AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 And we need to talk (Cassandre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Avocat, travaille principalement avec son père
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 29

Cassy
|célébrité| : Jamie Dornan
|crédits| : easylover«c»
|pseudo/prénom| : REDTwins (Diane)
|dcs| : Corina
|nombre de messages| : 355


MessageSujet: And we need to talk (Cassandre)   Lun 27 Juin - 13:42

La vie appartient à ceux qui se lèvent tôt. Tu l'as entendu un bon nombre de fois et c'est justement ton cas ce matin. Avant même le levé du soleil, tes yeux étaient grands ouverts, explorant la chambre de Cassandre. Pour ne pas la réveiller, tu n'oses pas bouger. Tu te rappelles de tout ce qui s'est passé la veille, soit de l'alcool que Cassandre a pris avant de te rejoindre à la table de bar, où tu étais. Comment a-t-elle fait pour conduire sans causer d'accident grave hier soir ? C'est quelque chose que tu pourras lui demander, lors de son réveil. Ça, et si tu dois quitter son appartement le plus vite possible. Tu n'as pas envie de la surprendre, d'être de trop dans son environnement. C'est la première fois que tu ne passes pas la nuit chez toi et une chance que tu n'habites plus chez tes parents depuis longtemps. Ton père t'aurais laissé dormir sur le bord d'une porte mais ta mère, aurait préféré te voir en sécurité. Et ne plus habiter chez eux a une petite touche de positif. Comme le fait de te retrouver en compagnie de Cassandre en ce moment même. Et de te sentir si bien. Lentement, tu enlèves ton bras de sur sa taille, ne voulant pas la réveiller, pas tout de suite. Tu as besoin de réfléchir pendant quelques secondes à ce que tu as l'intention de faire dès qu'elle ouvrira les yeux. Partir te semble facile, même trop facile. Et rester aussi. C'est peut-être la meilleure solution à tes yeux, celle de rester et de voir ce qu'elle a à te dire. Pour ta part, tu n'as pas l'intention de lui dire bien des choses. Tu as même peur de l'avancement de la situation, vu ce qui a pu se passer entre vous deux hier. Tu as la net impression que presque rien n'est arrivé, mais tu n'en es pas si sûr. Tu détestes lorsque quelque chose comme ça t’arrive, ce qui arrive très rarement dans ton cas. C'est même l'une des premières fois que tu ne te rappelles vraiment de rien.

Maintenant couché sur le dos, tu regardes le plafond, préférant continuer de réfléchir tout bas avant le réveil de Cassandre. Te lever, aller lui préparer un café serait bien aussi, mais tu n'oses pas trop bouger. Tu ne veux pas l'effrayer lorsqu'elle ouvrira les yeux et comprendra que tu as pris possession de son appartement au grand complet. Tu ne sais même pas si elle boit du café alors, tu préfères rester ici, à contempler le plafond blanc, espérant ne pas lui faire peur lorsqu'elle se réveillera. Ce qui ne devrait pas tarder, tu le sais grâce à sa respiration. Elle est changeante, comme si elle peut se réveiller d'une seconde à l'autre. Alors, lentement, tu décides de te retourner une nouvelle fois, faisant face à son dos. Tu restes comme ça un long moment, attendant qu'elle puisse se dévoiler, te regarder avec ses jolis yeux. Car oui, tu as bien remarqué ses yeux la dernière fois que tu es venu ici. Pas ici, mais à son salon. Elle a les plus jolis yeux que tu as eu l'occasion de voir. Ton ex petite amie n'a jamais eut de regard comme elle, malheureusement. Ceci aurait pu t'aider à y voir plus clair dans votre semblant de relation, si relation commence à naitre. Tu ne le sais pas, tu ne le sauras probablement jamais. Ceci te fais un peu peur pour la suite. Tu as peur de tomber amoureux et de comprendre que ce n'est pas réciproque. De perdre une grande partie de ta vie pour si peu ensuite. Pour n'avoir que des problèmes et des complications à la suite, comme si tout est de ta faute. C'est le cas, tu ne peux le nier. Depuis le début, tout est de ta faute. Depuis votre enfance et encore aujourd'hui, tu le sais. Tout est de ta faute, tu n'y peux rien. Absolument rien. Revenir en arrière t'es impossible. Absolument impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Ven 1 Juil - 14:43


And we need to talk ft Neal


Lorsqu'elle ouvre les yeux, la première chose que voit Cassandre est sa table de nuit. C'est drôle, elle n'a pas pour habitude de se réveiller de ce côté-là du lit, tout simplement parce que ce n'est pas de ce côté qu'elle dort en général. Très souvent, elle prend toute la place en partant du milieu, ou alors elle se ratatine de l'autre côté. Jamais là. Jamais comme ça. Si une de ses mains est sous sa tête, l'autre est posée sur son ventre. Pas loin d'où, elle s'en rappelle, il y avait le bras de Neal la veille. Elle avait posé sa main par-dessus, sans réellement réfléchir au pourquoi du comment. Parce qu'elle n'a rien oublié de ce qu'il s'est passé hier ; au contraire, elle se rappelle de tout dans les moindres détails. Il ne lui faut que quelques secondes pour émerger complètement et sortir de l'état léthargique dans lequel elle était plongée. Quelques secondes supplémentaires lui sont nécessaires pour tendre l'oreille et écouter la respiration de Neal. Comme si cela lui était nécessaire pour savoir si, oui ou non, il est réveillé. Il lui suffit d'écouter son instinct, qui lui hurle que son regard est braqué sur elle. Il semble brûler sa nuque. Il est donc bel et bien en état de conscience. Et doit se douter que c'est, à présent, son cas à elle aussi. Après tout, elle n'a pas été exactement discrète, sa respiration a beaucoup changé au cours du peu de temps qui vient de s'écouler, et elle a un peu bougé. Ne pouvant donc pas se soustraire plus longtemps à la confrontation - pas forcément dans le sens négatif du terme, bien sûr - qui finira de toute façon par arriver, Cassandre se décide à pivoter sur le côté. Elle se met sur le dos et tourne la tête dans le même temps. Comme elle l'avait imaginé, le regard de Neal est braqué sur elle. Mais il est nettement plus proche qu'elle ne l'avait pensé ; son épaule frôle son torse, et leurs visages ne sont pas si éloignés que ça.

Elle décide de faire abstraction de ce détail et, pour cela, rien de mieux que de lui parler. N'importe quoi, tout ce qui lui passera par la tête. « Salut. » Hum ... Peut mieux faire. Peut vraiment mieux faire. Mais sur le coup, c'est tout ce qui lui est venu en tête. Peut-on sincèrement lui reprocher ? La pauvre s'est préparée une bonne partie de la nuit à l'idée qu'il ne serait plus là quand elle se réveillerait. Qu'il serait parti sans laisser aucune trace derrière lui, allant même jusqu'à la faire douter de cette rencontre, alors qu'elle est parfaitement lucide depuis le départ. Bref, il est là. Et elle est complètement déstabilisée, parce qu'elle n'a pas eu le temps de s'y préparer. Bien que toujours ébranlée, Cassandre réussit à sourire. Un sourire encore un peu faiblard mais, pour sa défense, elle vient de se réveiller. Alors on ne peut pas trop lui en demander. Surtout qu'il s'agit là de Neal Andersen et qu'elle ne sait pas bien où ils en sont tous les deux. En fait, elle ne sait même pas s'il y a un "tous les deux" à prendre en compte. Avec lui, elle est perdue. Et quelque chose lui dit qu'elle ne parviendra pas de si tôt à l'être un peu moins, pour la simple et bonne raison que Neal n'aime guère parler de sujets sérieux. Elle a déjà eu maintes et maintes fois l'occasion de le constater. Plutôt que de rester comme une idiote à le regarder, un air curieux inscrit sur le visage, Cassandre réfléchit à toute vitesse à ce qu'elle pourrait ajouter à cela. Et ça n'y manque pas, en peu de temps, elle trouve une idée. Pas brillante, mais c'est un début. « Bien dormi ? » Faut pas trop lui en demander non plus. Maintenant, elle ferait mieux de se taire et d'attendre de voir - et d'entendre - ce qui va suivre.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Avocat, travaille principalement avec son père
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 29

Cassy
|célébrité| : Jamie Dornan
|crédits| : easylover«c»
|pseudo/prénom| : REDTwins (Diane)
|dcs| : Corina
|nombre de messages| : 355


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Mer 20 Juil - 14:41

Absolument impossible. Comme le fait de partir d'ici et de ne plus donner signe à Cassandre. Même si elle te pousse vers la sortie, te criant des injures, tu ne pourras jamais mettre un terme à cette fille et ça te fais peur. Tu ne sais pas pourquoi, mais les choses sont ainsi. Peut-être à cause de votre passé commun, peut-être à cause que tu commences à ressentir quelque chose pour elle. Ressentir ses bras autour de ton cou serait fantastique. Laisser courir tes pensées aussi car depuis peu, c'est le bordel total dans ta tête. Tu ne peux le nier, tu n'es plus toi même. Depuis le retour de Cassandre, exactement. Depuis que tu l'as croisé dans cette librairie et que tu lui as parlé. Et maintenant ça. Ça, étant de te retrouver dans sa chambre, couché près d'elle. Tu sais bien qu'il ne sait rien passé entre elle et toi, enfin, tu le présumes. Tu l'espères aussi car le réveil sera encore plus complexe si ça, il y a encore entre vous deux. Depuis la dernière fois, tu n'as su comment agir et gérer la situation. Ce n'était pas la première fois dans ton cas, mais tu admets que c'était la première fois que tu t'es jeté tête baissé dans ce genre de relation. Relation qui n'existe pas. Ou bien, uniquement dans ta tête car présentement, tandis que tu contemples encore le plafond, tu imagines ce qui pourrait se passer entre vous deux. Et c'est loin d'être désagréable.

Tandis que tu as pris une nouvelle position et que tu t'amuses a regarder Cassandre dormir, ou plutôt le dos de Cassandre dormir, tu es surpris de la voir se retourner. Pas surpris qu'elle soit éveillée, au contraire, mais surpris de la voir agir ainsi. Au départ, tu as cru qu'elle serait partie, qu'elle aurait disparu de la circulation, te jettant certainement tes vêtements au visage. Soit.. Peut-être l'aurait-elle fait dans d'autres circonstances, mais puisque tu es habillé, elle ne le peux pas. Et ça te rassures un peu. Te retrouver nu auprès d'elle ne te déranges pas du tout, mais le fait qu'elle puisse décider pour toi et de tes aller-venue peut te mettre mal à l'aise. Tu n'as pas l'habitude de découcher de ton domicile et ce n'est que maintenant que tu t'en rends compte. Tu as maintenant vingt-sept ans et c'est la première fois que tu ne dors pas chez toi, dans ton lit. Ironie du sort, tu as passé la nuit avec ta pire ennemie. Dans le passé, du moins, elle l'était. Tandis que tu regardes chaque petit détail de son visage, Cassandre vient briser ce silence. Peut-être veut-elle mettre un terme à toute cette mascarade ? Si c'est ça le problème, tu es bien prêt à entendre ses paroles. Aussi, tu veux qu'elle soit clair avec toi. Tu as beaucoup de choses à lui demander, comme ce qui se passe exactement dans sa tête lorsqu'elle te vois. Tu veux être certain de ne pas t'embarquer dans quelque chose de compliqué et qui risquerait de nuire à ta conscience mental. La prochaine fois que tu vas chez le médecin, tu n'as pas envie que celui-ci te dises qu'une bonne maladie mentale a frappé à ta porte. Tu ne veux pas non plus avoir trop de problèmes avec la suite des évènements. T'attacher trop rapidement et comprendre que ce n'est pas le cas de tout le monde. Ceci peut te blesser beaucoup plus que tu ne peux l'admettre en quelques secondes. Lorsqu'elle dépose un sourire sur ses lèvres, encore un peu endormie, tu ne peux prétendre autrement que c'est le plus joli sourire que tu as vu de toute ta vie. Tu l'as contemple comme si elle était le plus beau joyaux du monde et tu as bien envie de lui dire que c'est le cas, mais quelque chose t'en empêches. Vous n'êtes pas en couple, il ne se passe rien entre vous. L'autre jour, ce n'était rien à ses yeux. Aux tiens oui et même si tu ne peux pas décider pour elle entièrement, tu as bien envie de lui faire cracher le morceau, qu'elle puisse t'expliquer qu'elle ne veut rien d'autre. Ceci allégerait ta conscience et te ferais avancer plus vite que voulu. Pour l'instant, tu fais surplace et tu es lamentable à attendre une décision de sa part. Puisque tu ne lui as posé aucune question, il est donc inutile d'attendre une réponse, mais tu le sens ainsi. Tu es étrange, il ne faut pas l'oublier.

« Oui, même si j'ai un mal de crâne atroce. » Quelques brides du soir dernier te reviens, surtout lorsque Cassandre t'as offert des comprimés que tu n'as pas pris. Enfait, c'est elle qui aurait du les prendre avec beaucoup d'eau mais ça, tu ne veux pas le lui rappeler. Tu as très envie de lui dire que tu as bien aimé ton réveil, lorsque tu l'as vu, toujours près de toi. Tu n'oses cependant pas t'attirer d'ennuis ou encore, te mettre une épine dans le pied. « Et toi, pas trop sonnée d'hier ? » Tu n'as pas envie de d'étendre sur le sujet, puisque tu n'es pas certain de tout ce qui c'est passé hier. Ce hier, justement, Cassandre veut peut-être l'oublier et toi, tu es là a tourner le couteau dans la plaie, espérant qu'elle puisse continuer de te sourire comme elle a fait tout à l'heure. Un sourire charmant. Un sourire qui te plait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Sam 23 Juil - 15:55


And we need to talk ft Neal


Peut-être Cassandre aurait-elle pu trouver mieux, comme entrée en matière. Un bonjour, peut-être ? Une demande directe sur son état actuel ? Il peut, après tout, souffrir d'un mal de crâne assourdissant ou, de manière plus générale, d'une gueule de bois lancinante ... Elle regrette aussi les deux petits mots qu'elle lâche, en le regardant. Mais il est trop tard pour revenir en arrière, il leur faudra donc s'en contenter ... Tous les deux. Neal l'observe de manière étrange, trop étrange pour qu'elle puisse le supporter. Alors elle prend quelques secondes de plus pour se réveiller et sortir de l'état de semi-transe dans lequel elle se trouve - à cause, justement, de la nuit mouvementée qu'elle vient de passer -. Elle pose ses mains sur son visage et attend quelques secondes. Quoi, elle ne sait pas. Mais le résultat est là et, très vite, elle se sent prête à faire de nouveau face à Neal. Ce qu'elle fait, juste au moment où il lui répond. « Tu aurais dû prendre les cachets ... » Elle hausse les épaules, comme pour atténuer l'impact de ce qu'elle vient de dire. Elle ne le réprimande pas, ni ne le gronde comme un gosse. Elle en fait simplement la remarque ... Et comme trop souvent quand il s'agit de Neal, elle parle trop vite sans réfléchir. « Tu le peux toujours, d'ailleurs. » Elle regarde brièvement en direction de la table de nuit, juste à côté de Neal. Il doit savoir qu'ils sont là. Il ne peut quand même pas l'avoir oublié ... Si cela avait été le cas, s'il avait un trou noir l'englobant, elle, dedans, il ne serait probablement plus là. Il aurait sûrement pris la fuite en se trouvant dans le même lit que Cassandre, son ancienne pire ennemie. Au lieu de cela, il est resté. Il est resté, mais sa mémoire est tout de même un peu altéré. Croit-il toujours que c'est elle qui a bu tous les verres vides qui trônaient sur la table du bar ? C'est ... Incroyable. Elle écarquille les yeux ... Mais rien qu'un peu, ce qui fait que Neal ne s'en rendra probablement pas compte. Comment peut-il s'être incrustée une telle idée dans le crâne ? Visiblement, il est impossible de lui faire entendre raison. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé ... et ce n'est pas pour autant qu'elle va abandonner. Elle ne peut pas le laisser s'imaginer que c'est dans ses habitudes d'aller se soûler en solitaire dans les bars. Ce n'est tellement pas elle ...

« Pourquoi est-ce que je serais sonnée ? » C'est peut-être comme ça qu'elle parviendra à lui faire entendre raison. Ou peut-être pas ... Il semble bien préférer vivre dans l'ignorance et il préfère visiblement croire que c'est elle, qui s'est pratiquement rendue malade en enchaînant les verres. « Je n'ai pas eu le temps de boire un seul verre, tu te souviens ? » Parce que le seul qu'elle a eu le temps de commander, il l'a bu sans demander son reste. Comme s'il n'avait pas, déjà à ce moment-là, assez d'alcool dans le sang ... Enfin, elle ne veut pas le juger, elle ne sait même pas, après tout, pourquoi il était là au départ. Mais elle ne peut pas accepter qu'il soit si persuadé que c'est elle, qui a bu tout ça. Ce n'est vraiment pas le cas. Plutôt que de continuer à le fixer comme une idiote, Cassandre finit de se mettre totalement sur le dos, et regarde le plafond. C'est drôle comme il est fascinant celui-là, tout à coup. Elle n'a jamais pris autant de temps à le contempler. En même temps, jusque-là, elle n'avait pas la moindre raison de le faire. Alors que là ... Tout plutôt que de regarder trop longtemps en direction de Neal, toujours obnubilé par l'idée qu'elle s'est rendue soûle seule la veille. Il est dans le faux, pourtant ... « Tu voudrais du café, peut-être ? » Définitivement, rien dans cette situation, n'est normal ou habituel. Déjà, Cassandre n'a pas pour habitude d'inviter qui que ce soit à dormir chez elle. Mais en plus de ça, elle se retrouve à proposer du café à Neal, qui n'a peut-être qu'une seule envie : quitter cet appartement au plus vite. D'ailleurs, elle est étonnée qu'il soit toujours là. La veille, elle l'imaginait plutôt partir au petit matin, en douce et sans laisser la moindre trace derrière lui ... Mais non, il a surtout l'air bien installé pour l'instant, et décider à rester là. Elle ne sait pas pourquoi ... Mais ce qu'elle sait encore moins, c'est pourquoi elle ne trouve pas cette idée si dérangeante. Elle devrait pourtant, non ?



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Avocat, travaille principalement avec son père
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 29

Cassy
|célébrité| : Jamie Dornan
|crédits| : easylover«c»
|pseudo/prénom| : REDTwins (Diane)
|dcs| : Corina
|nombre de messages| : 355


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Mar 16 Aoû - 13:36

Un sourire qui te plait vraiment. Car contrairement à ce que tu aimerais bien te faire croire, et continuer à t'y accrocher comme une bouée perdue au milieu de l'océan, tu apprécies beaucoup plus Cassandre que raison. Et lorsqu'elle pose ses prunelles dans les tiennes, tu ne sais toujours pas comment agir avec elle. Des visions du passé te viennent souvent à l'esprit. Un Neal cruel, riant des méchancetés des autres, si ce n'était pas lui qui les avaient lancé en premier lieu. Tu aimerais bien pouvoir lui dire que tu as changé, qu'elle peut te faire confiance désormais, mais tu ne sais pas réellement comment le lui faire comprendre. Peut-être le sait-elle aussi et que c'est pour cette raison que tu te retrouves là, avec elle, dans sa chambre. L'endroit où tu as passé la nuit précédente et où tu aimerais passer encore quelques heures. Mais ça, c'est une autre histoire et pas question d'en glisser un mot à Cassandre. Elle est trop imprévisible pour ça, de toute manière. Comme pour ses nouvelles paroles. Tu le sais d'avance, tu aurais dû prendre ces fichus cachets et ne pas en faire une maladie ensuite, mais tu désirais avoir les idées claires tout au long de la soirée et ensuite, de la nuit. Comme si les cachets étaient une sorte d'alcool ou drogue encore plus forte que tu n'avais pris, tu avais refusé des prendre, faisant à ta tête. Et voilà maintenant le résultat ! Un mal de tête qui continue de faire sa lois et Cassandre qui te réprimande. Ce n'est peut-être pas le cas, mais c'est ainsi que tu vois les choses. Peut-être a-t-elle l'habitude avec sa soeur et son frère, mais ce n'est pas dans tes habitudes. Et pour lui répondre, tu préfères garder le silence. Qu'as-tu pensé, si tu restais là jusqu'au petit matin ? Qu'elle se serait levée, dirigée vers toi et tout oubliée d'hier soir ? Cassy n'est pas comme ça et toi non plus, d'ailleurs. Tu ne comprends même pas tout à fait ce que tu fais encore là, vu que tu ne veux pas la déranger. Lui demander si ta présence est de trop te viens soudainement à l'esprit, mais tu ne veux pas paraitre pour l'homme qui veut des compliments, faire pitié et autre. Tu veux simplement qu'elle te fasse confiance et qu'elle soit franche avec ta personne. Si elle souhaite avoir la vie simple et se débarrasser de toi, qui es-tu pour rester dans les parages et essayer de réparer les erreurs de jeunesses ? Tes erreurs, en plus.

« Je n'ai jamais été trop médicaments, vois-tu. » Tu espères qu'ainsi, le sujet sera clôt. Pourquoi ? Qui te dis que c'est réellement pour le mal de tête, ce qu'elle t'as apporté ? Elle a toutes les raisons de t'en vouloir, Cassandre. Tu n'as jamais été un être très gentil et compréhensif. Ensuite, tu t'es moqué d'elle pendant longtemps. Lors de son départ, tu as trouvé le tout très amusant, assez pour essayer de trouver sa nouvelle adresse pour continuer à lui mener la vie dure. Dès qu'elle est revenue, tu ne l'a plus laissé tranquille, espérant connaitre son horaire par coeur, allant jusqu'à la suivre lors de ses emplettes. Pas par méchanceté, uniquement pour savoir ce qu'elle faisait dans ses journées. Voulant voir si elle était seule ou bien, en couple. Lorsque tu as été certain de toi, tu l'as embrassé, ne lui donnant plus aucune nouvelle après vos ébats. Et là, tu es là, tu as toujours besoin d'elle. Alors pourquoi serait-elle gentille avec toi, sachant bien qui tu es réellement ? Les cachets, tu ne les veux pas, point barre. « Je te retourne la question, voilà tout. » A t'elle cru que tu ne te souviendrais de rien ? Si tu es resté là, près d'elle cette nuit, c'était aussi pour la surveiller. Tout ces verres sur la table, comme un désespoir soudain, tu ne peux les oublier. Tu y a même rêvé, cette nuit. Tu y as pensé très fort pendant un moment, allant jusqu'à penser que c'était peut-être toi qui les avaient pris. Mais si c'était le cas, tu aurais payé le prix fort pour l'alcool. Mais n'ayant que de la petite monnaie sur toi, tu n'as pas pu prendre tous les verres. Cassandre doit y être pour quelque chose. Et si elle veut croire le contraire, tu n'a qu'à hocher la tête et espérer que c'est bien ça que la demoiselle veut entendre. Lui donner raison, tu ne vois pas pourquoi tu n'as pas essayé bien avant. Si ceci peut l'aider à comprendre bien des choses, pourquoi la priver de ce petit plaisir ? « Oui, bien entendu. Si ça peut t'aider à commencer ta journée... » Et voilà, c'est maintenant chose faite. Et tandis que Cassandre se tourne sur le dos, tu continues de la fixer, ne sachant pas exactement ce que tu attends de sa part. Peut-être un signe, ou non, de sa part. Quelque chose qui pourrait te faire comprendre qu'elle aimerait que tu disparaisses ou, au contraire, que tu prennes les devants dans quelques instants. Et son histoire de café est exactement ce que tu as en tête. C'est magique pour faire disparaitre quelqu'un ou bien, pour lui proposer quelque chose en retour. « C'est une invitation ou une manière de me faire comprendre que je devrais partir ? » Tu dois le savoir, c'est pour ton bien. Et le sien aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Sam 27 Aoû - 16:42


And we need to talk ft Neal


Malgré elle, Cassandre ne peut pas s'empêcher d'être sur la défensive, méfiante. Les vieilles habitudes ont la peau dure, et elle le prouve une fois de plus. Pourtant, elle y met du sien, pour essayer de paraître à l'aise et naturelle. Pas sûr que cela fonctionne, elle n'a jamais été bonne actrice. Cacher ses sentiments et diverses émotions ne lui est pas étranger, mais cela ne fait pas pour autant d'elle un maître dans cet art. Bien au contraire, elle a maintes et maintes fois prouvé que ce n'était pas nécessairement sa tasse de thé. Là, tout de suite, tout ce à quoi elle peut - et veut - penser, c'est à comment faire en sorte que le silence ne s'installe pas trop longtemps entre eux. Elle déteste ça, et elle reste persuadée que ce serait la pire chose à faire. Et s'il en profitait pour lui dire des horreurs ? Ou pour filer à l'anglaise, la pensant rendormie ou trop naïve pour remarquer quoi que ce soit ? Non, elle préfère rester là, les yeux plantés dans les siens et son côté volubile. Tant pis si cela ne lui plaît pas. Sauf qu'elle est, à son tour, bien vite repoussée dans ses retranchements, prise au piège par ses propres tentatives. Mince, que fait-elle maintenant ? La solution est simple, et elle n'en cherche pas d'autre. Elle laisse la première qui lui vient s'exprimer sur le champ. « C'est toi qui vois. » Après tout, c'est son problème à lui s'il a mal à la tête. Cassandre, elle, n'est pas du tout concernée par cette histoire. Elle essayait de lui rendre service, voilà tout. S'il n'en veut pas, c'est tant pis pour lui, et tant mieux pour elle : elle récupérera les cachets et n'aura pas à aller à la pharmacie pour en racheter de sitôt. De toute façon, Neal, elle ne le comprend pas. Elle ne l'a jamais compris, mais c'est encore pire depuis son retour à Quertal. Depuis que leur relation est passée d'insupportable et d'étouffante à ambiguë et incompréhensible. Elle est perdue, paumée, impossible de mettre des mots sur ce qu'elle ressent et pense de lui. Mieux vaut ne pas s'y attarder. Alors plutôt que de continuer dans son petit jeu, elle hausse les épaules et ne répond pas à la suite. A quoi bon ? Il n'a pas l'air de vouloir la croire. S'il préfère garder en tête que c'est elle qui a bu tous ces verres, grand bien lui fasse. Elle, la vérité, elle la connaît. Il ne la laissera pas la déformer dans son esprit clair ...

Enfin, clair, c'est vite dit. Ses pensées sont loin d'être claires. Elles sont floues, tordues, et jetées pèle-même les unes contre les autres. Impossible d'y faire du tri, notamment parce qu'il est là mais aussi parce que Cassandre évite généralement de penser à lui lorsqu'il ne l'est pas. C'est plus sûr pour tout le monde. Plus sain pour elle, aussi. C'est là seulement que Cassandre décide de baisser les bras. Elle n'a aucune envie de se battre avec lui, aucune envie de se battre avec ses sentiments contradictoires et le côté très très borné de Neal. Elle se met sur le dos, se soustrayant à son regard perçant et faisant un peu de tri dans ses idées. Un peu, rien qu'un peu. Juste de quoi éloigner ce qui ne doit plus la concerner en cette journée qui débute tout juste, pour mieux garder le reste et se montrer sympathique. Enfin, essayer de l'être. Elle tourne la tête vers lui, alors que sa réponse se fait entendre, et réalise soudain qu'elle ne s'est pas montrée aussi agréable qu'elle l'aurait voulu. Sa question sonnait vraiment comme une manière de lui demander de déguerpir, ou de lui faire savoir que sa présence n'est pas (ou plus) désirée en ces lieux. Ce n'était pas son intention. « Je vais m'en faire, donc je te proposais surtout d'en boire ici. Je ne te congédie pas. » Elle n'est pas comme ça, Cassandre. Pas même avec son pire ennemi. Ou ex pire ennemi ? Elle a encore du mal à prendre une position à ce sujet. « Je vais faire couler une cafetière, il y en aura donc largement assez pour une autre tasse. C'est toi qui vois. » Elle s'assoit dans le lit et s'extirpe de sous la couette, haussant une nouvelle fois les épaules avant de se mettre en marche. Là, c'est mieux ? Elle se montre aussi détendue que possible, et ne pourrait probablement pas faire mieux. Sa présence ne la dérange pas, aussi étrange cela puisse-t-il sembler venant d'elle. Au contraire, elle apprend peu à peu à apprécier Neal, et à s'habituer au fait qu'il soit là, à côté d'elle. Et ce, quand bien même il l'insupporte presque autant qu'il l'intrigue. Un vrai foutoir, dans sa tête. Et le fait que ce soit le matin n'arrange en rien ses affaires. Elle a encore la tête dans le brouillard. « Qu'est-ce que tu fais alors ? » Non pas que ça change quoi que ce soit à son organisation matinale, mais s'il veut prendre un café, il va falloir qu'elle prévoit le double de choses et pas qu'elle revienne avec une seule tasse. Mais oui, on la croit.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Avocat, travaille principalement avec son père
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 29

Cassy
|célébrité| : Jamie Dornan
|crédits| : easylover«c»
|pseudo/prénom| : REDTwins (Diane)
|dcs| : Corina
|nombre de messages| : 355


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Dim 11 Sep - 16:17

Et le sien aussi. Et même si tu crois le contraire ou le pense très fort, tu ne veux pas partir tout de suite. Pas avant de lui avoir parlé, pas avant d'avoir compris pourquoi, le dernier soir avant celui-ci, elle t'as laissé la toucher. Pendant un moment, des jours entiers, tu as eu peur de voir le grand frère de Cassandre arriver chez toi, pour te régler ton compte. Après quelques heures assis dans ton coin à te poser des tonnes de questions, tu as alors compris que la jeune femme n'avait rien dit à personne. Rien pour se vanter et tu peux la croire. Qui irait dire ce qui c'est passé entre vous deux ? Probablement pas toi, certainement pas elle. Rien de valorisant, rien de romantique. Et si c'est le cas, si quelque chose commence à se passer entre vous deux, mieux ne vaut pas le dire. Pas avec le passé. Changer l'avenir ne sert à rien dans certains cas, comme ce dernier. Et pourquoi, de toute manière, veux-tu changer le passé et voir un avenir se dessiner devant toi ? Et surtout, avec Cassandre ? Ce n'est pas dans ton intérêt d'agir de cette façon et même si tu veux l'entrer dans ta tête, tu ne sais pas très bien comment y arriver. Changer ton destin, ceci te parais tellement important en ce moment que pendant quelques secondes, tu n'entends pas les paroles de la jeune femme couchée à tes côtés. Ce n'est que lorsque tu réalises qu'elle a bougé, qu'elle a surement répondu à tes paroles à son tour. Quelque chose de court, probablement un ''oui'' muet, t'obligeant ainsi à te taire et à prendre ses fichues médicaments. Ce que tu n'as jamais apprécié et que tu n'as certainement pas l'intention de faire. Pas que ceci te fascinerais de la voir en colère, mais tu y penses pendant un moment. La prendre dans tes bras et, soudainement, l'obliger à prendre les médicaments qu'elle voulait que tu prennes dès le départ. Que pourrait-elle te dire ensuite ? Te traiter de tout les problèmes possibles, certainement. Et jamais tu ne pourras la blâmer pour ça. Tu as peut-être défait sa vie pendant sa jeunesse mais depuis son retour, Cassandre défait la tienne. Certainement pas de la même manière, mais c'est bien le cas. Tu changes, tu vois les choses différemment. Tu as envie de reparler à tes parents et leurs dire qu'ils avaient tort. Que ce n'était que du chantage de leur part et que jamais, tu n'as l'intention de changer quoi que ce soit. Pas fort dans un sens, mais c'est bien le cas. Qui a décidé de parler à Sabrina, ton ancienne compagne de vie, en premier lieux ? Qui lui a parlé mariage, assez pour qu'elle puisse se mettre des choses dans la tête ? Certainement pas toi car toi, tu ne penses à rien de bien, lorsque tu entends mariage, couple et amour. Ce n'est pas ton genre, pas ton ressentiment. Tu aimes bien certaines personnes, comme Cassandre, mais te voir en couple avec elle, t'est complètement refusé. Et pas uniquement à cause de votre passé si abrupte. C'est plus fort que ça, quelque chose se cache derrière cette facette si souriante de ce matin.

Tout mettre sur le dos de Cassandre te semble la meilleure chose à faire. Pas uniquement pour tout oublier et trouver un autre coupable, mais bien pour l'éloigner de toi un peu. Pour lui faire comprendre que même le temps ne change pas entièrement une personne. Ça, tu aimerais qu'elle puisse le comprendre et partir sans demander son reste. Pas tout de suite puisque c'est toi qui est chez elle, mais t'éloigner ensuite. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu le veux, d'une certaine manière. Peut-être as-tu peur de l'avenir, de ce que tu es capable de lui dire ou de lui faire ? Avec le temps, tu as appris beaucoup de tes erreurs, mais tu sais aussi que l'être humain est capable de bien des horreurs. Tu en es la preuve et personne ne peut dire le contraire sur ta personne. Un roulement sur le côté, Cassandre prend ses aises. Tu ne peux la blâmer sur sa manière d'agir ou de te parler, sur sa façon d'être, sur ce qu'elle ressent à ton égard. Te faire pardonner serait la meilleure chose à faire, mais tu ignores encore comment. Tu sais bien que seulement les mots ne peuvent atténuer tout ce qui s'est passé entre vous deux. Qu'un simple ''désolé'' ne suffit pas. Pourtant, tu aimerais, mais c'est impossible. Son histoire de café est une invitation qui te fais sourire mais tu ne peux t'empêcher de penser que tu seras de trop dans sa cuisine, tout près du comptoir, à la contempler. Tu ne pourras faire autrement et tu le sais d'avance. Passer quelques minutes de plus en sa compagnie ne peut que te nuire, te bouleverser à nouveau et te faire croire toutes sortes de choses nouvelles en même temps. Comme si elle peut accepter ton comportement et encore plus. Pour l'instant, tu l'ignores et préfère ne pas en discuter avec elle. Ne serait-ce que pour ne pas te nuire et qu'elle puisse se donner une raison de plus de te détester. Comme si il n'y en avait pas assez pour l'instant présent. Des mots, des gestes, des choses du passés et du futur. Tout ce qui se passe dans ta tête en ce moment aussi. Pour l'instant, tu préfères ne pas parler et simplement la regarder. Ne pas te lever aussi, pour précipiter la chose. Passer le plus de temps en sa compagnie te sembles étrange mais tellement apaisant. Et pour une raison inconnue, tu te mets à lui sourire, comme si tout va bien. Comme si ses derniers mots peuvent te réconforter amplement. Ne pas trop parler, ne pas trop agir. Un simple sourire dans sa direction, quelque chose de bien et, en même temps, de compliqué. Pour toi, pour elle. Elle se lève, tu la suit des yeux, sans arrêter de penser. Tu crois que c'est mieux ainsi, si tu pars dès la fin de ton café. La rappeler ou non ? Jamais tu ne lui as fait de promesses ou elle, ne t'as émis de souhaits. Tu devrais alors ne rien tenter encore une fois, pour ne pas nuire à votre amitié. Elle n'existe certainement pas, mais encore une fois, tu préfères ne pas tenter le diable en le lui demandant. Même si un jour, tu sais bien que tu devras le faire. Et le plus vite seras le mieux dans ta condition. Tu ne veux pas fermer les yeux et croire en autre chose, te faire de fausses idées et nager en pleins bonheur. Si ceci est bien possible. Tu veux le croire. Tout le monde aimerait le croire. Enfin, toi et elle, certainement. Ou peut-être pas aussi, tu l'ignores. Les mots de Cassandre te sors de tes pensées, te révélant assez stupide en ce moment. Tu vois bien l'histoire. Toi, assis dans le lit à la regarder, le sourire aux lèvres. Une image de peur t'envahis et tu ne peux la repousser. Quelque chose de triste aussi et de tellement monstrueux. Comme si tu peux être ce genre de mec, un gars sans histoire, en apparence, mais qui se transforme peu à peu pour laisser une nouvelle image de soit ensuite. Envers quelqu'un, devant une personne importante aussi. Lentement, tu changes de position, espérant que son réveille ne soit pas fait tout à fait. Comme ça, moins de chance qu'elle puisse t'avoir vu aussi perdu pendant un moment. Le sourire dans la vague, les yeux braqués sur elle. « Si ce n'est qu'un café, je n'y vois aucun inconvénient. » Quoi de plus qu'un café ? Elle t'as proposé un café et pas autre chose alors, pourquoi lui faire ce genre de supposition ? Tu te sens vraiment mal en ce moment, espérant que cette petite histoire soit bientôt terminée. « Pas que j'ai envie d'autre chose, mais si tu insistes... » Laisser ta phrase en suspend est encore pire et tu viens de t'en rendre compte. C'est mortel comment tu peux te sentir devant Cassandre en ce moment même. Sans elle, tout irait bien. Tu serais chez toi, entrain de te réveiller, te rappelant des dossiers à trier pour un prochain contrat. Pas entrain de te morfondre sur tes paroles, en te demandant si tu parles trop ou pas assez. C'est peut-être ça aussi, peut-être qu'il te manque des mots. De très gros mots même. « Un café sera très bien. » Et rien d'autre, tu as envie d'ajouter pour ne pas la vexer, pour reprendre tes mots, pour ne pas l'obliger à te garder près d'elle plus longtemps. C'est une manière aussi de te faire comprendre que ta place n'est pas ici. Pas avec elle, pas chez elle. Encore moins dans sa chambre à coucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Jeu 15 Sep - 16:45


And we need to talk ft Neal


C'est tellement ... Pathétique. Oui, pathétique. Voilà un terme fort approprié pour ce qui est en train de se passer. Ils se comportement comme deux gamins incapables de se poser et de discuter sérieusement. Cassandre a déjà trop souvent tenté sa chance - comme la veille, alors que Neal était de toute évidence ivre -, elle ne compte pas réitérer cette erreur. Si, par hasard, un jour ou l'autre, Neal se décide à vouloir en parler comme deux adultes, elle ne dira pas non. Mais ce ne sera pas de son propre chef, elle s'est assez ridiculisée comme ça. D'ailleurs, elle n'aurait peut-être pas dû lui proposer ce café, cela semble passer pour autre chose aux yeux de Neal et c'est la dernière chose qu'elle veut. Mais ce qui est fait est fait, et elle n'a aucun moyen de revenir en arrière. Tout ce qu'elle peut s'évertuer à faire, c'est de se comporter normalement et de se justifier tant bien que mal. Le problème, c'est que si elle ne fait pas assez d'efforts, elle va avoir l'air bizarre. Et si elle en fait trop ... elle va avoir l'air tout autant bizarre, si ce n'est plus. Et puis merde, hein ... Elle fait ce qu'elle peut. Elle doit arrêter de se poser des milliers de question, Neal semble parvenir bien mieux qu'elle à ne pas s'en poser autant. Elle aimerait bien avoir sa recette miracle, d'ailleurs. Mais lui demander, c'est admettre qu'il la trouble et qu'elle est complètement vis-à-vis de ... tout ça. Dire d'eux deux serait, encore une fois, trop risqué. A croire qu'elle ne sait faire que ça. « Très bien, je rapporte deux cafés. » En tout bien tout honneur ; elle ne lui propose un café que parce qu'elle allait s'en faire. Bien sûr. Et cela lui semble plus correct que d'en boire un devant lui sans rien lui demander. Ce serait tellement impoli qu'elle ne peut pas se le permettre. Elle n'est pas ce genre de personne là, malheureusement pour elle. Si elle a toujours su maintenir à distance les indésirables et les gens de manière générale, il semblerait que ce pouvoir miracle ne fonctionne plus du tout sur Neal. Oh, désespoir. Elle réitérera sa manoeuvre jusqu'à ce que cela marche pour de bon ... Mais elle est mal partie, très mal partie.

Parce que, visiblement, le Destin s'acharne à les faire se croiser encore et encore. Elle ne sait pas où tout cela va les mener et c'est sans aucun doute ce qui la mine autant. Elle n'a pas besoin de tant de complications dans sa vie, et pourtant ... Elle ne sait plus comment s'en dépêtrer, si ce n'est en ne s'en souciant plus, ce qui n'est pas la chose la plus aisée à faire. Pour l'instant, elle sort du lit et, sans regarder une seule fois en direction de Neal, sort de la chambre. Cela aurait été trop bizarre de le voir étendu là, dans sa chambre à elle, sur son lit. Elle ne regrette pas de n'avoir pas regardé vers lui. Trop rapidement pour que ce soit naturel - mais hey, elle ne peut pas exceller dans l'art de le faire - elle s'éclipse dans la cuisine. Là, enfin, elle prend quelques minutes pour se poser sur la chaise installée à côté du bar. Elle lance la préparation du café, puis pose sa tête entre ses mains. Dans quel pétrin s'est-elle encore fourrée ? S'il y a une personne à blâmer dans cette histoire, c'est bien elle. Elle n'aurait jamais dû aller lui parler au départ. Elle n'aurait jamais dû lui proposer de le ramener. Elle n'aurait jamais dû le ramener chez elle. Pire, elle n'aurait jamais dû accepter de partager sa couche. C'est le canapé qu'elle aurait dû choisir. Mais sa nuit aurait sans doute été moins reposante, moins bonne de manière générale ... Foutus scrupules. Elle aurait dû le laisser seul dans ce bar, ivre et sans aucun bon sens. Comme la machine à café vient d'arrêter de faire du bruit, elle se redresse d'un bond, et s'empare de la cafetière. Elle doit arrêter tout ça. Elle ne sait pas pourquoi Neal est encore là, dans son lit, à attendre sagement que le café vienne à lui, mais ça n'a aucun sens. Et plutôt que d'essayer de comprendre le pourquoi du comment - puisque Neal ne répond jamais qu'évasivement à ses nombreuses interrogations -, elle doit rester silencieuse. Et attendre. Attendre qu'il parte, ou qu'il parle de lui-même. Elle en a assez de jouer à ce petit jeu sans queue ni tête, dont elle n'a ni les clés ni les origines. Elle ne sait pas d'où tout cela vient, mais c'est nocif pour elle. Elle a assez à faire avec sa propre famille pour avoir à se soucier, en plus de tout ça, des intentions incompréhensibles d'un ancien ennemi qui n'arrive pas à se mettre en tête que c'est lui qui a bu la veille, et pas elle. Forte de sa détermination, Cassandre s'empare d'un plateau, sur lequel elle dispose deux tasses vides, la cafetière, du sucre et du lait. Là, elle n'ajoute rien de plus ; ne voulant pas lui laisser imaginer qu'elle veut le faire chanter, ou le supplier de rester à ses côtés. Cassandre est un femme forte et indépendante, qui n'a jamais eu besoin de personne d'autre que d'elle-même pour exister et aller de l'avant. Elle a l'habitude d'être seule et ce n'est pas parce que Neal est là aujourd'hui qu'il le sera encore demain. Elle ne le veut pas, de toute façon. Tout cela est trop compliqué pour son propre bien.

C'est d'un pas déterminé qu'elle reprend la direction de la chambre, son plateau dans ses mains froides. Sur le seuil de la porte, elle a une brève hésitation qui ne dure pas plus de quelques secondes. Mais qui essaye-t-elle de berner ? Elle-même ? Elle n'arrivera jamais à jouer les filles distantes. Elle n'en a pas rien à faire de Neal et, pire, ne peut pas s'empêcher d'avoir envie de le bombarder, une fois de plus, de questions. Elle prend une profonde inspiration avant de franchir le seuil de la porte. Non, elle doit rester forte et s'en tenir aux recommandations mentales qu'elle s'est faite pendant tout le temps passé dans la cuisine. Neal ne doit rien savoir de son trouble, de son intérêt vis-à-vis de ce qu'il pense réellement, et tout. Tout cela doit rester dans sa tête, point barre. Cette situation est horriblement gênante. Elle ne veut pas donner l'impression de le foutre dehors mais, en même temps, ne veut pas lui donner l'impression de vouloir le garder auprès d'elle. Ni l'un ni l'autre n'est exact. S'il y a bien une chose de laquelle crèverait d'envie, c'est de mieux le comprendre ; c'est foutrement raté, et elle n'a pas l'intention de lui poser la moindre question, cette fois-ci. « Tiens. Je ne sais pas comment tu le prends, alors si tu veux du sucre ou du lait, il faudra te servir. » Elle pose le plateau au milieu, verse son café dans sa tasse et s'assoit à l'autre extrémité du lit. Bon sang, tout cela est trop bizarre et gênant. Elle ne va bien sûr pas lui dire ou lui faire comprendre, mais elle a hâte qu'il dise ou fasse quelque chose pour atténuer la tension. A côté de cela, elle n'espère pas trop qu'il en arrive là ; elle a comme l'impression que ce n'est pas son genre et qu'il serait plutôt pour laisser les choses se faire d'elle-même. Ils sont mal barrés, ces deux-là.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Avocat, travaille principalement avec son père
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 29

Cassy
|célébrité| : Jamie Dornan
|crédits| : easylover«c»
|pseudo/prénom| : REDTwins (Diane)
|dcs| : Corina
|nombre de messages| : 355


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Lun 17 Oct - 16:38

Encore moins dans sa chambre à coucher. Ou ailleurs à son domicile. Tu n'as jamais été très câlin, très près de quelqu'un et ce n'est pas ce matin que ceci arrivera. Tu le sais et c'est juste. Prendre un café, ce n'est pas la fin du monde et tu espères vraiment que Cassandre puisse penser la même chose que toi. Avec le temps, tu as appris à ne pas faire confiance aux autres. Encore moins à des gens comme toi. Avec ton caractère changeant, ton désir de toujours vouloir trouver le moyen de te sauver de ce que tu trouves étrange et difficile à surmonter. Tes sentiments, comme présentement, en font partis. Tu sais bien que ceci ne changera rien lors de ton départ, mais tu aimerais bien y croire. Fermer les yeux une demi-seconde et comprendre que tu t'es trompé depuis des mois. Ce n'est pas ce que tu crois, Cassandre est toujours l'ennemie. L'ennemie de qui ? Tu ne le saurais dire, mais une ennemie. La tienne ? Peut-être, avec le temps. Mais pas maintenant. Pendant de longues journées, tu as même pensé à ouvrir un site internet pour parler de cette peste et d'attribué une partie de sa vie. Tu l'as connait trop bien Cassandre, tout ce qu'elle pourra te faire et dire. Mais ça, c'était avant. Ce n'est plus le cas maintenant. Elle te parait différente, plus mature aussi. C'est normal, tu te dis, mais dans un sens, ceci te fais peur. Comme lorsqu'elle décide de quitter sa chambre un moment, te laissant seul. Ceci te fais un bien fou. Tellement que pendant quelques secondes, tu reprends ta respiration. Lorsqu'elle était là, devant toi, en silence, avant de partir, tu ne respirais presque plus, tu cherchais une manière de lui confier tes angoisses, mais aussi de la faire partir pour reprendre une vie presque normal. Le presque est important pour toi, car ce n'est pas encore exactement ça. Tu ne te sens pas maitre de ton destin, c'est bien autre chose. Ce que Cassandre dégage en ce moment, tu ne peux l'expliquer et surtout y penser. Ce n'est pas ton genre de tomber pour ce genre de femme peu convenable pour ta famille. Elle a tout de même brûlé sa propre soeur, vas-tu finir par te le mettre dans la tête ? Pendant toutes ces années, tu lui en as voulu, te demandant si tu n'avais pas des sentiments pour Amy, la soeur de ton ennemie. Ceci aurait été plus simple pour toi et ton entourage. Vouloir la protéger, prendre soin d'elle et devenir une sorte de protecteur tout à la fois. La voir grandir tout près de toi, la sentir en sécurité, prendre ton temps pour apprendre à la connaitre comme si tu la voyais pour la première fois. Mais ce n'était pas ça et depuis que tu la compris, c'est encore plus compliqué pour toi de fermer les yeux et de faire semblant que tout va bien dans de telles circonstances. Cassandre n'est plus là, elle n'est plus dans la même pièce que toi. Alors pourquoi essayer de te trouver des défaites pour rester ici ? Te diriger vers la sortie serait la meilleure chose à faire. Et devant Cassandre en plus. Tout pour lui faire comprendre que tu ne joues pas à son jeu de la séduction et de la gentille petite fille qui veut rendre service avec un café chaud au réveil d'une nuit compliquée. Car oui, l'alcool, tu sais très bien que s'est toi qui l'a prise, mais impossible de l'avouer devant la brunette. Tu veux garder le tout pour toi, faire semblant, la prendre pour ce qu'elle n'est pas. Tu ne veux pas montrer tes faiblesses, qu'elle te pose des tonnes de questions et que tu sois dans l'obligation de tout lui raconter. Ceci ne te ressembles pas, tu as assez de problèmes avec ta famille pour commencer à en discuter avec une presque inconnue. Oui, une inconnue, puisqu'elle est de retour depuis si peu.

Et pendant que tu penses à tout ceci, tu n'as pas bougé. Oh si, tu t'es levé et assis sur le bord du lit, mais sans plus. Pour un homme qui voulait partir et se sauver, tu es bien sage, toujours en place dans l'attente qu'elle puisse revenir avec ton café. Comme si les choses peuvent s'arranger aussi simplement. Ceci serait facile par contre, tu te sentirais beaucoup moins seul. C'est ça, les avantages d'être deux dans la vie et d'avancer avec quelqu'un. Mais tout ça, tu ne veux pas le savoir... Ou du moins, pas tout de suite et surtout pas avec Cassandre. Pas vrai ? Comme la jeune femme revient dans sa propre chambre, tu ne peux que te sentir de trop dans les parages. Ce n'est pas ton genre d'être là dans l'attente d'une confrontation. Dans ce moment, tu te sens de trop, te demandant comment faire pour te débarrasser d'elle. Elle est chez elle, et après ? Ce n'est pas comme si tu étais entré ici par toi-même et que tu désirais y rester pour le reste de la semaine. Tu veux uniquement qu'elle décide d'aller prendre une douche par exemple, qu'elle te laisse assez de temps pour réfléchir à ce que tu as vraiment envie de faire et ensuite, te faire la malle. Pas question d'autre chose, c'est promis. Mais qui te croiras, après tout ? Cassandre pose le cabaret entre toi et elle. Tu n'oses pas te retourner pour la regarder et subir un interrogatoire de ses yeux. Ce n'est pas ce que tu veux dans ce genre de situation. Tu sais bien qu'elle aimerait te voir parler ou même partir, mais tu ne sais pas par où commencer. « Pourquoi être aussi gentille avec un crétin comme moi ? » C'est une question ? Oui, mais en même temps, tu refuses de savoir la vérité et ce qui a poussé Cassandre à agir de la sorte. Son café, tu n'en veux pas. Ceci était simplement pour gagner un peu de temps. Du temps pour quoi, puisque tu n'as pas bougé ? Seul toi le sais et encore là, c'est moins sûr. Tu ne peux rien dire en ce moment. Tu attends sagement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Mer 19 Oct - 20:57


And we need to talk ft Neal


Dans la cuisine, Cassandre traîne la patte. Elle prend le temps de réfléchir à tout ce qui vient de se passer, à ce qu'il s'est passé la veille. Elle prend aussi, et surtout, le temps de se remettre de ses émotions. C'est dingue, comme elle se sent perdue quand cela concerne Neal. Pourtant, elle va devoir lui faire face une nouvelle fois, si elle veut trouver une fin à cette situation gênante. Une fois son café bu, il partira sans doute, n'est-ce pas ? Forte de cette résolution, Cassandre retourne dans la chambre et lui tend son café. Elle prend ensuite sa propre tasse, et s’assoit sur un bord du lit, aussi loin que possible de Neal. Ce n'est pas nécessaire qu'ils soient trop proches, il est même préférable qu'ils ne le soient pas. Cassandre ne tient pas à se comporter comme une petite fille perdue devant lui ou, pire, comme une femme qui s'accroche à un homme. Ce n'est pas son genre. Elle a pourtant l'intime conviction que c'est comme ça que la voit Neal. C'est en tout cas ce qu'il lui a laissé entendre maintes et maintes fois ... Plutôt que de laisser ses pensées vagabonder à leur guise plus longtemps, la jeune femme décide de boire une gorgée de son café. Il est chaud, et corsé juste comme elle l'aime. Elle le savoure, mais c'est de courte durée. Parce qu'à côté d'elle, Neal vient de prendre la parole. Elle jette un rapide coup d'oeil dans sa direction, constatant rapidement qu'il ne la regarde même pas. Sa question, elle ne l'a pas rêvée. Elle aurait pourtant préféré. Cassandre a beau la retourner dans tous les sens, elle ne parvient pas à trouver de réponse immédiate. Raison pour laquelle un bref silence, un peu gêné il faut l'avouer, s'installe entre eux. Non mais, sérieusement ? Qu'est-ce qu'il attend, comme réponse ? Elle ne sait pas. Et elle a peur de, une fois de plus, mal faire.

Parce qu'avec Neal, elle a l'impression de toujours tout faire de travers. Elle ne sait pas ce qui cause ça, si c'est parce que c'est lui, ou si c'est parce que c'est elle. Mais c'est bien là, et il est difficile - voire même impossible - de le nier. « Et bien ... je ne sais pas. » Ouais, super comme réponse. Si elle ne passe pas pour la dernière des idiotes, elle va avoir l'air de la fille perdue de base - et à juste titre. Mais ça, Neal n'a pas besoin de le savoir. Alors elle hausse les épaules, l'air décontracté - ce qui est, dans la réalité, loin, très loin d'être le cas -. « J'imagine que je suis juste comme ça. Je l'aurais fait pour tout le monde. » Menteuse, menteuse, menteuse. Elle n'est pas comme ça, Cassandre. Bien sûr, elle a de l'empathie et elle n'aime pas être cruelle plus que nécessaire. Avec Neal, elle devrait peut-être l'être. Certains amis à elle lui dirait probablement, d'ailleurs ; qu'elle est trop gentille, qu'elle devrait le saquer et l'ignorer la plupart du temps. Mais elle n'est pas comme ça, elle n'y arrive pas. Elle n'est pas très sociable, comme fille. Cela ne se voit pourtant pas tellement, dans ses rencontres avec Neal. A croire qu'avec lui, c'est différent. Mais ça, elle refuse de le croire, et encore plus de l'accepter. De nouveau, Cassandre boit une gorgée de son café, dans son coin, les épaules légèrement repliées vers l'avant, comme si elle cherchait à se protéger de quelque chose ... Ou de quelqu'un. Ce court moment lui laisse de quoi réfléchir à ce qu'il convient de faire. Mais quelques secondes plus tard, elle est toujours aussi paumée, toujours aussi indécise.

Elle doute franchement que Neal ait l'intention de rester. En fait, elle imagine même qu'il n'avait, au départ, pas même envie de se réveiller ici. Elle le comprend parfaitement, pas de problème. De toute façon, elle ne s'est jamais sentie aussi ... résignée que ce matin. Parce qu'elle a finit par accepter l'idée qu'elle ne réussira jamais à comprendre vraiment Neal, ni même ses intentions. Il restera un mystère pour elle, et c'est peut-être mieux ainsi. A l'avenir, elle tâchera donc de se tenir pour de bon à distance de lui, en se contentant d'un signe de tête comme salut quand elle le croisera dans la rue. Avec un peu de chance, il s'en tiendra là lui aussi. Elle le pense, en fait. Il n'a pas l'air d'être ravi de la situation, alors ... Oui, la voilà, la solution : qu'elle se résigne une bonne fois pour toute. Qu'elle accepte la fatalité et qu'elle cesse d'aller vers lui quand elle le croise dans la rue. Elle doit l'éviter. Se tenir loin de lui autant que possible. Elle ne veut pas de complications dans sa vie, elle en a déjà suffisamment comme ça. Et Neal est une complication à lui tout seul. Il a déjà un peu trop bouleversé sa vie et son quotidien à son goût, il faut que cela cesse. Déterminée, Cassandre termine d'une traite son café et repose la tasse sur son plateau. Pendant quelques secondes de plus, elle reste immobile et de profil par rapport à Neal. Après ce court laps de temps, elle se décide à se tourner vers lui. Ça y est, c'est le moment. « Tu devrais peut-être y aller ... » Elle a trouvé un bon compromis, ici : elle ne le fout pas dehors, elle le pousse gentiment vers la sortant en suggérant. Rien d'autre.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Avocat, travaille principalement avec son père
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 29

Cassy
|célébrité| : Jamie Dornan
|crédits| : easylover«c»
|pseudo/prénom| : REDTwins (Diane)
|dcs| : Corina
|nombre de messages| : 355


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Dim 20 Nov - 16:49

Tu attends sagement. Et tu aurais préféré attendre encore un peu au lieu d'avoir cette réponse. Elle ne sait pas ce qui se passe, elle ne sait rien. Si elle aurait pu t'aider à y voir un peu plus clair, les choses auraient été moins compliqué. En fait, c'est ce que tu crois, tu n'en es même pas certain. Tu sais seulement que certaines choses auraient pu changer avec le temps. Un bref signe de la tête, un sourire de sa part, quelque chose qui te fais regretter tes pensées en ce moment. Tout ce que tu penses, c'est à partir. Te sauver. Courir toujours plus loin et jamais te retourner. Si un jour quelqu'un t'aurais dit que tu tomberais pour Cassandre, tu aurais ris au éclats. Tu t'aurais moqué de la situation, de toute l'histoire. Les larmes aux yeux, tu aurais demandé à ces personnes d'arrêter de dire n'importe quoi, de te prendre pour un con. Mais pas maintenant, pas après tout ça. Pas après les dernières paroles qu'elle t'as dit. Tu aurais bien préféré autre chose, quelque chose de plus important, quelque chose qui t'aurais fait comprendre ses intentions. Avec Cassandre, c'est toujours gris. Pas blanc joli ou noir à faire peur. Non. C'est toujours entre deux, toujours à se poser d'avantage de questions. Et lorsque tu poses ton regard sur elle, c'est encore pire. Tu as toujours l'impression qu'elle a le pouvoir de lire en toi, de connaitre ce qui se passe dans ta tête et ce, même si pour toi, c'est compliqué. Une sorte de sorcière, elle est. C'est ainsi que tu l'as vois.

Et même si tu n'as pas envie de soupirer à ses paroles, tu finis par le faire. Pas par gaieté de coeur, mais bien pour lui montrer que ceci t'importe peu, même si ce n'est pas le cas. Elle aurait agi de cette manière avec tout le monde, pas seulement parce qu'il s'agit de toi. Dommage, tu l'aurais remercier pour un peu de franchise. Tu ne sais pas exactement pourquoi, mais quelque chose te pousses à croire qu'elle a tort. Peut-être ses paroles, sa voix, sa manière d'agir ou de ne pas te regarder complètement. De faire semblant que tout va bien, tout ceci semble facile pour elle et ça, ça te fais peur un peu. Tu aurais aimé pouvoir être l'homme de la situation, celui qui aurait pu lui faire attention. Celui qui aurait pu l'aider à avancer dans la vie. Celui qui aurait pu être là pour elle, quoi qu'il puisse arriver. Cassandre semble être une femme forte, une femme qui sait ce qu'elle souhaite dans la vie et surtout, comment faire pour avancer sans avoir besoin d'aide. De ton aide, plus précisément. Si Cassandre t'aurais parlé un peu plus, si elle aurait fait l'effort de te montrer que tu étais un peu important pour elle, tu serais resté d'avantage. Tu l'aurais même invité à prendre un repas chez toi, durant la semaine. Tu l'aurais emmené à ton bureau, pour lui faire lire quelques dossiers. Tu aurais fait n'importe quoi pour qu'elle puisse comprendre qu'elle était un peu importante dans cette histoire, mais ce n'est pas le cas. Pas le cas puisqu'elle n'a pas l'air de vouloir que tu restes avec elle ce matin. De la glace dans son regard, c'est ainsi que tu vois les choses. Et ceci ne te fais pas plaisir. Tu aurais aimé que Cassandre puisse te parler d'avantage, te faire voir ce que tu ne comprends pas. Car oui, certaines choses paraissent simples et faciles à comprendre mais ce n'est pas toujours le cas, comme présentement. Tu aimerais pouvoir faire comprendre à Cassandre que la vie est simple, que les choses pourraient devenir meilleures à deux également. « Tu penses sérieusement à ce que tu viens de me proposer ? » Si on peut appeler le tout une vraie proposition car l'instant d'après, ceci ne parait pas plus clair pour toi. Pourquoi les filles sont si compliquées. Elles veulent généralement le contraire de ce qu'elle demande. Si elles disent oui, c'est plutôt le contraire. Et l'inverse aussi. Tu crois bien que Cassandre n'échappe pas à cette règle aussi. Un sourire déguisé en grimace, un non qui peut devenir un oui en quelques secondes seulement. Dans un sens, tu l'as comprend pleinement. Ce n'est pas facile de faire parler ses sentiments. Enfin, si c'est ce qu'elle a en ce moment. « Tu veux réellement me voir partir ou c'est une manière déguisé de me demander de rester un peu plus longtemps auprès de toi ? » Tu as peur de sa répondre, peur qu'elle ne quitte la pièce. Peur qu'elle te montre la porte aussi. Et aussi peur pour toi, pour ton jugement, pour tes questionnement, pour ce que tu ressens en ce moment, pour ce qui se passe dans ta tête. Confusion totale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Mar 29 Nov - 21:34


And we need to talk ft Neal


A ce niveau-là, ce n'est plus de la simple confusion. Cassandre est perdue, déboussolée. Elle ne sait plus ce qu'elle doit dire, elle ne sait plus ce qu'elle doit faire. Et elle lui a demandé de partir ... Elle ne sait même pas si elle le pense, si elle a envie de le voir quitter l'appartement ou si elle préfère le voir rester. Mais s'il choisit de suivre sa proposition, au moins, elle n'aura plus à se poser toutes ces questions. Bien sûr qu'elles s'imposent quoi qu'il arrive, et qu'il soit là ou non. Mais s'il n'est plus dans le coin, tout lui semblera beaucoup plus clair. Elle doit rester loin de lui, elle aurait dû le faire dès le départ. C'est dangereux pour sa santé mentale tout ça. Et elle n'a de cesse de se le répéter et de le prouver. Elle est instable, incapable de se fixer sur une idée. Elle ferait mieux de rentrer à Sydney et basta. Mais quelque chose, et une chose qu'elle ne parvient pas à cerner, l'en empêche. La retient ici. Lasse, elle pose ses coudes sur ses genoux et laisse sa tête tomber entre ses mains. Qu'est-ce qu'elle est censée faire ? Elle a l'impression de tourner en rond, et de ne pas être franchement aidée par Neal. Elle ne le blâme pas, lui non plus n'a pas l'air d'en mener bien large. Il est peut-être aussi perdu qu'elle, aussi incertain qu'elle. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle veut continuer sur cette voie-là. Au contraire, elle aimerait parvenir à se dépêtrer de cette situation ou, au moins, à y voir plus clair. Le hic, c'est que son opinion à elle vis-à-vis de tout cela n'évolue pas, et que Neal ne répond pas à ses questions. Il esquive, il esquive tout le temps. D'un coup, elle se décide à se redresser. Elle se tourne légèrement sur le lit pour pouvoir le regarder, et essaye de garder un visage impassible. La lassitude, néanmoins, doit être lisible et visible sur son visage. « J'en sais rien Neal, j'en sais rien. » Encore une fois, elle se répète et tourne en rond. S'il ne l'a pas encore deviné, nul doute qu'il ne mettra plus beaucoup de temps à le faire.

A son tour, elle soupire. Elle ne sait pas si elle est juste impatiente de pouvoir tourner cette page ou si elle est agacée de voir Neal faire de tels sous-entendus et suppositions sur elle. En même temps, elle n'est pas certaine de pouvoir le lui reprocher. Si ça se trouve, il dit vrai en plus de ça. Elle ne sait pas. Elle. Ne. Sait. Pas. « Je suis complètement perdue Neal. Je ne sais pas ce que je veux, mais je ne sais pas plus ce que tu veux. » Comme ça, c'est clair. En fait, elle se rend compte qu'elle ne lui a jamais fait part de tous ses doutes. Au lieu de ça, elle s'est toujours contentée de rester distante et trop curieuse. C'est peut-être le moment de le faire. Et si ça le fait fuir ... et bien au moins ce sera réglé. Elle essaiera de rester aussi positive quoi qu'il advienne. Plus facile à dire qu'à faire, certes. « Et je crois que c'est mieux comme ça, en fait. Je crois qu'on devrait s'efforcer de rester loin l'un de l'autre, ça nous simplifierait vraiment la vie ... » Elle croit encore une fois. Parce qu'elle n'est toujours certaine de rien. C'est vraiment terrifiant d'être dans cette optique-là, elle aimerait tellement que tout soit plus simple. Mais on n'a pas toujours ce que l'on veut, et elle n'a de cesse de le remarquer. « Tu fais comme tu veux mais moi j'abandonne. C'est ce que j'ai de mieux à faire. » Elle se remet dans sa position initiale, soit dos à Neal. Et, d'une traite, elle termine son café. Là. Neal a plus ou moins les cartes en mains. Elle, elle a dit ce qu'elle avait à dire. Elle ne lui demandera pas une seconde fois de s'en aller, au risque de devenir carrément impolie. Mais elle n'a plus envie de brasser de l'air, de se ridiculiser en allant vers lui sans jamais savoir comment, l'un comme l'autre, ils vont réagir et se comporter. C'est drôlement pathétique tout ça, et elle a du mal à visualiser le pourquoi du comment ils en sont arrivés là. Comment elle en est arrivée là.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Avocat, travaille principalement avec son père
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 29

Cassy
|célébrité| : Jamie Dornan
|crédits| : easylover«c»
|pseudo/prénom| : REDTwins (Diane)
|dcs| : Corina
|nombre de messages| : 355


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Mar 3 Jan - 19:55

Confusion totale. Tu ne sais plus quoi exactement penser et même si tu le saurais, tu ignores si ceci peut t'aider à avancer ou non. Tu as l'impression de reculer depuis des jours, des semaines même. Depuis ta rencontre avec Cassandre, il y a des années, tout a changer. Son départ t'as aidé à prendre du recul, à penser un peu plus à toi et surtout, à comprendre que tu ne faisais pas le bien autour de toi. Depuis qu'elle est revenue, tu ignores ce qui se passe dans ta tête, mais c'est la confusion. Tu as l'impression d'être quelqu'un d'autre, tu n'agis pas comme avant. Lorsque tu respires, tu sens cette impression dans ta poitrine, quelque chose d'inconnu jusque là. Au départ, tu as bien eut l'intention d'en parler à des proches, à des amis, leurs raconter ce qui se passait dans ta vie, pourquoi cette pression au coeur te faisais si mal. Mais c'est impossible. Et tu le sais. Cassandre est toujours là, dans ton champ de vision et ce n'est que lorsqu'elle est près de toi que tu ressens ce sentiment. Probablement un sentiment de culpabilité pour tout ce que tu lui as fait endurer. Avec Sabrina, ce n'était pas pareil, tu n'as jamais senti ce besoin d'être avec elle, de la voir sourire ou même rire. Avec Cassandre, même si elle est près de toi que depuis quelques temps, tu ressens quelque chose d'encore plus fort, mais impossible de mettre le doigt sur le sentiment exact. Lorsque ton regard croise le sien, tu as chaud, c'est comme si tout devenait moins simple. Ta vision se brouille, tu as des papillons au ventre, tu ne sais que penser. Tout s'embrouille, tu ne veux plus lui parler, pas la peine de mentionner ce que tu ressens. Un jour ou l'autre, tu comprendras c'est évident, mais pas maintenant. Pas après ce qu'elle vient de te demander. Elle veut que tu prennes la porte, elle désire te voir sortir d'ici. Tu es de trop, même si tu n'as encore rien fait. Avec le recul, tu en as déjà trop fait. La dernière fois que tu es allé chez elle, tout a basculé et maintenant, elle ne te fais plus confiance. Tu la comprends malgré tout. Toi même, tu as de la difficulté à te faire confiance. Tu ne peux donc pas la blâmer.

Toi qui voulait rester encore un peu près d'elle, c'est comme une gifle que tu reçois sur la joue. Et pourtant, tu n'as pas l'intention de tendre la deuxième. Tout ce que tu veux, c'est la comprendre, savoir pourquoi elle agit ainsi avec toi. Maintenant, elle ne sait plus quoi penser. Pense t-elle que c'est beaucoup plus simple pour toi ? Probablement vu qu'elle reste là, à te parler de ses problèmes. De vos problèmes maintenant. Ce sont vos foutus problèmes, comme si vous étiez maintenant un couple tout les deux. Les premiers problèmes de couple, premiers problèmes de coeur. Et toi qui a toujours pensé que l'argent était la première source de chicane dans un couple, tu vois bien que ce n'est plus le cas. Et en plus, tu ne peux pas vraiment dire que vous êtes un couple. Une chance pour toi, une chance pour elle. Sinon, les choses seraient tristes à mourir en ce moment même, presque sur le bord d'un orage. Cassandre serait entrain de rompre avec toi, tu le vois bien. La suite de ses paroles ne fait qu'assombrir le terrible nuage qui se trouve désormais au-dessus de ta tête. La pluie va commencer à tomber, tu le sais bien. Tu hésites sur ce que tu peux apporter à cette conversation, à ce désastre plutôt. Tu ne peux même pas dire que le tout est une discussion. Tu as honte de tout ce qui se passe dans cette chambre, ce n'est pas réellement normal. « Tu agis souvent comme ça ? Tu te choisis un amant et ensuite, tu lui mets tout sur le dos ? » C'est la première chose qui te viens à l'esprit. Dès que les mots sont sortis, tu les regrettes immédiatement. Est-il trop tard pour tout effacer et pour partir ? Oui, vraiment trop tard. Pas pour le départ, mais tu refuses de partir immédiatement. Pas après ce que tu viens de lui dire. Tu en as encore gros sur le coeur, comme le fait qu'elle ne te supportes pas. Tu le sais, c'est évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Secrétaire médicale à Bienne.
|statut civil| : Célibataire, mais ...
|âge du perso| : 25

NOBODY SAID IT WAS EASY

|célébrité| : Emma Watson, la parfaite.
|crédits| : timeless (avatar), imaginarium (signature).
|pseudo/prénom| : Schizophrenic (Emilie).
|dcs| : No oooone.
|nombre de messages| : 6491


MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   Jeu 19 Jan - 0:09


And we need to talk ft Neal


Elle n'arrive pas à y croire, Cassandre. Impossible. C'est pire qu'une simple sensation d'être perdue. A ce niveau-là, elle est bien au-delà de ça. Elle ne sait jamais comment se comporter face à Neal, elle ne sait jamais quoi lui dire. C'est comme s'il trouvait toujours le moyen - conscient ou pas - de la mettre dans tous ses états, de la paumer complètement. Quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, il esquive ses questions et lui en apporte plus. Pas de réponses avec Neal ça, elle l'a compris. Ce qu'elle a compris, aussi, c'est qu'il n'est pas bon pour elle de trop rester avec lui. Pour ça ; parce qu'il la plonge dans un flou glacial qu'elle ne parvient pas à rendre plus net. Parce qu'elle ne comprend jamais ce qu'il veut ou attend d'elle. Ce qu'elle a compris d'autre, c'est que quand elle fait un pas dans sa direction, il en fait cinq en arrière. Et quand lui avance vers elle, c'est à son tour de reculer. Autant dire qu'ils ne peuvent pas vraiment avancer à ce rythme-là ... Et qu'il vaudrait peut-être mieux qu'ils jettent tous les deux l'éponge. Mais au lieu de saisir la perche qu'elle vient de lui lancer, Neal l'esquive et repart sur autre chose. Putain ... Elle hésite entre rire - jaune, évidemment - et pleurer, là. A croire qu'il se plait à les faire avancer à reculons. Et elle ne sait vraiment plus quoi lui dire. Faut dire qu'elle est à deux doigts d'avoir dépassé son quota de patience, et que ça n'annonce forcément rien de bon. Elle va finir en rogne, c'est tout ce qui va se passer. Et c'est justement le cas. Ce que vient de dire Neal, évidemment, la conforte dans cette optique. « Tu es un parfait idiot, tu le sais ça ? On te l'a déjà dit ? » Ça y est, les mots dépassent sa pensée. Ou pas, d'ailleurs.

Parce qu'elle a le sentiment que ce qu'elle vient de lui dire, elle le pense. Enfin ... elle n'en sait rien. C'est Neal, elle est perdue. Forcément. « Tu ... Putain, mais tu te fous de moi ? » La réponse à cette question, elle la connaît. Pour une fois qu'elle est sûre de quelque chose ... ce n'est pas vraiment dans le domaine qu'elle aurait voulu. Elle préférerait comprendre Neal, comprendre ses intentions et ses agissements. Parce que là, comme ça, ce n'est pas gagné. Pas du tout. Ce type est une énigme, et peut-être bien qu'elle en est une pour lui aussi. Peut-être bien qu'ils ne sont pas faits pour s'entendre. Mais Neal n'a pas l'air de vouloir accepter l'idée ; s'il est toujours là, après tout, c'est la preuve qu'il s'acharne. En tout cas, Cassandre est certaine d'une chose : ça ne sert à rien qu'elle s'énerve. Elle doit garder son calme. Elle lui jette quand même un regard furibond avant de passer sa main sur son visage, les yeux clos. Elle prend une profonde inspiration et se tourne de nouveau vers lui ... « Je n'essaye pas de tout te mettre sur le dos. Tout ce que je veux ... c'est la paix. Qu'on me foute la paix. J'en ai marre que ma vie soit si compliquée et, définitivement, elle l'est quand tu es dans les parages. » Pour le coup, c'est la stricte vérité. Pas même une manière de lui en mettre encore plein la gueule ou de le tenir responsable de tout les maux du monde. En effet, quand il est près, tout se complique - mais quand il est loin aussi, peut-être qu'elle le comprendra un jour -. Ce qui ne veut pas dire que c'est sa faute à lui uniquement, elle y est sans doute pour quelque chose elle aussi. « Pourquoi est-ce que ça doit toujours être si ... bizarre entre nous ? Tu le sais, toi ? » Non parce que, pour elle, c'est le blanc le plus complet. Elle n'en sait rien.



    3 words, 8 letters ; say it, and I'm yours
    Remember those walls I built? Well, Baby they're tumbling down and they didn't even put up a fight, they didn't even make a sound. I found a way to let you in but I never really had a doubt. It's like I've been awakened, every rule I had you breaking. It's the risk that I'm taking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: And we need to talk (Cassandre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

And we need to talk (Cassandre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Talk Box
» DUNLOP - Talk Box
» plug in talk box
» Talk Talk & Mark Hollis
» ¤ Sad ... Angry ? If You NeEd To TalK... ¤

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum