AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Assureur
|statut civil| : Célibaire, mais se paie du bon temps avec la fiancée de l'un de ses amis
|âge du perso| : 29
Soeurette
|célébrité| : Kit Harington
|crédits| : AD
|pseudo/prénom| : Logan
|dcs| : Rick, le prof sexy / Emmanuel, le mari épais
|nombre de messages| : 13


MessageSujet: Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?   Mar 13 Sep - 21:17

- Oh non, pour apporter.

Pourquoi rester ici, seul dans ce restaurant, tandis que le soleil brille à l'extérieur ? Aller au cinéma, prendre une table pour quatre dans un restaurant, commander une grande pizza ou même faire les courses, j'ai toujours trouvé cela charmant. Sauf lorsqu'on est seul. Prendre le train, faire une croisière en bateau, se promener sous un ciel étoilé, toutes ces petites choses que certaines personnes font sans se poser de questions, sans se demander la raison de toute leur histoire. Et si elles étaient seules, iraient-elle en voyage, au restaurant ou même au centre commercial ? De mon côté, je le fais depuis longtemps et ceci ne me décourage pas. Avant, je passais beaucoup de temps avec Amy, ma soeur, pour lui faire profiter un maximum de la vie. Mais depuis qu'elle a trouvé un emploi et qu'elle projette un tout nouvel avenir, je la laisser profiter pleinement de ses accomplissements. Ce n'est pas à tous les jours que l'ont devient aveugle à cause d'une bêtise faite par un membre de la famille. Et même si cette bêtise est commise par une soeur adorée, les problèmes ne sont pas atténués. Ils sont même quadruplés par endroit, cherchant une manière de lâcher prise. C'est ainsi que, de mon côté, j'ai vu le départ de Cassandre, celle qui a mis un terme à notre bonheur, un bonheur familial. Une dispute avec notre mère a alors vu le jour, engendrant de graves problèmes pour Amy ensuite. Elle se sentait coupable, trahis d'une certaine manière. C'est probablement pour cette raison que j'ai passé beaucoup de temps avec elle, espérant lui faire comprendre qu'elle était la victime de cette histoire cruelle et non le contraire. Les jours passèrent, tout se ressemblaient. Et soudainement, Amy a trouvé un emploi qu'elle a apprécié et qu'elle a réussi à garder. Je passe beaucoup de temps encore avec elle, mais c'est maintenant différent. Surtout depuis les rumeurs qui sont arrivées au village. Cassandre serait de retour. Certaines personnes l'auraient vu en compagnie de Neal Andersen. Pour ma part, je trouve le tout ridicule. Elle ne peut revenir ici, sachant bien ce qui l'attend au détour. Elle ne peut pas non plus s'entendre avec Neal, seulement parce qu'elle vient de revenir. C'est ridicule et sans intérêt. Au départ, j'aurais aimé y croire. Revoir ma soeur, pouvoir la prendre dans mes bras et lui dire que près de 5 ans sans nouvelles, c'est long et qu'elle m'a cruellement manqué. Mais avec tout ce qui se dit au village, c'est peine perdu. Des mensonges et encore des mensonges, sans plus.

Faisant un échange argent contre repas, je m'empresse de prendre le sac que la serveuse me donne et me retourne vers la porte de sortie. Je ne sors que très peu de chez moi, seul. Pas question de voir les gens me regarder, se poser des questions et espérer pouvoir trouver des réponses eux-mêmes. Se faire juger, je l'ai été trop longtemps par mon entourage, lors du départ de Cassandre. Les gens voulaient savoir ce qui se passaient, pourquoi elle avait décidé de quitter les lieux et surtout, pourquoi elle avait attaqué la pauvre Amy. J'aurais bien aimé prendre sa défense et, au pire du pire, inventer une histoire me désignant comme le coupable, mais dès le départ de Cassandre, les choses ne se sont pas passées ainsi. C'était plus simple de tout lui mettre sur le dos, la traitant des fois de folles, espérant qu'elle ne puisse jamais remettre les pieds ici. C'est cruel, je dois l'admettre, mais c'était une libération en un sens. C'est même ainsi que j'ai trouvé mon meilleur ami et, pas la même occasion, fait la connaissance de sa superbe fiancée. Ce qui n'a pas aidé les choses vu que cette dernière partage mon lit quelques soirs par semaine, dès que mon ami a le dos tourné. Elle lui fait croire des choses horribles pour pouvoir sortir le soir et entrer tôt le lendemain matin. Je ne sais ce qui se passe dans leur couple mais je n'ai malheureusement pas envie de le savoir. C'est sa vie, pas la mienne. En partie oui, j'en suis responsable, mais je préfère largement fermer les yeux et partir en douce.

Le visage dirigé vers le sac obtenu quelques secondes auparavant, j'esquive quelques regards à ma droite, préférant m'attarder à autre chose. Depuis les rumeurs que Cassandre serait de retour, certaines personnes me posent trop de questions, allant jusqu'à me demander ce qui se passe entre nous, si je la cache ou que sais-je encore. Trop pour moi. Relevant la tête pour ouvrir la porte devant moi, c'est alors que je m'aperçois que les rumeurs sont vraies, que Cassandre se trouve à quelques pas de moi. Lui parler ou fuir ? Partir et ne jamais revenir vers elle ? Ceci semble la meilleure solution. Mais tandis que j'y pense très fort, je m'aperçois rapidement que elle, elle m'a vu. Son regard est dirigé vers moi, ne sachant certainement pas quoi faire. Il est donc impossible pour moi de partir, de regarder en l'air et de faire semblant que les choses ne sont pas changées. Il est également impossible pour moi d'aller la voir, de lui faire un câlin et de parler du bon vieux temps. Il est également impossible de m'approcher et de faire semblant que tout est revenu à la normal, comme au bon vieux temps. Je n'y tiens pas particulièrement, je ne veux pas attirer les problèmes qu'ils pourraient y avoir entre nous. Avec le temps qui passe, les gens changent et tout ça c'est bien normal. Je ne veux pas changer, vivre ma vie indépendamment et faire semblant que ma vie est une réussite lorsque ce n'est pas le cas. Faire semblant et regarder par terre tout en quittant le restaurant me semble la meilleure solution à faire. Et la seule aussi, vu que je ne veux pas lui parler.

Les yeux vers le plancher, le sac de nourriture collé contre mon corps, je m'empresse de sortir du restaurant, retenant ma respiration. Pas question de la regarder, de lui faire un sourire et de m'entendre rire à la suite. Loin de moi, diablesse. Heurtant un homme au passage, ce dernier me lance un regard assassin avant de me pousser vers l'avant. Ma chute n'a pas été très pénible, ni terrible. Quelqu'un a intercepté cette chute, me ramenant sur la terre ferme. Cette personne n'est nulle autre que Cassandre. Cette dernière se trouvait là au bon moment pour certain, mais au mauvais pour le mien. Pas la peine de me ramasser par terre ni rien de tout cela, je l'ai uniquement heurter et au lieu de partir à la course et de continuer à regarder le sol, je préfère faire la statue, posant les yeux sur ma soeur, attendant quelques mots de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?   Dim 18 Sep - 19:28


Ne jamais regarder le diable dans les yeux ft Sébastien


En ce qui concerne la nourriture, Cassandre n'est pas difficile. Elle aime manger à peu près tout avec, bien sûr, des préférences pour la cuisine d'un pays ou d'un autre. C'est en particulier dans les restaurais japonais et chinois qu'elle trouve son bonheur, mais elle ne dit pas non à d'autres saveurs. Et en tant que Suissesse, elle aime beaucoup la nourriture en provenance de pays voisins, notamment d'Italie. Par conséquent, elle a décidé, ce soir, de changer un peu et d'aller voir ce qui peut se faire dans le restaurant italien situé à Quertal. Enfin, un des restaurants situés là-bas, il n'y en a pas qu'un après tout. Mais c'est celui-là qu'elle connaît bien ; si elle n'y est pas retournée depuis son arrivée au pays, elle y allait parfois dans le temps. Elle espère que cela n'a pas changé, et que les saveurs y sont toujours bien préparées. Elle n'en doute que très peu, elle se rappelle des propriétaires qui étaient des personnes très aimables et avenantes. Ils ne se souciaient pas des rumeurs qui pouvaient courir sur elle, raison pour laquelle elle n'était jamais dérangée à l'idée d'aller manger là-bas. Comme habituellement elle se fait livrer depuis des restaurants chinois et japonais, elle a décidé de retourner là-bas pour changer un peu. Pas de livraison à domicile pour eux d'après ce qu'elle a pu voir sur leur site internet, mais on peut effectivement passer commande, récupérer les sacs et rentrer chez soit pour savoir tout cela. C'est exactement ce qu'elle a choisit de faire, par soucis de discrétion. Oh, elle n'est pas dupe. Elle sait que, maintenant, à peu près tout le monde en ville est au courant de son retour. Ses parents font peut-être les sourds, idem pour sa sœur et son frère, mais la rumeur est largement répandue. Cela ne l'empêche pas pour autant de vouloir la jouer discrète, sans s'épancher et se montrer plus que nécessaire. C'est ridicule dans le fond, et elle le sait ; elle ne pourra pas être à jamais terrée dans son appartement, telle la vieille fille dans la peau de laquelle elle terminera ses jours. Mais c'est nécessaire pour sa santé mentale, alors elle fait fit du reste et elle agit comme bon lui semble.

Sauf que, visiblement, elle a mal choisit 1) son soir et 2) son restaurant. Elle aurait dû aller découvrir du pays, voir dans une autre ville ce qu'il pouvait s'y passer. Au lieu de cela, elle a décidé de retenter dans un de ses coins habituels, et elle a par conséquent pris des risques inconsidérés. Tout se paye, dit-on. Alors qu'elle avait trouvé une place pour sa voiture un peu plus loin, il lui a fallu marcher un peu pour atteindre le restaurant. Elle était donc encore à quelques mètres de là, lorsqu'elle l'a vu. Sébastien. Son frère. Qu'elle aurait pensé ne jamais croiser, autant parce qu'elle l'évitait que lui l'évitait probablement. Elle le regarde, désormais immobile et incapable de savoir la marche à suivre. L'ignorer ? Prétendre ne pas l'avoir vu ? Oui, cela aurait probablement été la bonne solution. Au lieu de cela, elle se retrouve à le regarder encore lorsque lui tourne la tête dans sa direction. Elle comprend vite, à son regard, qu'il n'est pas surpris de la voir là ; ainsi, il était au courant de son retour. Il n'a jamais cherché à la contacter ou à la revoir et, alors qu'elle ne devrait pas, elle ressent un petit pincement au cœur en faisant cette constatation. En y réfléchissant mieux, elle non plus n'a pourtant pas cherché à avoir de ses nouvelles. Et c'est normal. Ils se sont quittés en froid, puisque c'était devenu leur leitmotiv depuis des années et des années ... depuis l'accident désastreux qui a coûté la vue à Amy, et sa famille à Cassandre. Elle comprend vite ce que Sébastien s'apprête à faire ; ce qu'elle-même aurait dû mettre en oeuvre : il tourne la tête dans l'autre sens et s'éloigne. Du coup, soulagée du poids d'avoir à faire un choix, elle se met en marche et décide de franchir la distance restante pour aller jusqu'au restaurant. D'ici là, Sébastien sera parti de son côté, et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes. C'était sans compter sur la malchance légendaire de Cassandre.

A peine vient-elle de débarquer sur le bon trottoir, qu'un accident désastreux - un autre - se produit. Sébastien se fait rentrer dedans - ou rentre dans quelqu'un elle n'en sait rien -, et elle est happée au passage. C'est une petite bousculade de rien du tout qui, pourtant, vire au drame. Là, difficile de faire semblant. Cassandre n'a pas le temps de se redresser complètement, de se remettre de ses émotions et de s'enfuir dans le restaurant. Déjà, Sébastien s'est relevé, et la regarde. Au lieu de partir comme il semblait avoir prévu de le faire initialement, il reste planté là. Dans l'attente, visiblement, qu'elle dise quelque chose. Comme elle est désormais juste en face de lui, il est difficile de faire autrement que de le regarder, elle aussi. Et surtout, de ne pas tourner les talons pour s'enfuir avant qu'il ne soit trop tard. Le hic, justement, c'est qu'il est déjà trop tard. Elle ouvre la bouche, la referme aussitôt, sans savoir quoi dire. Le même manège se reproduit plusieurs fois en l'espace de quelques secondes, avant qu'une illumination lui vienne. Pas la meilleure de tous, pas de miracle à venir, mais quelque chose à dire pour éviter de rester ridiculement silencieuse plus longtemps. « Tout va bien ? » Rien de personnel, rien d'extravagant. Elle ne peut pas faire de miracle, et tout cela n'est peut-être qu'un mirage. Qui sait, peut-être qu'il se contentera de lui dire que, oui, en effet, tout va pour le mieux pour lui, avant de s'évaporer dans les airs comme il aurait déjà dû le faire depuis longtemps ? A moins que ce ne soit elle qui, la première, se décide à agir. Fuir, fuir avant qu'il ne soit vraiment trop tard.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Assureur
|statut civil| : Célibaire, mais se paie du bon temps avec la fiancée de l'un de ses amis
|âge du perso| : 29
Soeurette
|célébrité| : Kit Harington
|crédits| : AD
|pseudo/prénom| : Logan
|dcs| : Rick, le prof sexy / Emmanuel, le mari épais
|nombre de messages| : 13


MessageSujet: Re: Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?   Ven 4 Nov - 3:53

J'aurais peut-être pu marcher plus vite mais ceci n'aurait rien empêcher. Marcher plus lentement non plus. Lorsque tu es dut pour rencontrer quelqu'un, le destin trouve toujours une manière de te nuire. Le destin ou le karma, je ne sais trop, mais quelque chose de mauvais dans un sens. Lorsque mes yeux se sont trouvés dans ceux de Cassandre, j'aurais dut tourner la tête et faire comme si elle n'existait pas. Me mettre à siffler aussi, uniquement pour lui montrer que je n'avais pas l'intention d'aller lui parler. Mais quelque chose d'autre c'est produit, quelque chose que je ne peux effacer. Et maintenant, je la regarde toujours, elle est si proche, ne trouvant pas les mots. Et puis, je ne comprends pas pourquoi ça serait à moi de lui parler en premier. C'est bien elle qui est revenue et non le contraire. Si elle souhaitait venir me parler et me demander des nouvelles, elle l'aurait fait bien avant. Bien avant d'être dans l'obligation de prendre de son temps pour me faire un brin de causette. Chose qu'elle ne veut pas, visiblement. Elle aussi, elle a l'air de vouloir prendre son temps pour évaluer la situation et j'avoue que je ne la blâme pas. Je n'ai qu'une envie lorsque je la regarde: lui demander la raison de son retour. N'a t-elle pas compris qu'elle n'était plus la bienvenue ? Pendant longtemps, j'ai attendu son retour, de ses nouvelles et même un simple SMS de sa part pour me dire que tout va bien, qu'elle était toujours en vie. Les gens pourraient me dire qu'elle ne connaissait pas mon numéro de portable et je l'accorde, mais elle aurait tout de même pu m'écrire un petit message dans ce cas. Envoyer une lettre pour expliquer ce froid soudain. D'accord, elle sait fait mettre à la porte de la maison, mais ceci est la réplique d'une grave erreur. Une erreur qu'elle n'a pas l'air d'assumer pleinement puisqu'elle est toujours là, à Quertal, attendant que les choses changent par elles-mêmes. Et puisqu'elle n'a pas l'air de vouloir changer quelque chose, justement, j'ai le regret de mentionner que je ne vais rien faire. Pas d'excuse, pas de sourire, pas même un signe dans sa direction. Je n'ai pas l'intention de lui donner de l'importance. Elle aurait dire à quelqu'un qu'elle était ici, même si, pour ma part, j'avais quelques doutes à ce sujet. Quelqu'un m'en avait glissé un mot, tout bonnement. Et ensuite, j'avais croisé Neal, quelques jours plus tard. Ce dernier avait l'air perdu, préférant faire comme si je n'étais pas là, au lieu de venir me parler. J'avais eu également besoin de ses services pour une raison d'assurance et ce dernier m'avait transféré à son père, ne voulant pas me parler. Quelque chose se préparait et je savais bien que Cassandre y était pour quelque chose.

Ne voulant pas passer le restant de la journée là, devant Cassandre, à attendre une réponse de sa part, j'ai fini pas soupirer, ce qui a dégelé ma soeur. Peut-être qu'elle aurait souhaité me parler d'autre chose, mais ses paroles me laissèrent avec un goût amer. Si tout allait bien ? Elle parle de là, maintenant ou dans le passé, dans le présent ? Une réponse de sa part vague, terriblement loin de mes attentes. Mais encore, il n'est pas possible pour moi de décider ce qu'elle pourra me dire. Ou encore, ce qu'elle a envie de me dire.

- Non, pas tellement.

Mes mots sont peut-être secs, mais je crois qu'ils ont matière de l'être. Pas de sourire de ma part, pas même un petit signe de la tête. Peut-être dois-je arrêter ça là et partir, mais ce n'est pas le cas. J'ai besoin d'explications, besoin qu'elle puisse m'expliquer ce que je n'ai bien compris. Trop de questions sans réponses se promènent dans ma tête en ce moment et j'ignore exactement le pourquoi.

- Pourquoi ne m'as-tu pas dit que tu étais de retour ? Pourquoi t'as rien dit à Amy aussi ? Nous n'en valons pas la peine, c'est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?   Sam 12 Nov - 22:50


Ne jamais regarder le diable dans les yeux ft Sébastien


Depuis qu'elle est de retour à Quertal, Cassandre a miraculeusement réussit à éviter la plupart des personnes qu'elle préférait esquiver. Ses parents en tête de liste et, très vite derrière son frère et sa sœur. Avec Neal, de toute évidence, les choses ne se sont pas du tout passées comme elle l'aurait voulu ou même imaginé. Elle n'y peut plus rien à présent. Quant à Sébastien ... et bien, d'autres diront que c'est le Destin. Cassandre, elle, est persuadée que c'est une mauvaise blague qu'on a décidé de lui faire. Elle n'arrive pas à croire que cela est en train de se produire, et pourtant ... il faut se rendre à l'évidence : c'est le cas. Il se tient bien là, devant elle. Et si elle a d'abord du mal à se reprendre, il faut bien qu'elle le fasse à un moment ou un autre. Alors, elle met de côté tout ce qui lui passe par la tête sur le coup, et essaye de faire la conversation. Une piètre diversion pour lui permettre de vite s'enfuir. Tentative qui tombe à l'eau sur le champ. Sébastien est froid comme pas possible, et n'a pas l'air de vouloir mettre un terme à cette conversation. Pas aussi vite. Cassandre ne sait pas bien à quoi elle s'attendait, mais elle aurait dû se préparer à une telle hypothèse. Avant d'être un parfait inconnu, Sébastien a un jour été son frère. Et peut-être bien qu'il lui en veut de son départ. Ce que, il faut bien l'avouer, elle ne parvient pas à comprendre. Je veux dire ... c'est du foutage de gueule ! Il ne l'a jamais plus considérée depuis ce malheureux incident et, tout à coup, il pourrait lui en vouloir d'avoir disparu de sa vie ? Non, elle n'arrive pas à y croire. Et pourtant ... La suite des événements lui confirment que c'est bien ce dont il s'agit. Sans qu'elle puisse s'en empêcher, un rire amer, jaune lui échappe. Il doit être en train de lui faire une blague, non ? Une caméra cachée, ou quelque chose de ce genre ?

Il veut jouer les enfoirés de première, très bien. Elle n'est plus la petite Cassandre d'autrefois. Hors de question qu'elle se laisse marcher sur les pieds. Elle tâche d'ignorer le pincement au cœur que lui suscite l'idée que, déjà, ces retrouvailles tournent mal. A quoi est-ce qu'elle s'attendait, en même temps ? A ce qu'on l'accueille à bras ouverts ? Et puis quoi encore ? Elle aurait mieux fait d'abandonner l'idée de son stage, de ses études, de tout. Elle aurait pu être ... éleveuse de kangourous en Australie, tout aurait mieux valut que d'être forcée de revenir ici ! « Tu rigoles j'espère ? » Lâche-t-elle, froide à son tour. Son rire a disparu, aucun sourire n'est visible sur son visage non plus. Elle est juste ... énervée. Déçue. Dépitée. Désabusée. Alors qu'elle aurait pu s'y attendre en se préparant un peu plus ... Au lieu de ça, elle a préféré rester aussi loin que possible d'eux. Bien sûr qu'elle a bien fait, et qu'elle ne le regrette pas. Mais cela lui a fait entretenir une certaine illusion, des espoirs complètement insensés. Mieux valait vivre loin d'ici plutôt que de subir ça ... Déjà vaincue, Cassandre baisse la voix et laisse tomber l'idée de lui expliquer le pourquoi du comment. « Non, bien sûr que non. », répond-elle elle-même à sa question. Elle en a d'autant plus la confirmation avec sa réaction : leur mère ne leur a jamais dit que c'était elle qui lui avait demandé de partir le plus loin et le plus vite possible, en lui refilant quelques billets. Evidemment. Sébastien doit estimer toutes ses raisons de lui en vouloir parfaitement justifiables, et bien soit. Cassandre sait qu'elle ne réussira jamais à le faire changer d'avis. Elle a abandonné il y a bien longtemps. L'ignorance dont il a fait preuve avec elle ces dernières années a balayé tout le reste. « Laisse tomber. Je n'ai pas envie d'avoir cette discussion avec toi. Alors, faisons comme si ça ne s'était jamais produit, d'accord ? » C'est tout ce qu'elle veut : abandonner. Baisser les bras. Le contourner, et entrer dans le restaurant. Poursuivre sa vie en prétendant ne l'avoir jamais croisé. C'est mieux comme ça. Elle est définitivement vaincue, face à lui. Face à eux tous.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Assureur
|statut civil| : Célibaire, mais se paie du bon temps avec la fiancée de l'un de ses amis
|âge du perso| : 29
Soeurette
|célébrité| : Kit Harington
|crédits| : AD
|pseudo/prénom| : Logan
|dcs| : Rick, le prof sexy / Emmanuel, le mari épais
|nombre de messages| : 13


MessageSujet: Re: Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?   Dim 1 Jan - 4:13

Je ne veux pas commencer une guerre avec ma soeur, sachant qu'elle finira par me dire mes quatre vérités. Enfin, c'est ce que j'ai à l'esprit. Depuis le temps que je ne lui ai pas parlé, ni même approché, ce moment me laisse un peu de marbre, ne sachant pas exactement comment m'y prendre. Comment agir également. Dois-je avancer, la prendre contre mon coeur et lui dire tout bas que tout ira bien ? Je ne vois pourtant pas agir ainsi avec elle, sachant qu'elle pourra me repousser. Et avec raison. Après tout, elle n'a mentionné à personne son retour donc, elle a bien l'intention de passer innaperçue pour son petit séjour à Quertal et ensuite, disparaitre à nouveau et espérer ne jamais se faire découvrir. Peut-être est-elle venue avec une idée bien précise en tête et si c'est le cas, j'espère bien ne pas faire parti de ses projets d'avenir. Je ne veux que du sérieux, pas la peine de me tourner autour si ce n'est que pour quelques heures et ensuite, me passer un lapin. Une chance pour moi qu'il s'agit uniquement de ma soeur et non de ma prochaine petite amie sinon, des questions sans réponses auraient lieux pendant des jours, voir des semaines. J'ai bien l'impression que si jamais je décide de tourner le dos, Cassandre peut disparaitre, ne se faisant pas prier. Elle a l'air sérieuse dans cet habillement et surtout, avec le regard qu'elle me lance. J'espère que ce n'est pas un garçon qu'elle est venue voir pour le fréquenter sinon, je ne lui donne aucune chance, elle en fera uniquement une bouchée.

Comme de mes paroles, à vrai dire. Je viens tout juste de fermer la bouche que déjà, elle rit. Elle se moque de moi, ouvertement, comme ça, devant les gens autour de nous. Comme s'il s'gissait d'une blague, venant d'un ami quelconque. Mais cet ami n'a jamais réellement existé. Avant, j'étais son frère. Depuis, un inconnu, en quelques sortes. C'est compliqué, je dois l'avouer, mais pas impossible à comprendre. Il y a bien eut des moments de bonheur entre nous deux, mais depuis son départ, Cassandre ne fait plus partie de ma vie. À la place d'essayer de recoller les morceaux, elle a préféré s'enfuir, disparaitre de la planète et surtout, de la vie de sa famille. Lui pardonner ? Pour quoi faire ? Lui prendre la main et lui montrer tout ce qu'elle a manqué dans sa vie ? Ce n'est pas exactement ce que j'ai envie de faire avec elle, mais bien de la laisser de côté et ensuite, rire à mon tour. Mais pour l'instant, je n'ai même pas un sourire aux lèvres, je me contente de la regarder, espérant que son petit jeu puisse prendre fin. Si elle a l'intention d'avoir la sympathie des gens autour d'elle, elle peut bien attendre. Les gens ne sont pas dupes, ils savent qui elle est. Par contre, contrairement à moi, ils ne savent pas exactement ce qu'elle est venue faire ici. En réfléchissant, j'ai trouvé. Elle est venue ici pour se faire plaindre, je ne vois rien d'autre. Bonjour les emmerdes dans ce cas, je n'ai pas envie d'essuyer ses larmes de crocrodiles et faire semblant que tout va bien. Elle a détruit la vie d'Amy, détruit en partie la mienne et nous devrions la prendre en pitié ? Je ne sais pas, je ne sais plus. J'évite de penser pour ne pas me mêler, pour ne pas mêler Cassandre et ses idées folles. Ou bien, c'est mes idées qui sont folles, je ne sais plus quoi penser. Si je lui demande, il y a de grandes chances pour qu'elle puisse dire que je suis le problème de ses nuits depuis pas mal de temps. Moi ou bien, un autre type. Quelqu'un qui a hanté ses nuits depuis sa jeunesse. Ce dernier est devenu avocat avec le temps. Peut-être a-t-elle croisé Neal depuis son retour ?

Le ton froid de Cassandre ne me rassure guère. Elle veut certainement me faire payer le ton de ma voix et, à son tour, espérer avoir le dessus. Rien ne fonctionne ainsi, elle devrait le savoir depuis le temps qu'elle respire. En fait, elle ne m'a pas vu depuis des lustres, alors comment savoir que rien ne change avec le temps ? Pourquoi partir pendant des années et revenir ensuite, espérant avoir un sourire de la part d'un membre de sa famille ? C'est complètement immature de sa part et Cassandre doit le savoir. Ma soeur doit le savoir, elle le doit. Elle est beaucoup plus intelligente qu'elle ne le laisse croire. Elle doit le savoir. Peut-être qu'elle a rencontré quelqu'un qui lui a fait perdre la carte et qu'elle a l'intention de partir avec ce dernier ? Si c'est bien le cas, aucun problème, qu'elle le dise. Aurevoir Sébastien, je me pousse, je repars vers un pays que tu ne connais pas vraiment, pas la peine de me dire aurevoir ou même d'essayer de me chercher, je ne vais aucunement te répondre. Comme avant. Comme toutes ces dernières années passées. La dernière phrase de Cassandre me laisse bouche bée une demi-seconde. Elle rigole, n'est-ce pas ? Elle croit que je vais accepter cette défaite et ensuite, me mettre à vivre normalement ? Pas depuis son apparition. Pas depuis que je sais qu'elle est encore en vie. Si maman l'apprend, je ne sais pas ce qu'elle pourrait lui faire. Elle nous a toujours dit d'oublier Cassandre, d'oublier notre soeur. Peut-être morte ? Peut-être en danger ? Peut-être sur le point de faire une connerie ? Elle nous a toujours dit de laisser l'avenir décidé, qu'elle aura uniquement ce qu'elle mérite. Avec le temps, j'ai souvent pensé que maman avait raison, mais plus maintenant puisque Cassandre est là, toujours devant moi. Elle se dresse ainsi, répondant à ma question. Ses paroles ne sont pas exactement ce à quoi j'ai pensé au départ.

- Et faire comme avant ? Tu vas rebrousser chemin, ne pas donner signe de vie pendant des années et ensuite ? Tu vas revenir et les gens de ta connaissance devront étendre un tapis rouge pour tes jolis petits pieds ? Je ne sais pas si tu le sais, mais bien des gens ont cru que tu étais morte. Moi le premier.

Je ne veux pas la toucher en plein coeur mais, en même temps, si c'est le cas, ceci fera du bien. Si ce n'est pas pour elle, ce le sera pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?   Mar 17 Jan - 18:47


Ne jamais regarder le diable dans les yeux ft Sébastien


Tout plutôt que ça. Cassandre préférerait être n'importe où sur cette Terre plutôt qu'ici, avec Sébastien en face d'elle et ses yeux perçants posés sur elle. On pourrait croire qu'elle exagère, qu'elle en fait trop. Mais à ses yeux, et à cet instant précis surtout, ce n'est pas le cas. Pour elle, elle a de bonnes raisons de se comporter et de penser ainsi. Sébastien, lui, n'a pas l'air de voir plus loin que le bout de son nez. Et il n'a pas l'air, non plus, de vouloir la laisser passer et de lui foutre la paix. C'est tout ce qu'elle demande, pourtant. Pas qu'on l'accuse de tous les maux de la Terre. Pas que son frère se permette de se comporter avec elle comme si elle avait un jour compté à ses yeux. Oh peut-être bien que c'est arrivé une fois ou deux, dans le temps. Il y a de cela de très nombreuses années, avant l'accident que Cassandre ne pourra jamais assez regretter. On ne lui pardonnera jamais, elle ne se le pardonnera jamais elle-même. Et partir d'ici ... putain mais quelle libération. Elle aimerait tant y retourner, à Sydney, parfois, que c'en est douloureux. Elle aimerait tant être loin de lui, de cette ville, de Neal, de toutes les emmerdes qui l'attendaient, elle le savait bien. Difficile, pour Cassandre, de s'empêcher de rire jaune. Pourtant, les mots de Sébastien lui donnent la nausée, lui donnent presque envie de gerber ici et maintenant. « Oh, tu as cru que j'étais morte ? Et ça a changé quelque chose à ta vie ou tu t'es contenté de te dire "bon débarras" ? » Elle devient mesquine, elle le sait. Elle savait, d'ailleurs, que la meilleure solution pour lui comme pour elle, c'était qu'ils repartent chacun de leur côté sans ajouter quoi que ce soit. Mais Sébastien n'en fait qu'à sa tête ... et c'est difficile pour Cassandre de se contenir.

Qu'est-ce qu'il cherche au juste ? A la faire sortir de ses gonds ? Et bien, il est en bonne voie pour y arriver. Dommage pour lui, mais elle n'a plus rien de la Cassandre qui se laisse marcher sur les pieds. Certainement pas par lui, et certainement pas de cette façon. « Ce qu'il faudrait peut-être te demander, Sébastien, c'est qu'est-ce que ça a changé dans ta vie ? Que je sois là ? Que je ne le sois pas ? Arrête de faire comme si tu t'étais un jour inquiété d'avoir une réponse à cette question, et n'essaie pas de jeter le blâme sur moi, ça fait bien longtemps que j'ai arrêté de me préoccuper de ce que tu peux penser de moi. » Mensonge éhonté, qu'elle parviendra à masquer sans trop de difficultés. Après tout, ce n'est pas comme si Sébastien savait grand chose sur elle. Il n'est même pas au courant de ce qu'elle fait dans la vie, ni même des réelles raisons de son retour. Il préfère sans doute qu'elle est une sorte de succube ou de vampire venue aspirer la vie et l'âme de cette ville, et des habitants avec. Ce qu'elle fait, dans la vie, c'est emmerder son monde. C'est bien connu, non ? Cassandre Dechamps, la succube. Ça sonne bien. Si ce n'est qu'elle aimerait parfois changer de nom de famille, pour couper définitivement tout lien avec eux. Elle n'a jamais su trouver de méthode efficace pour voler réellement de ses propres ailes et s'éloigner d'eux, c'est peut-être là qu'est la vraie solution. Si tant est qu'elle parvienne un jour à s'éloigner pour de bon de Quertal sans qu'on ne vienne sans arrêt essayer de l'y enterrer encore et encore et encore.

En regardant son frère, en le regardant avec insistance, Cassandre comprend qu'il ne changera jamais d'avis. A ses yeux, elle sera toujours la peste qui a ruiné la famille Dechamps. Dans le fond, il n'a pas tort. C'est elle qui est à l'origine de tout, à la base. Et elle n'a aucune envie de se décharger de cette responsabilité, et de la culpabilité qui va avec. Seulement, elle ne peut pas imaginer passer sa vie ici, entourée par des gens qui ne l'estiment pas le moins du monde. Elle n'a aucune envie de se faire rappeler sans arrêt ses erreurs du passé. Et une erreur en particulier, commise alors qu'elle n'était encore qu'une gamine. Il peut penser le contraire si ça lui chante mais c'est un fait : Cassandre se sait coupable. Et elle sait aussi qu'elle ne pourra jamais rien faire pour se racheter, et faire disparaître le sentiment de culpabilité qui l'attaque à chaque fois qu'elle se retrouve seule, chez elle. Le soir en particulier. « Crois-moi, si j'en avais eu la possibilité, je ne serais jamais revenue. Et tu aurais continué à me croire morte, ce qui aurait été pour le mieux, pour tout le monde. » Pour elle en particulier. Qu'on lui foute la paix, bordel ! « Et dès que je le pourrais, je m'en irai, et vous ne me reverrez jamais. T'es heureux, tu peux me laisser passer maintenant ? Parce que, que tu le veuilles ou non, je vais devoir rester encore un peu. Il me faut donc manger, comme toute personne normalement constituée parce que, oui, j'en suis une, que tu acceptes l'idée ou non. » Ce n'est pas comme s'il y avait quelque chose, ou quelqu'un, qui la retenait à Quertal de toute façon. Plus elle y pense, et plus elle a envie de déguerpir. S'il faut qu'elle quitte son job pour le bien du semblant de santé mentale qu'elle a encore, elle finira par le faire. Indéniablement.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ne jamais regarder le diable dans les yeux, n'est ce pas Cassandre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Dans Mes Yeux"
» Dans mes yeux, rupture de stocks !
» Philippe Labro parle de "Dans mes yeux"
» Nouveau single "Dans tes yeux chaque jour" - Mars 2015
» Dans tes yeux - Dani Daraiche et Jonathan Godin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum