AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Coiffeuse, mais sans clientèle pour l'instant
|statut civil| : Certaines choses pourraient changer d'ici peu!
|âge du perso| : 28

Avec qui je poste? Avec eux!

Victoria Victoria + Rick Daniel Valhia
|célébrité| : Amanda Seyfried
|crédits| : Your Design Diary
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Un imposeur (Stephan/Alexis)
|nombre de messages| : 494


MessageSujet: Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia   Dim 17 Juil - 1:49


On parle toujours contre son coeur quelqu'un...


Lançant mes souliers au travers de l'entrée, j'accourais dans les escaliers, montant ces dernières trois par trois. Je voulais arriver en vitesse et lui parler. J'avais entendu bien des choses au courant des 24 dernières heures et je commençais à paniquer. Si jamais tout ceci était vrai, notre famille était finie. Les choses n'allaient jamais s'arranger, tout le monde allait nous détester. Nous allions devenir la risée du village, je n'aurai plus jamais d'amies. Éric n'allait plus vouloir me parler, il allait me détester. Père allait perdre toute confiance en sa famille, surtout envers sa fille. Mère allait devenir folle, elle allait vouloir déménager. Nous allions tout perdre. Je devais parler à Valhia et le plus vite possible. Effacer les erreurs et mettre un terme à mes heures de tourment. Avant d'arriver à la maison, j'avais fait les cent pas, cherchant une manière de stopper mon angoisse. J'essayais de comprendre les raisons qui avait poussé Victoria a agir de la sorte. Mais je ne trouvais rien du tout. Plus je pensais, plus les choses empiraient dans ma tête. J'avais le tournis à force de trop penser. Bien des gens n'auraient pas agis de la même manière que moi, mais pour moi, c'était trop difficile à admettre. Personne ne pouvait comprendre ce qui était entrain de se passer. C'était trop pour moi. Mais aussi trop pour toute la famille. Victoria était devenue une diablesse, une misérable. Elle ne voulait rien savoir, ne voulant pas se plier aux obligations de la famille. C'était rendu atroce, ses manies devenaient de plus en plus insupportables et affreuses. Elle devenait le diable en personne, elle augmentait les problèmes de jour en jour. Et tout le monde la laissait faire, trouvant ma soeur comme une sainte. Enfin, selon certaines personnes. Pour moi, Victoria était un démon, un être néfaste et bon à abattre. Dire ceci de sa propre soeur... Je pourrais même aller en enfer! Non, ce n'était pas vrai. J'allais aller en enfer, c'était certain.

Arrivée au fond du couloir, sans même me donner la peine de frapper, j'entrais dans la chambre de Valhia. Je ne voulais pas l'interrompre pour quelque chose, mais je ne voulais pas non plus attendre qu'elle me donne la permission d'entrer dans sa chambre. Je devais lui parler et tout de suite. Pas dans quelques secondes, tout de suite. - Si tu savais ce qui vient d'arriver avec Victoria! - Bien entendu, elle ne pouvait pas le savoir, vu qu'elle n'était pas là ce matin. Et hier non plus, elle n'était pas dans la même pièce que nous. Victoria allait certainement tout nier devant les parents et ensuite, elle allait se mettre le dos rond et ensuite, courir derrière les garçons. Elle était bien capable de le faire, je la connaissais si bien, ma petite soeur. Et lorsqu'elle le voulait, elle était détestable. Ces derniers temps, elle le voulait toujours, c'était ça son problème, son plus grand défaut. - Je l'ai surprise avec un homme hier, ici, dans notre salon! Si tu savais ce qui c'est passé ensuite... - Tout en hochant la tête, j'avais pris place sur le lit de ma soeur, espérant ne pas la déranger. Elle était peut-être occupée, mais peu importe, je voulais lui parler et surtout, me plaindre de notre soeur. La petite Victoria, celle qui ne s'occupait jamais des autres. Celle qui ne voulait que faire à sa tête. Elle était loin d'être comme nous, ses précieuses soeurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creationsbonbons.tumblr.com/

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : 6e année de médecine, spécialisée en chirurgie cardio-thoracique
|statut civil| : En couple
|âge du perso| : 25



Marya + Noah & Valery & Victoria & You ?

|célébrité| : Ashley Benson
|crédits| : ironshy
|pseudo/prénom| : Chocopanda | Lisa
|dcs| : Hanna, l'artiste épanouie
|nombre de messages| : 40


MessageSujet: Re: Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia   Dim 17 Juil - 22:00


On parle toujours contre quelqu'un...



Des brochures de voyage sont éparpillées devant moi. J’en tiens deux dans une main, un surligneur jaune dans l’autre, et un vert entre mes lèvres. Je n’ai aucunement l’idée de partir, même pas pour un week-end. J’aime simplement admirer ces magnifiques paysages, lire ce qu’il est possible de faire dans chaque destination. Je m’imagine là bas, j’essaie de visualiser les eaux turquoises des caraïbes, de sentir le soleil frapper contre ma peau. J’attrape une brochure représentant le Pérou, une autre vantant la beauté de la Crête, et enfin, une dernière d’Italie. Lorsque je ne suis pas en train de bosser mes cours ou le dossier d’un patient, je m’enivre de cette ambiance de voyage, de liberté. Se réveiller sur un coin de la planète, l’excitation d’une nouvelle vie, la curiosité de la rencontre avec une autre culture, avec d’autres religions, tout ça me fait rêver. Vivre librement sans dépendre de quiconque, me fait rêver.

Soudain, un bruit lourd émane de l’escalier. Quelqu’un le gravit à toute vitesse. Mon premier réflexe est d’attraper la bible et de repousser les brochures, afin de prétendre avoir passé ma journée plongée dans un tête-à-tête avec Dieu. Puis, je réfléchis une seconde et en vient à l’évidence : mon père ne se précipiterait jamais dans les escaliers pour venir me parler. Son pas est beaucoup plus lent, moins appuyé. Alors je repose la bible, et je fixe la porte de ma chambre. Avec stupeur, je vois Valéry débouler, un air paniqué sur son visage. Un milliers de scénarios se frayent un chemin dans ma tête.

« Valéry ?! »

Un milliers de possibilité qui pousserait ma sœur aînée à avoir cette réaction. Je me décale instinctivement sur mon lit pour lui laisser une place. Et enfin, la sentence tombe. « Si tu savais ce qui vient d'arriver avec Victoria ! ». Mesdames et messieurs, Victoria, bien sûr ! J’aurais dû m’en douter. Dès lors qu’un drame surgit dans la famille, il s’agit d’elle. Je me suis toujours demandé d’où venait cette lubie. Sérieusement, de qui avait-elle hérité sa folie ? Un jour, je m’étais questionnée à ce sujet, et j’en étais venue à me demander si elle n’avait pas été adoptée. Chose impossible, je le savais bien. Mais n’y avait-il pas eu un problème à la maternité ? Quelqu’un n’avait-il pas échangé les bébés à la naissance ? Parce qu’autant, parfois, je ne doute pas de notre lien de parenté, d’autres fois, je me demande sur quelle planète ils étaient allés la pêcher ce jour-là.

« Quoi ! Qu’est-ce qui s’est passé ? » , je m’exclame, interloquée.

« Je l'ai surprise avec un homme hier, ici, dans notre salon! Si tu savais ce qui c'est passé ensuite... ». Ma première réaction fut d’abord « hum, dans notre salon ? Elle se met bien, la petite sœur… », avant d’être « ew, je ne verrais plus jamais le canapé de la même façon ». J’affiche un air de dégoût. Pas pour ses rapports, ça, je m’en contrebalance. Par contre, d’imaginer ça dans notre salon, sur le canapé où je suis si souvent allongée… ça, ça me file la nausée.

« Qu’est-ce qu’il y a eu ?! Non, attend, ne me dit pas que Papa les a surpris !»

Je fais les yeux rond rien qu’à imaginer la scène. Si c’est le cas, en bas, ça a dû être une véritable boucherie. Voire pire. Tellement pire.  



Et ce n’est pas si important qu’on vive heureux pour toujours, ce qui compte, c’est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c’est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.

(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Coiffeuse, mais sans clientèle pour l'instant
|statut civil| : Certaines choses pourraient changer d'ici peu!
|âge du perso| : 28

Avec qui je poste? Avec eux!

Victoria Victoria + Rick Daniel Valhia
|célébrité| : Amanda Seyfried
|crédits| : Your Design Diary
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Un imposeur (Stephan/Alexis)
|nombre de messages| : 494


MessageSujet: Re: Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia   Dim 24 Juil - 14:02


On parle toujours contre son coeur quelqu'un...


- Papa les as surpris? - Je ne peux que répéter ce que ma soeur vient de me dire, tellement je ne trouve plus mes mots. Je viens de lui annoncer quelque chose d'horrible et elle, elle ne pense qu'à notre père et à ce qu'il a pu lui dire. Si c'est le cas, peut-être qu'elle aussi, elle a le pêcher dans ma peau. Je sais que Valhia a un petit ami, mais de là à l'imaginer l'embrasser, c'est impossible. Pas ma petite soeur chérie, pas celle avec qui j'avais passé de longues nuits blanches il y a des années, pour lire des livres sur Dieu et sur la création de la Terre. Pas pour se peigner les cheveux ou pour parler de nos cours durant toute la nuit. Ça, c'était réservé aux jeunes filles non-responsables. Nous, nous étions assises l'une en face de l'autre et nous parlions de Dieu. Jamais à lui, de peur de le froisser. - C'est encore pire que ce que tu peux imaginer. - Je ne sais pas trop comment le lui dire, comment lui faire comprendre la chose. Pour moi, juste le fait de prononcer le prénom de Victoria, me donne des frissons directement dans le dos. Et penser à ce qu'elle a fait, c'est encore pire. - Elle était au... au... salon... elle... le salon, les cheveux pleins de farine. - Sentant que mes yeux commençaient à me brûler, je me suis empressée de poser mes mains sur ces derniers, ne voulant pas montrer à ma soeur qu'ils sont pleins d'eau. Pleurer, je l'ai toujours fait, même pour quelque chose d'aussi grave. - Mère et père n'étaient pas à la maison. Mère lui avait dit de rester tranquille. Je le sais, j'étais là lorsqu'elle le lui avait demandé. Victoria... elle... elle... - Incapable de continuer, je me suis empressée de regarder le plafond une demi-seconde pour reprendre mon souffle et respirer un peu. - Elle... elle... elle était entrain de faire un gâteau. - N'étant plus capable de reprendre mon souffle, je me met à pleurer à chaudes larmes. Comment avait-elle pu faire un gâteau, lorsque c'est interdit? Rester tranquille, c'est rester tranquille. Faire un gâteau, c'est faire un gâteau. C'est très loin d'être pareil et j'imagine que Valhia peut bien me comprendre. Elle aussi, elle a déjà eu quelques problèmes avec Victoria. Elle lui promet des choses, elle ne les fait pas. Elle veut venir l'aider, elle se trouve autre chose à faire. Depuis le début, c'est comme ça avec elle. Et là, avec l'histoire du gâteau, c'est encore pire. - Je... je ne l'ai pas encore dit à mère et je m'en veux beaucoup. - Pour l'heure, rien n'allait pouvoir m'empêcher de me sentir coupable et de pleurer.

Sauf peut-être quelques brochures... Tandis que j'essaie de respirer calmement et surtout, arrêter de renifler, mon regard se pose sur des brochures de divers pays. Le Pérou est encerclé, du surligneur sur quelques mots également. Du jaune et du vert, pas d'autres couleurs. J'attrape en vitesse la brochure avant de la remettre à Valhia, les yeux ouverts en grands, comme si je n'arrive pas à y croire. - Tu as l'intention de me laisser ici toute seule? C'est pour quoi toutes ces brochures? Toi aussi, tu caches quelque chose? Pourquoi suis-je la seule à respecter les règles dans cette maison? Toi aussi, tu faisais un gâteau avec Victoria l'autre jour, c'est ça? Pourquoi tu ne m'as rien dit? -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creationsbonbons.tumblr.com/

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : 6e année de médecine, spécialisée en chirurgie cardio-thoracique
|statut civil| : En couple
|âge du perso| : 25



Marya + Noah & Valery & Victoria & You ?

|célébrité| : Ashley Benson
|crédits| : ironshy
|pseudo/prénom| : Chocopanda | Lisa
|dcs| : Hanna, l'artiste épanouie
|nombre de messages| : 40


MessageSujet: Re: Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia   Jeu 28 Juil - 18:42


On parle toujours contre quelqu'un...



En entendant ma sœur répéter mes paroles, ahurie, je réalise à quel point je n’ai pas mesuré leur importance. J’ai cette fâcheuse tendance à parfois oublier de replacer mon filtre de pensées. Celui que j’enlève lors des rares occasions que j’ai de quitter cette maison. Je ne peux décemment pas discuter de Dieu avec mes amis, non-croyants ; ou encore m’étonner que des gens s’envoient en l’air, avec toutes les histoires que j’entends à l’hôpital. Alors j’oublie. J’oublie vivre en réalité dans un monde surprotégé, dans une petite bulle. J’oublie que Victoria dépasse les bornes, que tout est de pire en pire à la maison. Et pire que tout, j’oublie l’espace d’un instant tout le mal que cela fait à Valéry. Alors je reviens à la réalité. Je me ressaisis et me replace en tailleurs sur le lit. Je lui fais face et lui donne toute mon attention. Lorsqu’elle me dit que c’est pire que ce que je peux imaginer, j’ouvre des yeux ronds. J’essaie de ne pas la presser à me raconter la suite, elle est assez bouleversée sans que j’aie besoin d’en rajouter. Attendez. Elle a bien dit « les cheveux pleins de farine » ?! Je n’ai pas rêvé ? Aussitôt, ma grande sœur se couvre les yeux. Je la connais assez pour comprendre que d’une minute à l’autre, si elle se laissait aller, elle serait en larmes. Inquiète, je prends l’une de ses mains et la lui serre. Un simple geste dans le but de lui montrer que je suis là, que je suis avec elle. Pour lui donner du courage, parce que je sais que ce n’est pas facile. Rien n’est facile, lorsqu’il est question de Victoria. Et puis, l’information tombe, accompagnée des larmes de Valéry. Je pose mon autre main sur son épaule, mais ne peux m’empêcher de pester ouvertement à l’égard de cette annonce.

« Quoi ? Mais pourquoi est-ce qu’elle ferait ça ?! C’est quoi son problème à la fin ? Non mais sérieusement, pourquoi est-ce qu’elle ne peut pas faire ce qu’on lui demande, juste une fois ?»

Je lève les yeux au ciel, excédée. Elle sait que c’est interdit. Elle sait que ça causerait du tort à tout le monde. Je pense même que c’est pour cette raison qu’elle le fait, et qu’elle prend autant de plaisir à enfreindre les règles. Je n’approuve pas ces interdictions, loin de là, mais ça ne m’avancerait à rien de les briser. Surtout pas publiquement. Et puis, pour parvenir à se mettre de la farine dans les cheveux, elle ne doit vraiment pas savoir comment s’y prendre. Alors quel intérêt ? Je ne supporte pas de voir ma sœur dans un tel état. La voir pleurer stimule automatiquement mes glandes lacrymales.

« Tu n’as pas à t’en vouloir… Tu n’y es pour rien, ce n’est pas toi qui lui as demandé de cuisiner ce stupide gâteau. C’est sa faute à elle, c’est à elle d’assumer ses erreurs. »

J’essaie de la consoler comme je peux. Le problème, c’est que je ne sais pas moi-même comment toute cette histoire va se finir. Je n’ai pas la moindre idée des mesures que nos parents risquent de prendre, ou s’ils prendront la peine de décider quoi que ce soit vis-à-vis de Victoria. J’aimerais la rassurer, lui promettre qu’elle retrouvera la raison, mais je doute fortement que tout puisse rentrer dans l’ordre aussi simplement. La vie est loin d’être un long fleuve tranquille, surtout chez les Deshusses.

Soudainement, Valéry attrape une des brochures que j’avais repoussée et la brandis devant mes yeux. Je mets quelques secondes avant de réaliser. Je lève la tête vers elle. Elle est paniquée. J’ai du mal à suivre le rythme frénétique auquel toutes ses questions sont débitées. D’une voix calme, j’essaie de la rassurer tant bien que mal.

« Non, non ! Valéry, je ne compte pas t’abandonner ! Et… quoi ? Mais non, je n’ai pas fait de gâteau avec Victoria… ! ». Je plante mon regard dans le sien, essayant de lui faire passer ma tranquillité. Lui donner quelque chose de stable à quoi se raccrocher, dans tous ces événements qui nous dépassent toutes deux. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Un sourire tout ce qu’il y a de plus innocent, presque enfantin.

« Je n’ai pas pris ces brochures pour partir. La vérité, c’est que j’aime beaucoup regarder les paysages, ou connaître les différentes cultures du monde. Oh, et tu savais que l’église de Las Lajas, au sud de la Colombie, est considérée comme la plus belle du monde ? Ils disent que c’est un magnifique lieu de pèlerinage, vraiment, tu devrais voir les photos ! »

Aussitôt, je me penche pour attraper une brochure de la Colombie. Je la déplie et lui montre une photographie de cette église néogothique qui, si l’on en croit les lignes écrites juste en dessous, a été construite en 1916 en suspension entre les gorges. Lorsque je regarde ces brochures, les églises ne sont pas les seuls monuments que j’admire. Contrairement à ce que notre père voudrait, je ne suis pas aussi pratiquante que je le laisse entendre. Bien sûr, je crois en Dieu. Vraiment. Mais peut être juste à ma façon, ce qui n’est pas rien. Et puis, j’ai toujours trouvé que les églises avaient ce petit quelque chose. Ce qui les rend magnifiques, au-delà même de leur architecture. Je lui souris un peu plus.

« Tu vois ? Pas d’inquiétude, je n’irai jamais habiter ailleurs qu’à Quertal. Et si je pouvais aller quelque part, j’irai avec toi. Je regardais juste les images»




Et ce n’est pas si important qu’on vive heureux pour toujours, ce qui compte, c’est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c’est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.

(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Coiffeuse, mais sans clientèle pour l'instant
|statut civil| : Certaines choses pourraient changer d'ici peu!
|âge du perso| : 28

Avec qui je poste? Avec eux!

Victoria Victoria + Rick Daniel Valhia
|célébrité| : Amanda Seyfried
|crédits| : Your Design Diary
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Un imposeur (Stephan/Alexis)
|nombre de messages| : 494


MessageSujet: Re: Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia   Lun 1 Aoû - 1:54


On parle toujours contre son coeur quelqu'un...


J'ai eu beaucoup plus de facilité à répondre à ma soeur que je ne l'aurais pensé dès le départ. Elle a l'air de bien me comprendre, comme si mes mots peuvent lui apporter satisfaction. D'une certaine manière, c'est peut-être le cas. Elle a certainement pensé que Victoria était une gentille fille tranquille, le genre de fille que tout parents veux. Mais c'est bien le contraire et je suis décidée à le montrer à tout le monde que je puisse connaitre. À entendre les paroles de ma petite soeur, je vois bien qu'elle connait aussi bien Victoria que moi. Cette dernière est une peste sur deux pattes, le genre de personne à ne pas côtoyer. Comme plus de la moitié des hommes sur cette Terre. La moitié n'est qu'une petite parcelle de ce que je pense en ce moment, tellement les hommes sont tous pareils. Pour moi, père est un homme exemplaire qui fait attention à sa famille. Les autres ne sont pas totalement comme les gens aimeraient qu'ils soient. Ils sont soit trop cons, soit trop, trop con. Ils ne pensent qu'à eux, ne voulant pas faire plaisir aux autres. C'est ainsi que je le vois, c'est ainsi que je connais mon meilleur ami aussi, pour être amoureuse de lui depuis trop longtemps. Comme s'il ne le savait pas depuis toute ces années.

Même avec les paroles rassurantes et les marques d'attention de la part de Valhia, je me sens complètement anéantis. J'aurais dut parler à mère bien avant, lui dire la vérité. Ne pas lui dire, se cacher, donne raison à Victoria et à son agissement. Mère avait voulu qu'elle puisse rester tranquille, ce qu'elle n'avait pas fait. Et maintenant, j'étais désormais sa complice. ¸Si les parents l'apprennent, je ne donne pas cher de ma peau et de ce que je vais faire ce weekend. Rester dans ma chambre à lire, certainement, au lieu de pouvoir aller lire à la bibliothèque, l'un de mes passes-temps préférés depuis des mois. Lire la bible à la maison est devenu presque impossible avec mes soeurs donc, passer du temps en compagnie de Dieu dans un lieu tranquille et culte, c'est toujours mieux. Surtout mieux qu'en ce moment, puisque, les yeux pleins d'eau, j'ai beaucoup de difficulté à y voir clair. Tandis que Vahlia essaie de me rassurer, de mon côté, ce sont les larmes qui coulent et non les mots cohérents. J'aimerais tellement pouvoir me dire que ma soeur a raison, que Victoria pourra changer aussi, mais ce n'est pas le cas. J'ignore ce qui va se passer si mère apprend que je suis aussi coupable que son autre fille et ça, ça me fait drôlement peur.

Tandis que j'étudie tout ce que Valhia me répond, espérant pouvoir trouver quelque chose de censé dans cette histoire, mon regard est attiré vers des brochures de quelques pays du monde et, tout en m'empressant, les ramasses d'un seul coup. Pourquoi veut-elle partir d'ici, elle qui a tout et qui a le droit à la plus belle vie au monde? Ne sait-elle pas que nos parents vont faire une crise lorsqu'ils seront ce qui se passe? Et moi, si je ne parle pas de tout ça à mère et père, je vais être coupable avec Valhia. C'est triste, mais c'est la vérité. Mettre ma soeur au pied du mur est donc la seule chose qui me vient à l'esprit, espérant que mes mots puisse lui faire comprendre que je tiens à elle. Mais elle, elle essaie de m'expliquer que tout va bien, que c'est une fausse alerte. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, quelque chose que je n'aime pas dans ses mots et son attitude. Je vois qu'elle ment, elle n'a jamais été une si bonne menteuse, même avec le temps. J'ignore si elle croit que parler de Las Bajajaba va l'aider à me faire changer d'idée, mais ce n'est pas le cas. L'église est peut-être très belle, mais je sais que tout au fond, c'est un endroit maudit. Seigneur, je viens de blasphémer. Et parler du Seigneurs comme ça est encore pire. Tout en prenant mon visage des deux mains, j'imagine le pire. Ma petite soeur, ma si douce et courageuse Valhia, partie. Partie vers une autre église avec, dans ses valises, un gâteau fait par Victoria. Même si Valhia essaie de me faire croire le contraire, moi, je sais la vérité. Même si ma soeur me tend la brochure, espérant montrer ses mensonges et me faire croire que tout va bien, je connais la vérité. Suis-je la seule dans la famille à être normale? - Tu imagines que je vais te suivre là-bas, c'est ça? Victoria est au courant depuis combien de temps? C'était ça, l'histoire du gâteau? Vous jouez dans mon dos et vous pensiez qu'à la toute fin, j'allais approuver vos bêtises? Mais à quoi penses-tu exactement lorsque tu agis comme Victoria? Et là, j'imagine que tu va me demander de garder le silence et de passer pour votre complice? Tu exagères, ma chère! -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creationsbonbons.tumblr.com/

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : 6e année de médecine, spécialisée en chirurgie cardio-thoracique
|statut civil| : En couple
|âge du perso| : 25



Marya + Noah & Valery & Victoria & You ?

|célébrité| : Ashley Benson
|crédits| : ironshy
|pseudo/prénom| : Chocopanda | Lisa
|dcs| : Hanna, l'artiste épanouie
|nombre de messages| : 40


MessageSujet: Re: Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia   Dim 18 Sep - 21:46


On parle toujours contre quelqu'un...




J’ai du mal à raisonner Valery. Mes mots ne lui procurent pas la tranquillité escomptée. Au contraire, elle a l’air encore plus paniquée. Est-ce cette histoire de voyage couplée à celle du gâteau, ou est-ce plus que ça ? Plus profond encore ? Je n’ai aucune idée des pensées qui la tourmente. Elle ne semblait pas avoir pu trouver la paix intérieure auprès du Seigneur, alors elle est venue me voir, et tout a déraillé. Pourquoi n’ai-je pas mieux rangé ces satanées brochures ? Tout aurait été plus simple. Je ne me serais pas trouvée à ne lui expliquer qu’une partie de la vérité. La vérité, c’est que plus que tout au monde, je rêve de voyager. La vérité, c’est que même si j’en meurs d’envie, je ne le peux pas. Il m’est inconcevable de la laisser ici, seule à devoir subir les désastres causés par Victoria. Je ne peux pas non plus me permettre de quitter mon programme d’étude, j’ai tout donné pour en arriver là où je suis, et il me reste encore tant à parcourir. Je n’ai pas une minute à moi. Enfin, notre père ne m’autoriserait jamais à partir en excursion autour du monde, et puis quoi encore ? Je n’ai même pas le cœur de lui suggérer l’idée. Ce serait aussi inutile que ça lui causerait du chagrin, et c’est ce que je redoute le plus. J’ai peut être certaines idées qui divergent de celles qui sont de coutume dans ma famille, c’est vrai. Mais n’est-ce pas cela qui fait vraiment de nous ce que nous sommes ? Des personnes uniques ? Je n’ai jamais pensé à mal, et je n’ai pas non plus songé que Valery ait pu se sentir trahie.

Je reprends la brochure et la lâche. Elle virevolte et touche lentement le sol. Toutes les paroles de Valery me donnent le tournis. Je n’arrive pas à croire qu’elle puisse penser, même le temps d’une fine seconde, que je sois de mèche avec Victoria. Pourtant, au fond de moi, je sais que je suis différente. Je fais tout pour ne pas lui ressembler, et je n’oserais jamais agir comme elle le fait. Alors… je pense qu’au fond de moi, je suis blessée que Valery puisse m’associer à elle. Surtout en sachant à quel point elle la méprise. Notre sœur est le diable en personne. Est-ce qu’en rêvant de montagnes, ou est-ce qu’en étant cette fille naïve qui lui viendrait en aide si elle me le demandait… est-ce que tout cela fait de moi quelqu’un « comme Victoria » ? Un frisson de dégoût se repend dans mon corps. J’essaie de me convaincre que ce n’est pas ce qu’elle a voulu dire, qu’elle est simplement en état de choc. Mais me traiter comme si j’étais une victoria 2.0, ça ne fait pas vraiment partie des choses qui ne m’atteignent pas. Je ne voulais faire de mal à personne. Je baisse les yeux, scrutant le sol comme s’il allait m’apporter les vérités qui m’échappent. Valery est la personne que j’estime le plus sur cette planète envahie de gens néfastes. Et si je la déçois elle, j’ai l’impression de décevoir tout le monde. Pourtant, je sais que je ne suis pas comme Victoria. Je sais ce que je vaux. Et je suis blessée de remarquer qu’elle puisse en douter.

« Je ne suis pas de mèche avec Victoria. Comment peux-tu… envisager un seul instant que je puisse faire quoi que ce soit avec elle ? »

Je relève mes yeux vers elle. J’ai tenté de paraître forte, mais je suis juste décontenancée.

« Et puis, depuis quand est-ce qu’on peut lui parler ? Elle n’écoute personne d’autre qu’elle-même, et je mettrais ma main à couper qu’elle se fout royalement de mes stupides brochures. »

Je les ramasse rapidement, les froisse et les fourre dans la poubelle située dans un coin de ma chambre. J’ai un pincement au cœur, mais je sais que c’est la chose à faire. Des espoirs inutiles pour quelque chose que je n’aurais jamais laissé arriver, et qui aurait causé trop de dommages autour de moi. Autant me débarrasser de ça au plus vite. Et puis, mon amour propre est touché, je ne veux pas être comme notre sœur. Je me retourne fasse à Valery, remettant à sa place une mèche qui venait de tomber sur mon visage. Je hausse les épaules après une inspiration.

« Je n’ai rien à voir avec Victoria, je ne pensais pas que tu en douterais… »

D’ailleurs, comment est-ce que Victoria perçoit ce qu’elle fait ? Eprouve-t-elle une once de regret en voyant le mal qu’elle fait à nos parents ? Je soupire intérieurement. Bien sûr que non, puisque c’est ce qu’elle cherche. Il est vrai qu’il est impossible d’affirmer notre avis s’il diffère du leur, mais est-ce une raison pour se donner tant de mal pour leur faire vivre un enfer ? Non, bien sûr que non. J’aimerais comprendre notre sœur, mais je sais que si j’abordais le sujet, elle me renverrait paître. Je ne vais pas non plus me donner du mal pour la comprendre si elle s’en balance. Chacune ses priorités. Moi, ses caprices, ça ne m’intéresse pas.



Mea Culpa:
 


Et ce n’est pas si important qu’on vive heureux pour toujours, ce qui compte, c’est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c’est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.

(c) acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia   

Revenir en haut Aller en bas
 

Puisque c'est toujours le temps de parler contre quelqu'un... PV Valhia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Connexion de plusieurs ordinateurs à internet en même temps
» Il faut laisser le temps au temps.
» Mon pc tourne à 100%
» Les premiers temps de la musique : la musique antique
» Temps de réception : achat sur billetnet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum