AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

 Il y a des fous partout PV Sameen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Commantateur radio (patron de la station)
|statut civil| : Célibataire, malchanceux avec les femmes.
|âge du perso| : 40
Mes fidèles sujets
Taila Marya
|célébrité| : Bradley Cooper
|crédits| : nestie luv.
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposeur/Une timide/Un menteur (Alexis/Valéry/Lucas)
|nombre de messages| : 340


MessageSujet: Il y a des fous partout PV Sameen   Ven 25 Mar - 15:06






Il y a des fous partout
   


- Ben voyons. - Jamais je n'aurais du la laisser commencer à parler, jamais je n'aurais du lui donner l'antenne et jamais je n'aurais du lui dire que je la croyais. À vrai dire, je ne voulais rien savoir de ce qu'elle avançait, tout étaient des balivernes. Elle pouvait bien dire ce qu'elle voulait, essayer de prouver des tonnes de choses mais moi, dans mon fond intérieur, je savais d'avance que c'était de la bull shit. Et pour ne pas déplaire à la gentille femme ou même, à mon auditoire, j'avais accepté qu'elle puisse parler de son métier, si on pouvait appeler ce qu'elle faisait ainsi, à la radio. Elle était donc assise devant moi et parlait sur les ondes, depuis bientôt vingt minutes. Mon travail à moi, ce matin là, était de lui poser des questions sur ce qu'elle faisait, espérant qu'elle puisse m'éclairer un peu. Mais c'était peine perdue. Elle parlait et parlait et parlait encore. Je n'arrivais pas à placer deux mots. De toute manière, je n'avais pas d'idée pour une question, je n'avais pas envie de lui donner satisfaction et lui faire comprendre que je ne la croyais pas. Si je le lui aurais montré, elle aurait certainement essayé de me faire comprendre que tout ce qu'elle disait, était vrai. Qu'elle avait une connexion avec l'eau delà, qu'elle était une messagère et j'en passe. Elle était du genre à voir des esprits un peu partout et à se sentir aimer par eux. Le cas désespéré quoi! J'avais l'intention de lui couper la parole, mais puisqu'elle avait l'air tellement dans son élément, j'ai fini par abandonner. À quoi bon essayer quelque chose, puisque nous savons d'avance que nous allons perdre? J'espérais seulement, lors de mon retour en onde, ne pas avoir perdu mon auditoire. J'espérais que les gens puissent comprendre que je n'y étais pour rien et que j'avais voulu aider une fille du quoi. Seulement ça. Je ne voulais pas porter ce flambeau, celui qui allait ruiner la station de radio. Qui pouvait bien continuer à écouter ces sornettes et surtout, espérer avoir une révélation ensuite? Dès que la jeune femme décida de prendre sa respiration, je pris la parole. Mon intention n'était pas de la couper, mais bien de pouvoir vivre un peu, parmi les autres. - Et vous, qu'en pensez-vous? Vous pouvez dès maintenant nous appeler pour parler de ce sujet. Nous attendons vos appels. - Habituellement, il y a une publicité qui suit mes paroles, pour laisser du temps aux gens pour appeler et pour penser à quoi dire. Mais pas maintenant. Je n'avais même pas eut le temps de parler à Sameen, de lui dire de ce calmer et de respirer entre deux phrases, que le téléphone sonna sur une ligne. Puis deux, trois, quatre... Les cinq lignes étaient pleines, les gens avaient de l'intérêt pour cette discussion. Moi qui pensait que peux de débiles profonds écoutaient la radio le dimanche matin, j'étais surpris. Toujours en laissant aucune chance à Sameen de me dire un mot, je pris le premier appel, espérant découvrir un homme qui pourrait dire à la folle des astres, qu'elle était timbrée. - Oui, allô! - - Bonjour Mr Marshall! Je tenais à dire à votre invitée qu'elle était réellement un bijou. J'ai perdu ma soeur l'été passée et depuis ce jour, j'ai l'impression qu'elle vie entre les murs de mon salon. Je lui chante des chansons, je lui raconte des histoires et j'ai même l'impression qu'elle m'entends, me comprends et me sourit. Je suis heureuse de voir que je ne suis pas la seule à entendre les morts! - Et voilà, c'était à peine perdu. J'avais envie d'éteindre, de peser sur l'arrêt du téléphone et de changer d'appel. Mais bon... Puisque j'étais reconnu sur les ondes radio, je devais continuer l'entrevue. Lentement, j'étais tourné vers Sameen, la folle aux astres, espérant qu'elle puisse dire à cette femme qu'elle était folle.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE SUPER CLASSE

avatar

|métier| : Hôtesse de l'air
|statut civil| : Célibataire
|âge du perso| : 26

Brother let me be your shelter. I'll never leave you all alone. I can be the one you call. When you're low. Brother let me be your fortress. When the night winds are driving on. Be the one to light the way. Bring you home

|célébrité| : Emeraude Toubia
|crédits| : faith
|pseudo/prénom| : Géram - David
|dcs| : nah
|nombre de messages| : 29


MessageSujet: Re: Il y a des fous partout PV Sameen   Mar 3 Mai - 2:54

Le petit monsieur ne semblait pas enchanté de ce que je disais. Le petit monsieur faisait des drôles de yeux et lâchait des "ben voyons" durant mon monologue pourtant extrêmement intéressant. Et moi dans tout ça, je l'ignorais. Si j'avais porté de l'importance à tous ceux qui ne me croyaient pas, je n'aurais plus de moyen de subsistance. Moi je trouvais que son travail était une super méga perte de temps et puis je me la fermais. J'imaginais donc qu'il allait se la fermer bientôt lui aussi. "J'aime à penser que les planètes sont comme des êtres vivants. Elles pensent, elles agissent et elles ont un incidence sur nos vies, qu'on ne perçoit qu'en étudiant l'astrologie. Ouvrez n'importe lequel de MES ouvrages, et vous verrez que ce que je dis a un fond de vérité. Vous allez facilement pouvoir vous identifier à la description que je fais de vous, en prenant en compte votre signe." J'avais accentué le mes, pour qu'ils ne courent pas ouvrir n'importe quel bouquin même si c'était vain. Ouais, je voulais qu'on me lise, mais je n'avais pas fait de livre depuis longtemps et on ne pouvait me lire que dans le journal présentement. Une petite chronique riquiqui dont l'éditeur se moquait pas mal. Mais si au moins une personne ouvrait le journal à la bonne page pendant cette entrevue et voyait que tout ce que je racontais état assez vague pour correspondre à sa pitoyable vie, ça me ferait peut-être un client. C'était un tissu de n'importe quoi. C'est ça qui fait vendre. L'absurde, les gens, ils en raffolent. Sont stupides. "Et si les planètes sont vivantes, c'est aussi le cas pour les phénomènes inexpliqués. Vous ne vous êtes jamais retourné en vous sentant observé alors qu'il n'y avait personne? Ça c'est des esprits! Moi je suis capable de communiquer avec eux. Appelez ça un don ou bien un apprentissage, mais si vous avez un message pour l'un d'eux, vous pouvez me le faire parvenir." Le commentateur ne commenta pas. Il s'approcha plutôt de son micro pour encourager les gens à dire ce qu'ils pensaient de cette entrevue, qui m'emmerdait royalement. J'aurais préféré aller faire du yoga ce matin. Même si je ne sais pas en faire. J'improvise toute seule et je dis que j'ai pris des cours. Ça berne les autres, pas sûre mais je crois que oui. Il fallu un court moment avant de recevoir un premier appel, d'une femme. Super, j'ai toujours trouvé que les femmes tombaient plus facilement dans le panneau que les hommes. Justement, elle semblait gober n'importe quoi. Elle parlait de sa soeur décédée et qu'elle lui chantait des chansons. Les gens sont fous. "C'est bien de montrer à vos proches défunts que vous les ressentez et que vous savez qu'ils sont présents. Ainsi, vous vous assurez qu'ils restent avec vous, vous leur prouvez que leur présence est acceptée et désirée. Continuez à lui chanter des chansons, vous stimulez probablement son lien avec les vivants." Ou l'art de raconter n'importe quoi. Moi même je ne savais pas de quoi je parlais. Je disais n'importe quoi et essayait de ne pas approuver ce qu'elle disait, au cas où elle ne soit juste entrain de me tester pour me dire que non, elle n'avait aucune soeur décédée et que je racontais des sottises. Trop facile de se faire avoir de la sorte, ça m'était souvent arrivé. J'ai regardé ce Mr Marshall et j'ai haussé les épaules. Il ne me croyait pas et ne serait pas mon prochain client de sitôt, pas la peine de faire semblant que je croyais à ce que je disais devant lui.


Maybe you're just some friend that I know. Maybe you're not. Maybe you're like my brother, my soulmate. Maybe you're nothing. Maybe we don't have to know.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN À HARCELER SI BESOIN

avatar

|métier| : Commantateur radio (patron de la station)
|statut civil| : Célibataire, malchanceux avec les femmes.
|âge du perso| : 40
Mes fidèles sujets
Taila Marya
|célébrité| : Bradley Cooper
|crédits| : nestie luv.
|pseudo/prénom| : Moomins
|dcs| : Un imposeur/Une timide/Un menteur (Alexis/Valéry/Lucas)
|nombre de messages| : 340


MessageSujet: Re: Il y a des fous partout PV Sameen   Ven 17 Juin - 3:18






Il y a des fous partout
   


Des planètes comme des gens? Elle était dérangée, c'était de plus en plus évident. J'avais l'impression d'être à côté d'une femme avec une case en moins, qui s'imaginait des fées tout autour de la pièce et un dragon dans le local à notre droite. À dire que c'était avec elle que j'avais l'intention de passer les prochaines heures de ma triste journée. Et tandis qu'elle parlait de ses ouvrages et se donnait raison sur des trucs inimaginables, j'avais l'impression d'être de trop dans la pièce. Je ne posais aucune question, n'y voyant pas l'intérêt de le faire. Pourquoi se donner autant de mal à faire quelque chose de semblable, puisque de toute manière, la jeune femme ne m'écoutait pas? Elle était dans son monde, regardant de temps à autre autour d'elle, comme si elle cherchait un public ou quelque chose du genre. Pour ma part, j'étais heureux que le local ne soit pas encore muni de caméra pour le web. Comme ça, personne ne pouvait voir ma tête de gars sur le bord du suicide, tandis que Sameen continuait de parler et de parler. Et de parler, bien entendu. Déjà qu'elle écrivait dans le journal, je me voyais mal la laisser parler de ses livres. Si l'un d'eux existait pour de vrai, bien entendu. Je ne savais pas pourquoi, mais j'avais l'impression que cette femme n'avait écrit que des conneries, des livres que personne n'avait lu et même acheté. La bibliothèque du coin n'avait même pas d'exemplaire. Après cette journée, j'allais me renseigner pour savoir ce qu'elle avait inventé comme foutaise. Elle en avait certainement des centaines en stock. Comme son histoire de prendre une planète pour un être humain. Invitait-elle les planètes à manger, des fois? Il était évident qu'elle leur parlait alors, pour le reste, c'était bien possible. Appelez ça un don ou bien un apprentissage (...) Et pourquoi pas des mensonges, aussi? Levant les yeux bien haut, trouvant soudainement mon plafond très intéressant, je ne me voyais pas continuer à l'écouter et à faire semblant que tout allait bien, qu'elle embellissait ma petite journée devenue morose. J'avais envie de me tirer d'ici et d'aller prendre une bière avec quelqu'un. Mais pas avec elle, jamais. Sentant qu'il serait judicieux de laisser la parole à quelqu'un d'autre, j'avais fini par donner les ondes aux gens qui nous écoutaient. Certainement une petite poignée. Je pouvais certainement les compter sur mes doigts. Sur une main aussi. Et cette dernière fermée. Écoutant les paroles de cette femme, je voyais bien que je n'étais pas sorti du bois avec elle. Elle aussi, elle croyait à n'importe quoi, allant jusqu'à raconter des mensonges uniquement pour passer à la radio. Est-ce qu'elle croyait vraiment tout ce qu'elle disait? Si oui, était-elle folle? Elle s'appelait certainement Johanne pour croire tout ce qu'on pouvait dire. C'était la prochaine voyante, mesdames et messieurs! - Et les histoires, est-ce que je les continues? Il m'arrive de lui parler avant d'aller au lit et lorsque je vais prendre mon bain, je lui dis de rester au salon. Je ne veux tout de même pas prendre mon bain avec ma soeur! - L'auditrice se mit à rire pendant quelques secondes, avant de reprendre de plus belle. - Elle avait un chat aussi. Lui aussi, il est mort. Est-ce que lui aussi il est dans ma maison? On ne peut pas dire qu'ils hantent ma maison vu que je les connais, c'est bien ça? Dois-je faire des rituels pour les garder avec moi ou dois-je les laisser faire? Mon mari n'est pas de cet avis. Il a même essayé de la faire partir l'autre soir en lançant du sel dans toute la maison! Du sel, vous imaginez! - Moi, j'imaginais bien la scène. Un petit vieux sans dentier, à moitié chauve, avec des bretelles, courant dans la maison pour répandre du sel un peu partout, dans tout les coins de la pièce. - Il n'a pas mis de sel dans la remise et des fois, j'ai l'impression que c'est là que ma soeur va se réfugier lorsque Bernard est à la maison. Bernard, c'est mon mari. Nous sommes mariés depuis bientôt 60 ans. Nous avons 5 enfants aussi. - Vraiment, elle voulait raconter sa vie? Je n'avais pas une timbrée à mes côtés mais bien deux dorénavant.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il y a des fous partout PV Sameen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a des fous partout PV Sameen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La gamme mineure pentatonique, complément passe-partout
» Les Fous Gueux
» Config de nain...heu passe partout !
» Peut-on danser la tecktonik partout?
» [VIDEOS] Les fous rires de Michael...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum