AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Lun 7 Avr - 7:12

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

La dernière fois que j'ai vu Julien, mon meilleur ami, on s'est bêtement prit la tête. Je l'avoue, ça arrive fréquemment, mais on ce réconcilie toujours, comme seuls le font, les vrais amis. Je voulais lui parlé de choses sérieuses et lui, m'annonçait qu'il ne pouvait pas resté parce qu'il devait se préparer pour une course qui avait lieu le soir même. Comme à chaque fois, j'ai paniqué et j'ai fais une crise de nerfs. J'ai tellement peur de le perdre que je ne peux pas m'empêcher d'angoissée pour lui. Je n'aime pas la façon qu'il a de jouer ainsi avec sa propre vie. J'ai cette impression qu'il cherche à prouver quelque chose, mais je ne sais pas à qui, ni pourquoi. Peut être que je ne le saurais jamais. En tout cas, je tiens à lui et à chaque fois qu'il participe à une course, on se dispute, simplement parce que j'ai peur. Julien est mon meilleur ami, on se connait depuis qu'on est enfant, je ne l'ai jamais vu autrement et d'ailleurs, ça ne m'a jamais effleurer l'esprit. J'ai vu ce garçon roté, se mettre les doigts dans le nez et j'en passé, je ne vois donc pas comment je pourrais le voir autrement que comme un ami fidèle. Et je sais qu'il en est de même pour lui. Je tiens énormément à lui, autant que je tiens à Olivier, mais c'est différent. Julien est mon meilleur ami, Olivier est mon âme sœur. Mais je ne veux pas les perdre, aussi bien l'un que l'autre. Je ne m'en remettrais pas. Pourtant, ils se détestent, mais je n'y peut rien, malheureusement.

Après notre dernière dispute, à Julien et à moi, je suis allée dans les bois pour me calmer les nerfs et je me suis perdue, la poisse ! Enfin, je ne reviendrais pas sur les détails, mais après avoir retrouver mon chemin, je suis tout de même aller encourager mon ami, et quand il a gagner, la dispute était oublier. Il devait être content que je sois venue, j'imagine. Après, il m'a dit qu'il me donnerait des leçons de conduite, comme Easton. Et si, j'ai la trouille avec lui, alors qu'il est prudent, j'ose à peine imaginer ce qu'il en sera avec Julien. Et crétine que je suis, j'ai accepté sans prendre le temps de réfléchir, trop heureuse de m'être réconciliée avec lui. La première leçon à lieu aujourd'hui et je me suis ronger les ongles à sang tellement j'ai peur de ce qui m'attend. Julien conduite vite, trop vite et il est imprudent. Il est aussi une boule de nerfs prête à explosé au moindre reproche. Je suis la seule à parvenir à le calmer, mais si je suis trop crispée et que je sursaute un peut trop, il vas s'énerver. Qui peut me dire pourquoi j'ai accepté de prendre une leçon de conduite avec lui alors que je déteste conduire ? Pour patienté, en attendant qu'il arrive, j'écoute la radio sur mon smartphone. Je déteste cette chanson de Taylor Swift qui passe au moment de mon écoute, pourtant, je commence à en fredonner l'air, jusqu'à me mettre à chanter à tue tête ! I'm really gonna miss you picking fights. And me, falling for a screaming that I'm right. And you, will hide away and find your piece of mind with some indie record that's much cooler than mine. Fort heureusement, il n'y à pas grand monde sur le Chemin du Vieux Puits.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mar 8 Avr - 16:07

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



Il n'y a pas beaucoup de monde sur le chemin du vieux puits, mais moi, j'y étais. J'avais donc posé mes yeux sur Céline pendant un moment avant de soupirer et d'aller la rejoindre. Je ne voulais pas qu'elle fasse rire d'elle car, honnêtement, entre vous et moi, elle est loin de Céline Dion. Elle aime chanter, ça s'entend dans sa voix, mais c'est tout. Je ne serais pas prêt à mettre ma vie en danger uniquement pour l'entendre me réciter quelques paroles de chanson. Et surtout pas du Taylor Swift. J'ai tout de même une sorte d'amour propre. Enfin, façon de parler mais j'ai l'impression, de temps en temps, que les choses ne pourraient pas empirer plus lorsque mon amie décide d'ouvrir la bouche pour chanter. Je m'étais donc rapproché un peu d'elle, le coeur gros, prêt à lui dire certaines choses. ''Tu devrais arrêter de chanter, tu vas finir par faire peur à toute espèce vivante à moins de 35 kilomètres.'' Céline pouvait bien commencer à s'en prendre à moi, mais ça m'était égal. Je savais bien qu'elle allait sourire dans les instants à venir, trouver le tout assez adorable et me pardonner ensuite. C'était toujours ainsi entre nous. Nous étions inséparables depuis bien trop longtemps. Nous avions un certain passé en commun et des fois, j'avais l'impression que Céline était ma douce moitié. Enfin, pas niveau relation ou côté coeur, mais uniquement la personne qui pouvait le mieux me comprendre. Que ce soit pour ce que nous avions vécu à l'école avant ou encore, aujourd'hui. Lorsque l'un de nous deux avait besoin d'aide, l'autre n'était jamais bien loin. Même après notre dernière dispute, les choses c'étaient très vite arrangées. Elle était revenue me voir, comme si tout allait bien et nous avions fini par en rire. Je sais bien que Céline à peur de me perdre, qu'elle craint sans cesse pour ma vie mais je n'y peux rien. Depuis la mort de mon frère, j'ai comme l'impression que les choses ne pourraient pas aller pire. J'ai tendance à tout lui mettre sur le dos, de mentionner que s'il serait toujours là, je n'en serais pas là. Qu'il aurait été capable de me venir en aide et de m'appuyer sur beaucoup de choses. Mais les choses ont changés et tout est différent désormais. La perte de mon frère a fait un grand vide dans ma vie mais je n'y suis pour rien. Nous avions une seule et même grande passion, je ne peux le nier mais j'aurais tout même aimé que nous puissions aimer, tout deux, le cinéma à la place. Ceci aurait eut un peu plus de bon sens, dans ma vision des choses. ''Prête à aller risquer ta vie derrière un volant?'' Je savais parfaitement que Céline était nerveuse et c'est pour cette raison que je m'amusais à ses dépends. ''Pour commencer, apprend à respirer et ensuite, tu pourras peut-être y arriver.'' Je savais d'avance pourquoi Céline était nerveuse de la sorte. Je conduisais assez vite et pour certaine personne, je conduisais mal. Mais elle avait tout de même accepté cette petite aventure et ça, elle ne pouvait pas le nier. Elle allait être prise avec moi pour le restant de la journée. Et j’espérais grandement qu'elle ne puisse pas mal le prendre, car j'avais beaucoup de chose à lui dire et aussi, je savais qu'elle avait grand besoin de parler. Tout en se dirigeant vers ma voiture, je me suis donc mis à lui parler, un peu comme si de rien n'était. ''Et puis, comment va ton.... fiancé?'' Je savais parfaitement la vie amoureuse de Céline, et elle ne pouvait pas dire le contraire. Depuis le temps que je la connaissais, elle ne pouvait pas vraiment dire que je ne savais pas de quoi je parlais.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mer 9 Avr - 15:40

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Julien a toujours été présent pour moi et inversement. J’étais là, à ses côtés, quand Elisa, la fille folle qui se faisait passé pour la petite nièce de la vielle Dorine l’avait accusé de viol. J’étais encore, quand il avait perdu son frère ainé dans ce terrible accident de voiture. J’étais toujours là pour lui quand il en avait besoin, à lui prêté une oreille attentive et une épaule sur laquelle se reposée. De son côté, il était également présent pour moi dans les périodes difficiles de ma vie. Je l’avoue, c’était arrivé moins fréquemment que pour lui, mais je savais que je pouvais compter sur lui. Il n’avait pas protesté quand, il y a presque un an, j’étais venue chez lui au beau milieu de la nuit pour lui parlé de mes fiançailles non désirées. J’avais pleuré dans ses bras toute la nuit, ça m’avait fait du bien, même si au final, ça n’avait pas servit à grand-chose. Pour me soutenir, il avait accepté d’être mon témoin. En toute logique, on choisie une personne de même sexe, moi j’avais choisis mon meilleur ami, parce que, à mes yeux, il était la personne la mieux placer pour tenir ce rôle. Il avait réussit à me faire sourire, même si cette journée avait été la pire de ma vie. Lui et moi, on pouvait tout se dire, les bonnes, comme les mauvaises choses. En général, quand on se chicanait, ça ne durait pas bien longtemps, on s’est rarement fâché plus de quelques heures. Et si ce n’est pas moi qui reviens vers lui tête basse pour me faire pardonnée, c’est l’inverse. Je ne pouvais pas rêver un meilleur, meilleur ami, il était génial et je l’adorais !

Il était aussi relativement discret, un espion aux pâtes de velours. Je ne l’avais pas entendu arriver ! Ce n’est que lorsqu’il me chuchota d’arrêter de chanter, au risque de faire peur à toute personne vivant à moins de 35 kilomètres alentours, que je percutais qu’il était là. Et à voir son grand sourire, il devait m’observer depuis déjà plusieurs minutes. « Je chante si mal que ça ? » Je demande, mi fâchée, mi amusée. Puis, comme il devait s’y attendre, je mis à rire, avant de lui donner une bourrade. Je le saluais toujours façon « mec », mais il m’avait vu manger de la terre, me casser la figure et j’en passe. Avec lui, je ne me sentais jamais ridicule, même lorsque j’étais prise en flagrant délit en train de pousser la chansonnette. Le jeune homme m’a ensuite demandée si j’étais prête à aller risquer ma vie sur la route. J’ai avalée ma salive avec difficulté, sans parvenir à sortir un seul son. J’étais nerveuse, et j’imagine qu’il avait du s’en rendre compte, car sur un ton plein de taquinerie, il me conseilla de respirer pour me sentir mieux. « J’ai plutôt envie de vomir ! » Je réponds alors, sur le même ton. Il avait le chic pour me faire rire et surtout pour me calmer, quand d’autres à sa place, n’y arriveraient pas. Au fond, Julien était comme Olivier, le seul à me faire rire, à m’aider à me sentir bien, c’était mon ami, mais aussi mon frère, je pouvais presque tout entendre venant de lui.

Presque, parce que, l’instant d’après, il me demanda des nouvelles d’Emmanuel. J’eus une grimace, il avait aussi le don de m’exaspérée en me parlant de choses fâcheuse. Je pourrais répondre au tac au tac et lui demandé s’il avait revu Elisa depuis la dernière fois. Je savais que la folle était de retour, mais je n’avais envie de me prendre le bec avec lui, alors je préférais me taire. « Mon mari, serait un terme plus approprié ! » Dis-je alors, toute trace d’humour avait disparue de ma voix. J’étais plutôt passablement déprimée, mais je n’avais pas répondu à sa question. « Emmanuel vas bien. Et malheureusement, il est toujours là et nous sommes toujours mariés. » Je finis par répondre, l’air triste. Je me souviens encore du jour ou je lui ai apprit mes fiançailles. Il avait cru que je lui faisais une bonne blague, sauf que quand il a finit par lever les yeux vers moi, il a comprit que ce n’était pas une plaisanterie. J’étais livide et je suis pratiquement certaine qu’en cette minute, j’ai la même expression sur le visage.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Jeu 10 Avr - 18:23

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



Céline était toujours là, près de moi, pour toutes sortes de choses. Je ne peux cacher que, pendant quelques années, j'avais été fou d'elle. Mais ceci remonte, il y a de cela, des années. Nous avions environ 10 ou 11 ans et pour moi, elle était complètement tout. Il n'était pas rare de me voir dans les parages, sourire aux lèvres, attendant de ses nouvelles. Les choses avaient changé un peu mais pas l'affection que j'avais pour cette fille. L'amour avait fini par rendre l'âme, se changeant en amitié profonde, quelque chose de trop grand pour que nous puissions vraiment en parler. Nous étions des gens normaux, mais avec un coeur remplis d'amitié pour l'autre. De mon côté, j’étais toujours présent pour lui venir en aide, lorsqu'elle en avait besoin. Toujours près à l'épauler et à lui rendre le sourire, sauf depuis quelques mois. Céline m'avait fait mention d'un nouvel ami dans sa vie. Non, je n'étais pas jaloux de lui, bien au contraire, mais disons que j'avais une certaine réticence, comme si je n'avais pas vraiment envie de le connaitre. Chose qui était tout de même assez étrange avec moi, puisque j'avais toujours voulu me faire des tonnes d'amis. Avec cet Olivier, c'était tout autre. Je l'avais croisé deux ou trois fois, peut-être, mais n'avait jamais voulu lui parler ou faire part de je ne sais quoi avec lui. Le tenir à carreau, le laisser loin derrière et espérer que Céline puisse le laisser partir plus loin. Disons que mon amie m'avait déjà parlé d'un certain petit brun qui travaillait à la boulangerie de son père et j'avais été le premier à aller le voir, pour comprendre ensuite que c'était Céline qui s'imaginait des choses. Je lui avais appris, à ce gamin, le nom de ma meilleure amie, ainsi que son statut dans l'entreprise. Visiblement, ce Alexis n'avait rien compris depuis le départ. Je lui avais donc annoncé le prénom de mon amie, soit Céline et lui avais bien fait comprendre qu'elle était la fille de son patron et que si jamais il posait une main sur elle, j'allais lui défoncer la tête et ce, immédiatement après lui avoir crevé les yeux, un à un. Arrivé à la hauteur de Céline, je n'ai pu m'empêcher de lui répliquer quelques mots, avec tout ce qu'elle était entrain de chanter. Et pour seule réponse à sa question, je me suis bouché les oreilles, de manière à lui faire comprendre que oui. Je blaguais, bien entendu, à demi je l'admet, mais elle ne pouvait pas faire pire que moi, c'était l'évidence même. Je n'avais jamais été très bon chanteur et encore moins danseur. Peut-être qu'un jour, j'allais finir par avoir le temps de me lancer dans quelques chorégraphie mais pas pour tout de suite. J'avais autre chose à faire.

Après quelques pas vers ma voiture, j'ai fini par poser une petite question à l'intention de mon amie, soit de savoir comment allait son fiancé. Sa réponse me surprit tout de même un peu, puisqu'elle me parla d'Emmanuel. J'avais l'impression que nous nous étions mal compris, tout les deux. ''Minute papillon! Je ne te parle pas d'Emmanuel mais de l'autre trou du cul qui s'appelle Olivier. Tu sais, l'espèce de con sur deux pattes que je n'apprécie pas? Tu te souviens de lui j'espère ou bien, j'avais raison depuis le début? Il t'as faussé compagnie après avoir eut ce qu'il voulait, c'est ça? Tu veux que j'aille lui casser les deux jambes et que je m'occupe personnellement de sa petite soeur?'' Je n'avais jamais été un homme violent mais pour Céline, j'étais prêt à devenir quelqu'un d'autre, uniquement pour qu'elle puisse aller mieux.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Ven 11 Avr - 15:46

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Ainsi, Julien me parlait d’Olivier et non d’Emmanuel. J’aurais du m’en douté étant donner le ton plein de froideur qu’il avait employé pour me demander des nouvelles de mon fiancé. Lorsque j’étais tombée follement amoureuse d’Olivier je n’avais pas vraiment eut besoin de le lui dire, Julien l’avait comprit tout seul. Seulement, sa réaction n’avait pas été celle que j’attendais. Je pensais qu’il se serait réjouit pour moi, au contraire, il avait de suite haït Olivier, sans même chercher d’avantages à le connaitre. Depuis, même si je mourrais d’envie de parlé de l’homme de ma vie avec mon meilleur ami, je n’en faisais rien, parce Julien avait toujours une excellente raison de s’en prendre verbalement à lui. La preuve, le voilà en train de traiter Olivier de tous les noms, pensant qu’il m’a laissé tomber. Je le fusille du regard, tout sourire ayant disparu de mon visage. « Ne l’insulte pas s’il te plait ! » Je dis, furieuse, en tapant du pied. « Aussi incroyable que ça puisse te paraitre, il m’aime, et je l’aime aussi. C’est dingue quand même ! Pour une fois qu’il m’arrive quelque chose de beau, tu t’obstine à vouloir tout gâcher. Pourquoi ? » Je le regarde, et je soupire tristement, je suis à la limite entre la colère et le désespoir, parce que mon meilleur ami s’en prend sans raison à l’homme que j’aime, alors qu’il ne le connait pas, il ne lui à jamais adressé la parole. J’aimerais comprendre pourquoi il agit ainsi. Par jalousie parce qu’il aimerait avoir une petite amie et qu’il n’en à pas ? Parce qu’il ne veut pas que je sois heureuse ? Parce qu’il est amoureux de moi ? Ou alors, peut être parce qu’il aime me faire de la peine ? Je ne m’attendais vraiment pas à ce que celui qui partage mes peines depuis l’enfance puisse être aussi méchant. Olivier ne lui a rien fait. D’accord, mon chéri ne l’aime pas non plus, mais il à la délicatesse de ne pas le critiquer devant moi, et j’estime qu’étant sa meilleure amie, Julien devrait en faire de même, au lieu de tout faire pour me faire de la peine. Car c’est bien ce qu’il cherche à faire, non ?

Julien pense peut être comme beaucoup d’autres. Que je ne suis pas une fille bien et que c’est tout simplement impossible pour lui de croire que je puisse aimer et être aimer en retour. Son attitude me rend triste parce que je n’ai aucune envie de me disputer avec lui. Il dépasse les bornes je trouve, comme s’il cherchait une dispute pour le seul plaisir de me voir revenir vers lui toute penaude. Sauf que cette fois, je ne reviendrais pas. Qu’il se fiche de moi, de ma façon de chanter, de m’habiller ou parce que j’ai peur de sa façon de conduire, ce n’est pas grave, ça m’énerve oui, mais je m’en moque, je suis la première à rire de mes sottises. Mais je n’admets pas qu’il puisse insulter Olivier de la sorte et sans aucune raison. Qu’il recommence et je n’hésiterais pas à quitter la voiture en marche. Et tant pis si je me blesse. Je veux simplement qu’il se mette en tête que j’ai, moi aussi, le droit d’être amoureuse. Je le regarde silencieusement, je me demande ce qu’il a en tête. Je croise les bras sur ma poitrine. « Bon, on se la fait cette leçon de conduite ? » Je demande, retrouvant momentanément ma bonne humeur. C’est mal parti s’il recommence à insulté l’homme que j’aime. J’aimerais lui dire que s’il venait à me dire qu’il à rencontré une fille et qu’il est amoureux, je serais vraiment heureuse pour lui, au point d’avoir envie de la connaitre. Parce que c’est aussi ça, l’amitié. On partage les peines de l’autre, mais aussi ses joies. Et je sais que moi, je serais heureuse pour Julien s’il venait à trouver une fille pour lui. Je ne serais pas jalouse d’elle, et si elle ne m’aime pas, ma fois, tant pis, je ferais avec, mais en aucun cas, je ne me laisserais aller à la critiquer et encore moins à l’insulter. Je me contenterais d’accepter que mon meilleur ami de toujours puisse être heureux en dehors de moi.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Lun 14 Avr - 17:28

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



''Ne me fait pas dire des choses que je n'ai pas dites. Je n'ai pas dit que tu n'avais pas le droit d'être heureuse, loin de là. Je veux que.. non, laisse tomber.'' Je n'avais pas l'intention de me prendre la tête avec Céline, surtout si elle tenait tellement à sa liberté, à son histoire avec Olivier. Pour moi, ce dernier n'était pas vraiment mieux que tout les autres. Non, je n'était pas amoureux de Céline, non non et non, mais notre amitié avait toujours eut le dessus sur tout. Et lorsqu'elle me parlait de cet Olivier, la bouche en coeur et les yeux pétillants, je devais presque fou de rage. Je me voyais mal devoir mettre un terme à son bonheur, la connaissant un peu trop bien. Mon amie a tendance à s'emballer, à rire pour un rien et surtout, à devenir folle de joie lorsqu'elle le peut. Et avec Olivier, elle avait l'air de ce genre de fille. Elle était heureuse oui, mais peut-être devrait-elle penser aux autres autour d'elle avant de s'aventurer dans ce genre de relation compliquée? Aimer, ce n'est pas uniquement croire en l'autre, il faut également mettre un peu du sien et de mon côté, je connaissais un apprentis médecin qui aurait fait n'importe quoi pour que sa belle puisse l'accepter comme il était, qu'elle puisse enfin le regarder autrement que par simple dégoût et qu'elle finisse vraiment par lui donner la seule chose qu'il souhaitait. De l'amour de sa part. Je trouvais Céline un peu vieux jeu, un peu.. Bon d'accord, je n'avais jamais aimé l'agissement de son père, il va de soit mais depuis quelques temps, je n'aimais pas non plus l'agissement de Céline. Elle agissait comme bon lui semblait, tombait amoureuse des mauvais garçons et ensuite, venait m'expliquer le tout comme si je devais lui donner le bon rôle et la prendre en pitié. Pour le moment, j'avais plutôt l'impression que c'était Emmanuel qui souffrait le plus, entre eux deux. Et ça, j'avais de la difficulté à l'accepter. Je pouvais très bien me mettre à la place de mon amie et avoir pitié d'elle et de l'agissement de son père mais pour le reste, j'avais un peu de difficulté à l'accepter. Céline continuait sans cesse à mettre des idées dans la tête d'Emmanuel, le faisant tourner en rond sans cesse. Elle lui promettait des choses, le faisait sourire et lorsqu'elle le pouvait, elle se sauvait. N'avait-elle pas conscience qu'une patience, à toujours une limite? Peut-être qu'un jour ou l'autre, Emmanuel allait finir par partir, étant tanné de temps de connerie de sa part et surtout, de cachoteries de la sorte. Céline en aimait un autre, merci de l'avertir.

Je n'ai pas vraiment répliqué à son histoire de conduite. J'aurais bien aimé qu'elle puisse comprendre par elle-même le mal qu'elle faisait autour d'elle. Avant Olivier, il y avait eut l'autre gamin.. Celui qui avait faillit la tuer, tellement qu'il la trouvait collante. Enfin, c'est l'impression que tout ceci avait eut lieu. J'avais dut intervenir, allant jusqu'à parler à cet Alexis mais ce dernier n'avait pas vraiment eut l'air de comprendre quelque chose à toute cette histoire. Comme quoi que Céline se mettait encore des histoires en tête et une aventure de plus. Alexis avait même trouvé le tout assez rigolo mais avait arrêté de rire, lorsque je lui avais bien fait comprendre de laisser Céline tranquille sinon, j'allais le revoir dans les jours qui allaient suivre. Et puis.. plus rien, plus de nouvelle de ce petit bout d'homme. Mais maintenant, il y avait quelqu'un d'autre dans la mire de la blondinette et ça, j'avais de la difficulté à le comprendre. Je me suis donc assis, côté passager, dans mon véhicule. J'espérais que Céline puisse prendre son temps avant d'entrer dans la voiture et de démarrer. J'espérais sincèrement qu'elle puisse me laisser un peu de temps seul à seul avec moi-même pour réfléchir à une manière de tout lui expliquer. Je savais bien que le tout serait compliqué et qu'il serait difficile pour elle de l'admettre, mais je devais tout de même trouver une manière de la faire réagir. Et ça, je ne savais pas trop comment..
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mar 15 Avr - 8:49

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Julien n’avait peut-être pas dit que je n’avais pas le droit d’être heureuse, mais il le pensait, ça ne faisait aucun doute. Je le voyais à sa façon de revenir sur ses paroles, comme s’il voulait dire quelque chose qui, il le savait, ne me plairait pas. Et comme toujours, mon meilleur ami s’arrangeait pour avoir le beau rôle, soit celui du gentil de l’histoire. C’était moi, la pauvre idiote, la pauvre petit Céline qu’il faudrait consolée parce qu’elle s’est encore trompée, qu’elle encore amourachée du mauvais garçon. Ne pouvait-il pas se faire à l’idée que cette fois, ce n’était pas une folie ? Que mon histoire avec Olivier était solide, belle et surtout réelle. Non, comme toujours Julien était fou de rage parce qu’il ne voulait pas perdre mon amitié. C’était aussi simple que ça, à chaque fois que je suis tombée amoureuse, à chaque fois que j’ai cru l’être, à chaque fois que j’ai craqué pour les beaux yeux d’un garçon, mon meilleur ami l’a mal prit. Critiques, méchancetés, tout y passait et bizarrement, lorsqu’il apprit qu’Emmanuel Gauthier avait le béguin pour moi, il n’a rien dit. Pourquoi ? Parce que les sentiments du jeune homme à mon égard n’étaient pas partagés. Je suis prête à mettre ma main au feu que si j’avais été amoureuse de lui, Julien s’en serait pris à lui au lieu de le défendre. Alors oui, c’est vrai, il n’avait pas dit qu’il ne voulait pas me voir heureuse, il le sous-entendait et ça, ça me faisait un mal de chien. Comme un coup de poignard qui me déchire les entrailles. Je ne sais pas pourquoi Julien réagit ainsi, mais chaque fois qu’il insulte Olivier, c’est moi qu’il insulte. Chaque fois qu’il le critique, qu’il s’en prend à lui, c’est moi qu’il attaque. Et je ne le supportais plus, s’il continuait de la sorte, j’allais tout simplement prendre mes distances et je ne pense pas que ça soit ce qu’il cherche.

Je n’ai pas répondu, ça n’en valait pas la peine, mais Julien n’a rien ajouté non plus. Je savais que ce n’était que partie remise, qu’il allait en remettre une couche dans pas longtemps. Je n’y étais pas préparer, je crois que s’il recommence, je risque de faire une connerie. Je l’ai dit, qu’il se moque de moi, je m’en fiche, j’ai l’habite, mais je refuse qu’il s’en prenne à mon amour, à ça non. Sans rien dire, il s’est assis sur le siège passager de son véhicule, attendant que je prenne place à ses côtés, mais je ne l’ai pas fait. Du moins, pas tout de suite. J’avais besoin de faire le vide, de me calmer. Je n’avais plus peur de cette banale leçon de conduite, non, j’appréhendais ce qu’il allait me dire. Quoiqu’il en soit, si ça dégénérait, je n’hésiterais pas à arrêter la voiture et à rentrer chez moi à pieds, et ce, même si nous sommes au milieu de nulle part. J’ai fait quelques pas en respirant bien fort l’air frais du matin. De la fumée s’échappais de mes lèvres. La journée serait douce, mais cela ne m’apaisait en rien. Je poussais un grand cris pour libérer la rage que j’avais dans le ventre, avant de m’essuyer les yeux d’un geste rageur. Puis, après quelques minutes, je me décidais à rejoindre Julien dans la voiture. Je ne me sentais pas mieux, loin de là, j’avais mal au ventre et une forte envie de le planter là, mais ce n’était pas la meilleure des choses à faire, alors, silencieusement, je grimpais dans la voiture, je bouclais ma ceinture de sécurité après avoir régler le siège. Julien était plus grand que moi, mais je ne fis pas démarrer le moteur. Je fixais un point loin devant moi, préférant éviter de croiser le regard de mon ami. S’il était déçu de moi, je l’étais tout autant de lui et plus vite cette leçon de conduite serait passé, mieux cela sera. Mon ventre émit un grognement de protestation, je n’avais pas mangé et cela me fit sourire, mais je ne fis aucun commentaire. Je n’avais pas envie de rire, pas envie de parler, je voulais juste que mon meilleur ami me comprenne, qu’il me soutienne, au lieu de me poser en méchante. A croire qu’il voulait que je choisisse la solution de facilité. « Ne t’entiche pas d’un autre mec, tu en as un chez toi qui attend que ça. » voulait-il, surement me dire. Je sais que j’agissais avec égoïsme, en ne pensant qu’à moi et à Olivier, mais en restant avec Emmanuel, je ne serais jamais heureuse. Mais peut être que c’est ce qu’il voulait.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Dim 27 Avr - 21:46

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



Toutes mes intentions n'étaient pas méchantes, loin de là. Je voulais uniquement qu'elle puisse comprendre qu'elle faisait du mal autour d'elle et ce, sans même le vouloir. Enfin, c'est l'impression que cela donnait. Peut-être me trompais-je, je ne saurais le dire. Par contre, et ça, je le savais parfaitement, c'est que même si nous étions amis depuis un bon nombre d'années, Céline ne pouvait pas vraiment savoir ce que je pensais. Bon d'accord, de temps en temps, c'était facile comme tout mais présentement, je voyais clairement qu'elle se trompait. Peut-être n'était-ce pas voulu ou pire encore, peut-être que ce l'était, mais mon amie cherchait désespérément une manière de m'en faire voir toutes les couleurs et je ne comprenais pas entièrement pourquoi. Je ne lui avais rien fait... je ne voulais même pas me mêler de sa vie privée. Elle pouvait bien faire des galipettes avec qui elle le souhaitait, je n'allais pas être celui qui allait l'en empêcher. Tout ce que je savais, pour l'instant, c'est qu'elle était cruelle avec Emmanuel et ça, j'avais de la difficulté à le comprendre et surtout, à le surmonter. Ceci ne me regardais pas, j'en avait bien conscience, mais je préférais rester de marbre sur ses propos assez monstrueux à son endroit, soit de mentionner qu'elle ne le trouvait pas intéressant et qu'elle ne l'aimait pas, au lieu de toujours revenir sur le sujet. Ce n'était pas une question que je n'aimais pas Olivier, loin de là, mais bien une question d'honneur et surtout, de franchise. Si elle n'était pas capable de dire la triste vérité à celui qui l'aimait, soit Emmanuel, et bien, selon moi, elle ne méritait pas autant d'attention de la part des autres. Et non, ce n'était pas une question de jalousie, mais bien une question de savoir-vivre, tout simplement. Lorsque tu n'aimes plus une personne, ne joue pas l'aimer, ça va être encore pire ensuite. Peut-être qu'elle ne me comprenait pas sur certains points et ça, je pouvais certainement le comprendre mais pourquoi s'en prendre à moi, uniquement parce que je lui demande de mentionner la vérité aux gens autour d'elle? J'étais heureux pour elle, si elle avait vraiment trouvé l'amour et que ce dernier était vraiment réciproque, mais je ne voulais pas commencer à avoir de sérieux problèmes avec elle, si jamais elle se retrouvait seule, du jour au lendemain. Céline pouvait bien penser ce qu'elle voulait de ma personne, je n'en avais pas grand chose à faire, finalement. De toute manière, que je pense noir pendant qu'elle pense blanc ou bien, si je pense comme elle, elle finirait toujours avec le même caractère. Le sien, tout simplement. Soupe au lait à ses heures et c'était souvent ses heures et sa journée. Je me suis donc assis du côté passager, refusant d'ouvrir la bouche à nouveau. Je n'avais pas l'intention qu'elle me foudroie du regard, une autre fois. Si jamais elle recommençait à me mentionner que je lui souhaitais du mal ou je ne sais quoi, ou peu importe le comment qu'elle puisse le mentionner, puisque tout ceci voulait dire la même chose pour moi, je n'allais pas me gêner pour lui dire ses quatre vérités. De toute manière, même si je lui disais le fin fond de mes pensées dans les minutes à venir, je savais parfaitement qu'elle finirait par revenir me parler, quelques minutes plus tard, voir la journée suivante. Nos disputes ne restaient jamais longtemps sur le tapis, nous finissions toujours par nous pardonner, quoi qu'il puisse être dit, entre nous deux.

J'avais donc pris place du côté passager, attendant que Céline puisse prendre le volant... Chose qu'elle ne fit pas tout de suite. Mais qu'attendait-elle? Que je m'excuse? Si c'était le cas, elle allait attendre longtemps! Je n'avais aucunement l'intention de m'excuser à elle et c'était tout simple pour la raison. Je ne lui avais rien fait, voilà tout! J'ai donc attendu en silence qu'elle revienne dans la voiture, qu'elle prenne place à mes côtés, mais rien ne vient. Elle resta là pendant un moment, fixant un point invisible pour moi, mais qui devait certainement lui faire un bien fou. Honnêtement, si elle le souhaitait, nous pouvions très bien mettre cette séance à un autre jour et ce, immédiatement.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Ven 2 Mai - 6:41

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Les minutes passent, telles des heures, et, sonnée parce que je venais de comprendre, à défaut de l’entendre, je n’entrais pas de suite dans la voiture de mon meilleur ami, je n’en avais pas la force. J’avais besoin de me faire à l’idée que la deuxième personne à laquelle je tenais le plus au monde, n’en avait que faire de mon bonheur ; pire encore, qu’elle le rejetait. Je ne méritais pas ça de la part de Julien et je sais que cette fois, j’aurais bien du mal à oublier. D’un côté, ça me chiffonnais qu’il ne dise rien de plus, parce que j’avais besoin d’un mot gentil ou d’un sourire de sa part, mais de l’autre, ce n’était pas plus mal qu’il se taise, car, à n’en pas douté, s’il parlait, ça serait pour me démolir encore plus. Et à bien y réfléchir, je préférais qu’il soit indifférent que concerner et moqueur. Je restais plusieurs minutes à contempler un point invisible loin devant moi, regarder l’horizon ne m’aidait en rien, mais ça me vidait un peut la tête. Un peut seulement, malheureusement. Je savais que Julien m’observait, se demandant peut être pour quelles raisons je ne venais pas le rejoindre. Au bout de plusieurs minutes, je m’obligeais à contrecœur, à le rejoindre. J’en avais gros sur le cœur, je lui en voulais de son attitude, alors, puisqu’il avait décidé de ne rien dire, je ne parlerais pas non plus.

L’après-midi à venir allait être long, très long. Mais s’il était borné, je l’étais tout autant, et j’en avais marre. Il faisait la tête lorsque je lui parlais d’arrêté les courses et bien, j’estime avoir le droit d’en faire de même, quand il désapprouve mes choix et mon amour pour Olivier. A ce rythme là, on n’arrivera jamais à trouver un terrain d’entende, mais tant pis, je ne changerais pas pour lui, pas plus qu’il ne changera pour moi. Et s’il tenait tant que ça, à cafarder auprès de mon père ou d’Emmanuel, qu’il le fasse. Loin de me porter atteinte, il me rendrait un grand service ! Mais je le connais trop bien, il n’ira pas jusque là. Dommage. Je pourrais parler à Emmanuel, j’en étais capable, seulement, je savais qu’il n’y croirait pas. Il avait la vérité sous le nez depuis des semaines et il ne voyait rien ! Il ne voyait pas que chaque fois que je quittais l’appartement, j’avais le sourire aux lèvres, alors que quand j’étais auprès de lui, je faisais la tronche. C’était tellement vident que j’en étais malade de voir à quel point il se bornait à ne rien voir J’entrais alors dans le véhicule, et sans le regardé, je bouclais ma ceinture de sécurité après avoir effectué les derniers réglages. Je n’avais pas la tête à la conduite, aussi, je m’emmêlais les pieds en voulant démarrer. Rien à faire, je n’arrivais à rien, j’étais trop bouleversée pour avoir les pensées cohérentes. Énervée, je finis par abandonner.

Je me défis de la ceinture de sécurité, et me tournais vers mon ami, enfin, si on veut, car j‘évitais toujours de le regarder. Si je le regardais, j’étais capable de fondre en le voyant sourire. Pas qu’il me plaisait, mais un sourire de Julien et tout mes soucis partent en fumée. Sauf que là, il était la cause de mon mal être, alors, je ne pouvais pas me permettre de faire comme si de rien n’était. « Je m’excuse, mais là, je ne suis pas capable de conduire. Un autre jour, peut être ! » Je dis, en soupirant de lassitude, avant d’attendre. Attendre de pouvoir quitter la voiture, attendre de voir s’il va dire quelque chose et si ce n’est pas le cas, rentrer et me goinfrer de chocolat de Pâques. Rentrer et attendre la fin de la journée pour me consoler auprès d’Olivier. Attendre, je ne faisais rien d’autre qu’attendre que ma vie puisse enfin être comme je l’espérais. C’est quand même dingue de voir que la seule personne à qui je voudrais me confier, ne soit pas capable de me comprendre. J’en pouvais plus, ça serait tellement simple si je pouvais me mettre à le détester. Sauf que je l’adorais, j’adorais ce type assis à côté de moi, même si là, il me faisait presque pleurer.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mer 7 Mai - 0:28

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



J'attendais depuis quelques minutes dans la voiture, me demandant sérieusement ce que Céline faisait. Était-elle entrain de se décrotter les dents ou bien, elle était encore entrain de bouder? Si c'était la deuxième option, je ne comprenais franchement pas pourquoi. Je lui avais uniquement glissé deux petits mots entre deux phrases, espérant qu'elle puisse comprendre que je n'aimais pas beaucoup Olivier. Rien de bien surprenant, vu que j'avais l'impression qu'il se moquait d'elle. Je savais parfaitement que j'avais tort, mais essayez de me comprendre trente secondes: Votre meilleure amie dit qu'elle a rencontré quelqu'un, qu'elle est follement amoureuse. Vous essayez de le connaitre et soudainement, vous apprenez que c'est réciproque, qu'il est également amoureux de cette dernière mais.. car oui, il y a un mais.. il est fiancé à une autre. Et à la place d'annuler ses fiançailles, il continue comme si de rien n'était, comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. Désolé de décevoir quelqu'un, mais nous ne sommes pas dans un monde de bisounours, il arrive de temps en temps, que nous puissions avoir quelques problèmes à supporter quelques personnes. Et c'est normal, de la part de n'importe qui. Autant de la part de Céline, que de la mienne. Alors, était-ce normal, de ma part, de détester quelqu'un qui avait une double vie? Qui s'amusait à nuire à quelqu'un qui prétendait aimer? Que ce soit Céline ou sa fiancée, peut importe. Mais ce que je trouvais étrange dans le lot, était tout simple. Mon amie ne m'avait jamais fait une crise lorsque je lui avais fait mention que je trouvais étrange son dernier coup de coeur, il y a de cela peu de temps. Un garçon qui travaillait pour son père, un gars assez étrange. Il avait une assez mauvaise réputation et se moquait royalement de tout ça. Je n'aimais pas ce type et Céline, de son côté, ne m'avais jamais fait une scène pour ce gars. Bon d'accord, elle était probablement amoureuse mais l'amour, ça ne ce décide pas ainsi, du jour au lendemain. Il faut apprendre à connaitre l'autre et ensuite, voir si tout pourrait fonctionner. C'est ainsi que va la vie, tout simplement.

Céline était peut-être bornée et honnêtement, je m'en moquais un peu. Je ne voulais pas commencer à me battre avec elle car je savais parfaitement que je pouvais être pire qu'elle. Mon amie savait peut-être faire la moue et boudée pour un petit rien, mais je faisais bien pire. Combien de fois avais-je refusé de parler à mon frère, pendant des semaines, après que ce dernier m'ais fait quelque chose de pas très amusant? Bien des fois, trop de fois, finalement. Céline n'était donc pas la seule à avoir un caractère de cochon. Et puis, elle pouvait faire ce qu'elle souhaitait, je m'en moquais un peu. Nous étions peut-être amie mais jamais de la vie, je n'allais me laisser faire par elle. Elle pouvait bien remuer terre et mer, je m'en moquais un peu. Je n'aimais pas Olivier, ceci n'était pas une grande surprise, mais je n'allais jamais devenir ami avec lui, même si ce dernier changeait de comportement. Non merci, nous étions beaucoup trop différents tout les deux. Céline décida enfin à prendre place à mes côtés mais cette dernière abandonna bien trop vite à mon goût. Elle défit sa ceinture, décidant de tout arrêté immédiatement. Finalement, elle ne se laissait aucune chance, elle laissait le tout ainsi, aussi cruellement que possible. Je me suis retourné vers Céline, l'air étonné. Elle n'avait pas peur de conduire, c'était évident. Elle était uniquement peinée et je n'avais aucune idée de la raison. Peut-être en étais-je la cause et si c'était le cas, je n'avais rien à me reprocher. Personne n'est dans l'obligation d'aimer quelqu'un. Il peut arriver, par moment, que certaines personnes puissent nous taper sur les nerfs royalement, ce qui était le cas présentement. Et contrairement à ce que bien des gens peuvent croire, je n'en avais rien à faire. ''Allez, tu descends!'' Je n'allais pas plier à ses caprices, non madame! Si elle voulait laisser tomber, qu'elle le fasse, c'est tout. Je n'allais pas me mettre à la supplier de retenter le coup, ce n'était pas vraiment mon genre. ''Et plus vite que ça aussi!'' Je n'avais pas vraiment l'air de rire, car non, je ne riais pas du tout. J'étais vraiment en colère, tout ceci pouvait très bien se voir à des kilomètres. ''La prochaine fois que tu cherches quelqu'un à qui faire perdre son après-midi, pense à quelqu'un d'autre qu'à moi, j'en ais marre de te voir de morfondre de la sorte.'' J'avais fini par sortir de mon véhicule, attendant que Céline en fasse de même. J'avais même fini par faire le tour du véhicule, espérant qu'elle puisse comprendre que c'était le temps ou jamais, qu'elle devait VRAIMENT partir au plus vite. ''Olivier ici, Olivier là-bas! Je m'en moque, d'accord! Si tu es heureuse, tant mieux pour toi mais arrête de toujours venir me cracher au visage que je ne comprends rien. OUI, JE COMPRENDS PARFAITEMENT ce qui ce passe présentement. Je n'ai juste pas vraiment envie d'en discuter avec toi, c'est tout. Tu fais ce que tu veux, j'en ferai de même, voilà tout!'' J'étais toujours sur le bord de la porte de ma voiture, espérant que Céline puisse comprendre que j'avais besoin de partir et que elle, elle devrait appeler Olivier ou, limite, un taxi. Les poules auront des dents avant que je ne commence à lui donner raison.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Jeu 8 Mai - 9:22

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Je savais que Julien était plus borné qu’une mule, mais je ne pensais pas que j’allais me prendre encore une remarque désobligeante en pleine face, à la manière d’un boomerang. Et pourtant, ce que j’avais redouté arriva. Mon ami me chassait ! Sauf que cette fois, il pouvait toujours courir pour que je revienne vers lui. Qu’il n’aime pas mon amoureux, je pouvais le comprendre, ce que je ne comprenais pas, c’est pourquoi il réagissait ainsi, et malheureusement, il en voulait rien me dire. Après que j’eu préféré dire que je voulais laisser tomber cette leçon de conduite, car, cela se voyait de top à sa tête que c’est ce qu’il voulait, il me demanda tout simplement de sortir de la voiture, non sans me cracher au visage que j’avais tout intérêt à me trouver un autre pigeon, la prochaine fois que je voudrais lui faire perdre son temps. Parce que passé du temps avec sa meilleure amie, c’est du temps perdu, pour lui ? Il avait vraiment changé l’ami et pas en bien ! Sonnée, je n’ai rien trouvé à répondre. Pourtant, j’en avais des choses à dire. Par exemple, depuis que l’on se connait, j’ai fais des tas de choses pour lui venir en aide. A plusieurs reprises, j’ai mis ma vie entre parenthèse pour lui apporter soutien et réconfort, lui, il n’a jamais rien fait de tel. Chaque fois que j’ai eut besoin de dire, il s’est contenté de rire ou d’engueuler mon père. Il ne m’a jamais soutenue et avec ce qu’il vient de dire, je me demande sérieusement s’il tient à notre amitié.

Je finis par sortir du véhicule, sac en main. « Tu veux que je parte ? Très bien, je m’en vais. Mais je ne reviendrais pas. Pas cette fois ! » Je réponds, d’une voix étrangement calme. Une voix qui ne me ressemble pas. D’habitude, je passe par différent stades d’émotions, je suis tour à tour, en colère, déterminée, révoltée, bouleversée, … Mais jamais je ne suis calme, et encore moins aussi calme que maintenant. Je ne réalise sûrement pas ce qui se passe, mais puisse qu’il veut que je parte, je partirais, mais il ne me reverra plus. « Si tu n’a pas envie d’en discuté, explique-moi pourquoi tu as commencé à l’insulté ? Tu savais parfaitement que je ne resterais pas sans rien dire, alors pourquoi ? Pour provoquer une dispute ? » Je demande, tout en sachant parfaitement qu’il ne me répondra. Monsieur est bien trop en colère pour me répondre. Ma fois, tant pis. Tu ne veux pas parlé, ne parle pas. Mais ne viens pas me rattraper, parce que je ne te fais plus confiance. Je croise les bras, attendant une réponse qui ne vient pas, puis finalement, je fouille dans mon sac pour en sortir un petit paquet cadeau, joliment emballé. « J’oubliais ! Pour ta dernière course ! » Et je lui donne le présent. Depuis qu’il a commencé à participer à ces courses illégales, je lui fais un cadeau quand il gagne. Cette fois, il s’agit d’un porte clé rigolo en forme de voiture, pour son garage, car il m’a dit, qu’il avait perdu le sien. Qu’il en face ce qu’il veut, il peut même le mettre à la poubelle si ça le chante, ça n’a pas d’importance. Plus rien n’a d’importance maintenant.

« Salut ! » J’ajoute alors, en reniflant bruyamment avant de tourner les talons, prête à craqué, mais je ne veux pas craquer devant lui. Il voulait que je parte ? Voilà, je suis partie ! Dans la direction opposée à Quertal, mais je m’en moque. Je n’ai pas envie de rentrer en taxi et pour le moment, je veux marcher. Pour aller ou, je n’en sais rien. Ce que je sais, c’est que s’il n’y avait pas Olivier, je me débrouillerais pour disparaitre. Je pourrais marcher volontairement au milieu de la route et attendre qu’un chauffard face le travail. Il n’y aura personne pour me pleuré, ça c’est évident. Mais j’ai Olivier, et pour lui, je ne peux pas m e permettre de faire ça. Au bout d’une ou deux minutes, mon téléphone se met à sonner. Je crois d’abord qu’il s’agit de Julien, car je sais qu’il me regarde, il s’attend peut être à ce que je revienne, mais je le ferais pas. Pas cette fois. Résignée, je regarde le nom qui s’affiche sur le téléphone et je rejette rageusement la communication, furieuse. Mon père, c’est mon cher père qui m’appelle. Out est de sa faute, pourquoi voudrais-lui parlé ? Il va être content d’apprendre que Julien et moi, on ne se parle plus, il le déteste. Si mon père ne m’avait pas forcé à me mariée avec Emmanuel, rien de tout ça ne serait arrivé. J’aurais quand même rencontré Olivier, mais on serait loin d’ici à l’heure qu’il est, nous serions loin de tout ces gens qui ne comprenne rien à rien. Enervée, je jette mon téléphone sur le sol, mais avec sa protection caoutchouteuse, je ne parviens qu’à le faire légèrement rebondir. Je me contente donc de le remettre sans douceur dans mon sac à main, et je recommence à marché. Cette fois, je n’ai plus rien de la fille calme que j’étais toute à l’heure. D’ailleurs, ma marche furieuse me pause soucis, puisque je ne fais que me tordre les pieds. Tant mieux ! Si je me casse une jambe, ou les deux, j’aurais la paix en rééducation.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Jeu 15 Mai - 23:33

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



J'ai attendu un bon moment avant de croiser les bras devant moi, ne cherchant rien pour me défendre. Céline voulait partir d'ici et bien qu'elle parte, voilà tout. Elle était têtue lorsqu'elle le voulait et ce que je lui reprochait cruellement présentement, n'était pas le fait qu'elle soit amoureuse, non. J'étais même heureux pour elle. Ce que je trouvais injuste, par contre, était le fait qu'elle puisse mettre de côté la relation qu'elle avait déjà avec quelqu'un d'autre, qu'elle n'exprimait pas directement son refus à Emmanuel, voilà tout. Elle pouvait bien coucher avec le monde entier, tout ceci m'étais égal. Mais si elle n'en parlait pas à Emmanuel, ceci me causait problème. Ma mère, enfin ma mère adoptive, cachait certaines choses à mon père. Je détestais son caractère, le fait qu'après autant d'années en couple, elle ne puisse pas lui faire assez confiance pour lui révéler la vérité. Je voyais la même chose en Céline et ceci me faisait quelque chose, c'était atroce. Mon amie n'était pas une mauvaise fille, au contraire et je le savais. Elle avait uniquement besoin de temps avant de pouvoir expliquer le tout à Emmanuel et je le comprenais. Mais elle, le comprenait-elle? Est-ce que Céline comprenait vraiment ce que je voulais lui faire comprendre? Tout son agissement me disait le contraire. Elle était énervée, désirait tout arrêter et commença même à me regarder étrangement. Bref, elle n'était pas vraiment d'accord avec mon point de vue. Parfait, de cette manière, nous allions être deux, tout simplement.

Céline décida de sortir de la voiture, sur la défensive. C'était bien elle, tout ça. « Tu veux que je parte ? Très bien, je m’en vais. Mais je ne reviendrais pas. Pas cette fois ! » J'ai soulevé les épaules quelques minutes, me moquant de son opinion. Honnêtement, je savais parfaitement qu'elle allait revenir me parler d'ici peu, tout ceci ne serait pas nouveau. Nous nous chicanions quelques fois et lorsque c'était le cas, l'un de nous deux finissait toujours par capituler. Nous finissions par nous pardonner et une autre chicane avait lieu, quelques temps plus tard. « Si tu n’a pas envie d’en discuté, explique-moi pourquoi tu as commencé à l’insulté ? Tu savais parfaitement que je ne resterais pas sans rien dire, alors pourquoi ? Pour provoquer une dispute ? » J'ai soupiré quelques secondes, avant de regarder derrière moi, comme si je croyais que quelqu'un pouvait me suivre. Vraiment, où avais-je la tête? Comme si quelqu'un pouvait s'intéresser à notre conversation. ''Je te retourne la question, Céline. Tu sais que je le déteste, alors pourquoi tu m'en parles sans cesse? Oui, j'ai commencé à en parler, mais ce n'était qu'une question de temps avant que toi, tu ne commences à m'en parler à ton tour.'' Je touchais un point, j'en étais certain. Elle s'était probablement attendu à ce que je ne réponde rien mais tant pis, avec le caractère que j'avais présentement, je n'allais certainement pas rester là, sans rien dire, en attente que la neige tombe. Je préférais mettre tout au clair avec elle, préférant qu'elle puisse comprendre certaines choses avant qu'elle ne disparaisse pour quelques jours. « J’oubliais ! Pour ta dernière course ! » J'ai pris le porte-clé, sans vraiment y porter attention. Bon d'accord, je lui avais bien mentionné que j'avais perdu le mien, il y avait de cela quelques temps, mais depuis, j'avais fini par m'en acheter un autre. J'allais probablement garder ce dernier bien caché, dans mon appartement, lui faisant croire que je m'en servais. À moins que je m'en serve pour de vrai, cette fois-ci. Je n'ai pourtant pas remercié Céline, puisque je savais que ceci lui importait peu. Elle allait certainement lever les épaules ou encore pire, grimacer si jamais je lui offrais ce cadeau gratuitement.

Céline est donc partie, côté Bienne et non Quertal, mais peu importe. Pour ma part, je ne me suis pas retourné, je suis uniquement remonté dans ma voiture, attendant qu'elle revienne. Elle allait revenir, je le savais parfaitement. Ce n'était qu'une simple question de temps.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Lun 19 Mai - 7:48

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Il m’énervait au plus point et ce n’était pas la première fois. Il me reprochait tout et n’importe quoi alors que je ne faisais rien de mal, vu que c’est lui qui me cherchait. Pourquoi, j’aimerais bien le savoir, mais lorsque je suis sortie de la voiture, espérant en apprendre un peu plus, j’en ai eu pour mes frais. Monsieur voulait tout simplement que je parte ! J’ai d’abord cru qu’il plaisantait, qu’il allait juste se mettre à rire en voyant que j’y croyais, mais il était sérieux et ceci me faisait vraiment de la peine. Beaucoup que je ne l’aurais cru. Je commençais à me demander si notre amitié avait une quelconque importance pour lui. De toute évidence, ce n’était pas le cas. Et découvrir après toutes ses années d’amitié que pour lui, c’était une simple farce, me faisait doublement souffrir. Je faisais de mon mieux pour retenir mes larmes. Non, je ne lui ferais pas le plaisir de pleurer devant lui, jamais ! C’est ce qu’il attendait, mais cette fois, c’était à son tour d’en avoir pour ses frais. Après être sortir du véhicule, je me suis plantée devant lui, prête à lui cracher au visage, mais la seule chose que j’ai obtenu, c’est un Julien qui regarde derrière lui, avant de me retourner ma propre question. Oui, je suis au courant qu’il le déteste, ce que j’aimerais savoir c’est pourquoi. Quant au reste, je pensais que c’était évident. Peinée, je l’ai regardé, avant de répondre, acide. « Oh ! Excuse-moi d’avoir cru que je pouvais partager mon bonheur avec mon meilleur ami ! » Car c’était juste ça. Quand on est ami, on est sensé parlé de tout, des bonnes, comme des mauvaise choses, et pour une fois que j’avais quelque chose de bien d’en ma vie, j’avais seulement eut envie d’en parler avec la personne qui me connaissait le mieux. Apparemment, j’avais tort. Julien préférais me voir dans tous mes états. Encore une preuve, qu’il se fichait pas mal de notre amitié. Je n’ai rien ajouté, mais le regard pleins de sous-entendu, je lui ai fait comprendre que si prochaine fois il y avait, il aurait le droit à une conversation ennuyeuse sur les fringues et le maquillage. Comment se faire les ongles de pieds en dix leçons ! Si ce qu’il voulait, il y aurait droit. Il finirait par me supplier d’arrêter, de redevenir comme je suis d’habitude. Plus sérieusement, moi, quand il me parlait de bagnoles, je l’écoutais. Cela ne me plaisait pas, mais je l’écoutais. Pourquoi ne faisait-l pas la même chose ?

Je lui ai ensuite donné un petit paquet cadeau joliment emballé, qu’il a pris, sans rien dire. Pas même un merci, ça serait trop demandé. Qu’il en face ce qu’il veule, il pouvait même le flanquer à la poubelle, ça n’avait comme aucune importance, vu qu’il ne me prenait pas pour son amie. Je ne sais pas ce que je lui avais fait, mais après tout ce temps à le soutenir, j’aurais vraiment espéré lus de gratitude venant de lui. Comme il ne disait rien, j’ai tourné les talons. Là, je me suis laissé aller à pleurer tout mon saoul, au point que je ne voyais plus rien. Je ne sais pas à quoi je m’attendais, qu’il me rattrape peut être ? Mais rien. Pas un mot gentil, pas un, Céline excuse-moi, je ne voulais pas te faire de peine. Rien. Mais il n’était pas parti, je le savais. Je ne sais pas ce qu’il attendait, sans doute pensait-il que j’allais revenir, comme d’habitude ? Je ne lui ferais pas se plaisir. J’avais envie de le haïr, de lui coller un aller-retour en pleine face pour lui apprendre à ne pas me respecter, mais j’en étais incapable. Après avoir rageusement remis mon téléphone mobile au fond de mon sac, je me suis mise à repenser à tous ces moments joyeux qu’on avait passé tous les deux. Il avait beau prendre un malin plaisir à me faire de la peine, à foutre en l’air tout ce qui m’arrivait de bien, il comptait toujours autant pour moi et arrivait à me faire changer d’avis aussi facilement que de chaussette. J’ai donc fait soudain demi-tour, tout en m’essuyant les yeux d’une main et je suis revenue vers la voiture. Je me maudissais silencieusement de ma faiblesse. J’ai ouvert la portière et je me suis assise. « Tu te débarrassera pas de moi aussi facilement, Brandt ! » Je m’exclame, à la fois à la fois d’un ton triste et d’un ton joyeux.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mar 20 Mai - 3:11

Julien Brandt a écrit:
Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



Céline n'avait pas vraiment l'air de me croire et ceci me faisait vraiment mal. Étais-je assez con pour lui laisser croire le contraire? Je ne pensais pas, non. J'avais déjà fait des folies dans le passé, allant jusqu'à croiser les bras pendant un cours labs de temps, espérant que tout mes problèmes puissent disparaitre mais je n'étais pas le genre de gars à attendre de la sorte, venant de ma meilleure amie. Enfin.. Meilleure amie ou ex meilleure amie. Comment en être certain après autant de faux pas? Plus le temps passait, plus j'avais l'impression de ne plus reconnaitre cette fille. Elle s'emprenait à moi, même si je ne lui parlais presque pas, insinuait certaines choses, surtout des paroles que je n'avais pas dites. Comme si Céline pouvait très bien lire en moi, lire dans mes yeux. Étais-je si prévisible? Il était évident que non, puisque je n'avais montré aucun signe d'amour envers Olivier depuis le départ, mais peu importe. Céline ne se comportait pas comme une amie avec moi. Au lieu de me demander ce que je n'aimais pas chez son amoureux ou encore, la raison de mon comportement, elle était sec, ne ménageant aucunes paroles et en plus, ne faisant même pas attention à ses paroles. Comme si elle avait le droit de mentionner n'importe quoi à mon intention et ce, lorsqu'elle le voulait. Voulait-elle que je l'applaudisse pour me mentionner certains mots, certaines paroles qui ne me faisait aucun mal? Oui, certainement mais je n'allais pas lui donner cette satisfaction là. « Oh ! Excuse-moi d’avoir cru que je pouvais partager mon bonheur avec mon meilleur ami ! » Alors, c'était donc ça.. Elle était heureuse et moi, comme un gentil petit chien, je devais accepter ce nouvel amoureux, ne rien dire, approuver de la tête et être heureux comme tout. Et bien désolé, mais je n'étais pas comme ça. Avec le temps, j'avais fini par changer, par croire que certaines histoires ne ce terminent pas bien. Comme celle de Céline et Emmanuel. Mon amie devait changer, lui faire comprendre certaines choses, le mettre au pied du mur et foncer, lui dire la vérité. Sinon, quand le ferait-elle? Dans dix ans? Lorsqu'elle serait enceinte d'Olivier? Allait-elle lui mentionner ou bien, le cacher jusqu'à la dernière minute? Mentionner sans cesse qu'elle a prit un peu de poids, que ceci était tout normal et tout? Ou bien, finir par passer une nuit avec Emmanuel et faire croire à ce dernier qu'il était le père de ce bébé? Présentement, il y avait trop de chose dans ma tête, je ne voyais plus très clair. J'avais trop de choses qui me faisait réfléchir, trop de choses qui me faisait perdre la raison. J'avais uniquement peur de son comportement, puisqu'elle n'était plus comme d'habitude. Depuis quand quelqu'un pouvait se mettre entre nous deux et tout faire dégringoler? Mais lorsque Céline décida de refermer la porte derrière elle et de partir plus loin, j'ai compris.. Le tout avait changé depuis un moment, je me faisais uniquement des idées, espérant me tromper. Elle était devenue quelqu'un d'autre, l'espace d'un moment, et avait fini par s'accrocher à ses idéaux. Nullement besoin de mentionner que je n'aimais pas la nouvelle Céline, la nouvelle elle, ou enfin, celle qu'elle essayait de devenir avec le temps.

Elle se dirigea vers l'opposé de Quertal, rageusement, comme si elle était vraiment en colère. Pour ma part, je me suis convenablement installé derrière le volant, déposé le cadeau qu'elle m'avait offert sur le banc arrière de ma voiture, et attendu. Elle aurait que je fasse quoi? Que j'aille la rejoindre en courant? Que je lui fasse des excuses? Si oui, pourquoi? Je n'avais rien à me reprocher. Je n'aimais pas Olivier et j'étais en droit de ne pas l'aimer. Et elle, elle n'avait aucun droit de me forcer à devenir ami avec lui. Mais ça, si elle n'était pas capable de le comprendre, je ne pouvais rien faire pour elle. J'ai fini par fermer les yeux quelques instants, espérant qu'elle puisse comprendre qu'elle était totalement ridicule. S'en prendre à moi pour de telles sottises, c'était vraiment n'importe quoi! Céline était beaucoup plus mature. Enfin, dans ma tête, elle l'était. Peut-être que maintenant, elle avait fini par changer. J'ai croisé les bras un instant, essayant de dormir un peu. À vrai dire, je savais bien que Céline allait revenir mais ceci pouvait durer des heures, comme uniquement quelques secondes. Mais.. Elle est revenue quelques minutes plus tard, tout en me lançant: « Tu te débarrassera pas de moi aussi facilement, Brandt ! » Je me suis retourné vers elle, pendant qu'elle prenait place sur le signe passager, sourire aux lèvres. '' Tu as terminé de bouder ou bien, tu vas me refaire une crise dans quelques minutes parce que je n'aime pas ton nouveau copain? ''
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mar 27 Mai - 7:51

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Lorsque j’ai ouvert la portière côté passager afin de m’assoir auprès de mon meilleur ami, je n’ai pas pu faire autrement que de remarqué son sourire. Le bougre ! Il savait que j’allais encore craquer si tôt le dos tourné. Pourquoi, rien qu’une fois, ce n’était pas le contraire ? C’était toujours moi qui cédait la première, jamais lui, pourquoi ? Pourtant, des fois, souvent même, c’était lui responsable de la dispute, comme là. Il détestait mon Olivier, j’allais finir par m’y faire, ce que je n’admettais pas, c’est qu’au lieu de gardé ses remarques pour lui, comme le faisait Olivier, il n’hésitait pas à le rabaisser. Et ça, qu’il le veuille ou non, ça me rendait triste au point de me mettre en colère, parce que, à mon sens, lorsque l’on tient à une personne, on accepte sa relation amoureuse, même lorsqu’elle ne nous plait pas. « Non ! De toute façon, t’as toujours détesté mes petits amis, ce n’est pas nouveau ! » Je réponds, sur un ton taquin, afin de lui montrer que ma colère s’était envoler. Le pire, c’est que c’est vrai, Julien a toujours mépriser les garçons avec qui je suis sortie ou ceux pour lesquels j’ai eu le béguin. Alors, il n’y en a vraiment pas eut beaucoup, mais à chaque fois, il trouvait quelque chose à dire comme trop gros, trop con, trop snob, trop si, trop ça. A chaque fois, il s’obstinait à rabaissais celui qui me plait et ne cachait pas sa joie lorsqu’il apprenait que ce n’était pas réciproque. A l’inverse, ceux qui m’ont tourné autour, dès lors que c’était sans espoir, ils lui plaisaient et il allait jusqu’à me faire la leçon parce que je repoussais leurs avances. Je n’ai jamais compris pourquoi il agissait ainsi. Aurait-il peur que je ne le mette de côte parce que j’étais amoureuse d’Olivier ? Aurait-il peur que, parce que c’était réciproque, que je m’éloigne de lui ? C’était idiot de sa part, car Julien occuperait toujours la même place dans mon cœur. Et j’avais assez de place pour les accueillir tous les deux, mon meilleur ami et mon amoureux. Je ne les laisserais, ni l’un, ni l’autre, il faudra bien qu’ils s’y fassent. « Tu sais, il t’aime pas lui aussi ! » Je dis, plus sérieuse, mais d’un ton triste. « Et je vais être franche, je préférerais que ça soit le cas. Seulement, je ne peux rien faire. Les deux personnes que j’aime le plus au monde et qui comptent le plus pour moi, ne s’aiment pas. Je n’ai pas d’autre choix que de m’y faire, même si ça me fait mal. » Je n’ajoutais pas que je ne le laisserais pas tomber, Julien devait tout de même savoir la place qu’il prenait dans ma vie. De même, je ne laisserais pas Olivier parce que Julien ne l’aimait pas. Dans les deux cas, je serais malheureuse parce que j‘aurais perdu une partie de moi.

Cette situation me donnait mal au cœur. J’étais malade de pensé que même s’il n’y avait pas Emmanuel, s’il n’y avait pas Léa, s’il n’y avait personne entre nous, Julien mépriserait quand même Olivier. J’aimerais tellement savoir pourquoi, malheureusement, il ne m’en parlera jamais, même si je lui demandais. Et je n’avais plus vraiment la force de supporter tout ça, si les choses continuaient ainsi, j’allais vraiment finir par perdre la raison et disparaitre pour de bon en laissant tout derrière moi. Là, il se rendra peut être compte du mal qu’i me fait en ne comprenant pas ce que je traverse. D’accord, je trompe Emmanuel, mais il sait depuis le début que je ne l’aime pas ! Pourquoi n’a-t-il tout simplement pas indiquer qu’il était contre ce mariage lorsque le pasteur l’a demandé à l’assemblée ? Julien était contre, c’était le seul à l’être, en dehors de moi, le seul à pouvoir émettre une objection et il ne l’a pas fait. Je ne dis pas que c’est de sa faute, bien au contraire. Disons juste qu’il n’a rien empêché, alors qu’il le pouvait. « Tu sais, si c’est ça qui te tracasse, j’ai l’intention de parler à Emmanuel ». Dis-je, en jouant nerveusement avec l’anse de mon sac à main. « Je sais que ce je fais, ce n’est pas bien. Mais je n’ai pas choisie, ça m’est tombé dessus comme ça. Ce que je veux dire … C’est que je dois d’abord parlé à mon père. Et tu sais, comme moi, que ça sera encore plus difficile. » Julien connaissait mon père depuis l’enfance, et tout deux ne s’appréciaient pas. Papa voyait Julien comme un voyou, une mauvaise fréquentation. C’est drôle, Olivier pensait la même chose que mon père, et Julien n’appréciait pas mon père à cause de ce mariage qu’il m’avait imposé. Quoiqu’il en soit, je devais parler à mon père, avant de parler à Emmanuel. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’apprenti médecin irait aussitôt pleurer dans les jupes de mon père dès lors ou je lui aurais dit la vérité. Ensuite, de toute manière, une fois les choses claires, autant pour mon père que pour mon futur ex-mari, les sentiments de Julien à l’égard d’Olivier ne changeraient pas, je le savais.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Ven 30 Mai - 2:07

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



''Détesté tes petits amis? Tu veux rire ou quoi? Combien de petits amis as-tu eu, dans ta vie?'' J'ai continué de sourire pendant un moment, sachant que j'avais raison. Depuis le commencement de notre amitié, Céline n'avait jamais été très populaire à l'école. Elle avait des amis, d'accord, mais pas des tonnes de petits amis. Et maintenant, elle s'imaginait quoi? Que j'allais lui dire qu'elle était une déesse et que tous les hommes étaient à ses pieds? Céline m'avait répondu d'un ton taquin et puis, j'avais fait de même. Loin de moi l'idée de me choquer, de devenir déplaisant et tout. Je ne cherchais pas la misère, uniquement un terrain d'entente pour discuter sur un sujet un peu plus approprié. Et surtout, pas un sur Olivier. De toute manière, je n'avais jamais été déplaisant avec elle pour ses anciens petits amis, gardant la majorité des mots pour moi. Selon elle, j'avais une grande gueule, je parlais souvent d'eux pour rien dire, mais bon. Ce n'était pas par mauvais fond et elle le savait. Ce n'était pas, non plus, par jalousie. Je n'aimais pas Olivier et j'allais garder le reste de mes reproches pour moi, comme je l'avais toujours fait, voilà tout. ''On pourrait changer de sujet?'' Je n'avais pas envie de gâcher un peu plus ma journée. Parler sans cesse d'Olivier finissait toujours par me faire tourner la tête et je finissais, trop souvent, pas m'emporter. Pas que je n'aimais pas Céline, juste que je n'aimais pas vraiment sa façon de mener sa vie, voilà. Elle était elle-même, un bon point pour elle, mais même si elle était ma meilleure amie, je ne voyais pas pourquoi je devais tout aimer de cette fille. Elle me déplaisait sur certains points, et c'était probablement la même chose de son côté aussi. Point final.

« Tu sais, si c’est ça qui te tracasse, j’ai l’intention de parler à Emmanuel » J'ai soupiré une seconde. Vraiment, elle recommençait. Et c'est reparti pour un tour! J'ai préféré garder le silence à la suite des mots de Céline, ne voulant pas créer de problèmes entre nous. De temps en temps, je me demandais vraiment où elle avait la tête. Elle croyait que je détestais tous ses petits amis, elle croyait que j'étais une personne qui ne savait pas grand chose sur la vie. Elle croyait également des tonnes de choses, des faussetées, au final. Je n'aimais pas Olivier, d'accord mais pas au point d'être déplaisant. Elle ne voulait pas m'entendre en parler et donner mon point de vue sur cette relation, très bien. Mais qu'elle arrête de m'en parler, dans ce cas. Mais avec sa dernière phrase, quelque chose me traversa l'esprit. Peut-être voulait-elle que j'aille parler à Emmanuel? Si c'était le cas, elle allait attendre un sérieux bout de temps. Je ne voulais pas me mettre entre les deux et puis, je ne désirais pas mettre la bisbille entre eux. Même si elle disait sans cesse qu'elle n'était pas responsable du choix de son père, elle et elle seule aurait pu arrêter ce mariage. Elle aurait pu dire franchement ce qu'elle avait sur le coeur, mentionner à son père les vraies choses, ne pas se présenter à l'hôtel ou tout simplement, rendue à l'avant, au côté de son fiancé, lui dire que non, elle ne l'aimais pas. Mais maintenant, elle était la seule à pouvoir changer son destin. Je n'y étais pour rien.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Dim 6 Juil - 10:31

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

C'est une chance que je connaisse Julien sur les bout des doigts,ou presque et que je savais qu'il m'avait fait cette remarque sur le ton de la plaisanterie, car ses paroles étaient tout de même vexantes. Je savais parfaitement que j'étais affreuse, ce n'était tout de même pas une raison pour en remettre une couche, inutile d'en rajouté. Bonne comédienne, j'ai préféré faire comme si je n'avais rien entendu, comme si il ne m'avait pas fait une nouvelle fois de la peine, et, taquine, je lui ai gentiment donner une petite tape sur le haut du crane, comme je le faisait souvent depuis l'enfance. "Oh, ça vas, hein ! Tu sais bien que je parle des garçons qui ont pu me plaire au temps du lycée !" Aucun, jamais, n'avait été assez bien pour lui, qu'il ne me dise pas le contraire. Je me souviens qu'un jour, ma mère avait dit que tout serait beaucoup plus simple, si Julien et moi étions amoureux l'un de l'autre. Elle avait tord, bien sûr. J'avais beau être très attachée à lui, une relation amoureuse entre nous, ce n'était pas possible. On était trop différent et ça n'aurait jamais fonctionner. On passait notre temps à se chicaner pour des bêtises. Julien et moi mariés ? Le divorce assuré au bout de vingt quatre heures d'union !

Malgré deux ou trois sujets tabous, on pouvait tout se dire. Mais il avait raison, mieux valait changer de sujet de conversation et vite. Bien sûr, j'avais besoin de parler, de me vider le cœur face à ce que je traversais depuis un an, mais Julien n'était pas la personne idéale pour ce genre de confidence, et ce n'est pas une question de caractère, c'est simplement parce que c'est un mec. Les amitiés entres les hommes et les femmes sont possibles, mais elles sont relativement compliqués et parfois très prises de tête. Et si je voulais débattre sur mes problèmes sentimentaux, j'allais devoir me trouver une amie, je ferais avec, tant pis. Lorsque j'ai évoqué l'idée de parlé avec Emmanuel, j'ai vu Julien soupiré, je j'ai donc pas insisté et d'un geste silencieux, j'ai mimer une fermeture éclair que l'on referme, comme pour lui dire que je n'en parlerais plus.

Si il est un sujet que j’affectionne particulièrement, c'est la bouffe. Je suis très gourmande et sans être un fin cordon bleu, je me débrouille derrière les fourneaux, et contrairement à ma mère, je n'ai encore jamais mis le feu dans la cuisine, et ce que je prépare se mange sans risque pour la santé. "Tu sais quoi ? Mon père va commercialiser ma tourte à l'emmental !" dis-je, fièrement. Il allait très certainement se foutre de moi, mais il voulait parlé d'autre chose, alors j'ai parlé d'autre chose, et puis, c'est la vérité, j'étais fière d'avoir fait quelque chose de bien. Quand nous étions encore au lycée, Julien m'avait fait remarqué qu'avec ce que je mangeais, il était étrange que je ne soit pas devenue obèse. Il avait raison sur ce point, il valait mieux me payer le cinéma que le restaurant !
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mer 9 Juil - 2:42

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



Pour une fois, Céline avait l'air de prendre ma plaisanterie, pour une plaisanterie. Car c'était le cas. Je n'ai jamais voulu être méchant avec elle et, de toute manière, si jamais j'aurais voulu être méchant, pourquoi serais-je encore son ami? Les amis, ça n'agit pas ainsi. Ça reste tranquille et gentil envers les autres et surtout, ne font pas exprès pour blesser les gens qui les entourent. Ils ne boudent pas, ne paniquent pas, ne mentent pas non plus. Si vos amis agissent ainsi, pourquoi les prendre comme tels dans ce cas? Pas besoin d'ennemis, dans ces cas là. J'ai toujours été franc avec elle, malgré ce que bien des gens peuvent penser. Et surtout le nombre de fois que j'aurais du tourner ma langue sept fois avant de parler. Pour tout ce qui touchait Olivier, je n'avais pas envie d'en parler car je savais que nous ne serions jamais d'accord. Elle l'aimait et je n'en doutais point. Mais lui, l'aimait-il vraiment? C'est ceci qui m'énervait. Je ne pouvais pas le savoir et lorsque j'en glissais un mot à la concernée, cette dernière devenait hystérique. À quoi bon alors, se creuser la tête et essayer de lui faire comprendre le tout? J'ai soupiré un moment avant de faire un demi-sourire, lorsqu'elle me frappa gentiment la tête car je savais bien qu'au fond, elle avait ce geste pour se changer les idées. Elle n'avait certainement pas pris mes dernières paroles mais je n'y étais pour rien, si elle ne savais pas rigoler un peu, si elle n'avait aucun sens de l'humour.

"Tu sais quoi ? Mon père va commercialiser ma tourte à l'emmental !" J'ai fini par me retourner vers elle une demi seconde, avant de me mettre à sourire. Je savais parfaitement qu'elle faisait de gros effort présentement. Elle avait besoin de parler et j'étais cette bonne personne pour l'aider. Juste qu'elle ne se donnait pas l'effort de comprendre mon point de vue. Je me posais des questions, voilà tout. Et si elle n'était pas capable d'assumer mon opinion, mieux valait changer de sujet. Personne ne peut penser la même chose que soit, PERSONNE. Et si Céline ne voulait pas comprendre, je préférais vraiment parler de sa tourte et de son père! '' Comment vas ton père, justement? Il va bien? Il sait remis de la mort de ton poisson rouge, lui?'' Pour le poisson rouge, c'était une longue histoire. Céline était toute petite et elle l'avait perdu. Je lui avais alors dit, pour la faire rire, qu'il s'était noyé mais elle l'avait mal pris, comme à son habitude. Je voulais uniquement lui faire comprendre qu'elle agissait trop sèchement. Changer de sujet ne voulait pas dire parler de noir, lorsqu'on parlait de blanc. Mais bon, si elle désirait parler de d'autre chose, je pouvais certainement lui parler de son pétage à table, lors de ses 14 ans! C'était mémorable! Je suis certain que toute sa famille s'en souviens encore. Et les voisins aussi! Tout ce que je souhaitais présentement, était qu'elle laisse le sujet d'Emmanuel et d'Olivier loin, très loin derrière nous. Si jamais elle recommençait à en parler, je savais parfaitement quoi faire. Elle n'allait certainement pas apprécier, mais peu importe. Elle n'était certainement pas la seule à mal aller mais ça, elle n'avait pas l'air de s'en rendre compte. Encore une fois..
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Ven 11 Juil - 8:49

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Le sujet était clos et finalement, ce n'était pas plus mal. Pour tout dire, j'étais fatiguée de me disputer sans cesse avec lui. J'ai donc commencé à parler de ma tarte au fromage, j'étais fière de moi. Pour une fois, Julien n'enchaîna pas avec une blague douteuse, comme il en avait l'habitude il se contenta de parler de mon père, voulant savoir comment il allait, rien de plus normal en soit. Christian Julliard allait bien, comme toujours, et comme toujours il ne se rendait pas compte du mal qu'il avait fait à sa fille unique, mais qu'importe. "Oui, oui, il vas bien ... Et quand au poisson rouge, il a finit par me dire que c'était de sa faute !" Ce poisson, c'était mon premier animal de compagnie, je devais avoir six ou sept ans, je ne sais plus exactement, et j'y tenais. Voulant bien faire, ce qui reste assez rare, mon père avait voulu nettoyer son eau. Chose faite, sauf qu'il n'avait pas remis le couvercle de l'aquarium. Habituellement, on laissait seulement la trappe au dessus, ouverte. Là, papa, avait tout simplement oublier de remettre le couvercle et le poisson s'était suicidé ... J'avais pleuré toutes les larmes de mon corps, et Julien avait ensuite plaisanter en disant qu'il s'était noyer, ce que, bien sûr, j'avais mal prit.

J'ai regardé mon meilleur ami, celui-ci avait l'air de sourire et je me doutait de ce à quoi il pensait ... Mon quatorzième anniversaire. Un diner en famille, tout ce qu'il y a de plus simple. Mes grand-parents étaient là, ainsi que deux ou trois amis d'école et Julien, bien sûr, accompagné de ses parents adoptifs. Au beau milieu du plat de résistance, je n'avais pas pu retenir un pet bien bruyant. Fort heureusement, la mauvaise odeur bien caractéristique de ce genre de gaz ne l'accompagnait pas. Silence à table, tout le monde me regarde, et mon père me sort un "Céline, tout de même, nous sommes à table, tu aurais pu te retenir !", ce à quoi, j'avais rétorqué un "comme si ça ne t'arrivait jamais à toi !". tout le monde s'était mis à rire. On avait rit tellement fort qu'au bout d'un moment, le voisin avait cogner à notre porte pour nous demandé de faire moins de bruit. Depuis, l'incident était régulièrement évoquer et à chaque fois, ça ne manquait pas, on en riait encore. Pourtant, j'avais été bien embêter. Je ne me donne jamais en spectacle, et ce genre de truc, je les retiens le plus possible, la honte ! Aujourd'hui, je me dit que peut être, je devrais recommencer lors d'un diner dans ma belle famille. A leurs yeux, je suis parfaite, vu qu'ils sont coincés comme c'est pas permis, avec de la chance, on me ferais comprendre que je n'étais pas faite pour la famille Gauthier et donc pas faite pour Emmanuel et j'en serais débarrasser ... Oui, on est toujours libre de rêver, non ? "Je sais très bien à quoi tu pense Julien !" Je dis, taquine.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mar 15 Juil - 4:07

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



Je.. Je ne croyais pas vraiment Céline lorsqu'elle me disait que son père avait fini par tout lui dévoiler. Depuis quand ce dernier décidait de devenir responsable de quelque chose? Et ce n'était pas uniquement pour la question du poisson mais pour tout le reste également. Je n'avais pas l'impression que monsieur Julliard y avait été de main morte avec ce sujet. Peut-être avait-il dit ces quelques mots à sa fille dans l'espoir d'avoir la paix ensuite. C'était fort possible. Mais je n'avais pas l'impression de lire la vérité sur son visage. Mais en bon gentleman que j'étais, je n'ai rien mentionné de plus, ne voulant pas retoucher à sa folie passagère lorsqu'elle n'était pas contente. Depuis le temps que je la connaissait, je savais qu'elle genre de personne elle était. Céline a toujours eu un bon fond, elle a toujours été une bonne personne. Mais le seul problème, c'est qu'elle ne prend jamais rien à la blague, toujours entrain de tout prendre au sérieux. Elle ne s'explique pas, la majorité du temps, elle préfère grogner et bouder, refermant ses bras autour d'elle, ne donnant pas envie de la connaitre un peu mieux. J'avais tout fait, avec le temps, pour la faire changer d'agissement. Mais avec l'expérience, j'avais bien remarqué que ce détail ne donnait plus rien. Elle ne faisait qu'à sa tête et au fond de moi, secrètement, je trouvais que tout ceci lui donnait un certain style. Elle était elle, une jeune femme remplie d'espoir nouveau, espérant que son prince charmant puisse finir par la délivrer de tout ses maux.

"Je sais très bien à quoi tu pense Julien !" ''Ça m'étonnerait énormément, tu sais. '' Depuis quand Céline pouvait réellement lire dans mes pensées? J'ai continué de la regarder un instant, avant de me mettre à sourire, content de la tournure des évènements. Pourquoi qu'avec elle, c'était ainsi? Des disputes sans cesse, pas d'excuses, mais tout va bien ensuite? Comme si d'un commun accord, nous étions capable de nous pardonner en silence. Comme si nous pouvions respirer par le nez tranquillement et penser à autre chose. Comme si tout ceci donnerait vraiment quelque chose vers la fin de notre vie. Comme si tout ceci était bien correct, était normal. Lentement, j'ai fermé les yeux quelques secondes, espérant oublier ce que j'avais en tête. Depuis le temps que je la connaissais, je n'avais pas le droit d'agir ainsi envers elle. Je n'avais aucunement le droit d'avoir de telles pensées également. Comme si Céline pouvait penser la même chose présentement, comme si elle avait le don de me faire sentir coupable de la sorte. Et en plus, je n'avais encore rien fait. Pas que j'avais l'intention de faire quelque chose, ce n'est pas réellement ce que je venais de penser ou de dire ou encore, de penser en le faisant. Bref, je me retenais tranquillement, l'esprit entre deux ponts, ne sachant pas quoi faire. Et encore moins quoi dire, quoi penser, comment agir dans ces cas là. Je n'avais pas envie de parler du passé avec elle non plus. Si jamais nous commencions à agir de la sorte, je savais parfaitement que nous allions faire une autre connerie. Parler de Laura et probablement de nos anciens amis qui avaient fait de nous ce que nous étions présentement. C'est pour cette raison qu'avant que Céline ne réouvre la bouche pour parler, pour me dire je ne saurais dire, que je l'ai embrassé. Rien de bien romantique, uniquement un baisé comme de bons amis pourraient faire. Gentiment, rien qui ne la forçait à rien. Uniquement pour qu'elle change de sujet, pour qu'elle ne parle pas du passé devant moi, qu'elle n'évoque pas mon esprit dérangé, la personne avec qui j'avais passé ma première nuit également. Je n'avais aucune envie de ce genre de discussion avec elle.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Jeu 17 Juil - 7:02

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

J'avais dis savoir ce à quoi Julien pensait, mais c'était faut. En réalité, je me doutais simplement de ce qu'il pensait, sans doute un truc lier au passé, une bêtise que j'avais dit ou fait. Je cherchais simplement à parlé de tout et n'importe quoi, de parler de choses et d'autres qui m'éviterait les sujets fâcheux. C'est bête, depuis que nous sommes amis, lui et moi, c'est toujours comme dans un roman, des disputes en veut, en voilà, et des réconciliations sans excuses. Un simple sourire, un simple regard et on se pardonnait tout.

Pourtant, aujourd'hui, j'avais beau le connaitre sur le bout des doigts, je n'y comprenais plus rien du tout. J'essayais vainement de faire la conversation, mais il ne me répondait pas, préférant me répondre par des phrases énigmatiques auxquelles je ne savais pas quoi dire. Finalement, s'il ne voulait pas parlé, à quoi bon s'obstiner à parler cuisine et animaux, si les sujets ne l'intéressait pas ? A moins qu'il ne préfère continuer à se disputer bêtement ? Si c'est le cas, qu'il ne compte pas sur moi, je préférais autant partir que de reprendre une conversation qui ne mènerait nulle part.

Oui, je ne comprenais plus rien et se fut bien pire lorsque, sans prévenir, il m'a embrassé ... Ou plutôt essayer de m'embrasser, car lorsque je l'ai vu s'approcher, j'ai vite tourner la tête, ce qui fait que ses lèvres ont simplement effleurés ma joue. Je ne savais plus quoi en penser. La première question qui me venait à l'esprit, était "Pourquoi ?" mais, aucun sons ne parvient à sortir de ma bouche. Il me venait à l'idée deux choses, soit il avait fait ça pour me faire taire, soit il était bel et bien jaloux, ce qui expliquerait bien des choses. Il n'empêche que jamais, je n'avais vu notre relation au delà de l'amitié, et puis, j'en aimais un autre. A quoi donc pensait-il ? "Tu ... Tu ne trouve pas que le temps se couvre ?" Je demande, bêtement. Pour changer de conversation, je changeais, je passais à la pluie et au beau temps, mais je préférais éviter de parler de ce qui s'était passé, ou plutôt de ce qu'il ne s'était pas passé.

 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Jeu 24 Juil - 15:06

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



Je ne cacherai à personne que je n'avais aucune envie de parler, aucune envie de m'expliquer d'avantage présentement. Le monde avait arrêté de tourner depuis trop longtemps pour moi et il n'était pas prêt à retourner avant longtemps, avais-je compris à mes dépends. Voir Céline amoureuse me rendait fou de joie. J'étais vraiment heureux pour elle de la voir ainsi. Je sais que des fois, ceci ne paraissait pas trop, mais j'étais vraiment sincère. Elle me faisait rire et rêver en même temps. La seule chose qui me chagrinait vraiment présentement, était la tournure des évènements. Oui, Céline avait le droit au bonheur, mais pas avec un homme comme Olivier. Quelqu'un qui ne savait pas ce que voulait dire le mot ''amour'' et ''fidélité''. Il était fiancé et courait derrière les autres filles comme si tout allait bien. Céline avait le tour de se mettre dans de beaux draps. Elle ne cherchait probablement pas les malheurs, mais à la voir agir ainsi, de temps à autre, je me demandais vraiment à quoi elle pensait lorsqu'elle fermait les yeux. Croyait-elle vraiment que l'amour que pouvait lui porter cet inconnu de tous, pouvait la rendre réellement heureuse? Je l'ignorais mais j'espérais grandement qu'elle ne se trompe pas avec le temps. Il serait fâcheux qu'elle comprenne ses torts et ses malheurs une fois tout terminé. Elle serait mariée, enceinte de son quatrième enfant et dans l'attente de revoir son Olivier, car celui-ci serait avec une autre. C'est ainsi que je le voyais, je ne pouvais pas faire autrement, que voulez-vous. Il ne m'inspirait pas confiance, loin de là. Peut-être était-il quelqu'un de bien, finalement? Peut-être avait-il un bon fond? Peut-être... Mais avec beaucoup de peut-être, rien n'est réellement fondé. Je préférais donc essayer de changer de sujet, pour voir si oui ou non, Céline allait revenir sur cette conversation. Chose qu'elle ne fit pas et qui me rassura. Elle avait probablement compris que je ne partageais pas son point de vue, contrairement à ce qu'elle aurait cru au départ. Elle pensait peut-être que j'aurais été de son côté, lui aurait pris la main et l'aurait encouragé. Si c'est ce qu'elle aurait souhaité, elle devait être carrément déçue présentement.

Mais pour ne pas arranger les choses, rien n'allait bien au fond. Elle essaya de parler de certaines choses, sur le passé et moi de même. Mais lorsque j'ai senti la soupe arrivée, je me suis empressé de faire la première chose qui m'ait venue à l'esprit, soit de l'embrasser. Enfin, j'ai bien voulu l'embrasser mais Céline se retourna à la dernière seconde, ce qui m'empêcha de poursuivre ce à quoi j'avais pensé. Honnêtement, je lui étais reconnaissant, même si ceci venait de me toucher en plein coeur. Elle préférait passer du temps avec un inconnu, un homme qui s'amusait à la cacher au lieu de passer ce temps avec moi, son meilleur ami depuis des années. Ceci voulait tout dire, ceci voulait en dire long finalement. "Tu ... Tu ne trouve pas que le temps se couvre ?" J'ai posé mon regard vers le ciel une demi-seconde, avant de soulever les épaules. Soleil à perte de vue, aucun nuage dans les environs. De toute manière, à la météo ce matin, la demoiselle avait annoncé une jolie journée, l'une de plus belles de la semaine. À quoi jouait-elle au juste? J'ai préféré ne rien dire pour ne pas me caler d'avantage. Si elle préférait rentrer, pourquoi ne pas me le mentionner par elle-même, au lieu de me faire deviner la chose? Lentement, j'ai posé ma main droite sur son genou, tout en le pressant doucement. ''T'inquiètes pas, j'ai compris ce que tu voulais dire. Ne t'inquiètes pas avec ça. Je suis désolé. '' Quoi mentionner de plus dans ces temps là? Je n'avais aucune envie de continuer de la sorte, de faire semblant comme si tout allait bien, comme si tout était normal. J'avais enfrain une règle entre nous aujourd'hui et j'étais présentement entrain de me demander s'il n'aurait pas été plus simple si Céline m'aurait laissé faire. Non, nous n'aurions jamais formé le couple que bien des gens auraient pensé depuis le départ mais quoi qu'il en soit, le froid qui régnait présentement entre nous, cette absence de toute conversation censé, n'aurait pas eu lieu pendant un certain temps, ce qui aurait été un peu mieux, selon moi. Mais bon... Valait ne jamais revenir sur ce sujet, ne jamais refaire mention de cette demi-seconde d’inattention et espérer que Céline puisse oublier mon moment d'égarement. Enfin, c'est ce qui me ferait plaisir... mais était-ce que je voulais vraiment?
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Ven 1 Aoû - 7:03

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Ce silence qui régnait dans la véhicule depuis plusieurs minutes m'était devenue insupportable. Pour dire la vérité, je préférais encore lorsque l'on se disputait. Même si nos paroles étaient virulentes, au moins, nous parlions. Tandis que là. Là, je me demandais ce que j'avais bien pu dire ou faire pour provoquer une telle situation. Julien ne devait pas être dans son état normal, ou alors, je n'avais rien vu venir. Pourtant, je le connaissais presque par cœur, depuis le temps que nous nous connaissions. Comment n'avais-je pas pu voir ce changement ? Non, ce n'était pas possible. Il devait me faire marché, j'espérais sincèrement que c'était le cas, que dans quelques minutes, il me dirait, c'était une blague Céline, rigole un peut ... Certes, je le prendrais sûrement mal, mais au moins, l’incident serait clos et dans deux jours, on y penserait plus. Là, je ne savais plus quoi en pensé, mais une chose est certaine, je comprenais mieux pourquoi mon meilleur ami avait une réaction aussi violente lorsque je parlais d'Olivier et qu'il semblait avoir Emmanuel en pitié.

Que se serait-il passé, si je n'avais pas tourner la tête lorsque je l'avais vu s'approcher de moi ? Je préfère ne pas y pensé. C'était trop compliquer. Histoire de mettre un terme à ce silence oppressent, j'ai dis la première chose qui me passait par la tête. Dans ce genre de circonstance, j'ai remarqué que la météo était la première chose qui nous venait à l'esprit. C'est bête, mais c'est comme ça. Bien sûr, Julien n'était pas dupe, car le temps était loin de se couvrir, le soleil était radieux, pas un nuage à l’horizon. Une bien belle journée d'été, mais que je venais de gâcher, sans savoir comment, ni pourquoi. Après avoir lâcher ses quelques mots, Julien m'indiqua qu'il avait compris ce que je voulais dire et qu'il était désolé. Une chose est certaine, il avait du comprendre plus de choses que moi, car pour tout dire, j'étais complètement larguée. Je n'avais rien voulu dire, qu'avait-il bien pu comprendre ? Quand à être désolé, c'était plutôt l'inverse. Je devrais lui en vouloir, pourtant, c'était à moi que j'en voulais, parce que je venais involontairement de lui du mal et je me détestais pour ça. "Non ! Ne soit pas désolé ...", je dis, en baissant les yeux. "Tu veux peut être que je m'en aille ?" je demande, tandis que je regarde sa main, me presser doucement le genou, un geste amical, comme lorsque nous étions enfants.

 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Garagiste
|statut civil| : Célibataire, les choses ne pourraient pas être plus compliqué en ce moment
|âge du perso| : 24

OLIVIER
|célébrité| : Liam Hemsworth
|crédits| : Avatar: Merenwen
|pseudo/prénom| : Just M/Maya
|dcs| : Marine
|nombre de messages| : 362


MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Dim 3 Aoû - 14:43

Julien et Céline.
Je serai, toujours le même, un peu bohème. Prêt à faire des folies!



J'avais l'impression d'avoir mal agis, de n'être qu'une personne immonde et sans cervelle. Pourquoi m'en prendre à Céline, la forcer à faire quelque chose qu'elle ne voulait pas? Enfin, je ne l'avais forcé à rien, mais c'était l'impression que j'avais présentement. Je me sentais ridicule, comme si je venais de mettre fin à autant d'années d'amitié, en l'espace d'une seule petite seconde. Était-ce le cas? Est-ce qu'elle pourrait m'en vouloir jusqu'à sa mort pour mon agissement? Peut-être.. Peut-être bien, oui. J'avais l'impression d'être de trop dans le véhicule présentement, était-ce également le cas? Quoi qu'il en soit, ce n'était pas de sa faute, mais bien de la mienne. Alors, lorsqu'elle m'indiqua que je n'avais pas à être désolé, j'avais encore plus l'impression d'avoir mal agis, d'avoir enfrain les lignes de notre amitié. Si elle désirait prendre du recul et penser à mon agissement, j'allais la comprendre, c'était évident. Je n'avais pas l'intention de recommencer mon agissement. J'étais complètement ridicule présentement, regardant Céline dans les yeux, cherchant mes mots. Ce que je souhaitais était tout simple, finalement. Je ne voulais pas devenir ce genre d'homme, je ne voulais pas que Céline me voit comme un monstre présentement. Lentement, j'ai fini par lâcher son genou, avant de porter ma main sur ma propre jambe. "Tu veux peut être que je m'en aille ?" Pourquoi s'en aller? À cause de mon agissement, pardi! J'ai déposé une main devant mes yeux, avant de baisser la tête, lâchement. Oui, d'une manière lâche. Je ne voulais pas qu'elle m'en veuille pour une erreur de ce style commis. Elle était amoureuse d'un autre, j'étais amoureux d'une autre également. Nous n'étions pas fait pour être ensemble, c'était l'évidence même. Mais quelque chose en moi me disait qu'il pouvait bien se passer quelque chose entre nous tout de même. Peut-être était-ce que mon imagination mais le fait d'être ami avec une fille.. Enfin.. On s'entend que.. Finalement rien du tout. Pourquoi toutes ces pensées faisaient surface, présentement? Pourquoi j'agissais ainsi également? Le regard complètement rivé sur Céline, la bouche à demi ouverte. Comme si j'attendais quelque chose de sa part, comme si je devais attendre un truc qui n'allait jamais venir. '' Je ferais peut-être mieux d'aller te reconduire chez toi, si c'est ce que tu veux. Au moins là-bas, tu seras en sécurité. '' Venais-je de lui dire qu'avec moi, elle ne l'était pas? Ça m'en avait tout l'air..
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   Mar 5 Aoû - 7:16

Julien et Céline.
« Désolée pour le titre, c'était trop tentant    »

Je ne savais pas très bien ce que je lisais dans les yeux de Julien. De la déception, du dégoût, de la colère, de la tristesse ? Ou bien autre chose ? A moins qu'il ne s'agisse de tout et n'importe quoi à la fois. Cette fois, j'étais complètement larguée et bien incapable de mettre un mot sur ce qu'il pouvait bien pensé. Mais je me sentais mal, parce que, une fois n'est pas coutume, je gâchais tout. Je n'étais pas une bonne personne, j'étais la méchante de l'histoire, la fée Carabosse ou la Méchante Reine, c'est à elles que je ressemblais, pas à une jolie princesse. Et d'ailleurs, je n'avais rien de joli en moi. J'étais comme une tempête tropicale, je détruisais tous sur mon passage. Je détruisais tout ce que je touchais, je faisais du mal à tous ceux qui tenait à moi. Je méritais d'être malheureuse, je méritais ce qui m'arrivait dans le fond. Que mon meilleur ami me déteste, je le méritais. Parce que c'était le cas, n'est-ce pas ?

Julien devait certainement me haïr. J'en étais arrivée à cette lugubre constatation en voyant que mon meilleur ami ne répondait pas à ma question. Je lui avait demandé s'il voulait que je parte, que je sorte de son véhicule, qu'il n'avait pas à être désolé, signe que c'était moi qui devait l'air. Que c'était de ma faute et non de la sienne, mais il ne prononça aucun mot, ce qui me prouva que j'avais vu juste. Il finit par lâcher mon genou, avant de me dire qu'il ferait mieux de me raccompagner chez moi, que j'y serais plus en sécurité. Il avait tord, seule chez moi, je serais capable de faire une grosse bêtise, comme avaler une boîte de somnifères ou m'endormir dans la baignoire en espérant finir par me noyée. "Non ! Je ne veux pas rester toute seule !" J'avoue, presque suppliante. Ce timbre de voix ne me ressemblait pas. Je pouvais me montrer impulsive, coléreuse, capricieuse ou encore déterminée, mais jamais désespérée. Mais je l'étais. J'avais que si je rentrais, en plus de me retrouvée seule, j’allais probablement ne jamais revoir Julien, et je ne voulais pas perdre mon meilleur ami. Jamais.
 
FICHE CRÉÉE PAR PRYING.MONKEY POUR LOSEYOURWAY. USAGE EXTÉRIEUR INTERDIT.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je serai là, toujours pour toi, n´importe où quand tu voudras ... Julien et Céline.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Je serai sur Paris pour le Défilé du 14 JUILLET, ET VOUS?
» exos rythme sur Eric Bibb (toujours pour Yann !)
» sos poussiere
» format PPS pour n'importe quoi.
» TOUT ce que l'on a toujours voulu savoir sur Daniel, et ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum