AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Chalet in the woods

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Dim 17 Avr - 6:20


Chalet in the woods




Je croyais avoir définitivement verrouiller la porte de la petite pièce. Je croyais m'être débarrassée du problème de cette façon. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je me rendis compte qu'Alexis essayait carrément de défoncer son obstacle. Je lui ai pourtant dit de ne plus me poser de questions j'étais claire non ? J'aurais tellement voulue qu'il me laisse tranquille. Ça aurait été plus simple. Il voit pas qu'il nous torture tout les deux ? Il reviens à la charge en parlant encore et toujours. D'accord plus de jeux... Mais de ton côté aussi. Je ne sais pas ce que tu cherches exactement à prouver en agissant ainsi, mais c'est vraiment dégueulasse de ta part. je tourne la tête vers lui surprise. Attends , il me traitait de dégueulasse ? Il est passé à coté de moi tout à l'heure alors que j'avais été claire sur le sujet , il se fou de ma gueule ? Je plisse des yeux n'acceptant certes pas son attaque.

- Pardon ? Tu te fou de moi là ? Je ne cherche rien je voulais juste .... Ok. Ok ! Je suis dégueulasse , voilà !

Alors que j'allais parler davantage pour lui crier toute sorte d'injure , Alexis me coupe pour le faire lui-même. J'ai fait de même en parlant par-dessus lui. Ce n'était pas que j'étais en colère contre lui , c'était juste que j'avais envie de laisser sortir mon angoisse. Cette angoisse que j'avais de le vouloir , lui et pas un autre. Celui avec qui rien n'est facile. Celui qui demande à ce que je me batte un peu. Et moi je ne le fais pas. Je ne me bat pas pour lui, je me bat contre lui. Les choses seraient plus simples si on pouvait lire les pensées de l'autre. Si on avait pas à se parler. Je poursuis donc mon discours en parlant en même temps que lui.

- Rien à te reprocher ?! Elle est bien bonne ! T'est qu'une ordure ! J'ai pas été assez claire tout à l'heure ?! Je t'ai carrément dit ce que je voulais et toi t'avais qu'à tendre la main pauvre nul ! T'est qu'un idiot. Tu m'a ignorée et ensuite tu as fait comme si t'avais pas bien compris !

Je deviens soudainement muette quand il parle des caresses de tout à l'heure. J'y repense et ça me calme d'un seul coup. Je le regarde s'énerver contre moi , me révélant comment ça l'avait brisé. Tout comme moi. Je l'observe , les yeux brillants , pleine de tendresse alors qu'il me traite de folle bonne pour l'hôpital. J'étais peut-être vraiment folle de le vouloir autant quand il s'énerve comme ça. Pour moi , ce n'était pas de la colère mais simplement un cri du coeur. Et moi ça me faisait fondre. Mon coeur battait follement. Je n'avais qu'une seule envie , d'être aussi près que tout à l'heure. L'embrasser comme je l'avais fait et le recevoir de nouveau en retour ou juste .... Le voir me regarder comme il l'avait fait. Je l'entends dire toutes sortes de conneries et je revois ce garçon avec qui je m'entendais bien. Celui qui avait été blessé. Comme maintenant. Il avait capté mon intéret. Parce que ... Parce que j'avais l'impression qu'il me comprenait et que d'une certaine façon , il essayait de dompter la bête. Il essayait du mieux qu'il pouvait. Toujours paralysée, je le laissais parler sans rien dire de plus , simplement parce que j'avais les yeux qui brillaient. Alors que j'arrivais pour lui dire que j'avais aimé les caresses de tout à l'heure, il me coupe de nouveau pour me dire de me trouver quelqu'un d'autre pour cette histoire de point de rendez-vous. Je ferme la bouche. Il était tellement en colère. Était-ce le point de non retour ? Me fermait-il la porte définitivement ? J'espérais que non. J'étais maintenant très calme et je le regardais attentivement. Je venais de réaliser qu'il ne se serait pas énervé de cette façon si il avait eu pour seule intention de me blesser. De me faire une mauvaise blague. Je réalise alors à mon grand découragement que nous étions deux idiots. Deux idiots qui croyaient dur comme fer à la méchanceté de l'autre. Quand il termine son discours, je baisse les yeux vers mon café et je déclare à voix basse.

- Arrête, arrête silteplait. Tu vois pas qu'on est deux idiots ? Deux beaux idiots qui se font la guerre. Allez , fais un effort. On peux redevenir les deux personnes qu'on était tout à l'heure. Celles qui s'aimaient bien.

Je crois que ça l'a calmé. Il commence à m'avouer qu'il a menti. Je lève les yeux vers lui prête à m'énerver de nouveau contre lui. Je croyais qu'il allait m'avouer qu'il avait menti concernant la fameuse question mais non. Il me fait des confidences. Il m'avoue avoir embrassé un garçon. J'échappe un petit rire étouffé par l'angoisse qui tapait sur mon coeur. Je me pince les lèvres et je poursuis son délire.

- C'était pas ça le jeu. Il fallait dire la vérité. Tu as triché , tu dois avoir une conséquence. En arrivant à la fête , je veux un strip-tease.

Et malgré moi , malgré la lourdeur du moment, j'esquisse un petit rire. J'étais avec lui. Dans ses conneries , dans ses jeux , dans ses délires .... J'étais maintenant avec lui , derrière lui et si cette histoire ne se finit pas avec la tendresse espérée , Alexis Thorens pourra se vanter d'avoir une amie fidèle. Parce que , c'est des petites choses comme ça qui me font craquer. Ce délire qu'il arrive à créer dans des moments inopportun. Il m'avoue ensuite qu'il pensais à moi depuis les dernières semaines. C'était exactement ça que je voulais et même si il a essayé de s'en sauver , j'ai capté ce qu'il me fallait. Je me pince les lèvres , toute chamboulée de l'intérieur. Je le regarde de nouveau , les yeux brillants. Un petit sourire apparait sur mes lèvres.

- D'accord ... J'ai menti aussi. Je ne sais pas ce que je ressens. Je te veux. Sans jeux , sans blagues , sans pièges .... Je te veux c'est tout

Je penche un peu la tête , le dévorant désormais des yeux. Mon coeur brûlait en ce moment. Je venais de déverrouiller la porte. Je pose ma main sur la poignée et je la tourne lentement , remplie d'hésitation.
Observant Alexis conduire, je me mords la lèvre inférieur.

- Et si ... Si tu m'avais laissé t'approcher , je l'aurais fais maintenant. Je t'aurais touché , n'importe où , n'importe comment

La porte de la petite pièce s'est ouverte. C'est à lui de décider si il veut entrer. J'avais cette espèce de nervosité dans le ventre. Celle qui nous fait prendre certains tournants dans notre vie. Mon tournant , c'était Alexis Thorens.




Spoiler:
 



Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Lun 18 Avr - 3:54


Chalet in the woods

   

   Qui a dit qu'elle était dégueulasse? Moi? Certainement pas. Je parle ici de son agissement, et non de la personne qu'elle est. Marya est loin d'être une personne dégueulasse, même trop loin. Pour une raison inconnue, elle se mets tout sur le dos, comme si tout est de sa faute. Enfin, cette partie là, vue que le reste, elle l'entend d'une autre oreille. Elle ne prend certainement pas les reproches que je suis entrain de lui faire et avec raison. Si elle m'aurait fait les mêmes reproches, je l'aurais étouffé. Simple et efficace. Pas la peine de faire semblant que ceci ne la pas déranger, c'est le contraire. Je le vois dans ses yeux, lorsqu'elle décide de me lancer des injures à son tour. Oui, je garde un oeil sur la route et l'autre, sur Marya. Depuis des semaines, voir plus, je garde toujours un oeil sur elle. Au départ, j'ai pensé que c'était de la faute de ma soeur, Coralyne. Je voulais prendre soin d'elle comme telle. Mais maintenant, je vois bien que c'est à cause d'un autre truc, un truc beaucoup plus grave dans mon cas. La première fois que j'ai été amoureux, j'avais 12 ans. Elle avait 3 ans de plus que moi et elle était la soeur du meilleur ami de mon frère. Avec les années, j'étais devenu le meilleur ami de Matteo, le frère de cette fille. Et les choses ont évolué par la suite. Pour Marya, j'ignore encore si c'est réellement de l'amour et je préfère ne pas le savoir. Peur d'avoir un refus, peur de devoir la repousser ensuite. Peur de trop de choses. Comme pour Naomi. Exactement pareil. Un simple oui de sa tête, et j'ai fait n'importe quoi. Pour Marya, c'est exactement la même chose.

Une ordure et un nul. De mieux en mieux. Même si je continue de parler, j'entends certain des mots de la participante à cette conversation complètement inattendue. Elle dégénère de plus en plus. Elle devient même déplaisante. Pas Marya, la conversation. Et maintenant un idiot. C'est réellement comme ça qu'elle veut continuer notre conversation? C'est réellement comme ça qu'elle croit pouvoir sauver son année finale en danse? Je sais beaucoup de choses sur sa famille, notamment l'histoire de son frère et de sa fiancée. Céline Julliard à trop parlé. À beaucoup de monde, en plus. Je ne sais même pas pourquoi Stella continue de cette manière, puisqu'elle le sait probablement, tellement que les rumeurs se sont répandues. Si Céline a été capable de tout m'expliquer après seulement 3 ou 4 jours de fréquentations au travail, imaginez ses amies? Ses voisins? Sa famille! 3 ou 4 jours de travail, pas plus. Je n'ai pas travaillé très longtemps pour son père, refusant de m'allier à quelque chose d'aussi tordu. Comme si je ne l'étais pas assez moi-même.

Pour calmer Marya et surtout, pour espérer arranger les choses, j'ai commencé à parler de ses gestes fait, quelques temps auparavant. Elle avait passé ses doigts sur ma peau, doucement, trop lentement. Pendant un moment, j'avais perdu la carte, devenant déstabilisé. Me faire dire ensuite qu'il n'y a rien, que je me trompe, c'est mentir. J'ai bien vu cette étincelle dans ses yeux, lorsque mon regard à croisé le sien. Ce dernier voulait s'embraser là, tout de suite. Comme maintenant, n'est-ce pas? Plus que mes mots sont dit, plus je vois Marya s'émerveiller. Comme si je venais de lui dire qu'elle était la plus merveilleuse chose au monde. Mais ce n'est pas le cas, vraiment pas. Je lui dis plutôt qu'elle pouvait se trouver quelqu'un d'autre pour la nuit, pour son histoire de faire attention à l'un et l'autre. Comme si c'était réellement important, où nous irions. Je vois bien que Marya a l'intention de dire quelque chose, mais c'est peine perdue. Je parle, je parle et j'espère ne jamais m'arrêter jusqu'à destination. Si jamais je m'arrête, j'ai peur de ce que Marya pourra me dire ensuite. S'excuser? C'est autant son genre que le mien, donc, c'est nul pour ça. Me dire que je fais bien de lui parler sur ce ton? J'aimerais trop donc, pas possible non plus. - Tu as laissé faire l'ordure et tu préfères l'idiot, maintenant? - Ce n'est certainement pas les meilleurs mots que j'aurais pu lui dire, mais c'est beaucoup mieux que rien. L'entendre me dire que tout peut revenir comme avant, qu'il est possible pour deux idiots, comme nous, de nous parler convenablement, me calme un peu. Je ne sais pas pourquoi, mais ceci m'a aidé à me calmer un peu. Et m'a aidé à respirer aussi. Et ceci m'aide à lui dire la vérité sur beaucoup de chose, aussi. - J'ai pas triché. Je te l'ai dit, je n'ai aucun souvenir de cette soirée là. C'est lui-même qui m'en a parlé, dernièrement. Je ne me souviens de rien. Si j'aurais été assez saint d'esprit, jamais je l'aurais embrassé. Comme je t'ai déjà dit, je suis pas comme ça. Ou comme ton histoire de steap-tease. - Alors ça, pas question! Nous commençons uniquement à nous parler comme deux personnes saines et déjà, elle recommence avec ses petites attentions étranges, espérant probablement me faire changer d'avis. À quoi joues-tu, Marya?

Le reste de la conversation me laisse un peu perplexe. Au départ, j'ai cru qu'elle aurait réagit à mon histoire de 1 - 0, Marya. Mais non, je me suis encore trompé à son sujet. Finalement, ce n'est peut-être pas un jeu de sa part. Peut-être que c'est beaucoup plus que ça, pour elle. Quelque chose de compliqué, trop compliqué pour les personnes qui viendraient de nous rejoindre. Et je me vois mal comment expliquer le tout à Jackson, lors de notre arrivés au chalet. Elle m'avoue simplement m'avoir menti, à son tour. Finalement, ce jeu, c'était n'importe quoi! Des mensonges et des mensonges, par-dessus des mensonges. Peut-être qu'elle est même allergique à quelque chose et que, pour continuer le petit jeu auquel elle joue en ce moment, elle a décidé de mentir ici aussi. Prenant le temps de bien analyser chacun de ses mots, puisque je n'ai pas l'intention de me ridiculiser à nouveau sur un sujet aussi intense, je fini par la regarder une demi-seconde, espérant y déceler un faux sourire, un commencement de rire, quelque chose qui peut la trahir. En aucun cas, je le vois. - Si je résume ce que tu viens de me dire en un mot, sex-friends? - Je suis un peu dépassé par ses paroles.

   

   


Spoiler:
 


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Lun 18 Avr - 4:42


Chalet in the woods




Tout au long , j'étais restée en extase devant le garçon à coté de moi. Moi , qui voulait découvrir quelque chose de nouveau. Qui avait hâte de se jeter vers l'interdit. Je n'ai même pas écouté ce qu'il avait dit ensuite , je pensais juste à ce que tout le monde vivait en permanence et que moi , je me refusais. Je me refusais l'attachement , la tendresse , l'abandon. Toujours en contrôle , une véritable statue et même quand je faiblis , je fais semblant. Sauf que là , je me suis laissée faiblir volontairement parce que , je voulais prendre le risque. Ça allait à l'encontre de mon armure de fer mais d'y songer , ça me donnait des frissons. Mon armure , elle me rendait invincible, elle me donnait l'avantage sur mon entourage. Parce que eux , se croit aimer , voudrait être aimé et pas moi. Je ne veux rien d'eux , de personne. Juste mon intéret et rien d'autre. Mais lui , ce stupide petit châtain à coté de moi ..... Il a fait un trou dans ma coquille et moi j'étais prête à lui ouvrir la porte. Quand il m'a répondu , j'ai perdu toute étincelle de joie. Je crois que mon coeur à arrêter de battre. Ça ..... ça m'a enlever toute l'envie que j'avais. Blessée n'était pas le mot. J'étais humiliée. Si je n'avais pas été assez claire à la station service , je crois l'avoir été davantage cette fois. Pour moi , il faisait encore semblant de pas comprendre. Je ne bouge pas. Sexfriend ? Friend ? Ami ? Ami ..... Ok s'en est trop. Je n'en pouvais plus. Il allait me rendre complètement cinglée. Si moi je lui avais ouvert ma porte, lui venait de me fermer la sienne au nez.

- Tu peux t'arrêter ? Désolée je sais mais je me sens pas bien je vais .... Je vais être malade je crois

Rien à foutre si il m'écoute ou pas. Je fais semblant d'avoir un réel haut de coeur et j'ouvre la portière comme si j'allais réellement dégueuler. Dès qu'il s'arrête , je bondis hors du véhicule et j'ouvre la porte arrière pour y prendre mon sac de gym. Je contourne la voiture pour aller à coté de sa fenêtre à lui. On ne m'avait jamais humiliée de cette façon. Fort heureusement , il n'y avait personne d'autre , que moi , lui et ma défaite. Je le regarde , le coeur noir. Je voulais retrouver mon coeur de pierre. Celui qui ne m'a jamais fait défaut. Thorens ..... Je voulais le briser. Je ne savais pas comment mais je trouverai. Je voulais me venger de ça. De la curiosité qu'il m'a donné et qu'il vient de m'enlever d'un seul coup. Me venger de cette porte qu'il avait ouverte pour ne laisser qu'un courant d'air. Je savais maintenant qu'à cause de cette histoire , je ne pourrai plus le regarder autrement qu'avec une certaine rancoeur et un profond désir de retrouver cette relation que nous avions il y a peu. Je réponds alors sèchement.

- Non , pas sexfriend. Je vais rentrer chez moi. Fou le camp Thorens.

Et je décide de partir sans lui laisser la chance de se foutre davantage de ma gueule. Je marche en sens inverse et je regarde à l'arrière un moment. Je lui en voulais tellement. Pourquoi il m'en a reparlé après la station service si il n'avait pas l'intention de creuser la chose ? Ouais ... Je crois savoir, c'était peut-être ce qu'il voulait depuis le début. Une amie avec bénéfice. Il m'a certes montré une facette de lui , une facette que j'ai désiré en l'espace de quelques heures mais ce n'était pas dans l'intention de créer un attachement. C'était juste pour m'attirer dans ses filets. Comme moi j'ai essayer de faire avec lui. Il était plus malin que je croyais alors. Plus jamais. Plus jamais je ne vais me laisser avoir de cette façon. Les gens, je vais les aimer de loin. Plus d'histoires de petits copains , plus de curiosités idiotes , plus d'intéret. Je le savais pourtant que l'amour c'était de la merde. Je n'étais pas amoureuse de ce foutu Thorens, autrement je l'aurais cogné comme l'autre mais j'étais curieuse. Je voulais peut-être découvrir ça avec lui. Le seul qui avait réussis à m'en donner envie. Le seul que je voudrais désormais. Pourquoi je n'écoute pas mes propres conseils ?



Spoiler:
 


Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Lun 18 Avr - 13:55


Chalet in the woods

   

   Lorsque Marya m'a demandé de m'arrêter sur le bord du chemin, je le fis sans me faire prier. Pas question qu'elle puisse être malade dans la voiture, ce n'est pas mon intention. De toute évidence, quelque chose cloche. Peut-être ma façon de conduire, puisque les dernières minutes ont été beaucoup plus rapide qu'à mon habitude. Même lorsque j'ai quitté la grande route pour emprunter quelques routes secondaires, voir terreuse, je n'avais pas ralenti. Il était donc normal pour elle de se sentir un peu mal. Elle sortie de la voiture, je la suivis des yeux. Pendant une seconde, je me suis même senti privilégié de l'avoir dans ma vie. Peut importe ce qu'elle souhaite, je me sens bien avec elle. Souriant et le coeur beaucoup plus léger lorsqu'elle est dans les parages. Après, on dira de moi que je n'ai aucun sentiment pour personne et que je préfère faire la guerre aux autres. Chose qui vient de changer en l'espace de quelques heures seulement. Et pourtant, lorsque la porte arrière du véhicule s'ouvre, se referme et que Marya me lâche ses mots aussi sèchement, je n'ai aucune surprise. Comme si au fond, je sais bien ce qu'elle veut faire, puisque mes propres mots n'ont pas été très clairs non plus. C'était une question, une demande un peu idiote, mais je voulais simplement comprendre ses intentions. Lorsque quelqu'un mentionne qu'il n'est pas certain de savoir ce qu'il ressent, mais qu'il désire quelque chose... Comment appeler la chose, dans ce cas? Je vois Marya marcher, revenant sur nos pas. Elle a l'air furieuse, tandis qu'elle regarde la voiture de loin, espérant certainement que je puisse partir. Chose que je ne fis pas tout de suite. Réfléchir, je dois réfléchir et vite. Quoi faire et quoi dire, surtout? Je n'ai jamais été très bon pour les mots, laissant plutôt mon corps parler de lui-même. Et lorsque je l'ai fait, ça n'a jamais très bien fonctionné. Regardez plutôt où je me trouve encore une fois, soit à avoir des ennuis à cause d'une demoiselle. Un dernier regard dans le rétroviseur me fit comprendre que rester là ne sert à rien. Surtout que l'homme de la météo avait raison tout à l'heure à la radio, quelques gouttes de pluie ont commencé à faire leurs apparitions. Laisser Marya là ou rebrousser chemin? Telle est la question.

Redémarrant la voiture, j'ai fait demi-tour, espérant pouvoir faire raisonner Marya une bonne fois pour toute. Encore une fois, nous n'étions pas sur la même longueur d'onde et là, c'est moi le responsable. Je ne peux le nier d'avantage. Un imbécile, voilà ce que j'ai été. Un imbécile, un idiot, une ordure, tout ça à la fois. Marya a cent fois raison pour toutes ces choses et jamais je ne vais changer. Pour une fois, je dois me le rentrer dans la tête. Ce n'est pas en essayant d'être quelqu'un d'autre que ceci va arriver. Tout ça, j'aurais dût le voir bien avant, mais c'est trop tard. Dans tout les cas, je suis pris avec cette facette de ma personnalité et si quelqu'un n'est pas content avec ça, je n'y peux rien. Au diable les Marya de ce monde qui s'amuse à bouder dès qu'elles n'ont pas la réponse désirée. Fini. Avec un F majuscule en plus. J'en ai rien à faire. Mettant le frein à bras, arrêtant directement devant Marya, à quelques centimètres d'elle, j'ai fini par débarquer de la voiture, complètement enragé. La pluie se fait de plus en plus insistante. Nous allions avoir un joli orage dans les minutes qui vont suivre. Comme pour le chalet, je le sais. Si chalet il y a, au fond. J'ignore encore pourquoi j'y pense avec tout ce qui vient d'arriver. Avec les mots tranchant de Marya, avec ma façon d'agir, de lui parler aussi. De la prendre pour une idiote depuis si longtemps. Peut-être ne comprend t-elle rien de ce qui arrive en ce moment et j'ignore même si je suis capable de le comprendre moi-même. Je suis toujours debout près du véhicule, près de Marya également, n'osant rien dire. Comment expliquer quelque chose qui ne s'explique même pas? Comment expliquer à quelqu'un ce qui se passe, lorsque nous ne sommes même pas certain de ce qui se passe réellement en ce moment? Pourquoi la vie est si compliquée, aussi?

J'ignore si Marya a l'intention de fuir, de courir à l'abandon et de disparaitre, mais son départ me désarme. Comme à chaque fois. Lors de chaque fin de journée au cours de danse, c'est la même chose. Elle quitte, sans un mot, sans un regard et moi, je m'autorise alors à la regarder partir pendant quelques secondes. Ça, je l'ai compris depuis un bon moment déjà. Juste que mes mots ont pris le dessus tout à l'heure. Juste ça... Et beaucoup trop de choses aussi. Trop de connerie, trop de jugement à faire à soit, lorsque nous ne sommes même pas capable de se comprendre nous même. Ce n'est pas seulement la vie qui est compliquée, mais tout ce qui tourne autour. Lentement, j'imagine déjà toutes les excuses que je peux lui dire, sachant bien que ça ne servira à rien. Marya n'est pas prête à entendre mes conneries. Comme personne non plus. Trop de fois, j'ai essayé de m'excuser pour mes erreurs passées et ça n'a jamais fonctionné. Pourquoi? Peut-être parce que je ne le veux tout simplement pas. Que je ne suis pas prêt à passer par-dessus les conneries que je fais moi-même. C'est tout et tout simple. Et tandis que je suis entrain d'inventer un paquet d'excuses dans ma tête, des excuses que je ne suis même pas capable de prononcer tellement que ça parait effrayant et remplis de mensonges, je fini par me rapprocher de Marya, ne laissant plus aucune distance entre nous, pour venir coller mes lèvres aux siennes.

   

   


Spoiler:
 


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mar 19 Avr - 0:11


Chalet in the woods




Une voiture rouge derrière moi. Un regard par-dessus mon épaule. Les yeux d'Alexis Thorens dans le rétroviseur. Sans m'en rendre compte , j'ai ralenti un peu le pas. Malgré la colère , malgré l'humiliation, malgré tout , j'ai faiblis. La lionne rugit et me ramène à l'ordre. Ne le regarde plus. Regarde droit devant et rentre chez toi. Ne retourne pas seulement à ta maison mais aussi , redeviens la personne que tu étais. Celle qui aime de loin. Et pourtant , lui , je le voulais de près. La lionne rugit de nouveau. J'obéis et je regarde devant moi , les dents serrées. Toutes les injures s'entremêle dans ma tête. J'ai bien fait de quitter ce voyage , j'étais à deux doigt de devenir complètement folle. Il jouait avec ma tête c'est certain. Un moment oui , l'autre non. On s'amusais bien avant qu'il ne pose cette question idiote. Avant qu'il ne me donne cette idée. Une possibilité. Une goutte d'eau tombe sur ma joue. Je freine. Mes yeux verts pomme observe le ciel gris. Je lève la tête et je sens encore une autre goutte. Puis d'autres et encore d'autre. Il pleut. Génial .... De mieux en mieux cette journée ..... Tandis qu'il mouille de plus en plus, j'entame de défaire ma tresse sur mon épaule car je sais qu'après , mes cheveux vont devenir frisés et horrible si je les laisse mouiller ainsi. Tandis que je secoue ma chevelure blonde , j'entends un bruit de moteur derrière moi. Je regarde vers l'arrière de nouveau. J'ouvre la bouche , exaspérée de le voir revenir. Non , continue ton chemin Thorens. Je cesse de défaire mes cheveux pour serrer mon sac contre moi et marcher d'un pas plus sur. Je le toise du coin de l'oeil. La lionne ne le lâche du regard, grognant de plus belle. J'avais envie de lui crier de me laisser en paix. Que j'en avais marre de son jeu. Il était hors de question que je retourne dans cette bagnole.

Avant que je ne puisse répliquer quoi que ce soit, Alex freine la voiture à coté de moi et en sors violemment. Je fais quelques pas encore avant de ralentir dans une faible courbe jusqu'à m'arrêter. Je le regardais à partir d'un certain angle, toujours aussi méfiante et en colère. La lionne montrait les crocs tandis qu'il était là sans un mot à me regarder. Je ne voulais pas entendre ses bêtises , ni ses conneries , quand bien même qu'il me présente ses excuses. Je ne voulais rien. Il m'a ardemment fais désirer quelque chose qu'il n'avait pas l'intention de me donner. Quelque chose que je n'ai jamais voulu et qui maintenant , hantais mon esprit. Les dents serrés , j'étais prête à répliquer avec violence à tous les mots qui allaient sortir de sa bouche. Je voulais qu'il parte. Qu'il me laisse me débrouiller toute seule. Pourtant il ne disait rien. La pluie frappait de plus en plus. Mes yeux de fauve le toisait dangereusement. Avant que la lionne puisse attaquer , il s'approcha de moi et posa ses lèvres sur les miennes. Toujours prise dans ma colère , j'ai levé mes bras brusquement voulant le repousser mais ils se sont adoucis. Mes mains posées sur son torse étaient prête à le projeter mais elles n'ont rien fait. Devenues toutes douces , elles remontaient jusqu'à ses épaules. Je me recule les yeux fermés et quand je les ouvres , j'aperçois Alexis devant moi. C'est pas vrai. Mon coeur allait exploser à force de vivre autant de haut et de bas. Non , il allait pas se foutre de moi cette fois. Je fronce les sourcils

- Non je te déteste.  Tu te trompe si tu crois m'avoir avec tes ....

Avec tes yeux , tes lèvres , ton entêtement , ta fragilité , ta folie, ton orgeuil ... J'avais marqué une pause , fixant ses lèvres. Je me souviens alors de ce qu'il m'a dit pour les baisers. Ce que ça représente pour lui. Mon coeur s'est mis à battre follement. Nom d'un chien qu'est-ce qui m'arrive ? Décolle-toi Marya. Sauve-toi en courant. Marya ? Marya .... ? Merde.

- Et puis merde

Ma main remonte jusqu'à sa nuque et subitement , je l'attire vers moi pour l'embrasser de nouveau. Mon coeur s'embrasait. Je crois qu'avec Alexis , j'avais franchi le point de non retour. La porte de ma pièce grande ouverte, je venais de lui attraper la main pour l'emmener à l'intérieur histoire de lui faire visiter un peu , voir à quoi ressemblait le coeur de Marya. Alexis miniature visite la pièce , faisant quelques critiques sur la déco mais bon, je crois que l'endroit ne lui déplait pas tant que ça. Tandis que je me recule pour respirer, je me met à murmurer toutes les conneries qui m'étouffais depuis un moment , entre chaque baiser.

- Regarde ce que tu me fais- Mes mains glissent jusqu'à chaque coté de son visage. Je pose un baiser sur le coin de bouche. - T'est qu'un idiot Je l'embrasse deux coups rapides sur les lèvres - Me fais plus jamais ça Et finalement je me recule pour le regarder. Je lève les yeux vers lui et je m'exclame - Ou je devrai te tuer dis-je d'une voix inquiète et quelque peu angoissée de lui avouer finalement qu'au point où j'en étais , il pouvais me blesser. Plus qu'il ne le crois.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mar 19 Avr - 5:22


Chalet in the woods

   

   J'ai jamais aimé me faire appeler Thorens. Une hantise à mes yeux, un véritable cauchemar. Et pour une fois que j'ai pensé que Marya pouvait comprendre, elle avait recommencé. Comment lui faire comprendre les choses dans ce cas? Pourquoi elle n'est pas si simple, cette fille? Le genre de nunuche ringarde qu'on se lasse vite, le genre de fille trop simple pour s'attacher. Le genre de fille qui ne peut pas m'intéresser. Le genre Stacey du cours de danse, par exemple. Une fille bonne à jeter dès le premier soir et qui revient ensuite, espérant se faire pardonner ses fautes qu'elle ne comprend pas. Mais non. Marya tiens bon. Elle est du genre possessive, préférant la violence qu'aux mots doux. Et ça, je l'ai compris depuis un moment déjà. La voyant faire dès que ma voix s'élève, elle se calme, me regarde comme si j'étais la plus belle chose qu'elle n'aie jamais vu. Marya Lambert est une timbrée, une folle, une idiote, mais une jolie fille. Elle est loin d'être la fille ordinaire que j'aurais cru apprendre à connaitre avec le temps. Elle a ce petit je ne sais quoi qui m'a fait comprendre qu'elle pouvait bien s'enflammer pour rien. Et ça, ça me plait. Étrange, tout de même.

Je ne suis peut-être pas le gars le plus gentil de la terre, mais au moins, j'ai rebroussé chemin pour aller la chercher et ça, je crois que ça m'a valu quelques points supplémentaires. Des gens nous avaient vu à la station service, il est donc hors de question qu'elle puisse se faire manger par un ours et ensuite, que j'en sois le responsable. Avec moi, si jamais un ours décidait de la manger, je pouvais au moins cacher le corps ensuite. Et l'enterrer loin, très loin derrière, espérant que personne ne puisse la retrouver. Je pourrais ensuite dire à son frère qu'elle s'était fait la malle et qu'elle avait décidé d'aller hiberner en Alaska. Ou à Tahiti, peut importe. Qu'elle avait décidé de plier bagage et de ne jamais chercher à la rejoindre, JAMAIS. Moi, j'y aurais cru sans problème. Venant de Marya, c'est bien possible. Tout ce peu avec elle, comme lorsqu'elle décide d'arrêter de marcher, lorsque la voiture s'arrête près d'elle. J'ai pensé pendant un moment la voir courir, essayer de s'échapper. Se coucher par terre même et se mettre à taper du pied. Mais rien de tout ça. Rien de tout ça, même lorsque j'ai pris l'initiative de l'embrasser. Au départ, j'ai cru avoir une gifle, une claque derrière la tête, un recul de sa part, quelque chose dans ce genre là. Des cris, des pleurs, des Thorens à plus finir, mais rien. Absolument rien de tout ça. Elle a simplement accentué ce qui se passe entre nous, espérant peut-être qu'ainsi, je pouvais la lâcher. Chose qu'elle fit d'elle-même après quelques secondes. - Non je te déteste. Tu te trompe si tu crois m'avoir avec tes .... Tes quoi? Tes conneries? Tes idioties? Tes délires? Tes quoi? Je souhaite vraiment le lui demander, mais je n'ose pas vraiment le faire. J'ai peur de sa réponse, peur qu'elle avoir mal pris mes avances. Elle qui voulait tellement plus depuis quelques temps, c'est comme si une douche froide vient de me couler dessus, avec ses mots. Elle cherche probablement une manière de me fuir, une manière de s'en aller avec la voiture. Ayant laissé les clés à l'intérieur, j'ai un peu peur de la tournure des évènements en ce moment. - Et puis merde  Avec tes... et puis merde. Wow, d'accord... De mieux en mieux... Je comprend tout, c'est effrayant. Surtout lorsqu'elle décide de m'embrasser à nouveau. Lentement, j'ai fini par poser mes mains dans son dos, espérant prolongé cette étreinte, malgré la pluie dense tout autour.

D'une certaine manière, je me sens un peu mal de jouer à ce jeu avec Marya. Elle l'a dit elle-même, quelques temps auparavant. Nous ne sommes pas compatible, il n'y a aucun moyen que nous puissions nous entendre. Et pourtant, je pense le contraire. Nous sommes trop pareils par moment et ensuite, nous finissons par nous comprendre. C'est peut-être ça le problème aussi, être trop semblable. Trop se comprendre et tout le truc qui vient ensuite. Ou peut-être pas non plus. Lorsqu'elle finit par se séparer, j'ai le droit à quelques injures de sa part, quelque chose que je trouve tout à fait normal, vu la situation des choses. Au moins, elle a oublié le mot ordure, ce que j'apprécie beaucoup. - Être idiot, j'ai rien contre tout compte fait. - Mes paroles sont remplies de sourire. Je n'ai aucune envie de retourner dans la voiture et devoir poser mon regard devant moi, pour continuer notre petit voyage. Voyage au chalet... à la stupide fête qui n'aura pas lieu... à toute cette connerie de Jackson. - Tu savais que la définition de tuer, c'était de mettre à mort? - Ouais, j'essaie de blaguer avec des sous-entendus, espérant pouvoir trouver une solution pour ce qui s'en vient ensuite. Et je commence réellement à avoir la chienne. - Je t'en pris, si jamais tu décides de te fâcher à nouveau contre moi, oublie le Thorens, d'accord? - Je n'ai pas envie de m’étaler à nouveau sur le sujet, mais juste le fait de prononcer mon nom de famille et de penser à Jackson me donne des nausées. Marya finira réellement par me tuer, je le sais. - T'as pas froid? Tu sais, j'ai le chauffage dans la voiture, si tu es toujours prête à y prendre place. - Moi, j'ai froid. Froid à cause de la pluie. Froid puisqu'elle a fini par arrêter de m'embrasser. Froid puisque je pense sans cesse à Jackson et aux problèmes que je vais rencontrer avec lui en cours de route. Avec lui, et avec Marya, je le sais bien.

   

   


Spoiler:
 


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mer 20 Avr - 3:51


Chalet in the woods




La lionne a abandonné. Elle est juste découragée par mon comportement. Par moi et Alexis. L'animal roule des yeux et va se coucher à l'ombre pour ne plus nous voir. Elle n'en peux plus de ce voyage , de toutes les montagnes russes que mon petit coeur a vécu. L'excitation d'une fête , les chamailleries , la tentation, les confidences , la lutte , les jeux , la hantise , la colère et maintenant la romance. Je ne connais personne qui ai autant de vécu en quelques heures. Mon visage près d'Alexis, mes yeux le contourne pour apercevoir la voiture rouge derrière nous. MMmmmm cette voiture doit être maudite ou un truc comme ça. Elle agit comme une espèce de drogue où les gens ne se contrôle plus et ont des réactions étranges. On va mettre ça sur la faute de la voiture.
Il pleuvait et pourtant, je ne sentais rien sur moi. Ni la pluie, ni le froid. Je sentais juste sa peau à lui. Sa respiration près de la mienne. Mon visage près du sien. La lionne baille. Elle me trouve stupide. Pour vous dire franchement, j'aurais vu ça dans un film romantique , j'aurais fermé la télévision pour manger des chips. Et pourtant, je le vivais et j'aimais ça. Qu'est-ce qui m'arrive ?
J'entends des craquements, des meubles bougent. Marya miniature va jeter un coup d'oeil pour voir ce qui se passe dans la petite pièce. Elle est estomaquée en apercevant trois personnes faire des rénovations dans la pièce. Oli , ma mère et Alexis. Ils sont là , à réaménager l'espace. Oli et ma mère installent une ambiance chaleureuse et agréable. Alexis lui ...... Peinture avec ses mains ... Il plante des clous pour ses cadres n'importe comment fissurant les murs à chaque fois. Sa décoration n'a ni queue ni tête. Il saute sur le lit comme un enfant. Met la musique de sa radio hyper forte de quoi faire grincer des dents les deux autres occupants. Il est insupportable. Marya miniature l'observe , bouche-bée et découragée. Elle reviens me voir en panique et me crie dessus : " Fais-le sortir ! Il fou le bordel ! "
Désolée petite Marya, je ne sais pas comment on fais pour sortir les gens de la petite pièce. Je ne l'ai jamais fait. Je n'ai jamais eu à le faire. Va falloir l'endurer le temps que je trouve un moyen. Et rester comme ça , près de lui n'était certes pas le meilleur moyen que j'ai trouvé. Petite Marya, tu devrais demander à la lionne. Au fait, où est-elle ? Lionne ? Lionne .... ? J'ai besoin d'aide je crois. Mange-le ou montre tes crocs. Fais-lui peur si tu peux. Reviens lionne ......
Je le couvrais de baiser l'espace de quelques secondes et entre quelques commentaires il me répondait aussi. Être idiot, j'ai rien contre tout compte fait. Je me mords la lèvre inférieur attendrie. J'essaie de compter le nombre de fois que je l'ai traité d'idiot au cours de ce voyage. Ce n'était pas tout à fait faux dans un sens. Nous sommes deux idiots. Deux idiots qui ne savent pas ce qu'ils veulent. À un moment, je suis arrivée pour lui donner un second baiser et il m'a sortit ça : Tu savais que la définition de tuer, c'était de mettre à mort? Je lâche un rire , mon visage collé contre le sien. Il me rappelle finalement que je l'avais appelé Thorens. Je me pince les lèvres. Je n'ai rien répondu à ça parce que je le savais déjà. J'avais fait exprès tout à l'heure. C'était une attaque. Je voulais le blesser, le rabaisser tellement j'étais en colère. Je ne lui ai pas dit car il aurait compris alors comment je peux être cruelle quand on me met en rogne. Tout les moyens sont bon pour blesser. Ce que je fais le mieux. Je ne lui dit pas , je ne veux pas qu'il ai peur de moi.
Nous avons mis un peu de distance entre nous et il me fait remarquer qu'il fait froid. Maintenant qu'il le dis , j'ai froid moi aussi. Je lève les yeux de nouveau vers la pluie qui nous tombe dessus depuis tout à l'heure. Je pose mes mains sur mes bras et je les frotte doucement. Je lui fais signe de retourner à la voiture. Pourtant je ne vais pas sur le siège avant. Je vais directement vers la portière arrière. J'y lance mon sac avant de suivre. Je fouille dedans pour trouver des vêtements à mettre. Je ne vais pas garder mes vêtements mouillés alors que j'en ai d'autre dans mon sac. Je sors une serviette et je vais l'étendre sur les deux sièges avant juste pour cacher la vue à mon compagnon de voyage. Non , je ne suis pas pudique. J'aurais été capable de me mettre nue là tout de suite, devant lui. Mais je ne le fais pas. Pourquoi ? Parce qu'il ne le méritais pas d'une certaine façon.
Ce baiser là pesait lourd dans mon esprit parce que je ne savais pas ce qu'il voulait dire pour lui. Moi je sais ce que j'attends d'Alexis Thorens. J'aurais pu lui demander c'est vrai mais suite à ce voyage en montagne russe, je n'était pas prête à lancer l'appel. Vous avez bien vu ce que ça donne nos dialogues ? Je ne voulais pas qu'on recommence à se faire la guerre de nouveau. Laisser flou était préférable je crois. J'attendrai peut-être rendue à cette fête. Comme ça , si je subis une quelconque déception, je pourrai toujours revenir avec quelqu'un d'autre. Donc, je fouillais toujours dans mon grand sac de gym dans l'espoir de trouver un pull confortable. La déception fut grande quand je réalisai que j'avais emmené des morceaux de vêtements avec le moins de tissus possible compte tenu que j'allais à une fête détruire un couple. Merde ..... Bon ok. Au moins j'avais une petite veste. Je sors donc une robe blanche simple et mignonne. Une robe mignonne pour briser un couple ??? Mais oui , cette robe, j'avais l'intention d'aller dans le lac avec. Du tissus blanc, quand on le mouille ..... J'avais pensé à tout. Une chance que je suis toute seule dans ma tête , certaines personnes m'aurait trouvée cinglée (...)  Je commence donc à me changer. Je m'adresse à mon compagnon de voyage

- T'avise pas de regarder. Contente toi de mettre le chauffage.




Spoiler:
 


Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mer 20 Avr - 5:04


Chalet in the woods

   

   Mon geste a été complètement idiot envers Marya et je ne m'en rends compte que maintenant. Quelque chose qui voulait tout dire de mon côté, quelque chose sans importance du sien. À voir son agissement, je me rends compte de mon erreur. Ça m'a pris des années avant de comprendre ce qui n'allait pas de ce côté, jusqu'à ce que je comprenne ce petit détail. Le détail des baisers, le détail qui insinue que cette personne est importante. Étant enfant, je n'ai jamais ressenti un once d'amour, de tendresse ou de n'importe quoi s'y approchant de Jackson ou de Margaux. Ceci a fini par créer ce que je suis devenu. Une personne indifférente aux sentiments des autres, un être qui espère se faire oublier lorsqu'il a pris son pied. La première fille que j'ai embrassé, date d'il y a sept ans. Près de huit. Je suis a Vaud, en Suisse, à ma ville natale. Je suis chez mon meilleur ami, en compagnie de la fille de mes rêves. Cette journée là restera gravée dans ma mémoire, c'est à ce moment là que j'ai eu le coeur brisé, me promettant de ne jamais plus retomber amoureux. De ne plus jamais faire confiance au sexe opposée. D'arrêter d'espérer quelque chose et d'attendre une fin heureuse. De continuer mon chemin et de faire semblant que tout va bien, même si c'est le contraire qui puisse arriver. Dans cette maison, souvent j'y suis retourné. Pour aller jouer à la console avec Matteo, mais également pour y retrouver quelqu'un d'autre. Fille de mes rêves non incluse. Ce moment là, j'espère l'oublier à jamais. Des choses qui se passent, des choses qu'on espère oublier et laisser dans un coin de notre tête. Un moment où on perd la carte, où on espère seulement être aimé quelques minutes.

Tandis que Marya contourne la voiture, prête à y reprendre place, je m'autorise quelques secondes de réflexion. Les choses ne se déroulent pas exactement comme prévue, tout va trop vite en ce moment. Je ne peux imaginer ce qui peut se passer dans sa tête, tellement c'est le bordel dans la mienne. Tout se mélange, tout est envoyé baladé dans un coin. Et je commence à avoir un mal de crâne atroce avec toute cette histoire. Des cris, des soupirs, des malentendus, des problèmes à ne plus finir, des projets d'avenir qui n'arrivera jamais. Une famille, que je n'aurai jamais. Lentement, mon regard se dirige vers Marya, qui est entrain de prendre certains de ses effets de son sac, espérant probablement trouver du linge propre. Marya qui croit aller à une fête. Marya qui ne doit certainement plus rien y comprendre. Tout comme moi. Je me sens complètement perdu en ce moment, ne sachant pas où donner de la tête. Embrasser Marya a été une sorte de soulagement, un souhait enfin exaucé, mais tellement de mots ne me viennent pas. J'ai des tonnes de questions à lui demander et aucune réponse à lui offrir. Uniquement un banal sourire, espérant pouvoir réussir à cacher mes remords du moment.

Reprenant place derrière le volant, attachant ma ceinture de sécurité, je fini par me retourner vers Marya, lorsqu'elle décide de m'accorder quelques secondes pour me prévenir. Reprenant ma place initial, soit mon regard vers l'avant, j'ai fini par pousser un petit soupir, sans toute fois ouvrir la bouche pour discuter. Garder le silence sera le mieux. Ne pas commencer à jacasser et à discuter de la pluie, par exemple. Ou d'autre chose, comme j'ai trop souvent essayé dans le passé avec quelqu'un d'autre. Voilà comment tout se termine, je suis maintenant ici, avec une autre. Alors, à quoi bon continuer de penser que les choses peuvent s'arranger? Sachant que Marya aura probablement terminé dans les secondes à venir, j'essaie de revenir un peu moi-même, soit le gars sûr de lui et complètement autoritaire. Si elle savait comment je me sens ridicule en ce moment, comment ce qui vient de se passer entre nous me rappel des souvenirs pas très glorieux. Vaud, la maison des Shreiber, tout ça. Le passé peut faire surface n'importe quand, c'est à nous d'y faire face et d'essayer de le cacher. Chose qui est de plus en plus difficile pour moi de faire. Même Matteo a commencé à m'en parler, voyant que visiblement, quelque chose ne tournait pas rond avec moi. Comme présentement. Même avec la pluie qui tombe sans cesse et avec ce déluge à l'extérieur, je finis par ouvrir la fenêtre, voulant prendre un peu d'air. La pluie peut bien entrer dans la voiture, ce n'est pas ceci qui me dérange le plus. Ce n'est que de l'eau, ça finira par sécher. Si ce n'est pas le cas, rien ne m'empêchera de trouver une autre solution. Gardant toujours le silence de mon côté, la voiture démarra. D'une certaine manière, aller voir Jackson pourra me changer les idées. Marya sera en colère, les choses se replacera. L'embrasser n'a pas été la meilleure solution que j'ai pu trouver pour la faire monter à bord de la voiture. Surtout avec ce qui se passe en ce moment. Depuis le départ, avec Marya, ce n'est qu'un jeu. Un cruel jeu de séduction, quelque chose qui m'empêchera même de dormir, puisque j'y prend plaisir. Mais plus maintenant. Dès que j'ai eu conscience de mon geste, tout m'a parût beaucoup plus clair. Ma stupide question, mes gestes plus doux envers elle. L'ancien Alexis essaie de revenir. Celui de 16 ans. Le même qui a perdu le sens du mot aimer, il y a des années. Et passer du temps avec Marya pourra m'aider à le ramener. Je le sens. D'une certaine manière, ma psychologue avait raison. Laisser entrer quelqu'un d'autre dans ma vie, laisser entrer celle qui hante mes nuits depuis des mois, arrivera à me sauver d'une grave dépression. C'est maintenant fait. Reste uniquement à savoir si cette même personne est prête à comprendre ce qui se passe réellement dans ma tête, si elle est assez forte pour endurer le calvaire que j'ai supporté jusqu'ici. Ça, je l'ignore... Et j'en doute fort.

   

   


Spoiler:
 


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mer 20 Avr - 5:56


Chalet in the woods




Je me changeais tranquillement et étrangement, j'ai eu la sainte paix. Quand je termine enfin de me changer , je pose une main sur la serviette pour l'enlever des sièges. J'empoigne ma veste et je sors du véhicule pour désormais aller prendre place au siège avant. Désormais assise à coté d'Alexis, je prend la serviette et je la frotte avec mes deux mains contre quelques mèches de cheveux. Je l'observe perplexe, curieuse. Son air m'inquiète. Il ne dis rien. Je sais qu'il pense à ce qui vient de se produire et je sais aussi que c'est important pour lui , ce genre de geste. Il me l'a dit. J'aurais eu envie de lui dire ce que j'attends de lui : découvrir l'attachement et la vie de couple. Et pourtant je ne le fais pas. Non , je ne le fais pas. J'ai essayé tout à l'heure, trop essayé et j'ai frappé un mur. Je préférais laisser les choses ainsi. Les laisser se faire toute seule. Lentement , j'arrête mon geste et j'observe la serviette entre mes mains. Je regarde de nouveau mon compagnon et je réalise que lui , il a encore ses vêtements mouillés. Je penche vers lui et d'une main , je passe un petit bout du tissus contre son visage délicatement comme pour le sécher un peu. Je le regarde attentive et patiente.

- Tu ne te change pas ?

Je m'arrête. Je pose une main sur sa joue et je le dirige vers moi pour qu'il me regarde

- Hé

Je prends le temps de le regarder. Je lui souris faiblement. Je caresse sa joue du revers de mon pouce. Je voulais qu'il sache que ça voulait dire quelque chose pour moi aussi. Ma seule crainte que je fais ça , quand je lui avoue quelque chose , c'est de frapper un mur. Comme tout à l'heure. Ça ne me dérange pas de lui dire la vérité , mais je ne veux pas qu'il se foute de moi non plus.

- Te tracasse pas pour ça. On est pas obligé de mettre un nom là-dessus.

Répondis-je , devinant qu'il pensait à tout à l'heure. Je ne voulais pas qu'il croit que je le détestais. Ce n'était pas le cas. J'espérais qu'il n'interprète pas mal mes mots.  Que je nomme cette scène de "ça" pouvait donner l'impression que ce n'est pas important et pourtant , c'était tout le contraire. Il ne fallait pas non plus qu'il pense que j'ai un manque de volonté quant à définir notre relation du moment. Je voulais juste ... Lui donner un peu de liberté. Je voulais que ça vienne de lui parce que moi , je ne supporterai pas le refus. Je crois qu'au prochain refus, je ne me contenterai pas de sortir de sa bagnole, je la massacre aussi au passage. Ce voyage a trop jouer sur mes neurones. D'autant plus que , même si je n'en avais pas l'air, j'étais aussi mélangée que lui. Il y avait cette peur qui me rongeais l'estomac. La peur qu'on aboutisse jamais à rien avec nos caractères. Je le lâche et je ramène mes mains vers moi. Je les poses sur mes genoux , la serviette suis. Je baisse les yeux.

- On peux en parler si tu veux

Oui bon, moi je sais qu'on aboutis jamais à rien quand on parle trop. On finis par dire des choses qu'on ne pense pas. Des conneries juste pour éloigner l'autre même si tout ce qu'on veut , c'est l'avoir près de nous. Je me risque à jeter un coup d'oeil vers lui. Je ne sais pas ce qui se passe dans sa tête. Pourquoi il me veut une seconde et l'autre il me repousse. Je ne suis pas facile je sais mais .... Ce jeu-là , il commence à nous faire du mal peu à peu. Je ne sais pas jusqu'à quel point on saura accepter la défaite quand elle arrivera.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mer 20 Avr - 6:45


Chalet in the woods

   

   Silence de mon côté, j'ai la tête qui va probablement exploser dans les minutes qui suivront. Trop de choses se passent en ce moment même, trop de choses pour mettre le doigt sur un mot. Tout s'embrouille en quelques secondes, lorsque la portière arrière claque et que Marya reprend place à mes côtés. Déjà arrivée, déjà elle ouvre la bouche pour parler et surtout, faire glisser ses doigts sur ma peau. Pendant une petite seconde, j'ai frissonné. À cause du froid, si jamais elle me le demandait, rien de plus. - Te tracasse pas pour ça. On est pas obligé de mettre un nom là-dessus.  Se tracasser pour quoi? Pour le baiser de tout à l'heure? - C'est pas ça, c'est... c'est rien du tout. - Comment lui expliquer que certaines choses ne sont pas bonnes à entendre et surtout, dites ici, de cette manière? Personne n'a le moindre doute de ce qui s'est réellement passé, dans un passé pas si loin que ça et même moi, lorsque j'y repenser, je n'y crois pas vraiment. Tandis que Marya reprend place, dirigeant son corps vers l'avant, je me force à sourire, à lui faire comprendre que tout va bien. De toute manière, tout va bien, rien ne cloche. - On peux en parler si tu veux  - Parler de quoi, au juste? De ce qui s'est passé tout à l'heure? - Je joue peut-être à l'innocent, car je sais qu'elle a elle-même envie d'en discuter. - Tout vas bien, je te le promet. - Si elle ne le voulait pas, pourquoi en parler et me le proposer, sachant comment elle est habituellement. Depuis cet épisode, elle est plus calme, plus tranquille aussi. Elle prend le temps de peser ses mots, jouant un peu avec la serviette. Serviette qui, au passage, je prend entre mes mains. Tout doucement, je fais le même geste qu'elle tout à l'heure, soit de passer un petit morceau de cet objet sur sa joue, avant de l'écraser dans ses cheveux et de détruire le restant de sa coiffure. Avec la pluie, il ne restait presque plus rien, mais maintenant, c'est vraiment nul. - Je pense uniquement à ce weekend, me demandant seulement la raison de ton acceptation, pour venir avec moi. Si tu avais l'intention de te taper n'importe qui là-bas, tu ne serais pas remontée dans la voiture. Exact? - J'essaie de changer de sujet, espérant qu'elle puisse y embarquer aussi. Pas que j'ai peur de parler de l'autre, loin de là. Je veux uniquement me laisser une chance de paraitre un peu mieux, plus à mon aise, si jamais elle décide de revenir sur ce sujet avec moi. De toute manière, il y aura référence, je le sais. La seule chose que j'ai en tête en ce moment, est ce fameux sandwich que j'ai acheté tout à l'heure, qui doit trainer à quelque part dans la voiture. Une chance que Marya n'y est pas goûté. Un baiser à la sandwich aux oeufs n'auraient certainement pas été très fameux, surtout pour un premier depuis des années de mon côté.

Lentement, j'ai fini par fouiller dans l'une de mes poches de pantalon, y extirpant un trousseau de clés. - Je crois que ceci t'appartient. - Tout en lui tendant ce dernier, j'ai un sourire bien visible aux lèvres. Le trousseau est celui de l'imbécile de la station service, le nouvel ami de Marya. Cet imbécile qui a cru bon de toucher ma... ma... ma Marya, tiens. Comme ça, je serai ravie de le mentionner comme ça. Pas de problème, puisqu'il n'y a aucun mot, aucun mauvais jeu de mot non plus. J'aurais bien dit autre chose, mais à passé n'importe quoi, on fini toujours par se blesser un peu. Et ce n'est que maintenant que j'ai conscience que Marya a raison, qu'il fait vraiment froid lorsqu'on est trempé. Tout en enlevant mon t-shirt, je fini par regarder vers le siège arrière, espérant trouver quelque chose m'y appartenant, ne voulant pas faire le tour et devoir sortir de la voiture, vu la pluie qui s'y trouve. Sinon, à quoi bon se changer, si on finit encore plus mouillé qu'avant? Comme je constate pour Marya qui, même si elle a revêtu une très jolie robe, se trouve encore mouillée. - Au passage, le blanc transparent te vas à ravir. -

   

   


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mer 20 Avr - 7:32


Chalet in the woods




Il résiste, il se ferme un peu. Il a fallu que j'insiste et que je lui dise qu'on pouvais discuter s'il en avais envie. Moi .... Moi j'en avais peut-être envie mais bon, je le laisse décider lui. J'espère qu'il en profitera pour me dire ce qu'il pense de la situation. Parler de quoi, au juste? De ce qui s'est passé tout à l'heure? pendant quelques secondes, la lionne a grogné de le voir faire comme s'il n'avait pas compris. Marya miniature est perchée sur mon épaule, déguisée en petite ballerine rose. Elle me claque derrière la tête en ricanant " Ah ! Je t'avais dis de ne pas utiliser des mots avec lui ! Ça ne mène à rien et tu le sais petite imbécile ! " et pourtant, je ne la croyais pas. Je continuais de regarder Alex , comme si je lui donnais une chance de me parler un peu. Il m'assure alors que tout va bien , comme pour éviter le sujet. Ma main glisse et se dégage lentement de sa joue. Je me recule un peu , déçue. Cette réponse était tout à fait correcte certes, le seul problème c'est qu'elle ne s'agençait pas avec son air. Cet air tracassé qu'il prenait parfois. Le même air qu'il a pris quand il s'est confié lors de notre trajet. Je pense uniquement à ce weekend, me demandant seulement la raison de ton acceptation, pour venir avec moi. Si tu avais l'intention de te taper n'importe qui là-bas, tu ne serais pas remontée dans la voiture. Exact? Je baisse la tête honteuse. Je comprenais maintenant pourquoi il avait joué avec moi tout ce temps-là. Il me prend pour une nymphomane folle. Il n'as pas tord. En partie. Ça explique maintenant pourquoi il avait fait l'innocent quand je lui ai proposé de sortir avec moi. La vérité , il ne la connaissais pas. J'ai l'air de bien des choses mais qui je suis vraiment, est-ce qu'il le sais ? Je ne couche pas à droite et à gauche comme il doit le penser. Je sais que je provoque et que je joue beaucoup , mais c'est du théâtre tout ça. Je ne passe pas à l'acte aussi souvent qu'il se l'imagine. Ça m'est arrivé trois fois. C'est juste ... Que deux sur trois était minable alors j'ai comme un petit empressement pour remédier à la situation.   Mon dieu .... Je ne voulais pas lui expliquer, il rirait de moi. Je regarde ailleurs , gênée. Je soupire avant de m'exclamer.

- Je ne me serais pas taper n'importe qui. Peut-être personne si ce n'est pas nécessaire. J'avais l'intention de revenir avec quelqu'un d'autre oui parce que ... Parce que tu m'as fait sentir idiote tout à l'heure. Ta question , celle où tu m'a demandé de sortir avec toi, j'y ai cru. L'idée a germée dans ma tête et puis à un moment , je l'ai voulu et ... Bon , on sais comment ça s'est terminé.

J'espérais qu'il comprenne cette fois , qu'il ne fasse pas semblant d'éviter le sujet. Il pouvait m'ignorer si il voulait mais juste .... Pas de questions idiotes, pas de détournement, pas d'air innocent. Sinon ..... Sinon je le bute je crois bien. J'étais honteuse parce que oui , avec le comportement que j'avais , il était normal qu'il pense cela de moi. Je le vois bouger un peu, je l'observe curieuse. Il sort quelque chose de la poche de son jeans. Quelle ne fut pas ma surprise quand je vois le trousseau de clé de l'autre idiot. J'ouvre la bouche , laissant apparaitre un grand sourire amusé. Nooonnn ! Mon estime augmente pour lui. Souriant de manière simple, j'attrape lentement les clés n'en revenant juste pas. Je me penche un peu vers lui et je balance les clés par sa fenêtre qui était ouverte. Je lui offre une tape amicale sur son épaule.

- J'étais sûre que tu lui avait redonné. Pourquoi t'as fait ça ? Wow , le type doit être encore là-bas en train de les chercher

Je pose une main devant ma bouche pour masquer mon rire. Je le regarde , heureuse qu'il soit un peu comme moi au fond. Qu'il ait du cran. Ce type, il ne méritait pas qu'on lui rende ses clés. J'étais certaine qu'Alexis les lui avait redonné comme un garçon respectable mais vous savez quoi ? Aujourd'hui , il était mon héro. Juste pour ça , je l'aurais embrassé. À cette pensée , je regarde vers l'avant pour penser à autre chose. Il ne fallait pas abuser du châtain. Je sais ce que ça représente pour lui. Je reste comme ça pendant un moment en silence et puis quand je me décide à tourner la tête vers lui , je m'aperçois qu'il a enlevé son chandail. Merci pour l'aide Alex. Je fais de grands yeux surprise. Il me complimente pour ma robe, je ne l'entends même pas. Et pourtant, ça m'aurais apporté une petite satisfaction puisque c'était l'effet souhaité. Je me contente de le regarder , les lèvres pincées. Non mais merde , il peut pas aller se changer à l'arrière ? Je l'ai fais moi. Je ne suis pas la trainée que j'ai envie d'avoir l'air mais lui , je le veux depuis quelques heures déjà. Quand il s'étire en tendant la main vers l'arrière , je me penche finalement pour la lui attraper. Ma main qui tient la sienne , je l'apporte jusqu'à mon visage à moi. Je glisse sa paume sur ma joue, le dévorant des yeux avec un léger sourire. Sans même lui demander son avis , je me penche vers lui pour l'embrasser et peu à peu , je me rapproche jusqu'à m'asseoir sur lui. Rendue là je me suis arrêtée pour le regarder , patiente. J'essayais de voir dans ses yeux si il me donnait la permission d'abuser un peu de sa personne.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mer 20 Avr - 15:27


Chalet in the woods

   

   (...) Peut-être personne si ce n'est pas nécessaire. (...)  Ce n'est pas réellement ce que j'avais espoir d'entendre de sa part. Un simple non aurait suffit, pas la peine de déblatérer sur le fait que je l'avais blessé et surtout, pour une raison aussi ridicule. Puisqu'elle et moi, nous le savons, c'est ridicule. Comme si elle et moi, nous pouvions réellement réussir quelque chose. Oh oui, on le réussit bien. Se chamailler, ce taper sur le système, devenir complètement hystérique, crier, critiquer. Ce genre de chose, on a toujours pu y arriver. Et le reste, on verra avec le temps. Les choses peuvent changer en un temps record, nous en sommes la preuve. La fin de ses mots résonnent tranquillement dans ma tête. Depuis qu'elle a franchis cette voiture, tout est clair. Tous ses mots, ses gestes, ses sourires aussi. Je joue l'innocent, espérant qu'elle puisse prendre ses jambes à son cou et décider de partir beaucoup plus loin. Sauver sa peau, sauver sa vie avant de tomber entre mes pattes. Je joue au niais depuis des heures, ne voulant pas qu'elle s'approche et pourtant, c'est le contraire qui est arrivé. J'ai créé un monstre. (...) Bon , on sais comment ça s'est terminé.  Oui, nous le savons très bien. Pas la peine de discuter, les mots ne servent à rien entre nous. De toute manière, je n'ai jamais été capable de parler à une fille, préférant me refermer au lieu de m'exprimer. Avant aujourd'hui, je n'ai jamais eu de problème avec mon agissement et c'est ce qui me tracasse en ce moment. Les choses ont changé, Marya est maitre d'elle et de ma personne en même temps.

- J'étais sûre que tu lui avait redonné. Pourquoi t'as fait ça ? Wow , le type doit être encore là-bas en train de les chercher - Prend ça comme un cadeau. - Elle sourit, j'en fais de même. Ce type, je l'ai détesté qu'il est arrivé dans mon champs de vision et pas uniquement à cause de ce qu'il a fait à Marya. Pour ce qu'elle lui a fait aussi, en même temps. S'approcher de lui, le laissant croire certaines choses. Peut-être qu'elle ne peut le savoir, mais ceci a créé une sorte de boule de jalousie en moi. Une chose incroyable qui me gruge l'intérieur depuis un temps record. Si Marya aurait voulu se battre, à cause de l'histoire de la serviette et de ses cheveux en bataille, je lui aurais pas dit non. Ceci aurait certainement atténué ce que j'ai en moi en ce moment même. Soit une rage de vengeance immense et un sentiment d'abandon. Un drôle de mélange, quelque chose d'innexplicable. C'est toujours comme ça avec elle, je ne suis pas capable de mettre le doigt sur le sentiment qui m'habite. Marya jete les clés par la vitre restée ouverte, j'ai toujours le sourire aux lèvres, heureux de lui faire plaisir. Si ceci aurait pu la ramener à moi plus rapidement, je les lui aurait donné dès le départ de la station service, uniquement pour ne pas détruire ce qui commençait à avoir lieu entre elle et moi. Enfin, si quelque chose commençait à se créer, bien entendu. Cette impression me hante depuis quelques minutes déjà, depuis qu'elle a posé ses yeux verts sur moi, tandis que j'essaie de faire comme elle, soit de me réchauffer. Jamais je n'aurais pensé que la pluie aurait pu être aussi froide dans ce coin de pays. La dernière fois que j'ai été au chalet de Jackson, j'avais 3 ou 4 ans, pas plus. Ma mémoire est un peu mêlée à cet âge, ne réalisant pas la chance que j'avais de ne pas avoir autant de problème sur la conscience. Tandis que je prend mon temps pour chercher quelque chose pour me vêtir un peu plus chaudement, je sens les doigts de Marya se refermer sur ma main, entrainant ainsi le chandail que je viens de trouver. Elle joue à quoi maintenant? Si elle décide de m'aider à m'habiller, je la tue. Juste pour lui montrer les bonnes manières, tiens!

Elle décida de passer la paume de ma main sur sa joue, espérant certainement pouvoir me faire ressentir la même sensation que j'ai eu, quelques minutes auparavant, lorsqu'elle avait essayé de m'embrasser, dans cette voiture. Bien avant les disputes et les problèmes de taille. Bien avant trop de chose aussi. Et tandis qu'elle prend possession de mes lèvres, pour ma part, je deviens beaucoup plus insistant dans mes gestes. Allant jusqu'à perdre mes doigts dans ses cheveux emmêlés, la voulant beaucoup plus proche de seconde en seconde, l'écrasant au passage sur moi. Je crois que d'une certaine manière, elle a fini par comprendre le message, vu sa manière d'agir. Ne prenant même pas le temps de replacer sa robe, elle entreprit de venir s’asseoir sur moi, nous laissant un peu de temps, placé ainsi, pour reprendre notre respiration. Chose de courte durée, puisque déjà, j’entreprends de me recoller à elle, espérant laisser le moins de place libre entre nous. J'ai un peu de difficulté à comprendre la raison de ce changement de la part de Marya. Elle qui, quelques mois auparavant ne voulait même pas me parler, de la voir ainsi, placée de cette manière, c'est comme impossible. Les choses changent, mais est-ce toujours pour le mieux.

   

   


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mer 20 Avr - 20:51


Chalet in the woods




Toute tendre , toute attentive , j'épongeais patiemment le visage d'Alexis. Je fus plutôt surprise quand il me retira la serviette des mains pour faire pareil de mon coté. J'ai eu un petit sourire idiot, le regardant attendrie par son attention. Décidément , c'était trop beau pour être vrai, il m'ébouriffe les cheveux avec la serviette.

- Rrrrr noooonnn - grommelais-je  entre mes dents.

Je lui enlève la serviette des mains et je la met en boule avant de lui lancer dessus. J'avais beau avoir l'air fâchée, mon sourire me trahissait. J'observe mes cheveux rapidement. Arrghh ! Ils sont foutus ! Ils vont sécher en mode frisés dégueu. Je m'empresse de passer mes mains entre quelques mèches comme pour les peigner. Je veux pas avoir l'air de je sais pas quoi , je vais quand même à une fête. Le mouvement de mes mains ralenti tandis que je regarde devant moi. C'est à ce moment-là que j'ai pris conscience de tout. Comme si j'étais descendue de mon petit nuage et que je réalisais que le Alex à coté de moi était réel. C'est vrai la fête ..... Mon regard se tourne lentement vers le sien. Me questionnant moi-même tandis que je le détaille. C'était comme si je cherchais mes mots tandis que je l'observais discrètement , peignant toujours mes cheveux. "Est-ce qu'on va à cette fête ensemble ? Comme des ... non pas des amis mais .... Merde .... Il doit bien exister un mot bien moins effrayant que couple non ? Non ... ? Est-ce que ... Est-ce qu'on va se reparler à l'école ?" La petite ballerine rose sur mon épaule essaie de prendre une voix masculine tandis qu'elle replace sa couronne de princesse " Oh ! Mais bien sûr Marya ! On s'est toujours parlé tu sais ! On se lance des bêtises , des injures , tout ça ! " Je me vois bouger mon épaule juste pour déstabiliser Marya miniature qui fait sa maline. Non ... Pas parler comme ça. Parler comme ... Comme maintenant ? Je pousse un soupire comme ennuyée par mes propres pensées. Voyant que je ne lui répondais pas , la ballerine s'esclaffe de rire. " Oooouuuuhhh ! Marya nan nan ! Marrryyyaaa a un petit truc , petit truc. Oooouuhhh la la " Tandis que je subissait les représailles de princesse Marya , la lionne surgit et referme ses mâchoires sur elle pour la faire taire. Je ne me serais pas attendu ça de la lionne, elle qui ne prend jamais ma défense et encore moins pour ces choses là.

Ce cadeau-là , il était bien beau. Ce n'était pas les clés d'un gars qu'il m'avait donné. Ce n'était pas tout l'immobilier d'une personne que j'avais balancé par la fenêtre. Ce trousseau de clé , c'était l'approbation d'Alexis pour le genre de personne que je suis. Il a bien vu que Marya la Douce n'est qu'un costume. Quoi que lui .... Il doit s'en douter depuis un moment. Marya la Douce est très patiente et tendre avec son entourage sauf qu'avec lui , tenir le personnage est parfois bien difficile. Je me suis souvent échappée en sa présence , lui sortant une injure ou en lui criant dessus. Beaucoup d'agressivité pour le jeune Thorens. C'était toujours l'accueil que je lui réservais et lui , il en faisait autant. Chien et chat qui montre les dents mais qui s'observe curieusement de loin. C'était un peu ça qu'on était à l'école. Pourquoi ça avait piqué ma curiosité de croire qu'il avait une petite amie ? Pourquoi avais-je eu cette détermination soudaine pour briser son couple ? Parce qu'il ne le méritais pas ? C'est ce que j'ai essayé de me faire croire. La lionne s'approche doucement et s'étend à mes pieds pour lécher ses pattes. Elle lève ses yeux jaunes vers moi et je comprend alors ce qu'elle voulait me dire. Alexis Thorens me ressemblait , c'est pour ça. Je voulais voir si les gens comme nous peuvent avoir une fin heureuse. Vous savez, les idiots qui montre toujours les dents : Les chiens, les chats, les lionnes et les stupides ballerines. Je voulais savoir si lui aussi , il avait une petite pièce déjà bien remplie ... Ou bien trop vide. Je souriais sincèrement. Après qu'il m'ait donné les clés. Ce passage-là , c'est ça qui m'a chamboulée pour de bon. Alexis avait réussis à se frayer un chemin vers la petite pièce mais il y était installé n'importe comment. La ballerine se libère de la lionne et va y faire un tour. Elle y trouve Alexis miniature qui tourne en rond. Alexis déguisé en vulgaire super héro , capable de rayer des voitures et voler des clés. Il ne sait pas ce qu'il fait là, comme s'il n'avait pas sa place.  La ballerine s'arrête devant lui , quand il lève la tête vers elle, celle-ci lui fais signe de se tasser pour commencer à aménager son coin histoire qu'il s'y sente bien. Pour lui donner envie de rester dans la pièce. Pour qu'il comprenne qu'il y a sa place.

J'ai vu son air quand je lui ai pris sa main. Il était déjà prêt à me sortir des conneries. Je sais pas quoi mais ça se voyait qu'il n'était pas tout à fait d'accord. Reste tranquille , c'est rien de méchant. Il pensais peut-être que je voulais lui voler son chandail. Mais non. Il s'est adouci quand j'ai mis sa main sur ma joue. Je sais que je l'ai fait souvent pour lui , poser mes mains sur son visage mais lui , ne l'a pas fait pour moi et j'avais envie de sentir ça aussi. Un peu de douceur. Moi qui aime être seule. La lionne convaincue qu'elle n'a pas besoin qu'on l'aime. Peut-être qu'elle se trompe. Ce n'est qu'une lionne après-tout. Et moi , derrière mes airs de dure à cuire je savais que je n'étais qu'un être humain. Une petite blonde qui aimerais bien voir comme ça , juste une fois, comment c'est d'être niais.
Je l'ai embrassé tout doucement , convaincue qu'il allait me stopper. Pourtant , il a suivit , me voulant un peu plus. Me voulant. Peut-être pour un moment, peut-être plus. Il me voulait peut-être pour une raison différente de la mienne. Ça m'est égal. Ça m'est égal s'il s'imagine que je suis quelqu'un d'autre. Ça m'est égal s'il essaie de me repousser ensuite. Je sais que je compte un peu pour lui. Je le sais c'est tout. Il n'entend peut-être pas encore cogner dans sa petite pièce mais ça viendra. Je trouverai le chemin. Je trouverai et je cognerai aussi longtemps qu'il faudra. Je camperai devant la porte tous les jours, toutes les nuits. S'il déménage , je retrouverai le chemin vers sa petite pièce et un jour, il ouvrira la porte.

Tandis qu'il me serrait tout contre lui , je me laissais faire sans chigner. Même s'il a accroché un noeud dans ma cheveux , je n'ai rien dit. Pas même une plainte. J'étais contente qu'il me laisse être près de lui comme ça, qu'il ne m'ai pas freiné. J'étais surtout contente qu'il ose finalement faire ce qu'il voulait de moi. Je sais qu'il pensait surement à toutes sortes de choses sur moi. Je sais que quand il sort une connerie, c'est peut-être une douceur qui passe à ce moment-là. Je le sais mais je ne vois pas. Et quand je l'avais approché et embrassé lors des dernière fois, on aurais dit qu'il se retenait. Qu'il se retenait de me montrer ce qu'il pensait depuis peut-être un moment déjà. Et là , je voyais enfin. J'étais maintenant assise à cheval sur lui. À peine pris-je le temps de respirer , qu'Alexis me repris contre lui. Dans un petit sursaut , j'échappe un petit rire amusée de le voir y prendre goût. Prendre goût à moi , cette fille qui lui arrivait parfois de détester. Moi je pourrais le détester et le vouloir de cette façon quand même. Parce que moi bah, je suis timbrée. Par habitude , mes mains se sont agrippé à la ceinture de son jeans et j'ai laissé tombé.



Spoiler:
 


Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Ven 22 Avr - 3:20


Chalet in the woods

   

   Les cheveux mêlés, mes doigts dans ceux-ci, de parfum de Marya devenant de plus en plus important à mes yeux. Cette sensation de liberté, cette envie de toujours en vouloir plus. Avec elle, tout est possible. Je me sens libre, respirant pour la première fois depuis des années. Sans m'arrêter de l'embrasser, je la colle de plus en plus à moi, ne voulant pas la voir partir. Comme si, d'une seconde à l'autre, elle pouvait se rendre compte de qui j'étais, d'où elle se trouvait et vouloir repartir vers son domicile. Impossible de la laisser partir, toujours, j'irai la chercher. Par les cheveux et avec une envie de la tuer par moment, mais plus jamais, je me laisserai derrière. Une simple promesse fait dans ma tête, quelque chose à quoi m'accrocher. Une promesse... Tandis que Marya se trouve sur moi, laissant ses doigts me caresser un peu n'importe où, j'imagine bien le reste. Et placés ainsi, ce n'est pas la meilleure solution qui soit. Et je vois bien que je ne suis pas le seul à le penser, vu qu'elle vient tout juste de lâcher ce qu'elle a entreprit. Peut-être par gêne, peut-être par choix, peut-être par manque de place, mais pour ça, soit de lâcher mon jeans, je ne la remercierai jamais assez. Tandis qu'elle se comporte comme une... comme une... Marya? je fini par me dégager un peu, me mettant à rire. - Qu'est-ce qui te prends? - Plus je regarde Marya, plus j'ai l'impression de ne pas la connaitre. Ce petit quelque chose de plus, ce petit quelque chose que je ne comprend pas totalement, encore une fois. Il n'y a même pas cinq minutes, elle me criait qu'elle me détestait. C'est à ne plus rien y comprendre. Comme lorsque je lui ai proposé quelque chose, une simple activité, sans attachement, pensant que c'était ce qu'elle voulait réellement. Même chose, aucune idée de ce qui lui a traversé l'esprit. - Tu pourrais... - Je lui montre le siège passager, espérant qu'elle puisse comprendre le message. Pas de ça ici. J'espère aussi qu'elle ne puisse pas prendre mal mon refus. À dire que c'est la première fois que je refuse ce genre de chose... Peut-être vais-je finir par y prendre goût? On ne sait jamais. - J'ai juste pas vraiment la tête pour ça, tu comprends. - Ce besoin de s'expliquer, ce besoin continuel d'essayer de la garder avec moi, de ne pas la laisser partir. De trouver les bons mots pour qu'elle puisse rester tout près, mais assez loin tout de même. Je n'ai pas envie qu'elle parte, qu'elle sorte du véhicule et qu'elle décide d'arpenter les rues. Je n'ai pas envie de coucher avec elle non plus, pas comme ça. Employer ce genre de terme, plus jamais. D'autres termes sont beaucoup plus jolis pour parler de toutes ces histoires. Mais bon, j'ai juste envie de passer un peu de temps avec elle, apprendre à la connaitre. Connaitre ses points faibles et ses points forts, espérant qu'elle puisse bien vouloir m'aider.

Rien n'est facile en ce moment, surtout de la voir ainsi. Elle se donnait complètement, attendant uniquement une autorisation de ma part. Et moi, je hoche la tête par la négation, espérant qu'elle puisse comprendre mes raisons. Lesquelles? Aucunes. Je n'ai aucunes raisons à lui offrir. - T'as pas l'impression d'être prise dans une boite à sardine ici? - Toute condensée, toute petite, toutes froide, laissant la pluie prendre de l'ampleur. C'est ainsi que je me sens, pris dans cette toute petite voiture. - On a pas vraiment de place et puis, j'ai absolument rien sur moi pour ça. - Visiblement, rien ne va. - On est à seulement quelques minutes du chalet. On pourrait, enfin, si tu vois ce que je veux dire... - Décidément, je suis pas très clair à suivre, mais ça, c'est un détail. La seule chose que j'espère, c'est que l'histoire du chalet tient toujours. Je n'ai pas envie de retourner à Quertal, dans mon logement mal éclairé, à entendre Matteo se plaindre de sa vie pourrie. Dès qu'il le fait, je deviens complètement fou.

   

   


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Ven 22 Avr - 19:27


Chalet in the woods




Je n'étais plus là , j'étais partie. Je ne pensais à rien , j'étais juste bien. Des gens, j'en avais embrassé , par ennui , par jalousie, par méchanceté , par nécessité .... mais aimer ça comme en ce moment , je ne crois pas que ça me soit arrivé. Peut-être parce que le châtain sous moi , je le voulais atrocement. Pourquoi ? Je ne m'aventurerai pas de dans de telles réflexions dans un moment pareil. J'étais plus trop moi-même , hypnotisée par lui , possédée par mes pulsions. Je ne savais pas trop quoi penser de la situation. De moi-même en fait. Il y a un mois , je me serais regardée et j'aurais ris. Je me serais trouvée idiote de vouloir quelqu'un comme lui. Et j'aurais bien raison .... Pourtant , dans les films ça dit qu'on ne choisit pas ... Ça doit être vrai. Et pourtant, je l'ai choisis lui, là tout de suite , aujourd'hui. Quand je regarde ce qui se passe dans la petite pièce , je vois la petite ballerine assise en indien devant lui , tous les deux sur le tapis. Le héro déchu et la ballerine rose. Ils ne font que se regarder, Elle le regarde curieusement et lui , se demande ce qu'elle lui veut. C'était l'impression que j'avais : que j'essayais de le maintenir dans la pièce alors que lui n'était pas certain de vouloir rester. Je dis ça à cause du rire. Il  s'est dégagé de moi et il a rit. J'ai froncé les sourcils tout en le regardant, ne comprenant décidément pas sa réaction. Dans un moment comme celui-là , son rire était tranchant. Il m'a donné de violents frissons dans le dos. Ce qu'il a dis ensuite ne m'a pas plu non plus : Qu'est-ce qui te prends? Ok , je le tue ou je le torture ? Nom de dieu je savais qu'il allait sortir une connerie, c'était bien lui ça. Je l'observe , toujours aussi sérieuse.

- Non , toi qu'est-ce qui te prend ? C'est pas fini cette attitude ?

Il pousse plus loin, il me désigne le siège à coté de lui, m'ordonnant presque de me retirer de lui. Lentement, mes yeux se tourne vers la place vide. Cette place qui pourrait bien rester vide. Cette place que restera vide. Je le regarde de nouveau avec la même lenteur menaçante. Je reste sur lui. Je me met alors à le frapper avec mes mains tout en lui criant dessus

- T'est qu'une brute Alexis Thorens ! Une sale brute ! Ça te fais rire c'est ça ?

Et je me calme pour le regarder , épuisée par les montagnes russes qu'on arrêtait pas de vivre depuis tout à l'heure. Je n'en pouvait plus de ce manège. Cette fois c'était trop. Me provoquer de cette manière , me laisser croire qu'il pensait la même chose, qu'il voulait la même chose. Toutes les chieuses de ma classe se sont fait Alexis Thorens et moi il me dit non. C'était quoi cette vie de merde ? C'était quoi cet espèce de coup du sort ? Le karma c'est ça ? Et tandis que j'avais arrêté de le frapper, je me contentais d'observer l'extérieur , triste, humiliée.  Je ne sais pas si c'est parce qu'il s'est sentie mal mais il s'est mis à me parler sur un ton plus doux. J'ai juste pas vraiment la tête pour ça, tu comprends. Je ne bouge pas , j'évite encore de le regarder. Les dents serrés , je ne dis rien. Je me fou de ses excuses bidons. Qu'est-ce qui cloche chez lui ? Je sais qu'il me voulait, peut-être juste un peu mais quand même , il n'avait pas à agir de la sorte. Il était tellement sincère , il ne pouvait pas mentir à ce point là. Il n'est pas aussi bon menteur. Je ne le crois pas. Je finis par tourner la tête vers lui sérieusement pour le regarder. J'étais furax. Je lui donne une taloche derrière la tête comme pour le corriger.

- Ah non ? Et t'avais la tête ou ? Hein ! T'avais la tête à quoi pendant qu'il y avait une fille toute trempée à cheval sur toi ? T'avais la tête où pendant ce temps là ?  Merde Alex ! Arrête de te foutre de moi !

Et malgré toute la colère , j'ai finis par me calmer. Il allait me trouver complètement folle de réagir comme ça que pour une histoire de couchette mais je crois que c'était plus l'accumulation de tout ce foutu voyage. Honnêtement , j'aurais bien pris ces commentaires si je ne m'étais pas découvert un attachement pour sa personne. C'est là que c'est plus dure, quand tu te fais rejeter par quelqu'un que tu préférerais détester. T'as pas l'impression d'être prise dans une boite à sardine ici? je ne répond pas , je lève le menton pour observer un peu la voiture. Sérieusement , je n'y pensais juste pas. Je n'avais que lui , que sa personne , je ne voyais rien. Et puis , il y a la forêt juste là. Je ne regarde même pas mon option qui se dresse derrière la fenêtre, je le regarde lui , sérieusement. Je ne lui partage pas mon idée. Je n'en avais plus envie. On a pas vraiment de place et puis, j'ai absolument rien sur moi pour ça Je comprend ses arguments, il sont tout à fait valables et suffisant mais je n'y crois pas. Je l'aurais cru s'il ne m'avait pas autant repoussée depuis le début. Je me dégage de lui pour prendre place sur le siège à coté. Je regarde devant moi , ne voulant plus le voir lui. Tandis qu'il parle, je lâche par-dessus lui d'une voix fatiguée

- C'est bon, te fatigue pas

Lachai-je découragée. On aurait dit qu'il essayait de se rattraper. Qu'il voulait qu'on reste en bon terme. Je ne cherche pas à comprendre, je suis trop épuisée par tout ça. C'est alors qu'il me propose subtilement de continuer cette partie au chalet. Je tourne la tête vers lui, je pose un petit sourire mes lèvres et je me lève un peu de mon banc pour me rapprocher de lui.

- C'est vrai ça ? Tu veux dire que ... Nous deux ... Au chalet ?

Dis-je avec un sourire coquin. Je m rapprochait de lui faisant comme si j'étais ravie. Mon visage s'approche du sien comme si j'allais l'embrasser mais je me suis arrêtée juste avant. Mon visage était maintenant très près du sien. Soudainement , il disparu et je devins bête comme mes pieds ayant fait semblant d'être attirée par son idée. Je me rasseois sur mon siège et je me croise les bras.

- Pour te moquer de moi une seconde fois c'est ça ?

J'étais en colère visiblement. Je finis par laisser tomber mes mains sur mes cuisses. Je les contemple sur ma petite robe blanche. Je pousse un soupire tout en fermant le yeux.

- Ok ... J'en peux plus de ce jeu , sérieusement Alex, tu me veux ou tu me veux pas ? Je sais pas sur quel pied danser avec toi et le pire c'est que je te vois me repousser à chaque fois et je peux pas m'empêcher de me dire que tu m'aime peut-être bien au fond. Et .... Et tu est là à tout gâcher parce que ... Parce que t'est qu'une mauviette. Tu as peur de croire que quelqu'un puisse vouloir un peu de toi.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Sam 23 Avr - 4:51


Chalet in the woods

   

   - Non , toi qu'est-ce qui te prend ? C'est pas fini cette attitude ? Lentement, j'ai froncit les sourcils, espérant me tromper sur ses mots. Bon d'accord, j'avais le sourire aux lèvres, mais nullement méchamment. Je trouvais seulement l'allure de Marya de plus en plus comique, c'est tout. Pas la peine d'en venir aux gros mots ou même, de se battre pour ça. J'espérais seulement qu'elle puisse comprendre l’embarras que j'avais en ce moment, mais à voir son regard, ce n'est pas ça. Ce n'est pas assez. Même lorsque je lui fais comprendre qu'elle serait beaucoup plus à l'aise sur le siège passager. - T'est qu'une brute Alexis Thorens ! Une salle brute ! Ça te fais rire c'est ça ? MOI? C'EST MOI LA BRUTE? Elle est là à me marteler le torse à coups de poings et c'est moi qui est une brute? Vraiment, Marya n'est pas bien dans sa petite tête. En agissant ainsi, c'est uniquement pour son bien, une manière de la sauver, en quelque sorte. Si elle n'est pas capable de lire entre les lignes, c'est pas mon problème. Et à la voir agir, c'est visiblement le cas, elle n'est pas capable de lire entre les lignes. Peut-être s'imagine t-elle quelque chose, comme quoi que tout les gens sont prêts à faire n'importe quoi pour ses jolis yeux, moi même j'y ais cru pendant un moment, mais ce n'est pas le cas. Pas maintenant, pas avec moi. Elle finit par arrêter de se battre, voyant probablement que ceci ne donne rien. Rien de rien. Pourquoi se mettre à essayer de me battre, pour un simple refus? C'est clair, net et précis et pourtant, une partie de ma tête n'arrive pas à y croire. Une partie veut qu'elle reste en place, veut qu'elle reste bien assise, le regard perdu dans les vapes, la tête dirigée vers l'arrière. Et l'autre partie, c'est ailleurs. Complètement assise de l'autre côté, côté passager s'il vous plait. Les choses ne peuvent aller plus mal, mais encore une fois, je vois bien que je me trompe. Une tape derrière la tête, Marya complètement furax. Mais c'est quoi son problème? Pour ma survie, une chance que je n'ai pas accepté depuis le commencement ses avances. Les gens auraient pu me retrouver découpé en petits morceaux dans une partie de la forêt. Je m'efforce de penser à autre chose, tandis que Marya m'explique son point de vue. Si on peut appeler le tout une explication. - Je pense à trop de choses en même temps. - Mon explication n'est pas la bonne et je le sais d'avance. Même moi, j'ai honte de ce que j'avance. J'ai peur des problèmes par la suite, mais je n'y peux rien. Trop de choses font en sorte que ceci ne servirait à rien.

Et j'espère pouvoir changer de sujet, la calmer un peu, atténuer ce genre de refus. Les choses vont beaucoup trop vite à mon goût. Il y a six mois, Marya n'aurait même pas réussis à s'asseoir dans la voiture, sans m'avoir passé sur le corps. Mais voilà que les choses changent et que même moi, à ce moment précis, je m'en veux. J'aimerais pouvoir revenir en arrière, seulement de quelques secondes et pouvoir me perdre à nouveau dans ses cheveux. - C'est bon, te fatigue pas  J'ai préféré arrêter de parler, tandis que Marya reprend sa place initiale, assise à mes côtés. Elle a regard triste, l'air découragé. Je sais et je peux comprendre. Moi même, en ce moment même, je n'ai pas la tête de tous les jours. Je la regarde un petit moment, espérant pouvoir me perdre à nouveau dans ses yeux. Lui parler de tout ça serait tellement plus simple et plus efficace. Impossible. Essayer une nouvelle approche me semble le bon moyen de voir un sourire sur son visage, ce qui a l'air de fonctionner pendant une petite seconde. Juste une petite secondes puisque non, mes paroles n'ont pas l'air de fonctionner, Marya reste la même ensuite, espérant probablement me faire passer un message. - Pour te moquer de moi une seconde fois c'est ça ? - Je me moque de personne.- Mes mots sont sortis comme ça, comme rien du tout. Comme si je n'y crois même pas moi-même. Chose vrai. (...) Parce que t'est qu'une mauviette. Tu as peur de croire que quelqu'un puisse vouloir un peu de toi. J'ai fini par mettre un nouveau t-shirt, encaissant les derniers mots de Marya. Gardant le silence, j'ai préféré démarrer la voiture, espérant mettre un terme à cette conversation le plus vite possible. La pluie avait cessé depuis quelques secondes, déjà. Plus aucun sourire sur mon visage, plus aucune émotion à paraitre. Garder le silence jusqu'à la fin, est tellement simple... Mais bon. La vie est pas simple et moi non plus. Donc...

- T'as raison. T'as tout à fait raison sur tout ce que tu viens de dire. Je suis une mauviette... J'ai peur que tu me refiles des cochonneries, voilà pourquoi je veux pas te toucher. T'as d'autres questions? Tu veux d'autres explications? Tu veux savoir quoi au juste? - Tandis que je cris, je continue de conduire, m'enfonçant bien profondément dans le dernier sentier près du chalet, à une bonne vitesse, espérant pouvoir descendre de cet enfer le plus rapidement possible. Mes paroles ne sont plus douces du tout, j'en ai vraiment marre de toute cette histoire. Marya est comme une bête incontrôlable, une personne bonne a enfermer. - Non mais aller, vas y, j'en ai assez. Tu veux savoir quoi au juste à mon sujet? Pourquoi je joue avec toi? C'est pas le cas, j'ai jamais joué avec toi. Prochaine question, on passe à autre chose. Tu veux savoir quoi? -  Je continue de crier, sans laisser de temps à Marya de répondre quelque chose, frappant le volant de temps en temps avec la main droite. - Vas y, je t'écoute. Si tu es aussi brillante que tu le prétends, je ne te retiens pas. T'as envie de quoi ensuite? Tu veux faire quoi avec moi ensuite? Si tu penses que j'ai juste ça à faire, perdre mon temps avec toi, tu te trompes. Je pensais que t'avais compris le principe, faut croire que t'es pas nécessairement brillante. - Joignant le geste aux paroles, tout en prenant mon index, je me suis mis à frapper deux petits coups sur la tempe de Marya, espérant lui faire comprendre que je veux qu'elle puisse entrer mes derniers mots dans sa tête. - Mets-toi ça dans le crâne... entre toi et moi, y'a rien et y'auras jamais rien. Tu ne m'intéresses pas, je ne t'aime pas et tu es mieux de te tenir loin de moi, c'est un conseil d'ami que je te donne. - Quittant la route du regard pendant quelques secondes, me concentrant sur Marya, je reprend parole: - T'as aucune idée à qui tu as affaire présentement. Tes petites crises de nerfs, je vais t'enlever le goût d'en refaire, crois-moi. Si c'est la guerre que tu souhaites, t'as frappé à la bonne porte en m'insultant. - Mon regard se tourne à nouveau vers la route, juste attends pour voir une grande masse noire surgir devant la voiture, me forçant à freiner à toute vitesse, donnant un coup de roue vers la droite, pour ne pas heurter la chose en question. Probablement un ours... Un très gros ours poilu. Frappant un arbre avec le devant de la voiture, j'ai fini par arrêter cette dernière, réalisant que la voiture n'allait certainement pas redémarrer tout de suite. Loin de là même. Me tournant vers Marya, je vois que celle-ci semble correct, elle respire toujours. Dommage... Les choses auraient pu être tellement plus simples autrement.

   

   


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Conseiller d'orientation qui devrait prendre sa retraite.
|statut civil| : Divorcé avec 3 enfants (+1)
|âge du perso| : 54

Lorsqu'on considère son cochon d'inde plus important que ses enfants, est-ce qu'on a besoin d'aide psychologique docteur?

[ALEXIS] [MARINE] [MARYA/ALEXIS/BOUFFE]

|célébrité| : Clark Gregg
|crédits| : .sassenach
|pseudo/prénom| : Breadfish
|dcs| : Le bad boy & le manipulateur
|nombre de messages| : 276


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Sam 23 Avr - 4:51



Chalet in the woods
Alexis, Marya & Jackson


Le pire pour un père est-il que ses enfants ne l'apprécient pas à sa juste valeur? Non, c'est plutôt d'être dans l'obligation de les endurer, lorsqu'ils décident de faire un effort pour passer du temps avec lui. Non seulement je trouvais étrange qu'Alexis ai accepté mon invitation, mais je me demandais bien pourquoi je l'avais invité, justement. En fait, je savais fort bien pourquoi. C'était parce que je devais lui parler de sa demi-soeur, dont il ne connaissait pas l'existence. À vrai dire, je me demandais bien pourquoi je prenais la peine de l'avertir, puisqu'il allait très certainement s'en ficher, mais mieux valait mettre cartes sur table avec lui. Après tout, puisqu'il courait après tout ce qui avait un jupon, je prenais des précautions en le mettant au courant. Sinon, il aurait très bien pu se retrouver au lit avec elle. Ce serait le genre de choses qui me donnerait des cauchemars à vie.

Je l'attendais justement, en compagnie de sa supposée petite amie. Je dis bien supposée car je me demandais bien quelle genre de fille pouvait bien être en mesure de la supporter. Moi-même, je n'arrivais pas à rester près de lui longtemps avant d'avoir envie de l'égorger comme un cochon dans un abattoir. Assis dans mon fauteuil, je pris une deuxième gorgée de mon whisky avant de mettre la radio. C'était bien l'une des seules choses qui fonctionnait dans cet endroit, puisqu'elle avait des batteries. Ce que j'aimais de ce chalet, c'est qu'en plus d'être éloigné, il n'y avait aucune électricité. Que la nature et un endroit confortable pour dormir. Les pièces étaient grandes et bien meublées, bien qu'elle était exempte de toute technologie mis à part cette petite radio qui jouait présentement ''The time of my Life'', au seul poste qu'elle captait. Aucun réseau, pas même de salle de bain. Hormis la petite toilette derrière la maison, mais bon si vous êtes du genre à détester les germes, mieux vaut faire ses petites affaires dans la forêt autour du chalet. Alors que je posais mon verre près de mon cochon d'Inde, Bouffe, qui me regardait comme si elle attendait que l'apocalypse n'arrive, un bruit la fit déguerpir. Je n'en aurais pas fait cas si elle était partie se réfugier dans l'une des deux chambres, mais elle s'est dirigée vers le trou dans la porte d'entrée. Les termites... ces sales bestioles...

Me levant d'un bond, je suis parti la chercher avant qu'elle ne se perde dans la forêt ou pire, ne se fasse bouffer par un ours. Ce n'est qu'une fois dehors que j'ai vu la voiture arriver devant le chalet, ce qui me servait de semblant de fils ne regardant pas la route devant lui, trop occupé à faire du charme à sa concubine du moment sûrement, roulant dangereusement vers mon cochon d'Inde. Il faut comprendre que ce rongeur est toute ma vie. Elle est plus importante que mes enfants, c'est peu dire. Mais encore pire, c'est que la voiture se dirigeait droit sur moi également. Mais Bouffe était plus importante que moi et c'est pourquoi je me suis écrié:   -TU VAS ÉCRASER BOUFFE! - Rien d'autre ne m'est venu à l'esprit. Heureusement, Alexis tourna le volant et vint s'écraser contre un arbre. Je dis heureusement car dans la peur du moment, Bouffe avait rebroussé chemin et était retournée se réfugier à l'intérieur du chalet, mais aussi parce que j'étais en un seul morceau. Je me suis donc approché lentement de la voiture avant d'ouvrir la portière côté conducteur, bras croisé sur le torse. -Et bin... t'as plus de vies qu'un chat toi, t'avais pas envie de regarder où tu allais avant de m'écraser? Depuis quand t'as le droit de conduire d'abord? T'as déniché un permis dans une boite de céréales? - Très peu pour les bonjours entre nous. Je me suis ensuite dirigé vers l'autre coté de la voiture pour ouvrir la portière à sa passagère, essayant de m'assurer qu'elle allait bien.
electric bird.


I don't have time for their judgement and their stupidity and you know they lay down with their ugly wives in front of their ugly children and look at their loser lives and then they look at me and they say, 'I can't process it' well, no, you never will stop trying, just sit back and enjoy the show. You know?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Sam 23 Avr - 22:50


Chalet in the woods




Je n'attendais plus rien du châtain à coté de moi. Rien. Je crois que malgré mon entêtement , malgré toutes les choses qu'il ne me disait pas et que je savais quand même .... Je voulais lâcher prise. Je me suis faite à l'idée que même si il me voulait un peu , il n'y avait rien de possible si lui ne faisait pas d'effort de son coté. Il était tombé sur la mauvaise personne s'il croyait que j'allais pleurer à ses pieds. Je n'aimais pas assez les gens pour courir derrière eux. Rester toute seule dans un trou perdu me sied très bien. Il disait qu'il pensait à trop de choses en même temps et qu'il ne se moquait de personne, pour moi , ça entrait dans une oreille et ça sortait de l'autre. Ce voyage pesait lourd sur mon cerveau , il n'avait plus la capacité mentale d'analyser quoi que ce soit. Je regardais toujours devant moi sans rien dire de plus. Quand même que je voudrais dire quelque chose, ma mâchoire était trop crispée par la colère pour laisser sortir un mot sans crier. Prochaine fois qu'Oli ou Stella me demande ce qu'il en est avec les garçons, je démolis quelque chose. Au risque qu'ils m'enferme dans une asile, je brise tout ce que je trouve. Promis.

Ah ! Dieu merci ! Il redémarre la voiture. Dieu merci ! On va arriver au bout du chemin en vie ! Pendant quelques minutes, je n'y ai pas cru. J'étais certaine qu'on se serait entretués. Bordel , qu'est-ce qui m'a pris d'accepter cette invitation ? Ah oui ! C'est vrai ! Quand j'ai accepté je pensais juste à la fête. Être dans un endroit rempli de gens avec Thorens n'était pas si mal, quand j'en ai marre , je vais voir quelqu'un d'autre. Donc, quand j'ai accepté je n'ai pas réalisé que cela impliquait un voyage de six heures en voiture avec lui. Il est temps qu'on arrive avant que je me tire une balle. Je suis à deux doigts de devenir complètement folle. Alors que je croyais en avoir terminé avec mon calvaire, Thorens répond à mon dernier commentaire visiblement en colère. [...] J'ai peur que tu me refiles des cochonneries, voilà pourquoi je veux pas te toucher. T'as d'autres questions? [...] Je tourne subitement la tête vers lui, les yeux écarquillés , la bouche ouverte, visiblement insultée. Ok ... S'il croyais s'en sortir vivant avec cette réplique , il s'est trompé. Je me met à crier moi aussi.

- Va te faire foutre Thorens ! T'est qu'un connard  ! C'est toi qui ....

Tandis que je criais , je me suis arrêtée suite à une bosse sur le sentier de terre qu'il avait pris. Je réalise alors qu'il roulait peut-être un peu trop vite pour l'endroit où on était. Je regarde la route et je n'écoute pas ce qu'il me dit.

- Boucle-la et ralenti , ralenti je te dis

Il n'écoute pas , je ne parlais peut-être pas assez fort parce que lui , il criais et il tapait sur le volant. Quand je vois qu'il ne m'écoute pas , je m'empresse de boucler ma ceinture à cause des bosses et des trous sur le sentier. Celui-ci n'était pas uniforme , ça pouvait donner des haut le coeur. Malgré le fait qu'il n'avait pas ralenti, j'ai arrêté d'insister, désormais frappée par ses commentaires. [...] Si tu penses que j'ai juste ça à faire, perdre mon temps avec toi, tu te trompes. Je pensais que t'avais compris le principe, faut croire que t'es pas nécessairement brillante. Je recule ma tête agacée quand il pose ses doigts sur ma tempe, je frappe sa main dans un petit réflex. Une personne rationnelle verrais ça et dirais qu'il était en colère et qu'il faut pas prendre au sérieux ce qu'il dit mais bien franchement , quand on est en colère aussi, est-ce qu'on pense à ce genre de chose ? Non , je prenais ce qu'il disais parce que ... Parce que je voulais lui crier des saletés juste pour me libérer un peu de cette envie que j'avais de l'étouffer. J'ai un sourire mesquin.

- Oh ! Bah il fallait y penser avant de me prendre dans ta boite à sardine pendant six heures ! J'aurais pu me rendre toute seule , j'ai une voiture ducon , c'est toi qui m'a proposé de me prendre chez moi. Et puis tu veux savoir ? J'ai songé à te voler les clés plus d'une fois. Tu conduis encore parce que je me suis dit que tu survivrais pas. Pas que ça me dérange mais c'est pas bon de conduire la voiture d'un mort. - dis-je avec un sérieux déconcertant

La lionne et la ballerine rose sont au fond de la cage à nous observer , découragées. Le fauve a les pattes sur ses oreilles n'en pouvant plus d'entendre nos conneries qui ne voulait rien dire du tout. Des conneries et des conneries, tout et n'importe quoi juste pour nous libérer de notre petite rage. À croire que pour se dire les vraies choses on arrive pas à communiquer mais pour dire des conneries blessantes là on est au top. Quel duo lamentable. Et puis à ce moment-là , j'ai vu une facette d'Alex que je n'avais jamais vue. Cette facette noire qui veut repousser. Repousser loin , le plus loin possible et pour ça , tout les moyens sont bon, mordre , frapper, blesser .... Je n'ai pas pu répondre à ça tant j'étais intriguée par le regard de la bête. S'il croyait me faire peur, il se trompe. Pas moi. La lionne s'était levée de son coin. Elle était désormais devant les barreaux de la cage , les yeux grands ouverts , affrontant son adversaire. C'était exactement comme ça que j'étais. Je ne le lâchais pas des yeux, concentrée sur ce qu'il me disait. Bon ok ..... Je suis la pire folle qui soit mais j'aimais ce que je voyais. J'avais soudainement cette envie de lui montrer qui moi j'étais. Lui donner ma définition de blesser. Lui montrer comment on met quelqu'un en miette. Il aura beau me dire qu'il est capable de le faire, qu'il peut blesser , moi en revanche je n'ai qu'une question à ce sujet : Oui mais , y prend-tu plaisir ? Moi oui.  Tandis que je dévorais sa rage des yeux, je suis son regard quand il regarde droit devant nous et je fais de même. Le sursaut que j'ai eu quand j'ai vu quelque chose se jeter devant.

- Merde un orignal !

Un orignal ...... ? Oui bon , je croyais que ses bras formais les cornes et ... Ok j'arrête. J'avais dit ça sans faire le lien comme quoi , les orignaux se trouvent en Amérique. La belle secousse quand Alex a dévié la voiture. Il a tourné de mon coté alors , mon corps suivant l'élan , je me suis cognée un peu contre la vitre mais rien de très grave. J'allais bien. J'étais plus secouée qu'autre chose. Je me retrouvais avec un mal de crâne. Nom d'un chien ! Il aurait pu lui rentrer dedans , ce foutu animal , on aurait eu moins de chance de mourir. Je me masse un peu la tête avec ma main jusqu'à ce que j'entende des voix. Je vois un homme s'adresser à Alex. Je me penche un peu pour le regarder à travers sa vitre à lui. Lui il fais quoi là ? Il est passé où l'orignal ? Une grimace d'incompréhension , je suis la scène des yeux. Je finis par comprendre qu'il n'y avais jamais eu d'animal ... Que l'orignal était ce monsieur. Ok ... Bonjour les hallucinations.  La portière à ma droite s'ouvre et je sors de la voiture à mon rythme. Oui bon , j'ignore qui est ce monsieur, rien dans son discours m'indique la vérité à son sujet. Je crois donc qu'il est un habitant vivant dans un des chalets avoisinant celui où se donne cette supposée fête. Toujours aussi agacée par la situation, je prend une voix plus douce pour m'adresser à mon prochain fournisseur de téléphone ou de clés volées.

- C'est bon , on a rien. Je suis vraiment désolée que cet idiot vous ai presque roulé dessus.

Je regarde Alexis sévèrement dans la voiture un moment avant de me retourner vers le supposé orignal.

- Vous auriez un téléphone que je peux emprunter ? Si ça peux vous rassurer, le fou furieux restera dans la voiture

Je parlais de le laisser dans la voiture comme on ferais avec un animal quand on va au supermarché histoire de s'assurer qu'ils ne fasse pas de bêtises. Je m'étais dit qu'après ce petit incident, l'homme devant moi ne laisserais pas un fou comme Alex entrer chez  lui pour emprunter un téléphone.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Dim 24 Avr - 18:58


Chalet in the woods

   

   Je n'ai qu'une seule envie présentement, soit celle de m'enfermer dans mon appartement et de manger 4 Litre de crème glacé. Rien que ça. Et plus de litre, si Marya continue de me parler sur ce ton. Depuis le commencement, tout ceci est voué à l'échec. Parler un peu de moi, faire semblant que tout va bien, la regarder avec des airs de douceur... Aucune idée de ce qui m'a pris. Surtout lorsqu'elle décide de me crier dessus également, tout ça pour un simple refus de ma part. Si elle est aussi brillante qu'elle essaie de le faire croire, elle aurait tout compris. Le pourquoi de mon refus, le pourquoi de ma crise de nerfs aussi. Pourquoi je décide de changer de sujet, espérant qu'elle puisse me laisser tranquille pour de bon. Rien n'est mieux que de rester soit même et espérer pouvoir plaire avec son caractère. Essayer de changer n'a rien donné, je m'en aperçois. Depuis six mois, je ne suis plus moi-même, Matteo peut en témoigner. Suite à certains problèmes avec la gente féminine, j'ai décidé, avec l'aide d'une psychologue, d'arrêter mes excès de couchettes. Les premiers jours, je restais enfermé dans ma chambre, dans le noir total, à me balancer d'avant en arrière, sujet à des crises d'hyperventilations. La première semaine a été complètement pénible. Rendu à deux semaines, j'ai commencé à me promener dans l'appartement, espérant trouver quelque chose à faire de mes dix doigts. C'est ainsi que j'avais eu la brillante idée de faire les yeux doux à mon meilleur ami, ne voyant rien de mieux à faire. Les deux mois passés, je me suis vite aperçu que de ne plus avoir d'ongle sur la main droite n'était pas si difficile à supporter. Le terme: se ronger les ongles d'inquiétude, je l'ai mis en pratique. Encore le mois passé, c'est la jonction du mur entre la chambre de Matteo et la mienne qui a été grignoté. Tout ça puisque je me perd moi-même dans mes pensées, dans mes émotions et avec la crise que Marya est entrain de me faire, assise sur le siège passager, ne m'aide vraiment pas. Son agissement des dernières minutes non plus. Le coeur lourd, je lui balance n'importe quoi, espérant la faire reculer. Je n'ai jamais été un garçon romantique, le genre de personne que l'on souhaite présenter à ses parents. Le mec parfait, toujours sourire aux lèvres, attendant le bon moment pour un mariage secret et en douceur. Et avec Marya, pendant moins de trente secondes, j'ai pensé pouvoir devenir ce gars là, le gentil, le poli. Devenir quelqu'un d'autre, mais à voir son agissement, c'est loin d'être tentant. Jamais elle ne réussira à avoir le meilleur morceau, soit celui de mon coeur.

- Boucle-la et ralenti , ralenti je te dis Me la boucler? Pas question! Pas après tous les efforts que j'ai fait pour rester calme depuis les six dernières heures. J'ai essayé de rester calme, de respirer calmement, mais plus maintenant, plus capable de rien. Les cris ont commencé à pleuvoir, les menaces aussi. Jamais je n'ai menacé une fille de ma vie, mais avec Marya, je viens de battre des records. Lorsque je lui avais fait mention des coups donnés à une fille, je lui avais dit la vérité. Je me suis déjà battu dans le passé, mais jamais avec une femme. C'est trop précieux, trop jolie, trop sensible. Mais avec Marya, j'ai envie de nouveau, d'essayer quelque chose de plus fort. Si c'est la guerre qu'elle souhaite, elle vient de la trouver.. mais avant, éviter un animal ne serait pas de trop. Freinant, essayant de bloquer la voiture, je n'ai malheureusement pas été capable de la garder sur la route. Si route il y a dans ce fin fond de bois désert. Un arbre, c'est tout ce qui a été bon pour arrêter la course. Voyant que la voiture ne va certainement pas démarrer tout de suite, j'ai eu envie de pleurer. Matteo va vraiment me tuer maintenant. Aucun secret pour la suite de ce qu'il va me faire lors de notre retour. Si retour il y a, vu que passer le restant de ma vie dans ce chalet, me semble judicieux. Tout pour ne pas croiser Matteo. Mais rester avec Marya ne m'aidera pas, c'est certain. Vivre sans Marya me semble mieux pour l'instant. Le temps voulu, je la mettrai sur le dos d'un ours pour la perdre dans la forêt ensuite.

La portière de la voiture s'ouvre de mon côté, j'ai fini par tourner la tête, espérant voir quelqu'un d'autre que Jackson. Hélas, c'est Jackson et ses conneries de mots. Les mots de Jackson me firent aucun effet, je sais bien que tout ce que je dira ne servira à rien. Il aura toujours raison, sur n'importe quel sujet. Il fit le tour de la voiture, me laissant respirer un moment, pour ouvrir la portière à Marya. Cette dernière semble correct, n'ayant aucunement le jugement déplacé. Même qu'elle semble en parfaite santé tandis qu'elle me traite d'idiot devant son nouveau sauveur. Je fini par sourire à ses propos, puisqu'elle n'a pas tort du tout. Si tout ceci serait à recommencer, lorsqu'elle était assise sur moi, ce n'est nullement ces termes là que j'aurais employé. À la place, nous serions arrivés en retard à la ''petite fête'' de Jackson. En retard pour un bon moment en plus. - Tu crois vraiment qu'il y a le téléphone ici? - Je n'ose pas commencer à élever la voix ou même, à la traiter d'idiote de mon côté aussi. Tout en espérant pouvoir mettre la voiture en marche, je suis sorti du véhicule, regardant ce dernier avec une moue affreuse. Même si la pluie a arrêté depuis quelques minutes, le sol est trempé, ayant entrainé la voiture dans la boue. Un simple regard dans la direction de Jackson me fait penser que ce dernier n'a pas l'air si traumatisé que ça pour un accident. Probablement puisque j'étais à l'intérieur, quelques instants auparavant.

   

   


Spoiler:
 


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Conseiller d'orientation qui devrait prendre sa retraite.
|statut civil| : Divorcé avec 3 enfants (+1)
|âge du perso| : 54

Lorsqu'on considère son cochon d'inde plus important que ses enfants, est-ce qu'on a besoin d'aide psychologique docteur?

[ALEXIS] [MARINE] [MARYA/ALEXIS/BOUFFE]

|célébrité| : Clark Gregg
|crédits| : .sassenach
|pseudo/prénom| : Breadfish
|dcs| : Le bad boy & le manipulateur
|nombre de messages| : 276


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mar 17 Mai - 5:45



Chalet in the woods
Alexis, Marya & Jackson


Je sais bien ce que vous vous dites. Je suis un vrai con qui ne s'intéresse pas de savoir si son fils va bien ou pas, qui ne s'intéresse qu'à son cochon d'Inde. Le problème avec Alexis, c'était qu'il prenait souvent mes mots crus et mes remarques pour de l'indifférence à son égard. Oui, il me tapait sur les nerfs. Oui, il me faisait souvent honte et oui, j'aurais aimé qu'il soit adopté plutôt que mon fils biologique. Ce n'est pas une blague, j'ai fait les test et malheureusement, c'est bien mon enfant. Tout ça pour vous dire que malgré tout, je l'aimais. C'était irrationnel mais voilà. De son côté, je savais bien que ce n'était pas le cas. Il aurait très bien pu me rouler dessus qu'il n'aurait probablement pas versé une larme et c'est sûrement pour cette raison que je ne lui portais pas vraiment d'attention, allant plutôt vérifier que sa passagère était en un seul morceau. Je m'étais assuré qu'il aille bien même si ce n'était pas évident. Je l'avais vu bouger c'était suffisant. Je ne suis pas le meilleur père au monde, mais je ne suis pas un monstre. Ou juste un peu. C'est plutôt lui qui est dangereux de débarquer ainsi sans regarder, écrasant presque Bouffe et m'écrasant presque par la même occasion. Étrange, mais oui, j'essayais de me trouver des excuses en ce moment. Des excuses pour l'avoir mis au monde...

Une fois à la hauteur de la demoiselle assise côté passager, je l'écoute à demi, la regardant de la tête aux pieds pour m'assurer qu'elle n'a rien de cassé. C'est peut-être méchant, mais immédiatement, la seule chose qui m'est venu à l'esprit, c'est que la petite amie de mon fils semble trop bien pour lui. - C'est rien je suis en un seul morceau aussi. Et Bouffe aussi, c'est ce qui compte. - Elle ne sait pas du tout qui est Bouffe, mais je ne m'arrête pas sur ce détail. - T'as une corde pour t'assurer qu'il va pas se sauver? - Je faisais bien sûr allusion à Alexis, puisqu'elle venait de m'assurer qu'il pouvait rester dans la voiture. Elle me plaisait bien, surement parce qu'elle venait de le traiter d'idiot. - Mais malheureusement, l'idiot a raison, il n'y a aucun téléphone dans les parages. - C'était justement l'une des raisons pour lesquelles j'aimais venir ici. Le calme plat, le retrait total de la civilisation. Je me suis ensuite éloigné de la portière, pour lui permettre de sortir si elle le désirait. Après tout, la dernière chose qu'on souhaite après s'être écrasé contre un arbre, c'est de rester dans cette cage de métal qui l'a heurté. Justement, j'ai aperçu Alexis sortir pour jeter un oeil aux dégâts.

- T'es as fait une belle là. Tu sais que cet arbre était centenaire? - Et maintenant, il était en très mauvais état. J'aurais peut-être pu me morfondre également sur l'état de la voiture, mais un petit quelque chose me disait qu'elle n'était même pas à lui. De toute manière, il n'avait même pas son permis. C'était donc soit une voiture volée, soit un emprunt non volontaire. Dans les deux cas, il était dans la merde et c'était bien fait pour lui. Le karma. Mais comme dit plus haut, je suis pas entièrement sans coeur. - Ok ça va, fais pas cette tête, j'ai des outils, des pièces de rechange et tout ce qu'il faut dans la gran... - Alors que je pointais la grande, un coup de tonnerre me fit taire, levant les yeux au ciel. C'était visiblement l'averse qui revenait de plus belle, la pluie recommençant à tomber lentement, nous assurant un beau petit déluge dans quelques minutes, sinon secondes. - Mais ce sera pour plus tard, pas à ce temps. Venez vous mettre à l'abri. - De toute manière, il n'y avait rien d'autre à faire. Non seulement je n'avais aucune voiture de mon côté puisque c'était l'un de mes amis qui m'avait fait le transport jusqu'au chalet et devait revenir me chercher dans quelques jours, mais je ne voyais pas la nécessité de la sortir de ce bourbier et de la réparer sur le champ. Après tout, ils était censés venir non? Ils ne devaient pas partir immédiatement, enfin c'est ce que je croyais. Je ne m'étais toujours pas présenté à celle que je croyais être la petite amie de mon fils, ignorant qu'elle pensait de son côté que j'étais sûrement le voisin d'un ami qui faisait une fête quelque part dans le coin. Il faut dire qu'Alexis savait utiliser son imagination pour entourlouper les filles.

electric bird.


I don't have time for their judgement and their stupidity and you know they lay down with their ugly wives in front of their ugly children and look at their loser lives and then they look at me and they say, 'I can't process it' well, no, you never will stop trying, just sit back and enjoy the show. You know?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mar 17 Mai - 23:29


Chalet in the woods




Alex me parle , je l'ignore totalement. Comme s'il n'existe pas. Oui oui vous avez bien compris, je suis encore en rogne contre lui. S'il n'avait pas survécu à cet accident, je lui aurait pardonné parce que bon, ca créer des remords d'en vouloir à un défunt mais il était vivant. Et en pleine santé en plus. Il allait donc devoir endurer mon attitude de merde. Tandis que notre sauveur m'inspecte , je lui souris de façon gênée. Non pas gênée par lui mais par Alex et gênée aussi de ne penser qu'à lui voler ses clés de voiture. Lui voler ses clés et l'abandonner avec Alex. Mais bon, j'ignorais encore certains détails, la crise viendra plus tard lorsque je découvrirai la triste et horrible vérité. « C'est rien je suis en un seul morceau aussi. Et Bouffe aussi, c'est ce qui compte. » Je fronce les sourcils en le regardant. Il venait de parler de quelqu'un d'autre là. Je me surprend à regarder un peu autours de moi cherchant un second individu mais décidément, personne à l'horizon. Ce monsieur n'allait peut-être pas si bien que ça en fin de compte. Peut-être qu'Alex lui est rentré dedans au final et que le pauvre avait désormais des amis imaginaires. Peut-être qu'il était déjà comme ça. À cette pensée , je recule d'un pas sans m'en rendre compte. Moi et Alex on est mal tombé là. Perdu en forêt sans téléphone, sans voiture et avec un fou comme sauveur. Bordel ..... De mieux en mieux cette sortie. « T'as une corde pour t'assurer qu'il va pas se sauver? »

- Non mais si tu as du répulsif à moustique, il ne nous approchera pas.

Je suis horrible avec Alex en ce moment mais cette phrase était encore bien loin de ce que je voulais répondre à la base. Je tutoyais déjà l'orignal car il avait poursuivis sur cette branche, autant suivre le cap. Quand il m'annonce finalement qu'il n'y aura aucun téléphone , c'est là que j'ai poussé un soupire de désespoir. Je comptais appeler une remorque pour Alex mais aussi appeler quelqu'un pour qu'on vienne me chercher. N'importe qui. Je crois que j'aurais composé un numéro de téléphone au hasard, que j'expliquerais ma situation et n'importe qui serais venu à mon secours. Et encore , j'ignorais toute la vérité.

Je me recule aussi un peu de la voiture pour analyser les dégâts. J'ai un petit pincement à voir l'air d'Alex. J'ignore encore que cette voiture ne lui appartient pas mais j'ai quand même un peu de compassion en ce moment. D'autant plus que j'ai l'intention de l'abandonner là maintenant qu'il y a quelqu'un pour l'aider. « T'es as fait une belle là. Tu sais que cet arbre était centenaire? » La première pensée qui m'est venu à l'esprit est qu'en fait , c'était mieux ce centenaire là que l'autre. Pour moi , tout les gens qui dépasse la trentaine sont vieux alors ... Faut pas chercher. J'échappe un petit rire , baissant la tête vers le sol devant cette réplique. Comme quoi , le plus grave restait l'arbre. J'essaie de cacher mon rire en posant une main devant celui-ci. Je me racle la gorge et je m'arrête tentant de reprendre mon sérieux puisque la situation n'était pas drôle du tout.

Je fus soulagée d'entendre que l'inconnu avait l'intention d'aider Alex à réparer sa voiture. Ce n'est pas tout le monde qui ferait ça il faut avouer. J'étais sur le point de le remercier pour son aide mais j'ai levé les yeux vers le ciel en entendant le tonnerre. « Mais ce sera pour plus tard, pas à ce temps. Venez vous mettre à l'abri. » Je l'approuve d'un hochement de tête et je lui pointe la voiture un moment.

- Parfait on prend nos sacs et on se rejoint à l'intérieur. Part devant !

J'attends vraiment qu'il nous tourne le dos et qu'il commence à marcher vers son chalet pour perdre mon sourire d'un seul coup. Je contourne la voiture et en ouvrant la portière arrière, je tire mon sac de gym. Je m'arrête devant Alex toujours sans sourire et je fouille dans mon sac. J'en sors mon portefeuille et je tire quelques billets de banque. J'en compte quelques-uns et je lui tend.

- Tient, ça c'est pour payer ton nouvel ami et ses réparations. Moi je me barre , si je marche un peu je risque de trouver cette foutue fête et me tirer d'ici

Le contraste était de mise. Je n'étais plus aussi sympathique que lorsque l'orignal était présent , j'étais redevenue la peau de vache que j'ai toujours été.




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mar 24 Mai - 15:57


Chalet in the woods

   

   Bouffe par-ci, Bouffe par-là. Bien des fois, je me demande la raison de ce stupide achat. Ha non, désolé.... Si vous demandez à Jackson d'où vient son rat à poil, ce dernier vous dira qu'il est né dans une feuille de choux, que la cigogne là emmener à lui ou bien, que son adorable petite bestiole est née de l'amour d'une maman et d'un papa. Ridicule. Surtout lorsqu'on sent l'animal. Bouffe a une odeur mélangé entre la litière et ce qui se trouve à l'intérieur d'une litière bien remplie. Pas que j'ai déjà renifler Bouffe, loin de là l'image, mais il m'est déjà arrivé d'avoir peur pour ma survie, vu que l'animal avait décidé de venir dormir près de moi. Il y a longtemps, lorsque j'habitais toujours à Vaud, chez Jackson. Le mauvais temps, le temps cruel, avant un peu de liberté. Mais à voir comment agissait Jackson, soit arpenter la voiture, se demandant certainement où se trouvait Bouffe, je ne peux m'imaginer autre chose qu'une certaine rage. Pourquoi prendre le temps de s'occuper de son fils, pourquoi prendre le temps de vérifier que ce dernier va bien? C'est trop compliqué, trop difficile pour lui. C'est évident, il a un cochon d'inde à chercher. Quoi que prendre le temps d'aller aider Marya, ceci me fit grimacer. Pourquoi s’inquiéter pour elle? Peut-être veux t-il s'assurer que je n'ai pas séquestrer ma passagère, car sinon, pourquoi une demoiselle embarquerait-elle avec moi? Je me fais des scènes, des histoires, mais je connais Jackson depuis assez longtemps pour savoir ce qu'il pense réellement. Et bien des gens, après avoir connu tout les deux, sont capable de nous avouer que nous nous ressemblons beaucoup plus que nous le prétendons. Ceci me rend toujours malade, ne voulant jamais ressembler à cet homme. Lorsque je le regarde et que je me dis qu'un jour, je vais peut-être lui ressembler un peu, le coeur me lève, j'ai mal à la tête, je voir noir et j'espère mourir avant ce jour. Ce n'est pas pour rien que je ne l'ai jamais appelé papa. Même pas dans mes moments de folies. Jamais de la vie, toujours Jackson.

Jackson fait le tour de la voiture, espérant pouvoir comprendre quelque chose à cette histoire, mais puisque moi-même je ne suis pas certain de comprendre quelque chose, j'imagine très mal que l'orientateur merdique qu'il est, soit capable de le faire lui-même. Au moins, il appuie mes dires puisqu'il fait mention à Marya qu'il n'y a aucune ligne téléphonique. Le contraire m'aurait étonné beaucoup, mais puisque je ne suis pas revenu ici depuis très longtemps, les choses auraient pu changer. Mais bon... Puisqu'il n'y a aucune ligne téléphonique, j'imagine bien où se trouve la salle de bain. Certainement au même endroit qu'avant, soit dans le fond du bois, près de la cabane de l'ours. La cabane de l'ours est le petit nom que j'avais donné à une grotte, quelques pas plus loin de l'endroit. Le nom venait de l'ours, sachant bien qu'il y en avait toute une famille à l'intérieur. Certaines personnes, après avoir remarqué que les ours habitaient la place, avait même refusé de reconduire Jackson à son ''entre de la paix''. Mais ce dernier, borné, avait toujours eu le dernier mot et il continuait d'y aller. Maintenant entrainant deux personnes totalement innocentes avec lui. Un tartare de Marya... est-ce que ça peut exister? Avec le weekend, nous allions le savoir.

Avec les mots employés de Jackson, je peux bien imaginer mon visage, regardant la voiture. Comment expliquer le tout à Matteo, lors de mon retour à Quertal? Oui, j'ai pris ta voiture, mais c'est Jackson qui conduisait! C'est probablement ça que j'allais lui fournir comme excuse, ne voulant pas passer pour l'habituer des accidents, surtout envers mon ami. Ce dernier en avait payé le prix, je me souviens bien de tout, même si je m'amuse souvent à dire le contraire. Avoir des pertes de mémoire sur cet accident, j'en deviens un peu plus doué à tous les jours. Tandis que Jackson et Marya commencent à sympathiser sur mon dos, je m'efforce de faire le tour de la voiture, regardant les dégâts. Selon moi, ce n'est presque rien. Elle démarrera sans problème dans quelques instants, mais impossible d'en faire la mention à Jackson, puisque ce dernier, après une brève phrase dans notre direction, se dirige vers son chalet. Il a raison, l'orage va reprendre de plus belle. Dans quelques minutes, si nous sommes chanceux. Je laisse Jackson passer devant, me tournant ensuite vers Marya lorsque cette dernière décide de prendre son sac, fouillant dans ce dernier. - Selon moi, ce n'est qu'une question de temps pour la faire démarrer. On peut partir, si c'est ce que tu souhaites. - Je m'en veux pour tout les mensonges, pour avoir rit d'elle avec cette histoire. Et aussi pour Jackson. Je m'en veux de ne pas être passé sur Bouffe avec la voiture. Si Jackson repars vers son chalet, c'est qu'il a trouvé sa bestiole en vie, ce qui me chagrine un peu. Mais Marya me donne quelques billets avec une explication à tout casser. Enfin, c'est ce qu'elle croit. - Je te demande pardon? - Je laisse quelques secondes de silence, espérant avoir mal compris la situation. - Je suis loin d'être une putain pour faire payer mes services, d'accord? - J'ai certainement mal compris la situation, mais selon moi, si Marya me tend de l'argent, ce n'est pas uniquement pour payer Jackson. À moins que lui, il soit devenu une putain... Quoi qu'avec la nouvelle copine qu'il a trouvé, soit celle de mon âge, tout est possible. - Si tu veux partir, bonne chance. Je te souhaite beaucoup, beaucoup de pluie et aussi, de te faire attraper par un ours. Ne compte pas sur moi pour t'aider, même si tu cries à l'aide. - Avec mes derniers mots, j'ai lancé dans les airs l'argent que Marya m'avait donné quelques secondes auparavant, espérant lui faire comprendre qu'elle avait tort d'agir ainsi avec moi. Si elle voulait avoir des remerciements de ma part, elle était foutue. Reprenant place derrière le volant, j'entrepris d'essayer de faire partir la voiture, espérant arriver à mes fins. Pas question de rester seul avec Jackson. C'était bien pire que de rester avec Marya pendant 6 heures, enfermés dans la même petite boite à sardines. Il pouvait arriver certaines choses entre le vieillard et moi et certainement pas les mêmes choses qu'entre la blondinette et moi. Vraiment pas. Un petit coup d'oeil dans le rétroviseur me fit comprendre que Jackson s'est dirigé vers le chalet tandis que Marya décide de partir. Un petit tour de clés me fit comprendre que la voiture cale complètement dans la boue autour d'elle, qu'il sera compliqué de la faire sortir de là. Un petit coup sur la pédale à gaz me fit comprendre que plus j'insiste, plus la voiture cale, plus la boue tout autour vole dans toutes les directions. Ce n'est qu'après quelques secondes que je compris ce qui vient de se passer. Un bref coup d'oeil dans le rétroviseur à nouveau, me fit comprendre que Marya n'était pas assez loin dans son départ pour éviter la boue... Et que sa si jolie robe blanche non plus. Le temps s'arrête quelques secondes, me laissant uniquement le temps de sortir de la voiture, de laisser la porte ouverte et surtout, SURTOUT, de partir en courant vers le chalet, m'enfermant dans ce dernier. Je sais que Marya va revenir, je sais qu'elle n'est certainement pas prête à laisser passer cet accident. Enfin, accident si c'est le cas. Elle va penser le contraire à tout coup et ceci me laisse croire qu'elle est encore plus idiote que je ne le pensais. Comme si j'avais voulu la salir... Enfin oui l'intention était là, mais compliqué à mettre à l'oeuvre.

C'est sans un regard vers l'extérieur que je verrouille la porte du chalet et que je me met en quête de trouver Jackson. Ce dernier se trouve certainement dans une petite place cachée, à l’abri des regards indiscrets, entrain de profiter de Bouffe. Quoi que... À le connaitre, je me demande vraiment si le cochon d'inde se sent abusé dans cette histoire.

   

   


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Conseiller d'orientation qui devrait prendre sa retraite.
|statut civil| : Divorcé avec 3 enfants (+1)
|âge du perso| : 54

Lorsqu'on considère son cochon d'inde plus important que ses enfants, est-ce qu'on a besoin d'aide psychologique docteur?

[ALEXIS] [MARINE] [MARYA/ALEXIS/BOUFFE]

|célébrité| : Clark Gregg
|crédits| : .sassenach
|pseudo/prénom| : Breadfish
|dcs| : Le bad boy & le manipulateur
|nombre de messages| : 276


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mer 12 Oct - 1:52



Chalet in the woods
Alexis, Marya & Jackson


Un chasse moustique pour chasser Alexis? Je ne veux pas décourager la nouvelle amie de mon fils, mais je suis plutôt sûr que même le plus efficace de ces sprays ne viendraient jamais à bout d'une mouche à merde comme lui. Bon d'accord, je sais fort bien que ce n'est pas une mouche, mais justement. Les sprays contre les bestioles, ça ne marche pas contre les asticots. Oui parce que bon... je trouve qu'un asticot, ça le définit assez bien. Pas assez grand pour être une sangsue même si elle a les mêmes fonctions que lui, mais assez grouillant de mauvaises volontés pour être un asticot. Oui bon, non, peut-être que je suis entrain de trop philosopher aussi. Je reste là, à la regarder comme un imbécile suite à sa remarque, mais en fait, je réfléchis surtout à inventer une nouvelle cacanne anti-asticots humains. Assurément, ça me rendrait riche.

Je sors finalement de mon mutisme, essayant de trouver une solution pour faire repartir la voiture, mais je suis arrêté net dans mon raisonnement et mes paroles, un éclair venant s'abattre près de nous. Puisque je n'ai pas envie de finir en poulet fris, je propose donc aux deux jeunes d'entrer dans le chalet tout de suite. Après tout, nous allions avoir le temps de réparer la voiture tout à l'heure, et puis Bouffe était entrée aussi donc il n'y avait plus aucune raison pour rester dehors à ce temps. Si j'aime bien la pluie, ce n'est pas exactement l'amour fou entre moi et le tonnerre. J'ai entendu tant d'histoires de pauvres pères de famille se faisant frapper par la foudre et urinant maintenant dans des gobelets attachés à leur.... enfin... passons les détails. Je me dirige donc vers la porte au pas de course, ne regardant pas derrière moi. S'ils me suivent tant mieux et si non, ils seront simplement mouillés jusqu'à l'os... et peut-être grillés. Je m'arrête dans la chambre à coucher pour prendre des couvertures, mais lorsque je reviens, seul Alexis est entré. J'ouvre la bouche pour parler, mais je le vois barrer la serrure à la hâte. Je reste donc immobile alors qu'il semble me chercher du regard... alors que je suis juste devant lui. Déjà gamin, il avait du mal à jouer à cache cache puisqu'il pouvait chercher ses amis toute la journée sans les trouver... mais aussi parce qu'une fois qu'il était caché, je préparais des biscuits pour ses amis qui l'oubliaient et il restait dans sa planque plusieurs heures avant de capter que personne ne s'intéressait de savoir où il était depuis tout ce temps. Aaaaah le bon vieux temps!

J'agite finalement la main devant moi pour qu'il arrête son regard à ma hauteur avant de soupirer. Vraiment, je n'ai pas un fils très futé. Une chance que j'ai une fille qui compense légèrement pour ses frères.... lorsqu'elle n'est pas entrain de planifier tout mon emploi du temps ou bien dormir chez moi alors qu'elle a l'âge d'avoir son propre appartement. En fait, j'ai trois enfants très peu futés à bien y penser... - Bon... qu'est-ce que t'as ENCORE fait? - La question ne se pose même pas de savoir s'il a fait un mauvais coup ou non à sa compagne, je le sais déjà. D'abord parce que je le connais et qu'il est maitre dans l'art de décevoir les autres, mais aussi parce qu'il a ce petit regard paniqué d'ours en fuite que je lui reconnais chaque fois qu'il met une fille en rogne. Il avait toujours le même lorsqu'il arrachait les têtes des poupées de sa soeur. - Tu sais qu'on peut pas appeler les secours han? Non parce que si jamais tu l'as estropiée, faut pas espérer une ambulance. - Dure, mais vrai. La stricte vérité. Les ambulances par ici, il faut les appeler avec des téléphones satellites, que je n'ai pas, et les attendre alors qu'ils viennent vous chercher en hélicoptère. Bref, un vrai film hollywoodien. - J'ai besoin de barricader avec des planches? - Je n'ose pas approcher mon visage et regarder par la fenêtre. Le connaissant, il a pu démarrer la voiture et la frapper. Ou bien même lui dire qu'elle était une grosse vache. D'expérience, je sais que ça transforme facilement ces demoiselles en furies furieuses.

electric bird.


Spoiler:
 


I don't have time for their judgement and their stupidity and you know they lay down with their ugly wives in front of their ugly children and look at their loser lives and then they look at me and they say, 'I can't process it' well, no, you never will stop trying, just sit back and enjoy the show. You know?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Étudiante en danse/Dealeuse de drogue
|statut civil| : Quelqu'un cogne à la porte
|âge du perso| : 20

You terrify me, cause you're a man, you're not a boy You got some power, and I can't treat you like a toy You're the road less travelled by a little girl You disregard the mess while I try to control the world Don't leave me, stay here and frighten me Don't leave me, come now enlighten me So go and challenge me, take the reins and see
Watch me squirm baby, but you are just what I need And I've never played a fair game I've always had the upper hand But what good is intellect and airplay If I can't respect any man Oh I want to play a fair game You got too close and I pushed and pushed hoping you'd bite So I could run, run and that I did but through the dust You saw those teeth marks, they weren't all yours So go on shake me, shake until I give it up


If I got locked away And we lost it all today Tell me honestly Would you still love me the same? If I showed you my flaws If I couldn't be strong Tell me honestly Would you still love me the same?

As life goes on I'm starting to learn more and more about responsibility I realize everything I do is affecting the people around me So I want to take this time out to apologize for things that I've done And things that haven't occurred yet I'm sorry for the things that I did not say I understand that there are some problems And I am not too blind to know All the pain you kept inside you Even though you might not show I’m sorry that I grew up way too fast I wish I would’ve listened and not be so bad

I don't know how you convince them and get them, boy I don't know what you do, it's unbelievable I don't know how you get over, get over Someone as dangerous, tainted and flawed as you One for the money, and Two for the show You're screwed up and brilliant, You look like a million dollar man You got that world baby but at what price Something so strange, hard to define I'd follow you down down down


MES PETITS SUJETS ! MIAM !
ALEXIS DAVID STELLA DYLAN OLIVIER
ALEXIS-JACKSON SEAN
MORGANE STEPHAN SUJET COMMUN HANNAH
|célébrité| : Chloe Moretz
|crédits| : Carole71
|pseudo/prénom| : Mya
|dcs| : Le fou & La douce [Daniel , Taïla]
|nombre de messages| : 421


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Mar 18 Oct - 2:20


Chalet in the woods




Un répulsif contre Alexis ça m'aurait bien servie. J'aurais pu éviter beaucoup de choses. Beaucoup de choses qu'il va me falloir expliquer. Ou pas, si je parviens à foutre le camp d'ici. Tandis que je lance sarcastiquement la solution miracle à mon problème Thorens, je remarque l'air absent du personnage devant moi. J'hausse un sourcil pas trop convaincue. Hé ho ? Tout va bien la-dedans ? MMmm ça ne s'améliore pas son état. Plus le temps avance et plus je suis convaincue qu'Alexis est passé sur ce pauvre monsieur. De quoi lui laisser des séquelles au cerveau et je voyais déjà les poursuites judiciaires ou même la prison. En prison avec Alexis Thorens. Si ça arrive un jour, j'aurai compris que l'univers tout entier veut ma tête. Ah non , non non , autant me sauver tant que je le peux encore. Je passe timidement une main devant ses yeux pour le sortir de son monde de bisounours. Ah ! Le voilà qui revient à lui ! Tant mieux ! Je pourrai affirmer en toute confiance qu'il était lui-même au moment où j'ai quitté. Que s'il est devenu attardé , c'est qu'Alexis lui a tapé dessus.

Alors que je songe toujours à foutre le camp, un éclair vient s'abattre juste à coté de nous. De quoi me tirer une drôle de grimace. Oui car moi je me prévoyais une belle randonnée en somme. Je fais de grands yeux et j'observe la marque calcinée au sol. Reprends-toi Marya, tu ne vas quand même pas risquer ta peau ? Si ? Allez, tu peux endurer Thorens encore quelque minutes non ? Non ! Y'en a marre ! Je fou le camp un point c'est tout ! Ce n'était pas tant lui que je fuyais mais beaucoup de choses comprises. Je me fuyais un peu aussi dans le fond. Et puis une grande marche , j'en avait grandement besoin même si, ce n'était vraiment pas les bonnes conditions pour le faire , le bon moment, le bon endroit et la bonne météo. Je propose que l'on se rejoigne à l'intérieur histoire d'éloigner monsieur l'Orignal. Et bien que je me montrais cruelle en abandonnant mon compagnon de voyage , il me restais tout de même une petite part d'humanité, juste assez pour lui donner un peu d'argent pour l'aider.  Dieu seul sait à quel point j'avais soif d'argent et que je ne partageais pas facilement mon pain. Ces billets, c'est le fruit d'une nuit blanche à vendre de l'herbe au milieu de personnes complètement défoncées et entourée de musique forte à s'en crever les tympans. « Je te demande pardon? » Bon .... Le voilà qui commence à faire des siennes. Je grimace un peu , épuisée. « Alex fait pas ch*er ....... » Et tandis que je m'apprêtais à le résonner, celui-ci décida de faire ch*er comme on dit. « Je suis loin d'être une putain pour faire payer mes services, d'accord? » Je penche la tête vers l'arrière agacée. Je regarde le ciel un moment. Il comprenait tout de travers ce mec c'est délirant. « Si tu veux partir, bonne chance. Je te souhaite beaucoup, beaucoup de pluie et aussi, de te faire attraper par un ours. Ne compte pas sur moi pour t'aider, même si tu cries à l'aide. » Je vois l'argent voler dans les airs. Mes jolis billets virevoltait joyeusement dans l'air. Et moi au travers, je fixais Thorens avec une petite rage indescriptible. Une rage un peu trop sereine vu la situation. Je le suis des yeux tandis qu'il retourne dans la voiture pour essayer de la faire démarrer. Je me penche donc pour ramasser l'argent au sol. Pas question de laisser ces billets prendre la pluie quand même. Tandis que j'empoigne les bouts de papier, je lui balance de là où je suis : « Parfait ! Pareil pour moi ! Bonne chance avec ton nouvel ami à moitié fou ! Si tu appel à l'aide , compte pas sur moi ! Même si tu te fais abuser par lui ! Et je vais prier en route pour qu'il soit un gros pervers qui aime les petits tarés dans ton genre ! » La colère me rendait aveugle. Je ne voyais , ni la voiture coincée dans la boue, ni Alexis qui appuyait sur la pédale. Ce fut au dernier moment que je reçu la boue sur moi. Je me redresse dans un sursaut et je me contemple ahurie. La vache ! Il a fait exprès !? « Espèce de ..... » Lorsque je relève la tête, tout ce que je vois c'est la portière ouverte de la voiture. Je tourne la tête vers la droite pour voir la porte du chalet se refermer au loin. Je fronce les sourcils. « VAUT RIEN !!!! » hurlai-je de là où j'étais. Partir à sa poursuite et lui en coller une ou prendre son chemin et s'éloigner avant que la pluie ne me tombe dessus ? Si j'entre dans ce chalet, je ne pourrai plus foutre le camp ensuite. Non , non ! Allez fou le camp , c'est le moment. Les lèvres pincées, je réajuste mon sac de sport sur mon épaule et je prends le sentier de terre devant moi. Adieu Thorens ! Oui bon, je n'étais pas très loin lorsque la pluie m'est tombée dessus. Un grand voile s'est abattu comme ça. Je me suis crispée d'un coup , les mains de chaque coté de mon corps, les yeux fermés et les dents serrés. « Ahrrhh .... Sublime ..... » J'avance un pied devant l'autre de nouveau reprenant ma route. « Magnifique je dirais même .... Ouais magnifique .... Quelle magnifique journée de merde ... » Marmonnai-je à moi-même tandis que mes bottines plongeaient dans la boue. À chaque coups de tonnerre, je sursautais. Et le coup de grâce arriva lorsque la bretelle de mon sac de sport céda. Ce vieux sac n'étais plus ce qu'il était. Avec le fric que je me fais, j'aurais les moyens de m'en acheter un bien meilleur. Mais je le gardais, ce vieux sac usé et j'en prenais soin. Je m'arrête donc pour rattacher les bretelles ensemble , histoire qu'il ne tienne la route. M'adonnant dans ma besogne , je sens quelque chose me chatouiller la cheville. Je tourne la tête et j'aperçois un cerf juste là. Un jeune cerf, je serais tentée de dire que c'était un adolescent. Aucunement attendrie par l'animal, je balance mon bras dans sa direction pour lui faire peur. « Fou le camp allez » Il se tassa , observant ma main avec un certain dédain. Tandis que je me remettais à ma tâche, le stupide animal s'y remet de plus belle, tournant autours de moi pour m'observer et me sentir, essayer de manger ma robe aussi. À un moment donné , je lui ai donné une claque sur le museau espérant qu'il ne comprenne le message mais non. Au contraire, ça l'a énervé mais pas de la façon que vous croyez. Rendue là , j'aurais préféré qu'il ne m'attaque mais non. L'animal a essayé de me grimper dessus. Cet idiot avait le béguin ou je sais pas quoi. Je me retire d'un coup en criant. « HÉ ! HÉ HO ! ÇA VA PAS NON !?» Lui dis-je les yeux grands ouverts et une main tendue vers lui , comme si ça pouvait l'arrêter. En le voyant s'approcher, je prends mon sac et je le met devant moi comme un bouclier. « Fou le camp ! Fou le camp gros débile ! Toi je te jure, je t'aurais explosé la gueule si j'avais eu mon fusil ! » Mais pourquoi je lui parle ? C'est un animal ! Et il confirme les faits en écoutant pas DU TOUT ce que je dis. Se relevant sur ses deux pattes arrières , il tente de nouveau de me grimper dessus en essayant de passer sur mon sac. Je tombe par terre et prise de misère , je rampe un peu, protégée par mon sac sport sur moi. Je me laisse rouler en bas du sentier de terre pour me retrouver en forêt. Je me relève aussitôt pour prendre mes jambes à mon cou. Je n'ai aucune idée d'où je vais mais le plus loin possible de ce quadrupède complètement taré. Je cours et le peu de fois que je regarde derrière moi , je le vois qui essaie de suivre le pas. Au loin apparait le toit d'une habitation. AH ! SAUVÉE ! Arrivée devant, je freine sec en me rendant compte que j'étais simplement revenue à mon point de départ: Le chalet du monsieur fou. Découragée je laisse mon sac tomber par terre. La corde pour me pendre elle est où ? C'est alors que je vois le cerf dans la forêt qui me cherche. Je fais de grands yeux et je ramasse mon sac à la hâte pour foncer droit vers la porte. J'ai beau essayer de l'ouvrir, elle s'ouvre pas. Je fais de grands yeux puis j'y donne un coup avec mon pied. « VOUS AVEZ VERROUILLÉ LA PORTE !??!?!? » Suite à mes cris, mon amant à quatre pattes m'a vite retrouvée. Réalisant ma gourde, je me suis agitée et j'ai commencé à marteler la porte avec mes mains. « ALEX ! OUVRE LA PORTE ! LA PORTE ! ESPÈCE DE ... ARGH ... Je vais t'en coller une tu vas voir !!! Y'A QUELQU'UN LA-DEDANS !?!?!?!?!  




Whatever it is
I've been ignoring this big lump in my throat I'm stronger now, or so I say, But something's missing And he just happened to come at the right time And I just wanna scream What now? I just can't figure it out What now? I guess I'll just wait it out
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Derniène année en danse / Barman au Steak-Tease
|statut civil| : cogne plus fort, je suis sourd ♥
|âge du perso| : 25

I fell in love with you cause you made me feel I fell in love with you cause you kept it real Man, you done changed up on me, you changed your flow Now I been hating on you everywhere I go No, I ain't too flawless and no, I ain't the best And no, I don't say sorry and no, I ain't perfect But I am the man, I am the man

Mes sujets:
Jackson Marya Mattou Marya+Jackson Noah Daniel
|célébrité| : Josh HOTcherson
|crédits| : vercors + Prying.Monkey
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposant/Une timide/Un menteur (Stephan/Valéry/Lukas)
|nombre de messages| : 6633


MessageSujet: Re: Chalet in the woods    Ven 4 Nov - 3:20


Chalet in the woods

   

   Lorsque la porte fût enfin fermée, je n'ai pu m'empêcher de soupirer. Pour une fois que je voulais être gentil avec quelqu'un et en plus, avec Marya, c'était raté. Raté à cause d'une mauvaise réponse, raté à cause d'un geste qui avait mal tourné, raté à cause d'un refus aussi... et maintenant, raté parce que cette fille n'était pas capable de porter autre chose qu'une robe blanche. J'étais gâtée, vraiment. Pourquoi avais-je pensé à elle aussi, pour m'accompagner. Plus les minutes défilaient, plus j'avais l'impression de m'être trompée à ce niveau. Depuis le début, je me le répétais continuellement, jamais je n'aurais dut en parler à Marya. Cette fille allait me rendre complètement fou et moi, je l'invitais pour la fin de semaine. Seuls à seuls pendant un moment, à se regarder dans les yeux. Ouais ben non. Pour elle, j'allais garder les yeux fermés bien longtemps. De toute manière, si jamais je pensais avoir une touche avec elle, je pouvais bien la laisser aller. Plus jamais elle allait me parler, c'était bien clair. Pourquoi? Parce que j'étais un abrutis, rien de moins. Mais un abrutis vraiment fier d'avoir eut le temps de me cacher dans le chalet de Jackson, avant que Marya ne puisse m'attraper. Je n'ai jamais été un très bon coureur mais lorsqu'il est question de se cacher, je suis bien capable de battre des records. Comme présentement.

Je voulais partir à la recherche de Jackson, espérant que ce dernier puisse me cacher, lorsque sa voix retentit tout près. Finalement, il n'était pas entrain de passer du temps avec Bouffe, ce qui me traumatisa un peu. Depuis quand il me parlait et n'était pas en présence de sa boule de poil puante? C'était étrange tout de même... et pas qu'un peu. - J'ai pas tué personne, encore. - Pourquoi ajouter ce dernier mot? Parce que je savais bien que j'allais devoir me défendre pour rester en vie et pour ça, j'allais devoir faire du mal à Marya. Et si jamais ceci n'était pas assez, la tuer ferait l'affaire. - De toute manière, je pense pas qu'elle soit tuable. Tu sais, le genre de fille qui reste collée à toi même si tu essaies de t'en débarrasser... C'est tout elle. - J'aurais bien pu la mettre gentille et jolie aux yeux de Jackson, mais j'étais incapable de le faire. À dire qu'il allait falloir que je me débrouille pour la faire passer pour ma petite amie pendant deux jours, c'était pas possible. Vraiment pas. Qu'avais-je fait pour qu'elle puisse accepter mon invitation, aussi? Bien des fautes, malgré tout. Et maintenant, j'allais devoir mentir, encore une fois à Jackson, espérant que Marya puisse embarquer sans problème dans mon mensonge. Tout aurait été beaucoup plus simple si je lui aurais parlé de toute cette histoire avant de venir ici ou même, si je ne l'avais pas embrassé. Maintenant, je suis pris comme ça, avec beaucoup plus de problèmes qu'avant. - Des planches? Oui, très bonne idée. Si tu as de l'eau bénite et un pieu, je suis preneur aussi. - Mieux valait en profiter pendant que Jackson filait généreux et surtout, que ce dernier voulait aider. Pour une fois qu'il voulait faire quelque chose, pas question de passer à côté d'un moment aussi magique.

Soudainement, un coup se fit retentit dans la porte, me faisant sursauter. Et la voix de Marya se fit entendre ensuite, elle n'avait pas l'air contente du tout. - Rectification trésor, elle est doublement verrouillée la porte. Vois-tu, je tiens à ma vie. - L'appeler trésor était un bon début, non? Peut-être pourrais-je me sauver de d'autres petits mots ridicules avec le temps ensuite? Les autres paroles de Marya ne m'aidait pas du tout, mais pas question de baisser les bras. J'espérais qu'elle puisse comprendre par elle-même qu'elle devait devenir plus sage et ensuite, se montrer amoureuse. Les rêves, y'a que ça de beaux! - J'ai pas l'intention de te laisser entrer avant que tu es dit le mot magique, chérie. Allez, vas-y, fait un petit effort. - Moi aussi, je faisais de grands efforts présentement pour ne pas vraiment barricader la porte et laisser cette espèce de ''barbie'' dehors, sous la pluie. J'espérais également que Jackson puisse comprendre que cette fille devait rester là et qu'il ne devait pas lui ouvrir. Si jamais il le faisait, bonjour les problèmes.

   

   


Just tell me you love me Even though you don't love me
Let me see you dance I love to watch you prance Take you down another level And get you dancing with the devil Take a shot of this But I'm warning you I'm on that sh*t that you can't smell baby So put down your perfume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chalet in the woods    

Revenir en haut Aller en bas
 

Chalet in the woods

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Dictée : Dans la cuisine du vieux chalet.
» PETIT CHALET A LOUER
» CONVENTION AU "CHALET" à MONTROUGE le 12/10!!!
» Henrik Freischlader - House In The Woods
» WOODS EMPIRE PARTY DOWN EN ECOUTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum