AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 More coffee my dear Salomé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Professeur de sport, à l'université. N'aime pas sa profession, n'aime pas ses élèves
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 38

La cochonne Chose la.. La serveuse sexy La frangine perverse

|célébrité| : Adam Levine
|crédits| : AD
|pseudo/prénom| : Logan
|dcs| : Emmanuel, le médecin trop con pour comprendre qu'il se fait avoir
|nombre de messages| : 472


MessageSujet: More coffee my dear Salomé ?    Lun 12 Sep - 19:59

Le café ? Tout à fait mauvais. Le sandwich au thon placé dans l'assiette devant moi ? Mauvais également. Le service à la table ? Pas si mauvais par contre, surtout lorsqu'il est question de regarder la serveuse qui s'amène dans ma direction encore une fois, pour m'apporter du café. Non, je ne le bois pas, je passe mon temps à le renverser sur la table, espérant que la serveuse puisse venir essuyer le dégât et, ensuite, qu'elle puisse revenir quelques secondes après pour remplir ma tasse à nouveau. Quatre fois. Cela fait quatre fois que je le fais et je ne me tanne pas. Je pose toujours mon regard sur elle, avec un sourire sincère en coin, agissant comme un abrutis, espérant qu'elle puisse revenir et revenir, et revenir encore une fois. Ce qu'elle fait depuis le début. Elle aurait pu envoyer une autre serveuse à sa place, ceci aurait certainement calmé mon problème de café renversé, mais elle travaille seule ce soir. Comment je le sais ? Parce que c'est tout simple. Elle est seule le lundi ainsi que le mardi soir. Elle travaille avec un livreur et c'est tout. Pas d'autres serveuses, pas d'autres clients. Le début de la semaine a toujours été un moment calme dans la restauration et une chance pour moi. Je ne connais pas cette demoiselle, ni son prénom, ni son âge. Je sais uniquement que je ne l'ai jamais croisé dans un couloir de l'école où je travaille et je pense que c'est bien mieux ainsi. Prendre son temps pour connaitre une personne, ceci ne me ressemble pas. Sauter sur l'occasion et se présenter, c'est autre chose. Se présenter, pas vraiment avec des mots par contre. Prendre son temps pour mettre en valeur ce que je possède et ensuite, la conduire à mon domicile. Je me fiche si elle doit fermer le restaurant d'avance ou non, je ne la verrai pas demain. La mettre à la porte ensuite, après avoir reçu mon dût, est quelque chose d'encore plus simple dans un avenir proche. Le livreur ne me dérange pas, pas le moindre du monde. Il est hors de question de rester accroché à quelque chose d'aussi vague et d'aussi imprécis. Si ce dernier ne veut rien savoir de ma pratique, il pourra toujours conserver le restaurant et servir les clients, si jamais il y a lieu, tandis que la serveuse me suivra.

Être confiant a toujours été quelque chose de bien chez moi, quelque chose de simple et de normal. Pourquoi essayer d'être quelqu'un d'autre, de martyriser son entourage avec des propos déplacés et devenir une nuisance, lorsqu'on peut simplement être bien dans sa peau et faire attention à son maintient ? C'est ainsi que je vois les choses et pourtant, je sais que je suis le seul de mon entourage à penser ainsi. Peut-être que la serveuse n'est pas réellement bien dans sa peau. Et cette question, je peux moi-même y répondre car tout parait dans ses gestes. Elle n'a pas l'air bien, le regard absent par moment. Dès que je renverse ma tasse de café, elle revient, souriante, espérant certainement que je puisse arrêter mon charme extraordinaire sinon, elle pourra y tomber. Et devenir amoureuse !

D'un simple coup de main droite, je renverse à nouveau ma tasse de café, regardant la jolie serveuse réapparaitre avec une serviette et avec le sourire, bien entendu. C'est important le sourire, surtout si on veut plaire dans le milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Serveuse à la pizzeria chez Dora
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 26


Il te fait rire, il te fait pleurer. Un jour, il comprendra que tu existe et si ce n'est pas le cas, insiste.
MES SUJETS

Matteo --- Daniel --- Rick
|célébrité| : A. lamagnifique Berges-Frisbey
|crédits| : Avatar: AvengedInchains
|pseudo/prénom| : SQ
|dcs| : Stella
|nombre de messages| : 368


MessageSujet: Re: More coffee my dear Salomé ?    Mar 13 Déc - 3:04

Salomé n'avait jamais apprécié les hommes vicieux, ceux qui peuvent passer de longues heures au même endroit, dans un lieu sombre, uniquement pour se rincer l'oeil. La jeune serveuse avait l'impression que c'était ainsi depuis un moment avec ce client, un homme assis à une table, renversant son café un peu partout uniquement dans l'intention qu'elle puisse aller le rejoindre pour ramasser son dégât. Elle, elle n'osait pas parler, n'osait pas lui dire de sortir ou même d'arrêter ses singeries. Elle voyait clair dans son jeu, elle savait ce qui se passait réellement, mais elle ne voulait pas lui parler. Lui faire un sourire était mieux, même si ce simple geste pouvait en dire long sur ce qu'elle avait en tête. Ce qui n'était pas le cas. Elle préféra donc s'avancer vers lui à nouveau, le sourire crispé au visage, ne voulant pas en faire trop. Salomé savait qu'il n'y avait pas grand monde au restaurant ce soir là, peut-être était-ce pour cette raison que cet homme s'en prenait à elle? Si oui, elle aurait bien aimé qu'un groupe d'individu puisse arriver pour manger un petit morceau. Elle serait alors occupée ailleurs, préférant servir des adolescents que cet homme. Elle aurait bien aimé pouvoir rencontrer quelqu'un qu'elle connaissait, qu'elle aurait pu parler et surtout, prendre rendez-vous pour discuter encore plus. Elle aurait aimé que cette personne puisse l'inviter à la reconduire à la maison le soir venu. Elle ne voulait pas partir à pieds, comme elle le faisait depuis quelques semaines. Avant, elle prenait le bus, mais ce n'était pas le cas depuis quelques temps. Elle voulait marcher, mais pas ce soir. Salomé avait peur d'un client, tout simplement.

La serveuse se rapprocha d'avantage de la table en question, serviette en main, sourire forcé aux lèvres. Elle devait rester forte et en contrôle avec la situation présente. Elle ne savait pas comment le tout allait s'arranger ensuite, si quelqu'un allait entrer pour la secourir, mais elle ne désirait pas rester là dans son coin et agir comme si tout allait bien. Elle avait assez donné dans son métier, dans sa vie, avec son ancien patron et pas assez avec un employé du restaurant. Elle voulait en donner plus, oui, mais pas à n'importe qui. Et surtout pas à n'importe quel prix. Elle espérait que cet homme grossier puisse enfin comprendre qu'il était de trop dans le restaurant. Elle ne pouvait pas le mettre à la porte et lui dire que le restaurant fermait, ceci n'était pas vrai. Salomé n'aimait pas mentir et elle le faisait que très rarement. Seulement si ceci était nécessaire. Elle ne voulait donc pas commencer à mentir à cet homme qui ne l'avait pas touché, pas parler et seulement agacé depuis de nombreuses minutes. De trop nombreuses minutes. Elle s'avança encore vers lui, presque sur la pointe des pieds, en prenant tout son temps. Elle aurait pu croire qu'ainsi, elle risquait moins. Mais ce n'était pas le cas. Elle avait uniquement peur de se retrouver face à face avec lui, de devoir lui parler et encore plus de devoir lui expliquer pourquoi elle tremblait comme une feuille. Pas que cet homme l'intéressait, mais ce dernier l'intimidait. Elle ne se sentait pas tellement en confiance lorsqu'il était là, elle avait peur de sa réaction, peur qu'il ne décide de lui adresser la parole et ne tienne à l'inviter à quelque part. Elle aurait aimé voir le livreur de ce soir, Matteo, venir l'aider et surtout, la sortir de ce mauvais pas. C'était ça le problème. Dès qu'elle avait besoin de lui, il n'était pas disponible.

Arrivée à la table, la jeune serveuse épongea le dégât à nouveau, comme si tout allait bien, comme si c'était la première fois de sa vie. Elle ne voulait rien reprocher à cet inconnu, de peur qu'il ne s'emprenne à elle. Elle voulait disparaître, faire semblant qu'elle se sentait mal et ensuite, déguerpir. Mais elle avait besoin de cet argent, besoin de travailler quelques heures de plus pour subvenir aux besoins de ses frères. Elle devait rester forte aussi et garder la tête haute. Alors, après avoir épongé le dégât de café et sourit à l'inconnu qui venait de lui faire perdre son temps encore une fois, elle lui donna la facture, espérant que ce dernier puisse comprendre le message. Salomé ne désirait pas mettre la bagarre dans le restaurant, mais elle ne voulait pas non plus qu'il puisse penser qu'elle voulait qu'il reste dans les parages. Elle voulait qu'il quitte le petit coin qu'il avait pris d’assaut et surtout, ne jamais revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

More coffee my dear Salomé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Salomé - Bastille - Septembre 2011
» Florent Schmitt: Salomé, Psaume LXVII
» One more Cup Of Coffee signé Bob Dylan
» Salomé - Liceu - 2009
» Dear Mr Murdoch 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum