je savais bien que si jamais je cédais à cette pulsion, il n'y aurait alors plus personne pour ma fille, qui finirait seule et n'aurait plus aucun espoir d'être retrouvée. Je m'imaginais déjà faisant les manchettes tout en suppliant les citoyens de la Suisse de m'aider à trouver ma fille, espérant qu'on ne tomberait pas sur son cadavre dans un parc ou une forêt. Il n'y a pas pire crainte pour un parent.

Je ne voulais pas abandonner, je ne pouvais pas abandonner. Ce n'est qu'après quelques minutes supplémentaires que je l'ai reconnu. Ses vêtements roses, ses magnifiques petits mocassins de princesse aux pieds et ses magnifique cheveux blonds qui ondulaient dans son dos. C'était Crystal, je pourrais en mettre ma main au feu... et elle n'était pas seule. Elle était en compagnie d'un homme frôlant la trentaine et qui avait la tête d'un prédateur. Barbe de quelques jours, yeux foncés et perçants à la fois, vêtements amples.... regard posé sur elle.... il ne m'en fallait pas plus pour paniquer d'avantage. Accourant dans leur direction, poussant un couple de jeunes au passage, je me suis presque enfargée, mais me suis rattrapée à la dernière minute. ''CRYSTAL!'' Hors d'haleine, je me suis rendue jusqu'à elle, alors qu'elle était entrain de manger, bien docile avec un inconnu. Malgré toute la prudence dont je faisais preuve, elle trouvait encore la force de faire confiance à n'importe qui. Était-il de mèche avec le garçon qui l'avait fait fuir? ''VOUS FOUTEZ QUOI AVEC MA FILLE VOUS?'' Je criais, et je m'en moquais. C'était qui lui, il pensait faire quoi là? C'était pas son père! Est-ce qu'il l'avait attiré avec une petite douceur pour pouvoir disparaitre avec elle par la suite? Il était pas bien ou quoi?




There's a little creepy house. In a little creepy place. Little creepy town. In a little creepy world. Little creepy girl. With her little creepy face. Saying funny things that you have never heard. Do you know what it's all about. Are you brave enough to figure out. Know that you could set your world on fire .If you are strong enough to leave your doubts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Pompier
|statut civil| : Et toi? Tu fais quoi ce soir?
|âge du perso| : 29

Sonya
|célébrité| : Tyler Hoechlin
|crédits| : Avatar: Hollowbastion
|pseudo/prénom| : True.Love/Audréanne
|dcs| : nop
|nombre de messages| : 89


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Jeu 31 Déc - 19:07

Je sais bien qu'au fond, ce n'est qu'une manière de m'amadouer, que la demoiselle aux airs de bonne famille n'a plus réellement faim. Avec sa petite taille et ses grands yeux tristes, tout ce qu'elle désire, c'est d'avoir un peu d'attention de la part de quelqu'un. D'un adulte, si possible. Et puisque j'ai commencé à la prendre pour une petite princesse, cette dernière se sent à son aise comme jamais. Mon regard s'arrêta sur certaines personnes. Ces dernières nous regardent, comme si nous étions de la même famille. Un père et sa petite chérie, entrain de prendre une collation. Si cette demoiselle aurait été ma fille, elle aurait été mieux élevé, je ne peux le nier. Ne jamais parler aux inconnus et surtout, ne pas s'asseoir avec eux. C'est magique, mais en même temps, un peu traumatisant. La demoiselle reste avec moi, comme si sa vie peut en dépendre. Comment lui faire comprendre qu'elle peut partir dorénavant, qu'elle a engloutit ma pâtisserie et qu'il n'est pas question pour ma part de lui en acheter une autre ? Mon regard peut bien tout dire, mais lorsque son regard avec de grands yeux se retourne vers moi à nouveau, je ne peux faire autrement que fouiller dans mon portefeuille et de lui donner un billet, espérant qu'elle puisse le prendre et disparaitre par la suite. Ne pas revenir, ne jamais regarder en arrière et continuer son chemin. Aller embêter quelqu'un d'autre et espérer faire sa vie dans les bras d'une gentille femme qu'elle pourrait prendre pour sa mère. Mon souhait le plus cher en ce moment même, est qu'elle puisse partir. Et surtout, ne jamais revenir. Je n'ai jamais été très doué avec les enfants, surtout ceux en bas âge. Dès qu'ils ont atteints la majorité, soit la naissance pour ma part, j'aimerais m'en débarrasser. Être père n'a jamais été dans mes priorités et surtout pas en ce moment. Devoir m'occuper d'une petite effrontée n'a jamais été dans mes plans d'avenir et en ce moment même, je suis de tout cœur avec la vieille dame qui nous observe encore une fois. Je ne fais pas un bon père, je ne suis pas capable de m'occuper d'enfants. Et en voici la preuve. Un simple regard dans ma direction et la petite fille obtient tout ce qu'elle désire. Et elle part un moment, désirant dépenser son billet comme elle le souhaite.

Ceci m'attriste un moment. La voir disparaitre au bout de la table, ne pas croiser son charmant regard une autre fois. Avoir de la compagnie n'a pas été un tort non plus. Même si elle n'a pas dit mot, uniquement avoir une présence à ma table m'a fait le plus grand bien. Mais jamais je n'allais le dire, ce serait mon petit secret à moi. Et à moi seul. Petite princesse décida alors de se diriger vers le comptoir à emporter, parlant avec la dame à la caisse, me montrant ensuite du doigt. Aucune idée de ce qu'elle est entrain de rapporter, mais la caissière hocha simplement la tête, avant de me regarder avec un grand sourire. Quelques idées me vint en tête. Un kidnappeur ? Un pédophile ? Je suis rendu aussi bas que là ? Ou même si, pour une raison inconnue, je préfère penser que la caissière souhaite avoir mon numéro de téléphone pour une nuit de folie, j'ai la nette impression que princesse n'a pas fait tout ce chemin uniquement pour me montrer du doigt. Peut-être veut-elle quelque chose en échange mais si c'est le cas, elle va être déçue. Et pas juste un tout petit peu. Mais princesse revient dans les secondes passées, nouvelle brioche en main, ainsi qu'un café. Cette petite demoiselle a le tour avec les gens, vous prenant le cœur par moment. Doucement, j'avance la main pour prendre le café, mais elle se recule, désirant rester à retrait. Peut-être ais-je été trop vite ? Princesse décide de s'asseoir, toujours devant moi, gardant le breuvage brûlant pour elle. Moi qui pensait que la petite avait un cœur, je suis, pour l'instant, un peu perdu. Elle a l'air gentille et la seconde après, elle est un petit diable. Lucifer sous toute sa forme, prenant l'apparence d'une fillette. Mon regard s'attarde un moment sur elle, avant d'entendre du bruit, vers ma droite. Un prénom crié par une femme, fortement jolie, retient mon attention. Et soudainement, princesse n'a plus l'air aussi sombre, avec sa tasse en plastique en main. Elle pose un regard sur moi pendant une petite seconde, avant de baisser la tête, les yeux remplis de larmes. Autrement dit, elle ne veut pas quitter cette chaise, ce café qui a l'air beaucoup trop ''vieux'' pour elle et sa brioche. Peut-être même qu'elle n'a pas envie de me quitter, après tout.

La femme s'avance, espérant probablement me nuire ou peut importe. J'ai l'air un peu mitiger, ne voulant pas remettre cette enfant à une inconnue. Ne suis-je pas, moi-même, un inconnu pour elle ? Avec une voix légèrement tapante sur les nerfs, elle m'en veut. Cette femme m'en veut pour je ne sais quelle raison. J'ai été bien gentil, je n'ai pas touché à la princesse à la brioche à la cannelle et encore moins désiré l'enlever. Est-elle tombée sur la tête ? Je la regarde un petit moment, ne voulant pas avoir l'air impressionné. Elle me déteste sans me connaitre, pauvre chaton. « J'ai pas touché à ta fille, ma poulette. La preuve, elle est assise là, sans problème et elle mange, pour une fois. » Mes paroles ne sont pas réellement celles que j'aurais choisis pour commencer. Je n'ai juste pas envie de me battre avec elle. Elle me parait un peu sur la crise de nerfs et tout le monde sait qu'il n'est pas prudent de provoquer une femme lors de sa semaine de règle. « Si elle m'aime bien, ce n'est pas de ma faute. Par contre, si elle cherche à se sauver de toi, cherche pas plus loin le problème. Il se trouve devant moi et il est hystérique, le problème. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Barmaid
|statut civil| : Maman célibataire
|âge du perso| : 28

- ALESSANDRO -
|célébrité| : Hayden Panettiere
|crédits| : moi + tumblr
|pseudo/prénom| : .burn@light
|dcs| : Matteo - Olivier- Victoria
|nombre de messages| : 340


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Lun 25 Jan - 17:51

Même si je suis rassurée de voir que ma fille est saine et sauve, ainsi que de l'avoir retrouvée avant de la perdre complètement dans la brume, je ne pouvais m'empêcher d'être tout de même remontée contre cet homme. Non seulement je commençais à me demander quel était son rôle dans toute cette histoire, après tout il pouvait très bien être de mèche avec ce petit con que j'avais rencontré plus tôt et qui était à l'origine de toute cette terreur. Certains parents se seraient dit qu'il y avait eu plus de peur que de mal, mais pas moi. Je ne voyais pas pourquoi cet inconnu lui avait refilé à manger plutôt que d'avertir la sécurité du centre commercial qu'une enfant se baladait seule. Avait-il seulement eu le temps? Oui, car il suffisait d'une seconde pour alerter les autorités compétentes. Hors, au lieu d'avoir été responsable, il avait tenté de l'amadouer en lui donnant une pâtisserie. Si la scène ne paressait pas étrange, je me demandais bien ce qui l'aurait été! "PARDON?" J'appréciais de moins en moins cet homme, alors qu'il commençait à me donner des surnoms de mammifères d'étable. Autant me traiter de vache, ça aurait eu le même effet. Jamais je ne comprendrais les hommes qui se sentaient obligés de surnommer les femmes comme si elles étaient inférieures. "Et puis vous êtes qui pour me dire que ma fille a besoin de manger?" Il venait tout juste de se faire une ennemie jurée. Qu'on menace la sécurité de ma fille était déjà bien assez, mais qu'on sous-entende que j'étais une mauvaise mère et que je ne m'occupais pas convenablement de ma fille, c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Comme si Crystal avait compris que l'amour fou ne régnait pas entre son 'nouvel ami' et moi, elle se leva lentement avant de me rejoindre, l'air piteux. Je savais très bien qu'elle avait peur de se faire gronder une fois sorties de cet endroit. Pour être honnête, je n'étais même pas en colère contre elle, ou dans tous les cas, pas autant que contre tous les hommes que j'avais croisé aujourd'hui.

"Vous devriez vous faire soigner si votre truc c'est les jeunes enfants. Pédophile!"
Les gens commençaient à nous regarder, puisque je faisais une scène. Le mot que je venais d'utiliser avait eu l'effet d'une bombe et je l'ai immédiatement regretté, les regards se retournant vers l'homme et les cellulaires se braquant sur lui pour le prendre en photo. Je me doutais bien que j'avais usé d'un mot un peut trop extrême un peu trop rapidement. Mais voilà, j'étais juste incapable de me calmer. Je me suis tout de même mise à baisser d'un ton, même si les gens écoutaient manifestement la conversation. "Restez loin de ma fille, c'est tout ce que je vous demande." Crystal tira doucement sur mon chandail, me forçant à baisser les yeux vers elle un instant. "Mamaaaaan....." Il s'agissait plus d'une supplication qu'une demande, me pointant un homme qui venait dans ma direction. Il passa à mes côtés, arrêtant sa marche assurée à quelques centimètres de moi et ma fille. "Alors, on a un faible pour les petites filles? Taré!" Il était un peu trop tard pour rattraper mes précédents propos et je commençais à me demander si je devais calmer l'armoire à glace ou tout simplement prendre la fuite avec ma fille pour la préserver de ce qui allait suivre.




There's a little creepy house. In a little creepy place. Little creepy town. In a little creepy world. Little creepy girl. With her little creepy face. Saying funny things that you have never heard. Do you know what it's all about. Are you brave enough to figure out. Know that you could set your world on fire .If you are strong enough to leave your doubts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Pompier
|statut civil| : Et toi? Tu fais quoi ce soir?
|âge du perso| : 29

Sonya
|célébrité| : Tyler Hoechlin
|crédits| : Avatar: Hollowbastion
|pseudo/prénom| : True.Love/Audréanne
|dcs| : nop
|nombre de messages| : 89


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Jeu 4 Fév - 4:33

J'aurai aimé pouvoir poser ma main droite sur celle de la jeune fille devant moi et lui expliquer, tout doucement, à l'oreille, que tout allait bien aller désormais. Elle agit comme si tout est de sa faute, comme si elle n'a jamais vécu de fin heureuse. Et une vie heureuse, cela va de soit. Une vie de princesse, comme dans les contes de fées. Dragon dangereux voulant prouver quelque chose, chevalier servant sur son cheval blanc, princesse sans défense voulant se faire sauver et terminer sa vie, heureuse. Bien dans sa peau, le coeur léger et des millions d'étoiles dans les yeux. Heureuse et en santé, ce qui n'est pas le cas de la petite fille qui se tient devant moi. Elle prétend peut-être être heureuse dans sa jolie robe de demoiselle, mais ce n'est pas le cas, je le vois bien dans ses yeux. Elle a le regard terne et absent par moment, surtout lorsqu'il est question de nourriture. Comme si elle en avait été privé pendant des mois et des mois et que maintenant, elle comprenait le sens de la vie. J'ai bien l'intention de l'aider, malgré les regards des gens autour de nous. Je ne viens pas ici très souvent, mais lorsque je le fais, c'est seulement pour prendre une collation et continuer ma journée ensuite, complètement seul. Jamais avec des enfants, avec une femme ou des amis. J'aime mieux rester ici quelques minutes et regarder le temps passer. C'est plus valorisant d'être vu seul ici, que mal accompagné. Comme en compagnie d'enfant d'âge mineur qui peut très bien m'empêcher de faire la connaissance de certaines personnes fortes intéressantes. Des fois, aidé d'un enfant, c'est bien. Mais avec le temps, j'ai compris que les femmes de mon âge préfère les hommes seuls, sans attache, surtout si ce n'est que pour l'espace d'une nuit. Un instant de solitude, besoin d'un amour non réciproque, pour quelques minutes de bonheur. Et avec une petite fille dans les parages, ceci n'aurait pas aidé. Comme présentement. Les regards sont lancés dans ma direction, comme si j'étais le père de cette gamine. Elle est mignonne comme tout, mais mange comme un boeuf. Et ça, ce n'est pas normal à mes yeux.

Tandis que la gamine pose son regard sans cesse dans la tasse de café chaud, le mien se promène dans les environ, espérant trouver réponse à toutes mes questions. Qui a pu être assez con pour laisser une enfant comme elle sans surveillance ? Au départ, je pensais que ce n'était qu'une petite maladresse, qu'elle allait disparaitre très vite. Mais maintenant, les minutes défilent sans cesse et personne ne vient à son secours. Et au mien, par la même occasion. Passer encore des minutes d'enfer avec cette gamine allait me rendre fou. Surtout lorsqu'elle regarde son breuvage, fronce les sourcils, porte son attention sur moi et recommencer doucement à fixer le breuvage. Je sais bien qu'elle ne va pas en prendre une goutte, qu'elle ne veut rien savoir du café. Peut-être pour me rendre fou, elle a décidé de passer le restant de son séjour ici à me rendre dingue. Si c'est le cas, elle y arrive parfaitement. Et elle continue son petit manège pendant un moment, mais y met terme lorsqu'une voix féminine se fait entendre. Entendre ... Pas vraiment. Se fait crier, plutôt. Elle est là, jolie et à la fois vivante. Et voulant faire bonne impression devant les gens autour de nous, elle me cri après, décidée à avoir raison sur tout. Entreprenante, dégourdie, brutale et folle sur les bords. Comme je les aimes. Déboussolée, c'est le genre qu'elle m'aperçoit. Et c'est aussi de la façon que je la vois. Elle essaie de me blesser dans ses paroles, mais ses dernières me roulent dessus. Elles coulent comme de la pluie sur le dos d'un canard. Je reste indifférent, préférant essayer de jouer la carte charme avec elle. Une manière bien à moi de lui faire comprendre qu'elle peut m'intéresser. Surtout si elle décide de baisser sa garde devant moi. Les ongles et les dents, ce n'est pas mon truc. De la bave peut-être, ça peut passer, mais pas le reste. « Ça dépend quel âge tu as en réalité, ma jolie. » Agrémenté d'un joli sourire, cette phrase peut faire des ravages. Je l'ai utilisé bien des fois, pour subvenir à mes besoins. Et oui, elle a fonctionné plus d'une fois. Je l'ai toujours utilisé lors de mes sorties au bar, croisant de jolies demoiselles. Je n'ai jamais voulu courtiser des femmes mineures, même si certaines d'entre elles sont réellement irrésistibles. Une parole mal placée ou un regard de trop et la police peut arriver n'importe quand.

Ma bouche s'est entrouverte à nouveau, espérant trouver une manière de faire comprendre à cette nana qu'elle est mon style, mais un homme a préféré nous faire face, ne se mêlant pas de ses affaires. La nouvelle venue avait parlé fort, je dois l'admettre. Certaines personnes avaient fait comme si de rien n'était, tandis que d'autre avait préféré arrêter de parler, me regardant assez bizarrement. Toute fois, même avec les paroles de se ''gros dur'', je ne suis pas prêt à lâcher prise. « T'inquiètes pas, mon vieux. C'est uniquement madame qui prend ses grands airs. Elle n'a pas eu son morceau de sucre ce matin, elle est un peu irritable, en ce moment. Tu sais comment sont les dames une semaine par mois, non ? » Peut-être pas, vu comment il est attriqué. Même s'il désire faire son dur, Justin Bieber a aurait l'air intelligent à ses côtés. Tournant la tête vers la demoiselle pas si en détresse que ça, je repris parole. « Tu vois, t'as dérangé quelqu'un avec des airs de Miss je sais tout ! Un jour, quelqu'un va vraiment pensé que je t'abuse ou que je veux enlever notre fille. Viens d'asseoir, je vais aller te chercher un café. Mousseline veut-elle encore une brioche ? » Mousseline, c'est le nouveau prénom de la petite princesse. Ne sachant pas son prénom, j'ai préféré inventer un petit surnom, quelque chose d’innocent, pour ne pas réveiller les soupçons des gens autour de nous. Mousseline, c'est bien le nom de la soeur de Caillou, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Barmaid
|statut civil| : Maman célibataire
|âge du perso| : 28

- ALESSANDRO -
|célébrité| : Hayden Panettiere
|crédits| : moi + tumblr
|pseudo/prénom| : .burn@light
|dcs| : Matteo - Olivier- Victoria
|nombre de messages| : 340


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Ven 18 Mar - 4:47

Je suis certaine que ce genre de répliques subtiles sur le fait que je ne paraisse pas mon âge peut plaire à certaines filles, mais pas à moi. Enfin, pas en ce moment. Non seulement je suis remontée, mais en plus, je ne suis pas saoule pour gober que cet homme puisse être charmant. Non, c'est plutôt un prédateur déguisé en caniche frisé. Je ne me suis fait avoir qu'une seule fois de la sorte et même si cette mauvaise expérience m'aura donné la plus belle chose au monde, à l’occurrence ma fille, je me suis promis de ne plus jamais déraper de la sorte. Non seulement j'avais fait beaucoup de peine à ma famille, avait perdu ma crédibilité de fille bien élevée, mais je m'étais sentie honteuse bien longtemps avant d'avoir ma Crystal. "Assez vieille pour que ce genre de phrase ne m'atteigne pas..." J'ai roulé des yeux en signe d'exaspération devant son cran inouï. J'étais entrain de l'accuser de vouloir kidnapper ma fille et lui me faisait les yeux doux. Vraiment, les hommes pouvaient être décourageants par moments. Si décourageant que je me suis surprise à le traiter de pédophile, d'une voix un peu trop forte.

Mon instinct maternel me jouait souvent des tours et cette fois, je savais bien que j'avais été trop loin en le traitant de la sorte devant une panoplie d'étrangers. Non seulement je risquais de provoquer une émeute en pointant un homme du doigt et en le traitant ainsi de pédophile en publique, mais je me sentais mal, même si je ne le connaissais pas. Enfin, c'est ce que je pensais. J'étais bien loin de me douter que nos chemins s'étaient déjà croisés plusieurs années auparavant. Finalement, ce fut un homme plutôt louche mais tout de même gringalet qui vint se mêler de notre conversation. Voulant sûrement calmer l'individu, l'homme qui était en compagnie de ma fille un peu plus tôt l'insulta tout en sarcasmes, avant de me dire de me calmer de manière un peu trop familière à mon goût. Je n'étais tout de même pas un cheval pour qu'il insinue que je n'avais pas encore eut mon 'sucre', à moins que cela ne soit un mot codé pour un mot un peu trop érotique pour être prononcé devant ma fille, auquel cas c'était peut-être pire. ''Je suis désolée, il s'agit d'une dispute famillial monsieur, rien qui ne vous regarde...'' J'ai tout de même embarqué dans son jeu, sous le regard interrogateur de ma fille, qui ne semblait pas comprendre la situation. Après tout, elle n'avait pas de père, elle était donc légèrement mêlée et je ne pouvais que la comprendre puisque je vais d'engueuler l'étranger avant de le défendre. Elle était encore trop jeune pour comprendre pourquoi j'essayais de calmer la situation que j'avais engendrée. Vint ensuite le fait qu'il appela ma fille Mousseline, ce qui me fit tourner au rouge. Je me suis tout de même retenue pour ne pas crier à tue-tête qu'il s'agissait bien d'un obsédé, question qu'il se fasse ruer de coups. L'étranger ne sembla pas convaincu, mais puisque je pris place devant mon interlocuteur, il sembla lâcher l'affaire après avoir lâché un soupire de dégoût. Lorsque l'homme fut loin, je me suis mise à fixer le jeune homme aux cheveux sombres qui me faisait face, toujours aussi peu souriante à son égard. "Mousseline, c'est le nom d'un chien. Ma fille s'appelle Crystal pour l'amour de...." J'ai regardé ma fille un instant, ne finissant pas ma phrase. La dernière chose que je voulais, c'était qu'elle m'entende prononcer ce genre de phrases. Ce n'était pas réellement un gros mot, mais puisqu'elle commençait à comprendre ce qu'était que dieu et le tout le tralala, je ne voulais pas qu'elle se méprenne sur mes paroles. "Le moins qu'on puisse dire, c'est que vous aimez les ennuis..." Je m'étais légèrement adoucie avec lui. Peut-être était-ce parce que j'étais un peu mal de l'attention que j'avais créé, mais j'étais décidée à partir dès que les gens allaient complètement se désintéresser de nous.




There's a little creepy house. In a little creepy place. Little creepy town. In a little creepy world. Little creepy girl. With her little creepy face. Saying funny things that you have never heard. Do you know what it's all about. Are you brave enough to figure out. Know that you could set your world on fire .If you are strong enough to leave your doubts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Pompier
|statut civil| : Et toi? Tu fais quoi ce soir?
|âge du perso| : 29

Sonya
|célébrité| : Tyler Hoechlin
|crédits| : Avatar: Hollowbastion
|pseudo/prénom| : True.Love/Audréanne
|dcs| : nop
|nombre de messages| : 89


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Mar 19 Avr - 16:45

Espérant avoir trouvé une fille pour la nuit, j'ai entrepris de lui faire des sourires en sous-entendu, directement devant sa fille. Ceci ne m'a jamais empêché de m'amuser, surtout lorsqu'elles ont une vie bien remplie. Une manière bien à moi de comprendre que ces femmes là n'ont strictement rien à faire avec le genre d'homme que je suis. Quelque chose d'amusant et de génial à mes yeux. Ainsi, c'est uniquement en m'amusant que je réussis à satisfaire mes pensées. Rester accrocher à quelqu'un, me réveiller à ses côtés à tout les matins, l'entendre se plaindre de toutes les choses de sa vie, rencontrer ses parents, devoir élever ses enfants, perdre des heures de ma vie à l'entendre me jacasser des mots aux oreilles. Tout ça, c'est pour les autres, pas pour un homme comme moi. Sentant que mon approche n'a aucunement eut l'impact désiré sur la demoiselle, j'ai préféré reporter mon attention sur sa fille. Elle, du moins en apparence, savait vivre. Elle avait aussi tiré un trait sur sa collation, préférant se mettre entre sa mère et moi. Cette femme l'avait salement abandonnée et elle continuait de la suivre comme un petit chien en détresse ? Les apparences sont bien trompeuses néanmoins, je ne tiens pas à l'abandonner à son sort, même lorsque sa folle de mère préféra m'accuser de pédophilie. Mes chances avec la mère sont devenues complètement nulles en seulement quelques secondes. Quelque chose pour me faire prendre une bonne claque derrière la tête et me faire comprendre que dorénavant, j'allais faire plus attention à mes fréquentations. Comme à cet homme qui vient de s'approcher de nous, préférant se mêler de la conversation des autres au lieu de sa vie, à lui. Bien des gens se sont tournés vers nous, voulant comprendre dans quelle genre de situation cette petite famille de banlieue vient de se mettre les pieds. Et tandis que j'essaie d'expliquer à cet homme qu'il se trompe, que ma conjointe est uniquement hystérique à cause d'un problème conjugale, j'espère en silence que tout puisse s'arranger. Comme si tout peut être de la faute du pauvre homme que je suis, le seul qui a pris la responsabilité d'aider une petite fille affamée. Les autres personnes autour n'ont aucune vie, visiblement. Comme l'homme à notre hauteur, qui ne sait que faire de ses dix doigts, voyant qu'il est de trop dans le paysage. Une autre occasion pour un imbécile sur terre de garder le silence.

Tandis que la jeune femme prend place devant moi, suivant mon conseil, je vois l'inconnu décidé de partir et ceci me soulage un peu. Avec de la patience, les personnes autour de nous finiront par regarder ailleurs, trouvant la vieille dame au fond adorable, tandis qu'elle brosse les dents de son caniche avec un gros morceau de muffin aux carottes. Lui faisant aussi prendre un bain de bouche avec de la crème de menthe. Les paroles de la blonde assise devant moi me font tourner les yeux. Je sais bien que son prénom n'est pas Mousseline. La petite fille ne serait pas ici si son prénom en était ainsi. Elle aurait sauté en bas d'un pont avant. Au moins maintenant, je connais le prénom de ma fille de la journée. C'est ainsi que j'ai décidé de l'appeler. Ma fille de la journée, avec tout les regards qui se croisent de temps à autre, me rappelant à l'ordre lorsque je ne souris pas en retour aux autres. Les gens sont comme des requins, s'attendant à sauter à la gorge de ceux qui préfèrent ne pas les regarder et s'occuper de leurs oignons. « Ce n'est pas faux. J'aime les ennuis, surtout ceux qui ne se terminent pas facilement. Pour son prénom, j'imaginais quelque chose comme Raiponce ou Blanche-Neige. Des prénoms de princesse. » Essayant de faire redonner le sourire à la petite fille, j'essaie aussi d'attirer la sympathie de sa mère. Une femme de son âge maman avant le temps. On pourrait bien se débarrasser de sa fille quelques minutes, la laisser à la folle au chien et revenir la chercher ensuite, si elle le désire. « Mousseline, c'est vrai que ça fait beaucoup chien. Ton nom, c'est Mousseline quoi, au juste ? » Je m'adresse à la femme blonde assise devant moi, tandis que sa fille a tout bonnement décidé de se pousser plus loins, gambadant pour aller parler au chien rempli de crème de menthe. Pour en boire, peut-être ou pour l'aider à digérer le morceau de biscuit qu'il a toujours dans la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Barmaid
|statut civil| : Maman célibataire
|âge du perso| : 28

- ALESSANDRO -
|célébrité| : Hayden Panettiere
|crédits| : moi + tumblr
|pseudo/prénom| : .burn@light
|dcs| : Matteo - Olivier- Victoria
|nombre de messages| : 340


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Dim 25 Sep - 5:55

Certains hommes sont si imbus d'eux-même qu'ils pensent avoir des chances avec toutes les femmes respirant sur terre, qu'importe s'ils venaient juste de kidnapper leur fille unique. Bon d'accord, peut-être ne l'avait-il pas réellement enlevée, mais les apparences étaient contre lui. Je ne voulais pas l'accuser à tort mais... non, en fait je tenais à l'accuser. Et c'est la raison pour laquelle les mots fusèrent de ma bouche sans même que je ne m'en aperçoive vraiment, le traitant de pédophile fr manière audible devant tout le monde. Je n'avais pas réfléchis aux conséquences de ce que je venais de faire, ou plutôt, de ce qui aurait pu se produire si les choses ne s'étaient pas calmées d'elles-mêmes. Une fois l'intrus parti plus loin, vaguant maintenant à ses occupations, je me suis assise devant celui qui était précédemment avec ma fille, pour sauver les apparences. La dernière chose que je désirais, c'était qu'il se fasse battre en plein centre du mail. Apparemment, vu ses propos vaseux, il était loin d'être intéressé par les jeunes demoiselles prépubaires mais par leurs mères. C'était au moins ça, mais ça ne me rassurait qu'à moitié.

L'homme qui s'était précédemment intéressé à notre petite vie nous regardait toujours, au loin. Il semblait jauger la situation du regard, essayer de comprendre comment je pouvais avoir eu une fille avec un aussi parfait crétin. Heureusement, ce n'était pas le cas! Je n'étais pas encore tombée aussi bas... enfin, c'est ce que je pensais. Dans mon intérêt, mieux valait que j'ignore la vérité si je ne voulais pas être celle qui allait sauter en bas du pont. Après avoir fait de la lèche à ma fille, qui grimaça aux prénoms qu'il lui trouva, normal puisqu'elle ne jurait que par ''Elsa la reine des neiges'', Crystal s'éloigna peu à peu. Je n'en fis pas trop cas, ne la réprimandant pas. Après tout, elle devait être légèrement traumatisée par tout ce qui venait de se produire.. enfin, même si elle ne le montrait pas trop. Le problème avec elle, c'était qu'elle était un peu trop sociable, faisant confiance à tous ceux qu'elle croisait. J'avais toujours peur de la perdre quelque part, ce qui avait failli se produire aujourd'hui. Je gardais donc un oeil en billet vers elle, ne la perdant plus de vue. J'avais eu assez peur comme ça. ''Je sais pas trop, toi c'est imbécile comment déjà?'' Je n'allais tout de même pas le laisser m'insulter sans répliquer à mon tour. Et puis s'il continuait, c'était toujours possible de me relever et de continuer la précédente scène, l'homme de tout à l'heure étant toujours aux aguets. Si je ne voulais pas l'accuser à tort, je n'avais tout de même aucun problème avec le fait qu'il se fasse frapper s'il continuait à être un aussi parfait imbécile.




There's a little creepy house. In a little creepy place. Little creepy town. In a little creepy world. Little creepy girl. With her little creepy face. Saying funny things that you have never heard. Do you know what it's all about. Are you brave enough to figure out. Know that you could set your world on fire .If you are strong enough to leave your doubts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Pompier
|statut civil| : Et toi? Tu fais quoi ce soir?
|âge du perso| : 29

Sonya
|célébrité| : Tyler Hoechlin
|crédits| : Avatar: Hollowbastion
|pseudo/prénom| : True.Love/Audréanne
|dcs| : nop
|nombre de messages| : 89


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Mar 22 Nov - 3:08

Le fait de me faire traiter de pédophile devant les clients du coin ne me pose pas vraiment problème. Ce genre d’attitude a toujours emmené une petite touche de gaieté dans un couple et encore mieux lorsque les deux personnes ne sont pas un couple. Quelques tapes dans le dos est toujours apprécié à la suite, ce que la jeune femme ne me fit pas. Elle resta de marbre un moment, espérant grandement que les gens autour de nous puisse comprendre que je ne suis qu'un pervers. Si c'est ce qu'elle veut faire croire, soit. Ceci ne m'empêche pas de respirer et de continuer de la regarder de travers. Pas d'un style de dégoût, mais bien avec le regard du contraire. L'homme qui avait décidé de venir nous interrompre décida de nous laisser tranquille, ce qui arrangea grandement les choses. Je ne veux pas que quelqu'un puisse s'interposer dans ma vie personnelle, qu'une personne puisse décider de ce que j'ai l'intention de faire ou dire et puisse donner son opinion ensuite. Ma vie est assez compliqué de la sorte, jamais je ne vais laisser quelqu'un se mettre entre moi et la femme que je juge convenable pour entreprendre une relation de quelques minutes. Pas plus d'une heure, pas question d'attachement. Pas que je me sent capable de m'attacher à quelqu'un, mais je n'ai pas envie qu'une jolie demoiselle puisse s'intéresser à moi. J'aime ma simplicité, ma solitude, mes blagues que seuls les célibataires peuvent comprendre. Je me vois mal entreprendre une relation avec une femme qui ne s'intéresse qu'aux maquillages, aux magasines de modes et aux robes. Mais voyant comment la femme assise devant se fringue, je l'imagine mal entrain de faire les boutiques de mode, à la recherche d'une robe de soirée pour fouler le tapis rouge. Elle peut faire les boutiques pour chercher un chandail troué et traire les vaches. Ceci peut lui coller merveilleusement bien à la peau.

Tandis que Blanche-Neige se range du côté du chien, je vois bien que sa mère ne lui fait pas attention. Elle la regarde certes, mais pas comme une mère qui se doit d'être inquiète. Si pour elle j'ai été un dangereux agresseur d'enfant, il se pourrait bien que quelqu'un d'autre puisse s'en prendre à elle et que cette personne soit réellement mal intentionnée. Une chance pour moi, je n'ai pas d'attachement à la jeune fille alors, si jamais elle se fait enlever, ceci m'importera peu. Je la regarderai partir tranquillement et demanderez probablement un réchaud de café pour regarder la mère de cette dernière tourner en rond et paniquer. Je lui expliquerai ensuite ce que j'ai réalisé, soit qu'elle est une mère médiocre et que jamais un homme n'aurait dut lui faire un enfant. Ce dernier s'est certainement enfuis après que cette femme est allumée la lumière, j'en suis persuadé. Et je peux le comprendre pleinement puisque je ferais la même chose que lui. Ridicule de rester là à la regarder et espérer qu'elle puisse se transformer en quelque chose d'appréciable. Même enfant, je ne croyais pas que quelque chose d'aussi imprévisible puisse arriver. « Si tu crois pouvoir passer la nuit avec moi avec cet attitude, je t'avertis tout de suite, tu te mets le doigt dans l'oeil. Peut-être que c'est ainsi que tu agis lorsque tu te sens seule et que tu cherches un peu de compagnie, mais je suis loin d'être intéressé. Il va falloir changer de tactique avec moi, ma jolie. » Un petit clin d'oeil dans sa direction et un sourire en coin. Il n'est pas rare de voir une femme perdre ses moyens avec mon visage d'ange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Barmaid
|statut civil| : Maman célibataire
|âge du perso| : 28

- ALESSANDRO -
|célébrité| : Hayden Panettiere
|crédits| : moi + tumblr
|pseudo/prénom| : .burn@light
|dcs| : Matteo - Olivier- Victoria
|nombre de messages| : 340


MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   Mar 3 Jan - 23:36

Je commence réellement à avoir envie de me lever et de ficher le camp. Immédiatement. Mais bon, mon coeur de mère ne voudrait pas que les gros bras plus loin ne s'emporte en pensant que l'idiot devant moi soit un pédophile ou bien un batteur de femme. Pas que je m'inquiète de son sort, mais plutôt parce que je n'ai pas envie que ma fille assiste à cette scène. C'est la raison pour laquelle je reste tranquillement sur mon siège, même si je n'y suis véritablement pas à l'aise. C'est évident, surement pour ceux qui nous entoure aussi, mais avec un peu de temps, ils ne nous dévisageront plus et je pourrai partir subtilement, comme si rien ne s'était passé. Comme si je n'avais jamais eu le déplaisir de rencontrer cet être infâme se trouvant devant moi et me souriant bêtement comme une bête de cirque entrainée à faire des faces ... flippantes. Pas étonnant que j'ai tout de suite sauté aux conclusions en le voyant. Avec sa fausse allure de badboy de quinze ans et ses mimiques qui se veulent sexy alors qu'elles ne le sont pas, on aurait juste envie de lui dire de grandir un peu. Visiblement, lui, il n'a pas été convenablement élevé par sa mère, ou bien elle a laissé l'affaire par découragement. ''Pardon?'' Je me retiens pour ne pas le frapper, fermant mon poing avec rage à sa remarque des plus idiotes. Vraiment? Non seulement il se sent à ce point irrésistible, mais en plus, il pense qu'il aurait la moindre chance avec moi? Ridicule! Jamais je ne laisserais ce genre d'homme m'approcher ou bien entrer dans mon lit. Je suis assez intelligente pour reconnaître un tocard lorsque j'en croise un. ''La seule chose qui m'empêche de frapper ta tête de poire, c'est le fait que ma fille pourrait me voir. Alors s'il te plait, ne pousse pas trop ta chance sinon je t'abandonne aux loups.'' Si j'avais l'esprit mal tourné, je crierais tout simplement qu'il n'a pas le droit de me malmener et que je ne veux plus qu'il approche de ma fille lorsqu'il fait nuit pour créer un scandale et le voir mourir dans d'affreuses souffrances. Et il commence vraiment à me donner envie de m'exécuter. ''Je parierais ma chemise que t'as pas d'enfants et que personne veut rester près de toi plus de quelques heures.'' Avec cette attitude, c'est facile à deviner.




There's a little creepy house. In a little creepy place. Little creepy town. In a little creepy world. Little creepy girl. With her little creepy face. Saying funny things that you have never heard. Do you know what it's all about. Are you brave enough to figure out. Know that you could set your world on fire .If you are strong enough to leave your doubts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. (Sonya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Paroles] Quand le Rideau Tombe
» Quand le masque tombe SP
» CD PROMO QUAND LE MASQUE TOMBE NOIR
» Quand la réalité vous tombe dessus
» Quand on était jeunes et beaux!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum